Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
ATTACHABLE/DETACHABLE JOINTING DEVICE FOR CONVEYOR BELTS USED IN FACILITIES IN WHICH HARMFUL BACTERIA MAY BE PRESENT
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2018/229440
Kind Code:
A1
Abstract:
The jointing device for conveyor belts comprises elements (1) as shown, each formed by a flexible frame covered with a food-grade heat-welded material, said elements comprising teeth (2) and complementarily shaped recesses (3), such that the teeth (2) of a first element (1) can be inserted into the recesses (3) of a second element symmetrical to the first and also comprising teeth (2) and recesses (3). The frame is covered with a food-grade heat-welded material on the sides (6) of the teeth, the front of the teeth, the bottom (3a) of the recesses and inside passages (7) intended for a connecting pin. As a result, bacteria present in the materials being transported by a conveyor belt equipped with the jointing device of the invention cannot access same and said bacteria are also prevented from passing into the frame.

Inventors:
JAKOB HORST (FR)
GORAGUER DANIEL (FR)
BLANC TOM (FR)
Application Number:
FR2018/051400
Publication Date:
December 20, 2018
Filing Date:
June 14, 2018
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
MLT MINET LACING TECH (FR)
International Classes:
F16G3/02; F16G3/00; F16G3/10; F16G3/16
Domestic Patent References:
WO2013071419A12013-05-23
Foreign References:
EP0740748A11996-11-06
US2228926A1941-01-14
FR2787181A12000-06-16
Attorney, Agent or Firm:
CABINET GERMAIN & MAUREAU (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Dispositif de jonctionnement pour bande transporteuse comprenant deux éléments symétriques plats et souples connectables et déconnectables formés de matière de synthèse, munis d'une armature souple, présentant à l'avant des dents (2) séparées par des échancrures (3), les dents (2) et les échancrures (3) présentant des formes complémentaires permettant l'imbrication des deux éléments l'un avec l'autre et la mise en place d'une broche de liaison (14) passant successivement dans un passage transversal (7) pratiqué dans une dent (2) d'un élément, puis dans un passage (7) pratiqué dans une dent (2) de l'autre élément imbriqué, et ainsi de suite, les passages (7) étant dans chaque cas formés par un repli de l'armature ménagé autour desdits passages (7) à l'extrémité avant des dents (2), caractérisé en ce que l'armature est revêtue de matière de synthèse aussi bien sur les côtés (6) des dents qu'à l'avant des dents (2) qu'au fond (3a) des échancrures (3) et qu'à l'intérieur des passages (7) destinés à une broche de liaison (14).

2. Procédé de réalisation d'éléments (1) de dispositif de jonctionnement selon la revendication 1, caractérisé en ce qu'il comprend les opérations suivantes :

a) préparation d'une armature textile (5), tissée ou non tissée, en matière thermosoudable, l'armature comprenant des bandelettes (9), par exemple oblongues, lesdites bandelettes (9) étant reliées d'un seul tenant à leurs extrémités par des surfaces pleines (5p, 5p') et étant séparées par des découpes (10), par exemple oblongues, pratiquées dans le matériau des bandelettes (9),

b) mise en place dans un outillage approprié pour le thermosoudage d'une première feuille de couverture (11) en matière thermosoudable de qualité dite alimentaire, cette feuille de couverture (11) présentant une dimension dans la direction transversale équivalente à celle d'un élément de dispositif de jonctionnement et, une dimension dans le sens longitudinal équivalente à un peu moins que la moitié de la largeur d'un élément de dispositif de jonctionnement,

c) mise en place, à côté de la première feuille de couverture (11), parallèlement à celle-ci, d'une deuxième feuille de couverture (12) en matière thermosoudable de qualité dite alimentaire, dont la dimension dans le sens longitudinal est approximativement égale à celle de la première feuille de couverture (11), les deux feuilles de couverture (11, 12) étant séparées par un espace dont la largeur est conditionnée par l'épaisseur du futur élément fini,

d) mise en place d'une troisième feuille de couverture (13) en matière thermosoudable de qualité dite alimentaire, ladite troisième feuille de couverture (13) ayant une dimension dans la direction transversale égale à celle des deux autres feuilles (11, 12) déjà installées, cette troisième feuille de couverture (13) étant positionnée parallèlement à l'axe de symétrie séparant les deux feuilles de couverture (11, 12) déjà installées, à cheval sur celui-ci, et ayant une dimension suffisante dans la direction longitudinale pour recouvrir les bandelettes (9) et les découpes (10) de l'armature (5), en dépassant sur une distance prédéterminée les fonds des découpes (10), séparant les bandelettes (9),

e) mise en place d'une broche de production (14a), de préférence en métal ou en une matière de synthèse résistant sans déformation aux températures générées par le thermosoudage, dont la section est de forme identique mais légèrement supérieure en dimension à celle des broches de liaison (14) qui seront utilisées avec le produit fini en vue de connecter ou de déconnecter les éléments de dispositif de jonctionnement, ladite broche de production (14a) étant placée au centre de l'empilage, approximativement le long de l'axe de symétrie évoqué à l'opération d),

f) mise en place d'une quatrième feuille de couverture (15) au même emplacement, vu en plan, que la troisième feuille de couverture (13) mais sur le dessus de l'empilage, c'est-à-dire à cheval sur l'axe de symétrie et au-dessus de la broche de production (14a) qui vient d'être installée, les dimensions de ladite quatrième feuille de couverture étant égales à celles de la troisième feuille de couverture (13),

g) repli de la moitié droite de l'ensemble formé des feuilles de couverture et de l'armature ainsi empilées, de façon telle que cette moitié droite recouvre avec exactitude la moitié gauche, la broche de production (14a) se trouvant ainsi enveloppée au niveau de l'axe de symétrie, h) thermosoudage de la pile et fusion des couches les unes avec les autres, avec interposition d'une feuille de matière anti-adhésive, par exemple du genre polytétrafluoréthylène, entre les deux parties de l'armature situées à l'arrière qui ne sont pas recouvertes par la quatrième feuille de couverture (15) qui, sans cela, se souderaient l'une avec l'autre à cet endroit,

i) après thermosoudage et refroidissement, retrait de la feuille de matière anti- adhésive,

j) retrait de la broche de production (14a),

k) découpe des échancrures (3) au moyen d'un outillage de découpe du genre massicot, ladite découpe des échancrures (3) étant pratiquée à l'écart des limites des bandelettes (9) de l'armature et du fond des découpes (10) séparant les bandelettes (9),

1) thermosoudage de l'élément (1) issu de l'opération k) à l'extrémité de la bande transporteuse, l'armature (5a) dégarnie de celle-ci étant insérée entre les deux couches de l'armature situées à l'arrière de l'élément (1) de dispositif de jonctionnement superposées mais non soudées.

3. Procédé de réalisation d'éléments (1) de dispositif de jonctionnement selon la revendication 2, caractérisé en ce que les opérations b), c), d) sont regroupées en une seule, grâce à l'utilisation d'une feuille de couverture unique remplaçant les première, deuxième et troisième feuilles de couverture (11, 12, 13), la partie remplaçant la troisième feuille de couverture (13) étant intégrée dans l'espace ménagé le long de l'axe de symétrie en étant ainsi d'un seul tenant avec les parties de la feuille unique correspondant aux feuilles de couverture (11, 12), la feuille unique étant amincie au niveau de sa partie remplaçant la troisième feuille de couverture (13), afin de faciliter la localisation du pli lors de l'opération g).

Description:
Dispositif de jonctionnement connectable et déconnectable pour bandes transporteuses utilisées dans des installations présentant des risques de présence de bactéries nocives. On connaît les dispositifs de jonctionnement connectables et déconnectables pour bandes transporteuses, constitués de deux éléments plats souples, présentant à l'avant des dents séparées par des échancrures, les dents ayant une forme complémentaire de celle des échancrures, ce qui permet d'imbriquer les dents d'un élément dans les échancrures de l'autre élément en vue de relier les dents du premier élément et celles du deuxième élément par une broche qui passe successivement dans une dent d'un élément puis dans une dent de l'autre élément.

Un exemple de ces dispositifs de jonctionnement est donné par le brevet français FR 2 787 181 du même déclarant que celui de la présente demande. Ces dispositifs de jonctionnement ont rencontré un bon accueil dans différentes industries, en particulier dans les industries alimentaires utilisant dans leur processus de fabrication des bandes transporteuses en matière thermoplastique souple. Ces bandes transporteuses sont obligatoirement constituées de matières homologuées "alimentaire", par exemple de polyuréthanne de qualité alimentaire ou de polychlorure de vinyle de qualité alimentaire. Les dispositifs de jonctionnement utilisés pour ces bandes transporteuses ont recours aux mêmes matières. Ainsi, un matériau de qualité dite « alimentaire » s'entend comme un matériau adapté à une utilisation dans ce type d'industries alimentaires et destiné à être en contact avec des aliments sans en altérer la qualité.

Il s'est cependant avéré qu'un perfectionnement important était devenu indispensable dans ce domaine. En effet, malgré les nettoyages haute pression auxquels sont soumis les matériels, donc les bandes transporteuses comportant de tels dispositifs de jonctionnement, des migrations de bactéries pouvaient se produire dans les armatures que comportent ces dispositifs de jonctionnement. En effet, du fait du mode de fabrication, ces dispositifs de jonctionnement laissent apparentes et accessibles certaines parties des armatures situées sur le côté des dents, dans le fond des échancrures entre dents et surtout dans les parties des armatures situées à l'intérieur des passages destinés aux broches de liaison. Les nettoyages haute pression ne suffisent pas à éliminer les bactéries qui ont migré dans les armatures en raison de la difficulté d'accès qu'ils rencontrent.

Il fallait donc trouver une solution à ce problème pour éviter des risques de contamination et pour conserver les homologations décernées aux matériels concernés.

La présente invention a donc pour objet de proposer un produit exempt du risque de migration de bactéries dans l'armature. L'invention propose également un procédé de fabrication permettant la réalisation de ce produit.

En vue de clarifier la lecture de la description qui suit, ainsi que celle des figures, par convention, direction longitudinale y signifiera la direction longitudinale de la bande transporteuse aux extrémités de laquelle sont réalisés, ou rapportés les éléments de dispositifs de jonctionnement, que ceux-ci soient en place sur la bande transporteuse, ou pas encore rapportés, quelles que soient les dimensions des dispositifs de jonctionnement. Direction transversale signifiera une direction perpendiculaire à la direction longitudinale, quelles que soient les dimensions des dispositifs de jonctionnement.

Avant signifiera le côté d'un élément de dispositif de jonctionnement situé à l'opposé de l'extrémité de la bande transporteuse et arrière le côté d'un élément de dispositif de jonctionnement situé vers l'extrémité de la bande transporteuse, que le dispositif de jonctionnement soit incorporé à la bande transporteuse ou pas encore rapporté sur celle-ci.

En vue de résoudre le problème évoqué plus haut, de la migration des bactéries dans l'armature des dispositifs de jonctionnement, l'invention concerne un dispositif de jonctionnement pour bande transporteuse comprenant deux éléments symétriques plats et souples connectables et déconnectables formés de matière de synthèse, munis d'une armature souple, présentant à l'avant des dents séparées par des échancrures, les dents et les échancrures présentant des formes complémentaires permettant l'imbrication des deux éléments l'un avec l'autre et la mise en place d'une broche de liaison passant successivement dans un passage transversal pratiqué dans une dent d'un élément, puis dans un passage pratiqué dans une dent de l'autre élément imbriqué, et ainsi de suite, les passages étant dans chaque cas formés par un repli de l'armature ménagé autour desdits passages à l'extrémité avant des dents, le dispositif de jonctionnement étant remarquable en ce que l'armature est revêtue de matière de synthèse aussi bien sur les côtés des dents qu'à l'avant des dents qu'au fond des échancrures et qu'à l'intérieur des passages destinés à une broche de liaison.

En d'autres termes, cette armature disposée entre deux couches de couverture en matière thermosoudable de qualité alimentaire, est revêtue d'une matière identique, aussi bien sur le côté des dents qu'à l'avant des dents, qu'au fond des échancrures et que sur sa surface entourant les broches de liaison, autrement dit la surface intérieure des passages transversaux des dents.

Ces caractéristiques du produit permettent d'empêcher la migration des bactéries évoquée plus haut en ce qui concerne les dispositifs de jonctionnement selon l'art antérieur.

Selon un autre aspect, l'invention concerne également un procédé de réalisation d'éléments de dispositif de jonctionnement tel que décrit ci-avant, remarquable en ce qu'il comprend les opérations suivantes :

a) préparation d'une armature textile, tissée ou non tissée, en matière thermosoudable, l'armature comprenant des bandelettes, par exemple ob longues, lesdites bandelettes étant reliées d'un seul tenant à leurs extrémités par des surfaces pleines et étant séparées par des découpes, par exemple oblongues, pratiquées dans le matériau des bandelettes,

b) mise en place dans un outillage approprié pour le thermosoudage d'une première feuille de couverture en matière thermosoudable de qualité dite alimentaire, cette feuille de couverture présentant une dimension dans la direction transversale équivalente à celle d'un élément de dispositif de jonctionnement et, une dimension dans le sens longitudinal équivalente à un peu moins que la moitié de la largeur d'un élément de dispositif de jonctionnement,

c) mise en place, à côté de la première feuille de couverture, parallèlement à celle- ci, d'une deuxième feuille de couverture en matière thermosoudable de qualité dite alimentaire, dont la dimension dans le sens longitudinal est approximativement égale à celle de la première feuille de couverture, les deux feuilles de couverture étant séparées par un espace dont la largeur est conditionnée par l'épaisseur du futur élément fini,

d) mise en place d'une troisième feuille de couverture en matière fhermosoudable de qualité dite alimentaire, ladite troisième feuille de couverture ayant une dimension dans la direction transversale égale à celle des deux autres feuilles déjà installées, cette troisième feuille de couverture étant positionnée parallèlement à l'axe de symétrie séparant les deux feuilles de couverture déjà installées, à cheval sur celui-ci, et ayant une dimension suffisante dans la direction longitudinale pour recouvrir les bandelettes et les découpes de l'armature, en dépassant sur une distance prédéterminée, typiquement de 1 à 2 mm, les fonds des découpes, séparant les bandelettes,

e) mise en place d'une broche de production, de préférence en métal ou en une matière de synthèse résistant sans déformation aux températures générées par le thermosoudage, dont la section est de forme identique mais légèrement supérieure en dimension à celle des broches de liaison qui seront utilisées avec le produit fini en vue de connecter ou de déconnecter les éléments de dispositif de jonctionnement, ladite broche de production étant placée au centre de l'empilage, approximativement le long de l'axe de symétrie évoqué à l'opération d), f) mise en place d'une quatrième feuille de couverture au même emplacement, vu en plan, que la troisième feuille de couverture mais sur le dessus de l'empilage, c'est-à-dire à cheval sur l'axe de symétrie et au-dessus de la broche de production qui vient d'être installée, les dimensions de ladite quatrième feuille de couverture étant égales à celles de la troisième feuille de couverture,

g) repli de la moitié droite de l'ensemble constitué ou formé des feuilles de couverture et de l'armature ainsi empilées, de façon telle que cette moitié droite recouvre avec exactitude la moitié gauche, la broche de production se trouvant ainsi enveloppée au niveau de l'axe de symétrie,

h) thermosoudage de la pile et fusion des couches les unes avec les autres, avec interposition d'une feuille de matière anti-adhésive, par exemple du genre polytétrafluoréthylène, entre les deux parties de l'armature situées à l'arrière qui ne sont pas recouvertes par la quatrième feuille de couverture qui, sans cela, se souderaient l'une avec l'autre à cet endroit,

i) après thermosoudage et refroidissement, retrait de la feuille de matière anti- adhésive,

j) retrait de la broche de production,

k) découpe des échancrures au moyen d'un outillage de découpe du genre massicot, ladite découpe des échancrures étant pratiquée à l'écart des limites des bandelettes de l'armature et du fond des découpes séparant les bandelettes,

1) thermosoudage de l'élément issu de l'opération k) à l'extrémité de la bande transporteuse, l'armature dégarnie de celle-ci étant insérée entre les deux couches de l'armature situées à l'arrière de l'élément de dispositif de jonctionnement superposées mais non soudées.

Selon une caractéristique technique particulière, les opérations b), c), d) sont regroupées en une seule, grâce à l'utilisation d'une feuille de couverture unique remplaçant les première, deuxième et troisième feuilles de couverture, la partie remplaçant la troisième feuille de couverture étant intégrée dans l'espace ménagé le long de l'axe de symétrie en étant ainsi d'un seul tenant avec les parties de la feuille unique correspondant aux première et deuxième feuilles de couverture, la feuille unique étant amincie au niveau de sa partie remplaçant la troisième feuille de couverture, afin de faciliter la localisation du pli lors de l'opération g).

Dans une configuration particulière, les bandelettes et les découpes sont de forme ob longue.

Le nouveau produit et un procédé de fabrication préférés sont représentés dans les dessins annexées, dans lesquels :

la figure 1 représente, en perspective un dispositif de jonctionnement selon l'art antérieur ;

la figure 2 représente, en plan, juxtaposées, les pièces constitutives de la pile qui doit être confectionnée en vue de l'opération de thermosoudage d'un dispositif de jonctionnement selon l'invention ; la figure 3 représente, en plan, les différentes pièces constitutives de la figure 2, empilées avec un décalage permettant de voir l'extrémité des différentes pièces, ce décalage n'existant pas dans la pile réelle ;

la figure 4 représente la pile de pièces, en plan, la moitié droite de la pile de pièces ayant été repliée autour d'une broche de production ;

la figure 5 est une vue en plan de la pile de pièces après thermo formage, un pointillé faisant ressortir les contours de l'armature incorporée ;

la figure 6 est une vue en coupe selon la ligne A-A de la figure 5 ;

la figure 7 est une vue en plan de la pile de pièce selon la figure 5, les échancrures entre dents ayant été découpées à l'écart du contour de l'armature incorporée ; la figure 8 est une vue en coupe selon la ligne A-A de la figure 7 ;

la figure 9 est une vue en coupe selon la ligne B-B de la figure 7 ;

la figure 10 représente en perspective un élément de dispositif de jonctionnement fini ;

- la figure 11 représente en perspective une bande transporteuse et un élément de dispositif de jonctionnement prêts à être reliés par thermosoudage.

Les mêmes références sont utilisées dans toutes les figures pour les mêmes pièces ou parties.

La figure 1 représente schématiquement, en perspective, un élément de dispositif de jonctionnement selon l'art antérieur. La migration des bactéries dans l'armature est possible du fait que la nappe d'armature 5 est exposée sur les côtés 6 des dents 2, au fond 3a des échancrures 3 entre dents, ainsi qu'à l'entrée des passages 7.

Au niveau des passages transversaux 7 des dents 2 l'armature 5, qui est repliée autour des passages 7 pour broche de liaison et qui n'est pas revêtue de matière de synthèse de qualité alimentaire sur la paroi intérieure des passages 7, permet la migration des bactéries par la paroi intérieure du passage, constituée de l'armature 5 non revêtue.

La figure 2 montre les pièces constitutives de la pile, juxtaposées dans l'ordre où elles seront utilisées pour la confection de la pile de pièces qui sera soumise à un thermosoudage, à savoir :

- la première feuille de couverture 11, la deuxième feuille de couverture 12,

la troisième feuille de couverture 13,

l'armature préparée comportant deux surfaces pleines 5p, 5'p reliées par des bandelettes ob longues 9 séparées par des découpes ob longues 10,

- la broche de production 14a,

la quatrième feuille de couverture 15.

La figure 3 qui représente à échelle agrandie les mêmes pièces constitutives, mises en pile, permet d'identifier l'ordre d'empilage et le positionnement respectifs des pièces représentées juxtaposées séparément sur la figure 2, c'est-à-dire à gauche la première feuille de couverture 1 1, à droite la deuxième feuille de couverture 12, puis la troisième feuille de couverture 13, la nappe d'armature 5 telle que décrite précédemment, recouvrant les pièces précédentes, puis la quatrième feuille de couverture 15.

La figure 4 montre la moitié droite de la pile repliée autour de la broche de production 14a et recouvrant la moitié gauche.

La figure 5 montre la pile après thermosoudage et retrait de la broche de production 14a, avant découpe des échancrures entre dents 3. Le pointillé indique la position du contour de l'armature 5 repliée.

La figure 6 fait apparaître en coupe selon la ligne A- A de la figure 5, les couches de matières soudées et fusionnées ainsi que la nappe d'armature 5 repliée autour du passage laissé par le retrait de la broche de production 14a, la paroi intérieure du passage étant un revêtement de la nappe d'armature 5 repliée issu de la quatrième feuille de couverture 15 lors du thermosoudage.

La figure 7 est semblable à la figure 5 mais les échancrures 3 entre dents ayant été découpées à l'écart du contour de l'armature 5 ; ceci permet d'éviter tout affleurement de l'armature 5 sur les côtés 6 des dents 2, au fond 3a des échancrures 3 et à l'entrée des passages 7 pour la tige de liaison.

La figure 8 montre en coupe les différentes pièces constitutives selon la ligne A- A de la figure 2. On reconnaît la première feuille de couverture 11, la deuxième feuille de couverture 12, la troisième feuille de couverture 13, l'armature 5, la quatrième feuille de couverture 15. La figure 9 montre en coupe les pièces constitutives selon la ligne B-B de la figure

7.

La figure 10 représente en perspective un élément de dispositif de jonctionnement 1 fini. On remarque que l'armature 5 n'affleure nulle part, ni sur les côtés 6 des dents 2, ni au fond 3a des échancrures 3, ni à l'entrée des passages 7 des dents 2. Bien que cela ne soit pas visible sur la figure, la quatrième feuille de couverture revêt l'armature à l'intérieur des passages 7.

La figure 11 montre les deux parties arrière de l'élément de dispositif de jonctionnement 1 prêtes à être soudées sur l'armature 5a de la bande transporteuse 4.

Le procédé utilise la technique du thermosoudage d'une pile de parties constitutives d'un élément de dispositif de jonction. Selon la terminologie employée jusqu'à présent, un dispositif de jonctionnement est constitué de deux éléments 1 symétriques imbricables l'un avec l'autre par leurs dents 2, et par leurs échancrures 3 décrites sur le dessin. Ces éléments peuvent soit être chacun d'un seul tenant avec une des extrémités de la bande transporteuse qu'il s'agit de relier, soit être des éléments indépendants qui peuvent être rapportés chacun à une des extrémités de la bande transporteuse qu'il s'agit de relier, les dents des deux éléments pouvant, dans les deux cas, être reliées par une broche de liaison enfilée dans des passages transversaux des dents appartenant successivement à la série de dents d'un élément et à celle de l'autre.

Le procédé préféré comprend les opérations suivantes :

a) Préparation d'une armature textile 5, tissée ou non tissée en matériau thermosoudable, sous forme de bandelettes oblongues 9 dans la direction longitudinale, lesdites bandelettes 9 étant reliées d'un seul tenant à leurs extrémités par des surfaces pleines 5p, 5p', et étant séparées par des découpes oblongues 10 pratiquées dans le matériau d'armature.

b) Mise en place dans un outillage approprié pour le thermosoudage, connu dans la profession, d'une première feuille de couverture 11 en matière thermosoudable « alimentaire », cette feuille de couverture 11 ayant une dimension dans la direction transversale (définie comme précédemment) d'un élément standard de dispositif de jonctionnement, très souvent 1 mètre, et une dimension dans le sens longitudinal équivalente à un peu moins que la moitié de la largeur d'un élément de dispositif de jonctionnement.

c) Mise en place, à côté de la première feuille de couverture 11 , parallèlement à celle- ci, d'une deuxième feuille de couverture 12 en matière thermosoudable "alimentaire", dont la dimension dans la direction longitudinale (définie comme plus haut) est approximativement égale à celle de l'autre feuille de couverture, les deux feuilles de couverture 11, 12 étant séparées par un espace dont la largeur est conditionnée par l'épaisseur du futur élément fini.

d) Mise en place d'une troisième feuille de couverture 13 de future extrémité avant de l'élément également en matière thermosoudable "alimentaire". Cette feuille de couverture 13 de la future extrémité avant de l'élément a une dimension dans la direction transversale (définie comme précédemment) égale à celle des deux autres feuilles déjà installées. Cette feuille positionnée parallèlement à l'axe de symétrie séparant les deux feuilles de couverture 11, 12 déjà installées, à cheval sur celui-ci, s'étend dans la direction longitudinale pour recouvrir les bandelettes ob longues 9 et les découpes ob longues 10 de l'armature 5 en dépassant de 1 à 2 mm le fond des découpes ob longues 10. Il est également possible de remplacer la première feuille de couverture, la deuxième feuille de couverture et la troisième feuille de couverture par une feuille unique en effectuant ainsi en une seule opération les opérations b), c) et d), la feuille unique pouvant utilement être amincie dans le sens transversal le long de l'axe de symétrie transversal en vue de faciliter l'opération g) de repli.

L'amincissement en question peut être limité à deux rainures peu profondes situées parallèlement à l'axe de symétrie transversal, de part et d'autre de celui- ci. L'écartement de ces rainures dans le sens longitudinal est fonction de l'épaisseur future prévue pour les dents.

e) Mise en place d'une broche de production 14a, de préférence en métal, ou en une matière de synthèse résistante sans déformation aux températures générées par le thermosoudage dont la section est de forme identique mais légèrement supérieure en dimension à celle des broches de liaison 14b qui seront utilisées avec le produit fini en vue de la connexion ou de la déconnexion des éléments,

cette broche de production 14a étant placée au centre de l'empilage approximativement le long de l'axe de symétrie évoqué plus haut.

f) Mise en place d'une quatrième feuille de couverture 15 au même emplacement, vu en plan, que la troisième feuille de couverture 13, mais sur le dessus de la pile, c'est-à-dire à cheval sur l'axe de symétrie et au-dessus de la broche de production 14a qui vient d'être installée, les dimensions de ladite quatrième feuille de couverture étant égales à celles de la troisième feuille de couverture déjà installées.

g) Repli de la moitié droite de l'ensemble constitué des feuilles de couverture et de l'armature ainsi empilées, de façon telle que cette moitié droite recouvre avec exactitude la moitié gauche, la broche de production 14a se trouvant ainsi enveloppée au niveau de l'axe de symétrie.

h) Thermosoudage de la pile et fusion des couches les unes avec les autres, avec interposition d'une feuille de matière anti-adhésive du genre polytétrafluoréthylène entre les deux parties de l'armature situées à l'arrière qui ne sont pas recouvertes par la quatrième feuille de couverture 15 de matière thermofusible et qui, sans cela, se souderaient l'une avec l'autre à cet endroit. i) Après thermosoudage et refroidissement, retrait de la feuille de matière du genre polytétrafluoréthylène. Il faut remarquer que les matières thermo fusibles sont intimement soudées et que les limites entre les couches sont difficiles à observer sur le produit fini,

j) Retrait de la broche de production 14a.

k) Découpe des échancrures 3 au moyen d'un outillage de découpe du genre emporte-pièce, la découpe des échancrures 3 étant pratiquée à l'écart des limites des bandelettes 9 de l'armature et du fond des découpes ob longues 10 séparant les bandelettes 9.

1) L'élément de dispositif de jonctionnement peut alors être rapporté par thermosoudage à l'une des extrémités de la bande transporteuse, l'armature dégarnie de celle-ci étant insérée entre les deux couches d'armature 5a de l'élément de dispositif de jonctionnement superposées mais non soudées.

De cette manière les matières thermosoudées et fusionnées qui existent sur les côtés 6 des dents 2 et au fond des échancrures 3 ainsi que sur la face intérieure des passages 7 revêtue comme expliqué plus haut empêchent toute migration dans l'armature de bactéries provenant des matériaux transportés.

Les buts recherchés par l'invention, c'est-à-dire l'exclusion de la migration des bactéries dans l'armature 5, se trouvent donc atteints, les nettoyages haute pression se chargeant d'éliminer les bactéries présentes à la surface extérieure des différentes parties de dispositif de jonctionnement.

Les explications concernant le procédé de réalisation ont été faites sur un élément gauche de dispositif de jonctionnement, les mêmes opérations, inversées, peuvent évidemment être réalisées pour un élément droit de dispositif de jonctionnement.