Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR PRODUCING A GROUND SURFACE COVER BY EMBEDDING PAVESTONES
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/074589
Kind Code:
A1
Abstract:
Device (1) for producing a ground surface cover, comprising at least one cellular structure (10) provided with a plurality of cells (2), each of which is delimited by walls (20, 21, 22, 23) and an upper opening plane and comprises at least one base as well as communication passages from one cell to the other, each cell (2) comprising a support (26) for supporting a pavestone (3) to be placed in the cell. The support comprises a central zone (26-1), which is centrally located in the cell, and connection elements (26-2 to 26-9) which connect the central zone to the walls by means of rigid connection arms. Cavities (26') are provided under the connection elements (26-2 to 26-9) which form bridges.

More Like This:
JP2004092303ROAD STRUCTURE
Inventors:
DESIRE CHRISTOPHE (FR)
Application Number:
PCT/EP2019/077377
Publication Date:
April 16, 2020
Filing Date:
October 09, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
DESIRE CHRISTOPHE (FR)
International Classes:
E01C3/00; E01C3/04; E01C5/00; E01C15/00
Foreign References:
KR200449175Y12010-06-22
FR2989699A12013-10-25
KR20070078835A2007-08-02
KR101231177B12013-02-07
US3504472A1970-04-07
US4047825A1977-09-13
KR100834516B12008-06-02
FR2989699A12013-10-25
Attorney, Agent or Firm:
AQUINOV (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif (1) de réalisation d'un revêtement de sol, comportant au moins une structure (10) alvéolée dotée d'une pluralité d'alvéoles (2) qui sont délimitées chacune par des parois (20, 21, 22, 23) et un plan supérieur d'ouverture, et comportent chacune au moins un pied (24) et des passages de communication (25) d'une alvéole à l'autre, chaque alvéole (2) comportant un support (26) destiné à supporter un élément de revêtement (3), tel qu'un pavé ou un carreau, à agencer dans l'alvéole, caractérisé en ce que le support (26) comporte une zone centrale (26-1) qui est centrale dans l'alvéole, ainsi que des éléments de liaison (26-2 à 26-9) qui relient la zone centrale aux parois sous la forme de bras rigides de liaison, et en ce que des cavités (26') sont ménagées sous les éléments de liaison (26-2 à 26-9) qui forment des ponts.

2. Dispositif selon la revendication 1, caractérisé en ce que la zone centrale (26-1) du support est sensiblement carrée ou rectangulaire, et les éléments de liaison (26-2 à 26-9) sont longilignes.

3. Dispositif selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que le support (26) forme une surface de repos agencée à une profondeur par rapport au plan d'ouverture supérieure de chaque alvéole (2) qui correspond à l'épaisseur d'un pavé destiné à être supporté par le support de sorte que le pavé soit coplanaire ou de préférence en saillie par rapport audit plan d'ouverture.

4. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comporte plusieurs structures alvéolées adjacentes (10) et au moins une pièce de liaison (4) pour assembler deux structures aboutées latéralement, de préférence la pièce de liaison coopérant par emboîtement ou clipsage.

5. Dispositif selon la revendication précédente, caractérisé en ce que chaque structure (10) comporte des demi-alvéoles dont le plan de coupe partage un support en deux procurant un demi-support, chaque structure étant aboutée à l'autre par mise en butée de deux demi- supports de deux demi-alvéoles en vis-à-vis, les demi-supports comportant des moyens de coopération mutuelle, tels que des éléments femelles, avec lesquels coopèrent par engagement ladite au moins une pièce de liaison.

6. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les passages de communication (25) d'une alvéole à l'autre sont agencés dans les parois de façon à permettre le passage de câbles électriques et/ou de tuyaux d'arrosage intégré et/ou de permettre la passage d'un outil depuis une alvéole ouverte dans une alvéole adjacente obturée par un pavé afin de soulever le pavé associé, en particulier par effet levier.

7. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que chaque alvéole comporte des moyens de retenue (27), en particulier les moyens de retenue sont agencés sur les parois et comportent des formes en saillie et/ou des surfaces chanfreinées depuis le plan de l'ouverture supérieure en direction de l'intérieur de la structure.

8. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le support (26) forme au moins un logement apte à recevoir des moyens d'éclairage et/ou de la connectique.

9. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le support est issu de la fabrication de la structure, de préférence la structure est fabriquée par moulage de matière plastique, en particulier à base de polypropylène (PP) ou de polyuréthane (PE).

10. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comporte un élément de revêtement par alvéole, les parois formant des joints et au moins une interstice est prévu pour assurer un drainage.

11. Revêtement de sol, tel qu'un dallage, pavage ou carrelage, comportant un dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, chaque alvéole comportant un élément de revêtement, tel qu'une dalle, un pavé ou un carreau, logé par emboîtement.

12. Revêtement de sol selon la revendication précédente, caractérisé en ce que les parois de chaque structure alvéolée forment les joints du revêtement, en particulier le revêtement est dépourvu de matériau de scellement entre la structure et l'élément de revêtement.

Description:
DISPOSITIF DE RÉALISATION D'UN REVÊTEMENT DE SOL PAR

ENCASTREMENT DE PAVÉS

La présente invention concerne un dispositif de réalisation d'un revêtement comprenant un structure alvéolée, en particulier sous la forme d'une grille, servant de gabarit pour la réalisation d'un pavage, en particulier servant à encastrer/emboîter des pavés.

L'invention s'adresse à un professionnel ou un particulier, et est notamment destinée à des applications de passage piétons, de roulage de véhicules telles que voies d'accès aux garages, voies piétonnes de jardin, places publiques, trottoirs pour ne citer que ces applications. L'invention sera notamment appliquée à des revêtements à partir de pierre naturelle ou reconstituée, de bois massif ou reconstitué, ou de pavés béton, sans toutefois y être limitée. On connaît des techniques de pavage, notamment des techniques qui consistent à utiliser des blocs massifs autoportants tels que des pavés reconstitués à partir de béton ou des pavés massifs, issus de taille de pierre.

Les pavés sont posés un à un et il est nécessaire d'assurer une planéité de l'ensemble.

Ces pavés se posent sur un support lui-même en béton d'après les normes mais on constate que nombre d'utilisateurs, voire de professionnels les posent à même le sol sur un simple lit de sable, ce qui n'est autorisé que dans le cas d'une allée piétonne. Dans ce cas, l'utilisateur s'expose à des enfoncements des pavés, indépendamment les uns des autres, en fonction des charges exercées, de la répétabilité des actions et des variations localisées de résistance du sol puisque les pavés n'ont aucun lien entre eux.

C'est ainsi qu'il existe un procédé et des produits qui ont recourt à un gabarit de pose de pavés en pierre ou en toute matière à forte résistance à l'usure, pavés qui sont disposés suivant une disposition ornementale souhaitée grâce au gabarit, collés sur une dalle en béton préalablement réalisée et ensuite jointés après retrait du gabarit.

Ainsi la surface de roulage est obtenue avec une très grand résistance à l'usure, mais en utilisant une très faible épaisseur de matériau, diminuant ainsi le prix de la matière première, tant en volume de matière elle-même mais aussi en transport.

Cependant, si ces gabarits de pose représentent un gain de temps et de matière, il est encore nécessaire de réaliser des joints.

FEUILLE DE REMPLACEMENT (RÈGLE 26) Par ailleurs, il est connu du brevet FR2989699 une structure comprenant des alvéoles juxtaposées, et dans lesquelles est directement coulé un matériau de comblement, la structure étant laissée noyée dans le matériau ; l'armature de la structure qui délimite les alvéoles forme alors directement les joints. Chaque alvéole de la structure comporte un pied pour être en contact avec le sol, et au moins un passage communiquant ménagé en partie inférieure dans chaque paroi d'une alvéole pour assurer le passage du matériau d'une alvéole à l'autre et ainsi lier les alvéoles les unes aux autres. Cette structure astucieuse nécessite néanmoins un matériau coulé.

La présente invention vise donc à proposer encore un autre dispositif de réalisation d'un revêtement de sol, notamment applicable en extérieur, qui est d'un prix de revient accessible, et qui est de réalisation facile et rapide pour fournir une surface de revêtement sous la forme de pavés jointés, tout en garantissant une surface de roulage pour véhicules qui soit pérenne et plane dans le temps.

Selon l'invention, le dispositif de réalisation d'un revêtement de sol, comporte au moins une structure (grille) alvéolée dotée d'une pluralité d'alvéoles qui sont délimitées chacune par des parois et un plan supérieur d'ouverture, et comportent chacune au moins un pied et des passages de communication d'une alvéole à l'autre, et est caractérisé en ce que chaque alvéole comporte un support destiné à supporter un élément de revêtement (rigide sous forme de bloc) tel qu'un pavé ou carreau à agencer dans l'alvéole.

Ainsi, le support permet d'agencer dans l'alvéole un pavé, et cela sans risque d'enfoncement du pavé au cours du temps, notamment par le passage répété de véhicules.

Chaque élément de revêtement est amovible par rapport à chaque alvéole.

L'élément de revêtement (pavé, carreau) est maintenu dans l'alvéole par emboîtement. Avantageusement, l'invention n'utilise aucun collage (type colle de carrelage), aucun scellement des éléments de revêtements (type mortier). En outre, aucun joint en particulier de ciment n'est à réaliser puisque la structure (via les parois des alvéoles) forme les joints du revêtement, techniquement et esthétiquement. Les parois de chaque structure alvéolée forment les joints du revêtement, en particulier le revêtement est dépourvu de matériau de scellement entre la structure et l'élément de revêtement.

La structure de l'invention évite la réalisation préalable d'une dalle en béton ou d'un lit de mortier. La structure alvéolée de l'invention remplace une dalle béton. Selon une caractéristique, le support comporte des éléments de liaison qui sont solidaires des parois et connectés de manière centrale à l'alvéole. En particulier, le support comporte une zone centrale, de préférence formant une surface de repos (pour une dalle) sensiblement carrée ou rectangulaire, et des éléments de liaison de préférence longilignes formant également des surfaces de repos (pour la dalle) et reliant la zone centrale aux parois.

Des cavités/des passages sont ménagés sous les éléments de liaison qui forment ainsi des ponts pour laisser le passage aux éventuels câbles devant cheminer entre les alvéoles.

Selon une autre caractéristique, le support forme un surface de repos agencée à une profondeur par rapport au plan d'ouverture supérieure de chaque alvéole qui correspond à l'épaisseur d'un pavé de sorte que le pavé soit coplanaire ou de préférence en saillie par rapport audit plan d'ouverture.

Le support de l'élément de revêtement dans l'alvéole est à distance du plan supérieur d'ouverture de l'alvéole et selon une distance appropriée par rapport à l'épaisseur de l'élément de revêtement de façon que ledit élément de revêtement soit en saillie au-dessus de la structure (au-dessus du plan d'ouverture). Ledit élément de revêtement est destiné à être en saillie (au-dessus) de la structure de préférence de l'ordre de 2 mm, afin que la marche ou le roulage ne soient pas sur la structure/grille. Ainsi on ne peut pas glisser sur la grille, le pied ou la roue n'étant pas en contact avec la grille.

De préférence, le dispositif comporte plusieurs structures alvéolées adjacentes et au moins une pièce de liaison pour assembler deux structures aboutées latéralement, de préférence la pièce de liaison coopérant par emboîtement ou clipsage.

Avantageusement, chaque structure à abouter comporte des demi-alvéoles dont le plan de coupe partage un support en deux procurant un demi-support, chaque structure étant aboutée à l'autre par mise en butée de deux demi-supports de deux demi-alvéoles en vis-à- vis, les demi-supports comportant des moyens de coopération mutuelle, tels que des éléments femelles, avec lesquels coopèrent par engagement ladite au moins une pièce de liaison.

Chaque alvéole comporte des moyens de retenue, en particulier les moyens de retenue sont agencés sur les parois et comportent des formes en saillie et/ou des surfaces chanfreinées depuis le plan de l'ouverture supérieure en direction de l'intérieur de la structure, de manière à procurer un blocage par coincement d'un pavé en position dans l'alvéole. Les moyens de retenue sont à fonction de retenue mécanique (sans aucun collage). Il est ainsi rapide et aisé d'associer les pavés en les positionnant dans les alvéoles et en frappant dessus, par exemple à l'aide d'un maillet. Les pavés sont encastrés dans les alvéoles.

Selon une autre caractéristique, les passages de communication d'une alvéole à l'autre sont agencés dans les parois de façon à permettre le passage de câbles électriques et/ou de tuyaux d'arrosage intégré et/ou de permettre la passage d'un outil depuis une alvéole ouverte dans une alvéole adjacente obturée par un pavé afin de soulever le pavé associé, en particulier par effet levier.

Avantageusement, le support forme au moins un logement (une cavité) apte à recevoir des moyens d'éclairage et/ou de la connectique pour un pavé éclairant.

Le support est issu de la fabrication de la structure, de préférence la structure est fabriquée par moulage de matière plastique, en particulier à base de polypropylène (PP) ou de polyuréthane (PE) et résistant à l'usure et aux rayonnements ultraviolets.

Le dispositif de l'invention comporte un élément de revêtement/pavé par alvéole, les parois formant des joints et ménageant au moins une interstice avec le pavé (en particulier un jeu de l'ordre de l'ordre de 1 mm) pour assurer un drainage.

Dans la suite de la description les qualificatifs « supérieur », « inférieur », d'un élément du dispositif sont utilisés dans le cadre d'une installation normale du dispositif, c'est-à-dire relatif à une notion verticale par rapport à un sol sur lequel serait posé le dispositif.

La présente invention est maintenant décrite à l'aide d'exemples uniquement illustratifs et nullement limitatifs de la portée de l'invention, et à partir des illustrations ci-jointes, dans lesquelles :

La figure 1 représente une vue de dessus d'un exemple de réalisation d'une structure alvéolée d'un dispositif de réalisation de revêtement pour sol selon l'invention ;

La figure 2 est une vue de dessus d'une alvéole de la structure de la figure 1 ;

La figure 3 est une vue partielle de la figure 1 montrant des pavés insérés dans les alvéoles ;

La figure 4 est une vue en perspective de dessus d'un revêtement pavé à partir du dispositif de l'invention ;

La figure 5 est une vue en perspective de dessus en cours d'assemblage de deux structures alvéolées adjacentes ;

La figure 6 est une vue en perspective de dessus en cours de démontage d'un pavé. Le dispositif de réalisation de revêtement 1 selon l'invention, illustré sur les figures, comporte une ou plusieurs structures 10 destinées à être posées sur un sol stabilisé, la structure 10 comportant des alvéoles 2 qui sont destinées à loger des pavés 3, 3' par coincement.

Le matériau utilisé pour la réalisation de la structure 10 est avantageusement une matière plastique, tel qu'en PP ou PE, et de préférence résistante à l'usure et aux rayonnements ultraviolets.

Une structure 10 forme une plaque avantageusement fabriquée par moulage en matière plastique d'épaisseur totale de l'ordre de 4 cm. La plaque peut être aisément découpée aux contours souhaités pour s'adapter au profil de surface à revêtir.

Les structures peuvent présenter des formes géométriques diverses.

Chaque alvéole 2 de la structure 10 est délimitée par des parois 20 à 23 avec au moins une paroi commune à deux alvéoles.

Chaque alvéole est ouverte en partie supérieure mais aussi en partie inférieure, ladite structure étant destinée à venir directement au contact du sol.

Selon l'invention, chaque alvéole comporte au moins un pied 24, au moins un passage 25 communiquant d'une alvéole à l'autre, au moins un support 26 pour porter un pavé 3, des moyens de retenue 27 pour le pavé, de préférence les moyens de retenue 27 procurant au moins une interstice 28 de drainage entre au moins l'une des parois et un pavé.

Chaque alvéole 2 comporte au moins un pied 24, de préférence plusieurs pieds 24 sur une partie de sa périphérie, tels qu'au droit de chaque intersection de parois et de chaque milieu de paroi. Ces pieds sont en contact avec le sol.

Chacune des alvéoles 2 dispose d'un moins un passage 25 communiquant, ménagé dans chaque paroi destinée à servir de paroi commune.

Les passages 25 servent à acheminer à travers la structure des câbles d'alimentation électrique lorsque certains pavés 3' sont prévus pour être éclairants et/ou des tuyaux pour arrosage intégré.

En outre, comme visible sur la figure 6, un passage 25 permet depuis une alvéole dépourvue de pavé, d'introduire un outil sous le pavé de l'alvéole adjacente et de faire levier pour soulever ledit pavé. Le démontage est ainsi grandement facilité et très rapide. Cette technique permet un démontage complet de la totalité du revêtement, ce qui est impossible avec les techniques de l'art antérieur. La solution de l'invention permet de modifier le sens de pose des grilles/structures, de modifier un motif de décoration ou de remplacer un pavé taché, et cela sans aucune casse ni joint à (re)faire.

Lorsque tout le sol est pavé, le démontage d'un premier pavé se fait en passant une lame fine d'outil au niveau d'une interstice 28 entre le pavé et l'une des parois. Puis, le démontage se poursuit via les passages 25.

Le support 26 est destiné à accueillir/supporter le poids d'un pavé. De préférence, le support 26 comporte une zone de support centrale 26-1 et des zones latérales 26-2 à 26-9 reliant la zone centrale 26-1 aux parois 20 à 23. Le pavé 3 repose à plat sur la partie supérieure de l'ensemble de ces zones centrale 26-1 et latérales 26-2 à 26-9.

La zone centrale 26-1 s'étend en superficie, par exemple sous la forme d'un carré ou d'un rectangle, tandis que les zones latérales 26-2 à 26-9 sont longilignes et forment des bras rigides de liaison.

La partie inférieure du support 26, et donc des zones centrale et latérales, est destinée à être en applique contre le sol.

La partie supérieure du support 26, et donc les zones centrale et latérales, constituent un plan d'accueil pour un pavé 3, qui est distant du plan d'ouverture supérieure de l'alvéole pour correspondre à l'épaisseur d'un pavé, par exemple de l'ordre de 2 cm.

Le pavé/l'élément de revêtement est destiné à faire saillie au-dessus de la structure 10 (au- dessus du plan d'ouverture de chaque alvéole). Par exemple, les pavés dépassent de la structure d'environ 2 mm.

Des cavités 26' sont avantageusement ménagées sous les bras de liaison 26-2 à 26-9 qui forment ainsi des ponts pour laisser le passage aux éventuels câbles devant cheminer entre les alvéoles.

Chaque pavé 3 est maintenu dans une alvéole 2, sur le support 26, par emboîtement/coincement en coopérant avec les moyens de retenue 27.

Chaque pavé 3 est disposé dans une alvéole 2 et est enfoncé en tapant dessus avec un maillet. Les parois 20 à 23 des alvéoles forment les joints du revêtement.

Les moyens de retenue 27 sont agencés en partie supérieure de l'alvéole sans faire saillie au- dessus du plan de l'ouverture. Ils sont disposés de manière localisée, par exemple de manière médiane à chaque paroi.

Les moyens de retenue 27 forment des moyens de retenue mécanique. Il y a emboîtement de chaque pavé, sans nécessiter de moyens de collage. En regard plus particulièrement de la figure 5, les moyens de retenue 27 forment des éléments en saillie par rapport au plan vertical d'une paroi, tels que des picots ou des nervures, et/ou des chanfreins dans chaque paroi 20 à 23 avec une inclinaison depuis le plan de l'ouverture supérieure de l'alvéole en direction du bas et du centre de ladite alvéole.

De préférence, une structure 2 présente son bord externe d'aboutement latéral avec une autre structure qui passe par le plan médian de la zone centrale 26-1 de plusieurs supports 26 (figures 1 et 5) ; chaque structure présente des demi-alvéoles qui sont mises en vis-à-vis pour former de manière abouter des alvéoles. L'assemblage de deux structures 2 se fait par des pièces de liaison 4 qui coopèrent par insertion mécanique dans des éléments femelles 29 prévus dans chaque zone centrale 26-1. Les éléments femelles 29 sont par exemple au moins deux encoches dont l'ouverture est tournée vers l'ouverture supérieure d'une alvéole, et sont disposées en vis-à-vis par rapport au plan médian d'assemblage. Deux encoches 29 en regard, qui sont respectivement solidaires de deux structures 2 aboutées latéralement, forment une rainure dans laquelle est emboîtée une pièce longiligne de liaison 4.

De préférence, chaque zone centrale de support 26-1 d'une alvéole présentent quatre côtés parallèles aux parois respectives 20 à 23 d'une alvéole, et chaque côté comporte une paire espacée d'éléments femelles/encoches 29.

Enfin, le support 26 peut constituer un logement/une cavité qui permet d'accueillir la connectique d'un pavé éclairant ou luminescent.