Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
HEATED GLASS DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2022/162305
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a heated glass device (1) particularly having the function of separating two spaces, and comprising a support structure (3) and a heated glazing unit (2) supported by the support structure (3). Advantageously, the heated glazing unit is appropriately heated to at least 40°C to remove all traces of infection on its surface without exceeding the temperature of 65°C, thus avoiding the risk of burns. Preferably, the temperature is also suitable for preventing thermal discomfort.

Inventors:
MARIA JULIETTE (FR)
BAQUET ERWAN (FR)
CHUDA KATARZYNA (FR)
MARCOS FERNANDEZ MARÍA CONCEPCIÓN (ES)
BERNHEIM ISABELLE (FR)
MARION GUILLAUME (FR)
MILAMON CHRISTOPHE (FR)
Application Number:
PCT/FR2022/050135
Publication Date:
August 04, 2022
Filing Date:
January 25, 2022
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SAINT GOBAIN (FR)
International Classes:
H05B3/84; A47B96/04; E04B2/74; H05B3/14
Attorney, Agent or Firm:
SAINT-GOBAIN RECHERCHE (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS Dispositif verrier chauffant (1) comportant une structure porteuse (3), un vitrage chauffant (2) porté par ladite structure porteuse (3) et doté d'au moins un moyen de chauffage (22), des moyens d'alimentation électrique (4) qui, d'une part, sont reliés au moyen de chauffage (22) du vitrage chauffant en étant intégrés à la structure porteuse (3), et d'autre part, comprennent un système de connexion électrique (5) qui est extérieur à la structure porteuse et doté d'une prise de raccordement électrique (50), caractérisé en ce qu'il comporte des moyens automatisés de régulation et de contrôle (6) de la température du vitrage et du temps de chauffage, les moyens automatisés de régulation et de contrôle (6) étant aptes à couper l'alimentation électrique du moyen de chauffage (22) lorsqu'une valeur de consigne de température ou une valeur seuil maximale de température est atteinte, la valeur de consigne de température étant au plus égale à la valeur seuil maximale de température, la régulation de la température étant contrôlée de sorte que la température du vitrage en fonctionnement est dans une gamme allant de 40°C à la valeur seuil maximale de température qui est d'au plus 65°C. Dispositif verrier chauffant selon la revendication 1, caractérisé en ce que la valeur seuil maximale de température est d'au plus 60°C, et de préférence d'au plus 56°C. Dispositif verrier chauffant selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la densité de puissance est d'au plus 1000 W/m2, notamment de 500 à 700 W/m2. Dispositif verrier chauffant selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens automatisés de régulation et de contrôle (6) de la température comportent un interrupteur (61), de préférence un disjoncteur à réenclenchement automatique, stoppant l'alimentation électrique du moyen de chauffage en cas d'une surtension détectée à l'entrée des moyens d'alimentation électrique alors que la valeur de consigne de de température a été atteinte et que la durée de chauffage se poursuit. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens de régulation et de contrôle (6) de température comportent, au moins un capteur de température (60) notamment sous la forme d'un thermocouple, ou au moins un interrupteur thermique. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les moyens de régulation et de contrôle (6) de température sont également des moyens de contrôle de la durée de chauffage de façon à contrôler le chauffage par intermittence, de préférence par périodes, ou bien en le chauffant en continu, notamment en continu dans une gamme de températures allant de 40°C à 50°C. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le vitrage chauffant (2) est transparent sur au moins 50% ou au moins 80% de d'une face principale du vitrage. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le moyen de chauffage (22) du vitrage comporte un revêtement transparent électroconducteur en particulier comportant une couche d'au moins un oxyde électroconducteur transparent. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le vitrage chauffant (2) comporte sur une face principale du vitrage au moins un marquage (8) notamment un pictogramme indiquant que le dispositif verrier est chauffant et/ou un code-barres à deux dimensions notamment du type Datamatrix ou Q.R Code, en particulier le marquage étant visible en mode de fonctionnement du chauffage et hors mode de fonctionnement, et en particulier est un émail sur une face principale du vitrage. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le vitrage chauffant (2) comporte notamment sur une face principale du vitrage au moins un marquage dynamique (80) qui s'affiche lorsque ledit vitrage chauffant est en fonctionnement, notamment le marquage dynamique est un marquage thermochrome ou est un marquage diffusant, notamment d'émail ou de peinture ou de vernis, qui est lumineux via un système d'éclairage. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le vitrage chauffant (2) comporte sur une face principale du vitrage au moins un marquage dynamique (80) qui est lumineux lorsque ledit vitrage chauffant est en fonctionnement, notamment un marquage diffusant lumineux via un système d'éclairage (10) présent dans la structure porteuse (3), notamment comprenant au moins une diode électroluminescente agencée au niveau de la tranche du vitrage. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le vitrage chauffant (2) est un vitrage feuilleté et/ou un vitrage isolant du type double ou triple vitrage, éventuellement incluant au moins un substrat en verre trempé. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la structure porteuse (3) est une structure autoporteuse. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la structure porteuse (3) comporte un cadre (30), de préférence entourant la totalité du vitrage chauffant (2), et des pieds (31) solidaires du cadre. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il est mobile. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce qu'il comporte un système d'éclairage ultraviolet (10), notamment comprenant au moins une diode électroluminescente émettant dans l'ultraviolet. Dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le vitrage chauffant (2) comprend sur tout ou partie d'une face principale, une surface (9) apte à diffuser et/ou à réfléchir et délivrant une ou des informations (90), en particulier en servant d'écran de projection. Utilisation du dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes, en tant que barrière aux virus, le vitrage chauffant en fonctionnement étant destructeur des virus en sa surface. Utilisation du dispositif selon l'une quelconque des revendications précédentes en tant que dispositif de séparation tout ou partie transparent, notamment pour comptoir d'accueil ou caisse de magasin, ou en tant que cloison intérieure ou en tant que dispositif de séparation de bureaux ou dispositif de séparation de tables dans un restaurant ou de dispositif de séparation dans un lieu accueillant du public sous abri.
Description:
DESCRIPTION

TITRE : DISPOSITIF VERRIER CHAUFFANT

[001] L'invention concerne un dispositif verrier chauffant, notamment pour séparer deux espaces.

[002] L'invention sera plus particulièrement décrite quant à un dispositif verrier chauffant de séparation du type écran de protection, de préférence apte à être mobile et/ou amovible pour être aisément déplaçable, sans toutefois y être limitée. L'invention s'applique à toutes surfaces verrières de séparation (verticale) ou de surface d'appui (horizontale), mobile ou fixe. [003] Depuis l'apparition du coronavirus, il est devenu courant d'agencer des écrans de protection au niveau de comptoirs ou caisses dans les endroits accueillant du public. Ces écrans sont souvent en matière plastique du type acrylique ou polycarbonate dont l'inconvénient principal est sa grande rayabilité. Un vitrage verrier étant généralement fabriqué transparent, il pourrait également servir de surface de séparation. Cependant, quel que soit le matériau de la surface de séparation, il est impératif de la désinfecter régulièrement, ce qui nécessite non seulement l'emploi de produits désinfectants et du papier jetable, mais aussi du personnel qui doit être mobilisé pour ces tâches sanitaires.

[004] Par ailleurs, on connaît des vitrages verriers qui sont chauffants en étant conçus pour chauffer entre 20 et 45°C. Ils font office de chauffage dans une pièce en tant que radiateurs, ou de solution anti-condensation (anti-buée) et antigivre. Les vitrages chauffants actuels ne sont pas du tout adaptés à une autre utilisation, ils nécessitent d'être fixés dans un châssis de fenêtre de bâtiment ou de véhicule, ou d'être fixés à une paroi murale, avec une mise en œuvre d'installation spécifique à la fois dans leur fixation mécanique et dans leur raccordement électrique. Il n'est donc pas envisageable d'utiliser ces vitrages chauffants qui restent lourds et d'installation peu aisée, dans une utilisation de simple écran de protection sanitaire.

[005] L'invention a donc pour but de proposer un dispositif verrier qui puisse être à usage sanitaire, notamment en servant de dispositif de séparation sans présenter les inconvénients précités, en particulier le dispositif verrier étant tel que l'on puisse s'affranchir des obligations manuelles de désinfection, tout en étant pratique d'installation et peu rayable.

[006] Selon l'invention, le dispositif verrier chauffant comporte une structure porteuse, un vitrage (en verre) chauffant porté par ladite structure porteuse et doté d'au moins un moyen de chauffage, des moyens d'alimentation électrique qui, d'une part, sont reliés au moyen de chauffage du vitrage chauffant en étant intégrés à la structure porteuse (tout en étant masqués par la structure porteuse), et d'autre part, comprennent un système de connexion électrique qui est extérieur à la structure porteuse et doté d'une prise de raccordement électrique (afin de connecter électriquement le vitrage chauffant à une source d'alimentation électrique telle que le secteur). Le dispositif verrier chauffant selon l'invention comporte en outre des moyens automatisés de régulation et de contrôle de la température du vitrage et du temps de chauffage, les moyens automatisés de régulation et de contrôle étant aptes à couper l'alimentation électrique du moyen de chauffage lorsqu'une valeur de consigne de température ou une valeur seuil maximale de température est atteinte, la valeur de consigne de température étant au plus égale à la valeurseuil maximale de température, et la régulation de la température étant contrôlée (avec une durée de chauffe appropriée) de sorte que la température du vitrage en fonctionnement est dans une gamme allant de 40°C à la valeur seuil maximale de température qui est d'au plus 65°C.

[007] En particulier, la valeur seuil maximale de température est d'au plus 60°C, et de préférence d'au plus 56°C.

[008] Des études scientifiques ont montré qu'en chauffant une surface à 65°C durant 5 à 10 minutes, les charges virales sont détruites. Or, une surface vitrée qui serait chauffée au-delà de 65°C, notamment chauffée à 70°C, risque de brûler au deuxième degré une personne qui toucherait le vitrage, ne serait-ce que la durée d'une seconde. De plus, le rayonnement émis par un vitrage chauffé à plus de 65°C, peut apporter un inconfort thermique pour un utilisateur, par exemple pour un guichetier, qui reste un certain temps à proximité immédiate de ce vitrage, et cela d'autant plus lorsque la température de la pièce où est installé le dispositif est comprise entre 20 et 30°C.

[009] Le dispositif verrier chauffant de l'invention ne présente justement pas ces inconvénients. En combinant de manière adaptée le contrôle de la durée de chauffage et la régulation de la ou des températures de chauffage sur la plage entre 40°C et au plus 65°C, le dispositif verrier chauffant de l'invention est utilisé pour détruire les virus sur la surface extérieure du vitrage (sur la ou les faces opposées extérieures du vitrage,) de manière sécurisée, sans risque de brûlure pour les utilisateurs.

[010] Par ailleurs, si la température d'un vitrage chauffant devait atteindre 70°C pour une surface de l'ordre de 1 m 2 , la densité de puissance nécessaire à un tel vitrage chauffant serait très élevée, de 2000 à 2500 W/m 2 , impliquant un impact sur la résistance électrique du système électrique du dispositif. Avec une telle densité de puissance, combinée à une alimentation en tension lorsqu'elle est par exemple de 230 V, une intensité de l'ordre de 10A serait alors atteinte, ce qui constitue une valeur limite de sécurité pour les câbles et les interrupteurs associés au dispositif, et engendrerait un risque non négligeable quant à leur endommagement. Le dispositif verrier chauffant de l'invention ne présente justement pas ce risque.

[011] En outre, le fait que le vitrage chauffant soit en verre procure l'avantage d'être bien moins rayable et donc plus durable dans le temps qu'une surface barrière en matière plastique.

[012] De préférence, la valeur seuil maximale est de 56°C, ou même de 50°C en adaptant de manière adéquate la durée de chauffage, ce qui évite encore mieux le risque de brûlure. Le dispositif verrier chauffant est ainsi lors de son fonctionnement, auto-désinfecté, et totalement sécurisé pour les personnes qui seraient à proximité ou qui le toucheraient.

[013] De plus, cette régulation de la température permet de couper au moment opportun l'alimentation électrique pour stopper la chauffe, évitant également tout risque d'endommagement du vitrage chauffant.

[014] En particulier, l'alimentation électrique est automatiquement coupée en cas d'atteinte de la valeur seuil maximale de température même si la durée prévue de chauffage (qui a été préprogrammée en usine) n'est pas réalisée. Ainsi, selon une caractéristique, les moyens automatisés de régulation et de contrôle sont aptes à couper l'alimentation électrique lorsque la valeur seuil de chauffage est atteinte avant la fin de la durée prévue de chauffage. Ceci présente l'avantage de ne pas risquer de détériorer le dispositif verrier chauffant, ni de se brûler, en mode dit dégradé. Le mode dégradé correspond à une température environnante, c'est-à-dire la température du lieu dans lequel se trouve le dispositif verrier de l'invention, qui n'est pas celle, dite d'utilisation, pour laquelle la combinaison de température et de durée de chauffage a été préprogrammée dans les moyens de régulation ; par exemple, un mode dégradé est celui pour lequel la température environnante réelle, telle qu'elle est de 25°C ou 30°C, est en fait supérieure à la température d'utilisation du dispositif qui était prévue à 20°C. Dans ce mode dégradé où la température environnante est supérieure à celle prévue d'utilisation, le chauffage du vitrage jusqu'à la valeur de consigne de température peut en réalité aller bien plus vite que la durée préprogrammée, et dépasser la valeur de consigne de température ou même la valeur seuil maximale de température avant la fin du temps prévu, engendrant principalement un inconfort thermique pour les utilisateurs, et un risque de brûlure. Par exemple, en chauffant le vitrage qui présente une température environnante et de surface de 30°C, on atteindra très vite dans une durée inférieure à celle préprogrammée, la valeur de seuil de 56°C, et sans les moyens de régulation et de contrôle, la température continuerait à croître au-delà de la valeur seuil, consommant de l'énergie inutilement et engendrant un accroissement important de la température à proximité du vitrage, créant un inconfort thermique conséquent pour les utilisateurs.

[015] Les moyens de régulation et de contrôle de température du dispositif verrier chauffant de l'invention ont ainsi pour but d'éviter ces problèmes en mode dégradé du dispositif, c'est- à-dire lorsque la température du vitrage atteint la valeur de consigne de température ou la valeur de seuil de température préenregistrée dans les moyens de régulation (en tout cas qui ne peut être supérieure à 65°C) dans un laps de temps inférieure à la durée préprogrammée. [016] Avantageusement, le dispositif verrier chauffant est prêt à l'emploi. On entend par « prêt à l'emploi », le fait pour l'utilisateur de n'avoir aucune démarche d'installation à réaliser, l'utilisateur n'a qu'à agencer le dispositif verrier chauffant à l'endroit souhaité, à le brancher électriquement via le système de connexion électrique tel qu'en branchant la prise de raccordement directement sur le secteur, et à l'utiliser. En anglais, le dispositif verrier chauffant de l'invention prêt à l'emploi est qualifié de « Plug and Play ». Le dispositif verrier chauffant de l'invention utilisé en tant que barrière aux virus est ainsi très pratique d'installation ; il est prêt à son branchement électrique et à son utilisation, procurant une mise en œuvre simple et rapide.

[017] Dans la suite de la description, les qualificatifs « externe » et « extérieur » par rapport à un élément du dispositif verrier chauffant s'entendent par les éléments en contact avec l'environnement extérieur dudit dispositif. [018] Selon une caractéristique, la densité de puissance est d'au plus 1000 W/m 2 , notamment de 500 à 700 W/m 2 . La régulation de température permet de contrôler la densité de puissance qui reste ainsi raisonnable (au plus 1000 W/m 2 ) et évite tout risque d'endommagement du système électrique du dispositif verrier chauffant. De préférence, le dispositif verrier chauffant comporte un vitrage chauffant de surface de l'ordre de 1 m 2 , ce qui autorise d'utiliser des moyens automatisés de régulation qui sont compacts car avec une densité de puissance ne dépassant pas 1000 W/m 2 , l'intensité dans le système électrique ne risquera pas de dépasser 10 A, ne nécessitant donc pas des moyens de protection qui seraient sinon encombrants et déportés par rapport au dispositif verrier chauffant, ce dernier ne pouvant alors pas être mobile (transportable) et prêt à l'emploi.

[019] Avantageusement, les moyens automatisés de régulation et de contrôle de la température comportent un interrupteur (de préférence un disjoncteur à réenclenchement automatique) qui stoppe l'alimentation électrique du moyen de chauffage en cas d'une surtension détectée à l'entrée des moyens d'alimentation électrique alors que la valeur de consigne de température a été atteinte et que la durée de chauffage se poursuit. Ceci permet avantageusement qu'une surtension (qui arrive parfois sur l'alimentation à 230V du secteur) ne provoque pas une élévation de température au-delà de la valeur de consigne de température ; les moyens de régulation et de contrôle comportant un capteur de température, dès que la température augmente en raison d'une surtension, l'alimentation électrique est coupée. En outre, par ce moyen de protection, il n'est pas besoin d'employer dans le système d'alimentation électrique un transformateur qui est un élément encombrant. Le dispositif verrier chauffant de l'invention peut directement se brancher sur le secteur.

[020] Selon une autre caractéristique, les moyens de régulation et de contrôle de température comportent, au moins un capteur de température notamment sous la forme d'un thermocouple, ou au moins un interrupteur thermique (avec lamelle ou bilame).

[021] Selon encore une caractéristique, les moyens de régulation et de contrôle de température sont également des moyens de contrôle de la durée de chauffage de façon à contrôler le chauffage par intermittence, de préférence par périodes, ou bien en le chauffant en continu, notamment en continu dans une gamme de températures allant de 40°C à 50°C. Les moyens automatisés de régulation et de contrôle se présentent sous la forme d'un micromodule électronique qui est adapté par exemple à se loger dans la structure porteuse. Un exemple de micromodule comporte une entrée recevant les données du capteur de température, un relais, un microprocesseur pour garantir une excellente résolution de la température de lecture du capteur et contrôler électroniquement avec précision la température du vitrage chauffant, une sortie du contrôle de la température du vitrage chauffant, un affichage à diodes électroluminescentes (DEL) inorganiques si besoin, et des touches de réglage. Un tel micromodule se trouve dans le commerce.

[022] Dans le mode de réalisation d'un chauffage en continu, dès branchement du dispositif verrier chauffant, les moyens de contrôle en durée de chauffage n'ont pas besoin de fournir une éventuelle régulation (variation de la durée), ils sont par exemple constitués d'un interrupteur marche-arrêt (extérieur à la structure porteuse et disposés sur la structure porteuse ou au niveau d'un câble de raccordement électrique du système électrique du dispositif verrier chauffant).

[023] Différentes combinaisons, de valeurs de consigne de température ou plages de températures et de durée de chauffage, peuvent être envisagées, notamment en fonction de la surface (l'aire) du vitrage et de la température d'utilisation du dispositif verrier chauffant (température de l'environnement dans lequel est installé ledit dispositif verrier chauffant). Une programmation de la combinaison de la température de chauffage et de la durée de chauffage est de préférence préétablie et enregistrée en usine dans les moyens automatisés de régulation et de contrôle. En variante, une programmation mécanique ou digitale du micromodule électronique de régulation peut se faire sur place lors de l'installation du dispositif verrier chauffant.

[024] Dans un mode de réalisation, le vitrage chauffant est transparent sur au moins 50% ou au moins 80% d'une face principale du vitrage, ou même entièrement transparent. La transparence la plus grande possible du vitrage est utilisée en particulier pour des applications de séparation nécessitant une vision au travers du dispositif verrier chauffant (comme les applications de barrière de protection verticale sur les comptoirs). Bien entendu, le vitrage chauffant peut ne pas être transparent (au sens d'une vision au travers du vitrage), mais par exemple translucide (effet dépoli) ou coloré tel que pour des cloisons semi-fermées dans un restaurant ou entre bureaux (type espace en plateau ouvert, dénommé encore en anglais « open space »), ou encore pour des surfaces d'appui horizontales. [025] Avantageusement, le moyen de chauffage du vitrage comporte un revêtement transparent électro-conducteur en particulier comportant une couche d'au moins un oxyde électro-conducteur transparent. En variante, le moyen de chauffage pourrait être des fils électro-conducteurs ou de bandes électro conductrices. Les fils électro-conducteurs sont par exemple en nichrome et de section entre 1,5 et 25 mm 2 . Les conducteurs collecteurs des fils électro-conducteurs sont par exemple au moins deux bandes agencées en bord du vitrage chauffant (notamment disposés le long de deux bords opposés, par exemple deux bords latéraux ou deux bords longitudinaux du vitrage) pour relier le moyen de chauffage au système d'alimentation électrique sont avantageusement cachés par la structure porteuse du dispositif verrier chauffant.

[026] L'invention porte également sur un dispositif verrier chauffant comportant au moins un vitrage chauffant qui est apte par un chauffage approprié d'au moins l'une de ses surfaces à supprimer tous virus en cette surface, et une structure porteuse qui porte le vitrage chauffant. La structure porteuse est adaptée à l'utilisation (outre celle de supprimer les virus) qui est faite du dispositif verrier chauffant.

[027] La structure porteuse est de forme et de dimensions adaptées à l'utilisation du dispositif verrier chauffant. Par exemple, la structure porteuse peut présenter une forme périphérique de cadre carré ou rectangulaire, mais peut être d'une autre géométrie. La structure porteuse dépend notamment de la fonction autoporteuse du dispositif verrier chauffant lorsque cette fonction autoporteuse est obligatoire ou non en fonction de la destination dudit dispositif verrier chauffant. La structure porteuse peut ne pas former un cadre, c'est-à-dire ne pas suivre la périphérie entière du vitrage chauffant. La structure porteuse sera au moins conçue pour rendre invisibles les moyens de raccordement électrique du vitrage chauffant. La structure porteuse peut par exemple utiliser un ou plusieurs profilés en U dont la largeur est adaptée pour agencer la tranche du vitrage chauffant. Par exemple, le profilé en U permettant l'intégration d'un verre feuilleté « 88.2 » (deux substrats verriers de 8 mm d'épaisseur et deux films intercalaires superposés de 0,38 mm d'épaisseur, ce qui correspond à une épaisseur totale de vitrage de 16,8 mm) présente les dimensions suivantes selon sa section, 18 mm de large à l'intérieur du U (largeur de l'âme entre les deux ailes du U) pour l'intégration du chant du vitrage, 20 mm de haut (longueur de chacune des ailes du U) pour le recouvrement des faces principales du vitrage en bordure de la périphérie, et 2 mm d'épaisseur de matériau. Différents matériaux peuvent être utilisés pour la structure porteuse : acier, acier inoxydable, aluminium, matière plastique, matériau composite. De préférence, la structure porteuse est conçue pour éviter ou du moins limiter le mieux possible tout pont thermique entre le vitrage chauffant et la structure porteuse, afin d'éviter ou du moins limiter le transfert de chaleur entre le vitrage chauffant et la structure porteuse pour que cette dernière ne soit pas trop chaude si l'utilisateur la touche lorsque le dispositif verrier chauffant est en fonctionnement. En fonction du matériau constitutif de la structure porteuse, en particulier si celui-ci est particulièrement thermiquement conducteur, des moyens d'interface assurant une barrière isolante peuvent également être intégrés entre la structure porteuse et le vitrage chauffant ; il peut s'agir du même matériau qui assure la solidarisation du verre avec le profilé, par exemple du silicone ou du polyuréthane résistant à haute température.

[028] Selon encore une caractéristique, le vitrage chauffant peut comporter sur une face principale du vitrage au moins un marquage, notamment un pictogramme (plutôt statique) indiquant que le dispositif verrier est chauffant et/ou un code-barres à deux dimensions notamment du type Datamatrix ou Q.R Code, en particulier le marquage étant visible en mode de fonctionnement du chauffage et hors mode de fonctionnement, et en particulier est un émail sur une face principale du vitrage (de préférence réalisé par le dépôt d'un émail notamment noir par sérigraphie). Tous types de marquage peuvent être envisagés.

[029] Le vitrage chauffant peut comporter notamment sur une face principale du vitrage au moins un marquage dynamique qui s'affiche (ou devient encore plus visible) lorsque ledit vitrage chauffant est en fonctionnement (c'est-à-dire lorsqu'il est en mode chauffage).

[030] Le marquage dynamique est notamment un marquage thermochrome (à encre thermochrome) de type matériaux thermochromes organiques ayant une plage de transition dans les gammes de températures considérées dans le dispositif chauffant 1 (de la température ambiante jusqu'à environ 70°C). Des matériaux thermochromes sont par exemple des cristaux liquides, ou des leuco-colorants (les leuco-colorants se présentant de manière connue sous la forme de microcapsules).

[031] Le marquage dynamique peut être un marquage diffusant (notamment d'émail ou de peinture, ou de vernis) qui est lumineux via un système d'éclairage. [032] Ainsi, le vitrage chauffant peut comporter sur une face principale du vitrage au moins un marquage dynamique qui est lumineux lorsque ledit vitrage chauffant est en fonctionnement, notamment un marquage diffusant lumineux via un système d'éclairage présent dans la structure porteuse, notamment comprenant au moins une diode électroluminescente (inorganique, ponctuelle) agencée au niveau de la tranche du vitrage (en couplage optique avec la tranche, notamment en contact ou collé à ou espacé de la tranche). [033] Le marquage diffusant est un moyen d'extraction de lumière notamment une couche diffusante (provisoire - (sticker, etc.) ou permanent, une texturation du vitrage (sablage, acidage, etc.) ou par gravure laser au sein du vitrage. Ce marquage diffusant est visible ou transparent sans éclairage. Le marquage peut être sous forme de motifs, pictogramme, former un mot, etc.

[034] Une telle couche diffusante peut se présenter sous la forme d'une encre, peinture ou d'un émail notamment sérigraphié ou imprimé selon une forme souhaitée. Par exemple, l'encre est une encre dont la composition est du type organique (exemple polymères, monomères, pouvant comprendre des agents d'aide à la formulation, au dépôt ou encore d'aide à la stabilisation de la couleur en fonction de la rhéologie de la composition) ou dont la composition est sensible aux ultraviolets (UV). Une encre du type organique est une encre qui diffuse le faisceau lumineux qui lui est apporté. Cette encre organique est illuminée par une source de lumière colorée. Une encre UV est une encre composée d'une multitude de particules, chacune réagissant différemment. En effet, les particules réagissent toutes à la longueur d'onde de la lumière UV (405nm) mais la réaction est différente. On comprend donc que la source de lumière génère une lumière UV. En effet, ces particules, soumises à l'excitation d'une lumière UV, vont générer elles-mêmes des photons, c'est-à-dire un flux lumineux. La longueur d'onde de ce flux est variable selon les particules utilisées. Ainsi, en mélangeant les particules selon un dosage particulier, il est possible d'obtenir une multitude de couleurs.

[035] Le système d'éclairage est par exemple une ou des diodes électroluminescentes qui sont agencées au niveau de la tranche du vitrage (de préférence feuilleté). Le rayonnement est guidé dans le vitrage (sur au moins un substrat du vitrage) et est extrait (par diffusion) par le marquage. [036] Les diodes électroluminescentes (inorganiques, ponctuelles) peuvent être à rayonnement ultraviolet (UV) et/ou éclairer dans le visible. Avec des diodes UV, il y a conversion de la lumière guidée UV en lumière visible dans le marquage. Le marquage diffusant peut être local (pour conserver au maximum la transparence), comme le long du bord ou des bords du vitrage avec un éclairage par la tranche du verre.

[037] Le système d'éclairage dudit marquage diffusant peut par exemple être intégré à l'intérieur de la structure porteuse telle que dans un cadre profilé.

[038] Le marquage diffusant peut être : le long d'un bord longitudinal (notamment supérieur ou inférieur en position verticale) du vitrage et le système d'éclairage le long de ladite tranche dudit bord longitudinal, le long d'un bord latéral ou latéral du vitrage et le système d'éclairage le long de ladite tranche dudit bord latéral, notamment dans un coin du vitrage.

[039] Le vitrage chauffant peut être un vitrage feuilleté et/ou un vitrage isolant du type double ou triple vitrage, éventuellement incluant au moins un substrat en verre trempé.

[040] Selon encore une autre caractéristique, la structure porteuse est une structure autoporteuse, ce qui permet d'installer le dispositif verrier chauffant immédiatement en tout lieu pour être utilisé. En particulier, la structure porteuse comporte un cadre (profilé notamment en U), de préférence entourant la totalité du vitrage chauffant (et dans lequel chemine la partie invisible du système d'alimentation électrique), et des pieds solidaires du cadre (qui procurent une stabilité à l'ensemble du dispositif). La prise de raccordement électrique peut être intégrée au cadre ou solidaire de l'extrémité d'un cordon électrique sortant du cadre. Le système d'amenée du courant jusqu'aux éléments de connexion électrique peut comprendre des câbles électriques qui cheminent à l'intérieur de la structure porteuse (dans le cadre) pour ne pas être visible.

[041] Dans une réalisation, les moyens automatisés de régulation et de contrôle sont sur le chemin de l'alimentation électrique du vitrage chauffant. Les moyens automatisés de régulation et de contrôle se présentent sous la forme d'un micromodule électronique qui peut être agencé de la manière suivante :

(en interne au dispositif verrier et) caché à l'intérieur de la structure porteuse -si la programmation a été faite en usine, et nécessite de ne pas être modifiée par l'utilisateur- ; ou fixé sur l'extérieur de la structure porteuse ou intégré à la structure porteuse, et débouchant à l'extérieur de la structure porteuse - le micromodule étant ainsi accessible par l'utilisateur s'il est nécessaire de modifier la programmation ou installé de manière déportée en étant connecté au système d'alimentation électrique du dispositif verrier chauffant , de manière filaire ou sans fil par des moyens de communication à distance.

[042] Le dispositif verrier chauffant peut être mobile, notamment sans fixation permanente ou provisoire au sol ou mural. On entend en particulier par mobile, le fait d'être déplaçable ou transportable ou portatif, à titre d'exemple pour un dispositif verrier chauffant dont le vitrage est un vitrage feuilleté « 33.2 », le poids du dispositif verrier chauffant est d'environ 20kg, tandis qu'il sera de 70 kg pour un vitrage feuilleté « 88.2 ». Selon l'utilisation du dispositif verrier chauffant et/ou ses dimensions, le dispositif verrier chauffant peut comprendre des roulettes fixées sur la structure porteuse. Le dispositif verrier chauffant est de mise en œuvre prête à l'emploi ; il n'a qu'à être raccordé électriquement et est directement fonctionnel.

[043] La structure porteuse peut comprendre des moyens de fixation amovibles pour fixer provisoirement le dispositif verrier sur une surface horizontale.

[044] Par ailleurs, le dispositif verrier chauffant peut comporter un système d'éclairage ultraviolet, notamment comprenant au moins une diode électroluminescente (inorganique) émettant dans l'ultraviolet, de préférence sous la forme de barrettes de diodes électroluminescentes émettant dans l'ultraviolet, en particulier l'UVC pour procurer une fonction antivirale additionnelle. Le système d'éclairage ultraviolet peut par exemple être intégré à l'intérieur de la structure porteuse telle que dans un cadre profilé. La désinfection du cadre peut se faire par rayonnement ultraviolet, par exemple avec un (autre) système d'éclairage intégré dont l'angle est adapté pour couvrir la périphérie du vitrage et le cadre.

[045] De plus, le vitrage chauffant peut comprendre sur tout ou partie d'une face principale, une surface apte à diffuser et/ou à réfléchir et délivrant une ou des informations, en particulier en servant d'écran de projection. Un éclairage est alors prévu, qui peut être l'éclairage ultraviolet prévu pour la désinfection additionnelle.

[046] Le dispositif verrier chauffant est selon l'invention destiné à être utilisé en tant que barrière aux virus, le vitrage chauffant en fonctionnement étant destructeur des virus en sa surface. [047] Enfin, le dispositif verrier chauffant peut être utilisé en tant que dispositif de séparation tout ou partie transparent, notamment pour comptoir d'accueil ou caisse de magasin, ou en tant que cloison intérieure ou en tant que dispositif de séparation de bureaux ou dispositif de séparation de tables dans un restaurant ou de dispositif de séparation dans un lieu accueillant du public sous abri.

[048] De manière non exhaustive, les utilisations peuvent être les suivantes : comptoir d'accueil type hôtels, bureaux, mairie, EHPAD, comptoir d'accueil type caisse haute (magasins type textile), caisse de supermarché, guichets d'accueil grand public (type en gare ou en kiosque), cloisons intérieures (notamment dans hôpitaux, EHPAD, mais aussi bureaux) séparateurs de bureaux, séparateurs dans les restaurants (entre les tables de clients), en intérieur mais aussi en extérieur en terrasse par temps sec ou dans une zone protégée des intempéries, meubles de bureaux type table en verre, tableau blanc en verre, paillasse en verre, surface horizontale d'appui de comptoir.

[049] Des caractéristiques et autres avantages de l'invention apparaîtront à la lecture de la description qui va suivre, donné uniquement à titre d'exemple non limitatif, et faite en référence aux dessins annexés et sur lesquels

[050] La présente invention est maintenant décrite à l'aide d'exemples uniquement illustratifs et nullement limitatifs de la portée de l'invention, et à partir des illustrations jointes, dans lesquelles :

[Fig. 1] ou figure 1 représente une vue en perspective d'un exemple de réalisation du dispositif verrier chauffant selon l'invention intégrant une surface verrière à fonction auto-désinfectante.

[Fig. 2] ou figure 2 est une variante de la figure 1 quant au raccordement électrique du dispositif verrier chauffant.

[Fig. 3] ou figure 3 est une vue en perspective d'une variante de la figure 1, le dispositif verrier chauffant étant sur roulettes.

[Fig. 4] ou figure 4 est une vue schématique en coupe partielle du vitrage chauffant du dispositif verrier chauffant de la figure 1, montrant son alimentation électrique. [Fig. 5a] ou figure 5a montre un autre exemple encore du dispositif verrier chauffant en position d'utilisation sur un comptoir et doté de fonctionnalités supplémentaires que sont au moins une zone de marquage et une zone dédiée à une projection d'images, lesdites zones étant ici invisibles et schématisées par des pointillés et ne s'affichant que sous éclairage ultraviolet.

[Fig. 5b] ou figure 5b correspond à la figure 5a en mode éclairé et faisant par conséquent apparaître les zones de marquage et de projection d'images.

[Fig. 6] ou figure 6 illustre une vue en perspective d'un autre exemple de réalisation de dispositif verrier chauffant de l'invention, comprenant un premier dispositif verrier chauffant en tant qu'écran transparent de protection et doté de trois surfaces verrières selon un design en U, la surface verrière centrale du U étant au moins un vitrage chauffant à fonction auto-désinfectante, et un second dispositif verrier chauffant formant une partie de la surface d'appui horizontale sur laquelle est agencé le premier dispositif.

[051] Le dispositif verrier chauffant de l'invention a pour but de fournir une surface barrière verticale, tel qu'une vitre de protection illustrée sur les figures 1 à 6, ou bien une surface d'appui horizontale telle qu'un plan de travail ou une partie de comptoir comme illustré sur la figure 6, la surface verticale ou horizontale étant désinfectée de manière automatisée (auto- désinfectée), c'est-à-dire sans intervention humaine. Le dispositif verrier chauffant est apte à éliminer tous virus qui se déposerait sur sa surface, sans intervention manuelle de nettoyage. [052] Les dispositifs verriers chauffants 1 illustrés sur les figures 1 à 6 sont des exemples de réalisation de surface barrière verticale visant à séparer deux espaces et protéger les personnes destinées à être placées de chaque côté. Selon l'utilisation visée, sa hauteur est adaptée et son mode d'installation peut être différent.

[053] Le dispositif verrier chauffant 1 des figures 1, 5a et 6 est plus particulièrement destiné à être installé sur un comptoir 7 par exemple de magasin, en tant que surface vitrée transparente pour voir à travers, tout en constituant un écran de protection pour chacune des personnes placées de chaque côté. Les personnes pourront parler sans nécessairement être masquées, la surface vitrée faisant office de barrière de protection pour les utilisateurs et étant autodésinfectée. Le comptoir 7 sur lequel peut s'appuyer les utilisateurs peut également constituer, éventuellement en partie seulement, un dispositif verrier chauffant de l'invention, le vitrage chauffant 2 étant agencé dans un plan horizontal pour désinfecter la surface d'appui. [054] Comme montré sur les figures 1 à 4, le dispositif verrier chauffant 1 comporte un vitrage chauffant 2, une structure porteuse 3 qui rend le dispositif autoporteur, des moyens d'alimentation électrique 4 pour le vitrage chauffant 2, les moyens d'alimentation électrique 4 comprenant un système de connexion électrique 5 extérieur au dispositif verrier chauffant pour brancher électriquement ledit dispositif par exemple au secteur et un système interne d'amenée du courant 40 depuis le système de connexion électrique 5 jusqu'au vitrage chauffant 2. En outre, le dispositif verrier chauffant 1 comporte des moyens automatisés de régulation et de contrôle 6 de la température du vitrage chauffant 2 et de contrôle du temps de chauffage. Les moyens automatisés de régulation et de contrôle 6 sont sur le chemin électrique entre le vitrage chauffant et le système de connexion électrique 5 extérieur.

[055] La structure porteuse 3 comporte un cadre périphérique 30 qui porte le vitrage chauffant 2 et des moyens porteurs 31 du dispositif verrier chauffant 1 pour rendre ledit dispositif autoporteur et l'installer à l'endroit souhaité en fonction de sa destination.

[056] Les moyens porteurs 31 sont des pieds qui assurent la stabilité du dispositif verrier chauffant 1 sur une surface verticale, plane. Les pieds 31 sont fixes dans cet exemple. Le dispositif verrier chauffant 1 présente des dimensions de l'ordre de 1 m 2 , ce qui permet de le manipuler et le déplacerfacilement pour le poservia ses pieds 31 sur n'importe quelle surface. Les pieds 31 peuvent si besoin comprendre des orifices de fixation pour le vissage des pieds sur une surface. Sur la figure 6, les moyens porteurs 31 sont constitués de deux retours ici vitrés qui sont perpendiculaires au vitrage chauffant 2.

[057] Le dispositif verrier chauffant 1 de la figure 3 est plutôt destiné à être installé à même le sol, tout en étant de préférence mobile via des roulettes 32 qui sont intégrées à ses moyens porteurs 31. Dans cet exemple, la surface vitrée du vitrage chauffant 2 n'est pas forcément transparente car le dispositif verrier chauffant 1 vise avant tout à assurer une barrière de protection entre des personnes situées de chaque côté, sans nécessairement que les personnes se voient. Un tel dispositif verrier chauffant 1 peut par exemple être utilisé dans un restaurant pour séparer deux tables côte à côte.

[058] Comme montré sur la figure 4, le vitrage chauffant 2 du dispositif verrier chauffant 1 comporte au moins deux substrats verriers extérieurs 20 et 21, et au moins un moyen de chauffage 22 qui est agencé à l'intérieur du vitrage, entre les deux substrats extérieurs 20 et 21. Le vitrage chauffant 2 comporte deux faces principales opposées 2A et 2B formant les faces externes du vitrage et en contact avec l'environnement extérieur. Les faces principales 2A et 2B constituent les faces externes des substrats verriers 20 et 21.

[059] De préférence, le moyen de chauffage 22 est au moins un revêtement transparent électro-conducteur tel qu'une couche électro-conductrice constituée d'au moins un oxyde électro-conducteur transparent, par exemple de l'oxyde d'étain dopé au fluor ou encore un oxyde mixte d'indium et d'étain, déposée de préférence sur la face interne de l'un au moins des substrats verriers.

[060] Le vitrage chauffant 2 peut être un vitrage feuilleté et/ou un vitrage isolant du type double ou triple vitrage. Un ou les substrats verriers constitutifs du vitrage peuvent être en verre trempé.

[061] Le vitrage chauffant 2 assure un chauffage de préférence des deux surfaces externes 2A et 2B, le chauffage étant adapté comme il sera vu plus loin pour supprimer tous virus, tout en s'affranchissant du risque d'inconfort thermique. Lorsque le vitrage est feuilleté, même si le moyen de chauffage revêt l'intérieur d'un seul des deux substrats verriers, il en résulte que les deux faces externes 2A et 2B du vitrage sont chauffées.

[062] Néanmoins, selon l'application visée, il peut être envisagé de ne chauffer qu'une seule face externe du vitrage (au moins pour assurer la suppression des virus sur cette face) tandis que l'autre face externe est, soit non chauffée car l'énergie infrarouge ne parvient pas à traverser le verre, comme par exemple pour un vitrage isolant du type triple vitrage, soit moins chauffée (en tout cas insuffisamment chauffée pour supprimer les virus) comme lorsque le vitrage isolant est un double vitrage et/ou lorsque le substrat verrier opposé au substrat verrier doté du moyen de chauffage, est pourvu d'une couche (transparente) dite basse émissive qui en réfléchissant l'énergie infrarouge du moyen de chauffage en regard, réduit fortement le chauffage de la face externe du substrat verrier pourvue de ladite couche basse émissive. La couche basse émissive (transparente) est par exemple un empilement à l'argent ou autre couche métallique fonctionnelle (sur une face interne du vitrage feuilleté ou d'un double vitrage) notamment entre des couches en matériau diélectrique du type oxyde métallique ou nitrure de silicium. Une couche basse émissive est par exemple un empilement d'oxyde transparent conducteur sur une ou chaque face externe du vitrage feuilleté. [063] Le vitrage chauffant 2 de la figure 4 est un vitrage feuilleté qui comprend de manière connue entre les deux substrats verriers 20 et 21, un film intercalaire de liaison 23 en matière plastique tel qu'en polybutyral de vinyle (PVB). Le vitrage feuilleté chauffant est par exemple un vitrage dont la constitution correspond à celle du vitrage EGLAS® commercialisé par SAINT- GOBAIN. Le vitrage feuilleté chauffant peut comporter d'autres fonctionnalités, liées par exemple à la nature du film intercalaire, par exemple pour procure en outre un vitrage feuilleté de sécurité comme le vitrage STADIP PROTECT® ou un vitrage feuilleté acoustique comme le vitrage STADIP SILENCE®, tous deux commercialisés par SAINT-GOBAIN

[064] La couche électro-conductrice chauffante 22 est agencée entre l'un des substrats verriers et le film PVB 23. Elle est de préférence déposée directement sur la face interne de l'un des substrats verriers tel que le premier substrat verrier 20. De préférence, la couche électro-conductrice chauffante 22 recouvre partiellement ou l'ensemble de la surface du substrat verrier 20. Bien que le moyen de chauffage 22 soit associé au premier substrat 20, le second substrat 21 immédiatement collé au premier, bénéficie également du chauffage, les deux faces opposées 2A et 2B du vitrage étant ainsi chauffées.

[065] Le moyen de chauffage 22 comporte des éléments de connexion électrique 22'. Pour une couche électro-conductrice chauffante 22, les éléments de connexion électrique sont des conducteurs collecteurs du type bus bars, notamment en bandes, qui sont disposés le long de deux bords opposés de la couche et cachés par une couche (comme un émail) de masquage et/ou le cadre porteur 30 de la structure porteuse 3.

[066] Les moyens d'alimentation électrique 4 du moyen de chauffage 22 comprennent le système de connexion électrique 5 qui est extérieur à la structure porteuse 3 et le système interne d'amenée du courant 40 depuis le système de connexion électrique 5 jusqu'aux éléments de connexion électrique 22' du moyen de chauffage 22.

[067] Le système de connexion électrique 5 est doté d'une prise de raccordement électrique 50 qui peut être intégrée au cadre 30 (figure 1) ou solidaire de l'extrémité d'un cordon électrique sortant du cadre 30 (figure 2).

[068] Le système d'amenée du courant 40 (figure 4) jusqu'aux éléments de connexion électrique 22' comprend des câbles électriques qui cheminent à l'intérieur de la structure porteuse 3 (dans le cadre 30) pour ne pas être visible. [069] Le fonctionnement du dispositif verrier chauffant 1 se fait en branchant directement la prise de raccordement électrique 50 au secteur (figures 1 et 2), un interrupteur marche- arrêt 51 pouvant être prévu en interface sur le chemin d'alimentation électrique.

[070] Le dispositif verrier chauffant 1 de l'invention permet de supprimer les virus à une température de chauffe qui selon l'invention ne dépasse pas 65°C, grâce aux moyens automatisés de régulation et de contrôle 6, qui sont couplés au vitrage chauffant 2. Les moyens automatisés de régulation et de contrôle 6 sont sur le chemin de l'alimentation électrique du vitrage chauffant 2. Les moyens automatisés de régulation et de contrôle 6 se présentent sous la forme d'un micromodule électronique qui peut être agencé de la manière suivante : en interne au dispositif verrier 1 et caché à l'intérieur de la structure porteuse 3 (ce qui est par exemple le cas de la figure 2) lorsque la programmation a été faite en usine, et nécessite de ne pas être modifiée par l'utilisateur ; ou fixé sur l'extérieur de la structure porteuse 3 ou intégré à la structure porteuse 3, et débouchant en son extérieur (comme illustré sur les figures 1 et 4), le micromodule 6 étant ainsi accessible par l'utilisateur s'il est nécessaire de modifier la programmation ; ou installé de manière déportée en étant connecté au système d'alimentation électrique 4 du dispositif verrier chauffant 1, de manière filaire ou sans fil par des moyens de communication à distance.

[071] Les moyens automatisés de régulation et de contrôle 6 assurent de combiner de manière appropriée la température de chauffage avec une durée de chauffage pour supprimer, lorsque le dispositif verrier chauffant 1 est en fonctionnement, tous virus sur de préférence les deux faces 2A et 2B du vitrage chauffant 2. Les moyens automatisés de régulation et de contrôle 6 sont aptes à couper l'alimentation électrique de la couche électroconductrice chauffante 22 lorsqu'une valeur de consigne de température ou une valeur seuil maximale de température est atteinte, la valeur de consigne de température étant au plus égale à la valeur seuil.

[072] La température de la couche électro-conductrice chauffante 22 qui correspond à la température du vitrage chauffant 2 en fonctionnement est comprise entre 40°C et la valeur seuil d'au plus 65°C, évitant tout risque de brûlure pour l'utilisateur si celui-ci touche plus de 2 secondes le vitrage chauffant. De préférence, la valeur seuil n'excède pas 56°C.

[073] Le dispositif verrier chauffant 1 comporte en outre au moins un capteur de température 60 (figure 4) fixé sur le moyen de chauffage 22 et relié aux moyens automatisés de régulation et de contrôle 6. En fonction de l'information de température reçue (par exemple toutes les minutes, mais la fréquence pourrait être moindre) par les moyens automatisés de régulation et de contrôle 6, ces derniers adaptent la température et la durée de chauffage en fonction du programme de chauffage préenregistré.

[074] Par ailleurs, les moyens automatisés de régulation de la température 6 comportent un interrupteur 61 tel qu'un disjoncteur à réenclenchement automatique, qui stoppe l'alimentation électrique de la couche électro-conductrice chauffante 22 en cas d'une surtension détectée à l'entrée des moyens d'alimentation électrique 5 alors que la valeur de consigne de température a été atteinte mais que la durée de chauffage se poursuit pour assurer un maintien de la valeur de consigne de température pendant une durée déterminée (préenregistrée). La détection de surtension se fait en surveillant la température de la couche électro-conductrice chauffante 22, et lorsque la température s'élève brutalement, le disjoncteur 61 s'ouvre. Le but est d'éviter une élévation de température au-delà de la valeur de consigne de température. En effet, en fonction du protocole de chauffage imposé au vitrage chauffant, il convient de ne pas atteindre une température au-delà de 65°C qui risquerait de brûler un utilisateur qui toucherait le vitrage.

[075] Dans un exemple de réalisation du dispositif verrier chauffant 1 pour lequel le vitrage verrier chauffant 2 est un vitrage feuilleté chauffant « 88.2 » dont la fonction est de supprimer toute trace du Coronavirus humain 229E en surface du vitrage verrier chauffant 2, la valeur de consigne de température est de 45°C. Une fois que la couche électro-conductrice chauffante 22 atteint la température de 45°C, la température de 45°C est maintenue en continu au moins pendant une heure pour s'assurer de la suppression du virus. Les inventeurs ont mis en évidence qu'un tel protocole de chauffage suffisait à désinfecter les deux surfaces 2A et 2B du dispositif verrier chauffant 1, sans risque de brûlure pour l'utilisateur.

[076] A 45°C, l'inconfort thermique est ainsi minimisé. [077] De plus, les moyens automatisés de régulation de la température 6 permettent de contrôler la densité de puissance qui ne dépasse pas 1000 W/m 2 , évitant ainsi tout risque d'endommagement du système électrique du dispositif verrier chauffant.

[078] Sur la figure 1, le dispositif verrier chauffant 1 est pourvu d'un marquage statique 8 tel qu'un pictogramme avertissant de l'aspect chauffant du dispositif. Le marquage statique d'avertissement 8 est visible de façon permanente. En variante, le marquage d'avertissement peut être un marquage dynamique 80, c'est-à-dire n'apparaître que lorsque le vitrage chauffant 2 chauffe, comme l'indication écrite qui est rendue visible sur le vitrage chauffant 2 en fonctionnement de la figure 5b, alors qu'elle est (quasi) invisible lorsque le vitrage chauffant 2 est éteint (figure 5a). Le marquage dynamique 80 est par exemple un marquage à encre thermochrome (incluant par exemple des micro-capsules de leuco-colorants) ou encore un marquage diffusant et lumineux par extraction de lumière.

[079] Selon l'utilisation qui sera faite du dispositif verrier chauffant 1, outre sa fonction de barrière de protection contre la projection de gouttelettes et particules dans l'air, et sa fonction d'auto-désinfection de sa surface verrière contre les virus, le dispositif verrier chauffant 1 peut intégrer d'autres fonctionnalités, comme celle d'un écran de projection 9 (figure 5a) qui est apte à faire apparaître une image 90 (figure 5b) lorsque la zone de l'écran de projection 9 est éclairée (figure 5b) par un système de projection déporté (projection avant ou rétroprojection ou par l'intégration d'un écran dynamique ou actif (display en anglais) au sein du vitrage). On peut utiliser toutes les technologies classiques d'écran (à cristaux liquides dit 'LCD', à couche mince électroluminescente dit 'TFEL', à matrice active à diodes électroluminescentes organiques dit 'AMOLED', etc.).

[080] Pour former un marquage diffusant lumineux en dynamique, on utilise une couche diffusante 80' sur le verre 21 comme schématisé sur la figure 4 (juste à l'endroit souhaité du marquage) (ou une texturation de surface du verre), formant un extracteur de lumière guidée. Un système d'éclairage est par exemple obtenu par des diodes électroluminescentes 10 qui sont agencées au niveau de la tranche du vitrage chauffant 2 (figure 4) pour être en couplage optique avec le vitrage chauffant formant guide de lumière avant extraction via la couche diffusante 80'.

[081] Enfin, un système « d'éclairage » ultraviolet UVC pour procurer une fonction antivirale additionnelle peut être intégré à l'intérieur de la structure porteuse 3 dans le cadre profilé 30 et au niveau du chant du vitrage chauffant 2. Cet éclairage correspond par exemple à tout ou partie des diodes électroluminescentes 10 qui émettent alors dans l'ultraviolet UVC.

[082] Ainsi, le dispositif verrier chauffant 1 de l'invention peut servir de surface de séparation ou de surface d'appui, et est capable en étant chauffé de manière appropriée et sans dépasser 65°C, de détruire les virus qui seraient présents sur sa surface verrière, tout en évitant le risque de brûlure ou l'inconfort thermique, le dispositif verrier étant facile d'installation et simple d'utilisation.

[083] La forme générale du vitrage peut être variable, avec ou sans ouvertures débouchantes, etc.