Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR PREPARING A PROTEIN-CONTAINING FOOD INGREDIENT COMPRISING A MUSHROOM MINCING STEP
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/079072
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a method for preparing a protein-containing food ingredient comprising a step of mincing mushrooms with cutting blades in order to produce fragments having a dimension of between 1 and 5 millimetres and preferably between 3 and 5 millimetres and a step of adding a texturing agent in a proportion of between 1% and 20% and preferably 1% to 15% by weight and vegetable oil, said food ingredient being intended for an additional processing for the preparation of a food cooked without a mould in an oven or in a frying pan. It also relates to a protein-containing food, in particular a substitute for minced meat or minced fish, and to a method for preparing such foods.

Inventors:
ENGERISSER JURGEN (BE)
LEBOUVIER ARTHUR (FR)
LIEBAERT ALICE (FR)
Application Number:
PCT/FR2020/051912
Publication Date:
April 29, 2021
Filing Date:
October 22, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
LA REVOLUTION CHAMPIGNON (FR)
International Classes:
A23L5/00; A23J3/00; A23L5/30
Attorney, Agent or Firm:
BREESE, Pierre (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné comprenant une étape de hachage de champignons par des lames tranchantes pour produire des fragments d'une dimension comprise entre 1 et 5 millimètres et de préférence entre 3 et 5 millimètres et une étape d'ajout d'agent de texturation dans une proportion comprise entre 1% et 20% et de préférence 1% à 15% en poids et d'huile végétale, ledit ingrédient alimentaire étant destiné à une transformation additionnelle pour la préparation d'un aliment cuit sans moule dans un four ou sur une poêle.

2. Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné selon la revendication 1 caractérisé en ce que ladite étape de hachage est configurée pour produire des fragments dont 80% au moins présente un facteur de forme inférieur à 3.

3. Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné selon la revendication 1 caractérisé en ce que lesdits champignons sont de type Pleurotus, frais ou rehydratés après ladite étape de hachage.

4. Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné selon la revendication 1 caractérisé en ce que lesdits agents de texturation sont constitués de psyllium.

5. Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné selon la revendication 1 caractérisé en ce que lesdits agents de texturation sont constitués par une composition de protéine végétale extrudée.

6. Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné selon la revendication 1 caractérisé en ce que lesdits agents de texturation sont constitués par une composition pulvérulente préparée à partir de protéines végétales, notamment de pois secs et/ou de racines de chicorée.

7. Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné selon la revendication 1 caractérisé en ce que lesdites huiles comprennent de l'huile de colza et/ou de l'huile de coco et/ou de l'huile de palme et/ou huile de maïs et/ou huile riche en oméga 3.

8. Aliment protéiné, notamment substitut de viande ou de poisson, constitué par une composition d'ingrédients alimentaire protéinée de fragments de champignons tranchés d'une dimension comprise entre 1 et 5 millimètres, et de préférence entre 3 et 5 millimètres, d'un agent de texturation dans une proportion comprise entre 1% et 20% et de préférence de 1% à 15% en poids et d'huile végétale.

9. Procédé de préparation d'un aliment protéiné, notamment substitut de viande ou de poisson, constitué par une composition d'ingrédients alimentaire protéinée selon la revendication 8 caractérisé en ce que l'on procède à une cuisson d'une masse de ladite composition alimentaire posée sans moule dans un four ou sur une poêle.

10.Met protéiné composé par un mélange de viande ou de poisson hachée et d'une composition alimentaire protéiné selon la revendication 8.

11.Met protéiné composé par un mélange de viande haché et d'une composition alimentaire protéinée selon la revendication 8.

12.Met protéiné composé par un mélange de poisson haché et d'une composition d'ingrédients alimentaire protéiné selon la revendication 8.

Description:
DESCRIPTION

Titre ; Procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné comprenant une étape de hachage de champignon

Domaine de 1'invention

La présente invention concerne le domaine des ingrédients alimentaires protéinés à base de champignon, présentant une texture particulière (pour les substituts de viande ou de produits de la mer, de la pêche ou issus de l'aquaculture) voisine de celle de la viande hachée ou du poisson haché.

Les substituts de viande ou viande végétale ou de produits de la mer de la pêche, sont des produits alimentaires dont les qualités gustatives et esthétiques (principalement la texture, la flaveur et l'apparence) et chimiques sont similaires à un certain type de présentation de la viande ou de produits de la mer.

L'utilisation de ces substituts est populaire notamment chez les végétariens, véganes, flexitariens, non végétariens qui veulent réduire leur consommation de protéines animales pour des raisons de santé ou d'éthique, ainsi que chez les personnes qui suivent des règles alimentaires religieuses, comme le casher, l'halal ou dans la cuisine bouddhiste.

En règle générale, les substituts de viande ou de poisson sont fabriqués à partir de produits non carnés et parfois excluent aussi les produits d'origine animale, tels les produits laitiers et les ovoproduits.

La majorité de ces substituts est à base de soja, de blé, de céréales, de pois, de plantes photosynthétiques diverses, de cultures bactériennes ou fongiques (Quorn®) qui sont dénaturées par traitement chimique et mécanique pour obtenir un produit se rapprochant d'une présentation de viande ou de poisson qui est ensuite aromatisée.

Quorn® est une marque de substituts de viande à base de mycoprotéine. Il est produit à partir du champignon Fusarium venenatum présent à l'état naturel dans le sol. Ce champignon a été découvert fortuitement en 1967, en Angleterre, sur de l'ergot du seigle. Il est cultivé en fermenteur. L'ingrédient principal de ces produits est la mycoprotéine qui est issue d'un processus de fermentation. Une fois le processus achevé, on obtient alors une pâte, à partir de laquelle on débite en différentes préparations auxquelles on ajoute du blanc d'Œuf, à l'état brut, ©tt de la matière grasse, des épices, de la chapelure pour les formules les plus évoluées.

Etat de la technique

La société Marlow Foods Ltd a déposé plusieurs brevets portant sur des substituts de viande à partir de mycoprotéines et de biomasse de champignons. Le brevet britannique GB2551964A décrit par exemple une solution de réduction du taux d'ARN dans une biomasse comprenant un champignon filamenteux comportant les étapes suivantes : (i) chauffer la biomasse, en aval du fermenteur, à une première température se situant entre 40 et 69 °C ; (ii) chauffer la biomasse à une seconde température qui est de 6 à 20 °C supérieure à la première température, en vue de faciliter la libération de 1'ARN des cellules du champignon filamenteux ; et (iii) séparer un champignon filamenteux possédant un taux réduit d'ARN des autres constituants.

On connaît aussi le brevet européen EP3292769 décrit un procédé de production d'un produit sans viande de substitution à la viande ou d'imitation de viande.

Dans une première étape, des sporophores de champignons comestibles sont broyés en morceaux, au moins une quantité partielle des sporophores étant broyée en morceaux avec une étendue minimale de 3 mm ;

Dans une deuxième étape, des ingrédients comprenant les sporophores broyés de champignons comestibles dans une plage de 40 à 90 % en poids, de l'huile végétale dans la plage de 2 à 20 % en poids, une source d'amidon, en particulier du riz cuit, dans la plage de 2 à 15 % en poids, des protéines animales et/ou végétales dans la plage de 4 à 15 % en poids, et du sel dans la plage de 1 à 3 % en poids sont mélangés à une masse de production homogène.

Dans une troisième étape, la masse de production est mise en emballage au moins sous une forme par moulage.

Dans une quatrième étape, la masse de production est chauffée dans 1'au moins une forme, de sorte que la protéine végétale ou animale se solidifie dans la forme sélectivement ouverte ou fermée.

On connaît aussi les brevets européens EP1205114 et EP1254604A1 décrivant des variantes de produits semi-finis destiné à être utilisé comme ou dans un composant de repas, en particulier un substitut de viande, comprenant au moins les ingrédients champignons ou parties de ceux-ci, des fibres, une ou plusieurs protéines, dont au moins une partie est une protéine texturée; un ou plusieurs liants; et de l'eau. L 'invention concerne en outre un substitut de viande à base du produit semi-fini tel que revendiqué et des procédés de préparation à la fois de produits semi-finis et de produits finis, tels que des substituts de viande.

On connaît encore le brevet chinois CN108065254A décrivant saucisse comestible de jambon de champignon cigale et un procédé de fabrication de celle-ci. La saucisse au jambon comprend principalement de la viande, de la cigale et des champignons comestibles, dans laquelle pour la saucisse de jambon, les acides aminés de la cigale et les champignons comestibles sont utilisés pour remplacer le glutamate monosodique et le nitrite de sodium, et grâce à une méthode de fabrication spéciale, la cigale est comestible La saucisse de jambon aux champignons est délicieuse au goût et riche en nutriments .

Inconvénients de l'art antérieur

Les solutions de l'art antérieur produisent une sorte de pâte fongique, obtenue par broyage ou écrasement d'une biomasse de champignons à l'aspect mouliné, permettant de préparer des aliments se rapprochant gustativement de la viande.

La solution proposée par le brevet EP3292769 de l'art antérieur est destinée à préparer des produits peu structurés tels que des substituts de saucisses à frire, ou de « Leberkase » appréciés dans des régions germaniques telles que l'Autriche et certaines parties de l'Allemagne, en Souabe, en Bavière et en Franconie, ou telles que du surimi, ou des carrés de poisson. L'utilisation d'un mixer, équipement destinée à broyer et mélanger les aliments produit une matière déstructurée et pâteuse, qui n'est pas agréable à la mastication.

La texture reste assez différente de celle de la viande hachée ou du poisson, plus appréciée dans des régions plus méditerranéennes, et ne procurent pas la même impression de mâche, ni de grillade. Les qualités organoleptiques restent de ce fait assez éloignées de celle d'un steak haché ou du poisson pané. Ce document précise que la pâte est produite à partir de champignons fibreux comestibles et d'hydrocolloïde comestible gélifiant. La gélification transforme la pâte en une masse solide, qui est ensuite congelée et coupée en morceaux. La partie grumeleuse n'est donc pas formée par le champignon, mais par une pâte solide gélifiée contenant un champignon pâteux. » Ce mélange pâteux est ensuite cuit dans un moule pour la production de saucisses ou bâtonnet de substituts de viande

Ce document de l'art antérieur concerne une formulation alimentaire et non pas un procédé de préparation, se traduisant par des étapes de traitement des ingrédients alimentaires destinés à la préparation d'un aliment par une cuisson dans une poêle ou un four, sans moule.

Solution apportée par l'invention

Pour remédier à ces inconvénients, la présente invention concerne la préparation et l'utilisation de sources protéines fongiques permettant de mieux respecter l'ensemble des qualités organoleptiques.

A cet effet, l'invention concerne selon son acception la plus générale un procédé de préparation d'un ingrédient alimentaire protéiné comprenant une étape de hachage de champignons par des lames tranchante pour produire des fragments, présentant une plus grande dimension comprise entre 0,5 et 5 millimètres et de préférence de 4 à 5 millimètres et dont, de préférence, 80% au moins présente un facteur de forme inférieur à 3 et une étape d'ajout d'agent de texturation dans une proportion comprise entre 1% à 20% et de préférence 1% à 15% en poids et d'huile végétale.

On entend par agent de texturation un composé qui modifie la texture de l'ingrédient. Il s'agit notamment de manière non limitative de la chapelure de maïs compris préférentiellement entre 0,5 et 3%, de la protéine de pois texturée (2 à 5%), de protéines de pommes de terre (1 à 5%), farine de pois chiches (2 à 4%), fibres de plantain (0,1 à 3%).

Avantageusement, lesdits champignons sont de type Pleurotus, frais ou réhydratés après ladite étape de hachage.

Selon des modes de mise en œuvre préférés, lesdits agents de texturation sont constitués :

De psyllium,

D'une composition de protéines végétale extrudée.

D'une composition pulvérulente ou texturée préparée à partir de protéines végétales, notamment de pois secs et/ou de racines de chicorée. Avantageusement, lesdites huiles comprennent de l'huile de colza et ou de l'huile de coco et/ou de l'huile de palme et/ou de l'huile de maïs pour les substituts de viande et/ou de l'huile riche en oméga 3 pour les préparations poissons.

L'invention concerne aussi des aliments protéinés, notamment des substituts de viande ou de poisson constitués par une composition d'ingrédients alimentaires protéinés susvisés de première part, et des ingrédients alimentaires additionnels tels que de la viande ou du poisson haché d'autre part.

On entend au sens du présent brevet par « substitut de viande ou de poisson », un succédané de viande ou de poisson dont l'apparence, la texture, la mâche (perception lors de la mastication) et/ou la flaveur sont similaires à un certain type de viande ou de poisson notamment lorsque la viande ou le poisson sont hachés et cuits.

L'invention concerne également un procédé de préparation d'un aliment protéiné, notamment un substitut de viande ou de poisson, constitué par une composition d'ingrédients alimentaire protéiné susvisé caractérisé en ce que l'on procède à une cuisson d'une masse de ladite composition posée sans moule dans un four ou sur une poêle.

L'invention concerne aussi un met protéiné composé par un mélange de viande hachée ou de poisson haché et de l'ingrédient alimentaire protéiné, ou d'une composition d'ingrédients alimentaire protéinée susvisé.

Avantageusement, la quantité de viande ou de poisson est inférieure ou égale à 90 % en poids, préférentiellement inférieur à 65% et encore préférentiellement compris entre 55% et 51% pour conserver une dominante de goût de la viande ou de poisson respectivement.

L'invention concerne encore un met protéiné composé par un mélange de viande haché et d'une composition alimentaire protéinée susvisée ainsi qu'un met protéiné composé par un mélange de poisson haché et d'une composition d'ingrédients alimentaire protéiné susvisé.

Description détaillée d'un exemple non limitatif de

1 'invention

La présente invention sera mieux comprise à la lecture de la description détaillée d'un exemple non limitatif de l'invention qui suit.

Principes généraux de l'invention

Afin de remédier aux inconvénients des solutions de l'art antérieur, concernant les qualités organoleptiques de texturation et de possibilité de « grillage », l'invention se distingue en premier lieu par le mode de fragmentation des sporophores de champignons.

L'invention porte sur un hachage par plusieurs lames affûtées ou fils coupants préservant la texture et la structure de la masse fongique entre les lignes de coupe, contrairement aux solutions de l'art antérieur qui sont basés sur un principe de broyage, ou d'un passage en mixer conduisant à un écrasement de la biomasse fongique pour produire une sorte de pâte. L'utilisation du terme « hachoir à viande » dans certains documents antérieurs ne doit pas être interprété comme un « hachage » car les hachoirs à viande (aussi appelées 'broyeuses') fonctionnent en réalité par écrasement de la masse de viande entraînée par une vis sans fin contre une grille perforée, produisant en réalité un broyage et non pas des coupures en fragments conservant l'intégrité texturelle. La granulométrie visée est comprise entre 1,5x1,5x1,5 mm et 4x4x4 mm, de manière relativement régulière et constante, avec un facteur de forme inférieur à 3 et de préférence inférieur à 2 et encore plus préférentiellement inférieur à 1,5, pour 80% des fragments, et préférentiellement pour 90% et encore plus préférentiellement pour 97% des fragments en poids.

Une deuxième différence majeure concerne l'absence d'amidon, utilisé dans les solutions de l'art antérieur comme liant. En suspension dans l'eau, on obtient du lait d'amidon, suspension instable mais qui, chauffée à 60 °C, devient visqueuse et translucide, entamant le processus de gélatinisation de 1'amidon qui forme un empois.

L'amidon est un glucide complexe (polysaccharide ou polyoside) composé de chaînes de molécules de D-glucose (sucre simple).

La solution selon l'invention évite l'utilisation de l'amidon (ou en tout cas prévoit moins de 1% d'amidon en poids) en exploitant d'une part le glycogène présent dans les champignons, équivalent de l'amidon, et complète la structuration de la masse obtenue par l'ajout d'agents texturants, notamment du plantain (graines de psyllium) et/ou de protéine de pois.

Le psyllium est utilisé dans l'industrie agroalimentaire pour ses propriétés épaississantes et stabilisantes, le psyllium peut aussi servir en cuisine à rendre les recettes sans gluten plus moelleuses avec une meilleure cohésion, un peu à la manière des gommes (xanthane, guar, acacia...) qui sont moins bien tolérées que le psyllium mais utilisables cependant dans l'invention.

La protéine de pois produit une stabilisation des émulsions, limitation de la perte en eau et augmentation de la « jutosité ».

Selon une autre différente, optionnelle, la préparation est faite à partir de champignons frais, non congelés et/ou cuit et/ou congelés ou champignons hachés selon l'invention ou réhydratés.

Les ingrédients hachés préparés peuvent constituer des additifs protéinés à ajouter à des préparations culinaires, ou des produits intermédiaires pour la préparation de substituts de viandes ou de poisson, ou pour l'enrichissement de produits alimentaires .

Pour ces préparations culinaires, une autre différence majeure concerne le mode de cuisson sans moule, pour favoriser la réaction de Maillard en présence de glycogène à la surface de la masse introduite dans un four et la formation d'une couche superficielle résultant du glycogène comme c'est le cas dans la vraie viande ou du poisson sur les protéines pour donner une saveur de grillade, un brunissement naturel sans ajout de colorant et une amélioration de la qualité organoleptique par rapport aux masses cuites de manière homogènes pour former des pains de succédanés de viande proposés dans l'art antérieur.

Premier exemple de réalisation

Le premier exemple de réalisation concerne la préparation d'ingrédients protéinés à partir de champignons du genre Pleurotus , notamment du type Pleurotus eryngii, ou pleurote du panicaut, ou du type Pleurotus ostreatus ; et plus particulièrement des pieds non ramifiés des pleurotes. On sépare à cet effet le chapeau et la partie non ramifiée du stipe (ou pied), pour les utiliser directement en champignons commercialisés tels quels, et la partie aérienne forme un bulbe de plus forte densité et de moindre humidité présentant une valeur marchande moindre par ailleurs, utilisée pour la préparation d'ingrédients protéinés.

Le bulbe ainsi récupéré est introduit dans un hachoir à lames fines en acier, de type lames de cutter tournant horizontalement ou verticalement, pour produire des fragments s'inscrivant dans une enveloppe volumique d'environ 4x4x4 millimètres, de forme relativement parallélépipédique, avec un facteur de forme inférieur à 3. Par facteur de forme, on entendra le ratio entre la plus grande dimension d'un fragment et la plus petite dimension de ce même fragment.

Ces ingrédients sont ensuite conservés frais pour être incorporés dans des préparations culinaires, ou pour subir une deuxième transformation, à l'exception d'une transformation par cuisson au four dans un moule.

Exemple de substitut de steak haché

Une autre utilisation concerne la préparation de substituts de steak haché.

La découpe des pieds de pleurotes se fait à partir de champignons frais. A cette base peut s'ajouter des protéines de pois texturées, des liants, des protéines en poudre, des levures, des aromates, arômes naturels ainsi que des ingrédients à propriétés colorantes. Les steaks sont formés à la main ou en machine. Ils possèdent une masse comprise entre 70 et 150g avant cuisson.

La cuisson se fait en four, chaleur sèche, à 200°C pendant une durée comprise entre 10 et 18 minutes.

Les « disques végétaux » sont conditionnés par 2 pièces par barquette en PolyPropylène ou Polytéréphtalate d'éthylène ou polyéthylène téréphtalate cristallin. Un appareil va thermosceller un film protecteur transparent sur le dessus de la barquette, tout en modifiant l'atmosphère initiale. L'atmosphère à l'intérieur de la barquette sera une atmosphère dit protecteur, qui se compose de deux gaz : C et N2 dans des proportions allant de 20/80 à 60/40. Les barquettes thermoscellées sont stockées au froid positif. Exemple d'un ingrédient conforme à l'invention

A titre d'exemple, on prépare un ingrédient selon l'invention à partir des éléments suivants, pour un poids total des éléments de 100 grammes :

- Entre 59 et 90 grammes de pleurotes frais, et de préférence de 70 à 80 grammes, et avantageusement la partie non ramifiées des pleurotes formant une sorte de bulbe massif prolongé d'un côté du mycélium et de l'autre côté des pieds différenciés et des têtes.

Ces pleurotes sont hachés avec des lames tranchantes pour former des petits blocs sensiblement parallélépipédiques, de 3 à 5 millimètre de côté, qui restent individualisés et ne forment pas une pâte comme dans les solutions de l'art antérieur.

Ces petits blocs sont ensuite mélangés avec les éléments suivants :

Entre 1 et 8 grammes de protéines végétales texturées, et de préférence 2 à 5 grammes, par exemple de protéines de pois texturé,

- Entre 1 et 5 grammes de farines végétales, et de préférence de 2 à 4 grammes, par exemple de farine de pois chiche

- Entre 0,5 et 3 grammes, de préférence entre 1 et 2 grammes de chapelure de maïs

Entre 4 et 10 grammes d'huile végétale, de préférence de 6 à 7,5 grammes d'huile, par exemple d'huile de colza désodorisée

- Entre 0,1 et 3 grammes de fibres végétales, et de préférence entre 0,3 et 1,2 grammes, par exemple de psyllium

- Entre 1 et 5 grammes de protéines végétales, de préférence entre 2 et 4 grammes par exemple protéines de pommes de terre - Et des adjuvants telles que des ingrédients à propriétés colorantes, du sel, du poivre moulu, des arômes naturels,...

Cet ingrédient peut être utilisé comme complément alimentaire incorporé dans une préparation culinaire, ou assemblée sous forme d'une masse posée sans moule dans un four ou dans une poêle, pendant une vingtaine de minutes.