Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR THE THERMAL MANAGEMENT OF AN ELECTRIC OR ELECTRONIC ELEMENT FOR A MOTOR VEHICLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2022/152719
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a fastening stud (3) for an electric and/or electronic element (2), advantageously for a motor vehicle, the stud comprising: a first fastening zone (311) having a first cross-sectional area De2; a coupling portion (71) having a second cross-sectional area Dm; the stud being characterised in that said fastening zone (311) and the coupling portion (71) are adjacent, in that the second cross-sectional area Dm is smaller than the first cross-sectional area De2, and in that the coupling portion (71) has knurling (711) on the surface thereof.

More Like This:
Inventors:
MULLER JEAN DAMIEN (FR)
DE FIGUEIREDO ANTONIO (FR)
GUERFI JEAN BAPTISTE (FR)
DA SILVA PHILIPPE (FR)
Application Number:
PCT/EP2022/050488
Publication Date:
July 21, 2022
Filing Date:
January 12, 2022
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VALEO SYSTEMES THERMIQUES (FR)
International Classes:
F16B9/00; B60L50/00; F16B11/00; F16B19/02; F16B37/04; H01M50/00
Foreign References:
DE102019207681A12020-11-26
US20130051909A12013-02-28
DE959337C1957-03-07
DE202017105715U12017-10-24
KR20130089095A2013-08-09
US2380287A1945-07-10
US20140370366A12014-12-18
Attorney, Agent or Firm:
VALEO SYSTEMES THERMIQUES (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

[Revendication 1 ] Plot de fixation (3) pour un élément électrique et/ou électronique (2), avantageusement pour un véhicule automobile, le plot comprenant :

- une première zone de fixation (31 1 ) présentant une première aire d’une section De2

- une partie d’accouplement (71 ) présentant une deuxième aire d’une Dm, caractérisé en ce que ladite zone de fixation (31 1 ) et la partie d’accouplement (71 ) sont adjacentes, en ce que la deuxième aire de la section Dm est inférieure à la première aire de la section De2, et en ce que la partie d’accouplement (71 ) comporte sur sa surface un moletage (71 1 ).

[Revendication 2] Plot de fixation (3) selon la revendication précédente dans lequel le plot (3) s’étend principalement selon une direction longitudinale, le plot présente une première (21 ) et une deuxième (22) extrémités longitudinales, au moins la première extrémité longitudinale comprend un taraudage (210) s’étendant avantageusement selon la direction longitudinale du plot sur au moins une partie de la longueur du plot, avantageusement sur la totalité de la longueur du plot.

[Revendication 3] Plot de fixation (3) selon l’une des revendications précédentes dans lequel le plot présente une deuxième zone de fixation (322), les première (311 ) et deuxièmes (322) zones de fixation s’étendant de part et d’autre de la partie d’accouplement (71 ), la deuxième zone de fixation présentant une section Del d’aire inférieure à l’aire de la partie d’accouplement, avantageusement l’aire de la section Del est destiné à être inférieure à l’aire de la section D1 du logement d’un corps d’échange thermique dans lequel le plot est destiné à être inséré ;

[Revendication 4] Plot de fixation selon l’une des revendications précédentes dans lequel le moletage est un moletage de type croisé.

[Revendication 5] Plot de fixation selon l’une des revendications précédentes dans lequel, le moletage (71 1 ) présente un angle de moletage (711 ) compris entre 25° et 70°, avantageusement de 30° à 45°.

[Revendication 6] Plot de fixation selon l’une quelconque des revendications précédentes, dans lequel la section de la partie d’accouplement (71 ) est destinée à être dimensionnée de sorte à être supérieure à la section du logement (1 10) d’un corps d’échange thermique (10 ) dans lequel le plot est destiné à être monté.

[Revendication 7] Plot de fixation selon la revendication précédente dans lequel le plot comprend en outre un taraudage sur la deuxième extrémité longitudinale du plot.

[Revendication 8] Plot de fixation selon l’une des revendications précédentes, dans lequel la jonction entre la première zone de fixation (31 1 ) et la partie d’accouplement (71 ) se fait par une cassure nette entre les deux zones d’aires de sections différentes, de sorte à créer une marche destinée à former une butée mécanique du plot (3) pour limiter son enfoncement dans un logement (1 10) d’un corps d’échange thermique.

[Revendication 9] Dispositif de gestion thermique (1 ) d’un élément électrique et/ou électronique, le dispositif comprenant une corps d’échange thermique (1 OA) et un plot de fixation selon l’une des revendications précédentes, le corps d’échange thermique comprenant une première (101 A) et une deuxième (102A) parois planes parallèles l’une à l’autre et un logement (1 10) du plot de fixation, le plot de fixation étant insérée en force dans le logement de sorte à ce que une paroi interne (11 1 ) du logement (1 10) comble au moins partiellement le moletage du plot de fixation (24).

[Revendication 10] Procédé d’assemblage d’un dispositif d’échange thermique selon la revendication précédente, le procédé comprenant :

- une étape d’enfoncement en force d’un plot de fixation, selon l’une des revendication 1 à 8, dans le logement d’un corps d’échange thermique d’un dispositif d’échange thermique.

Description:
Description

DISPOSITIF DE GESTION THERMIQUE D'UN ÉLÉMENT ÉLECTRIQUE ET/OU ÉLECTRONIQUE POUR VÉHICULE AUTOMOBILE

[1 ] Le domaine de la présente invention concerne la régulation thermique d’un élément électrique et/ou électronique, et plus particulièrement, la présente invention se rapporte à la régulation thermique d’un élément électrique et/ou électronique destiné aux véhicules automobiles électriques ou hybrides.

[2] Les véhicules électriques et hybrides sont couramment équipés d’un élément électrique et/ou électronique. Un tel élément électrique et/ou électronique est constitué d'un assemblage de modules électriques, eux-mêmes constitués d'un assemblage de cellules électrochimiques. L’ensemble forme communément ce que l’on appelle une batterie.

[3] Pour assurer l’autonomie, la performance et la fiabilité d’un tel élément électrique et/ou électronique, il convient, en moyenne, de réguler thermiquement l’élément électrique et/ou électronique. Une gestion thermique du élément électrique et/ou électronique vise à maintenir la température des modules électriques qui le compose, à une température comprise approximativement entre 20°C et 40°C. En effet, lorsque la température d’un module électrique est trop basse, la capacité de ses cellules électrochimiques diminue et lorsque la température d’un module électrique est trop élevée la durée de vie de ses cellules électrochimiques est dégradée. Pour assurer cette gestion thermique, il est connu d'utiliser un dispositif de gestion thermique comprenant au moins un corps d’échange thermique positionnée directement au contact d’un module électrique du élément électrique et/ou électronique et parcourue par un fluide caloporteur.

[4] Afin que le fluide caloporteur circule, le ou les corps d’échange thermique sont traversés par un circuit d'échange thermique formé par exemple par des conduits ménagés dans le ou les corps d'échange thermique eux-mêmes. Ce circuit d'échange thermique comporte généralement des connecteurs afin d’être alimenté en fluide caloporteur et de pouvoir l’évacuer. [5] De sorte à assurer un bon contact et maintien des éléments électriques et/ou électroniques, lesdits éléments sont fixés sur les corps d’échange thermique par l’intermédiaire de plots de fixation eux mêmes fixés sur les corps d’échange thermique. En général, ces plots de fixation sont soudés, brasés ou collés au corps d’échange thermique. Cette fixation des plots de fixation telle que décrite ci-dessus impose des moyens de mise en oeuvre importants et n’est pas la plus aisée. En effet, une fixation par collage nécessite une préparation de la surface ce qui augmente le temps de fabrication et donc les coûts de production. Une fixation par brasage ou soudage nécessite quant à elle des moyens de chauffe importants qui sont énergivores et également très coûteux.

[6] Les éléments électriques et/ou électroniques, que ce soit des cellules de stockage d’énergie électrique, des circuits intégrés, serveurs, centres de données, etc nécessitent une régulation thermique afin de les maintenir dans leur plage de température de fonctionnement.

[7] L’invention est en particulier destinée à équiper des véhicules automobiles, en particulier des véhicules automobiles à motorisation électrique ou hybride et à réguler thermiquement une cellule de stockage d’énergie électrique ou des éléments d’électronique de puissance.

[8] La part de marché des véhicules électriques étant de plus en plus importante, les problématiques diélectrique/chauffage des packs batterie qui les équipent deviennent des enjeux stratégiques. L’objectif est de concevoir un dispositif de gestion thermique des batteries le plus performant, efficace et économique possible.

[9] Un des buts de la présente invention est de remédier au moins partiellement aux inconvénients de l’art antérieur et de proposer plot de fixation et un dispositif de gestion thermique amélioré notamment au niveau de la fixation des éléments électrique et/ou électronique sur un corps d’échange thermique.

[10] La présente invention concerne donc un plot de fixation pour un élément électrique et/ou électronique, avantageusement pour un véhicule automobile, le plot comprenant : une première zone présentant une première aire d’une section De, une deuxième zone présentant une deuxième aire de la section Di-, - une troisième zone présentant une troisième aire de la section Di+, les aires des première, deuxième et troisième sections étant différentes entre elles, Di- étant strictement inférieur à Di+ et Di+ étant strictement inférieur à De, les première et troisième zones s’étendant de part et d’autre de la deuxième zone, la deuxième zone formant une gorge.

[11] On entend par section une coupe du plot selon un plan orthogonal à un axe longitudinal d’extension du plot de fixation.

[12] La première zone de section De est destinée à former une collerette formant une butée mécanique. Celle collerette est destinée à limiter l’insertion du plot dans son logement. La gorge formée par la deuxième zone est destinée à recevoir de la matière provenant du corps d’échange thermique dans lequel le plot sera ainsi serti. Avantageusement, la troisième zone présente une section d’aire supérieure à la section d’air du logement dans lequel le plot est destiné à être inséré. La section Di+ est ainsi choisie de sorte à pouvoir emmancher en force le plot au sein de son logement. L’emmanchement en force permet notamment de bloquer en rotation le plot de fixation sur le corps d’échange thermique.

[13] L’invention peut également comprendre l’une quelconque des caractéristiques suivantes, prises individuellement ou selon toute combinaison techniquement possible :

[14] - le plot comprenant en outre une zone inférieure dont l’aire d’une section Del est avantageusement constante sur toute la zone et est inférieure à l’aire de la section Di+ et avantageusement supérieure à l’aire de la section Di-, la zone inférieure étant adjacente à la troisième zone ; l’aire de la section Del est destiné à être inférieure à l’aire de la section D1 du logement dans lequel le plot est destiné à être inséré, ainsi, la zone inférieure traverse le logement sans générer de résistance superflue ;

[15] - le plot comprenant en outre une zone supérieure dont une section De2 est avantageusement de section constante et est inférieure à la section De, la zone supérieure étant adjacente à la première zone. La première Zone De est destinée à former une butée, et par conséquent est beaucoup plus large que le logement dans lequel le plot est destiné à être inséré. La partie émergente du plot de fixation est la partie permettant de fixer l’élément électrique et/ou électronique sur ledit plot, par conséquent la partie émergente doit présenter une hauteur suffisante pour pouvoir y fixer ledit élément. Il est cependant inutile de conserver une section d’aire aussi importante que la section De, ainsi, afin de limiter le coût de production dû au surplus de matière pour former les plots, la zone supérieure présente une section dont l’aire est inférieure à la première zone, avantageusement la zone supérieur porte un moyen de fixation destiné à fixer un élément électrique et/ou électronique ;

[16] - la section du plot est circulaire, ainsi par souci de simplicité, les différentes zones seront définies par le diamètre de leur section. Avantageusement chaque zone présente une section de diamètre constant ;

[17] - la section Di+ est destinée à être dimensionnée de sorte à être supérieure à la section du logement d’un corps d’échange thermique dans lequel le plot est destiné à être monté ;

[18] - le plot s’étend principalement selon une direction longitudinale, le plot présente une première et une deuxième extrémités longitudinales, au moins la première extrémité longitudinale comprend un taraudage s’étendant avantageusement selon la direction longitudinale du plot sur au moins une partie de la longueur du plot, avantageusement sur la totalité de la longueur du plot ; le taraudage permet de venir visser sur le plot de fixation

[19] - le plot comprend en outre un taraudage sur la deuxième extrémité longitudinale du plot, avantageusement sur la zone inférieure du plot, dans ce mode de réalisation la zone inférieure est destinée à traverser le logement et s’étendre depuis la deuxième paroi du corps d’échange thermique, ainsi le plot de fixation est dit double et permet de fixer un élément électrique et/ou électronique de part et d’autre du corps d’échange thermique ;

[20] - la section Di+ présente un diamètre supérieur au diamètre de la section Di- d’au moins 0,6 mm et d’au plus 2,75mm et/ou le diamètre de la section De présente un diamètre supérieur au diamètre de la section Di+ d’au moins 0,9 à 5 mm, avantageusement 1 à 3 mm. ; [21] - chaque zone du plot étant destinée à s’étendre hors du logement dans lequel il est destiné à être reçu comprend un moyen de fixation pour un élément électrique et/ou électronique, à savoir par exemple un taraudage, un filetage, un clip, une prise mâle/femelle complémentaire d’une prise sur ledit élément, et tout autre moyen jugé adéquat par l’homme du métier ;

[22] L’invention porte également sur un dispositif de gestion thermique (1 ) d’un élément électrique et/ou électronique, le dispositif comprenant une corps d’échange thermique (10A) et un plot de fixation selon l’une des revendications précédentes, le corps d’échange thermique comprenant une première (101 A) et une deuxième (102A) parois planes parallèles l’une à l’autre et un logement (110) du plot de fixation, une paroi interne (111 ) du logement (110) est écrasée et repoussée vers l’intérieur dudit logement (110) au moins localement comblant au moins partiellement la gorge du plot de fixation (24). Le logement est formé entre les parois planes du corps d’échange thermique, avantageusement dans l’épaisseur dudit corps. Ainsi, on voit bien que la fixation d’un embout de raccordement par sertissage permet une fixation simple, rapide et peu coûteuse.

[23] Le dispositif peut également comprendre l’une quelconque des caractéristiques suivantes, prises individuellement ou selon toute combinaison techniquement possible :

[24] - le corps d’échange thermique est un corps monobloc, par exemple un matériau extrudé comme de l’aluminium, et comprenant avantageusement des canaux destinés à la circulation d’un fluide caloporteur ;

[25] - le logement consiste en un conduit comprenant au moins une extrémité comportant un orifice débouchant sur la première paroi (101 A),

[26] - le conduit comprend une deuxième extrémité, la deuxième extrémité étant non débouchante, dans ce mode de réalisation, le plot de fixation émerge du corps d’échange thermique seulement du côté de la première paroi, il s’agit d’un plot de fixation simple, la troisième zone étant emmanchée en force dans le logement ;

[27] - le conduit comprend une deuxième extrémité comportant un orifice débouchant sur la deuxième paroi (102A), dans ce mode de réalisation, le plot de fixation est avantageusement un plot de fixation double, à savoir un plot de fixation comprenant une zone émergeant hors du corps d’échange thermique de la première et/ou de la deuxième parois dudit corps ;

[28] - les première et deuxième parois délimitent ensemble une épaisseur (E) du corps d’échange thermique (10A), les première, deuxième et troisième zones s’inscrivent au moins partiellement dans l’épaisseur (E) ;

[29] - le logement présente une section D1 et une hauteur Hp, la section D1 - de la deuxième zone du plot de fixation présente une aire inférieure à la section D1 , la section De présente une aire supérieure à la section D1 , et les deuxième et troisième zones s’étendent sur une hauteur H supérieure ou égale à la hauteur Hp ; dans ce mode de réalisation, la première zone de section De présente une aire, avant assemblage dans le logement, supérieure à l’aire de la section D1 , ainsi après assemblage le plot de fixation est emmanché en force ;

[30] - la hauteur Hp est identique à l’épaisseur (E), dans ce mode de réalisation, le logement est dit traversant dans le sens ou il comprend un orifice débouchant sur la première paroi du corps d’échange thermique et un orifice débouchant sur la deuxième paroi du corps d’échange thermique ;

[31 ] - la troisième zone s’étend en dehors du logement depuis la deuxième paroi (102A) ; dans le cas où l'étape de matage comprend une étape de sertissage au moyen d’une presse par enfoncement de la première zone dans le corps d’échange thermique, la matière du corps d’échange thermique étant refoulée et fluée dans la gorge de plot de fixation de sorte à sertir ledit plot, la deuxième et la troisième zone présentant une hauteur H identique à la hauteur Hp, la troisième zone se retrouve partiellement repoussée en dehors du logement ;

[32] - le plot s’étend dans une direction longitudinale perpendiculaire à un axe transversal parallèle aux première et deuxième parois (101 A et 101 B) du corps d’échange thermique ;

[33] - la première zone est en butée contre une face extérieure de la première paroi (101 A) ; [34] - la zone inférieure du plot de fixation s’étend du côté de la deuxième paroi du corps d’échange thermique, et la zone supérieure de section De2 s’étend du côté de la première zone du plot de fixation ;

[35] - le plot de fixation est réalisé dans un matériau dont la dureté est supérieure au matériau dans lequel est réalisé le corps d’échange thermique, la dureté est calculé selon le Test de Brinell, par exemple, le plot peut être réalisé en Aluminium 5083 et présenter une dureté de 100, contre de l’aluminium 6060 avec une dureté de 85 pour le corps d’échange thermique ;

[36] - les sections du plot de fixation et du logement du corps d’échange thermique sont circulaire, le diamètre de la section Di- étant inférieur au diamètre de la section Di d’au moins 0,5 mm et au plus 2.5 mm et le diamètre de la section De étant supérieur au diamètre de la section Di d’au moins 0,5 et au plus 2,5 mm ;

[37] - le dispositif comprenant une pluralité de plots de fixation sur un même corps d’échange thermique ;

[38] - le dispositif comprenant une indentation, cette indentation étant la résultante de l’étape de matage ou sertissage du plot de fixation sur le corps d’échange thermique lorsque la matrice est en contact directe avec la première zone du plot de fixation.

[39] L’invention concerne également un procédé d’assemblage d’un dispositif d’échange thermique selon l’invention, le procédé comprenant :

- une étape d’enfoncement en force d’un plot de fixation, tel que décrit précédemment, dans le logement d’un corps d’échange thermique d’un dispositif d’échange thermique,

- une étape de matage permettant d’écraser et repousser, au moins localement, vers l’intérieur dudit logement (110) la paroi interne (1 1 1 ) du logement et comblant ainsi au moins partiellement la gorge du plot de fixation (24). [40] Le fait d’utiliser un sertissage pour fixer l’embout de raccordement permet d’avoir un procédé de fabrication simple et ne nécessitant pas un équipement lourd de chauffe pour faire des soudures ou un brasage.

[41 ] L’invention peut également comprendre l’une quelconque des caractéristiques suivantes, prises individuellement ou selon toute combinaison techniquement possible :

[42] - l’étape de matage comprend les sous-étapes suivantes :

- approche et accostage d’une matrice de sertissage, mise en contact de la matrice et de la première zone De,

- sertissage au moyen d’une presse, enfoncement de la première zone dans le corps d’échange thermique, la matière du corps d’échange thermique étant refoulée et fluée dans la gorge de plot de fixation de sorte à sertir ledit plot,

[43] Dans ce mode de réalisation, la matrice vient coiffer la zone supérieure, si le plot en comprend une, afin de venir en contact direct avec la première zone. La première zone étant de dimension supérieure à l’orifice du logement du corps d’échange thermique, l’action de la presse sur ladite première zone va déformer la matière venant du corps d’échange thermique et la refluer vers la gorge du plot de fixation, permettant ainsi le sertissage du plot sur ledit corps. L’opération consiste donc en une déformation plastique localisée de la matière du corps d’échange thermique, par l’application d’une pression sur la première zone du plot de fixation.

[44] Avantageusement l’étape de matage comprend une sous-étape d’extraction de la matrice.

[45] - l’étape de matage comprend les sous-étapes suivantes :

- approche et accostage d’une matrice de sertissage, mise en contact de la matrice et du corps d’échange thermique dans une zone périphérique du logement du plot de fixation,

- sertissage au moyen d’une presse, enfoncement de la zone périphérique, la matière du corps d’échange thermique étant ainsi refoulée et fluée dans la gorge du plot de fixation de sorte à sertir ledit plot ; Ce mode de réalisation diffère du mode de réalisation précédent en ce que la matrice vient en contact directement avec le corps d’échange thermique de façon à appliquer la pression de déformation directement sur une zone périphérique à l’orifice du logement. Ainsi, la matière du corps d’échange thermique est repoussée vers l’intérieur du logement de sorte à remplir la gorge du plot de fixation et sertir le plot de fixation sur le corps d’échange thermique ;

[46] - le procédé comprend en outre une étape de détermination de l’air de section Di+ de sorte à ce qu’elle soit supérieure à l’air de la section Di du logement, cette étape permet donc de déterminer l’aire de la section Di+ suffisante pour permettre un emmanchement en force dans le logement ; avantageusement, la section du plot de fixation est circulaire et le diamètre de Di+ est supérieur à Di de au moins 0,1 à au plus 0,25 mm.

[47] L’invention concerne en outre un ensemble comprenant un dispositif tel que décrit précédemment et un élément électrique et/ou électronique, ledit élément électrique et/ou électronique étant fixé sur au moins un plot de fixation.

[48] L’invention concerne en outre un plot de fixation selon un autre mode de réalisation de l’invention, à savoir un plot de fixation pour un élément électrique et/ou électronique, avantageusement pour un véhicule automobile, le plot comprenant :

- une première zone de fixation présentant une première aire d’une section De2

- une partie d’accouplement présentant une deuxième aire d’une Dm, caractérisé en ce que ladite zone de fixation et la partie d’accouplement sont adjacentes, en ce que la deuxième aire de la section Dm est inférieure à la première aire de la section De2, et en ce que la partie d’accouplement porte sur sa surface un moletage.

[49] On entend par partie d’accouplement une zone destinée à être insérée dans un logement d’un corps dans lequel le plot est destiné à être inséré et fixé.

[50] L’avantage du moletage est ici de pouvoir assembler le plot de fixation à un corps d’échange thermique avec un simple emmanchage en force du plot dans le logement du corps d’échange thermique sans nécessité de sertissage, grâce au moletage de la partie d’accouplement du plot.

[51 ] L’invention peut également comprendre l’une quelconque des caractéristiques suivantes, prises individuellement ou selon toute combinaison techniquement possible, notamment avec le plot de fixation du premier mode de réalisation précédemment décrit :

[52] - le plot s’étend principalement selon une direction longitudinale, le plot présente une première et une deuxième extrémités longitudinales, au moins la première extrémité longitudinale comprend un taraudage s’étendant avantageusement selon la direction longitudinale du plot sur au moins une partie de la longueur du plot, avantageusement sur la totalité de la longueur du plot ;

[53] - la première zone de fixation est destiné à s’étendre en dehors d’un logement dans lequel le plot est destiné à être introduit ;

[54] - le plot présente une deuxième zone de fixation, les première et deuxièmes zones de fixation s’étendant de part et d’autre de la partie d’accouplement, la deuxième zone de fixation présentant une section Del d’aire inférieure à l’aire de la partie d’accouplement, avantageusement l’aire de la section Del est destiné à être inférieure à l’aire de la section D1 du logement d’un corps d’échange thermique dans lequel le plot est destiné à être inséré ;

[55] - la deuxième zone de fixation est destinée à s’étendre hors du logement du côté de la deuxième paroi plane d’un corps d’échange thermique après assemblage avec celui-ci ;

[56] - chaque zone du plot étant destinée à s’étendre hors du logement dans lequel il est destiné à être reçu comprend un moyen de fixation pour un élément électrique et/ou électronique, à savoir par exemple un taraudage, un filetage, un clip, une prise mâle/femelle complémentaire d’une prise sur ledit élément, et tout autre moyen jugé adéquat par l’homme du métier ;

[57] - le moletage est un moletage de type croisé, un moletage croisé permet une meilleure résistance mécanique, après insertion en force, en opposition à un moletage droit ; [58] - le moletage présente un angle de moletage compris entre 25° et 70°, avantageusement entre 30 et 45° ;

[59] - , la section est destinée à être dimensionnée de sorte à être supérieure à la section du logement d’un corps d’échange thermique dans lequel le plot est destiné à être monté ;

[60] - le plot comprend en outre un taraudage sur la deuxième extrémité longitudinale du plot ;

[61 ] - la jonction entre la première zone de fixation et la partie d’accouplement se fait par une cassure nette entre les deux zones d’aires de sections différentes, de sorte à créer une marche destinée à former une butée mécanique du plot pour limiter son enfoncement dans un logement d’un corps d’échange thermique ;

[62] - le plot de fixation est de section circulaire ;

[63] - le diamètre de la section De2 présente un diamètre supérieur au diamètre de la section Dm d’au moins 0,9 à 5 mm, avantageusement 1 à 3 mm

J

[64] - la partie d’accouplement est destiné à être dimensionné de sorte à avoir un diamètre supérieur au diamètre Di du logement dans lequel le plot est destiné à être assemblé de sorte à ce que le diamètre Dm soit supérieur à Di de 0.4 à 0.8 mm, avantageusement de 0.6 à 0.7 mm ;

[65] - la partie d’accouplement comprend une gorge comparable à la deuxième zone de section Di- du premier mode de réalisation du plot de fixation décrit précédemment. Cette gorge permettra la possibilité d’un sertissage par une étape de matage de façon à assurer une liaison mécanique optimale entre le plot de fixation et le corps d’échange thermique. En effet, pour certaines utilisations extrêmes, par exemple le sport automobile, les éléments du véhicule sont soumis à de fortes contraintes telles que vibrations, chocs, hautes températures, qui peuvent justifier la combinaison des premier et deuxième mode de réalisation du plot de fixation selon l’invention.

[66] - les première et deuxièmes zones de fixation sont semblables aux zones supérieure et inférieure du premier mode de réalisation. [67] L’invention concerne également un dispositif de gestion thermique d’un élément électrique et/ou électronique, le dispositif comprenant une corps d’échange thermique et un plot de fixation selon le deuxième mode de réalisation précédemment décrit, le corps d’échange thermique comprenant une première et une deuxième parois planes parallèles l’une à l’autre et un logement du plot de fixation, le plot de fixation étant insérée en force dans le logement de sorte à ce que une paroi interne du logement comble au moins partiellement le moletage du plot de fixation .

[68] L’invention concerne également un procédé d’assemblage d’un dispositif d’échange thermique selon l’invention, le procédé comprenant :

- une étape d’enfoncement en force d’un plot de fixation, tel que décrit précédemment, dans le logement d’un corps d’échange thermique d’un dispositif d’échange thermique.

[69] Le procédé d’assemblage peut également comprendre une étape de matage telle que décrit précédemment.

[70] Il va de soi que les caractéristiques décrites en rapport avec les différents modes de réalisations peuvent être combinées tant qu’elle ne présente pas de contradiction technique ou structurelle à être combinées. Par exemple, un dispositif d’échange thermique selon l’invention peut à la fois comprendre un plot de fixation thermique selon le premier mode de réalisation et un plot de fixation selon un second mode de fixation, ou des caractéristiques du plot de premier mode de réalisation peuvent être combinées au plot de fixation de deuxième mode de réalisation.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaîtront plus clairement à la lecture de la description suivante, donnée à titre d'exemple illustratif et non limitatif, et des dessins annexés parmi lesquels :

• la figure 1 montre une représentation schématique en perspective d’un dispositif de gestion thermique selon l’invention,

• la figure 2 montre une représentation schématique en perspective d’un dispositif de gestion thermique avant assemblage d’un plot de fixation selon un premier mode de réalisation, • La figure 3 montre une représentation schématique en coupe d’un dispositif de gestion thermique après assemblage d’un plot de fixation selon un premier mode de réalisation

• la figure 4 montre une représentation schématique en perspective d’un dispositif de gestion thermique avant assemblage d’un plot de fixation selon un deuxième mode de réalisation,

[71 ] Sur les différentes figures, les éléments identiques portent les mêmes numéros de référence.

[72] Les réalisations suivantes sont des exemples. Bien que la description se réfère à un ou plusieurs modes de réalisation, ceci ne signifie pas nécessairement que chaque référence concerne le même mode de réalisation, ou que les caractéristiques s'appliquent seulement à un seul mode de réalisation. De simples caractéristiques de différents modes de réalisation peuvent également être combinées pour fournir d'autres réalisations.

[73] Dans la présente description, on peut indexer certains éléments ou paramètres, comme par exemple premier élément ou deuxième élément ainsi que premier paramètre et second paramètre ou encore premier critère et deuxième critère etc. Dans ce cas, il s’agit d’un simple indexage pour différencier et dénommer des éléments ou paramètres ou critères proches mais non identiques. Cette indexation n’implique pas une priorité d’un élément, paramètre ou critère par rapport à un autre et on peut aisément interchanger de telles dénominations sans sortir du cadre de la présente description. Cette indexation n’implique pas non plus un ordre dans le temps par exemple pour apprécier tel ou tel critère.

[74] Les figure 1 et 3 illustrent un dispositif de gestion thermique 1 d’un élément électrique et/ou électronique 2, le dispositif comprenant une corps d’échange thermique 10 et un plot de fixation 3 selon l’une des revendications précédentes, le corps d’échange thermique comprenant une première 1 1 et une deuxième 12 parois planes parallèles l’une à l’autre et un logement 1 10 du plot de fixation, une paroi interne 1 1 1 du logement 1 10 est écrasée et repoussée vers l’intérieur dudit logement 1 10 au moins localement comblant au moins partiellement la gorge 51 du plot de fixation 3.

[75] Les plots de fixations étant fixés à un élément structurel (non représenté) de fixation de l’élément électrique et/ou électronique.

[76] Le logement 1 10 consiste en un conduit 4 comprenant au moins une extrémité comportant un orifice 6 débouchant sur la première paroi 1 1 , avantageusement le conduit 4 comprend une deuxième extrémité comportant un orifice débouchant sur la deuxième paroi 12.

[77] Les première 1 1 et deuxième parois 12 délimitent ensemble une épaisseur E du corps d’échange thermique 10, les première 9, deuxième 5 et troisième 7 zones s’inscrivent au moins partiellement dans l’épaisseur E.

[78] Le logement présente une section D1 et une hauteur Hp, l’aire de la section D1 - de la deuxième zone 5 du plot de fixation 3 est inférieure à la section D1 , l’aire de la section De est supérieure à l’aire de la section D1 , et les deuxième 5 et troisième 7 zones s’étendent sur une hauteur H supérieure ou égale à la hauteur Hp.

[79] Le dispositif de la figure 1 comprenant une pluralité de plots de fixation sur un même corps d’échange thermique.

[80] La Figure 2 illustre un plot de fixation 3 pour un élément électrique et/ou électronique 2, avantageusement pour un véhicule automobile, le plot 3 comprenant :

- une première zone 9 présentant une première aire d’une section De,

- une deuxième zone 5 présentant une deuxième aire d’une section Di-,

- une troisième zone 7 présentant une troisième aire d’une section Di+, les aires des première, deuxième et troisième sections étant différentes entre elles, Di- étant strictement inférieur à Di+ et Di+ étant strictement inférieur à De, les première 9 et troisième 7 zones s’étendant de part et d’autre de la deuxième zone 5, la deuxième zone 5 formant une gorge 51 .

[81 ] Le plot 3 comprenant en outre une zone inférieure 32 dont l’aire de la section Del est avantageusement constante sur toute la zone et est inférieure à l’aire de la section Di+ et avantageusement supérieure à l’aire de la section Di-, la zone inférieure 32 étant adjacente à la troisième zone 7. Cette zone est dimensionné de façon à permettre une insertion à travers le conduit du logement sans frottement entre la paroi interne 1 11 du conduit 4 et la zone inférieure 32 du plot 3

[82] Le plot 3 comprenant en outre une zone supérieure 31 dont la section De2 est avantageusement de section constante et présente une aire inférieure à l’aire de la section De, la zone supérieure 31 étant adjacente à la première zone 9.

[83] La section du plot est circulaire.

[84] Le plot présente une première 21 et une deuxième 22 extrémités longitudinales, au moins la première 21 extrémité longitudinale comprend un taraudage 210 s’étendant avantageusement selon la direction longitudinale du plot sur au moins une partie de la longueur du plot, avantageusement sur la totalité de la longueur du plot.

[85] Le plot comprend en outre un taraudage 220 sur la deuxième extrémité longitudinale 22 du plot 3.

[86] La figure 4 illustre un plot de fixation 3 selon un deuxième mode de réalisation. Seules les caractéristiques distinctives du premier mode de réalisation du plot de fixation seront ici présentées.

[87] Le Plot de fixation 3 selon le second mode de réalisation comprend :

- une première zone de fixation 31 1 présentant une première aire d’une section De2

- une partie d’accouplement 71 présentant une deuxième aire d’une Dm, caractérisé en ce que ladite zone de fixation 31 1 et la partie d’accouplement 71 sont adjacentes, en ce que la deuxième aire de la section Dm est inférieure à la première aire de la section De2, et en ce que la partie d’accouplement 71 comporte sur sa surface un moletage 71 1.

[88] Le plot présente une deuxième zone de fixation 322, les première 31 1 et deuxièmes 322 zones de fixation s’étendant de part et d’autre de la partie d’accouplement 71 , la deuxième zone de fixation présentant une section Del d’aire inférieure à l’aire de la partie d’accouplement, avantageusement l’aire de la section Del est destiné à être inférieure à l’aire de la section D1 du logement d’un corps d’échange thermique dans lequel le plot est destiné à être inséré.