Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MULTI-PART SOUNDPROOFING DEVICE FOR A VEHICLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/243693
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a soundproofing device (DI) provided on a vehicle, comprising a noisy area, and comprises: a first part (P1) made of a soundproofing material and including an edge (B) provided with N coupling projections (PC) at N first predefined locations, with N≥3, and a second part (P2) made of a soundproofing material and including a side (CP2) provided, at N second predefined locations, with a line having at least one curve, with N through-holes respectively crossed by the N coupling projections (PC) in order to secure the first part (P1) to the second part (P2) with a first shape according to this line and suitable for being housed in this noisy area.

Inventors:
BERLIOZ EMELINE (FR)
VALLON JOAN (FR)
COLIN XAVIER (FR)
BRUN ALAIN (FR)
BUENO JEAN-FRANCOIS (FR)
Application Number:
PCT/FR2019/051318
Publication Date:
December 26, 2019
Filing Date:
June 04, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PSA AUTOMOBILES SA (FR)
International Classes:
B60R13/08
Foreign References:
FR2566339A11985-12-27
DE102016011869A12018-04-05
JP2001150938A2001-06-05
JP2006123659A2006-05-18
JPH11189031A1999-07-13
Attorney, Agent or Firm:
LEFEVRE, Jacky (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Dispositif d’insonorisation (DI) pour un véhicule comprenant au moins une zone bruyante, caractérisé en ce qu’il comprend i) une première pièce (P1 ) réalisée dans un matériau insonorisant et comportant un bord (B) muni de N protubérances de couplage (PC) en N premiers endroits prédéfinis, avec N> 3, et ii) une deuxième pièce (P2) réalisée dans un matériau insonorisant et comportant un côté (CP2) muni, en N deuxièmes endroits prédéfinis d’une ligne présentant au moins une courbure, de N trous traversants (TT) traversés respectivement par lesdites N protubérances de couplage (PC) afin de solidariser ladite première pièce (P1 ) à ladite deuxième pièce (P2) avec une première forme fonction de ladite ligne et adaptée à son logement dans ladite zone bruyante.

2. Dispositif selon la revendication 1 , caractérisé en ce que ladite première pièce (P1 ) est flexible, initialement plane et conformée finalement selon ladite première forme par sa solidarisation à ladite deuxième pièce (P2).

3. Dispositif selon la revendication 1 ou 2, caractérisé en ce que ladite deuxième pièce (P2) est plane.

4. Dispositif selon l’une des revendications 1 à 3, caractérisé en ce que chaque protubérance de couplage (PC) a une forme générale en T, et chaque trou traversant (TT) a une forme générale de parallélépipède rectangle.

5. Dispositif selon l’une des revendications 1 à 4, caractérisé en ce que ladite première pièce (P1 ) est réalisée en mousse ou en matériau fibreux.

6. Dispositif selon l’une des revendications 1 à 5, caractérisé en ce que ladite deuxième pièce (P2) est réalisée en mousse ou en matériau fibreux.

7. Dispositif selon l’une des revendications 1 à 6, caractérisé en ce que ladite deuxième pièce (P2) est munie d’un trou traversant auxiliaire (TA), et en ce qu’il comprend une troisième pièce (P3) comportant une partie (PF) dédiée à sa fixation audit véhicule et une protubérance de couplage auxiliaire (PCA) traversant ledit trou traversant auxiliaire (TA) afin de solidariser ladite troisième pièce (P3) à ladite deuxième pièce (P2). 8. Dispositif selon la revendication 7, caractérisé en ce que ladite troisième pièce (P3) est réalisée dans un matériau insonorisant.

9. Dispositif selon la revendication 8, caractérisé en ce que ladite troisième pièce (P3) est réalisée en mousse ou en matériau fibreux.

10. Véhicule comprenant au moins une zone bruyante, caractérisé en ce qu’il comprend en outre au moins un dispositif d’insonorisation (DI) selon l’une des revendications précédentes, installé dans ladite zone bruyante.

Description:
DISPOSITIF D’INSONORISATION MULTI PIÈCES POUR UN VÉHICULE.

L’invention concerne les dispositifs d’insonorisation qui équipent certains véhicules, éventuellement de type automobile.

Certains véhicules, généralement de type automobile, comprennent au moins une zone pouvant être bruyante. C’est par exemple le cas lorsqu’un extracteur d’air est installé dans une zone en étant placé à l’interface du milieu extérieur, et donc laisse entrer dans sa zone des bruits, et notamment ceux qui sont induits par le roulement de son véhicule.

Afin d’atténuer autant que possible l’intensité de ces bruits il est habituel d’installer un dispositif d’insonorisation dans la zone bruyante du véhicule, par exemple devant et autour de l’éventuel extracteur d’air. Un tel dispositif d’insonorisation comprend généralement une pièce ayant une forme tridimensionnelle (ou 3D) adaptée à la forme interne de la zone bruyante dans laquelle elle est installée. Comme le sait l’homme de l’art, cette pièce d’insonorisation est habituellement réalisée en feutre ou mousse thermoformé(e) (éventuellement constitué de fibres recyclées), ou bien en matière plastique avec adjonction d’un revêtement insonorisant. La réalisation d’une pièce d’insonorisation en feutre thermoformé nécessite un outillage spécialisé de thermoformage dont le coût est assez élevé, notamment du fait de la complexité de la forme 3D de cette pièce d’insonorisation. Par ailleurs, la forme de la zone bruyante variant généralement d’un modèle de véhicule à un autre, voire parfois d’une déclinaison d’un modèle à une autre déclinaison de ce même modèle, on est contraint de fabriquer un outillage spécialisé de thermoformage adapté à la forme de chaque zone bruyante et adapté au niveau acoustique souhaité. Enfin, chaque modification de l’épaisseur d’une pièce d’insonorisation en feutre thermoformé nécessite une adaptation de l’outillage spécialisé de thermoformage, voire un nouvel outillage spécialisé de thermoformage, ce qui s’avère contraignant et onéreux. La réalisation d’une pièce d’insonorisation en matière plastique avec adjonction d’un revêtement insonorisant nécessite non seulement la réalisation d’un moule, mais également une opération de découpe de chaque revêtement insonorisant et une opération de solidarisation de chaque revêtement insonorisant à chaque partie sortant du moule, ce qui s’avère onéreux.

Par ailleurs, lorsque la pièce d’insonorisation est réalisée en feutre thermoformé ou en matière plastique avec adjonction d’un revêtement insonorisant, elle est assez encombrante, ce qui ne facilite ni son stockage (en entrepôt comme sur une chaîne de montage), ni son transport.

L’invention a donc notamment pour but d’améliorer la situation.

Elle propose à cet effet un dispositif d’insonorisation destiné à équiper un véhicule comprenant au moins une zone bruyante.

Ce dispositif d’insonorisation se caractérise par le fait qu’il comprend :

- une première pièce réalisée dans un matériau insonorisant et comportant un bord muni de N protubérances de couplage en N premiers endroits prédéfinis, avec N > 3, et

- une deuxième pièce réalisée dans un matériau insonorisant et comportant un côté muni, en N deuxièmes endroits prédéfinis d’une ligne présentant au moins une courbure, de N trous traversants traversés respectivement par ces N protubérances de couplage afin de solidariser la première pièce à la deuxième pièce avec une première forme fonction de cette ligne et adaptée à son logement dans la zone bruyante du véhicule.

Une simple opération d’introduction de chaque protubérance de couplage dans le trou traversant correspondant permettant désormais de solidariser l’une à l’autre les première et deuxième pièces, cette solidarisation peut donc être réalisée à l’avance, ou au dernier moment sur la chaîne de montage du véhicule ce qui facilite alors le stockage et le transport des premières et deuxièmes pièces.

Le dispositif d’insonorisation selon l’invention peut comporter d’autres caractéristiques qui peuvent être prises séparément ou en combinaison, et notamment : - sa première pièce peut être flexible, initialement plane et conformée finalement selon la première forme par sa solidarisation à la deuxième pièce ;

- sa deuxième pièce peut être plane ;

- chaque protubérance de couplage peut avoir une forme générale en T, et chaque trou peut avoir une forme générale de parallélépipède rectangle ;

- sa première pièce peut être réalisée en mousse ou en matériau fibreux ;

- sa deuxième pièce peut être réalisée en mousse ou en matériau fibreux ;

- sa deuxième pièce peut être munie d’un trou traversant auxiliaire, et il peut comprendre une troisième pièce comportant une partie dédiée à sa fixation au véhicule et une protubérance de couplage auxiliaire qui traverse ce trou traversant auxiliaire afin de solidariser la troisième pièce à la deuxième pièce ;

- sa troisième pièce peut être réalisée dans un matériau insonorisant ;

sa troisième pièce peut être réalisée en mousse ou en matériau fibreux.

L’invention propose également un véhicule, éventuellement de type automobile, et comprenant au moins une zone bruyante (éventuellement munie d’un extracteur d’air) et au moins un dispositif d’insonorisation du type de celui présenté ci-avant et installé dans cette zone bruyante.

D’autres caractéristiques et avantages de l’invention apparaîtront à l’examen de la description détaillée ci-après, et des dessins annexés (obtenus en CAO/DAO (« Conception Assistée par Ordinateur/Dessin Assisté par Ordinateur »), d’où le caractère apparemment discontinu de certaines lignes), sur lesquels :

- la figure 1 illustre schématiquement, dans une vue en perspective, un exemple de réalisation d’un dispositif d’insonorisation selon l’invention, une fois ces pièces assemblées les unes aux autres,

- la figure 2 illustre schématiquement, dans une vue en perspective, la première pièce du dispositif d’insonorisation de la figure 1 , avant assemblage,

- la figure 3 illustre schématiquement, dans une vue en perspective, la deuxième pièce du dispositif d’insonorisation de la figure 1 , avant assemblage, et

- la figure 4 illustre schématiquement, dans une vue en perspective, la troisième pièce du dispositif d’insonorisation de la figure 1 , avant assemblage.

L’invention a notamment pour but de proposer un dispositif d’insonorisation DI multi pièces et destiné à équiper un véhicule comprenant au moins une zone bruyante.

Dans ce qui suit, on considère, à titre d’exemple non limitatif, que le véhicule est de type automobile. Il s’agit par exemple d’une voiture. Mais l’invention n’est pas limitée à ce type de véhicule. Elle concerne en effet tout type de véhicule terrestre, maritime (ou fluvial), ou aérien, dès lors qu’il comprend au moins une zone bruyante dans laquelle doit être installé un dispositif d’insonorisation chargé d’atténuer l’intensité des bruits.

Par ailleurs, on considère dans ce qui suit, à titre d’exemple non limitatif, qu’un extracteur d’air est installé dans la zone bruyante. Mais cela n’est pas obligatoire (c’est en effet la présence d’une zone de passage d’air qui rend une zone bruyante avec par exemple une entrée de bruits de roulements). En effet, un autre équipement générateur et/ou transmetteur de bruits pourrait être installé dans la zone bruyante.

On a schématiquement représenté sur la figure 1 un exemple de réalisation d’un dispositif d’insonorisation DI selon l’invention, une fois ses pièces assemblées les unes aux autres. Un tel dispositif d’insonorisation DI est destiné à être installé dans une zone bruyante d’un véhicule (ici devant un extracteur d’air installé dans cette dernière à titre d’exemple).

Par exemple, cette zone bruyante peut être située dans une partie d’un coffre arrière d’un véhicule, éventuellement à proximité du seuil (ou au niveau de toute zone ayant une voie de passage de bruit facilitée (comme par exemple un trou ou une paroi de tôle fine)).

Comme illustré non limitativement sur la figure 1 , un dispositif d’insonorisation DI, selon l’invention, comprend au moins des première P1 et deuxième P2 pièces solidarisées l’une à l’autre. La première pièce P1 est réalisée dans un matériau insonorisant et comporte un bord B qui est muni de N protubérances de couplage PC en N premiers endroits prédéfinis, avec N > 3.

Dans l’exemple illustré non limitativement sur les figures 1 et 2 le nombre N de protubérances de couplage PC est égal à six. Mais il peut prendre n’importe quelle valeur supérieure ou égale à trois, et par exemple quatre, cinq ou sept. Comme on le verra plus loin, plus la forme finale du dispositif d’insonorisation DI est complexe (une fois assemblé), plus le nombre N doit être élevé.

Par exemple, cette première pièce P1 peut être réalisée en mousse

(comme par exemple le polyuréthane (ou PU) ou le polyéthylène (ou PE)) ou bien en matériau fibreux (comme par exemple le feutre de coton ou le feutre de verre). Dans le cas d’un feutre, il est préférable qu’il présente un fort grammage pour offrir une bonne tenue. D’une manière générale, il est préférable que cette première pièce P1 contienne de l’air car cela favorise l’atténuation des bruits (l’absorption sonore d’un matériau est notamment liée à sa capacité à maximiser l’air dans ses cavités).

Comme illustré sur la figure 3, la deuxième pièce P2 est réalisée dans un matériau insonorisant et comporte un côté CP2 qui est muni, en N deuxièmes endroits prédéfinis d’une ligne présentant au moins une courbure, de N trous traversants TT. Comme illustré sur la figure 1 , ces trous traversants TT sont traversés respectivement par les N protubérances de couplage PC afin de solidariser la première pièce P1 à la deuxième pièce P2 avec une première forme qui est fonction de la ligne précitée et adaptée à son logement dans la zone bruyante du véhicule (ici devant l’extracteur d’air).

On comprendra que les première P1 et deuxième P2 pièces sont solidarisées l’une à l’autre par une simple opération d’introduction de chaque protubérance de couplage PC dans le trou traversant TT correspondant. Cette solidarisation peut être réalisée à l’avance, ou bien au dernier moment sur la chaîne de montage du véhicule ce qui facilite non seulement le stockage séparé des premières P1 et deuxièmes P2 pièces en entrepôt comme sur la chaîne de montage, mais également le transport des premières P1 et deuxièmes P2 pièces.

Afin de faciliter encore plus le stockage et le transport des premières pièces P1 , il est particulièrement avantageux que chacune d’entre elles soit réalisée dans un matériau flexible afin d’être initialement plane et finalement conformée selon la première forme par sa solidarisation à une deuxième pièce P2 associée.

Cela permet en effet d’empiler facilement les unes sur les autres les premières pièces P1 tant qu’elles sont planes et donc pas encore conformées. Ce n’est alors qu’une fois que les protubérances de couplage PC traversent les trous traversants TT correspondants d’une deuxième pièce P2 associée qu’une première pièce P1 prend sa première forme tridimensionnelle (ou 3D) finale, adaptée à son logement dans une zone bruyante de véhicule.

Par ailleurs, cela permet de réaliser les premières pièces P1 par une simple découpe au lieu d’un thermoformage ou bien d’un moulage, d’une découpe et d’un assemblage, ce qui évite d’avoir à fabriquer un outillage spécialisé de thermoformage ou un moule onéreux pour chaque zone. En outre, cela permet de réaliser des premières pièces P1 ayant une épaisseur sensiblement constante partout, et donc une intensité d’atténuation des bruits sensiblement constante partout. De plus, cela permet de choisir l’épaisseur de chaque première pièce P1 en fonction de la zone concernée et/ou du modèle de véhicule concerné, sans adaptation.

Egalement afin de faciliter encore plus le stockage et le transport des deuxièmes pièces P2, il est particulièrement avantageux que chacune d’entre elles soit initialement plane. Cela permet en effet d’empiler facilement les unes sur les autres les deuxièmes pièces P2, et donc d’en réduire l’encombrement. Par ailleurs, cela permet de les réaliser par une simple découpe au lieu d’un thermoformage ou bien d’un moulage, d’une découpe et d’un assemblage, ce qui évite d’avoir à fabriquer un outillage spécialisé de thermoformage ou un moule onéreux pour chaque zone. En outre, cela permet de réaliser une deuxième pièce P2 ayant une épaisseur sensiblement constante partout, et donc une intensité d’atténuation des bruits sensiblement constante partout. De plus, cela permet de choisir l’épaisseur de chaque deuxième pièce P2 en fonction de la zone concernée et/ou du modèle de véhicule concerné, sans adaptation.

Par exemple, chaque deuxième pièce P2 peut être réalisée dans le même matériau que celui des premières pièces P1 . Par conséquent, chaque deuxième pièce P2 peut être réalisée en mousse (comme par exemple le polyuréthane ou le polyéthylène) ou bien en matériau fibreux (comme par exemple le feutre de coton). Dans le cas d’un feutre, il est préférable qu’il présente un fort grammage pour offrir une bonne tenue.

Dans l’exemple illustré non limitativement sur les figures 1 à 3, chaque protubérance de couplage PC a une forme générale en T, et chaque trou traversant TT a une forme générale de parallélépipède rectangle. Dans ce cas, la partie terminale de chaque protubérance de couplage PC, qui est distante du bord B de la première pièce P1 , doit passer entièrement au travers du trou traversant TT correspondant afin d’être placée du côté de la face de la deuxième pièce P2 qui est opposée à ce bord B, et doit présenter au moins une dimension strictement supérieure à la dimension correspondante de ce trou traversant TT afin de ne pas pouvoir ressortir spontanément de ce dernier (TT), y compris en présence de vibrations ou de chocs.

Mais d’autres formes assurant la solidarisation de la première pièce P1 à la deuxième pièce P2 peuvent être envisagées pour les protubérances de couplage PC et les trous traversants TT.

On notera, comme illustré non limitativement sur les figures 1 et 4, que la deuxième pièce P2 peut être munie d’un trou traversant auxiliaire TA. Dans ce cas, le dispositif d’insonorisation DI peut comprendre une troisième pièce P3 comportant une partie PF dédiée à sa fixation au véhicule (dans la zone bruyante ou à proximité immédiate de cette zone bruyante) et une protubérance de couplage auxiliaire PCA qui traverse ce trou traversant auxiliaire TA afin de solidariser la troisième pièce P3 à la deuxième pièce P2.

Cette fixation au véhicule peut se faire au moyen d’un pion de clippage, ou par collage (par exemple au moyen d’un adhésif), ou encore au moyen d’une vis, par exemple.

L’éventuelle troisième pièce P3 peut, par exemple, être réalisée dans un matériau insonorisant. Ce dernier peut être le même que celui dans lequel sont réalisées les premières pièces P1 et/ou les deuxièmes pièces P2. Par conséquent, chaque troisième pièce P3 peut être réalisée en mousse (comme par exemple le polyuréthane ou le polyéthylène) ou bien en matériau fibreux (comme par exemple le feutre de coton ou le feutre acrylique). Dans le cas d’un feutre, il est préférable qu’il présente un fort grammage pour offrir une bonne tenue.

Dans l’exemple illustré non limitativement sur les figures 3 et 4, la protubérance de couplage auxiliaire PCA a une forme générale en T, et le trou traversant auxiliaire TA a une forme générale de parallélépipède rectangle. Dans ce cas, la partie terminale de la protubérance de couplage auxiliaire PCA, qui est distante de la partie PF de la troisième pièce P3, doit passer entièrement au travers du trou traversant auxiliaire TA afin d’être placée du côté de la face de la deuxième pièce P2 qui est opposée à cette partie PF, et doit présenter au moins une dimension strictement supérieure à la dimension correspondante de ce trou traversant auxiliaire TA afin de ne pas pouvoir ressortir spontanément de ce dernier (TA), y compris en présence de vibrations ou de chocs.

Mais d’autres formes assurant la solidarisation de la troisième pièce P3 à la deuxième pièce P2 peuvent être envisagées pour la protubérance de couplage auxiliaire PCA et le trou traversant auxiliaire TA.

On notera que l’on pourrait se passer de troisième pièce P3 pour fixer l’ensemble constitué des première P1 et deuxième P2 pièces au véhicule. En effet, on peut, par exemple, envisager un blocage mécanique (éventuellement en force) de l’ensemble précité dans la zone concernée, ou bien une fixation au moyen d’un pion de clippage, d’un adhésif ou d’une vis couplé(e) à la première P1 ou deuxième P2 pièce.