Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD AND DEVICE FOR MAKING TEXTILE PRODUCTS AND RESULTING TEXTILE PRODUCTS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1998/036119
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention concerns a method for producing an initially brushed-bonded textile product (70, 80) of fibres and/or filaments moving forward in the form of a nap, comprising at least a step called 'preliminary texturing' in which the fibres or filaments are individually subjected to a texturing transversal to the forward progression of the nap, optionally accompanied by a transversal drawing. This method then comprises a step of confining the paralleled fibres and/or filaments in the form of stitches, this last step of confinement being carried out directly on a support (100) without the use of carrying elements such as needles or transfer elements.

Inventors:
BATHELIER XAVIER (FR)
Application Number:
PCT/EP1998/000770
Publication Date:
August 20, 1998
Filing Date:
February 11, 1998
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SOMMER REVETEMENTS FRANCE SA (FR)
BATHELIER XAVIER (FR)
International Classes:
B32B5/02; D01G25/00; D04H1/70; D04H11/04; D04H11/08; D06C11/00; (IPC1-7): D04H11/08
Domestic Patent References:
WO1996010667A11996-04-11
WO1991000382A11991-01-10
Foreign References:
US3705063A1972-12-05
FR2174880A11973-10-19
EP0514354A11992-11-19
Attorney, Agent or Firm:
Van Malderen, Jo�lle (Place Reine Fabiola 6/1, Bruxelles, BE)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Procédé de réalisation d'un produit textile de type nappécollé au départ de fibres et/ou filaments circulant dans la direction d'avance sous la forme d'un voile, ce procédé comprenant au moins une étape appelée"étape de prébouclage"dans laquelle les fibres et/ou filaments subissent individuellement un bouclage transversalement par rapport à la direction d'avance du voile, éventuellement accompagné d'un étirage transversal, caractérisé en ce qu'il comprend ensuite une étape de confinement des fibres et/ou filaments paralllisés sous forme de boucles, cette dernière étape de confinement se produisant directement sur un support sans qu'il y ait intervention d'organes de transport tels que des aiguilles ou des éléments de transfert.
2. Procédé selon la revendication 1, caractérisé en ce qu'après une première étape transitoire liée au démarrage. d'une ligne et au cours de laquelle les premières boucles obtenues suite à l'étape de prbouclage forment de manière aléatoire un arrt, le confinement s'obtient sous la forme d'une accumulation de boucles les unes derrière les autres et qui se positionnent de manière essentiellement verticale sur ledit support.
3. Procédé selon la revendication 2, caractérisé en ce que le positionnement des boucles successives s'effectue à l'aide d'un élément détacheur qui permet de guider la matière jusqu'au support tout en la maintenant par embarrage.
4. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que le support est le substrat du produit final.
5. Procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que le support est un élément intermédiaire tel qu'un tapis à pointes, un brosse ou encore un support Velcro @ dont le rôle est de maintenir la forme ondulée des boucles pendant que l'extrémité libre de la matière est solidarisée à un substrat.
6. Procédé selon la revendication 4 ou 5, caractérisé en ce que la solidarisation des boucles au substrat se fait à l'aide d'une colle dont la viscosité permet l'entraînement des boucles avec le substrat tout en réalisant un collage efficace.
7. Procédé selon la revendication 4 ou 5, caractérisé en ce que la solidarisation des boucles au substrat s'effectue à l'aide de moyens chauffants tels un four, une calandre, un tambour ou une lame chauffante, en vue d'obtenir une adhésion par fusion des boucles au substrat.
8. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que la vitesse d'avance du support est uniforme ou s'effectue par àcoups.
9. Procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que l'on dépose un second substrat sur le produit comprenant le substrat de base et les boucles solidarisées en vue de réaliser un produit sandwich.
10. Procédé selon la revendication 9, caractérisé en ce que l'on effectue une refente du produit sandwich en vue d'obtenir deux produits se présentant sous la forme velours.
11. Procédé selon la revendication 9, caractérisé en ce que l'on introduit une matière pulvérulente telle de la bentonite, de la craie ou du sable dans la structure sandwich constituée par les deux substrats, accompagnée éventuellement d'éléments solides tels des tuyaux ou des câbles.
12. Dispositif pour la mise en oeuvre du procédé selon l'une quelconque des revendications précédentes, comprenant un jeu de disques (11) portés sur un axe commun transversal (13) entraînés en rotation continue et pourvus sur leur périphérie d'une denture (15) présentant un angle par rapport à la tangente et entre lesquels sont disposés des doigts boucleurs (21) dont les extrémités se présentent essentiellement de manière tangentielle par rapport aux disques, caractérisé en ce qu'il présente en outre, dans le prolongement de chaque doigt boucleur (21), un pied détacheur (31).
13. Produit obtenu par le procédé selon l'une quelconque des revendications 1 à 11 ou le dispositif selon la revendication 12, caractérisé en ce qu'il comprend un premier substrat sur lequel sont solidarisées des boucles de fibres et/ou filaments paralllisés sans qu'il y ait de traversée des dites boucles dans le substrat, les boucles pouvant éventuellement tre tondues lors d'une étape ultérieure.
14. Produit selon la revendication 13, caractérisé en ce que les boucles sont solidarisées au substrat soit par fusion, soit à l'aide d'une colle.
15. Produit selon la revendication 13 ou 14, caractérisé en ce qu'un second substrat est disposé au dessus de l'ensemble premier substrat et boucles solidarisées en vue de réaliser une structure sandwich.
16. Produit selon la revendication 15, caractérisé en ce qu'il comprend dans la structure sandwich constituée par les deux substrats comprend un matériau pulvérulent tel que de la bentonite enfermé entre les deux substrats.
Description:
PROCEDE ET DISPOSITIF DE FABRICATION DE PRODUITS TEXTILES ET PRODUITS TEXTILES OBTENUS Objet de l'invention La présente invention est relative à un procédé perfectionné de fabrication de produits textiles de type"nappé-collé"directement à partir de fibres et/ou de filaments.

L'invention concerne également un dispositif pour la mise en oeuvre du procédé, ainsi que les produits obtenus par ledit procédé.

Etat de la technique à la base de l'invention Les produits dits"nappés-collés"sont des produits qui sont réalisés à partir d'une nappe textile, et de préférence à partir d'une nappe déjà constituée de fils, ou éventuellement à partir d'une nappe fibreuse, qui est soumise à une succession de pliages en vue de former des plis qui pourront tre assimilés dans le sens de l'avance de la nappe à des boucles. Cette nappe pliée est ensuite simplement solidarisée à un support par collage. On obtient ainsi un produit où les fils et/ou fibres ne traversent pas le support, contrairement aux produits touffetés, qui se présentent sous la forme d'une succession de boucles traversant le support.

Il existe pour l'instant essentiellement deux grandes familles de procédés destinés à la réalisation de

produits textiles de type"nappé-collé".

La première famille est la plus connue et comprend les procédés utilisant une machine à bras sur lesquels sont fixées des lames. Une nappe de fils est poussée par ces lames successivement sur un premier dossier, puis sur un second dossier qui est parallèle au premier afin de former par pliage une succession de boucles. Ensuite, ces boucles sont solidarisées à un support, qui est de préférence préalablement enduit d'une colle telle qu'un plastisol de chlorure de polyvynile, sur lequel les boucles seront déposées, l'ensemble ainsi constitué par le support et les boucles solidarisées étant ensuite soumis à un traitement thermique, par exemple un passage dans un four à infrarouges.

Selon une autre forme d'exécution, les boucles peuvent tre maintenues entre deux supports avant qu'un adhésif thermofusible (hot melt) ne traverse les dits supports afin d'imprégner les bases des boucles.

On obtient dans tous les cas, que cela soit avec une solidarisation de type PVC ou de type hot melt, soit un produit d'aspect bouclé ressemblant à un produit touffeté bouclé, soit un produit de type"sandwich" constitué par des boucles emprisonnées entre deux supports que l'on peut envisager de fendre longitudinalement ensuite afin d'obtenir deux produits de type velours.

Une autre alternative consiste à proposer l'utilisation de câbles tendus pour remplacer les lames mentionnées ci-dessus.

Selon la seconde grande famille de procédés, on effectue la formation de plis successifs grâce à un système rotatif, en poussant les fils et/ou fibres de la nappe successivement dans des excroissances présentes sur

un cylindre rainure. Les plis sont créés sous l'action d'un organe plieur comme une lame ou un rouleau eux-mmes rainures. Ensuite, un support, de préférence préalablement enduit de colle, est disposé sur la succession des boucles obtenues par pliage. Eventuellement, l'ensemble support/boucles solidarisées est soumis à un traitement thermique avant que celles-ci ne soient retirées du cylindre rainure.

Il convient de noter que tous ces procédés présentent les inconvénients suivants : -leur vitesse de production reste relativement faible. A titre d'exemple, 120 coups par minute est une vitesse déjà relativement élevée pour un système à bras tel que décrit ci-dessus, dû à la complexité du mouvement produit par les organes à cames ; -la quantité d'adhésif nécessaire à solidariser les boucles au support reste importante, et de ce fait, les produits obtenus sont relativement encore trop coûteux ; -la gamme des produits de type"nappé-collé"réalisables est relativement limitée.

D'autre part, la Demanderesse a mis au point une technique de réalisation de produits textiles directement à partir de fibres et/ou filaments, qui est appelée"technique de verticalisation".

Cette technique est décrite dans la demande de brevet publiée sous le numéro W091/00382, et permet directement à partir de fibres et/ou de filaments circulant sous forme d'un voile, la réalisation de produits tels que des revtements de sols et/ou de murs de type moquette.

La technique décrite consiste à faire subir aux fibres et/ou aux filaments un"bouclage transversal" accompagné d'un"étirage"et à obtenir une accumulation des

fibres et/ou filaments sous forme d'un"pseudo-fil"ondulé dans lequel les fibres et/ou filaments sont parallélisés.

Cette étape est appelée de manière genérale"étape de (pré) bouclage" et ne doit pas tre assimilée à un pliage.

Dans ce document, on décrit que le bouclage transversal accompagné d'étirage est réalisé pour chaque fibre ou filament individuel à l'aide d'éléments rotatifs ou disques boucleurs, espacés et disposés sur un axe transversal par rapport à la direction d'avance du voile et entre lesquels sont disposés des doigts boucleurs. De cette manière, chaque fibre ou filament est en principe impliqué dans au moins un bouclage. On constitue ainsi un pseudo-fil sans torsion obtenu par l'accumulation des diverses fibres et/ou filaments élémentaires bien parallélisés, qui présente une forme bouclée.

L'accumulation des fibres et/ou filaments parallélisés sous forme du pseudo-fil s'effectue soit dans le chas ouvert d'aiguilles tel que cela a été décrit en détails dans la publication W091/00382 de la Demanderesse, soit dans des encoches prévues dans des éléments de transfert comme décrit dans le document W096/10667 également de la Demanderesse.

Le pseudo-fil est ensuite transporté à l'aide de ces organes de transport constitués soit par les aiguilles, soit par les éléments de transfert, sous forme de rangées transversales de boucles, vers un support auquel les boucles sont solidarisées.

Dans la publication W091/00382, la solidarisation s'effectue par passage des aiguilles à travers ce support dans le but de réaliser plus spécifiquement un revtement de sol de type tuft.

Ce procédé a encore été amélioré en proposant les perfectionnements décrits dans la demande de brevet européen EP-95870093.2, dans laquelle on combine le procédé décrit dans la publication W091/00382 avec l'utilisation d'un étireur de nappe tel que décrit dans le document EP-A-0520911. En outre, on propose de dédoubler les éléments boucleurs en rajoutant une étape appelée"étape d'ondulation"de manière à limiter les efforts sur les arbres résultant de l'utilisation d'un voile issu d'un nappeur conventionnel.

Dans ce cas, on a au moins deux ensembles d'éléments distincts : le premier ensemble est destiné à effectuer une étape d'ondulation à l'aide d'un dispositif constitué par l'interpénétration d'un premier jeu de disques onduleurs avec un premier jeu de doigts onduleurs, alors que le deuxième ensemble est destiné à réaliser l'étape ultérieure classique appelée étape de prébouclage à l'aide d'un dispositif constitué par l'interpénétration d'un second jeu de disques appelés disques boucleurs avec un second jeu de doigts appelés doigts boucleurs, ce second ensemble étant disposé en aval du dispositif d'ondulation par rapport à la direction d'avance du voile. La jauge du dispositif d'ondulation est un multiple de la jauge du dispositif de prébouclage.

Les produits proposés dans ce document se présentent essentiellement sous forme de produits touffetés.

A ce stade, cette technique de verticalisation a pu atteindre véritablement une application industrielle. En effet, on a pu contrôler les niveaux d'efforts et de couples mme dans le cas de très grandes largeurs de travail (supérieures à 4 mètres, par

exemple).

Néanmoins, bien que ce procédé soit totalement réalisable de manière industrielle, il faut admettre que sa productivité reste encore limitée. Ceci est essentiellement dû à la présence d'organes de transport effectuant un mouvement alternatif qui se présentent soit sous forme d'aiguilles, ou encore sous forme d'éléments de transfert tels que décrits dans le document W096/10667.

En effet, la vitesse de production qui peut s'exprimer comme le produit de l'avance par coup du substrat (en mm) par la vitesse de battement des aiguilles (en coups par minute) atteint un ordre de grandeur de 1,5 à 4,5 m/min, ce qui est tout à fait admissible pour réaliser des produits touffetés mais reste encore trop faible dans le cas d'une production comparable à une ligne d'aiguilletage, dont la vitesse de production peut atteindre un ordre de 15 m/min.

En outre, et ceci pour des raisons évidentes d'encombrement dues à la présence d'aiguilles ou mme d'éléments de transfert entre les disques boucleurs, la jauge d'un dispositif dit de verticalisation pourra difficilement tre inférieure à 1/10 de pouce, soit 2,54 mm, à moins de permettre la réalisation d'organes très précis et de ce fait relativement coûteux, et qui priverait le procédé dit de verticalisation de possibilité de réalisation de produits peu onéreux.

D'autre part, on note une évolution liée au goût des consommateurs vers des produits à jauge fine. Ces produits sont ceux pour lesquels l'avance par coup est la plus faible, et de ce fait la productivité également.

Ainsi, on mesure l'intért qu'aurait un procédé pour lequel les jauges très fines seraient facilement réalisables, et

ceci sans devoir limiter la vitesse de production.

Buts de l'invention La présente invention vise à proposer une solution aux limitations existantes, et plus particulièrement en ce qui concerne la productivité, dans les procédés utilisés dans la technique dite de verticalisation telle que décrite dans les documents W091/00382 et W096/10667.

La présente invention vise plus particulièrement à permettre la réalisation de produits dits"nappés-collés"qui peuvent présenter un aspect proche de ceux connus dans l'état de la technique tout en permettant une productivité très élevée lors de la mise en oeuvre du procédé.

La présente invention vise à titre complémentaire à permettre la réalisation de produits de type"nappé-coll"à fine jauge, c'est-à-dire présentant une jauge inférieure à 1/10 de pouce.

En outre, la présente invention vise à permettre la réalisation de nouveaux produits qui étaient actuellement impossibles à réaliser en utilisant la technique décrite telle quelle dans les publications antérieures de la Demanderesse, et plus particulièrement dans les publications W091/00382 et W096/10667.

Principaux éléments caractéristiques de l'invention La présente invention se rapporte à un procédé de réalisation d'un produit textile de type"nappé- collé"au départ de fibres et/ou filaments circulant dans la direction d'avance sous forme d'un voile, ce procédé comprenant au moins une étape appelée étape de prbouclage

dans laquelle les fibres et/ou filaments subissent individuellement un bouclage transversalement par rapport à la direction d'avance, éventuellement accompagné d'un étirage transversal.

Ainsi que déjà mentionné précédemment, le bouclage transversal accompagné d'étirage est réalisé pour chaque fibre ou filament individuel à l'aide d'éléments rotatifs ou disques boucleurs espacés et disposés sur un axe transversal par rapport à la direction d'avance du voile et entre lesquels sont disposés des doigts boucleurs.

Ceci permet d'obtenir que chaque fibre ou filament soit impliqué dans au moins une étape de prbouclage et permet la paralllisation de ces fibres et/ou filaments élémentaires.

Le présent procédé est caractérisé par le fait que l'on effectue un confinement de la matière sous forme de boucles constituées par les fibres et/ou filaments particulièrement bien paralllisés et que ce confinement se produit directement sur un support sans qu'il y ait intervention d'organes de transport tels que des aiguilles ou des éléments de transfert.

Ce confinement s'obtient après une première étape transitoire liée au démarrage d'une ligne de produit et au cours de laquelle les premières boucles obtenues par l'étape de prébouclage des fibres et/ou filaments individuels forment de manière aléatoire un arrt. Le confinement se présente sous la forme d'une accumulation de boucles, constituées par des fibres et/ou filaments parallélisés, les unes derrière les autres.

Le positionnement des boucles successives s'effectue de manière essentiellement verticale à l'aide d'un élément détacheur, qui permet de guider la matière

jusqu'au support tout en la maintenant par embarrage.

Le support peut tre directement le substrat final du produit que l'on désire réaliser, et de fait constitué par un mat de fibres, un film plastique, un envers de type PVC,....

Eventuellement, au lieu d'tre directement déposée sur le substrat du produit final, la matière confinée pourrait tre saisie par un élément intermédiaire tel qu'un tapis à pointes, une brosse ou un support velcro @, dont le rôle est de maintenir la forme ondulée des boucles pendant que l'extrémité libre de la matière est solidarisée à un substrat.

Cette solidarisation au substrat se fait à l'aide d'une colle dont la viscosité est étudiée pour permettre un entraînement des fibres et/ou filaments individuels de la matière avec le substrat tout en réalisant un collage efficace.

De manière générale, on peut utiliser soit des plastisols, soit des résines (acryliques, isocyanates, styrène-butaniennes, phénoliques, etc.), soit des thermoplastes sous forme de hot melt, de film ou de poudre (polyesters, polypropylène, EVA PVC, etc.), soit des mousses (PVC, acryliques, etc.), soit en effectuant une adhésion directe par fusion de la fibre verticalisée sur le substrat. Les moyens utilisés pour apporter les calories nécessaires à ceci sont de préférence apportées par un four infrarouge, une calandre ou un tambour chauffant ou encore des lames chauffantes qui se présentent sous forme de pièces métalliques planes comportant des résistances électriques ou des conduits de passage de fluides calo- porteurs.

La vitesse d'avance du substrat peut soit tre uniforme, soit s'effectuer par à-coups, de telle sorte que l'on obtienne un confinement de la matière textile plus marquée sur ce support.

Brève description des figures La présente invention sera décrite plus en détails à l'aide des figures suivantes : La figure 1 décrit de manière schématique le dispositif de verticalisation tel qu'utilisé dans le présent procédé.

Les figures 2 décrivent les étapes successives de la préparation de la matière textile, de la verticalisation des fibres et/ou filaments constituant cette matière, de leur parallélisation ainsi que de leur confinement.

La figure 3 décrit un dispositif qui permet la réalisation d'un produit textile sous forme de produit nappe-colle de type sandwich selon une première forme d'exécution du procédé selon la présente invention.

La figure 4 décrit un dispositif qui permet la réalisation d'un produit textile contenant de la poudre de bentonite selon une autre forme d'exécution du procédé selon la présente invention.

Description de plusieurs formes d'exécution préférées de l'invention De manière classique, un voile de fibres et/ou de filaments présentant des conditions de position

des fibres et/ou filaments au sein du voile et de poids telles que décrites dans les publications antérieures de la Demanderesse est amené au niveau du dispositif de verticalisation décrit à la figure 1.

Ce dispositif comprend essentiellement un jeu de disques appelés"disques boucleurs"portant le repère 11 et portés sur un axe commun transversal 13 entraîné en rotation continue à une vitesse périphérique de préférence égale à la vitesse d'entrée du voile 0. Les disques boucleurs 11 sont pourvus sur leur périphérie d'une denture 15 présentant un angle approprié par rapport à la tangente et qui permet l'entraînement du voile d'entrée. Entre chacun des disques sont disposés des doigts boucleurs 21 dont l'extrémité se présente essentiellement de manière tangentielle par rapport aux disques. Ce dispositif permet de réaliser l'étape dite"étape de prebouclage", qui consiste à faire subir aux fibres et/ou filaments individuellement un bouclage transversal accompagné d'un étirage, en vue de les parallliser correctement.

Afin de mieux appréhender le procédé à la base de la présente invention, il convient de se référer aux différentes figures 2a à 2e, qui décrivent les étapes successives de la préparation de la matière textile destinée à la réalisation des produits spécifiques de type nappé-collé.

Plus particulièrement, la figure 2a décrit l'étape dans laquelle le voile 0 constitué des fibres et/ou filaments 10 individuels vient d'tre introduit entre les disques boucleurs 11 et les doigts boucleurs 21. Les fibres et/ou filaments 10 subissent individuellement l'étape de prébouclage déjà décrite et qui correspond à un bouclage transversal individuel éventuellement accompagné d'un

étirage. Ensuite, les fibres et/ou filaments 10 parallélisés sont amenés vers l'extrémité des doigts boucleurs 21.

Selon le procédé de la présente invention et du fait de l'absence d'organes de transport tels que des aiguilles ou des éléments de transfert qui subissent un mouvement alternatif, on n'est pas limité dans le dimensionnement, et de ce fait, les efforts encaissés pourront tre nettement plus importants. Ceci signifie également que les efforts subis par l'arbre pourront tre plus importants, ce qui laisse une plus grande latitude dans l'orientation des fibres et/ou filaments à l'entrée du voile.

La figure 2b montre que les fibres et/ou filaments 10 qui continuent d'tre entraînés par les disques boucleurs 11 en rotation se trouvent ensuite bloqués par la présence de pieds détacheurs 31 contre lesquels ils commencent à s'accumuler les uns derrière les autres en vue de former un arrt (ou"bouchon") 20. Dans ce cas, les fibres et/ou filaments sont fortement inclinés et peuvent mme se présenter, à la limite, de manière quasi horizontale.

La figure 2c montre que cet arrt ou "bouchon"20 a tendance à se dilater vers le bas en direction d'un substrat 100.

La figure 2d montre que le"bouchon"20 constitué par l'accumulation des fibres et/ou filaments parallélisés et ondulés finit par atteindre un volume tel qu'il entre en contact de manière naturelle avec le substrat 100 disposé juste sous les doigts boucleurs 21.

Dans ce cas, les fibres et/ou filaments provenant directement de l'étape de prébouclage se condensent lors

d'une étape appelée"étape de confinement", cette fois-ci de manière verticale, contre l'obstacle constitué par le "bouchon".

La figure 2e montre que le"bouchon"20 est entraîné par le substrat 100, aidé en cela par la rotation des disques boucleurs 11 et par la pression exercée par les fibres et/ou filaments 10 parallélisés qui continuent de provenir des doigts boucleurs 21. Cette phase montre que les fibres et/ou filaments sont ensuite déposés régulièrement sur le substrat 100 sans qu'il n'y ait plus d'accumulation sous forme de"bouchon". Dans ce cas, ces fibres et/ou filaments sont disposés de manière essentiellement verticale.

Selon une forme d'exécution particulièrement préférée, on a prévu que les pieds détacheurs 31 présentent une forme particulière en vue de faciliter cette étape. Les pieds détacheurs sont disposé de manière à pouvoir réaliser un entonnoir 41 entre lesdits pieds et le substrat 100 qui continue à s'écouler.

Dans cette dernière étape, les pieds détacheurs 31 n'ont plus la fonction de détacher les fibres et/ou filaments des doigts boucleurs, mais plutôt la fonction de favoriser la solidarisation des dits fibres et/ou filaments sur le substrat. La partie arrondie des pieds détacheurs va en outre permettre de guider les fibres et/ou filaments confinés vers le substrat, alors que sa partie oblique, située à une distance du substrat légèrement inférieure à la hauteur de bouclage, va exercer une pression des fibres et/ou filaments parallélisés afin de les obliger à adhérer au support.

La tension présente au sein des fibres et/ou filaments au moment où ils sont confinés sur les pieds

détacheurs est inférieure à celle régnant au sein de la matière subissant l'étape de prébouclage, ce qui permet l'entraînement aisé des fibres et/ou filaments parallélisés avec le substrat. En effet, si la tension subie par les fibres et/ou filaments à l'extrémité des doigts boucleurs lors de l'étape de prébouclage était inférieure à la pression de réaction exercée par le"bouchon"ou arrt dans l'entonnoir formé par les pieds détacheurs 31 et le substrat 100, les fibres et/ou filaments 10 commenceraient alors à s'accumuler entre les disques boucleurs 11 et les doigts boucleurs 21, et ceci jusqu'à l'entrée du voile. De ce fait, il n'y aurait aucun entraînement automatique de la matière avec le substrat.

Cette tension dépend essentiellement de l'orientation des fibres et/ou filaments dans le voile à l'entrée du dispositif de verticalisation.

L'existence de cette tension au sein des fibres et/ou filaments permet à l'ensemble de fonctionner comme un"clapet anti-retour"en évitant que les fibres et/ou filaments ne s'accumulent sur les doigts boucleurs.

Il convient de noter que bien qu'il n'y ait pas, comme décrit dans les précédentes publications de la Demanderesse, une véritable création d'un fil ou pseudo- fil, on obtient tout de mme que les fibres et/ou filaments soient parfaitement parallélisés. La densité des boucles est en outre ajustable en faisant varier le rapport vitesse d'avance du substrat par rapport à la vitesse d'entraînement des disques.

En vue de réaliser les produits de type nappés-collés, il est préférable que le substrat 100 soit préalablement enduit d'une colle dont la viscosité aura été choisie de manière à permettre l'entraînement des fibres

et/ou filaments 10 avec le substrat tout en réalisant un collage efficace.

Eventuellement, il est envisageable de prévoir des moyens d'activation de la colle afin de la faire réagir au moment du dépôt des fibres et/ou filaments sur le substrat. Des exemples de colles telles que les colles plastisol, acryliques ou autres peuvent tre bien entendu envisagés. Des dispositifs et procédés d'activation peuvent tre choisis parmi les dispositifs ou procédés par contact, tels que les calandres, les lames chauffantes, etc., les dispositifs ou procédés travaillant à l'air chaud tels que les fours, les dispositifs à air pulsé, etc., ou éventuellement les dispositifs ou procédés travaillant par énergie irradiante, infrarouges,....

La figure 3 représente une forme d'exécution préférée de la mise en oeuvre du procédé selon la présente invention en vue de réaliser des produits nappés-collés de type sandwich.

Dans cette figure, on a représenté un disque boucleur 11 sur lequel est superposé un doigt boucleur 21 dans le prolongement duquel est disposé un pied détacheur 31. Un voile 0 de fibres orientées de manière adéquate est entraîné par une succession de disques boucleurs 11.

Le procédé de prébouclage et de confinement de la matière directement sur un support qui avance est réalisée de la manière décrite dans les figures 2a à 2e.

Selon la forme d'exécution représentée à la figure 3, on effectue un dépôt de plastisol à l'aide d'une racle 51 en vue de solidariser les boucles constituées de fibres et/ou filaments issus de l'étape de prébouclage et de l'étape de confinement au substrat 100. Ensuite, le produit obtenu est soumis à un traitement thermique à

l'aide de plaques chauffantes 54 afin d'obtenir une gélification du plastisol. Un second substrat 102 également enduit d'un plastisol déposé à l'aide d'une racle 52 est ensuite déposé sur le produit constitué par le premier substrat 100 et les boucles solidarisées en vue de créer un produit sandwich 60. Ce produit sandwich 60 est à nouveau soumis à un traitement thermique à l'aide de plaques chauffantes 56 afin d'obtenir la gélification du plastisol présent sur le second substrat 102. Enfin, une lame 58 sépare en deux le produit sandwich 60 par refente afin d'obtenir deux produits de type velours 70 et 80.

La présente invention permet de réaliser une série de produits qu'il n'était pas possible d'obtenir en utilisant les procédés et/ou dispositifs tels que décrits dans les demandes antérieures de la Demanderesse.

Trois grandes familles de produits textiles sont réalisables grâce au procédé selon la présente invention.

Une première grande famille comporte les revtements de sols, de murs ou d'automobiles. En particulier, il est envisageable de réaliser un produit s'apparentant au tuft bouclé ou velours pour lequel les jauges les plus courantes sont 5/64"à 5/32". Dans ce cas, les colles utilisées seront principalement des plastisols, des PVC ou des acryliques tandis que les substrats peuvent tre des tissés, des non tissés ou encore des mats de verre (dans le cas spécifique de la dalle).

Il est également envisageable de réaliser des produits à aspect homogène à faible densité de velours de type aiguilleté vertical pour lesquels les jauges iront de 1/16"à 5/64".

Finalement, les produits de faible hauteur mais forte densité de velours de type floqué peuvent tre également réalisés pour des jauges inférieures à 1/16".

Dans ce cas, les colles utilisées sont de préférence des thermoplastes.

De manière avantageuse, on observe que le dispositif utilisé pour la mise en oeuvre du procédé selon la présente invention ne comporte aucun organe sensible tel que des aiguilles ou des élément de transfert qui effectuent des mouvements alternatifs. De ce fait, on peut mme utiliser des fibres naturelles grossières.

Ces différents produits présentent un intért économique intrinsèque et des aspects fonctionnels intéressants tels que la faible sensibilité à l'humidité, la facilité d'entretien, etc.

La seconde grande famille regroupe les étoffes d'ameublement telles que les garnitures de sièges, les tentures, etc. Dans ce cas les jauges sont particulièrement faibles, de l'ordre de 1/32", et les fibres utilisées de préférence très fines. L'emploi de microfibres est mme envisageable.

En particulier pour l'obtention d'un aspect suédé, on utilise une colle qui a la propriété de s'expanser jusqu'à remplir totalement l'espace entre les deux substrats d'un produit de type sandwich, telle qu'une colle de type mousse PVC, acrylique ou polyuréthane, afin d'emprisonner les fibres. L'aspect suédé est simplement obtenu par refente puis émerisage.

La troisième grande famille se rapporte aux textiles techniques qui présentent une structure sous forme de sandwich et qui ne sont de ce fait pas refendus.

Parmi ces textiles, on peut citer les géotextiles qui peuvent tre utilisés comme structure drainante ou comme structure avec inclusion de pulvérulents de type bentonite. On peut également citer les structures panneaux, dont la rigidité est apportée par la forme sandwich, et dans lesquelles l'espace entre les deux substrats est remplie par une résine ou une mousse.

Afin de mieux illustrer cette dernière famille de produits, on se référera à la figure 4, qui décrit la manière de réaliser plus précisément un produit géotextile composite avec inclusion de poudre d'argile de type bentonite.

Selon une forme d'exécution préférée représentée à la figure 4, on réalise selon la présente invention une étape de prébouclage à l'aide de disques boucleurs 11 entre lesquels sont présents des doigts boucleurs 21 et dans le prolongement desquels sont prévus des pieds détacheurs 31. On introduit dans ce dispositif un voile constitué dans le présent cas de fibres d'un titre élevé, par exemple supérieur à 80 dtex, éventuellement mélangées à des fibres plus fines, présentant par exemple un titre de 17 dtex qui ont pour but de faciliter le cardage du voile. Le voile 0 est entraîné entre la succession de disques 11 et doigts boucleurs 21 en vue de réaliser les étapes de prébouclage et de confinement tel que décrit plus en détails à la figure 2.

Un substrat 104 est amené jusqu'au point de détachage des fibres en s'appuyant sur une lame chauffante 61. Le substrat est de préférence constitué de fibres ayant un point de fusion supérieur au point de fusion des fibres présentes dans les boucles issues des étapes de prbouclage et de confinement. Cette lame chauffante 61 permet

d'atteindre une température qui est supérieure à la température de fusion des boucles, qui par contact adhèrent directement au substrat 104 en vue d'obtenir un produit 60.

Ensuite, de la poudre de bentonite est déposée à l'aide d'un moyen conventionnel 63 sur le produit 60 constitué par le substrat solidarisé aux boucles.

L'ensemble passe ensuite sur une table vibrante 65 en vue de favoriser la migration de la poudre de bentonite au sein du produit 60 pour obtenir une distribution la plus homogène possible. Ceci est en particulier possible du fait du titre élevé des fibres présentes dans les boucles et de leur résilience importante, ce qui évite qu'elles ne s'écrasent sous la pression de la poudre. La hauteur des boucles est en outre choisie en fonction du poids de la poudre à déposer afin d'obtenir un espace sur la partie supérieure du produit qui soit exempt de poudre, de telle sorte que l'on puisse y déposer à l'aide d'une seconde lame chauffante 67 un second substrat 105.

On obtient ainsi une structure sandwich dans laquelle la poudre de bentonite est retenue de manière homogène.

Ces produits sont généralement utilisés en association avec des gomembranes afin d'assurer une étanchéité. En effet, en cas de présence d'un liquide, la bentonite gonfle en absorbant celui-ci et en créant de ce fait un auto-colmatage de la brèche.