Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR OPENING AND CLOSING DOORS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/205021
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a device for opening and closing a residential or community door using an elbow, designed to replace traditional handles. Said device may be referred to as an "elbow-operated" device. The device comprises a portion designed to be attached to the opening of the door and extends into a part designed to receive the elbow, such that the user can easily push or pull on the opening of the door without using their hands or wrist, thus preventing the spread of viruses and bacteria. The device is easy and convenient to use. Its simple design makes it no more expensive to manufacture than a traditional handle.

Inventors:
SAUTEREAU FABRICE (BE)
CHARBIT THIERRY (BE)
Application Number:
PCT/EP2021/059341
Publication Date:
October 14, 2021
Filing Date:
April 09, 2021
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
IP RACING (BE)
International Classes:
E05B1/00
Attorney, Agent or Firm:
KIHN, Pierre et al. (LU)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif d'ouverture et de fermeture d'une porte, le dispositif comportant une partie (2) apte à être fixée à l'ouvrant de la porte (3) et se prolongeant par une partie (4, 5, 6) apte à recevoir le coude d'une personne, de manière telle que cette personne peut aisément soit pousser, soit tirer sur l'ouvrant de la porte (3) sans utiliser les mains, la partie apte à recevoir le coude comportant une partie distale (5); la partie apte à recevoir le coude étant, lorsqu'elle est en position de repos, inclinée à un angle compris entre 30 et 60 degrés, avec sa partie distale (5) disposée vers le haut.

2. Dispositif selon la revendication 1, caractérisé en ce qu'il permet 1'actionnement d'une serrure de type « pêne- gâche » ; la partie (2) apte à se fixer à l'ouvrant de la porte comporte alors un axe rotatif (8) qui permet le pivotement du dispositif entre une position de repos où la serrure est fermée et une position d'ouverture où la serrure est ouverte, le dispositif étant élastiquement rappelé vers la position de repos.

3. Dispositif selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que la partie apte à recevoir le coude de l'utilisateur, est, lorsqu'elle est en position de repos, inclinée à un angle compris entre 40 et 50 degrés, avec sa partie distale (5) disposée vers le haut.

4. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que la partie apte à recevoir le coude est en forme d'ovale et comporte en outre une partie arrondie (4) et un retour arrondi (6).

5. Dispositif selon la revendication 4, caractérisée en ce que la distance interne (Dl) entre la partie distale (5) et la partie (2) apte à être fixée à la porte, est comprise entre 10 et 16 cm, de préférence entre 12 et 15 cm.

6. Dispositif selon l'une quelconque des revendications 4 et 5, caractérisé en ce que la distance interne (D2) entre la partie arrondie (4) et le retour (6) est comprise entre 5 et 9 cm, de préférence entre 6 et 8 cm.

7. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la partie apte à recevoir le coude (4, 5, 6) est disposée dans un plan perpendiculaire à l'ouvrant de la porte (3).

Description:
DISPOSITIF D'OUVERTURE ET DE FERMETURE DE PORTES

Domaine technique de l'invention La présente invention concerne un dispositif d'ouverture et de fermeture de porte d'habitation ou de collectivité à l'aide de son coude, remplaçant les traditionnelles poignées. Ce dispositif pourrait s'appeler « coudée ». Introduction

A l'heure où ces lignes sont écrites, 3 Milliards d'êtres humains sont en confinement quasi total sur la planète ce qui est une première dans l'histoire de l'humanité.

Le monde entier se voit contraint -en un laps de temps record- de changer ses habitudes et d'adopter des comportements préventifs stricts en matière d'hygiène afin de limiter la propagation du covid-19.

Le traumatisme brutal, la panique qui s'en suit, le tribut payé par les victimes et les infinies conséquences économiques de cette pandémie mondiale ancreront à l'avenir ces préoccupations hygiéniques de base en chacun de nous.

Il y aura désormais un avant et un après Covid-19.

Bien avant la crise de 2020, nombre d'entre nous étaient attentifs à éviter au maximum les zones de contact avec les mains dans certains lieux publics. Entre-autre au niveau des portes, d'aucuns faisaient en sorte (autant que possible) d'ouvrir et de fermer les portes avec le bras ou le pied. La démarche isolée et limitée de ceux qui voulaient éviter les contacts avec les objets touchés par d'autres, est devenue, en 3 mois, un geste barrière, une règle élémentaire de protection.

Il ne s'agit plus d'actes liés à une excessive sensibilité au contact et « aux microbes », mais bien d'un acte universel, citoyen, de bon sens et « évident » pour la quasi totalité des habitants de la planète. La Coudée est 1'alternative .

Une réponse simple directement liée au besoin d'évolution et d'adaptation au risque sanitaire.

Tant dans les établissements publics (bâtiments et services publics, monde médical et hospitalier, écoles, bars, restaurants, magasins, etc.) que privés (entreprises, domiciles), la Coudée permet de minimiser la propagation des bactéries ou virus, saisonniers ou non, sans contraintes particulières pour la population et sans coût supplémentaire .

Le principe de la Coudée permet une protection "naturelle" pour les risques de propagation de virus liés aux contacts inévitables lors de l'ouverture d'une porte.

L'adoption de la Coudée entraîne non seulement une revisite complète des cahiers des charges d'une multitude de constructions de bâtiments, mais également un remplacement progressif du parc de poignées existantes dans tous les endroits "sensibles", publics ou privés.

Sa conception extrêmement simple est basée sur un geste intuitif et sur une forme ergonomique adaptée au corps humain. La production industrielle de la Coudée est facile à mettre en œuvre et pas plus coûteuse que la poignée de porte traditionnelle fabriquée actuellement sur la majeure partie de la planète.

Ce système novateur repose sur la facilité de compréhension du concept et d'acquisition du réflexe d'utilisation. Le passage de l'utilisateur de la poignée, un système quasiment inscrit dans les gênes de chacun, à la Coudée, sera considérablement accéléré par les nouvelles peurs de contamination qui vont se renforcer dans l'inconscient collectif, et par l'envie de contribuer à la protection de soi-même et des autres.

Arrière-plan de l'invention

Des dispositifs pour ouvrir les portes sans les mains ont déjà été décrits.

Le document US 6,189,183 décrit un dispositif d'ouverture de portes sanitaires. Ce dispositif comporte une « poignée » derrière laquelle l'on peut coincer son poignet. Une autre variante nécessite l'utilisation de son pied. Il s'agit uniquement de tirer ou pousser sur une porte battante qui ne comporte pas de fermeture par exemple avec une serrure de type « pêne-gâche ».

Le document WO 2006/018499 (ou EP 1781 874 Bl) concerne des poignées hygiéniques tournantes. Ces poignées sont destinées à être manipulées par l'avant-bras. Il n'est pas prévu d'utiliser le coude. Ces poignées pour avant-bras sont de forme complexe et volumineuse. Leur coût de fabrication est dès lors important.

Le document WO 2012/106157 décrit un dispositif d'ouverture de porte actionnable avec l'avant-bras ou le poignet. La préhension de la poignée n'est pas très précise. Il n'est pas prévu de pouvoir l'utiliser avec le coude. L'emploi du coude provoquerait inévitablement, pour un adulte de taille moyenne, une position peu confortable avec courbature du dos.

Aucun de ces dispositifs n'est réellement pratique. Ils sont relativement anciens, et il semble qu'aucun de ces dispositifs n'ai été commercialisé, tout le moins pas à grande échelle.

Résumé de l'invention

Un but de l'invention est de procurer un dispositif d'ouverture de porte, sans les mains mais avec le coude, qui soit simple, confortable et ne demandant pas un coût de fabrication important.

Ce dispositif est principalement destiné à remplacer les poignées sur des portes existantes, sans en changer le reste du dispositif de fermeture ; ces portes se fermant avec poignée tournant sur un axe en actionnant une serrure de type « pêne-gâche ».

Un autre but de l'invention est de fournir un dispositif qui soit ergonomique et confortable, sans provoquer une courbature du dos.

Il est également possible de monter le dispositif selon l'invention sur des portes neuves, munies en particulier d'une serrure de type « pêne-gâche ». Dans ce cas, il sera à terme éventuellement possible d'adapter l'emplacement de la serrure sur la hauteur de la porte, d'une manière appropriée en modifiant le positionnement de la poignée sur la porte. La présente invention a donc pour objet un dispositif d'ouverture et de fermeture de portes qui comporte une partie apte à se fixer à l'ouvrant de la porte et se prolongeant par une partie apte à recevoir le coude, de manière telle que l'utilisateur peut aisément soit pousser, soit tirer sur l'ouvrant de la porte sans utiliser les mains ni le poignet.

En particulier, le dispositif permet l'actionnement d'une serrure de type « pêne-gâche » ; l'axe est alors rotatif et permet le pivotement du dispositif entre une position de repos où la serrure est fermée (pêne introduit dans la gâche) et une position d'ouverture où la serrure est ouverte, le dispositif étant élastiquement rappelé vers la position de repos.

En particulier, la partie apte à recevoir le coude comporte une partie distale, de préférence arrondie ; la partie apte à recevoir le coude étant, en position de repos, inclinée à un angle compris entre 30 et 60 degrés, de préférence compris entre 40 et 50 degrés, avec sa partie distale disposée vers le haut. De manière préférée, la partie apte à recevoir le coude est disposée dans un plan perpendiculaire à l'ouvrant de la porte.

La partie apte à recevoir le coude est avantageusement en forme d'ovale ou de C aplati et comporte en outre une partie arrondie faisant face à l'utilisateur et un retour disposé plus près du plan de la porte.

De préférence, la distance interne (Dl) entre la partie distale et la partie apte à être fixée à la porte, est comprise entre 10 et 16 cm, de préférence entre 12 et 15 cm. Et la distance interne (D2) entre la partie faisant face à l'utilisateur et le retour est comprise entre 5 et 9 cm, de préférence entre 6 et 8 cm.

Brève description des figures

Ces aspects ainsi que d'autres aspects de l'invention seront clarifiés dans la description détaillée d'un mode de réalisation particulier de l'invention, référence étant faite aux dessins, dans lesquels : la Fig. 1 est une vue de face du dispositif selon 1'invention; la Fig. 2 illustre 1'actionnement du dispositif entre la position de repos et la position d'ouverture ; la Fig. 3 montre le positionnement du coude dans le dispositif ; la Fig. 4 montre l'ensemble des deux côtés du battant de la porte ; la Fig. 5 est une vue de détail du dispositif selon l'invention ; la Fig. 6 montre différentes variantes de réalisation la Fig. 7 montre une variante de réalisation.

Description détaillée d'un mode de réalisation particulier de l'invention

La Fig. 1 montre une coudée 1 selon l'invention en position de repos. Elle comporte une partie droite 2 disposée perpendiculairement au plan d'une porte 3. Cette partie droite 2 se prolongeant par une partie en forme d'ovale ou en forme de C aplati, comportant une partie arrondie 4 s'écartant du plan de la porte 3, une partie distale 5 et un retour 6. L'ensemble des parties 4, 5 et 6 étant proportionnées pour permettre l'insertion du coude d'un adulte de manière confortable.

La porte est munie d'une serrure à pêne 7 apte à s'insérer dans la gâche du chambranle (non illustré) de la porte 3.

Comme on le voit plus en détail à la Fig. 5, la distance intérieure DI entre la partie droite 2 et la partie distale 5 est dans l'exemple de réalisation de l'ordre de 14,5 cm et la distance intérieure D2 entre le retour 6 et la partie arrondie 4 est de l'ordre de 7 cm.

D'autres dimensions et configurations peuvent être imaginées sans sortir du cadre de la présente invention. Certaines sont présentées ci-dessous à la Fig. 6.

Pour permettre le positionnement du coude sans courbature excessive du dos, la coudée est inclinée d'environ 45 degrés, sa partie distale 5 dirigée vers le haut. Ceci est principalement destiné aux coudées qui sont destinées à remplacer les poignées des portes existantes, qui sont à une hauteur standard (généralement 103 à 110 cm du sol).

La Fig. 2 illustre les deux positions de la coudée :

- en position de repos (inclinaison de 45 degrés), la serrure est alors fermée et

- en position maintenue par le coude (position horizontale) la serrure est alors ouverte par le retrait du pêne hors de la gâche du chambranle de la porte.

La Fig. 3 est une vue partielle d'une personne ayant inséré son coude dans la coudée. Dans la position illustrée, la personne place son épaule vers l'ouverture de la porte et son poignet vers la charnière de la porte (non illustrée). Elle peut ainsi appuyer son avant-bras 9 sur la partie distale 5 de la coudée et actionner l'ouverture de la porte. La Coudée convient également si la personne souhaite utiliser la position inverse : épaule vers la charnière et poignet vers l'ouverture de la porte. L'actionnement de la serrure se fera alors par une pression du coude vers le bas, légèrement en oblique.

La Fig. 4 illustre les deux côtés de la porte 3, vue de face.

A la Fig. 5 on peut voir qu'un axe 8 est disposé dans la partie droite 2 de la coudée. Cet axe 8 se prolonge dans la serrure pour actionner le mécanisme « pêne-gâche ». Cet axe présente, comme dans les poignées standards, une section carrée .

La Fig. 6 illustre 6 variantes d'exécution qui apportent des styles différents tout en conservant les parties 4, 5 et 6 qui forment un ovale apte à maintenir le coude en place lorsque la personne pousse ou tire sur la porte.

La Fig 7 illustre une variante d'exécution où les différentes parties 4, 5 et 6 ne forment plus un arrondi continu mais forment un rectangle ouvert et à coins coupés.

On peut également imaginer que la coudée soit utilisée pour des portes battantes sans serrure. Dans ce cas, une seule position est nécessaire, il n'y a pas de rotation nécessaire, ni d'axe. La coudée pourra être fixée à la porte de manière inclinée ou horizontale.

Dans le cas où la Coudée équipe directement une porte neuve, la position de la serrure pourrait être plus haute que la position standard habituelle. Dans ce cas, l'inclinaison de la partie apte à recevoir le coude peut être réduite.

Avantages

La Coudée représente une avancée novatrice dans le sens où elle offre une alternative simple et efficace à la poignée traditionnelle. En effet, elle apporte un avantage comparatif sur celle-ci dans la mesure où l'usage du coude évite le contact des mains sur les poignées. Le dispositif selon l'invention offre une protection hygiénique à l'utilisateur en évitant la propagation des bactéries et virus.

Elle ne nécessite pas un savoir-faire technologique spécial pour les fabricants.

Elle ne demande, pas plus qu'une poignée traditionnelle, un mode d'emploi ou un guide d'utilisation ou une quelconque information liée à son fonctionnement ou à son placement.

Elle offre au premier regard de l'utilisateur une conscience intuitive de la manière de l'utiliser.

Elle ne présente par sa forme soigneusement étudiée quasiment aucun risque d'utilisation inadaptée (et à tout le moins pas plus de risque qu'une poignée de porte traditionnelle).

Compte tenu de sa conception extrêmement simple, le coût de fabrication industrielle de la Coudée ne sera pas plus élevé que le coût moyen d'une poignée normale.

Pour les mêmes raisons, la Coudée, tout comme la poignée traditionnelle, pourra être fabriquée dans divers matériaux tels que métal, plastique, bois, etc..

Il apparaîtra évident pour l'homme du métier que la présente invention n'est pas limitée aux exemples illustrés et décrits ci-dessus. L'invention comprend chacune des caractéristiques nouvelles ainsi que leur combinaison. La présence de numéros de référence ne peut être considérée comme limitative. L'usage du terme « comprend » ne peut en aucune façon exclure la présence d'autres éléments que ceux mentionnés. L'usage de l'article défini « un » pour introduire un élément n'exclut pas la présence d'une pluralité de ces éléments. La présente invention a été décrite en relation avec un mode de réalisation spécifique, qui a une valeur purement illustrative et ne doit pas être considéré comme limitatif.