Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE OF PNEUMATIC TYRE TYPE WITH FLEXIBLE FILAMENTARY ELEMENTS, FOR A VEHICLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/094979
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a device (1) of the pneumatic tyre type, intended to be fitted to a vehicle, comprising a load-bearing assembly (8) providing an improvement in flattening, and with the objective of reducing the cabin noise generated. A device (1) of the pneumatic tyre type according to the invention essentially comprises two coaxial structures exhibiting symmetry of revolution, these respectively being a radially outer structure (2) and a radially inner structure (3), which are separated radially by an annular interior space (5), connected to one another, in a running zone, by a load-bearing assembly (8) made up of a load-bearing structure (6) comprising filamentary load-bearing elements (61), a radially outer connecting structure (71) and a radially inner connecting structure (72), and are connected to one another, at their respective axial ends (24, 34) by two sidewalls (9), themselves reinforced by a carcass reinforcement (10, 11). According to the invention, the equivalent tangent modulus of stiffness in extension E of the load-bearing assembly (8) is at most equal to 1 MPa.

Inventors:
BONNAMOUR MATTHIEU (FR)
Application Number:
PCT/FR2019/052630
Publication Date:
May 14, 2020
Filing Date:
November 06, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
MICHELIN & CIE (FR)
International Classes:
B60C9/18; B60C5/01; B60C7/10; B60C7/14; D03D11/02; D03D27/10
Domestic Patent References:
WO2017005713A12017-01-12
WO2018020164A12018-02-01
WO2017103490A12017-06-22
WO2018130785A12018-07-19
WO2018130783A12018-07-19
WO2017103491A12017-06-22
WO2017005713A12017-01-12
WO2018020164A12018-02-01
WO2017103490A12017-06-22
Foreign References:
EP3231637A12017-10-18
Other References:
EUROPEAN TYRE AND RIM TECHNICAL ORGANISATION: "E T R T O StANDARDS MANUAL 2003", 1 February 2001 (2001-02-01), XP055608675, Retrieved from the Internet [retrieved on 20190725]
Attorney, Agent or Firm:
DESBORDES, Guillaume (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Dispositif de type pneumatique (1), destiné à équiper un véhicule, comprenant:

-une structure de révolution radialement extérieure (2) dont l’axe de révolution est l’axe de rotation (YY’) du dispositif de type pneumatique et destinée à entrer en contact avec un sol par l’intermédiaire d’une bande de roulement (21) comprenant au moins un matériau élastomérique, la structure de révolution radialement extérieure (2) ayant deux extrémités axiales (24) et une face radialement intérieure (23), et la structure de révolution radialement extérieure (2) comprenant une armature circonférentielle de renforcement (22),

-une structure de révolution radialement intérieure (3), coaxiale à la structure de révolution radialement extérieure (2) et destinée à assurer la liaison du dispositif de type pneumatique avec un moyen de montage (4) sur le véhicule, la structure de révolution radialement intérieure (3) ayant deux extrémités axiales (34) et une face radialement extérieure (33), et la structure de révolution radialement intérieure (3) comprenant au moins un matériau polymérique,

-un espace annulaire intérieur (5) radialement délimité par la face radialement intérieure (23) de la structure de révolution radialement extérieure (2) et par la face radialement extérieure (33) de la structure de révolution radialement intérieure (3), -deux flancs (9), reliant deux à deux les extrémités axiales (24, 34) des structures de révolution respectivement radialement extérieure (2) et radialement intérieure (3) et délimitant axialement l’espace annulaire intérieur (5),

-une armature de carcasse (10, 11) s’étendant radialement dans chaque flanc (9) et axialement au moins en partie dans la structure de révolution radialement extérieure (2) et au moins en partie dans la structure de révolution radialement intérieure (3),

-une structure porteuse (6) constituée par une pluralité d’éléments porteurs fïlaires identiques (61), ayant chacun une section moyenne Sp, non reliés entre eux dans l’espace annulaire intérieur (5) et s’étendant continûment à partir d’une structure de liaison radialement extérieure (71), ayant une surface SE et solidarisée avec la face radialement intérieure (23) de la structure de révolution radialement extérieure (2), jusqu’à une structure de liaison radialement intérieure (72), ayant une surface Si et solidarisée avec la face radialement extérieure (33) de la structure de révolution radialement intérieure (3), de telle sorte que, lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z sur un sol, au moins une partie des éléments porteurs (61), reliés à la portion de la structure de révolution radialement extérieure (2) non en contact avec le sol, sont en tension,

-la structure porteuse (6), la structure de liaison radialement extérieure (71) et la structure de liaison radialement intérieure (72) constituant un assemblage porteur (8),

-l’assemblage porteur (8) ayant un module tangent équivalent de rigidité en extension Eet et un module sécant équivalent de rigidité en extension Ees, respectivement définis pour la valeur d’extension radiale de l’assemblage porteur (8), diamétralement à l’opposé de l’aire de contact, atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique (1) est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z,

caractérisé en ce que le module tangent équivalent de rigidité en extension Eet de l’assemblage porteur (8) est au plus égal à 1 MPa.

2. Dispositif de type pneumatique (1) selon la revendication 1, dans lequel le module sécant équivalent de rigidité en extension Eeq de l’assemblage porteur (8) est au moins égal à 0.1 MPa.

3. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une des revendications 1 ou 2,

l’assemblage porteur (8) ayant une densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires (61), définie comme le rapport entre la somme des sections moyennes Sp des éléments porteurs fïlaires (61) et la moyenne arithmétique SM de la surface SE de la structure de liaison radialement extérieure (71) et de la surface Si de la structure de liaison radialement intérieure (72), dans lequel la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires (61) est au plus égale à 10%.

4. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à 3, l’assemblage porteur (8) ayant une densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires (61), définie comme le rapport entre la somme des sections moyennes Sp des éléments porteurs fïlaires (61) et la moyenne arithmétique SM de la surface SE de la structure de liaison radialement extérieure (71) et de la surface Si de la structure de liaison radialement intérieure (72), dans lequel la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires (61) est au moins égale à 0.05%.

5. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à

4, tout élément porteur fïlaire (61) ayant un module tangent de rigidité en extension Et, défini pour la valeur d’allongement de l’élément porteur fïlaire (61) atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique (1) est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z, dans lequel le module tangent de rigidité en extension Et de tout élément porteur fïlaire (61) est au plus égal à 2000 MPa.

6. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à

5, tout élément porteur fïlaire (61) ayant un module sécant de rigidité en extension Es, défini pour la valeur d’allongement de l’élément porteur fïlaire (61) atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique (1) est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z, dans lequel le module sécant de rigidité en extension Es de tout élément porteur fïlaire (61) est au moins égal à 1 MPa.

7. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à

6, dans lequel tout élément porteur fïlaire (61) comprend un matériau polymérique tel qu’un polyamide aliphatique, un polyamide aromatique, un polyester, un élasthanne ou toute combinaison des précédents matériaux.

8. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à

7, dans lequel tout élément porteur fïlaire (61) forme, dans un plan circonférentiel (XZ) et avec une direction radiale (ZZ’), un angle AXP au plus égal à 5°.

9. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à

8, dans lequel tout élément porteur fïlaire (61) forme, dans un plan méridien (YZ) et avec une direction radiale (ZZ’), un angle AYP au moins égal à 5° et au plus égal à 45°.

10. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 1 à

9, dans lequel la structure de liaison radialement extérieure (71) et la structure de liaison radialement intérieure (72) de l’assemblage porteur (8) sont respectivement constituées par un tissu radialement extérieur (71) et par un tissu radialement intérieur (72).

11. Dispositif de type pneumatique (1) selon la revendication 10, dans lequel le tissu radialement extérieur (71) est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils (711), parallèles entre eux, chaque fil de la première famille (711) du tissu radialement extérieur (71) formant, avec une direction circonférentielle (XX’) du dispositif de type pneumatique, un angle AE au moins égal à 10° et au plus égal à 45°, et d’une deuxième famille de fils (712), parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils (711, 712) étant symétriques par rapport à un plan équatorial (XZ) du dispositif de type pneumatique et dans lequel le tissu radialement intérieur (72) est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils (721), parallèles entre eux, chaque fil de la première famille (721) du tissu radialement intérieur (72) formant, avec la direction circonférentielle (XX’) du dispositif de type pneumatique, un angle Ai sensiblement égal à 45°, et d’une deuxième famille de fils (722), parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils (721, 722) étant symétriques par rapport à un plan équatorial (XZ) du dispositif de type pneumatique.

12. Dispositif de type pneumatique (1) selon la revendication 10, dans lequel le tissu radialement extérieur (71) est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils (711), parallèles entre eux, chaque fil de la première famille (711) du tissu radialement extérieur (71) formant, avec une direction circonférentielle (XX’) du dispositif de type pneumatique, un angle AE au plus égal à 5°, et d’une deuxième famille de fils (712), parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils (711, 712) formant entre eux un angle BE au moins égal à 85° et au plus à 95° et dans lequel le tissu radialement intérieur (72) est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils (721), parallèles entre eux, chaque fil de la première famille (721) du tissu radialement intérieur (72) formant, avec la direction circonférentielle (XX’) du dispositif de type pneumatique, un angle Ai au plus égal à 5°, et d’une deuxième famille de fils (722), parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils (721, 722) entre eux un angle BE au moins égal à 85° et au plus à 95°.

13. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une des revendications 11 ou 12, dans lequel tout élément porteur fïlaire (61) comprend au moins une portion d’extrémité radialement extérieure (611) intégrée au tissu radialement extérieur tramé (71) et constituée par des entrecroisements par rapport à au moins un fil d’une des deux familles de fils (711, 712) et parallèle à l’autre famille de fils (711, 712).

14. Dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications 11 à 13, dans lequel tout élément porteur fïlaire (61) comprend au moins une portion d’ extrémité radialement intérieure (612) intégrée au tissu radialement intérieur tramé (72) et constituée par des entrecroisements par rapport à au moins un fil d’une des deux familles de fils (721, 722) et parallèle à l’autre familles de fils (721, 722).

15. Ensemble monté (1, 4) comprenant un dispositif de type pneumatique (1) selon l’une quelconque des revendications précédentes monté sur un moyen de montage (4) sur le véhicule.

Description:
Dispositif de type pneumatique à éléments filaires souples pour véhicule.

[0001] La présente invention concerne un dispositif de type pneumatique, destiné à équiper un véhicule. Ce dispositif de type pneumatique est conçu préférentiellement pour des véhicules de tourisme, mais peut être a priori utilisé sur tout autre type de véhicule tels que des véhicules à deux roues, des véhicules poids lourds, agricoles, de génie civil ou des avions ou, plus généralement, sur tout dispositif roulant.

[0002] Un pneumatique classique est une structure torique, destinée à être montée sur une jante, pressurisée par un gaz de gonflage et écrasée sur un sol sous l’action d’une charge. Le pneumatique possède en tout point de sa surface de roulement, destinée à entrer en contact avec un sol, une double courbure: une courbure circonférentielle et une courbure méridienne. Par courbure circonférentielle, on entend une courbure dans un plan circonférentiel, défini par une direction circonférentielle, tangente à la surface de roulement du pneumatique selon la direction de roulement du pneumatique, et une direction radiale, perpendiculaire à l’axe de rotation du pneumatique. Par courbure méridienne, on entend une courbure dans un plan méridien ou radial, défini par une direction axiale, parallèle à l’axe de rotation du pneumatique, et une direction radiale, perpendiculaire à l’axe de rotation du pneumatique.

[0003] Dans ce qui suit, l’expression «radialement intérieur, respectivement radialement extérieur» signifie «plus proche, respectivement plus éloigné de l’axe de rotation du pneumatique». L’expression «axialement intérieur, respectivement axialement extérieur» signifie «plus proche, respectivement plus éloigné du plan équatorial du pneumatique», le plan équatorial du pneumatique étant le plan passant par le milieu de la surface de roulement du pneumatique et perpendiculaire à l’axe de rotation du pneumatique.

[0004] Il est connu que la mise à plat du pneumatique sur un sol horizontal, dans un plan circonférentiel et dans un plan méridien, est conditionnée par les valeurs des rayons de courbure respectivement circonférentiel et méridien, au niveau des points de la surface de roulement positionnés aux limites de l’aire de contact du pneumatique avec le sol. Cette mise à plat est d’autant plus facilitée que ces rayons de courbure sont grands, c’est-à-dire que les courbures sont petites, la courbure en un point, au sens mathématique, étant l’inverse du rayon de courbure. Il est également connu que la mise à plat du pneumatique impacte les performances du pneumatique, en particulier la résistance au roulement, l’adhérence, l’usure et le bruit. [0005] Par conséquent, l’homme du métier, spécialiste du pneumatique, cherchant à obtenir le bon compromis entre les performances attendues du pneumatique telles que, de façon non exhaustive, l’usure, l’adhérence, l’endurance, la résistance au roulement et le bruit, a développé des solutions alternatives au pneumatique classique pour optimiser sa mise à plat.

[0006] Un pneumatique classique de l’état de la technique a généralement une grande courbure méridienne, c’est-à-dire un petit rayon de courbure méridien, au niveau des extrémités axiales de la bande de roulement, appelées épaules, lorsque le pneumatique, monté sur sa jante de montage et gonflé à sa pression d’utilisation recommandée, est soumis à sa charge de service. La jante de montage, la pression d’utilisation et la charge de service sont définies par des normes, telles que, par exemple, les normes de la European Tyre and Rim Technical Organisation (ETRTO). Un pneumatique classique porte la charge appliquée, essentiellement par les extrémités axiales de la bande de roulement, ou épaules, et par les flancs reliant la bande roulement à des bourrelets assurant la liaison mécanique du pneumatique avec sa jante de montage. Il est connu qu’une mise à plat méridienne d’un pneumatique classique, avec une petite courbure méridienne au niveau des épaules, est généralement difficile à obtenir.

[0007] Le document WO 2017005713 Al propose un dispositif de type pneumatique avec une mise à plat améliorée de sa bande de roulement par rapport à un pneumatique classique, lorsqu’il est soumis à une charge. Ce dispositif de type pneumatique comprend une structure de révolution radial ement extérieure, destinée à entrer en contact avec un sol, une structure de révolution radialement intérieure, destinée à entrer en contact avec un moyen de montage, deux flancs reliant entre elles ces deux structures de révolution et délimitant un espace annulaire intérieure, et une structure porteuse constituée par des éléments porteurs identiques qui, lorsque le pneumatique est soumis à une charge, sont en extension en dehors de l’aire de contact du pneumatique avec le sol et en compression dans l’aire de contact, et deux flancs. Les éléments porteurs sont fïlaires et sont reliés respectivement à la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure par un tissu radialement extérieur et à la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure par un tissu radialement intérieur, de telle sorte que l’ensemble constitué par la structure porteuse, le tissu radialement extérieur et le tissu radialement intérieur constitue une structure sandwich. En outre, la densité surfacique moyenne D des éléments porteurs par unité de surface de structure de révolution radialement extérieure, exprimée en l/m 2 , est au moins égale à (S/S | )*Z/(A*F 1 ), où S est la surface, en m 2 , de la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure, S E est la surface de liaison, en m 2 , du tissu radialement extérieur avec la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure, Z est la charge radiale nominale, en N, A est la surface de contact au sol, en m 2 , et F r la force à rupture, en N, d’un élément porteur.

[000S] Le document WO 2018020164 Al est un perfectionnement du dispositif de type pneumatique décrit dans le document WO 2017005713 Al précédemment décrit, avec une mise à plat encore améliorée de sa bande de roulement par rapport à un pneumatique classique, lorsqu’il est soumis à une charge. Ce document décrit en particulier des éléments porteurs fïlaires de la structure porteuse ayant une longueur initiale L P strictement supérieure à la hauteur radiale moyenne H et au plus égale à 1.1 fois la hauteur radiale moyenne H de l’espace annulaire intérieur, défini comme la distance entre la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure et par la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure. Cette distance H est mesurée sur le dispositif de type pneumatique dans son état initial, c’est-à-dire monté sur son moyen de montage, gonflé à une pression recommandée mais non soumis à une charge Z. La pression recommandée peut le cas échéant être nulle : dans ce cas, le pneu est non gonflé et supporte la charge uniquement par sa structure. Une longueur initiale Lp d’élément porteur strictement supérieure à la hauteur radiale moyenne H implique que tout élément porteur est détendu dans l’état initial du dispositif de type pneumatique. Lorsque le dispositif de type pneumatique est soumis à la charge Z, les éléments porteurs, hors de Faire de contact avec le sol, se tendent, et au moins une partie d’entre eux deviennent rectilignes, car la hauteur radiale moyenne augmente en dehors de Faire de contact, du fait de l’apparition d’une contre-flèche. Les éléments porteurs, dans Faire de contact, restent en revanche détendus. L’allongement des éléments porteurs sous charge autorise de plus grands rayons de courbure dans tout plan circonférentiel, en entrée et en sortie d’aire de contact, et donc facilite la mise à plat circonférentielle du dispositif de type pneumatique. En revanche, si la longueur initiale L P d’élément porteur était supérieure à 1.1 fois la hauteur radiale moyenne H, tout élément porteur resterait détendu et la structure porteuse ne pourrait pas assurer sa fonction de port de charge.

[0009] Le document WO 2017103490 Al décrit un mode de réalisation avantageux de la structure sandwich constituée par la structure porteuse, le tissu radialement extérieur et le tissu radialement intérieur du dispositif de type pneumatique décrit dans le document WO 2017005713 Al. Ce document décrit une structure sandwich, constituée par un assemblage comprenant une première structure tissée ou tricotée imprégnée comprenant un premier tissu ou tricot et une première couche d’une première composition polymérique, une deuxième structure tissée ou tricotée imprégnée comprenant un deuxième tissu ou tricot et une deuxième couche d’une deuxième composition polymérique, une structure porteuse comprenant des éléments porteurs reliant les premier et deuxième tissus ou tricots entre eux et au moins un moyen sacrificiel de maintien temporaire des première et deuxième structures tissées ou tricotées imprégnées l’une par rapport à l’autre, reliant les premier et deuxième tissus ou tricots entre eux, le moyen sacrificiel étant agencé de façon à rompre avant les éléments porteurs lorsqu’on écarte les première et deuxième structures tissées ou tricotées imprégnées l’une de l’autre.

[0010] Comme décrit dans le document WO 2017005713 Al, la structure porteuse, le tissu radialement extérieur et le tissu radialement intérieur, constituant la structure sandwich, peuvent être constitués par divers types de matériaux :

-des matériaux polymériques, tels qu’un polyamide aliphatique, par exemple un nylon, un polyamide aromatique, par exemple l’aramide, ou un polyester, par exemple un polyéthylène téréphtalate (PET),

-des matériaux métalliques, tels que l’acier,

-ou des matériaux de type verre ou carbone ou toute combinaison des précédents matériaux.

[0011] Les inventeurs ont toutefois constaté qu’avec une structure porteuse constituée par certains des matériaux précédemment cités, tel que, par exemple, un polyester de type polyéthylène téréphtalate (PET), le dispositif de type pneumatique pouvait générer un niveau de bruit intérieur dégradé par rapport à un pneumatique standard. Le bruit intérieur est ici défini par un bruit à basses fréquences, perçu à l’intérieur d’un véhicule roulant sur un sol à forte granularité, les fréquences étant comprises entre 80 Hz et 800 Hz. Par conséquent, certains matériaux constitutifs des éléments porteurs fïlaires de la structure porteuse ne sont pas adaptés vis-à-vis du bruit intérieur généré.

[0012] La présente invention a donc pour objectif de proposer un dispositif de type

pneumatique pour véhicule avec une structure porteuse permettant une amélioration de la mise à plat, avec une réduction du bruit intérieur généré.

[0013] Ce but a été ateint, selon l’invention, par un dispositif de type pneumatique, destiné à équiper un véhicule, comprenant: -une structure de révolution radialement extérieure dont l’axe de révolution est l’axe de rotation du dispositif de type pneumatique et destinée à entrer en contact avec un sol par l’intermédiaire d’une bande de roulement comprenant au moins un matériau élastomérique, la structure de révolution radialement extérieure ayant deux extrémités axiales et une face radialement intérieure, et la structure de révolution radialement extérieure comprenant une armature circonférentielle de renforcement,

-une structure de révolution radialement intérieure, coaxiale à la structure de révolution radialement extérieure et destinée à assurer la liaison du dispositif de type pneumatique avec un moyen de montage sur le véhicule, la structure de révolution radialement intérieure ayant deux extrémités axiales et une face radialement extérieure, et la structure de révolution radialement intérieure comprenant au moins un matériau polymérique,

-un espace annulaire intérieur radialement délimité par la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure et par la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure,

-deux flancs, reliant deux à deux les extrémités axiales des structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure et délimitant axialement l’espace annulaire intérieur,

-une armature de carcasse s’étendant radialement dans chaque flanc et axialement au moins en partie dans la structure de révolution radialement extérieure et au moins en partie dans la structure de révolution radialement intérieure,

-une structure porteuse constituée par une pluralité d’éléments porteurs fïlaires identiques, ayant chacun une section moyenne Sp, non reliés entre eux dans l’espace annulaire intérieur et s’étendant continûment à partir d’une structure de liaison radialement extérieure, ayant une surface S E et solidarisée avec la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure, jusqu’à une structure de liaison radialement intérieure, ayant une surface Si et solidarisée avec la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure, de telle sorte que, lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z sur un sol, au moins une partie des éléments porteurs, reliés à la portion de la structure de révolution radialement extérieure non en contact avec le sol, sont en tension,

-la structure porteuse, la structure de liaison radialement extérieure et la structure de liaison radialement intérieure constituant un assemblage porteur,

-l’assemblage porteur ayant un module tangent équivalent de rigidité en extension E et et un module sécant équivalent de rigidité en extension E es , respectivement définis pour la valeur d’extension radiale de l’assemblage porteur, diamétralement à l’opposé de l’aire de contact, atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z,

-le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur étant au plus égal à 1 MPa.

[0014] Un dispositif de type pneumatique selon l’invention comprend ainsi essentiellement deux structures de révolution coaxiales, respectivement radialement extérieure et radialement intérieure, séparées radialement par un espace annulaire intérieur et reliées entre elles, en zone courante, par un assemblage porteur et, au niveau de leurs extrémités axiales respectives, par deux flancs, eux-mêmes renforcés par une armature de carcasse.

[0015] La structure de révolution radialement extérieure est destinée à entrer en contact avec un sol par l’intermédiaire d’une bande de roulement comprenant au moins un matériau élastomérique et comprend une armature circonférentielle de renforcement contribuant à la reprise des efforts de gonflage et à la tenue de route du dispositif de type pneumatique.

[0016] La structure de révolution radialement intérieure, coaxiale à la structure de révolution radialement extérieure, est destinée à assurer la liaison du dispositif de type pneumatique avec un moyen de montage sur le véhicule, tel qu’une jante, et comprend au moins un matériau polymérique, le plus souvent élastomérique.

[0017] Le dispositif de type pneumatique comprend également deux flancs, reliant deux à deux les extrémités axiales des structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure et délimitant axialement l’espace annulaire intérieur. Par conséquent l’espace annulaire intérieur constitue une cavité fermée pouvant être pressurisée par un gaz de gonflage. Les flancs, selon leur conception et, en particulier, selon leur rigidité structurelle, peuvent participer plus ou moins au port de la charge radiale appliquée. Les flancs comprennent généralement au moins un matériau élastomérique et le plus souvent une armature de renforcement. Les flancs peuvent ou non être liés directement à la structure porteuse. Dans le cas où ils ne sont pas liés directement à la structure porteuse, les flancs ont un comportement mécanique autonome, sans incidence sur le fonctionnement mécanique propre de la structure porteuse. En outre, en combinaison avec les deux structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure, ils ferment l’espace annulaire intérieur qui constitue alors une cavité fermée pouvant être pressurisée ou non par un gaz de gonflage. Dans le cas d’une pressurisation effective par un gaz de gonflage, le dispositif de type pneumatique présente alors une rigidité pneumatique, due à la pression, qui va également contribuer au port de la charge radiale appliquée. Usuellement, pour une utilisation sur un véhicule de tourisme, la pression de gonflage est au moins égale à 0.5 bar, de préférence au moins égale à 1 bar. Plus la pression est élevée, plus la contribution de la rigidité pneumatique au port de la charge radiale appliquée est élevée. En l’absence de pressurisation et dans le cas d’une faible rigidité structurelle des flancs, sous réserve d’une rigidité circonférentielle suffisante de l’armature de renforcement comprise dans la structure de révolution radialement extérieure, l’assemblage porteur assure la quasi-totalité du port de la charge, les flancs ne jouant qu’un rôle de protection vis-à-vis des agressions éventuelles par des éléments extérieurs au dispositif de type pneumatique.

[0018] Dans le cas d’un dispositif fonctionnant avec une cavité pressurisée, la charge nominale est égale à 80% de la charge maximale telle que définie par l’ETRTO, par exemple dans le document intitulé « ETRTO - STANDARDS MANU AL - 2018 ». La charge maximale est fonction des dimensions du pneumatique et de sa version standard ou renforcée. Dans le cas d’un dispositif fonctionnant en l’absence de pression, la charge nominale est la charge nominale telle que définie ci-dessus d’un dispositif fonctionnant avec une cavité pressurisée de même dimensions dans sa version standard. Bien évidemment, par en l’absence de pression, on comprendra que la pression dans la cavité est égale à la pression atmosphérique.

[0019] Dans le cas d’un dispositif fonctionnant avec une cavité pressurisée, la pression nominale est égale à 2,1 bars pour un pneumatique dans sa version standard et égale à 2,5 bars pour un pneumatique dans sa version renforcée, et ce quelle que soit sa dimension. Bien évidemment, dans le cas d’un dispositif fonctionnant en l’absence de pression, la pression nominale est égale à la pression atmosphérique.

[0020] Le dispositif de type pneumatique comprend aussi une armature de carcasse s’étendant radialement dans chaque flanc et axialement au moins en partie dans la structure de révolution radialement extérieure et au moins en partie dans la structure de révolution radialement intérieure. L’armature de carcasse, positionnée dans chaque flanc, contribue à la reprise des efforts et à la limitation des déformations, que génère la pression interne, au niveau des flancs. Cette contribution nécessite un ancrage mécanique de ladite armature de carcasse par rapport aux structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure : c’est la raison pour laquelle l’armature de carcasse, s’étendant radialement dans chaque flanc, s’étend axialement au moins en partie dans la structure de révolution radialement extérieure et au moins en partie dans la structure de révolution radialement intérieure. En l’absence de cette armature de carcasse renforçant les flancs, la tenue mécanique des flancs à la pression serait plus faible, et leurs déformations excessives. Par armature de carcasse, on entend préférentiellement une armature de renforcement comprenant au moins une couche de carcasse constituée par des renforts enrobés dans un mélange élastomérique. Le plus souvent, une telle armature de carcasse comprend une unique couche de carcasse, mais elle peut également être constituée par deux couches de carcasse superposées dont les renforts respectifs sont croisés d’une couche à la suivante.

[0021] Le principe de fonctionnement d’un dispositif de type pneumatique selon l’invention est de porter une charge radiale appliquée au dispositif de type pneumatique, au moins en partie par l’intermédiaire d’une structure porteuse, constituée d’éléments porteurs non reliés entre eux dans l’espace annulaire intérieur et dont au moins une partie d’entre eux, positionnés en dehors de l’aire de contact du dispositif de type pneumatique avec le sol, sont mis en tension. Les éléments porteurs positionnés dans l’aire de contact peuvent ou non être mis en tension, sous l’action de la charge radiale, selon le niveau de la pré-tension éventuellement appliquée aux éléments porteurs lors de la fabrication du dispositif de type pneumatique, de son montage sur un moyen de montage et/ou son gonflage.

[0022] La structure porteuse est constituée par une pluralité d’éléments porteurs identiques, c’est-à-dire dont les caractéristiques géométriques et les matériaux constitutifs sont identiques.

[0023] De plus, les éléments porteurs sont, non reliés entre eux, c’est-à-dire deux à deux indépendants, dans l’espace annulaire intérieur. En d’autres termes, les éléments porteurs sont non liés mécaniquement entre eux dans l’espace annulaire intérieur, de telle sorte qu’ils ont des comportements mécaniques indépendants. Par exemple, ils ne sont pas liés entre eux de façon à former un réseau ou un treillis.

[0024] Enfin, chaque élément porteur s’étend continûment à partir d’une structure de liaison radialement extérieure, ayant une surface S E et solidarisée avec la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure, jusqu’à une structure de liaison radialement intérieure, ayant une surface Si et solidarisée avec la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure. Autrement dit chaque élément porteur s’étend selon une trajectoire généralement rectiligne comprenant une première extrémité reliée à la structure de liaison radialement extérieure et une deuxième extrémité reliée à la structure de liaison radialement intérieure. Généralement, les éléments porteurs ne sont pas liés directement aux structures de révolution radialement extérieure et radialement intérieure, mais sont en interface avec elles par l’intermédiaire de structures de liaison. Ces structures de liaison sont le plus souvent solidarisées aux structures de révolution correspondantes par vulcanisation, par collage ou tout autre procédé de fixation. Ces structures de liaison peuvent être, par exemple, constituées par des tissus tramés Ces structures de liaison peuvent le cas échéant être intégrées dans les structures de révolution correspondantes, par exemple dans le cas de l’ancrage des extrémités des éléments porteurs dans les structures de révolution.

[0025] Les éléments porteurs de la structure porteuse sont en outre fïlaires, c’est-à-dire des éléments unidimensionnels assimilés à des fils.

[0026] Plus précisément, chaque élément porteur peut être caractérisé géométriquement par sa longueur L P et par sa section moyenne Sp, qui est la moyenne des sections obtenues par la coupe de l’élément porteur par toutes les surfaces cylindriques, coaxiales aux deux structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement extérieure, et radialement comprises entre lesdites deux structures de révolution. Dans le cas le plus fréquent d’une section constante de l’élément porteur, la section moyenne Sp est égale à cette section constante. La section moyenne Sp de l’élément porteur est caractérisée par une plus grande dimension caractéristique L et une plus petite dimension caractéristique E, dont le rapport K=L/E est appelé rapport de forme. A titre d’exemples, une section moyenne Sp circulaire, ayant un diamètre égal à d, a un rapport de forme K=l, une section moyenne Sp rectangulaire, ayant une longueur L et une largeur 1, a un rapport de forme K=L/l, et une section moyenne Sp elliptique, ayant un grand axe A et un petit axe a, a un rapport de forme K=A/a.

[0027] Par définition, un élément porteur est dit fïlaire ou unidimensionnel lorsque que la plus petite dimension caractéristique E de sa section moyenne Sp est au plus égale à 0.02 fois la hauteur radiale moyenne au repos H 0 de l’espace annulaire intérieur, et lorsque le rapport de forme K de sa section moyenne Sp est au plus égal à 3. La hauteur radiale moyenne au repos Ho de l’espace annulaire intérieur est la distance entre la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure et la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure, mesurée sur le dispositif de type pneumatique non gonflé. Une plus petite dimension caractéristique E de la section moyenne Sp de l’élément porteur au plus égale à 0.02 fois la hauteur radiale moyenne au repos H 0 de l’espace annulaire intérieur exclut tout élément porteur massif, ayant un volume important. En d’autres termes, chaque élément porteur a un élancement élevé, selon la direction radiale. Un rapport de forme K de sa section moyenne Sp au plus égal à 3 signifie que la plus grande dimension caractéristique L de sa section moyenne Sp est au plus égale à 3 fois la plus petite dimension caractéristique E de sa section moyenne Sp.

[0028] Un élément porteur fïlaire a un comportement mécanique de type fïlaire, c’est-à-dire qu’il ne peut être soumis qu’à des efforts d’extension ou de compression selon sa ligne moyenne. Parmi les composants couramment utilisés dans le domaine du pneumatique, les renforts textiles, constitués par un assemblage de filés textiles, ou les câbles métalliques, constitués par un assemblage de fils métalliques, peuvent être considérés comme des éléments porteurs fïlaires, car leur section moyenne Sp étant sensiblement circulaire, le rapport de forme K est égal à 1, donc inférieur à 3.

[0029] Les éléments porteurs fïlaires peuvent être radiaux, c’est-à-dire former un angle nul avec une direction radiale perpendiculaire à l’axe de rotation du pneumatique. Dans ce cas, les éléments porteurs fïlaires sont perpendiculaires aux deux structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure et ont des longueurs Lp pouvant être comprises entre 0.5 fois et 1.1 fois la hauteur radiale moyenne H de l’espace annulaire intérieur. La hauteur radiale moyenne H de l’espace annulaire intérieur est la distance entre la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure et la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure, mesurée sur le dispositif de type pneumatique monté et gonflé à une pression nominale P. Toutefois, les éléments porteurs peuvent également former un angle non nul avec une direction radiale.

[0030] L’assemblage constitué par la structure porteuse et les deux structures de liaison respectivement radialement extérieure et radialement intérieure, appelé assemblage porteur, est une structure sandwich assimilable à un matériau composite. Ce matériau composite peut être caractérisé mécaniquement par une loi de comportement représentant l’évolution de la contrainte en extension, appliquée au matériau composite selon une direction normale aux structures de liaison, en fonction de sa déformation en extension ou allongement. Cette loi de comportement peut être déterminée typiquement par un essai de traction statique sur une éprouvette constituée par un échantillon de la structure sandwich, comprenant la structure porteuse reliée aux deux structures de liaison. L’éprouvette de traction utilisée a la forme d’un cylindre circulaire creux épais ayant un diamètre intérieur égal à 38 mm et un diamètre extérieur égal à 60 mm, chacune des extrémités dudit cylindre étant fixée par collage à un disque creux ayant un diamètre intérieur égal à 26 mm et un diamètre extérieur égal à 70 mm. Le test de traction est réalisé à déformation imposée avec une vitesse de traction de 200 mm/min. En tout point de la loi de comportement ainsi obtenue, il est connu de déterminer un module tangent équivalent de rigidité en extension E et et un module sécant équivalent de rigidité en extension E es . Le module tangent équivalent de rigidité en extension E et est la pente de la droite tangente à la loi de comportement au point considéré. Le module sécant équivalent de rigidité en extension E es est la pente de la droite passant par l’origine du repère et par le point considéré de la loi de comportement. Les inventeurs ont choisi de déterminer, pour l’assemblage porteur, un module tangent équivalent de rigidité en extension E et et un module sécant équivalent de rigidité en extension E es , pour la valeur d’extension radiale de l’assemblage porteur, diamétralement à l’opposé de l’aire de contact, atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z.

[0031] Selon l’invention, le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur est au plus égal à 1 MPa.

[0032] Les inventeurs ont en effet montré que le niveau de bruit généré par le dispositif de type pneumatique est globalement corrélé au module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur. Plus précisément, pour un dispositif de type pneumatique correspondant à une dimension classique pour un véhicule de tourisme, par exemple de type 255/35 R 19, le niveau de bruit est une fonction non linéaire croissante du module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur, avec une forte croissance en-dessous de 1 MPa, une plus faible croissance entre 1 MPa et 2 MPa, pour atteindre un niveau maximal quasi constant au-delà de 2 MPA. Par conséquent les inventeurs ont fixé à 1 MPa le seuil de module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur, en deçà duquel le niveau de bruit est considéré comme acceptable.

[0033] En effet un module tangent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur suffisamment petit confère à l’assemblage porteur une souplesse permettant d’amortir signifîcativement la transmission des vibrations de roulage du dispositif de type pneumatique à la roue, et de diminuer ainsi le bruit intérieur dans le véhicule. [0034] Le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur est donc considéré comme un paramètre pertinent vis-à-vis de la génération du bruit. Il est défini pour la valeur d’extension radiale de l’assemblage porteur, diamétralement à l’opposé de l’aire de contact, atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z. On appelle extension radiale de l’assemblage porteur la déformation de l’assemblage porteur sous l’action d’une force de traction appliquée perpendiculairement aux structures de liaison. La pression nominale P et la charge radiale nominale Z sont des valeurs recommandées, telles que définies par exemple par les normes ETRTO. Comme décrit précédemment, ce module tangent équivalent de rigidité en extension peut être déterminé, de façon connue, à partir de la loi de comportement en extension de l’assemblage porteur obtenue par un test de traction statique sur éprouvette : c’est la pente de la droite tangente à la loi de comportement au point considéré.

[0035] Le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur est fonction du module tangent de rigidité en extension E t de chaque élément porteur fïlaire, mais aussi des modules de rigidités en extension des structures de liaison ainsi que des rigidités des interfaces entre les éléments porteurs fïlaires et les structures de liaison. Le module tangent de rigidité en extension E t de chaque élément porteur fïlaire est défini pour la valeur d’allongement de l’élément porteur fïlaire atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z.

[0036] Le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur est également fonction de la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires, définie comme le rapport entre la somme des sections moyennes Sp des éléments porteurs fïlaires et la moyenne arithmétique S M de la surface S E de la structure de liaison radialement extérieure et de la surface Si de la structure de liaison radialement intérieure. Pour des caractéristiques données d’éléments porteurs fïlaires, en termes de géométrie et de matériau, le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur est une fonction croissante de la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires.

[0037] Dans le cas particulier où les éléments porteurs fïlaires sont radiaux, c’est-à-dire, sont perpendiculaires aux structures de liaison, et où les structures de liaison, ainsi que les interfaces entre les éléments porteurs fïlaires et les structures de liaison sont suffisamment rigides, le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur est sensiblement égal au produit du module tangent de rigidité en extension E t de chaque élément porteur fïlaire par la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires.

[0038] Avantageusement, le module sécant équivalent de rigidité en extension E eq de l’assemblage porteur est au moins égal à 0.1 MPa.

[0039] Le module sécant équivalent de rigidité en extension E eq de l’assemblage porteur est considéré comme un paramètre pertinent vis-à-vis de la déformation radiale, ou flèche radiale, du dispositif de type pneumatique, lorsque celui-ci est gonflé et soumis à une charge radiale. Il est défini pour la valeur d’extension radiale de l’assemblage porteur, diamétralement à l’opposé de l’aire de contact, atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z. Comme décrit précédemment, ce module sécant équivalent de rigidité en extension peut être déterminé, de façon connue, à partir de la loi de comportement en extension de l’assemblage porteur obtenue par un test de traction statique sur éprouvette : c’est la pente de la droite passant par l’origine du repère et par le point considéré de la loi de comportement.

[0040] En deçà d’une valeur de module sécant équivalent de rigidité en extension E eq égale à 0.1 MPa, l’assemblage porteur devient trop souple et les éléments porteurs fïlaires peuvent être soumis à des allongements excessifs susceptibles d’entraîner leur rupture.

[0041] Egalement avantageusement, l’assemblage porteur ayant une densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires, définie comme le rapport entre la somme des sections moyennes Sp des éléments porteurs fïlaires et la moyenne arithmétique S M de la surface S E de la structure de liaison radialement extérieure et de la surface Si de la structure de liaison radialement intérieure, la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires est au plus égale à 10%. La densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires est définie pour un assemblage porteur au repos, c’est-à-dire non soumis à des sollicitations mécaniques. Au-delà de 10%, la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires devient trop élevée, ce qui entraîne un nombre d’éléments porteurs fïlaires trop important, et par conséquent une masse et un coût de matière de la structure porteuse excessifs.

[0042] Généralement, la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires est constante à la fois selon la direction circonférentielle et selon la direction axiale, c’est-à-dire que la répartition des éléments porteurs est uniforme à la fois circonférentiellement et axialement. L’avantage d’une densité surfacique constante est de contribuer à conférer à la bande de roulement une géométrie quasi cylindrique, avec un effet dit de « mise en marguerite » diminué par rapport à d’autres dispositifs de type pneumatique de l’état de la technique.

[0043] Toutefois, la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires peut être variable selon la direction circonférentielle et/ou selon la direction axiale, c’est-à-dire que la répartition des éléments porteurs n’est pas nécessairement uniforme circonférentiellement et/ou axialement. Dans ce cas, la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires prise en compte est une densité surfacique moyenne.

[0044] Encore avantageusement la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires est au moins égale à 0.05%. En deçà de 0.05%, la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires devient trop faible, ce qui entraîne, dans les éléments porteurs fïlaires, des contraintes élevées susceptibles d’entraîner leur rupture, ainsi que des efforts ponctuels excessifs au niveau des interfaces avec les structures de liaison susceptibles de provoquer la rupture de l’assemblage porteur.

[0045] Le module tangent de rigidité en extension E t de tout élément porteur fïlaire est avantageusement au plus égal à 2000 MPa, ce module tangent étant défini pour la valeur d’allongement de l’élément porteur fïlaire atteinte à l’opposé de l’aire de contact lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z. En d’autres termes, le module tangent de rigidité en extension de tout élément porteur fïlaire doit être suffisamment petit, c’est-à-dire l’élément porteur fïlaire suffisamment souple, pour conférer à l’assemblage porteur une souplesse permettant d’amortir significativement la transmission des vibrations de roulage du dispositif de type pneumatique à la roue, et de diminuer ainsi le bruit intérieur dans le véhicule. Le module tangent de rigidité en extension E t de l’élément porteur fïlaire est égal à K t *Lo/So, I étant la rigidité tangente en extension, L o étant la longueur initiale au repos et So la section initiale au repos de l’élément porteur fïlaire. Le module tangent de rigidité en extension E t est déterminé pour un niveau de déformation DL/L 0 d’un élément porteur fïlaire positionné à l’opposé de l’aire de contact, lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z. La rigidité tangente en extension K t est déduite de la courbe de traction «force (N)/ allongement (mm)» de l’élément porteur fïlaire.

[0046] Le module sécant de rigidité en extension E s de tout élément porteur fïlaire est encore avantageusement au moins égal à 1 MPa, ce module sécant étant défini pour la valeur d’allongement de l’élément porteur fïlaire atteinte à l’opposé de l’aire de contact lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z. En deçà de 1 MPa, l’élément porteur fïlaire étant très souple, la densité surfacique D d’éléments porteurs fïlaires nécessaire pour assurer le port de la charge radiale appliquée devient très élevée, et donc entraîne une masse de structure porteuse excessive. Le module sécant de rigidité en extension E s de l’élément porteur fïlaire est égal à K s * L 0 / S 0 , K s étant la rigidité sécante en extension, L o étant la longueur initiale au repos et So la section initiale au repos de l’élément porteur fïlaire. Ce module sécant de rigidité en extension E s est déterminé pour un niveau de déformation DL/Lo d’un élément porteur fïlaire positionné à l’opposé de l’aire de contact, lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z. La rigidité sécante en extension K s est déduite de la courbe de traction «force (N)/ allongement (mm)» de l’élément porteur fïlaire.

[0047] Selon des variantes avantageuses des matériaux constitutifs des éléments porteurs fïlaires, tout élément porteur fïlaire comprend un matériau polymérique tel qu’un polyamide aliphatique, un polyamide aromatique, un polyester, un élasthanne ou toute combinaison des précédents matériaux. Les matériaux précédemment cités présentent l’avantage de garantir un compromis satisfaisant entre la capacité de port de charge de l’assemblage porteur et l’endurance des éléments porteurs fïlaires, grâce à une pré-tension adaptée desdits éléments porteurs fïlaires.

[0048] Avantageusement tout élément porteur fïlaire forme, dans un plan circonférentiel et avec une direction radiale, un angle AXp au plus égal à 5°. Dans le cas où l’angle AXp est non nul, c’est-à-dire dans le cas d’une structure porteuse constituée d’éléments porteurs fïlaires non radiaux dans un plan circonférentiel, la structure porteuse apporte une contribution à la rigidité circonférentielle du dispositif de type pneumatique.

[0049] Encore avantageusement tout élément porteur fïlaire forme, dans un plan méridien et avec une direction radiale, un angle AYp au moins égal à 5° et au plus égal à 45°. Une structure porteuse constituée d’éléments porteurs fïlaires, formant un angle AY P non nul, c’est-à-dire non radiaux dans un plan méridien, apporte ainsi une contribution à la rigidité axiale, ou transversale, du dispositif de type pneumatique.

[0050] Selon un premier mode de réalisation préféré, la structure de liaison radialement extérieure et la structure de liaison radialement intérieure de l’assemblage porteur sont respectivement constituées par un tissu radialement extérieur et par un tissu radialement intérieur.

[0051] Ainsi les deux structures de liaison respectivement radialement extérieure et radialement intérieure, agissant en qualité d’interfaces entre les éléments porteurs et les structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure, sont deux tissus. Par tissu, on entend une structure obtenue par tissage de fils élémentaires pouvant être constitués par divers types de matériaux.

[0052] Il est à noter que la surface S E du tissu radialement extérieur n’est pas nécessairement identique à la surface S de la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure à laquelle il est solidarisé. De plus, le tissu radialement extérieur n’est pas obligatoirement continu et peut être constitué d’éléments de tissu juxtaposés : dans ce cas, la surface S E du tissu radialement extérieur est la somme des surfaces des éléments de tissu juxtaposés. En pratique, la surface S E est au plus égale à la surface S, c’est-à-dire que le tissu radialement extérieur ne recouvre pas nécessairement intégralement la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure.

[0053] De même, la surface Si du tissu radialement intérieur est au plus égale à la surface S’ de la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure à laquelle il est solidarisé, c’est-à-dire que le tissu radialement intérieur ne recouvre pas nécessairement intégralement la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure. Comme pour le tissu radialement extérieur, le tissu radialement intérieur n’est pas obligatoirement continu et peut être constitué d’éléments de tissu juxtaposés : dans ce cas, la surface Si du tissu radialement intérieur est la somme des surfaces des éléments de tissu juxtaposés.

[0054] Cette conception avec des tissus comme structures de liaison permet avantageusement d’avoir une structure sandwich pouvant être fabriquée de façon indépendante et intégrée d’un seul bloc lors de la fabrication du dispositif de type pneumatique. La structure sandwich ainsi obtenue peut être solidarisée aux structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure par vulcanisation, collage ou tout autre procédé de liaison des tissus respectivement radialement extérieur et radialement intérieur.

[0055] Selon une première variante du premier mode de réalisation préféré, le tissu radialement extérieur est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils, parallèles entre eux, chaque fil de la première famille du tissu radialement extérieur formant, avec une direction circonférentielle du dispositif de type pneumatique, un angle AE au moins égal à 10° et au plus égal à 45°, et d’une deuxième famille de fils, parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils étant symétriques par rapport à un plan équatorial du dispositif de type pneumatique et le tissu radialement intérieur est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils, parallèles entre eux, chaque fil de la première famille du tissu radialement intérieur formant, avec la direction circonférentielle du dispositif de type pneumatique, un angle AI sensiblement égal à 45°, et d’une deuxième famille de fils, parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils étant symétriques par rapport à un plan équatorial du dispositif de type pneumatique.

[0056] De façon générale, un tissu tramé, lors de sa fabrication, est constitué usuellement par des entrecroisements d’une première famille de fils parallèles entre eux, appelés fils de trame, et d’une deuxième famille de fils parallèles entre eux, appelés fils de chaîne, perpendiculaires aux fils de trame. Les caractéristiques mécaniques d’un tel tissu telles que sa rigidité en extension et sa force à rupture en traction, selon le sens de la trame ou celui de la chaîne, dépendent des caractéristiques des fils élémentaires, telles que, pour des fils élémentaires en textile, le titre, exprimé en tex ou g/l000 m, la ténacité, exprimée en cN/ tex, et la contraction standard, exprimée en %, ces fils élémentaires étant répartis selon une densité donnée, exprimée en nombre de fils/dm. Toutes ces caractéristiques sont fonction du matériau constitutif des fils et de la conception de ces fils.

[0057] Un tissu tramé tel que précédemment décrit est, dans un premier temps, lié aux extrémités des éléments porteurs en tant qu’ élément constitutif de la structure sandwich. Dans le cas le plus général, la structure sandwich comprend ainsi au moins un tissu tramé destiné à être lié, généralement par collage ou vulcanisation, soit à la face radialement intérieure de la structure de révolution radialement extérieure, pour devenir le tissu tramé radialement extérieur, soit à la face radialement extérieure de la structure de révolution radialement intérieure, pour devenir le tissu tramé radialement intérieur.

[0058] Que le tissu tramé soit destiné à devenir le tissu tramé radialement extérieur ou le tissu tramé radialement intérieur, il est posé sur une surface cylindrique, de telle sorte que les fils de chaîne et de trame, perpendiculaires entre eux, forment initialement, avec la direction circonférentielle XX’ du dispositif de type pneumatique, un angle sensiblement égal à 45°.

[0059] Après assemblage de la structure sandwich dans le dispositif de type pneumatique, le dispositif de type pneumatique est conformé, c’est-à-dire le diamètre de la structure de révolution radialement extérieure augmente alors que le diamètre de la structure de révolution radialement intérieure reste constant. Si le tissu tramé est radialement extérieur, sa distance radiale par rapport à l’axe de révolution du dispositif de type pneumatique augmente de façon significative au cours de la conformation, sa longueur circonférentielle augmente et l’angle formé par les fils de chaîne et les fils de trame, avec la direction circonférentielle XX’ du dispositif de type pneumatique, initialement égal à 45°, diminue et devient au moins égal à 10° et au plus égal à 45°, après conformation. Si le tissu tramé est radialement intérieur, sa distance radiale par rapport à l’axe de révolution du dispositif de type pneumatique reste quasi constante au cours de la conformation, sa longueur circonférentielle ne varie pas ou peu et l’angle formé par les fils de chaîne et les fils de trame, avec la direction circonférentielle XX’ du dispositif de type pneumatique, initialement égal à 45°, reste sensiblement égal à 45°, après conformation.

[0060] Selon une deuxième variante du premier mode de réalisation préféré, le tissu radialement extérieur est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils, parallèles entre eux, chaque fil de la première famille du tissu radialement extérieur formant, avec une direction circonférentielle du dispositif de type pneumatique, un angle AE au plus égal à 5°, et d’une deuxième famille de fils, parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils formant entre eux un angle BE au moins égal à 85° et au plus à 95° et le tissu radialement intérieur est un tissu tramé comprenant des entrecroisements d’une première famille de fils, parallèles entre eux, chaque fil de la première famille du tissu radialement intérieur formant, avec la direction circonférentielle du dispositif de type pneumatique, un angle AI au plus égal à 5°, et d’une deuxième famille de fils, parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils entre eux un angle BE au moins égal à 85° et au plus à 95°. De tels tissus sont conformables lors du gonflage du dispositif de type pneumatique, c’est-à-dire que les divers angles précédemment décrits, pour les tissus tramés, restent sensiblement constants lors de la mise en pression, ce qui permet de conserver une angulation sensiblement constante des éléments porteurs fïlaires.

[0061] Dans le cas d’un tissu radialement extérieur tramé, tout élément porteur fïlaire comprend avantageusement au moins une portion d’extrémité radialement extérieure intégrée au tissu radialement extérieur tramé et constituée par des entrecroisements par rapport à au moins un fil d’une des deux familles de fils et parallèle à l’autre famille de fils [0062] Dans le cas d’un tissu radialement intérieur tramé, tout élément porteur fïlaire comprend également avantageusement au moins une portion d’extrémité radialement intérieure intégrée au tissu radialement intérieur tramé et constituée par des entrecroisements par rapport à au moins un fil d’une des deux familles de fils et parallèle à l’autre familles de fils.

[0063] Préférentiellement l’assemblage porteur comprend deux tissus respectivement radialement extérieur et radialement intérieur tramés et des éléments porteurs fïlaires constitués par des fils, dont les portions d’extrémités sont intégrées dans chaque tissu respectivement radialement extérieur et radialement intérieur, parallèlement à l’une des familles de fils du tissu. Une telle structure sandwich présente l’avantage de pouvoir être fabriquée en une seule étape de tissage. Selon une variante particulière, plusieurs éléments porteurs fïlaires sont constitués par un fil continu passant alternativement dans chaque tissu respectivement radialement extérieur et radialement intérieur.

[0064] En ce qui concerne la nature des matériaux, les tissus respectivement radialement extérieur et radialement intérieur comprennent un matériau polymérique tel qu’un polyamide aliphatique, un polyamide aromatique, un polyester, un élasthanne, ou un matériau métallique, tel que l’acier, ou un matériau de type verre ou carbone ou toute combinaison des précédents matériaux. Les polymères, en particulier les élastomères, et le métal, tel que l’acier, sont couramment utilisés dans le domaine du pneumatique. Le verre et le carbone sont des matériaux alternatifs envisageables pour une utilisation en pneumatique.

[0065] Selon un deuxième mode de réalisation, la structure de liaison radialement extérieure et la structure de liaison radialement intérieure de l’assemblage porteur sont respectivement intégrées dans la structure de révolution radialement extérieure et dans la structure de révolution radialement extérieure. C’est le cas, par exemple, pour un ancrage des extrémités des éléments porteurs fïlaires directement dans les structures de révolution respectivement radialement extérieure et radialement intérieure. Ce deuxième mode de réalisation est a priori plus complexe à fabriquer que le premier mode de réalisation préféré avec des tissus comme structures de liaison.

[0066] Avantageusement la structure de révolution radialement intérieure comprend, sur une face radialement intérieure, une couche de liaison destinée à être fixée sur le moyen de montage sur le véhicule. La couche de liaison comprend généralement au moins un matériau élastomérique, mais pas nécessairement d’armature de renforcement. La fixation de la couche de liaison sur le moyen de montage peut être réalisée par collage, par des moyens de blocage sur la roue ou, éventuellement, par le seul frettage résultant des forces de pression de gonflage du dispositif de type pneumatique.

[0067] Afin de fabriquer le dispositif de type pneumatique précédemment décrit, on met en œuvre un procédé comprenant:

-une étape d’assemblage d’une ébauche crue du dispositif de type pneumatique durant laquelle on enroule, autour d’un support d’assemblage sensiblement de révolution autour d’un axe de révolution, l’assemblage porteur tel que décrit précédemment, selon la direction circonférentielle du support d’assemblage,

- une étape de moulage de l’ébauche crue assemblée durant laquelle on écarte radialement la structure de liaison radialement extérieure par rapport à structure de liaison radialement intérieure, et

- une étape de chauffage de l’ébauche crue moulée de façon à faire réticuler au moins en partie l’ébauche crue moulée.

Durant l’étape de chauffage de l’ébauche crue moulée, la tension dans chaque élément porteur filaire est nulle afin d’éviter toute relaxation du ou des matériaux constitutifs des éléments porteurs fïlaires.

[0068] L’invention a également pour objet un ensemble monté comprenant un dispositif pneumatique selon l’un des modes de réalisation précédemment décrits, monté sur un moyen de montage sur le véhicule.

[0069] La présente invention sera mieux comprise à l’aide des figures 1 à 6 présentées ci- après:

-Figure 1 : vue en perspective et en coupe partielle d’un dispositif de type pneumatique selon l’invention.

-Figure 2A : vue d’une coupe circonférentielle d’un dispositif de type pneumatique selon l’invention, dans l’état écrasé, avec mise en compression des éléments de porteurs fïlaires dans Faire de contact.

-Figure 2B : vue d’une coupe circonférentielle d’un dispositif de type pneumatique selon l’invention, dans l’état écrasé, avec mise en tension des éléments de porteurs fïlaires dans Faire de contact.

-Figure 3A: vue d’une coupe méridienne d’un dispositif de type pneumatique selon l’invention, dans l’état écrasé, avec mise en compression des éléments de porteurs fïlaires dans l’aire de contact.

-Figure 3B: vue en perspective d’un élément porteur.

-Figure 4A: vue en coupe méridienne d’une structure sandwich comprenant deux tissus tramés et une structure porteuse.

-Figure 4B: vue de dessus d’une structure sandwich comprenant deux tissus tramés et une structure porteuse.

-Figure 5: loi de comportement-type d’un assemblage porteur d’un dispositif de type pneumatique selon l’invention.

-Figure 6: évolution du niveau de bruit intérieur en fonction du module tangent équivalent de rigidité en extension d’un assemblage porteur d’un dispositif de type pneumatique selon l’invention.

[0070] La figure 1 présente une vue en perspective et en coupe partielle d’un dispositif de type pneumatique 1 selon l’invention, monté sur un moyen de montage 4 ou jante, et comprenant une structure de révolution radialement extérieure 2 ayant une face radialement intérieure 23 et deux extrémités axiales 24, une structure de révolution radialement intérieure 3 ayant une face radialement extérieure 33 et deux extrémités axiales 34, un espace annulaire intérieur 5, un assemblage porteur 8 comprenant une structure porteuse 6 et deux structures de liaison respectivement radialement extérieure 71 et radialement intérieure 72, et deux flancs 9. La structure de révolution radialement extérieure 2 a un axe de révolution qui est l’axe de rotation YY’ du dispositif de type pneumatique et est destinée à entrer en contact avec un sol par l’intermédiaire d’une bande de roulement 21 comprenant au moins un matériau élastomérique. En outre la structure de révolution radialement extérieure 2 comprend une armature circonférentielle de renforcement 22, constituée, dans le cas présent, par une seule couche de renforcement. La structure de révolution radialement intérieure 3, coaxiale à la structure de révolution radialement extérieure 2, est destinée à assurer la liaison du dispositif de type pneumatique 1 avec le moyen de montage 4. La structure de révolution radialement intérieure 3 comprend au moins un matériau polymérique, le plus souvent un mélange élastomérique. L’espace annulaire intérieur 5 est radialement délimité par les structures de révolution respectivement radialement extérieure 2 et radialement intérieure 3. La structure porteuse 6 constituée par une pluralité d’éléments porteurs fïlaires identiques 61, non reliés entre eux dans l’espace annulaire intérieur 5 et s’étendant continûment à partir d’une structure de liaison radialement extérieure 71, solidarisée avec la face radialement intérieure 23 de la structure de révolution radialement extérieure 2, jusqu’à une structure de liaison radialement intérieure 72, solidarisée avec la face radialement extérieure 33 de la structure de révolution radialement intérieure 3, au moins une partie des éléments porteurs 61, reliés à la portion de la structure de révolution radialement extérieure 2 non en contact avec le sol, sont en tension. Les deux structures de liaison radialement extérieure 71 et radialement intérieure 72 de l’assemblage porteur 8 sont liées, et le plus souvent collées, respectivement à la face radialement intérieure 23 de la structure de révolution radialement extérieure 2 et à la face radialement extérieure 33 de la structure de révolution radialement intérieure 3. En outre, le dispositif de type pneumatique 1 comprend deux flancs 9, reliant les extrémités axiales (24, 34) des structures de révolution respectivement radialement extérieure 2 et radialement intérieure 3 et délimitant axialement l’espace annulaire intérieur 5, de telle sorte que l’espace annulaire intérieur 5 constitue une cavité fermée pouvant être pressurisée par un gaz de gonflage. Enfin, le dispositif de type pneumatique 1 comprend une armature de carcasse (10, 11) s’étendant radialement dans chaque flanc 9 et axialement au moins en partie dans la structure de révolution radialement extérieure 2 et au moins en partie dans la structure de révolution radialement intérieure 3. L’armature de carcasse (10, 11) est constituée par deux portions d’armature de carcasse s’étendant radialement chacune dans un flanc 9, à partir d’une première extrémité positionnée dans la structure de révolution radialement extérieure 2 jusqu’à une deuxième extrémité positionnée dans la structure de révolution radialement intérieure 3. Dans le cas présent, les premières extrémités respectives et les deuxièmes extrémités respectives des deux portions d’armature de carcasse sont disjointes.

[0071] La figure 2A présente une coupe circonférentielle d’un dispositif de type pneumatique 1 selon l’invention, monté sur un moyen de montage 4, dans son état gonflé et écrasé, c’est-à- dire soumis à une charge radiale nominale Z, avec une mise en compression d’éléments porteurs fïlaires 61 dans l’aire de contact. La structure porteuse 6 est constituée par une pluralité d’éléments porteurs fïlaires 61, non reliés entre eux dans l’espace annulaire intérieur 5 et reliant la structure de révolution radialement extérieure 2 à la structure de révolution radialement intérieure 3. Le dispositif de type pneumatique 1, soumis à une charge radiale nominale Z, est en contact avec un sol plan par une surface de contact A, ayant une longueur circonférentielle X A .

[0072] La figure 2B présente une coupe circonférentielle d’un dispositif de type pneumatique 1 selon l’invention, monté sur un moyen de montage 4, dans son état gonflé et écrasé, c’est-à- dire soumis à une charge radiale nominale Z, avec une mise en extension d’éléments porteurs fïlaires 61 dans l’aire de contact. Dans ce cas, les éléments porteurs fïlaires 61 restent en extension et ne sont pas soumis à un flambage, en raison de la pré-tension qui leur a été généralement appliquée lors de la fabrication du dispositif de type pneumatique, de son montage sur un moyen de montage et/ou son gonflage.

[0073] La figure 3A présente une coupe méridienne d’un dispositif de type pneumatique 1 selon l’invention, monté sur un moyen de montage 4. Comme décrit pour la figure 1, le dispositif de type pneumatique 1 comprend une structure de révolution radialement extérieure 2 ayant une face radialement intérieure 23 et deux extrémités axiales 24 et comprenant une bande de roulement 21 et une armature de renforcement 22, une structure de révolution radialement intérieure 3 ayant une face radialement extérieure 33 et deux extrémités axiales 34, un espace annulaire intérieur 5 de hauteur H, un assemblage porteur 8 comprenant une structure porteuse 6 avec des éléments porteurs fïlaires 61 et deux structures de liaison respectivement radialement extérieure 71, ayant une surface S E , et radialement intérieure 72, ayant une surface de liaison Si , deux flancs 9 et une armature de carcasse (10, 11). Le dispositif de type pneumatique 1 , soumis à une charge radiale nominale Z, est en contact avec un sol plan par une surface de contact A. Comme vu précédemment, dans le cas de la figure 2A, les éléments porteurs fïlaires 61, positionnés à l’opposé de l’aire de contact sont en tension, alors que les éléments porteurs 61, reliés à la portion de structure de révolution radialement extérieure 2 en contact avec le sol, sont soumis à un flambage en compression.

[0074] La figure 3B présente un élément porteur fïlaire ou unidimensionnel 61 ayant une section moyenne Sp circulaire, et une longueur L P . La section moyenne Sp est définie par une plus petite dimension caractéristique E et une plus grande dimension caractéristique L toutes deux égales, dans l’exemple présenté, au diamètre du cercle, et caractérisée par son rapport de forme K égal à L/E, donc égal à 1 dans le cas présent. En outre la plus petite dimension caractéristique E de la section moyenne Sp de l’élément porteur 61, c’est-à-dire, dans le cas présent, son diamètre, est au plus égale à 0.02 fois la hauteur radiale moyenne H de l’espace annulaire intérieur 5.

[0075] La figure 4A est une vue en coupe méridienne d’un assemblage porteur 8 comprenant deux structures de liaison (71, 72) de type tissus tramés et une structure porteuse 6. Les deux tissus tramés (71, 72) sont destinés à devenir les tissus respectivement radialement extérieur et radialement intérieur, après intégration dans le dispositif de type pneumatique. Chaque tissu tramé (71, 72) est constitué par des entrecroisements perpendiculaires d’une première famille de fils (711, 721), appelés fils de trame, et d’une deuxième famille de fils (712, 722), appelés fils de chaîne. En outre les éléments porteurs filaires 61 de la structure porteuse 6 sont constitués par des fils continus reliant les deux tissus tramés (71, 72) et comprenant des portions (611, 612) entrecroisées avec les fils de trame (711, 721) respectifs desdits tissus tramés (71, 72), parallèles aux fils de chaîne (712, 722) et constituant les extrémités des éléments porteurs 61 intégrées dans chaque tissu. L’avantage d’une telle conception est de pouvoir tisser la structure sandwich en une étape.

[0076] La figure 4B présente une vue de dessus d’un assemblage porteur 8 comprenant deux structures de liaison (71, 72) de type tissus tramés et une structure porteuse 6. Le tissu tramé 71 représenté est constitué par des entrecroisements perpendiculaires de la première famille de fils 711, appelés fils de trame, et de la deuxième famille de fils 712, appelés fils de chaîne. En outre, la figure 4B montre des portions de fils 611, entrecroisées avec les fils de trame 711, parallèles aux fils de chaîne 712 et constituant des extrémités des éléments porteurs 61 intégrées dans le tissu tramé 71.

[0077] La figure 5 est une loi de comportement-type d’un assemblage porteur, constitué par la structure porteuse et les deux structures de liaison respectivement radialement extérieure et radialement intérieure, qui est une structure sandwich assimilable à un matériau composite équivalent. Ce matériau composite équivalent peut être caractérisé mécaniquement par une loi de comportement représentant l’évolution de la contrainte en extension L/S, appliquée au matériau composite selon une direction normale aux structures de liaison, en fonction de sa déformation en extension ou allongement relatif DL/L. Cette loi de comportement peut être déterminée typiquement par un essai de traction statique sur une éprouvette constituée par un échantillon de la structure sandwich, comprenant la structure porteuse reliée aux deux structures de liaison. En tout point de la loi de comportement ainsi obtenue, le module tangent équivalent de rigidité en extension E et est défini par la pente de la droite tangente à la loi de comportement au point considéré et le module sécant équivalent de rigidité en extension E es est défini par la pente de la droite passant par l’origine du repère et par le point considéré de la loi de comportement. Les inventeurs ont choisi de déterminer, pour l’assemblage porteur, un module tangent équivalent de rigidité en extension E et et un module sécant équivalent de rigidité en extension E es , pour la valeur d’extension radiale de l’assemblage porteur, diamétralement à l’opposé de l’aire de contact, atteinte lorsque le dispositif de type pneumatique est gonflé à une pression nominale P et écrasé sous une charge radiale nominale Z. Il est à noter que tout élément porteur fïlaire, pris individuellement, a une loi de comportement de ce type.

[0078] La figure 6 est un graphe représentant l’évolution du niveau de bruit intérieur B, exprimé en base 100 par rapport à un niveau de bruit maximal défini comme égal à 100, en fonction du module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur d’un dispositif de type pneumatique, exprimé en MPa. Cette courbe est une courbe théorique, issue d’une simulation numérique. Le niveau de bruit B est une fonction non linéaire croissante du module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage, avec une forte croissance en-dessous de 1 MPa, une plus faible croissance entre 1 MPa et 2 MPa, pour atteindre un niveau maximal quasi constant au-delà de 2 MPA. Par conséquent les inventeurs ont fixé à 1 MPa le seuil de module tangent équivalent de rigidité en extension E et , en deçà duquel le niveau de bruit est considéré comme acceptable, typiquement inférieur à 95, le niveau maximal de bruit étant défini par convention comme égal à 100.

[0079] Le dispositif de type pneumatique pour véhicule de tourisme selon l’invention, présentant les caractéristiques de performance bruit représentées sur la figure 6, correspond à un pneumatique de dimension 255/35 R19 XL présentant un indice de charge égal à 96, gonflé à une pression nominale P égale à 2.5 bars et soumis à une charge radiale nominale Z égale à 557 daN. L’assemblage porteur de ce dispositif de type pneumatique est constitué par une structure porteuse, constituée par des éléments porteurs fïlaires identiques en élasthanne, et deux structures de liaison respectivement radialement extérieure et radialement intérieure, constitués par des tissus tramés en polyester de type polyéthylène téréphtalate (PET). Les éléments porteurs fïlaires forment, dans un plan circonférentiel et avec une direction radiale, un angle AXp nul, c’est-à-dire sont radiaux dans un plan circonférentiel. Les éléments porteurs fïlaires sont des fils en élasthanne, constitués d’un filé de filaments ayant un titre égal à 187 tex (g/l000m). Un tel fil en élasthanne a, au point de fonctionnement nominal du dispositif de type pneumatique, résultant de l’application des conditions de pression et de charge nominales décrites ci-dessus, un module tangent de rigidité en extension E t et un module sécant de rigidité en extension E s sensiblement égaux entre eux et égaux à 0.24 MPa, correspondant respectivement à une rigidité tangente en extension K’ t et une rigidité sécante en extension K’ s sensiblement égales entre elles et égales à 0.55 cN/tex, ces deux rigidités en extension étant déduites d’une courbe de traction «force (N)/ allongement relatif (%)» du fil ayant une évolution sensiblement linéaire jusqu’au point de fonctionnement considéré. En outre les éléments porteurs fïlaires sont répartis avec une densité égale à 216000 renforts/m 2 , correspondant à une densité surfacique égale à 3.4%. En effet, dans l’exemple présent, sachant que, d’une part, les éléments porteurs fïlaires ont un titre égal à 187 tex soit 187 g/km (ou 187c10 6 g/mm), et que, d’autre part, la masse volumique de l’élasthanne est d’environ 1 2xl0 3 g/mm 3 , il est possible de calculer la surface d’une section d’un élément porteur fïlaire

So = (187c10 6 ) / (l.2xl0 3 ) = 0.156 mm 2 . Dans l’hypothèse d’une densité d’éléments porteurs fïlaires égale à 216000 renforts/m 2 , la surface totale des sections des éléments porteurs fïlaires est égale à 216000 x 0.156 = 33696 mm 2 , pour 1 m 2 de structure de liaison. La densité surfacique est donc égale à 33696 / 1.10 6 = 0.034, soit une densité surfacique de 3.4%. Les tissus tramés respectivement radialement extérieur et radialement intérieur comprennent des entrecroisements d’une première famille de fils, parallèles entre eux et formant, avec une direction circonférentielle du dispositif de type pneumatique, un angle A E égal à 0°, et d’une deuxième famille de fils, parallèles entre eux, les fils respectifs des deux familles de fils formant entre eux un angle B égal à 90°. Les fils en PET de la première famille formant un angle A E égal à 0°, appelés fils de chaîne, sont constitués d’un filé de filaments ayant un titre égal à 110 tex. Les fils en PET de la deuxième famille formant un angle B E avec la première famille égal à 90°, appelés fils de trame, sont constitués d’un filé de filaments ayant un titre égal à 170 tex. Dans les hypothèses précédentes décrites, le module tangent équivalent de rigidité en extension E et de l’assemblage porteur, au point de fonctionnement nominal, est égal à 0.24 MPa, donc inférieur à 1 MPa. Il est à noter que le module sécant équivalent de rigidité en extension E es de l’assemblage porteur, au point de fonctionnement nominal, est également sensiblement égal à 0.24 MPa, en raison du comportement sensiblement linéaire du matériau équivalent de l’assemblage porteur jusqu’au point de fonctionnement considéré.