Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR CLOSE DIGITAL PHOTOGRAPHY OF OBJECTS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2000/038405
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a method for digital photography, in colour or black and white, of three-dimensional opaque or planar and translucent or transparent objects arranged on a flat-bed scanner light area illuminated by a very intense cold light, at a very high colour temperature, produced by electroluminescence of rare gas tubes, with added appropriate vaporizable elements such as mercury, acting jointly with the phosphorescent elements lining the internal walls of the discharge tube, the image being electronically stored and reproduced by electronic printing means in particular with a printer on a certain scale and capable of being electronically transmitted.

Inventors:
PIERLOT ROGER (BE)
Application Number:
PCT/BE1999/000169
Publication Date:
June 29, 2000
Filing Date:
December 21, 1999
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PIERLOT ROGER (BE)
International Classes:
H04N1/00; H04N1/028; H04N1/10; (IPC1-7): H04N1/00
Foreign References:
EP0559913A11993-09-15
US5450173A1995-09-12
EP0707408A11996-04-17
EP0703541A11996-03-27
EP0580148A21994-01-26
US5894529A1999-04-13
US5757519A1998-05-26
US4982232A1991-01-01
Attorney, Agent or Firm:
Van Cutsem, Paul (152/6, Bruxelles, BE)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Procédé de photographie numérique, en couleur ou en noir et blanc, d'objets opaques à trois dimensions disposés sur la plage d'un scanner à plat et éclairés par une lumière froide très intense, à température de couleur très élevée, produite par électroluminescence de tubes à gaz rares, ajoutés d'éléments vaporisables adéquats tels le mercure, agissant conjointement avec les éléments phosphorescents tapissant les parois intérieures du tube à décharge, l'image étant stockée électroniquement, et reproduite par un moyen d'impression électronique notamment de type imprimante à une certaine échelle et pouvant tre transmis électroniquement.
2. Procédé de photographie numérique, en couleur ou en noir et blanc, d'objets translucides de type plat, tels que des films, des diapositives, des radioscopies, des négatifs disposés sur la plage d'un scanner à plat et éclairés par une lumière froide très intense, à température de couleur très élevée, produite par électroluminescence de tubes à gaz rares, ajoutés d'éléments vaporisables adéquats tels le mercure, agissant conjointement avec les éléments phosphorescents tapissant les parois intérieures du tube à décharge, l'image étant stockée électroniquement, et reproduite par un moyen d'impression électronique notamment de type imprimante à une certaine échelle et pouvant tre transmise électroniquement.
3. Procédé suivant la revendication 1 ou 2, dans lequel l'image de l'objet est stockée électroniquement et reproduite sur imprimante, agrandie, réduite ou non, par l'utilisation de logiciels adjoints.
4. Procédé suivant l'une des revendications 1,2 ou 3, caractérisé par le fait que la lumière est produite par un ensemble photogène sans danger thermogène, tout en produisant un fond homogène, de préférence un fond blanc, par excellence un blanc pur et en rendant les couleurs pratiquement à l'identique.
5. Procédé suivant la revendication 4, caractérisé par le fait que 1'ensemble photogène comprend un ou plusieurs tubes et est logé dans un caisson clair, translucide, opalin, répandant la lumière froide induite de façon sensiblement homogène sur la plage du scanner.
6. Procédé suivant l'une des revendications 1 à 5 caractérisé par le fait que le fond photographique blanc est soumis à une modification de teinte par l'interposition entre la plage du scanner et la source lumineuse de filtres colorés, notamment en verre, cellophane, plastique et/ou papiers minces et/ou par l'utilisation de tubes diversement colorés.
7. Procédé suivant l'une des revendications 4 à 6 dans lequel le caisson photogène est disposé sur un support ou une enceinte dont la hauteur est réglable audessus du ou des objets à photographier, le cas échéant conjointement avec un déplacement éventuel du scanner luimme.
8. Procédé suivant la revendication 4 à 6 dans lequel le caisson photogène est suspendu à une hauteur réglable audessus du scanner.
9. Procédé suivant l'une des revendications 4 à 6, dans lequel le ou les objets sont suspendus juste audessus de la plage du scanner.
10. Procédé suivant l'une des revendications précédentes, dans lequel le caisson lumineux épouse sensiblement la forme du scanner sur lequel il est déposé.
11. Procédé suivant l'une des revendications précédentes, dans lesquel les objets sont fixés sur une vitre déposée sur la plage.
12. Procédé suivant l'une des revendications précédentes dans lequel la lumière est produite dans des tubes à vapeur de mercure à basse pression.
13. Procédé suivant l'une des revendications précédentes, permettant l'impression sur supports divers, par des procédés d'imprimerie, tels que l'offset, la flexographie, la serigraphie, I'héliogravure, la xérographie et tout procédé électronique, par jet d'encre ou laser notamment.
14. Procédé suivant l'une des revendications 2 à 13, caractérisé par le fait que l'objet photographié est une diapositive.
15. Procédé suivant la revendication 14, dans lequel l'objet photographié est une pellicule de film.
16. Procédé suivant la revendication 14, dans lequel l'objet l'objet photographié est un négatif photographique.
17. Procédé suivant la revendication 16, dans lequel le négatif résulte d'une photographie aérienne faite par aéronefs, satellites ou engins spatiaux.
18. Procédé suivant la revendication 2, dans lequel l'objet photographié est une radiographie.
19. Procédé suivant la revendication 2, dans lequel l'image à photographier a été produite par voie microscopique.
Description:
Procédé de photographie numérique rapprochée d'objets Domaine de l'invention La présente invention se rapporte à un procédé de photographie numérique rapprochée d'objets et plus particulièrement d'objets opaques à trois dimensions, notamment.

Etat de la technique On sait qu'on peut, sans difficiles, photographier numériquement des objets plans opaques, tels des images, des photographies, à I'aide d'un scanner à plat, également connu sous I'appellation flat-bed scanner, dont le couvercle est rabattu sur ceux-ci. On pourrait mme, le cas échéant, photographier des objets de très faible épaisseur, le couvercle du scanner étant rabattu sur l'objet à photographier, si la chose est possible vu l'épaisseur de l'objet, mme faible.

On peut également recouvrir les objets d'une feuille, d'une toile ou d'une plaque solide blanche respectivement, le tout étant mis à I'abri de la lumière.

Cependant, ces deux derniers cas présentent le grave inconvénient que l'on n'obtient pas un fond photographique net et clair. En outre, I'on observe bien souvent des traces de balayage qui gâchent le résultat obtenu.

II est vrai que l'on peut photographier numériquement des objets assez épais logés dans une enceinte créant les conditions de chambre noire. Toutefois on obtient, mme dans les meilleurs cas, un fond peu net, assombri et coloré de façon hétérogène. La chose est particulièrement frappante dans le cas d'objets à périmètre irrégulier. Les images obtenues sont peu claires et nécessitent des retouches considérables qui sont coûteuses.

Concernant les objets plans translucides, tels que des films, diapositives, négatifs

et radiographies notamment, leur photographie numérique ne peut se faire qu'en utilisant des appareils spéciaux et très coûteux qui ne sont pas à la portée de tous.

Les enseignements de la demande de brevet belge 09800478 sont à incorporer dans la présente demande.

Le document WO 92 09937 de Cooper John Laurence concerne la reproduction par voie xérographique avec un couvercle situé à moins de 1 mm des objets à photographier. Le couvercle est fixe et n'est pas réglable. En outre, les enseignements de ce document ne permettent pas la photographie d'objets à trois dimensions.

Le document EP 0 762 720 concerne la lecture de documents plans uniquement et ne permet pas non plus la mise en oeuvre pour des objets à trois dimensions, le couvercle étant également inamovible.

But de l'invention La présente invention vise à pallier à tous ces inconvénients tout en maintenant un niveau de coût faible, et en ouvrant des voies nouvelles dans le domaine de l'iconographie numérique.

Exposé de l'invention Ainsi, il est proposé suivant la présente invention un procédé tel que défini dans la revendication principale. Le couvercle du scanner étant enlevé, le ou les objets plans, opaques ou translucides et/ou des objets à trois dimensions, étant déposés sur la vitre de balayage, sont éclairés préalablement à la photographie numérique proprement dite, par une lumière froide très vive, à température de couleur très élevée par électroluminescence de gaz dits rares.

Ainsi, la présente invention concerne un procédé de photographie numérique rapprochée donnant l'illusion de relief, en couleur de préférence, d'objets à trois dimensions, d'une part, déposés sur la plage d'un scanner à plat juste au-dessus de celle-ci avec couvercle amovible réglable en hauteur qui est photogène par électroluminescence de gaz rares, avec ajouts d'éléments divers se vaporisant, le

tout créant une lumière vive dite froide éclairant les objets de façon sensiblement uniforme.

L'électroluminescence dite froide de gaz rares, dits inertes, avec ajout d'éléments divers transformés en vapeur, parmi lesquels le mercure au premier chef, est utilisée dans ce procédé de photographie numérique rapprochée. Cela permet d'obtenir un fond photographique blanc, ou clair, sans trace de scannage.

Selon un premier mode préféré du procédé, l'argon est ajouté en éléments divers dont les vapeurs, qui subissent la décharge conjointement à des poudres phosphorescentes, créent un fond photographique des images qui est uniforme, net et d'un blanc pur.

Selon d'autres modes préférés du procédé selon l'invention, le krypton, le xénon, ou respectivement une combinaison des gaz précités est ajouté en éléments divers.

Ceci a pour avantage de mettre spécialement en valeur les images prises, le rayonnement UV invisible produit étant transformé en lumière visible par ces poudres phosphorescentes garnissant l'intérieur du tube.

La norme de référence DIN 5035 classe les lumières blanches en trois classes : la première classe, dite couleur blanche chaude, a une température de couleur inférieure à 3300° Kelvin (K), la deuxième classe dite couleur blanche neutre est caractérisée par un degré K compris entre 3600 et 5000, tandis que la troisième classe, dite couleur du jour froide, dépasse les 5000 K.

La source de lumière, qui est utilisée de préférence ici a une température de couleur de 6500 K, ce qui en fait une source de lumière très froide avec un indice de couleur-IRC-très élevé, et elle procure donc un rendu excellent des couleurs.

Elle sera décrite plus avant.

L'ensemble photogène, composé d'un ou plusieurs tubes, est toge dans un caisson

translucide clair, opalin, qui répand la lumière induite de façon sensiblement égale sur la plage du scanner, tel un plafonnier en verre ou en plastique clair faisant fonction de couvercle. Cette lumière peut conjointement tre latérale.

Le fond photographique peut voir sa teinte claire modifiée par l'utilisation, entre la plage du scanner et la source de lumière, de filtres colorés divers, tels que du verre, films plastiques, cellophane, papiers minces et analogues. II est également possible, conjointement ou non, de se servir des tubes luminescents colorés de compositions gazeuses diverses.

Le couvercle photogène est disposé à une certaine distance de la plage de balayage du scanner, en fonction de la force de t'edairement sus-jacent, laquelle dépend de la puissance conjuguée des tubes électroluminescents. L'éclairement, ici de la plage du scanner, diminue à mesure du carré de la distance de celle-ci à la source lumineuse.

Commodément, on dépose le scanner dans une enceinte ou un support dont la hauteur correspond au moins à la plus grande épaisseur de l'objet photographié.

Cependant, elle peut dépasser franchement cette limite, de plusieurs centimètres, sans aucune difficulté. On dispose par dessus le couvercle photogène.

On peut aussi, pour régler les distances, surélever le scanner par des cales sous- jacentes à celui-ci, et/ou par tout autre moyen d'écartement.

Le procédé le plus simple consiste à disposer le couvercle sur un support assez élevé, par exemple entre 30 et 40 cm, et à regler la puissance lumineuse en fonction de cette donnée, et le cas échéant à surélever le scanner sur un support particulier, à la mesure de la nature des effets lumineux souhaités.

On peut aussi, selon un autre mode de réalisation, suspendre le couvercle

photogène à des hauteurs réglables au-dessus de la plage du scanner.

Ainsi grâce au procédé suivant l'invention, plus particulièrement dans le cas de la photographie numérique d'objets à trois dimensions, on obtient une image en couleur ou en noir et blanc très détaillée, sur un fond blanc très pur qui détache l'image du support très nettement, avec une impression de relief très surprenante.

Cependant, dans un mode de réalisation plus spécifique suivant l'invention, on peut obtenir des fonds de couleurs différentes, en interposant entre le (s) objet (s) des filtres adéquats colorés, notamment en verre, cellophane, papiers translucides, et analogues.

En outre, I'utilisation de poudres phosphorescentes permet d'obtenir de multiples effets spéciaux et des colorations différentes. A cela s'ajoute que l'utilisation remarquable de lumière très froide produite comme ci-dessus apparaît d'un intért majeur en produisant 1'effet très particulier d'une forte impression de relief quant à l'objet reproduit par le procédé de photographie numérique rapprochée suivant l'invention.

Dans un mode de réalisation alternatif de l'invention, la reproduction numérique d'objets plans, opaques ou translucides, se fait de manière analogue avec utilisation d'une lumière très vive à température de couleur très élevée, produite par électro-luminescence de gaz inertes dopés en éléments divers, éclairant de façon froide les objets disposés sur la plage d'un scanner dit à plat, également appelé"flat bed scanner", de façon à obtenir une image de ceux-ci, donnant l'illusion du relief, sur un fond d'un blanc éclatant tout spécialement. Ainsi, la présente invention se rapporte à un procédé de photographie numérique rapprochée d'objets plans translucides ou transparents, éclairés d'une lumière très vive et froide.

Alors que le mode de réalisation primaire exposé ci-dessus se rapporte essentiellement à des objets à trois dimensions nettement perceptibles, tout en pouvant s'appliquer à des objets blancs opaques, le présent mode de réalisation vise à créer des images d'objets plans transparents-translucides, tels des films

divers, notamment au format 35 mm, des diapositives, des radiographies, des négatifs pouvant par inversion de couleurs tre transformés en positifs.

Chacune des images créées à l'échelle 1/1, dans l'un et l'autre cas-tant dans la photographie d'objets opaques à trois dimensions, que celle d'objets plans translucides-peut se voir agrandie ou réduite par l'utilisation de logiciels adéquats.

Les images peuvent par ailleurs tre imprimées sur des supports divers choisis, tels que des papiers différemment colorés ou composés, par les procédés d'impression connus, tels que l'offset, la flexographie, la sérigraphie, l'héliogravure, la xérographie ou tout procédé électronique, ainsi par jet d'encre ou laser notamment. Lesdites images ainsi obtenues étant numériques, elles peuvent aussi tre diffusées instantanément partout dans le monde par voie électronique. On peut mme les enregistrer sur CD-rom ou d'autres moyens de conservation de données.

Le dispositif de mise en oeuvre du procédé selon l'invention consiste en ce que le couvercle d'un scanner à plat est amovible, réglable en hauteur au-dessus de la plage d'un scanner, et qu'il est photogène, et éclaire des objets disposés sur elle, pour les photographier numériquement, de façon uniforme, d'une lumière vive, par électroluminescence de gaz rares, tels que I'argon ou le krypton notamment, ou toute autre luminescence qui n'est pas dangereusement calorigène.

La source lumineuse est disposée sur la plage du scanner-couvercle enlevé-ou à faible distance de celle-ci, de façon à obtenir une lumière froide très intense dont la force augmente en fonction inverse du carré de la distance séparant les objets plans translucides/transparents de la source lumineuse. Le caisson lumineux opalin contenant quatre tubes à vapeur de mercure, tels que ceux fabriqués par la société PHILIPS ("TL"D18W./865), chacun à 1300 lumens et une température de couleur de 6500 K, utilisés pour la photographie numérique d'objets à trois dimensions, peut tre utilisé également ici. Cependant, il n'est pas nécessaire d'avoir une telle puissance d'éclairage Un caisson de plus petites dimensions à la taille du scanner et posé dessus peut donner les résultats escomptés également.

Cette manière innovante de photographier directement et numériquement les objets cités ci-dessus selon l'invention, peut modifier profondément les pratiques photographiques actuelles. En effet, les diapositives, tout comme les films, négatifs ou radiographies placées sur la plage du scanner peuvent tre aisément transformées en positifs de qualité, tout comme dans le système précité de photographie numérique d'objets opaques, épais ou plans. Ainsi on n'aurait plus un besoin impératif d'appareils de reproduction spéciaux, très coûteux. Grâce à notre invention, des appareils courants suffisent, à savoir un scanner à plat, une source de lumière froide très vive et une imprimante. La qualité des documents reproduits variera suivant la capacité de résolution du scanner, de celle de l'imprimante, et de la qualité du papier d'impression essentiellement.

En ce qui concerne la mise en oeuvre du procédé, 1'ensemble photogène composé de tubes adéquats est toge dans un caisson translucide clair, opalin, qui répand la lumière de façon homogène sur la plage de balayage. L'intensité de l'éclairement de celle-ci diminue du carré de la distance à la source lumineuse.

Les applications sont multiples. Elle consistent en premier lieu en l'archivage de diapositives circulant partout dans le monde, dans les musées, les collections scientifiques ou autres. Celles-ci, tout en étant stockées électroniquement, seraient en mme temps disponibles dans des registres iconographiques. Le chercheur scientifique, particulièrement le naturaliste, dispose parfois de milliers de diapositives qu'il pourrait ainsi archiver sur papier, avec en prime la dimension du relief.

Une autre application réside dans les impressions de diapositives faites lors de vacances, ou lors d'événements divers, tels des mariages ou des ftes diverses.

Dans l'art cinématographique, les films divers pourraient se voir imprimés partiellement au choix d'un chacun.

Les négatifs photographiques peuvent tre reproduits, et par le jeu d'inversion des couleurs fournis par des logiciels adéquats, tre reproduits en positif après

correction électronique simple.

Les radiographies dans le monde entier pourraient tre archivées électroniquement et imprimées sans ou avec inversion de couleur.

En outre, tous ces supports, films, diapositives, négatifs, radiographies peuvent tre agrandis à souhait, avec une précision qui dépendra du degré de résolution des moyens utilisés.

Le procédé selon l'invention peut également tre utilisé pour la photographie d'objets plans transparents, translucides, tels que des diapositives, des pellicules de films, des négatifs, des radiographies, produits sur terre, sous terre ou dans les mers, soit à partir d'aéronefs ou de satellites, de façon à obtenir une image positive.

D'autres particularités et propriétés du procédé selon la présente invention sont définis dans des sous-revendications ci-annexées.

D'autres avantages et détails de l'invention apparaîtront de la description donnée ci-après d'un mode de rélisation exemplaire de la présente invention laquelle est éclairée à I'aide des dessins annexés.

Brève description des dessins La Figure 1 est une illustration schématique d'un dispositif de mise en oeuvre du procédé selon l'invention.

La Figure 2 montre une représentation schématique d'un agencement de photographie numérique rapprochée en tant que tel pouvant tre incorporé dans le dispositif illustré suivant la Figure 1.

Description La figure 1 montre un dispositif de photographie numérique rapprochée comprenant un scanner 1, déposé sur des hauteurs réglables 2, un support ou une enceinte 3, un caisson luminescent, disposé sur le support ou enceinte 4.

Dans le procédé de photographie d'objets à trois dimensions ou également, le cas échéant, plans transparents, translucides, tels que des diapositives, des pellicules de films, les objets sont disposés sur la plage d'un scanner à plat et éclairés par une lumière rapprochée dite froide, à température de couleur très élevée. La lumière est produite par électroluminescence de gaz inertes, dits rares, ajoutés d'éléments divers tels que mercure, sodium, phosphore, et aussi d'éléments tapissant les parois du tube à décharge. L'image de l'objet est stockée électroniquement, voit ses caractéristiques de couleur inversées ou modifiées à souhait, pour tre imprimée, agrandie, réduite ou non, pour tre imprimée avec les logiciels courants adéquats.

La figure 2 montre un agencement de photographie numérique rapprochée comprenant un scanner 1, une enceinte ou support 2'agencé sur celui-ci et un couvercle photogène 3'recouvrant 1'enceinte.

Le procédé est facilement réalisable par la lumière très vive dégagée par exemple par des tubes avec mercure, de 18W, par exemple entre 2 et 4 tubes logés dans le caisson translucide approprié. Les tubes peuvent tre droits et mutuellement parallèles. Cependant, un agencement de tubes circulaires et concentriques peut avantageusement conférer une lumière diffuse de façon homogène.

Un caisson lumineux, opalin de 62 x 62 cm, suffisant pour éclairer des plages de format A4 ou A3, contenant 4 tubes à vapeur de mercure tels que ceux fabriqués par la société PHILIPS (Modèle"TLD") chacun a 1300 lumens et une température de couleur très élevée de 6500 K, est ainsi utilisé avec succès pour la création d'un fond photographique d'un blanc pur. Le caisson est disposé à une distance de 20-30-40-50 cm de la plage de balayage.

Le mme caisson, mme placé à très faible distance de la plage de balayage, voire déposé sur celle-ci, donne de très bonnes images d'objets plans également.

II va de soi qu'un caisson à la mesure des dimensions du scanner est suffisant dans ce dernier cas.

En pratique, dans le cas d'objets épais, le caisson est disposé sur un support approprié, ou bien suspendu au-dessus de la plage de balayage à la hauteur désirée. Le scanner peut tre placé égaiement sur des épaisseurs variables pour tre placé à la hauteur désirée de la source de lumière. II importe que celle-ci soit disposée symétriquement au croisement des diagonales de la surface de balayage.

Le procédé d'imagerie d'objets épais, tel que décrit ci-dessus, s'applique remarquablement à t'édition et au graphisme avant tout, puisque l'on peut grâce à l'utilisation de celui-ci, éviter des retouches électroniques coûteuses en éliminant le problème de la netteté du fond photographique. De plus, lesdites retouches électroniques pour transférer et manipuler les photographies numériques prennent pas mal de temps.

II reste toutefois possible d'effectuer toute correction électronique de l'image, de la corriger, de la modifier et de la transférer à souhait.

Le procédé présente néanmoins aussi un intért majeur en matière de photocopie d'objets épais. II y a également la possibilité d'imprimer immédiatement les images obtenues et de les envoyer de mme partout dans le monde.

Le procédé permet également une définition exceptionnelle des détails des objets photographies, et avant tout, ceux dont la structure est discontinue. En plus, l'image créée donne une illusion du relief remarquable. Ces qualités se vérifient aussi bien en mode couleur qu'en mode noir et blanc. A cela s'ajoute encore que I'ambiance d'éclairage crée des effets artistiques notables.

Le procédé peut tre utilisé fructueusement dans le domaine de la publicité puisque l'on peut créer des images en relief d'un effet saisissant. Dans cette application les images peuvent tre éditées en affiche, en panneaux éclairés, et/ou en catalogues divers.

Dans le domaine de l'édition illustrée, des images de qualité remarquable peuvent tre obtenues. En outre, elles peuvent dans cette application mme tre juxtaposées en ensembles composites.

Quant au domaine scientifique, les perspectives sont immenses pour les collections de musées ou d'institutions scientifiques. 11 en est ainsi pour la création par exemple, ou encore la création tout-à-fait remarquable d'un herbier numérique en couleur représentant les flores de nombreux pays, y compris les contrées les plus reculées du globe, d'une imagerie archéologique, d'une imagerie en sciences naturelles diverses, ou encore d'une imagerie médicale, et analogues.

Dans le domaine industriel également, le procédé selon l'invention pourra tre appliqué utilement pour la création d'images de prototypes divers, d'outils. De plus, le procédé peut tre utilisé en impression de papiers peints, de tissus, etc.

Les possibilités sont donc très nombreuses et variées et se voient encore élargies par la possibilité que l'on a, à I'aide de logiciels courants, d'augmenter ou de réduire les dimensions de l'image. C'est ainsi qu'en botanique par exemple, un agrandissement de cinq à six fois permet d'obtenir une vision que l'on ne pourrait obtenir sinon qu'à la loupe. Dans ce dernier cas cependant, la loupe ne donne qu'un résultat éphémère, contrairement à l'invention qui permet d'obtenir un résultat durable et permanent.

Avec le procédé précité, I'image numérique peut tre stockée, reproduite, et envoyée sur-le-champ partout dans le monde, ce qui est d'un intért capital en matière scientifique notamment ou mme en matière judiciaire pour la représentation de pièces à conviction.

Le procédé précité s'applique donc aussi à la photographie numérique d'images translucides, telles des diapositives, des films divers, des négatifs, des radioscopies, et analogues, lesquelles sont reproduites telles quelles, ou qui peuvent tre modifiées au moyen de logiciels courants pour tre ainsi agrandies, réduites, coloriées, assombries ou éclaircies, le cas échéant avec inversion de couleur, et analogues. II s'agit ta d'une application très importante à l'heure actuelle

étant donné les nouveaux moyens disponibles depuis peu, en matière de courrier électronique du type e-mail notamment.

L'avantage est considérable, si l'on tient compte notamment du coût très élevé des appareils spéciaux existants nécessaires pour arriver aux mmes fins. En effet, on peut désormais, en disposant simplement d'un scanner à plat, d'une imprimante et d'une source de lumière froide à K élevé, reproduire chez soi les objets plans translucides, tels que les diapositives d'événements notables que l'on souhaite reproduire numériquement pour préserver intact un précieux souvenir.

En matière d'archivage, le procédé précité permet la numérisation facile des diapositives stockées dans les musées, les institutions scientifiques, ou encore les collections personnelles. Les radiographies peuvent de mme tre archivées électroniquement et reproduites.

En cinématographie, les images de films sélectionnées peuvent tre transcrites ainsi. Les négatifs photographiques peuvent tre reproduits, par le jeu d'inversion des couleurs fournis par les logiciels adéquats et amendés subséquemment.