Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR COMMUNICATING DATA BETWEEN LOCALLY NETWORKED HETEROGENEOUS PROCESSING SYSTEMS AND COMMUNICATION SYSTEM USING SAID METHOD
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2007/107674
Kind Code:
A2
Abstract:
The invention concerns a method for communicating data in an aircraft between at least a first data processing system (H) and a second data processing system (H) locally networked, each processing system being capable of executing at least one application (A), wherein the data to be exchanged are organized in messages (M), said messages as well as the processing systems and the applications being defined in files stored in a backup unit (2) connected to the network and accessible by the data processing systems.

Inventors:
GARAY STEPHANE (FR)
HERRY PHILIPPE (FR)
PRONTO DOMINIQUE (FR)
Application Number:
PCT/FR2007/050969
Publication Date:
September 27, 2007
Filing Date:
March 20, 2007
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
AIRBUS FRANCE (FR)
GARAY STEPHANE (FR)
HERRY PHILIPPE (FR)
PRONTO DOMINIQUE (FR)
International Classes:
H04L29/06
Foreign References:
EP0451897A21991-10-16
US20040187095A12004-09-23
US20030229603A12003-12-11
US6789126B12004-09-07
Attorney, Agent or Firm:
LEBRETTE, Camille (16 Rue de la paix, Paris, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 - Procédé de communication de données dans un aéronef entre au moins un premier système de traitement de données (H) et un second système de traitement de données (H) connectés en réseau local, chaque système de traitement étant apte à exécuter au moins une application (A), caractérisé en ce que les données à échanger sont organisées dans des messages (M), ces messages ainsi que les systèmes de traitement et les applications étant décrits dans des fichiers mémorisés dans une unité de sauvegarde (2) connectée au réseau et accessible par les systèmes de traitement de données, de sorte que le système de traitement de données récepteur d'un message est capable, à partir d'informations fournies dans le message, de retrouver, dans les fichiers de l'unité de sauvegarde, les données qui lui sont nécessaires. 2 - Procédé selon la revendication 1 , caractérisé en ce qu'un des fichiers mémorisés est un fichier machine (21 ) comportant une liste de tous les systèmes de traitement avec une adresse sur le réseau de chaque système, définissant une topologie du réseau.

3 - Procédé selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce qu'un des fichiers mémorisés est un fichier application (22) comportant une liste de toutes les applications et des systèmes sur lesquels chaque application peut être exécutée.

4 - Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce qu'un des fichiers mémorisés est un fichier message (23) comportant toutes les données pouvant être échangées ainsi que des chemins à emprunter entre les applications pour transmettre ces données.

5 - Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, caractérisé en ce qu'un des fichiers mémorisés est un fichier utilisateur (24) comportant un nom. 6 - Procédé selon les revendications 2, 3 et 4, caractérisé en ce que le fichier machine, le fichier application et le fichier message sont des fichiers partagés par tous les utilisateurs.

7 - Procédé selon la revendication 5, caractérisé en ce que le fichier utilisateur est spécifique à chaque utilisateur.

8 - Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 7, caractérisé en ce que les fichiers sont réalisés au format XML.

9 - Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 8, caractérisé en ce que chaque message comporte au moins trois champs de données.

10 - Procédé selon la revendication 9, caractérisé en ce qu'un premier champ contient un identifiant du message (ch1 ), un deuxième champ contient une longueur des données du message (ch2) et un troisième champ contient des paramètres à échanger (ch3). 1 1 - Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 10, caractérisé en ce que le réseau de communication reliant les systèmes de traitement est un réseau Ethernet.

12 - Système de communication de données comportant une pluralité de systèmes de traitement reliés en réseau local, caractérisé en ce qu'il comporte une unité de stockage comprenant :

- un fichier message décrivant toutes les données pouvant être échangées sur le réseau,

- un fichier machine décrivant une topologie du réseau de communication avec une liste de tous les systèmes et de leur adresse respective sur le réseau,

- un fichier application définissant toutes les applications pouvant être exécutées sur le réseau avec toutes les informations relatives à chaque application.

13 - Système de communication selon la revendication 12, caractérisé en ce que l'unité de stockage est centralisée (2), installée sur le réseau (1 ) et accessible par tous les systèmes de traitement (H).

14 - Aéronef caractérisé en ce qu'il comporte un système pour mettre en œuvre le procédé de communication selon l'une quelconque des revendications 1 à 1 1. 15 - Aéronef caractérisé en ce qu'il comporte un système de communication selon l'une quelconque des revendications 12 et 13.

Description:

Procédé de communication de données entre des systèmes de traitement hétérogènes connectés en réseau local et système de communication mettant en œuvre ce procédé

Domaine de l'invention

L'invention concerne un procédé de communication de données entre plusieurs systèmes de traitement de données hétérogènes, connectés en réseau local, dans lequel la configuration des communications est mémorisée dans un moyen de stockage, relié au réseau et accessible depuis chaque système de traitement. L'invention concerne également un système de communication mettant en œuvre ce procédé.

L'invention trouve des applications dans le domaine de la communication de données par réseau, notamment par réseau Ethernet, avec des systèmes de traitement distants ou co-localisés sur une même machine. En particulier, l'invention trouve des applications dans le domaine de l'aéronautique et, notamment, de la simulation aéronautique et de la transmission d'informations à bord d'un aéronef ou destinées à être installées à bord d'un aéronef.

Etat de la technique Dans le domaine de la communication de données, il est fréquent de connecter ensemble différents systèmes de traitement de données par l'intermédiaire d'un réseau local, tel qu'un réseau Ethernet. Cette liaison par réseau local permet aux différents systèmes de traitement d'échanger des données entre eux, en toute sécurité, c'est-à-dire sans que des systèmes extérieurs puissent avoir accès à ces données. Dans certains domaines, et en particulier en aéronautique, ces systèmes sont souvent installés peu à peu, au fur et à mesure des besoins et de l'évolution de ces besoins. Généralement, chacun de ces systèmes a été installé ou modifié pour résoudre un ou plusieurs problème(s) particulier(s). Par conséquent, chaque système est souvent mis au point dans un contexte particulier, avec un moyen de communication qui lui est propre. En particulier, dans le domaine de l'aéronautique, différents systèmes tels que les calculateurs, les applications informatiques, les simulateurs, etc., sont réalisés par différents équipementiers, à des périodes différentes, donc avec une évolution technique différente. Ces différents systèmes sont destinés à

être installés sur un même aéronef, par exemple dans le cas de la transmission d'informations à bord d'un aéronef, ou mis en relation les uns avec les autres, par exemple dans le cas où des moyens de simulation sont couplés avec des calculateurs de l'aéronef. Chaque système est donc mis en place avec un moyen de communication qui lui est propre et qui dépend du type de données à traiter, du contexte économique et du contexte technique de la période à laquelle le système a été installé. Ainsi, initialement, chaque système est étudié pour travailler individuellement et résoudre des problèmes spécifiques. Cependant, certaines données peuvent être utiles à plusieurs systèmes de traitement. Aussi, par économie de ressources matérielles et de temps de traitements, il est fréquent de relier plusieurs systèmes de traitement entre eux par l'intermédiaire d'un réseau local, du type réseau Ethernet, pour former un seul système de communication, appelé aussi réseau de communication. Un tel système de communication offre alors une architecture globale hétérogène.

Du fait de cette hétérogénéité des systèmes de traitement, la mise en réseau de ces systèmes nécessite une adaptation de chacun des systèmes au moyen de communication afin de rendre les données compréhensibles par chacun des systèmes susceptibles d'émettre ou de recevoir ces données. En d'autres termes, un système non adapté ne pourrait comprendre les données transmises depuis un autre système. De même, les données envoyées par ce système seraient incompréhensibles, donc inexploitables, par les autres systèmes du réseau. Cette adaptation des systèmes nécessite la mise en place de moyens de traduction permettant de traduire une donnée produite dans le format d'un système dans le format d'un autre système.

On comprend donc que, plus le nombre de systèmes connectés au réseau est élevé, plus la mise au point de ces moyens de traduction est complexe et plus le temps d'intégration de ces moyens est long. En outre, chaque fois qu'un nouveau système est installé et connecté sur le réseau, il est nécessaire d'adapter les moyens de traduction déjà en place pour adapter le nouveau système à l'ensemble de communication. La traduction du format des données du nouveau système doit donc être incorporée dans les moyens de traduction existants afin que les données de

ce nouveau système puissent être compréhensibles par les systèmes déjà en place sur le réseau.

De plus, la maintenance de l'ensemble du système de communication est difficile et délicate puisque chaque système de traitement nécessite une maintenance différente avec des solutions différentes. En outre, si un système est momentanément défaillant, il est impossible de substituer, à ce système, un autre système du réseau pour réaliser certains au moins de ses traitements, puisque chaque système a son propre format.

Un tel système de communication à architecture hétérogène présente donc les inconvénients cités précédemment, avec les conséquences que cela entraîne sur son coût de fonctionnement qui dépend directement de la durée de mise au point de la traduction des données et de la recherche des pannes.

Exposé de l'invention L'invention a justement pour but de remédier aux inconvénients des techniques exposées précédemment. A cette fin, l'invention propose un procédé de communication de données entre plusieurs systèmes de traitement, dans lequel une même configuration des données est adaptable à tous les systèmes. Pour cela, le procédé de l'invention propose de stocker les informations de base relatives aux données et à la topologie du réseau sous une forme simple, homogène et non équivoque, dans un moyen de stockage centralisé, accessible par tous les systèmes de traitement. Ce procédé propose ainsi de mémoriser toutes les informations nécessaires à tous les systèmes de traitement du réseau de communication, sous une forme identique, dans un lieu accessible par chacun. Les données sont échangées entre les systèmes sous la forme de messages ayant une configuration unique et comportant un nombre d'informations limité au strict minimum. Ces informations permettent au système récepteur du message de retrouver, dans le moyen de stockage centralisé, toutes les données correspondant à ce message.

De façon plus précise, l'invention propose un procédé de communication de données entre au moins un premier et un second systèmes de traitement de données connectés en réseau local, chaque système de traitement étant apte à exécuter au moins une application. Ce procédé se caractérise par le fait que les données à échanger sont

organisées dans des messages, ces messages ainsi que les systèmes de traitement et les applications étant décrits dans des fichiers mémorisés dans une unité de sauvegarde connectée au réseau et accessible depuis les systèmes de traitement de données, de sorte que le système de traitement de données récepteur d'un message est capable, à partir d'informations fournies dans le message, de retrouver, dans les fichiers de l'unité de sauvegarde, les données qui lui sont nécessaires.

Le procédé de l'invention peut comporter également une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : - un des fichiers mémorisés est un fichier machine comportant une liste de tous les systèmes de traitement avec une adresse sur le réseau de chaque système, définissant une topologie du réseau.

- un des fichiers mémorisés est un fichier application comportant une liste de toutes les applications et des systèmes sur lesquels chaque application peut être exécutée.

- un des fichiers mémorisés est un fichier message comportant toutes les données pouvant être échangées ainsi que des chemins à emprunter entre les applications pour transmettre ces données.

- un des fichiers mémorisés est un fichier utilisateur comportant un nom.

- le fichier machine, le fichier application et le fichier message sont des fichiers partagés par tous les utilisateurs.

- le fichier utilisateur est spécifique à chaque utilisateur.

- les fichiers sont réalisés au format XML - chaque message comporte au moins trois champs de données.

- un premier champ contient un identifiant du message, un deuxième champ contient une longueur des données du message et un troisième champ contient des paramètres à échanger.

- le réseau de communication reliant les systèmes de traitement est un réseau Ethernet.

L'invention concerne également un système de communication de données comportant une pluralité de systèmes de traitement reliés en réseau local, caractérisé en ce qu'il comporte une unité de stockage comprenant :

- un fichier message décrivant toutes les données pouvant être échangées sur le réseau,

- un fichier machine décrivant une topologie du réseau de communication avec une liste de tous les systèmes et de leur adresse respective sur le réseau,

- un fichier application définissant toutes les applications pouvant être exécutées sur le réseau avec toutes les informations relatives à chaque application.

L'une unité de stockage est centralisée, installée sur le réseau et accessible par tous les systèmes de traitement. Brève description des figures La figure 1 représente schématiquement un système de communication selon l'invention.

La figure 2 représente un exemple de message échangé dans le système de communication de la figure 1 , ayant la configuration du procédé de l'invention. La figure 3 représente un tableau décrivant des exemples de types de paramètres d'un message de la figure 2.

Les figures 4, 5, 6 et 7 représentent des exemples de fichiers enregistrés dans le moyen de stockage centralisé du système de communication de l'invention. Les figures 8A et 8B représentent, respectivement, un exemple de communication de messages dans un système de communication selon l'invention et un tableau résumant cet échange de.

Description détaillée de modes de réalisation de l'invention L'invention concerne un procédé de communication de données, ou protocole de communication, permettant un échange de données homogènes entre plusieurs systèmes de traitement de données reliés par l'intermédiaire d'un réseau local. Ces systèmes peuvent être installés à bord de l'aéronef ; ils peuvent être également au sol, en particulier lorsque ces systèmes sont des moyens de simulation couplés avec des calculateurs avions afin de valider lesdits calculateurs avant le premier vol. Dans la suite de la description, on parlera d'un protocole de communication dans un aéronef, étant entendu qu'il concerne également des systèmes au sol, relatifs à l'aéronef. Ce réseau local peut être un réseau Ethernet, ou tout autre réseau local fonctionnant au moyen d'un protocole de transmission de données par paquets. La transmission sur le réseau local des données est

donc réalisée suivant un processus de transmission standard tel que celui du réseau Ethernet ou du réseau Internet. Les données sont transmises, sur ce réseau, sous la forme de messages ayant une configuration particulière, décrite ultérieurement. Le procédé de l'invention consiste à utiliser une topologie simple, unique et homogène qui permet de décrire toutes les informations utiles aux systèmes de traitement de données avec une même configuration et d'enregistrer la définition de ces informations sur un même et unique moyen de stockage centralisé, appelé aussi unité de stockage. Cette unité de stockage fonctionne en utilisant un format connu tel que le format XML. Le format XML est un langage informatique adapté à la gestion de documents longs et complexes, comme on en trouve dans les réseaux intranets, et qui permet à l'utilisateur de sélectionner le type d'information qu'il souhaite consulter. La configuration des communications peut aussi être répartie au niveau de chaque utilisateur, la cohérence étant assurée par le protocole de l'invention.

Selon l'invention, les informations utiles à mémoriser dans l'unité de stockage concernent l'identification des utilisateurs du réseau de communication, à savoir les applications exécutées par les systèmes de traitement du réseau ainsi que l'identification des différentes données à échanger. L'invention propose aussi d'identifier les mécanismes de formatage et de distribution des données de chaque système de traitement.

Pour cela, le procédé de l'invention propose de décrire toutes ces informations dans des fichiers enregistrés dans le moyen de stockage centralisé. Chaque fichier regroupe des informations relatives à un même type d'élément, par exemple les systèmes de traitement, les applications, etc. En particulier, dans le mode de réalisation préféré de l'invention, quatre fichiers permettent de définir toutes les informations utiles à tous les systèmes de traitement. Comme expliqué plus en détails par la suite, un premier fichier, appelé fichier machine, décrit la topologie du réseau de communication avec la liste de tous les systèmes et leur adresse respective sur le réseau. Un second fichier, appelé fichier application, définit toutes les applications pouvant être exécutées sur le réseau avec toutes les informations relatives à chaque application. Un troisième fichier, appelé

fichier message, décrit toutes les données pouvant être échangées sur le réseau avec toutes les informations relatives à ces données. Un quatrième fichier, appelé fichier utilisateur, identifie tous les utilisateurs du réseau, c'est- à-dire le nom de chaque application du réseau. Un exemple d'un réseau de communication mettant en œuvre le procédé de l'invention est représenté sur la Figure 1. Ce réseau de communication 1 comporte plusieurs systèmes de traitement de données. Ces systèmes de traitement sont distants les uns des autres ou co-localisés sur une même machine. Dans l'exemple de la figure 1 , un système 11 1 est installé sur une machine 1 1 , un système 101 et un système 102 sont installés sur une machine 10, un système 131 est installé dans une machine 13 et un système 121 est installé dans une machine 12. Ces machines peuvent être, par exemple, le calculateur de bord d'un aéronef, un simulateur de vol ou tout autre ordinateur permettant de déterminer des paramètres de vol de l'aéronef.

Ces systèmes de traitement sont reliés les uns aux autres par un réseau local. A ce réseau, est également connectée une unité de stockage 2 de toutes les informations utiles à ces systèmes. L'unité de stockage est une unité de sauvegarde dédiée uniquement à la configuration des données susceptibles d'être utilisées par les systèmes de traitement de données. Cette unité de stockage telle que représentée sur la figure 1 correspond à la configuration des communications. Cette représentation de la configuration des communications n'est qu'un exemple. La figure 1 n'est pas limitative quant à la topologie du réseau. L'unité de stockage 2 comporte plusieurs fichiers, par exemple le fichier machine 21 , le fichier application 22, le fichier message 23 et le fichier utilisateur 24, décrits en détails ultérieurement.

La caractéristique particulière de cette unité de stockage 2 est d'être sauvegardée de façon permanente ou quasi permanente. Tous les systèmes de traitement de données du réseau 1 ont accès à cette unité de stockage 2. Cette unité de stockage constitue ainsi un moyen centralisé de sauvegarde des informations. Cette unité de stockage 2 permet d'assurer une homogénéité parfaite du réseau de communication, car toutes les informations y sont décrites de la même façon. Ainsi, tout système de traitement accédant à une information est sûr d'avoir la même information que celle reçu ou émise par un autre système du réseau. Ceci permet au

réseau de communication d'être cohérent puisque toutes les informations nécessaires sont rassemblées en un lieu unique avec une configuration unique. Les informations ne peuvent ainsi être comprises que d'une seule et unique façon par tous les systèmes de traitement du réseau. Il n'y a donc aucune mauvaise interprétation possible. Le protocole de communication selon l'invention est donc non équivoque.

Un avantage supplémentaire de cette unité de stockage centralisé 2 est que chaque modification de donnée peut être connue de tous les systèmes de traitement. La modification est apportée uniquement dans le ou les fichiers contenant cette donnée et elle est répercutée aux systèmes lorsque ceux-ci la recherche dans l'unité de stockage. En outre, si le procédé de l'invention a choisit un format classique, tel que le format XML, alors la configuration du réseau est évolutive, aussi bien en nombre d'objets qu'en attributs caractérisant chaque objet. Il permet ainsi une rapidité d'intégration et de couplage d'un système puisque seuls les fichiers de l'unité de stockage doivent être modifiés lors de l'intégration d'un nouveau système. En aucun cas, les utilisateurs du réseau ne voient leur interface de communication évoluer.

Dans ce réseau de commutation selon l'invention, les données sont échangées entre les systèmes de traitement au moyen de messages circulant sur le réseau. Un message est un élément de base dans la transmission sur le réseau. Pour assurer l'homogénéité du réseau, les messages ont tous une configuration unique, c'est-à-dire qu'ils comportent tous les mêmes champs, placés dans le même ordre. Sur la figure 2, on a représenté un exemple de message ayant une configuration conforme à l'invention. Ce message comporte un premier champ ch1 , appelé champ identifiant et correspondant à l'identification du message concerné. Il comporte un second champ ch2, appelé champ longueur et donnant la taille du message exprimée en octets. Il comporte un troisième champ ch3, appelé champ paramètre, qui contient tous les paramètres, ou données, à transmettre sur le réseau. Ainsi, chaque message circulant sur le réseau local est identifié par un numéro unique.

Les messages étant les éléments de base échangés entre les utilisateurs, c'est-à-dire entre les applications exécutées par les systèmes de traitement, chaque message contient :

- l'identité du message, cette identité se présentant sous le forme d'un nombre entier,

- la longueur du message, ce qui permet à l'utilisateur récepteur du message de retrouver le type des données transmises, - les paramètres, c'est-à-dire les données qui doivent être transmises à un autre utilisateur. Le système récepteur du message, ou utilisateur receveur, est capable, à partir des informations fournies dans le message, de retrouver, dans les fichiers de l'unité de stockage, les données qui lui sont nécessaires. En particulier, à partir de la longueur du message, le système récepteur est capable de retrouver le type des données et, à partir des paramètres du message, il est capable de déterminer la valeur de ces données.

La figure 3 représente, sous la forme d'une table, des exemples de types de paramètres, ou types de données, qui peuvent être contenus dans un message. Cette table comporte une liste des types avec la longueur, en octets, qui leur correspond. C'est cette valeur en octet qui est transmise dans le message. A réception d'un message, le système récepteur regarde, dans la configuration des communications, les caractéristiques du message qu'il vient de recevoir en se basant sur l'identité du message (premier champ). Il compare la longueur (deuxième champ) avec la longueur théorique trouvée dans la configuration, à des fins de vérification de la bonne santé des communications, puis découvre l'ensemble des paramètres qui composent le message (troisième champ) afin de pouvoir assurer le décodage. Ces paramètres peuvent être, par exemple, un nombre entier, un octet, un nombre réel, un tableau ou encore un paramètre à taille variable. Dans le cas où le type élémentaire est un paramètre à taille variable, le procédé de l'invention permet de minimiser la bande passante en ne transportant que le strict nécessaire.

L'avantage de transmettre la longueur est de diminuer la taille du message, ce qui facilite son transfert. En effet, en réduisant la taille du message à son strict minimum, cela permet d'économiser la bande passante et d'assurer une transmission plus rapide du message. Le fait de connaître les débits exacts et les volumes d'informations transportées permet de maîtriser la bande passante et donc d'anticiper des éventuels problèmes d'engorgement.

L'ensemble de la configuration du message qui vient d'être décrite permet de limiter la taille des messages au strict minimum. Ainsi, chaque message circulant sur le réseau est réduit à son minimum, ce minimum étant toutefois suffisant pour que le message puisse être compris par le système récepteur. On comprendra, cependant, que d'autres configurations de message peuvent aussi être utilisées.

Comme expliqué précédemment, toutes les données susceptibles d'être utilisées dans le réseau de communication de l'invention sont définies et enregistrées dans une unité de stockage unique et centralisée ou répartie au niveau de chaque acteur. Ces données sont réparties dans plusieurs fichiers de configuration, chaque fichier étant associé à une fonction particulière ou un élément particulier du réseau. Les données sont ainsi dissociées en plusieurs fichiers, ce qui permet de faciliter la description physique du réseau de communication, des applications ainsi que des caractéristiques statiques et dynamiques des données.

Dans un mode de réalisation préféré de l'invention, les données sont réparties dans quatre fichiers, déjà cités précédemment :

- le fichier machine décrit la topologie du réseau. Un exemple de ce fichier est représenté sur la figure 4. Ce fichier décrit toutes les informations et caractéristiques relatives à chacun des systèmes de traitement de données du réseau. Ce fichier liste notamment les machines sur lesquelles les différents systèmes sont implantés. Ce fichier liste également les adresses de ces systèmes sur le réseau, sous le nom d'adresses IP. Ce fichier machine est partagé par tous les utilisateurs, c'est-à-dire que toutes les applications peuvent y avoir accès depuis n'importe quel système de traitement du réseau.

- le fichier application identifie toutes les applications susceptibles d'être exécutées dans les systèmes de traitement du réseau. Un exemple d'un tel fichier est représenté sur la figure 5. Ce fichier application liste toutes les applications du réseau. Il décrit, pour chaque application, les systèmes de traitement sur lesquelles l'application peut être exécutée. Il décrit également, pour chaque application, les liens entre les différents paramètres. Ces liens définissent des chemins de communication, appelées canaux de communication (channel en termes anglo-saxons). Ces canaux sont définis par leur nom, leur adresse IP, le type de formatage (endianness, en termes

anglosaxons) et leur numéro de port au sens UDP/TCP. Les ports TCP et UDP sont des modes de synchronisation des données avec, respectivement, une garantie ou non que l'arrivée et l'ordre d'arrivée des données soit respecté. Le fichier application Ce fichier application est partagé par tous les utilisateurs.

- le fichier message identifie toutes les données, ou paramètres, susceptibles d'être échangées. Un exemple d'un tel fichier est représenté sur la figure 7. Ce fichier message liste tous les messages et décrit, pour chaque message, le type du message, le type de communication ainsi que la période de communication. Le fichier message décrit aussi, pour chaque message, l'application émettrice du message, l'application réceptrice ainsi que les canaux à emprunter pour aller de l'application émettrice à l'application réceptrice. Il contient également l'identification du message ainsi que la longueur du message à transmettre. Finalement, il définit les paramètres contenus dans chaque message ainsi que le type et la taille de ces paramètres. Le fichier message est un fichier partagé par tous les utilisateurs.

- le fichier utilisateur identifie l'utilisateur lui-même, c'est-à-dire l'application concernée. Un exemple d'un tel fichier utilisateur est représenté sur la figure 6. Ce fichier utilisateur comporte le nom de l'application dont les communications doivent être prises en compte. Ce fichier permet de substituer à un premier utilisateur, un second utilisateur, simplement en changeant le nom de l'utilisateur dans ledit fichier. Ce fichier utilisateur est spécifique à chaque utilisateur. Il ne peut être consulté par les autres utilisateurs.

Sur les figures 8A et 8B, on a représenté un exemple de réseau de communication selon l'invention, dans lequel trois systèmes de traitement de données H1 , H2, H3 sont reliés par un réseau Ethernet. Le système H1 et le système H3 utilisent des processeurs du type Little. Le système H2 utilise un processeur travaillant suivant le mode Big. Les types Little et Big sont deux façons différentes et non compatibles de représenter des données en mémoire. Le système H1 héberge plusieurs applications, à savoir les applications A1 et A2. Le système H2 héberge l'application A3 et le système H3 héberge l'application A4.

Chacune de ces applications utilise un canal C pour transmettre ses informations sur le réseau. Par exemple, l'application A1 transmet ses messages M1 et M2 par le canal C1 vers l'application A3 et son message M4 par le canal C2vers l'application A4. L'application A3 transmet son message M3 par le canal C4 vers l'application A1. L'application A4 transmet son message M6 par le canal C5 vers les applications A2 et A1. L'application A2 transmet son message M5 par le canal C3 vers l'application A4.

Chaque canal C1 , C2, C3, C4 ou C5 est repéré par une adresse IP et un port TCP ou UDP. Des exemples d'adresses de ces canaux sont notés sous chaque système H1 , H2 et H3.

Les échanges de messages entre ces trois systèmes H1 , H2 et H3 sont résumés dans le tableau de la figure 8B. Ce tableau regroupe ainsi les informations relatives aux différents messages émis sur le réseau local, dans l'exemple de réseau de la figure 8A. Par exemple, la première émission de message identifiée 1 envoie le message M1 depuis l'application A1 par le canal C1 vers l'application A3 par le canal C4. Les paramètres transmis par le message M1 sont le paramètre I32 et le paramètre F64. Ce paramètre F64 est une donnée de type réel de 64 bits avec 5 réels. Le paramètre I32 est un entier de 32 bits. Chaque application et chaque message étant préalablement définis dans l'unité de stockage, un message échangé entre deux systèmes de traitement prend directement en compte les différences de format des deux systèmes, sans adaptation nécessaire. En effet, les fichiers de description des informations prennent en compte les caractéristiques de chaque système, ce qui a pour effet que le système lui-même n'a pas de formatage ou de déformatage à gérer ; il a simplement à réceptionner le message et à regarder dans le fichier à quoi correspond ce message. Le changement de format est transparent. Dans l'exemple de la figure 8A, le changement de format, pour passer d'un mode Little ou à un mode Big (qui sont deux modes différents de rangement des données en mémoire), est transparent pour les systèmes H1 , H2 et H3.