Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
NOVEL METHOD FOR SYNTHESISING N-ALKYL-GLYCOSYL(DI)AMINE DERIVATIVES AND USES OF SAME AGAINST PHYTOPATHOGENS
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2014/195828
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a novel method for synthesising, without a solvent, N-alkyl-glycosyl(di)amine derivatives represented by the following general formula (I): The invention also concerns the use of N-alkyl-glycosyl(di)amine derivatives represented by the general formula (I), and N-alkyl-glycosyl(di)ammonium quaternary salts represented by the general formula (II) and N-alkyl-giycamine derivatives represented by the general formula (III) obtained from N-alkyl-glycosyl(di)amine derivatives represented by the general formula (I), as antibacterial and/or antifungal agents against phytopathogens.

Inventors:
EPOUNE LINGOME CÉDRIC (FR)
WADOUACHI ANNE (FR)
POURCEAU GWLADYS (FR)
BEURY AMÉLIE (FR)
GOBERT-DEVEAUX VIRGINIE (FR)
Application Number:
PCT/IB2014/061779
Publication Date:
December 11, 2014
Filing Date:
May 28, 2014
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SIPRE (FR)
UNIV PICARDIE (FR)
International Classes:
C07H15/12; A01N43/16; A61K31/7032; A61P31/00; C07C215/10; C07H15/26
Domestic Patent References:
WO2001005224A12001-01-25
Foreign References:
FR2767134A11999-02-12
FR2661413A11991-10-31
FR2440159A11980-05-30
Other References:
MUHIZI T ET AL: "Synthesis and evaluation of N-alkyl-beta-d-glucosylamines on the growth of two wood fungi, Coriolus versicolor and Poria placenta", CARBOHYDRATE RESEARCH, vol. 343, no. 14, 22 September 2008 (2008-09-22), PERGAMON, GB, pages 2369 - 2375, XP025474140, ISSN: 0008-6215, [retrieved on 20080715], DOI: 10.1016/J.CARRES.2008.07.005
VIRGINIE NETO ET AL: "-glycosylamine Derivatives on Antifungal Properties", JOURNAL OF AGRICULTURAL AND FOOD CHEMISTRY, vol. 60, no. 42, 24 October 2012 (2012-10-24), pages 10516 - 10522, XP055080352, ISSN: 0021-8561, DOI: 10.1021/jf3015798
T. MUHIZI ET AL: "-glucosylamines and Their Antimicrobial Activity against Fusarium proliferatum , Salmonella typhimurium , and Listeria innocua", JOURNAL OF AGRICULTURAL AND FOOD CHEMISTRY, vol. 57, no. 23, 9 December 2009 (2009-12-09), pages 11092 - 11099, XP055080357, ISSN: 0021-8561, DOI: 10.1021/jf9016114
CHUPAKHINA T A ET AL: "Synthesis and investigation of antimicrobial activity of 8-hydroxyquinoline glucosaminides", RUSSIAN JOURNAL OF BIOORGANIC CHEMISTRY, vol. 38, no. 4, 14 July 2012 (2012-07-14), SP MAIK NAUKA/INTERPERIODICA, DORDRECHT, pages 422 - 427, XP035085331, ISSN: 1608-330X, DOI: 10.1134/S106816201204005X
IDDON L ET AL: "Syntheses and structures of anomeric quaternary ammonium beta-glucosides and comments on the anomeric C-N bond lengths", TETRAHEDRON, vol. 65, no. 32, 8 August 2009 (2009-08-08), ELSEVIER SCIENCE PUBLISHERS, AMSTERDAM, NL, pages 6396 - 6402, XP026281503, ISSN: 0040-4020, [retrieved on 20090606], DOI: 10.1016/J.TET.2009.05.086
"Green Techniques for Organic Synthesis and Medicinal Chemistry", part Chapter 11 2012, JOHN WILEY & SONS, LTD., article JAMES MACK AND SIVARANAKRISHNAN MUTHUKRISHNAN: "Solvent-Free Synthesis", pages: 297 - 323, XP002713483
I. RICO-LATTES AND A. LATTES: "Synthesis of new sugar-based surfactants having biological applications: key role of their self-association", COLLOIDS AND SURFACES A: PHYSICOCHEMICAL AND ENGINEERING ASPECTS, vol. 123-124, 1997, pages 37 - 48, XP005095617
MUHIZI ET AL., CARBOHYDRATE RESEARCH, vol. 343, 2008, pages 2369 - 2375
NETO ET AL., J. AGRIC. FOOD CHEM., vol. 60, 2012, pages 10516 - 10522
Attorney, Agent or Firm:
MENA, Sandra et al. (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

Procédé de synthèse d'un dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine répondant à la formule générale (I) suivante :

(I)

dans laquelle :

Ri est un radical glycosyle,

R2 représente un atome d'hydrogène, un radical glycosyle, ou un radical alkyle en Q-C22,

n est un nombre entier allant de 0 à 20,

X représente un atome d'halogène, un radical alkyle, alcényle, alcynyle, un groupe hydroxyle, un groupe carboxyle ou carbaldéhyde, un groupe aryle ou hétéroaryle, ou un groupe -NR3R4, dans lequel R3 représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, et R4 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en Ci - i 2,

à la condition que n soit différent de 0 lorsque X est un groupe -NR3R4, ledit procédé comprenant les étapes suivantes :

(i) le mélange dans un réacteur d'un composé ose ou oside et d'une aminé de formule

(ii) le broyage dudit mélange dans un broyeur à billes.

2) Procédé selon la revendication 1 dans lequel l'étape de réaction entre le composé ose ou oside et l'aminé de formule R2NH-(CH2)n-X se fait sans solvant.

3) Procédé selon la revendication 1 ou la revendication 2 dans lequel le composé ose ou oside est un mono, oligo ou polysaccharide comprenant de 1 à 20 unités monosaccharidiques.

Procédé selon l'une des revendications 1 à 3 dans lequel le composé ose ou oside est un mono, oligo ou polysaccharide dont l'unité saccharidique est choisie parmi le thréose, î'érythrose, le désoxyribose, le ribose, le xylose, le rhamnose, le fucose, le glycérose, l'arabinose, le lyxose, l'allose, l'altrose, le guîose, l'idose, le talose, le glucose, le mannose, la glucosamine, la galactosamine, le maltose, le lactose le galactose,

5) Procédé selon la revendication 4 dans lequel l'unité saccharidique est le rhamnose, le glucose, le maltose, le lactose ou le galactose, et de préférence le rhamnose, le glucose ou le galactose. 6) Procédé selon l'une des revendications 1 à 5 dans lequel le rapport molaire du composé ose ou oside à l'aminé est compris entre 1/1 et 1/1 ,2.

7) Procédé selon l'une des revendications 1 à 6 dans lequel les billes du broyeur et le mélange du composé ose ou oside et de l'aminé de formule R2NH-(CH2)n-X représentent au moins 1/3 du volume du réacteur.

8) Procédé selon l'une des revendications 1 à 7 dans lequel le réacteur et/ou les billes du broyeur sont en inox, en carbure de tungstène ou en zircone. 9) Procédé selon l'une des revendications 1 à 8 dans lequel le réacteur et les billes du broyeur sont constitués du même matériau.

10) Procédé selon l'une des revendications 1 à 9 dans lequel l'étape (ii) de broyage dure au moins 1 heure, et de préférence de 1 à 4 heures.

11) Procédé selon l'une des revendications 1 à 10 dans lequel le broyeur fonctionne à une fréquence comprise entre 20 et 50 Hz, et de préférence à 50 Hz.

12) Procédé selon l'une des revendications 1 à 11 comprenant une étape préalable au cours de laquelle l'aminé de formule R2NH-(CH2)n-X est imprégnée sur un auxiliaire.

13) Procédé selon la revendication 12 dans lequel l'auxiliaire est choisi parmi la silice (S1O2), l'alumine (A1203), les argiles et les carbonates. 14) Procédé selon l'une des revendications 1 à 13 comprenant une étape (iii) de purification et/ou de filtration.

15) Procédé selon l'une des revendications 1 à 14 comprenant une étape (iv) de transformation du dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) en un sel N-alkyl- glycosyl(di)ammonium quaternaire par réaction avec un agent de quaternisation de formule R5-Y, dans lequel :

P5 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en Ci-C22s et Y représente un atome d'halogène, un groupe sulfate R60-S02-0- ou un groupe sulfonate R6-S02-0, dans lesquels R6 est un radical alkyle en Ci-C12.

16) Procédé selon l'une des revendications 1 à 14 comprenant une étape (iv') de transformation du dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) en un dérivé N- alkyl-glycamine par broyage du dérivé N-alkyl-giycosyI(di)amine de formule (1) avec un agent de réduction et un acide, en présence d'un solvant polaire.

17) Procédé selon la revendication 16 dans lequel l'agent de réduction est un borohydrure métallique choisi parmi NaBH4, LÎB3HU, NaBH3CN, LiBH3CN, NaBH(OAc)3, LiBH(OAc)3, ZnBH4, le L~sélectride C12¾7BLi, le diborane B2¾, ou un hydrure d'aluminium choisi parmi L1AIH4, LiAlH(0-tBu)3, l'hydrure de diisobutylaluminium CsHjgAl, l'hydrure de bis(2-méthoxyéthoxy)aluminium de sodium C6H16AlNa04} ou un hydrure covalent choisi parmi Ga¾, NaGaBH4, et de préférence l'agent de réduction est NaBH4.

18) Utilisation d'un dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine susceptible d'être obtenu selon le procédé des revendications 1 à 14 et répondant à la formule générale (I) suivante :

(I)

dans laquelle :

R] est un radical glycosyle,

R2 représente un atome d'hydrogène, un radical glycosyle, ou un radical alkyle en Ci-C2 , n est un nombre entier allant de 0 à 22,

X représente un atome d'halogène, un radical alkyle, alcén le, alcyn le, un groupe hydroxyle, un groupe carboxyle ou carb aldéhyde, un groupe aryle ou hétéroaryle, ou un groupe -NR3R4, dans lequel 3 représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, et R4 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en

à la condition que n soit différent de 0 lorsque X est un groupe -NR3R4, comme agent antibactérien et/ou antifongique contre les phytopatho gènes suivants : Agrobacterium tumefaciens, Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestons,

19) Utilisation d'un sel N-alkyl-glycosyl(di)ammonium quaternaire susceptible d'être obtenu selon le procédé de la revendication 15, et répondant à la formule générale (II) suivante :

(II)

dans laquelle :

Ri est un radical glycosyle,

R2 représente un atome d'hydrogène, un radical glycosyle, ou un radical alkyle en Ci-C 2,

n est un nombre entier allant de 0 à 22,

X représente un atome d'halogène, un radical alkyle, alcényle, alcynyle, un groupe hydroxyle, un groupe carboxyle ou carbaldéhyde, un groupe aryle ou hétéroaryle, ou un groupe -NR3R4, dans lequel R3 représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, et R représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en

R5 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en CrC22, et Y représente un ion halogénure, un ion sulfate R60-S02-0" ou un ion sulfonate R6-SO2-O", dans lesquels ¾ est un radical alkyle en C Ci2, à la condition que n soit différent de 0 lorsque X est un groupe -NR3R4, comme agent antibactérien et/ou antifongique contre les phytopathogènes. 20) Utilisation d'un sel N-alkyI-glycosyl(di)ammonium quaternaire de formule (II) selon la revendication 19, dans laquelle les phytopathogènes sont les suivants : Agrobacterium tumefaciens, Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucin m, Fusarium roseum et Phytophthora infestans.

21) Utilisation d'un dérivé N-alkyl-glycamine susceptible d'être obtenu selon le procédé de la revendication 16 ou de la revendication 17, et répondant à la formule générale (III) suivante :

(III)

dans laquelle :

n est un nombre entier allant de 0 à 22,

X représente un atome d'halogène, un radical alkyle, alcényle, alcynyle, un groupe hydroxyle, un groupe carboxyle ou carbaldéhyde, un groupe aryle ou hétéroaryle, ou un groupe -NR3R4, dans lequel R3 représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, et R4 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en C1-C12,

R7 représente un atome d'hydrogène, un groupe -OH ou -N¾, et R8 représente un atome d'hydrogène ou un groupe -CH(OR9)Rio dans lequel R9 représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, R10 représente un atome d'hydrogène, un groupe ~C¾OH ou -CH(OH)Rn dans lequel Rn représente un groupe -C¾OH ou un radical alkyle en Ci-C4, comme agent antibactérien et/ou antifongique contre les phytopathogènes suivants : Agrobacterium tumefaciens, Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestans.

22) Utilisation d'un dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I), d'un sel JV-alkyl- glycosyl(di) ammonium quaternaire de formule (II) ou d'un dérivé N-alkyl- glycamine de formule (III) selon l'une des revendications 19, 20 ou 21, dans laquelle les phytopathogènes sont les phytopathogènes de pomme de terre suivants : Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestans.

Description:
NOUVEAU PROCÉDÉ DE SYNTHÈSE DE DÉRIVÉS JV-AL YL- GLYC SYL(DI)AMINE ET LEURS UTILISATIONS CONTRE LES PHYTOPATHOGÈNES

La présente invention a pour objet un nouveau procédé de synthèse sans solvant de dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine répondant à la formule générale (I) suivante :

(I)

L'invention concerne également l'utilisation de dérivés 7V-alkyl-glycosyl(di)amine répondant à la formule générale (I) comme agents antibactériens et/ou antifongiques contre des phytopathogènes. Enfin, l'invention concerne l'utilisation de sels N-alkyl- glycosyl(di)ammonium quaternaires répondant à la formule générale (II) et de dérivés N- alkyl-glycamine répondant à la formule générale (III) obtenus à partir de dérivés jV-alkyl- glycosyl(di)amine répondant à la formule générale (I) comme agents antibactériens et/ou antifongiques contre des phytopathogènes.

Depuis plusieurs années, la synthèse de molécules bioactives à grand spectre d'action

(antibactériens, antifongiques, antivirales, nématicides, éliciteurs de défenses naturelles), susceptibles d'inhiber et/ou d'éradiquer les phytopathogènes de plantes telles que la pomme de terre, la tomate, la vigne ou la betterave, a connu un intérêt grandissant. En effet, la synthèse de telles molécules revêt des enjeux économiques et environnementaux de premier ordre, ces molécules présentant une très haute valeur ajoutée et une éco-toxicité réduite, tout en satisfaisant aux critères de biocompatibilité et de biodégradabilité. La chimie mise en œuvre pour la synthèse de ces molécules doit donc être une chimie à développement durable, régie par des principes tels que l'économie d'atomes, la conception de produits chimiques moins nocifs et plus sécuritaires, l'utilisation de solvants et auxiliaires plus sécuritaires, l'amélioration des rendements énergétiques, l'utilisation de matières premières renouvelables tels que les hydrates de carbones (sucres), la réduction de la quantité de produits dérivés, la catalyse.

La présente invention s'inscrit dans cette lignée. Elle concerne un nouveau procédé de synthèse, dit « procédé par chimie verte », de dérivés N-aIkyl-glycosyl(di)amine utilisés comme biocides contre des phytopathogènes. Des procédés de préparation de dérivés N- (dialkylamino)alkyl-glycosylamine ont en effet déjà été décrits dans l'art antérieur (Demandes FR 2 767 134, FR 2 661 413 et FR 2 440 159). Toutefois, ces synthèses ont toujours été réalisées en milieu solvant.

Les dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine obtenus selon le procédé de l'invention sont des composés « bio-sourcés », potentiellement moins toxiques que les pesticides habituellement utilisés, et susceptibles de lutter contre les phytopathogènes présents dans les sols, telles que les bactéries à Gram-négatif responsables par exemple de la galle du collet induit par l'agent pathogène Agrobacterium tumefaciens, ou de la jambe noire chez la pomme de terre induite par les bactéries des genres Pectobacterium et Dickeya. En effet, il n'existe aucun moyen de lutte chimique contre la maladie de la jambe noire qui affecte les champs de pomme de terre, ainsi que les tubercules en cours de stockage, seules des méthodes prophylactiques veillant à limiter leur dissémination sont aujourd'hui utilisées.

Les inventeurs se sont donc donnés pour but de concevoir un procédé de synthèse de dérivés N-alkyl-glycosyl(di)arnine par mécanosynthèse, plus sécuritaire que les procédés habituellement utilisés car n'utilisant pas de solvant organique nocif, ledit procédé conduisant à de très bons rendements. Les procédés par mécanosynthèse, auparavant destinés à la préparation de composés inorganiques, peuvent donc aujourd'hui être adaptés à la synthèse de composés glycosylés.

Ainsi, le premier objet de l'invention concerne un procédé de synthèse sans solvant de dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine ré ondant à la formule générale (I) suivante :

n est un nombre entier allant de 0 à 22,

X représente un atome d'halogène, un radical alkyle, alcényle, alcynyle, un groupe hydroxyle, un groupe carboxyle ou carbaldéhyde, un groupe aryle ou hétéroaryle, ou un groupe -NR3R 4 , dans lequel R 3 représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, et de préférence un résidu mono, oligo ou polysaccharidique, et R4 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en C}-C 12 ,

à la condition que n soit différent de 0 lorsque X est un groupe -N 3R4,

ledit procédé comprenant les étapes suivantes :

(i) le mélange dans un réacteur, de préférence dans un vibro-broyeur ou dans un réacteur pour broyage à billes à mouvement vibrationnel ou à mouvement planétaire, d'un composé ose ou osîde et d'une aminé de formule R 2 NH-(CH2) n -X, et

(ii) le broyage dudit mélange dans un broyeur à billes.

Au sens de la présente invention, on entend par :

- Alkyle : un groupe aliphatique hydro carboné saturé, linéaire ou ramifié, pouvant avoir de 1 à 22 atomes de carbone, de préférence 1 à 12 atomes de carbone, et encore plus préférentiellement 1 à 6 atomes de carbone. Le terme « ramifié » signifie qu'au moins un groupe alkyle inférieur tel qu'un méthyle ou un éthyle est porté par une chaîne alkyle linéaire. A titre de groupe alkyle, on peut mentionner par exemple les groupes méthyle, éthyle, n- propyle, 7-propyle, «-butyle, ί-butyle et n-pentyle, «-hexyle, «-heptyle, n-octyle, n-nonyle, n- décyle, /î-undécyle, n-dodécyle ;

Alcényle : un groupe aliphatique hydrocarboné, linéaire ou ramifié, possédant une insaturation caractérisée par la présence d'une double liaison carbone-carbone. L'alcène a de préférence 2 à 12 atomes de carbone, et encore plus préférentiellement 2 à 6 atomes de carbone ;

Alcynyle : un groupe aliphatique hydro carboné, linéaire ou ramifié, possédant une insaturation caractérisée par la présence d'une triple liaison carbone-carbone. L'alcyne a de préférence 2 à 12 atomes de carbone, et encore plus préférentiellement 2 à 6 atomes de carbone ;

- Aryle : tout groupe fonctionnel ou substituant dérivé d'au moins un cycle aromatique ; un cycle aromatique correspond à tout groupe mono- ou polycyclique plan comportant un système π délocalisé dans lequel chaque atome du cycle comporte une orbitale p, lesdites orbitales p se recouvrant les unes les autres ; parmi de tels groupes aryles, on peut mentionner les groupes phényle, biphényle, naphthalène et anthracène. Les groupes aryles de l'invention comprennent de préférence de 6 à 22 atomes de carbone, de manière préférée de 6 à 12 atomes de carbone, et de manière encore plus préférée 5 ou 6 atomes de carbone ;

Hétéroaryle : tout groupe fonctionnel ou substituant dérivé d'au moins un cycle aromatique tel que défini ci-dessus et contenant au moins un hétéroatome choisi parmi P, S, O et N ; parmi les groupes hétéroaryles, on peut mentionner les groupes furane, pyridine, pyrrole, thiophène, imidazole, pyrazole, oxazole, isoxazole, thiazole, triazole, tétrazole, pyridine, pyrazine, pyrimidine, pyridazine, benzofurane, isobenzofurane, indole, isoindole, benzothiop ène, benzo[c]thiophène, benzimidazoîe, indazole, benzoxazole, benzisoxazole, benzothiazole, quinoléine, isoquinoléine, quinoxaline, quinazoline, cinnoline, purine, et acridine. Les groupes aryles de l'invention comprennent de préférence de 4 à 22 atomes de carbone, de manière préférée de 4 à 12 atomes de carbone, et de manière encore plus préférée 5 ou 6 atomes de carbone ;

Les atomes d'halogène sont choisis parmi les atomes de brome, de chlore, de fluoré et d'iode, et de préférence parmi les atomes de brome, de chlore et d'iode.

Le composé ose ou oside de l'invention est un mono, oligo ou polysaccharide pouvant comprendre de 1 à 20 unités monosaccharidiques. On entend par composé ose tout sucre réducteur susceptible de réagir avec une aminé nucléophile. On entend par composé oside tout sucre comportant un site éîectrophile en position autre qu'anomère susceptible de réagir avec une aminé nucléophile. Avantageusement, l'unité saccharidique est choisie parmi le thréose, l'érythrose, le désoxyribose, le ribose, le xylose, le rhamnose, le fucose, le glycérose, l'arabinose, le lyxose, l'allose, l'altrose, le gulose, Pidose, le talose, le glucose, le mannose, la glucosamine, la galactosamine, le maltose, le lactose, le galactose, et de manière préférée parmi le rhamnose, le glucose, le maltose, le lactose ou le galactose, et de manière encore plus préférée parmi le rhamnose, le glucose ou le galactose.

Le procédé de l'invention peut comprendre une étape préalable au cours de laquelle l'aminé de formule R 2 NH-(CH2) n -X est mélangée à un auxiliaire, de préférence à l'aide d'un mortier, ledit auxiliaire pouvant être neutre ou basique et choisi parmi la silice (Si0 2 ), l'alumine (AI2O3), les argiles et les carbonates. Cette étape préalable de mélange avec un auxiliaire améliore de façon quantitative le rendement de la synthèse, les inventeurs ayant observé une amélioration des rendements de 40-60% à 75-97% lors d'un mélange préalable de l'aminé avec un auxiliaire.

On entend par auxiliaire un agent qui permet une meilleure dispersion des poudres. Il peut être inerte chimiquement ou non, et être choisi parmi la silice, l'alumine, les argiles telles que les argiles montmorillonite K10 ou KSF, et les carbonates tels que les carbonates de sodium ou de potassium.

Au cours de l'étape (i), le rapport molaire du composé ose ou oside à l'aminé peut être compris entre 1/1 et 1/1,2. L'étape (ii) de broyage peut durer au moins 1 heure, et de préférence de 1 à 4 heures. Au cours de cette étape (ii), le broyeur fonctionne de préférence à une fréquence comprise entre 20 et 50 Hz, et de préférence à 50 Hz.

Selon un mode de réalisation préféré, le réacteur et/ou les billes du broyeur sont en inox, en carbure de tungstène ou en zircone. Le réacteur et les billes du broyeur sont de préférence constitués du même matériau.

Selon un mode de réalisation particulièrement préféré, les billes du broyeur et le mélange du composé ose ou oside et de l'amine de formule R 2 NH-(CH 2 ) n -X représentent au moins 1/3 du volume du réacteur.

Le procédé de l'invention peut également comprendre une étape (iii) supplémentaire de purification et/ou de filtration. Lorsque le procédé de l'invention est réalisé sans étape d'imprégnation préalable, l'étape (iii) est de préférence une étape de purification sur silice. Lorsque le procédé de l'invention est réalisé avec une étape préalable d'imprégnation, l'étape

(iii) est de préférence une étape de filtration sur silice, sur colonne ou fritte.

Selon une première alternative, le procédé de l'invention peut comprendre une étape

(iv) subséquente de transfonnation du dérivé N-alkyl-gîycosyl(di)amine de formule (i) en un sel jV-alkyl-glycosyî(di)ammonium quaternaire par réaction avec un agent de quaternisation de formule R 5 -Y, dans lequel :

R 5 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en Ci-C^, et

Y représente un atome d'halogène, un groupe sulfate R é O-S0 2 -0- ou un groupe suîfonate R.6-SO2-O-, dans lesquels R 6 est un radical alkyle en C1-C12, les groupes sulfonates pouvant être des groupes trifiate, tosylate, mésylate ou nosylate.

Selon un mode de réalisation préféré, le sel N-alkyl-glycosyl(di)ammonium quaternaire de l'étape (iv) est obtenu après réaction du dérivé N-aIkyl-glycosyl(di)amme avec un excès d'agent de quaternisation dans un vibro-broyeur ou un réacteur pour broyage à billes à mouvement vibrationnel ou planétaire.

Le sel N~alkyl-glycosyl(di)ammonium quaternaire obtenu répond à la formule (II) suivante : R-5 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en C1-C22, et

Y représente un ion halogénure, un ion sulfate R 6 0-S0 2 -0 " ou un ion sulfonate R 6 -S0 2 -0^ dans lesquels ¾ est un radical alkyle en Cj-Cn, le ions sulfonates pouvant être des ions trifiate, tosylate, mésylate ou nosylate,

à la condition que n soit différent de 0 lorsque X est un groupe -NR 3 R 4 .

L'excès d'agent de quaternisation peut être compris entre 1,5 et 10 équivalents molaires par rapport au dérivé N-alkyl-glycosyl(di) aminé de formule (I), et de préférence entre 2,5 et 5 équivalents molaires.

Lors de l'étape (iv), le broyage peut durer au moins 2h, et de préférence 7h.

La purification du sel N-aîkyl-glycosyl(di)ammonium quaternaire de formule (II) peut être réalisée selon un procédé comprenant une étape d'acétylation, suivie d'une étape d'évaporation et d'une étape de décantation avec un solvant organique et de l'eau distillée. Au cours de l'étape d'acétylation, l'ion Y " peut se transformer en ion carboxylate R^-COO " , dans lesquels R 6 est un radical alkyle en Q-CL2- Enfin, une étape de lyophilisation ou de séchage de la phase aqueuse, et une étape de filtration sur gel de silice, peuvent être réalisées pour isoler le sel N-alkyî-glycosyl(di)ammonium quaternaire de formule (II).

De manière préférée, la purification du sel N-alkyl~glycosyl(di)ammonium quaternaire de formule (II) est réalisée selon un procédé comprenant une étape d'acétylation mettant en œuvre un mélange d'anhydride acétique avec un composé acide ou un mélange d'anhydride acétique avec un composé basique ou un mélange de chlorure d'acétyle avec un composé basique. Le mélange préféré utilisé pour l'acétylation est le mélange d'anhydride acétique et de trifiate de cérium.

Selon une seconde alternative, le procédé de l'invention peut comprendre une étape (iv') subséquente de transformation du dérivé N-alkyl-glycosyl(di) aminé de formule (I) en un dérivé N-alkyl-glycamine par broyage du dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) avec un agent de réduction et un acide, en présence d'un solvant polaire.

Le dérivé N-alkyl-glycamine obtenu répond à la formule (III) suivante :

(III)

dans laquelle n et X sont tels que définis précédemment, et :

R 7 représente un atome d'hydrogène, un groupe -OH ou -N¾, et R 8 représente un atome d'hydrogène ou un groupe -CH(OR 9 )R 10 dans lequel R représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, et de préférence un résidu mono, oligo ou polysaccharidique, et R 10 représente un atome d'hydrogène, un groupe -CH 2 OH ou -CH(OH)Rn dans lequel Rj 1 représente un groupe -CH 2 OH ou un radical alkyle en Cj-C 4 , et de préférence un groupe méthyle.

L'étape (iv') de broyage est de préférence réalisée dans un réacteur, et encore plus préférentiellement dans un vibro-broyeur ou dans un réacteur pour broyage à billes à mouvement vibrationnel ou à mouvement planétaire.

L'agent de réduction est avantageusement choisi parmi les borohydrures métalliques tels que NaBH 4 , L1BH4, NaBH 3 CN, L1BH 3 CN, NaBH(OAc) 3 , LiBH(OAc) 3 , ZnBH , le L- sélectride de formule C 12 H 2 7BLi, le diborane B2H6, ou un hydrure d'aluminium choisi parmi L1AÎH 4 , LiAlH(0-iBu) , l'hydrure de diisobutylaluminium (ou DIBAL) de formule CgHigAl, l'hydrure de bis(2-méthoxyéthoxy)aluminum de sodium (ou Red-Al) de formule C 6 H 16 AlNa0 4 , ou les hydrures covalents tels que GaH 3 , NaGaBH 4 . L'agent de réduction préféré est NaBH 4 .

Au sens de la présente invention, on entend par acide un acide de Lewis ou un acide de Bronsted, de préférence un acide de Brônsted porteur d'une fonction acide carboxylique ou acide sulfonique. De manière avantageuse, l'acide mis en œuvre est l'acide para-toluène sulfonique ou l'acide benzoïque.

Le broyage est de préférence réalisé en présence d'une quantité catalytique de solvant polaire. Le pourcentage en poids de solvant polaire par rapport au poids total des réactifs peut varier de 10 à 50% en poids, et de préférence entre 10 et 20% en poids. Le solvant polaire peut être choisi parmi le diméthylsulfoxyde (DMSO), le diméthylformamide (DMF), I'acétonitrile, l'éthanol, le méthanol, le butanol, le propanol, l'isopropanol, l'eau et l'acétone, les solvants polaires préférés étant le méthanol et l'éthanol.

Selon un mode de réalisation avantageux, l'étape (iv') de broyage peut comprendre un broyage préalable du dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) avec l'agent de réduction et l'acide, suivie de l'ajout du solvant polaire, puis d'une nouvelle étape de broyage cette fois en présence du solvant polaire. Le broyage préalable peut durer de 1 à 30 minutes, de préférence de 5 à 15 minutes, et encore plus préférentiellement 10 minutes. Le broyage en présence du solvant polaire peut durer de 5 à 30 minutes, de préférence de 10 à 20 minutes, et encore plus préférentiellement 15 minutes. La purification du dérivé N-alkyl-glycamine de formule (III) peut être réalisée selon un procédé comprenant une étape de quatemisation, suivie d'une étape de filtration et d'une étape de régénération de Famine sur une résine échangeuse d'ions dans un solvant organique. Enfin une étape de filtration, suivie d'une étape d'évaporation, peuvent être réalisées pour isoler le dérivé N-alkyl-glycamine de formule (III).

L'étape de quatemisation est de préférence réalisée dans un solvant organique avec un acide tel que HC1, HBr, H 3 P0 , H 2 S0 et HN0 3 , et de préférence avec HC1.

L'étape de régénération de P aminé est de préférence réalisée sur une résine échangeuses d'anions choisie parmi les résines anioniques porteuses de groupes aminés tertiaires ou quaternaires, et de préférence sur une résine échangeuse d'anions Amberlite IRA 402-C1 " .

L'invention concerne également l'utilisation de dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amines répondant à la formule générale (I) suivante :

(I)

dans laquelle :

R est un radical glycosyle, de préférence un résidu mono, oligo ou polysaccharidique,

R.2 représente un atome d'hydrogène, un radical glycosyle, ou un radical alkyle en C 3 -C 22;

n est un nombre entier allant de 0 à 22,

X représente un atome d'halogène, un radical alkyle, alcényle, alcynyle, un groupe hydroxyle, un groupe carboxyle ou carbaldéhyde, un groupe aryle ou hétéroaryle, ou un groupe -NR R 4 , dans lequel R 3 représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyle, de préférence un résidu mono, oligo ou polysaccharidique, et R4 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en Cj-Ci 2 ,

à la condition que n soit différent de 0 lorsque X est un groupe -NR 3 R4,

comme agents antibactériens et/ou antifongiques contre les phytopathogènes suivants : Agrobacterium tumefaciens, Pectohacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestans, les phytopathogènes Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestans étant des phytopathogènes de pommes de terre.

L'invention concerne également l'utilisation de sels N-alkyl-glycosyl(di)ammonium quaternaires répondant à la formule générale Π) suivante :

(II)

dans laquelle Rj, R , n et X sont tels que définis précédemment, et :

R 5 représente un atome d'hydrogène ou un radical alkyle en Q-C 22 , et

Y représente un ion halogénure, un ion sulfate R 6 0-S0 2 -0 " ou un ion sulfonate

R 6 ~S0 2 -0 ~ , dans lesquels R 6 est un radical alkyle en C[-Ci 2 , les ions sulfonates pouvant être des ions triflate, tosylate, mésylate ou nosylate,

à l condition que n soit différent de 0 lorsque X est un groupe -NR3R 4 ,

comme agents antibactériens et/ou antifongiques contre les phytopathogènes, notamment contre les phytopathogènes tels que : Agrobacterium tumefaciens, Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestans, les phytopathogènes Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestans étant des phytopathogènes de pommes de terre.

Enfin, l'invention concerne l'utilisation de dérivés N-alkyl-glycamine répondant à la formule générale (III) suivante :

(III)

dans laquelle n et X sont tels que définis précédemment, et :

R 7 représente un atome d'hydrogène, un groupe -OH ou -N¾, et

R g représente un atome d'hydrogène ou un groupe -CH(O 9)Rio dans lequel R représente un atome d'hydrogène ou un radical glycosyîe, et de préférence un résidu mono, oiigo ou polysaccharidique, et R 10 représente un atome d'hydrogène, un groupe -CH 2 OH ou -CH(OH)Rn dans lequel R n représente un groupe ~CH 2 OH ou un radical alkyle en C 1 -C4, et de préférence un groupe méthyle, comme agents antibactériens et/ou antifongiques contre les phytopathogènes suivants : Agrobacîerium tumefaciens, Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestons, les phytopathogènes Pectobacterium atrosepticum, Dickeya dianthicola, Fusarium sambucinum, Fusarium roseum et Phytophthora infestans étant des phytopathogènes de pommes de terre.

Outre les dispositions qui précèdent, l'invention comprend encore d'autres dispositions qui ressortiront du complément de description qui suit, qui se rapporte à des exemples de mise en œuvre du procédé de l'invention pour la synthèse de dérivés N~alkyl- glycosyl(di)amine répondant à la formule générale (I), de sels N-alkyl-glycosyl(di)ammonium quaternaires répondant à la formule générale (II), et de dérivés N-alkyl-glycamine répondant à la formule générale (III), ainsi qu'à la Figure 1 annexée qui illustre l'activité antibactérierme de dérivés N-alkyl-glycosylamine de formule (I) et de dérivés N-alkyl-glycamines de formule (III) contre Pectobacterium atrosepticum, Agrobacîerium tumefaciens, et Dickeya dianthicola.

MATÉRIEL ET MÉTHODES :

Caractérisation :

Les produits décrits dans les exemples ci-après ont été caractérisés par chromatographie sur couche mince sur des plaques en verre ou d'aluminium MERCK recouverte d'un gel de silice 60 F 2S4 de 0,25 mm d'épaisseur pour la phase directe. La révélation a été réalisée par pulvérisation d'une solution de ninhydrine ou de molybdate de cérium, suivi d'un chauffage de la plaque.

Les purifications par chromatographie sur colonne ont été effectuées en phase liquide sur colonne ouverte. La phase stationnaire utilisée est le gel de silice Merck 60 (70-230 mesh ASTM) (0,063-0,200 μπι).

Les spectres de RMN du proton (1H) et du carbone ( 13 C) ont été réalisés sur des spectromètres Bruker Advance 300. Les valeurs des déplacements chimiques (δ) sont exprimées en partie par million (ppm). Les constantes de couplage J sont exprimées en Hertz (Hz). La multiplicité des signaux est indiquée à l'aide des abréviations suivantes :

s = singulet d = doublet dd= doublet de doublet t = triplet m = multiplet

Les spectres de masse ont été réalisés sur un spectromètre de masse de type Q-Tof Tandem en polarité positive. Les échantillons sont ionisés par électrospray avec détection RID. D'autres spectres ont été effectués sur un spectromètre WATERS ZQ en mode électrospray également. Les composés ont été préalablement dissous dans du méthanol.

Exemple 1 : Préparation d'un com osé la de formule

De la propargylamine (0,71 g ; 2,5 mmol) est mélangée à 3 g d'alumine neutre (A1 2 0 3 ). Les réactifs sont broyés dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis 2,21 g de L-rhamnose monohydrate (12,2 mmol) sont ajoutés dans le mortier. Le mélange ainsi formé est broyé à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes type vibrationnel Spex 8000M et agitée pendant lh3Q.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 200 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritté comportant 50 g de silice et lavé avec 100 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide jaune est obtenu.

Un lavage avec 10 mL de diéthyl éther à 40°C permet d'obtenir 2,3 g (94%) d'un composé la sous forme d'une poudre jaune-pâle.

Mélange d'isomères α, β : α/β : 88/12 ;

Isomère a : RMN 1H (CD 3 OD) : δ 4.18 (d, 1H, J - 1.1 Hz, H-l) ; 3.79 (dd, 1H, J = 3.4, 1.0 Hz, H-2) ; 3.61 (dd, 1H, J- 16.4, 2.6 Hz, -HN-C%-) ; 3.52 (dd, 1H, J= 16.4, 2.6 Hz, -HN-CHr) ; 3.42 (dd, 1H, J= 9.2, 3.3 Hz, H-3) ; 3.29 (t, 1H, J = 9.2 Hz, H-4) ; 3.18 (dq, 1H J= 9.2, 6.0 Hz, H-5) ; 2.57 (t, 1H, J= 2.5 Hz, HC≡C-) ; 1.28 (d, 3H, J = 6.1 Hz, H-6).

RMN 13 C (CD 3 OD) : δ 86.7 (C-l), 82.1 (HC≡C-) ; 75.8 (C-3), 74.6 (C-5), 74.0 (C-4), 72.8 (C-2 + HC≡C-), 34.6 (~HN-C¾-), 18.1 (C-6).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] calculée pour CgH t sNC^ : m/z 202.1035 trouvée m/z 202.1070.

Exemple 2 : Préparation d'un composé Ib de formule :

De la butylamine (0,45 g ; 6,1 mmol) est mélangée à 1,5 g de silice (Si0 2 ). Les réactifs sont broyés dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis 1 g de L-rhamnose monohydrate (5,5 mmol) est ajouté dans le mortier. Le mélange ainsi formé est broyé à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes type vibrationnel Spex 8000M et agitée pendant lh30.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritté comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide blanc-cassé est obtenu.

Un lavage avec 10 mL de diéthyl éther à 40°C, suivi d'une filtration sur fritté, permet d'obtenir 1,15g (86%) d'un composé Ib sous forme de poudre blanche.

Mélange d'isomères α, β : α/β : 94/6 ;

Isomère a : RMN 1H (CD 3 OD) : S 4.04 (d, 1H, J = 1.1 Hz, H-l) ; 3.78 (dd, 1H, J - 3.3, 1.1 Hz, H-2) ; 3.40 (dd, 1H, J = 9.2, 3.3 Hz, H-3) ; 3.28 (t, 1H, J = 9.2 Hz, H-4) ; 3.17 (dq, J = 9.1, 6.0 Hz, 1H, H-5) ; 2.93 (ddd, 1H, J = 11.6, 8.3, 6.5 Hz, -HN-C¾-) ; 2.59 (ddd, 1H, J = 11,6, 8.4, 5.9 Hz, -HN-C¾-) ; 1.58-1.30 (m, 4H, -CH 2 -CH 2 -) ; 1.27 (d, 3H, J - 6.0 Hz, H-6) ; 0.94 (t, 3 H, J= 7.2 Hz, C¾-CH 2 ).

RMN I3 C (CD 3 OD) : Ô 88.4 (C-l), 76.0 (C-3), 74.7 (C-5), 74.1 (C-4), 73.1 (C-2), 46.0 (-HN-CH», 33.2 (-HN-CH 2 -Ci¾-), 21.5 (-C¾-CH 3 ), 18.1 (C-6), 14.3 (C¾-C¾).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour CjoH 21 N0 4 : m/z 220.1549, trouvée m/z 220,1546.

Exemple 3 : Préparation d'un composé le de formule :

De l'octylamine (0,79 g ; 6,1 mmol) est mélangée à 1,5 g de silice (Si0 2 ). Les réactifs sont mélangés et broyés dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis 1 g de L- rhamnose monohydrate (5,5 mmol) est ajouté dans le mortier. Le mélange ainsi formé est broyé à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes supplémentaires, puis introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes type vibrationnel Spex 8000M et agitée pendant lh30. Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritte comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide blanc-cassé est obtenu.

Un lavage avec 10 mL de diéthyl éther à 40°C suivi d'une filtration sur fritté permet d'obtenir 1 ,29 g (85%) d'un composé ïc sous forme de poudre blanche.

Mélange d'isomères α, β ; α/β : 93/7 ;

Isomère a : RMN H (CD 3 OD) : δ 4.04 (d, 1H, J = 1.1 Hz, H-l) ; 3.78 (dd, 1H, J = 3.3, 1.1 Hz, H-2) ; 3.40 (dd, 1H, J = 9.2, 3.3 Hz, H-3) ; 3.28 (t, 1H, J = 9.2Hz, H-4) ; 3.18 (dq, 1H, J - 9.2, 6.0 Hz, H-5) ; 2.91 (ddd, 1H, J - 11.6, 8.4, 6.4 Hz, -HN-t¾-) ; 2.59 (ddd, 1H, J - 11.6, 8.4, 5.9 Hz, -HN-C¾-) ; 1.61-1.41 (m, 2H, -NH 2 -C¾-C¾-) ; 1.40-1.29 (m, 10H, -CH 2 -CH 2 -) ; 1.28 (d, 3H, J- 5.9 Hz, H-6) ; 0.90 (t, 3 H, J= 6.8 Hz, C¾-CH 2 -).

RMN !3 C (CD 3 OD) : δ 88.4 (C-l), 76.0 (C-3), 74.6 (C-5), 74.1 (C-4), 73.1 (C-2), 46.3 (-HN-0¾-), 33.0, 31.0, 30.6, 30.4, 28.4, 23.7 (-CH 2 -CH 2 -) ; 18.1 (C-6), 14.4 (C¾-CH 2 -).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour Ci 4 H 29 N0 4 : m/z 276.2175, trouvée m/z 276.2182.

Exemple 4 : Préparation d'un composé Id de formule :

De la décylamine (1 g ; 6,6 mmol) est mélangée à 1,5 g de silice (Si0 2 ). Les réactifs sont ensuite mélangés et broyés dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis 1 g de L-rhamnose monohydrate (5,5 mmol) est ajouté dans le mortier. Le mélange ainsi formé est broyé à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes supplémentaires, puis introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre, La jarre est placée dans un broyeur à billes type vibrationnel Spex 8000M et agitée pendant h30.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritté comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide blanc-cassé est obtenu.

Un lavage avec 10 mL de diéthyl éther à 40°C suivi d'une filtration sur fritté permet d'obtenir 1,58 g (95%) d'un composé Id sous forme d'une poudre blanche.

Mélange d'isomères α, β : α/β : 91/9 ; Isomère α : RMN 1H (CD 3 OD) : δ 4.04 (d, 1Η, J = 1.1 Hz, H-l) ; 3.78 (dd, 1H, J = 3.3, 1.1 Hz, H-2) ; 3.40 (dd, 1H, J = 9.2, 3.3 Hz, H-3) ; 3.28 (t, 1H, J = 9.2 Hz, H-4) ; 3.17 (dq, 1H, J = 9.1, 6.0 Hz, H-5) ; 2.91 (ddd, 1H, J = 11.6, 8.5, 6.5 Hz, -HN-C¾-) ; 2.59 (ddd, 1H, J = 11.4, 8.4, 5.9 Hz, -HN-C¾-) ; 1.61-1.41 (m, 2H, -NH 2 -CH 2 -CH 2 -) ; 1.41-1.29 (m, 6H, -C¾-CH ) ; 1.27 (d, 3H, J - 5.9 Hz, H-6) ; 0.91 (t, 3H, J= 6.8 Hz, a¾-CH 2 -).

RMN 13 C (CD3OD) : δ 88.4 (C-l), 76.0 (C-3), 74.7 (C-5), 74.2 (C-4), 73.1 (C-2), 46.3 (-HN-CH2-), 32.9, 31.0, 28.1 , 23.7 (-CH 2 -CH 2 -), 18.1 (C-6), 14.4 (C¾-CH 2 -).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour C 12 H 25 N0 4 : m/z 248.1862, trouvée m/z 248.1864.

Exemple 5 : Préparation d'un composé le de formule :

De la dodécylamine (1,18 g ; 6,3 mmol) est mélangée à 1 g de silice (Si0 2 ). Les réactifs sont mélangés et broyés dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis 1 g de L-rhamnose monohydrate (5,5 mmol) est ajouté dans le mortier. Le mélange ainsi formé est broyé à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes supplémentaires, puis est introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant lh30.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritté comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide blanc est obtenu.

Un lavage avec 10 mL de diéthyl éther à 40°C permet d'obtenir 1,53g (85%) d'un composé le sous forme d'une poudre blanche.

Mélange d'isomères α, β : α/β : 91/9 ;

Isomère a : RMN ] H (CD 3 OD) : δ 4.04 (d, 1H, J= 0.9 Hz, H-l) ; 3.78 (dd, 1H, = 3.3, 1.1 Hz, H-2) ; 3.40 (dd, 1H, J - 9.2, 3.3 Hz, H-3) ; 3.28 (t, 1H, J - 9.2 Hz, H-4) ; 3.1 (dq, 1H, J- 9.1, 6.0 Hz, H-5) ; 2.91 (ddd, 1H, 7= 11.6, 8.4, 6.5 Hz, -HN-C¾-) ; 2.59 (ddd, 1H, J = 11.6, 8.4, 6.0 Hz, -HN-C2¾-) ; 1.60-1.39 (m, 2H, -HN-CH 2 -C¾-) ; 1.39-1.19 (m, 18H, - CH 2 -CH 2 -) ; 1.27 (d, 3H, J= 6.1 Hz, H-6) ; 0.90 (t, 3H, J= 6.8 Hz, C¾-CH 2 -). RMN 13 C (CD3OD) : δ 88.4 (C-l), 76.0 (C-3), 74.6 (C-5), 74.2 (C-4), 73.1 (C-2), 46.3 (-HN-C¾-) » 33.0, 31.0, 30.7, 30.6, 30.4, 28.4, 23.7 (-CH 2 -CH 2 -) 3 18.1 (C-6), 14.4 (C2¾- C¾).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour CigH 37 N0 4 ; m/z 332.2801 trouvée m/z 332.2816.

Exemple 6 : Préparation d'un composé If de formule :

De la 1 ,8-diaminooctane (0,5 g ; 3,49 mmol) est mélangée à 1,26 g de L-rhamnose monohydrate (6,93 mmol) dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant 3h20.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol, puis évaporé sous pression réduite pour obtenir 1,45 g (96%) d'un composé If sous forme d'une poudre blanche.

Mélange d'isomères α,α β,β : α/β : 82/18 ;

Isomère α,α : RMN Ή (DMSO-<¾): ê 4.61 (d, 2H, J = 4.9 Hz, OH-4 ) ; 4.53 (d, 2H, J - 5.0 Hz, OH-2), 4.50 (d, 2H, J = 5.7 Hz, OH-3), 3.89 (s, 2H, H-l), 3.53 (t, 2H, J = 3.7 Hz, H-2), 3.23-3.15 (m, 2H, H-3) ; 3.14-2.93 (m, 4H, H-4, H-5), 2.86-2.72 (m, 2H, -HN-C2¾-) ; 2.52-2.38 (m, 2H, -HN-C%-) ; 2.08 (s ; 2H, -NH-) ; 1.45-1.30 (m, 4H, -C¾-C¾-NH-), 1.30-1.20 (m, 8H, -CH 2 -CH 2 -) ; 1.12 (d, 6H, J-6.0 Hz, H-6).

RMN 13 C (DMSO-<fc) : S 87.2 (C-l), 74.4 (C-3), 72.5 (C-5), 72.4 (C-4), 71.6 (C-2), 44.9 (-HN-CH2-), 30.0, 29.0, 26.8 (-C¾-C¾-), 18.1 (C-6).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour C20H40N2O8 : m/z 437.2866 trouvée m/z 437.2872. Exemple 7 : Préparation d'un composé Ig de formule :

Du 1,10-diaminodécane (0,5 g ; 2,9 mmol) est mélangé à 1,06 g de L-rhamnose monohydrate (5,8 mmol) dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis le mélange est introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnei type Spex 8000M et agitée pendant 3h20.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol puis évaporé sous pression réduite pour obtenir 1,29 g (96%) du composé ïf sous forme d'une poudre blanche.

Mélange d'isomères α,α et β,β : α,α/β,β : 84/16 ;

Isomère α,α ; RMN 1H (DMSO-μ) : δ 4.61 (d, 2H, J = 4.6 Hz, OH-4) ; 4.54-4.49 (m, 4H, OH-2 + OH-3) ; 3.88 (s, 2H, H-l), 3.60-3.49 (m, 2H, H-2), 3.18-3.14 (m, 2H, H-3) ; 3.10- 2.93 (m, 4H, H-4, H-5), 2.84-2.70 (m, 2H, -HN-C¾-) ; 2.51-2.36 (m, 2H, -HN-C¾-) ; 2.08 (s, 2H, -NH-) ; 1.42-1.30 (m, 4H, -CJ¾-CH 2 -NH-), 1.29-1.19 (m, 12H, -CH 2 -CH 2 ~), 1.12 (d, 6H, J=5.8 Hz, H-6).

RMN 13 C (DMSO-<¾) : δ 87.2 (C-l), 74.4 (C-3), 72.5 (C-5), 72.4 (C-4), 71.6 (C-2), 44.9 (-HN-C¾-), 30,0, 29.0, 26.8 (-CH 2 -CH 2 -), 18.1 (C-6).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour C 22 H 4 N 2 0g : m/z 465.3179 trouvée m/z 465.3176.

Exemple 8 : Préparation d'un composé Ih de formule :

Du 1 ,12-diaminododécane (1 g ; 5 mmol) est mélangé à 1,81 g de L-rhamnose monohydrate (10 mmol) dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes. Le mélange est ensuite introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant 3h20.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol, puis évaporé sous pression réduite pour obtenir 2,4 g (98%) du composé Ih sous forme d'une poudre blanche.

Mélange d'isomères α,α β,β : α,α/β,β : 89/1 1 ;

Isomère α,α : RMN S H (CD 3 OD) : ô 4.04 (d, 2H, J = 1.1 Hz, H-l) ; 3.78 (dd, 2H, J = 3.3, 1.1 Hz, H-2) ; 3.40 (dd, 2H, J = 9.2, 3.5 Hz, H-3) ; 3.28 (t, 2H, J = 9.0 Hz, H-4) ; 3.17 (dq, 2H, J = 9.1, 6.0 Hz, H-5) ; 2.91 (ddd, 2H, J = 11.6, 8.4, 6.5 Hz, -HN-C¾-) ; 2.59 (ddd, 2H, J = 11.6, 8.3, 5.9 Hz, -HN-C3¾-); 1-60-1.42 (m, 4H, -C¾-CH 2 -NH-) ; 1.41-1.29 (m, 16H, -CH 2 -CH 2 -) 1.28 (d, 6H, J- 5.9 Hz, H-6).

RMN 13 C (CD 3 OD) : δ 88.4 (C-l), 76.0 (C-3), 74.7 (C-5), 74.2 (C-4), 73.1 (C-2), 46.3 (-HN-C¾-). 31.0, 30.7, 30.6, 28.4 (-CH 2 -CH 2 -), 18.1 (C-6).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour C 24 H4gN 2 Os : m/z 493.3513 trouvée m/z 493.3492.

Exemple 9 : Préparation d'un composé li de formule :

Du 1,12-diaminododécane (l g ; 5 mmol) est mélangé à 0,90 g de L-rharnnose monohydrate (4,9 mmol) dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis introduit dans une jarre en inox muni de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant 3h20.

Le brut est purifié par chromatographie sur gel de silice avec un mélange dichlorométhane/méthanol dont les proportions varient graduellement de 100/0 à 50/50 pour obtenir 1,31g (76%) d'un composé Ii sous forme d'une poudre blanche.

Mélange d'isomères α, β : /β : 93/7 ;

Isomère a : RMN 1H (CD 3 OD) : δ 4.04 (d, 1Η, /= 1.1 Hz, H-l) ; 3.78 (dd, 1H, .7= 3.3, 0.9 Hz, H-2) ; 3.40 (dd, 1H, J - 9.2, 3.3 Hz, H-3) ; 3.28 (t, 1H, J = 9.2 Hz, H-4) ; 3.18 (dq, 1H, J = 9.2, 5.9 Hz, H-5) ; 2.91 (ddd, 1H, J - 11.6, 8.4, 6.6 Hz, -HN-C¾-) ; 2.66-2.50 (m, 3H, -HN-C¾- + -C¾-NH 2 ) ; 1.57-1.40 (m, 4H, -C¾-CH 2 -NH- + -C¾-CH 2 -NH 2 ) ; 1.40- 1.29 (m, 16H, -CH 2 -CH 2 -) ; 1.27 (d, 3H, J - 5.9 Hz, H-6). RMN 13 C (CD 3 OD) : δ 88.4 (C-l), 76.0 (C-3), 74.7 (C-5), 74.2 (C-4), 73.1 (C-2), 46.3 (-HN-CHr), 42.5 (-HN-C¾-), 33.7, 31.0, 30.7, 30.6, 28.4, 28.0 (-CH 2 -CH 2 -), 18.1 (C-6).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour ^8Η 38 Ν 2 θ4 : m/z 347.2910 trouvée m/z 347.2903.

Exemple 10 : Préparation d'un composé Ij de formule :

De la dodécylamine (1,13 g ; 6,2 mmol) est mélangée à 1 g de silice (Si0 2 ). Les réactifs sont ensuite mélangés et broyés dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis 1 g de glucose (5,5 mmol) est rajouté dans le mortier. Le mélange ainsi formé est broyé par le pilon pendant 2 minutes supplémentaires, puis est introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant lh30.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritté comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide blanc est obtenu.

Un lavage avec 10 mL de diéthyl éther à 40°C permet d'obtenir 1,56g (81%) du composé Ij sous forme d'une poudre blanche.

Les spectres RMN H et C du composé Ij sont conformes à ceux décrits dans la littérature (Muhizi et al, Carbohydrate Research, 2008, 343, 2369-2375).

Mélange d'isomères α, β : le ratio n'a pas été déterminé précisément, toutefois l'isomère β est majoritaire.

Isomère β : RMN Ή (DMSO-^) : S 4.81 (d, 1H, J = 4.5 Hz, OH-3); 4.77 (d, 1H, J = 4.8 Hz, OH-4); 4.42 (d, 1H, J = 4.2 Hz, OH-2); 4.32 (t, 1H, J = 5.8 Hz, OH-6); 3.67-3.61 (m, 2H, H-l + H-6a) ; 3.44-3.36 (m, 1H, H-6b) ; 3.11 (dt, 1H, J = 8.7, 4.4 Hz, H-3); 3.02-2.98 (m, 2H, H-4 + H-5) ; 2.95 (td, 1H, J = 8.6; 4.1 Hz, H-2) ; 2.80-2.70 (m, 1H, -HN-C¾-) ; 2.52- 2.44 (m, 1H, -HN-C3¾-) ; 2.14 (bs, 1H, NH) ; 1.42-1.32 (m, 2H, + -CJ¾-C¾- H-) ; 1.29- 1.17 (m, 18H, -CH 2 -CH 2 -) ; 0.85 (t, 3H, J= 6.5 Hz, C¾-CH 2 -).

RMN 13 C (DMSO-<fc) : δ 90.8 (C-l), 77.6 (C-3), 77.4 (C-5), 73.5 (C-2), 70.6 (C-4), 61.4 (C-6), 45.5 (-HN-CH», 31 -3, 30.0, 29.0, 28.7, 26.8, 22.1 (-CH 2 -CH 2 -), 13.9 (C¾-CH 2 -) Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] calculée pour Ci 8 H 37 NOs : m/z 348.2750 trouvée m/z 348.2758.

Exemple 11 : Préparation d'un composé ïk de formule ;

De la dodécylamine (1,13 g ; 6,2 mmol) est mélangée à 1 g de silice (Si<¾). Les réactifs sont ensuite mélangés et broyés dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes. 1 g de galactose (5,5 mmol) est ajouté dans le mortier. Le mélange est broyé par le pilon pendant 2 minutes supplémentaires, puis introduit dans une jarre en inox muni de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant lb.30.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol puis filtré sur un fritte comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide blanc est obtenu.

Un lavage avec 10 mL de diéthyl éther à 40°C permet d'obtenir 1,70g (89%) du composé Ik sous forme d'une poudre blanche.

Les spectres RMN 1H et 13 C du composé Ik sont conformes à ceux décrits dans la littérature ( eto et al, J. Agric. Food Chem., 2012, 60, 10516-10522).

Mélange d'isomères α, β : le ratio n'a pas été déterminé précisément, mais l'isomère β est majoritaire.

Isomère β : RMN ! H (CD 3 OD) : ô 3.85 (dd, 1H, J = 9.7, 3.6 Hz, H-4), 3.78 (d, 1H, J = 8.4 Hz, H-l) 3.73-3.65 (m, 2H, H-6a, H-6b), 3.49-3.31 (m, 3H, H-2, H-3, H-5), 2.97-2.79 (m, 1H, -HN-CHr), 2.68-2.52 (m, 1H, -HN- ¾-), 1.58-1.41 (m, 2H, -G¾-CH 2 -NH-) ; 1.39- 1.17 (m, 18H, -CH 2 -CH 2 -), 0.90 (t, 3H, J= 6.6 Hz, C¾rCH 2 -).

RMN 13 C (CD 3 OD) : δ 92.5 (C-l), 77.5-75.8 (2s, C-3, C-5), 72.5 (C-2), 70.7 (C-4),

62.7 (C-6), 47.2 (-HN-C¾-), 33.1, 31.2, 30.8, 30.5, 28.4, 23.7 (-CH 2 -CH 2 -), 14.4 (CJ¾-CH 2 -)

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour : m/z 348.2750 trouvée m/z 348.2757. Exemple 12 : Pré aration d'un composé II de formule :

De la dodécylamine (0,56 g ; 3,05 mmol) est mélangée à 1 g de maîtose monohydrate (2,77 mmol) dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis introduit dans une jarre en inox muni de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant 3h.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 100 mL d'éthanol. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, un solide blanc-cassé est obtenu.

Un lavage avec 20 mL de diéthyl éther à 40°C permet d'obtenir 1,24g (88%) du composé II sous forme d'une poudre beige.

Mélange d'isomères α, β : α/β : 10/90

Isomère β : RMN Ή (CD 3 OD) : S 5.19 (d, 1H, J = 3.6 Hz, Η-Γ) ; 3.91-3.80 (m, 4H, H-l , H-6a et H-6') ; 3.76-3.60 (m, 4H, H-3, H-3' } H-5 et H-6b) ; 3.58 (t, 1H, J ~ 9.3 Hz, H- 4') ; 3.50 (dd, 1H, J = 9.6, 3.6 Hz, H-2') ; 3.39-3.36 (m, 1H, H-5') ; 3.32 (t, 1H, J = 9.6 Hz , H-4) ; 3.17 (t, 1H, J = 8.7 Hz, H-2) ; 2,97-2.88 (m, 1H, -HN-C¾-) ; 2.69-2.60 (m, 1H, -HN- CHr) ; 1.59-1.21 (m, 20H, -CH 2 -CH 2 -) ; 0.90 (t, 3H, /= 6.5 Hz, C¾-CH 2 -).

RMN Î3 C (CD 3 OD) : δ 102.9 (C-Γ), 91.8 (C-l), 81.6 (C-4'), 78.6 (C-3 1 ), 77.5 (C-5 5 ), 75.0 (C-3), 74.7 (C-5), 74.5 (C-2), 74.1 (C-2 1 ), 71 -5 (C-4), 62.7 (C-6), 62.2 (C-6'), 47,2 (-HN- CHr), 33.0, 31.0, 30.7, 30.4, 28.4, 23.7 (-CH 2 -CH 2 -) 5 14.4 (CJ¾-C¾-).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour C 2 4H4 7 NOio : m/z 510.3249 trouvée m/z 510.3257.

Exemple 13 : Préparation d'un composé Im de formule :

De la dodécylamine (0,56 g ; 3,05 mmol) est mélangée à 1 g de lactose monohydrate (2,77 mmol) dans un mortier à l'aide d'un pilon pendant 2 minutes, puis introduit dans une jarre en inox muni de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant 6h.

Le brut réactionnel est dissous à reflux dans 150 mL d'éthanol, puis refroidi lentement jusqu'à température ambiante. Le mélange est filtré sur Célîte ® . Après évaporation de Féthanoî sous pression réduite, un solide blanc est obtenu. Le procédé est repris deux fois.

Un lavage avec 20 mL de diéthyl éther à 40°C permet d'obtenir 0J7g (55%) du composé Im sous forme d'une poudre blanche.

Mélange d'isomères α, β : α/β : 31/69

Isomère β : RMN Ή (P r-i¼) : δ 5.19 (d, 1H, J= 8.1 Hz, Η-Γ) ; 4.59-4.42 (m, 5H, H- 2\ H-5, H-6b et H-6*) ; 4.40-4.33 (m, 2H, H-l et H-6b) ; 4.26-4.20 (m, 2H, H-3 et H-4') ; 4.17-4.09 (m, 2H, H-3' et H-4) ; 3.87-3.78 (m, 1H, H-2) ; 3.16-3.07 (m, 1H, -HN-C¾-) ; 2.82-2.70 (m, 1H, -H -C¾-) ; 1.59-1.11 (m, 20H, -CH 2 -CH 2 ~) ; 0.86 (t, 3H, J = 6.6 Hz, ¾-CH 2 -).

RMN 13 C (Pyr-<fc) : δ 105.6 (C-l * ), 91.8 (C-l), 82.4 (C-4'), 77.0 (2s 5 C-3 et C-4), 74.9 (C-3'), 74.6 (C-2), 72.2 (C-2'), 69.8 (2s, C-5 et C-5'), 62.3 (C-6'), 61.8 (C-6), 46.5 (-HN- C¾-), 31.8, 30.3, 29.7, 29.4, 27.4, 22.7 (-CH 2 -CH 2 -), 14.0 (C¾-CH 2 -).

Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] + calculée pour C 2 4H 47 NOio : m/z 510.3249 trouvée m/z 510.3272.

Exemple 14 : Préparation 'un composé Ha de formule :

De l'iodométhane (0,88 g ; 6,2 mmol) est mélangé à 1,5 g de silice (Si0 2 ). 0,5 g (2,4 mmol) du composé la (Exemple 1) est ensuite ajouté à ce mélange, puis introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant 5h.

Le brut réactionnel est dissous dans 50 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritté comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de l'éthanol sous pression réduite, une huile jaune est obtenue. Le produit brut obtenu est ensuite dissous dans 5 mL d'anhydride acétique et 0,03 g de trifiuorométhanesulfonate (triflate) de cérium est ajouté. Le mélange est agité à 50°C pendant 2h. La solution est séchée sous pression réduite, puis diluée avec 30 mL d'eau. Les produits secondaires formés sont extraits 3 fois avec 30 mL d'acétate d'éthyle. La phase aqueuse est séchée par lyophilisation. Le produit obtenu est purifié par chromatographie sur colonne sur gel de silice (avec un mélange dichlorométhane/méthanol : 8/2) pour obtenir 0,43 g (49%) d'un composé lia se présentant sous la forme d'une huile jaune.

Mélange d'isomères α, β : le ratio n'a pas été déterminé précisément, mais l'isomère a est majoritaire.

Isomère a : RMN 1H (D 2 0) : ô 5.28 (m, 1H, H-3) ; 5.21 (t, 1H, J= 2.3 Hz, H-4) ; 5.10

(d, 1H, J= 0.8 Hz, H-l) ; 4.88 (dd, 1H, J= 2.7, 0.8 Hz, H-2) ; 4.65-4.36 (dd, 2H, J= 5.8, 2.4 Hz, -N-C¾-) ; 4.13-4.02 (m, 1H, H-5) ; 3.42 (s, 3H, -N(0¾) 2 ) ; 3.40 (m, 4H, -N(C¾) 2 et HOC-) ; 3.06 (s, 3H, C¾CO-) ; 2.22-2.19 (3s, 9H, CH 5 CO-) ; 1.42 (d, 3H, J- 6.2 Hz, H-6).

RMN 13 C (D 2 0) : δ 172.6, 172.1, 172.0 (CO) ; 90.8 (C-l), 73.6 (C-5), 72.5 (C-3), 69.9 (C-3 et HOC), 64.8 (C-2), 53.7 (-N-C¾~), 48.4, 47.7 (-N(C¾) 2 ), 41.83 (C¾CO-) ; 19.9 (C¾-CO-) ; 16.0 (C-6).

Spectrométrie de masse basse résolution: m/z [M] + masse calculée - 356,1704

masse mesurée = 355,8

Exemple Î5 : Préparation 'un composé lïb de formule

De Piodométhane (0,81 g ; 5,7 mmol) est mélangé à 1,5 g de silice (Si0 2 ). 0,5 g (2,3 mmol) du composé Ib (Exemple 2) est ensuite ajouté à ce mélange, puis introduit dans une jarre en inox munie de 4 billes en inox de 13 mm de diamètre. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type Spex 8000M et agitée pendant 5h.

Le brut réactionnel est dissous dans 50 mL d'éthanol, puis filtré sur un fritté comportant 50 g de silice et lavé avec 50 mL d'éthanol chaud. Après évaporation de Féthanol sous pression réduite, une huile incolore est obtenue.

Le produit brut obtenu est ensuite dissous dans 5 mL d'anhydride acétique et 0,03 g de trifiuorométhanesulfonate (triflate) de cérium est ajouté. Le mélange est agité à 50°C pendant 2h. La solution est séchée sous pression réduite, puis diluée avec 30 mL d'eau. Les produits secondaires formés sont extraits 3 fois avec 30 mL d'acétate d'éthyle. La phase aqueuse est séchée par lyophilisation. Le produit obtenu est purifié par chromatographie sur colonne sur gel de silice (avec un mélange dichlorométhane/méthanol : 8/2) pour obtenir 0,38 g (44%) d'un composé ïïb se présentant sous la forme d'une huile jaune-pâle.

Mélange d'isomères α, β : le ratio n'a pas été déterminé précisément, toutefois l'isomère a est majoritaire.

Isomère a : RMN Ή (D 2 0) : δ 6.0 (d, 1H, J = 2.8 Hz, H ) ; 5.36 (dd, 1H, J = 2.8, 10.80 Hz, H-2) ; 5.21 (t, 1H, J= 10.0 Hz, H-3) ; 5.18 (m, 1H, H-4) ; 4.21-4.13 (m, 1H, H-5) ; 3.60-3.39 (m, 2H, -N-CJ¾-) ; 3.26-3.21 (2s, 6H, -N(CϾ) 2 ) ; 2.39-2.21, 2.10 (3s, 9H, CH 3 - CO-) ; 1,83-1.40 (m, 4H, -CH 2 -CH 2 -), 1.47 (d, 3H, J = 6.1 Hz, H-6), 1.06 (t, 3H, J= 7.4 Hz, CH r R 2 ).

RMN C (D 2 0) : δ 171.8, 171.6 (CO) ; 90.0 (C-l) ; 74.2 (C-5) ; 71.6 (C-3) ; 69.9 (C- 4) ; 66.1 (C-2) ; 64.8 (-N-C%-) ; 49.1, 47.7 (-N-(CJ¾) 2 ) ; 24.0, 19.1 (-CH 2 -CH 2 -) ; 20.2, 20.0, 19.7 (C¾-CO); 16.5 (C-6) ; 12.7 (-CH 2 -CH ).

Spectrométrie de masse basse résolution : m/z [M] + masse calculée = 374,2173

masse mesurée = 373,9

Exemple 16 : Préparation d'un composé IHa de formule

Dans une jarre en inox munie de 20 billes en inox (7 billes de 6 mm et 13 billes de 4 mm), sont introduits 0,50 g (1,5 mmol) de composé le (Exemple 5), 0,057 g (1,5 mmoî) de borohydrure de sodium (NaBH 4 ) et 0,184 g (1,5 mmol) d'acide benzoïque. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type spex 8000M et agitée pendant 10 minutes. 0,1 mL d'éthanol absolu est ensuite ajouté, et la jarre est à nouveau placée dans un broyeur à billes et agitée pendant 15 minutes.

Le brut réactionnel est dissous dans 20 mL de méthanol et introduit dans un ballon de 100 mL muni d'un barreau aimanté. 1 mL d'acide chlorhydrique (37%) est ajouté et le milieu réactionnel est agité à température ambiante pendant lh. Il se forme un précipité blanc, qui est filtré sur fritté. Le précipité isolé est introduit dans un ballon de 100 mL muni d'un barreau aimanté avec 25 mL de méthanol. Le mélange est ensuite traité sur une résine échangeuse d'anîons Amberlite IRA 402-OH " , à température ambiante pendant 2h. Après fïltration sur fritte, le solvant est éliminé sous pression réduite pour donner 0,32 g (62%) du composé Illa sous forme d'une poudre blanche.

RMN 1H (Pyr- j) : Ô 4.72 (d, 1H, J - 7.0 Hz, H-3), 4.54-4.22 (m, 2H, H-2 et H-5), 4.29 (d, 1H, J = 7.4 Hz, H-4), 3.41 (qd, 2H, J= 5.9, 11.6 Hz, -C¾- H-), 2.71-2.61 (m, 2H, - NH-C¾-CH 2 ), 1.69 (d, 3H, J= 6.1 Hz, H-6), 1.50-1.15 (m, 20H, -CH 2 -CH 2 ), 0.88 (t, 3H, J =

RMN Î3 C (P r-ifc) ; Ô 75.3 (C-4), 74.1 (C-3), 70.5 (C-2), 69.4 (C-5), 54.3 (-C¾-NH- ), 50.1 (~HN-C¾-CH 2 ), 31.8, 30.2, 29.6, 29.3, 27.4, 22.7 (-CH 2 -CH 2 -), 21.4 (C-6), 14.0 (- CH 2 -C¾).

Spectroraétrie de masse basse résolution [M+Na] + calculée pour C] 8 H 39 N0 : m/z 356.2879 trouvée m/z 356.2

Exemple 17 : Préparation d'un composé Illb de formule :

Dans une jarre en inox munie de 20 billes en inox (7 billes de 6 mm et 13 billes de 4 mm), sont introduits 0,45 g (1 ,29 mmol) de composé Ij (Exemple 10), 0,049 g (1,29 mmol) de borohydrure de sodium (NaBH 4 ) et 0,160 g (1,29 mmol) d'acide benzoïque. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type spex 8000M et agitée pendant 10 minutes.

0,2 mL d'éthanol absolu est ensuite ajouté, et la jarre est à nouveau placée dans un broyeur à billes et agitée pendant 15 minutes.

Le brut réactionnel est dissous dans 20 mL de méthanol et introduit dans un ballon de 100 mL muni d'un barreau aimanté. 1 mL d'acide chlorhydrique (37%) est ajouté et le milieu réactionnel est agité à température ambiante pendant lh. Il se forme un précipité blanc, qui est filtré sur fritté.

Le précipité isolé est introduit dans un ballon de 100 mL muni d'un barreau aimanté avec 25 mL de méthanol. Le mélange est ensuite traité sur une résine échangeuse d'anions Amberlite IRA 402-OH ' , à 55°C pendant 3h. Après fïltration sur fritté, le solvant est éliminé sous pression réduite pour donner 0,186 g (41%) du composé IHb sous forme d'une poudre blanche.

RMN Ή (Pyr- j) : δ 4.76 (dd, 1H, J - 1.0, 4.8 Hz, H-3), 4.65-4.59 (m, 1H, H-5), 4.56-4.55 (m, 1H, H-6a), 4.54-4.47 (m, 2H, H-2 et H-4), 4.39 (dd, 1 H, J = 5.7, 10.7 Hz, H- 6b), 3.24 (qd, 2H, J= 4.3, 11.6 Hz, -C¾-NH-), 2.67-2.51 (m, 2H, -NH-C¾-CH 2 ), 1.50-1.15 (m, 20H, -CH 2 -C¾), 0.93 (t, 3H, J= 6.5 Hz, -CH 2 -CH».

RMN 13 C Pyr-ds) : δ 72.6 (C-5), 72.4 (C-2 et C-4), 72.3 (C-3), 65.4 (C-6), 51.7 (- CH2-NH-), 50.0 (-HN-C¾-CH 2 ), 31.8, 30.0, 29.6, 29.3, 22.7 (-CH 3 -C¾-), 14.0 (-CH 2 -C¾).

Spectrométrie de masse basse résolution [M+Na] + calculée pour C18H39NO5 : m/z 372,2828 trouvée m/z 372.2

Exemple 18 : Préparation d'un com osé IIIc de formule :

Dans une jarre en inox munie de 20 billes en inox (7 billes de 6 mm et 13 billes de 4 mm), sont introduits 0,50 g (1,44 mmoi) de composé Ik (Exemple 1 1), 0,054 g (1,44 mmol) de borohydrare de sodium (NaBH 4 ) et 0,176 g (1,44 mmol) d'acide benzoïque. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type spex 8000M et agitée pendant 10 minutes.

0,2 mL d'éthanol absolu est ensuite rajouté, et la jarre est à nouveau placée dans un broyeur à billes et agitée pendant 15 minutes.

Le brut réactionnei est dissous dans 20 mL de méthanoî et introduit dans un ballon de

100 mL muni d'un barreau aimanté. 1 mL d'acide chlorhydrique (37%) est ajouté et le milieu réactionnei est agité à température ambiante pendant lh. Il se forme un précipité blanc, qui est filtré sur fritté.

Le précipité isolé est introduit dans un ballon de 100 mL muni d'un barreau aimanté avec 25 mL de méthanol. Le mélange est ensuite traité sur une résine échangeuse d'anions Amberlite IRA 402-OH " , à 55°C pendant 3h. Après fiitration sur fritté, le solvant est éliminé sous pression réduite pour donner 0,201 g (40%) du composé IIIc sous forme d'une poudre blanche.

RMN 1H (Pyr-rfj) <S 4.86-4.82 (m, 1H, H-5), 4.72-4.66 (m, 1H, H-2), 4.63 (dd, 1H, J =1.4, 8.5 Hz, H-3), 4.46 (dd, 1H, J= 2.2, 8.5 Hz, H-4), 4.37 (d, 2H, J - 5.9Hz, H-6), 3.21 (d, 2H, J = 5.5 Hz, -C¾-NH-), 2.67-2.58 (m, 2H, -NH-CH 2 -CH 2 ), 1.50-1.16 (m, 20H, -C¾- CH 2 ), 0.87 (t, 3H, J - 6.5 Hz, -CH 2 -Ct¾).

RMN 13 C (Pyr-i¾) : Ô 74.2 (C-4), 72.0 (C-3 et C-5), 69.8 (C-2), 65.0 (C-6), 54.3 (- C¾-NH-) 5 50.2 (-H -C¾-CH 2 ), 3 L8 > 0 - > 29 · 6 > 29 - 3 > 27 A 22 (-CH 2 -CH 2 -), 14.0 (-CH 2 - CH 3 ).

Spectrométrie de masse basse résolution [M+Na] calculée pour C 18 H 39 NO 5 : m/z 350,2828 trouvée m/z 350.3

Exemple 19 : Préparation d'un composé ÏÏId de formule :

Dans une jarre en inox munie de 20 billes en inox (7 billes de 6 mm et 13 billes de 4 mm), sont introduits 0,52 g (1,51 mmol) de composé li (Exemple 9), 0,057 g (1,51 mmol) de borohydrure de sodium (NaBH 4 ) et 0,187 g (1 ,51 mmol) d'acide benzoïque. La jarre est placée dans un broyeur à billes vibrationnel type spex 8000M et agitée pendant 10 minutes. 0,2 mL d'éthanol absolu est ensuite ajouté, et la jarre est à nouveau placée dans un broyeur à billes et agitée pendant 15 minutes.

Le brut réactionnel est dissous dans 20 mL de méthanol et introduit dans un ballon de 50 mL muni d'un barreau aimanté. 1 mL d'acide chlorhydrique (37%) est ajouté et le milieu réactionnel est agité à température ambiante pendant 1 h. Il se forme un précipité blanc, qui est filtré sur iritté.

Le précipité isolé est introduit dans un ballon de 100 mL muni d'un barreau aimanté avec 25 mL de méthanol. Le mélange est ensuite traité sur une résine échangeuse d'anions Amberlite IRA 402-OH " , à 55°C pendant 3h. Après filtration sur iritté, le solvant est éliminé sous pression réduite pour donner 0,22 g (42%) du composé IlId sous forme de poudre blanche.

RMN 1H (CD 3 OD) : S 3.85-3.71 (m, 3 H, H-2, H-3 et H-5), 3.50 (d, 1H, J= 7.8 Hz, H- 4), 2.98-2.92 (m, 1H, -C¾-NH-), 2.72-2.55 (m, 5H, -C¾-NH-, -NH-C¾-CH 2 , -CH 2 -NH 2 ), 1.60-1.20 (m, 23H, -CH 2 -C¾- et H-6).

RMN !3 C (CD 3 OD) : δ 75.2 (C-4), 73.5 (C-2), 70.9 C-3), 68.7 (C-5), 53.8 (-C¾-NH- ), 50.6 (-HN- ¾-CH 2 ), 42.5 (-CH 2 -NH 2 ), 33.8, 30.7, 28.4, 28.0 (-CH 2 -CH 2 -), 14.0 (C-6). Spectrométrie de masse haute résolution HRMS [M+H] calculée pour C] 8 H oN 2 0 4 : m/z 349,2988 trouvée m/z 349,306.

Tests d'activité biologique des composés de formule (I) et (III) :

1/ Activité antibactérienne

L'activité antibactérienne des dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et de dérivés N-alkyl-glycamine de formule générale (III), synthétisés selon le procédé de l'invention a été évaluée sur trois bactéries de genres différents : Agrobacterium tumefaciens (Cha et al., 1998), Pectobacterium atrosepticum, et Dickeya dianthicola.

Agrobacterium tumefaciens est une alpha-protéobactéria, et Pectobacterium atrosepticu et Dickeya dianthicola sont des gamma-protéobactéria. Ce sont des bactéries rhizosphériques phytopathogènes. Agrobacterium tumefaciens est responsable d'une maladie appelée « galle du collet » qui se traduit par la formation d'une tumeur au site d'infection. Les bactéries du genre Agrobacterium sont résistantes à de nombreux antibiotiques de type bêta- lactame. Pectobacterium et Dickeya sont les agents bactériens responsables de la jambe noire et de la pourriture molle chez plusieurs plante-hôtes, principalement la pomme de terre et également d'autres plantes telles que l'endive, la betterave sucrière, la tomate ou encore la carotte.

Pour chaque molécule, la Concentration Minimale Inhibitrice (CMI), ainsi que la Concentration Minimale Bactéricide (CMB) a été évaluée.

La CMI est la plus faible concentration de molécules (en μg/mL) inhibant toute culture visible après 36h de culture à 30°C.

La CMB est la plus faible concentration de molécule (en μ /ιηί) laissant moins de

0,01% de survivants de l'inocuîum de départ après 36h de culture à 30°C.

Pour définir la CMI et la CMB de chaque molécule, des cultures de chacune de deux souches bactériennes sont mises en place selon le protocole suivant : 20 L d'une solution à 10 6 UFC/mL de bactérie (Agrobacterium tumefaciens ou Pectobacterium atrosepticum ou Dickeya dianthicola) sont ajoutés à 10 μL de solution comprenant la molécule à tester solubilisée dans du DMSO ou du méthanol, et ajusté à un volume final de 200 μL dans du milieu TY (tryptone 5g/L et extrait de levure 3g/L). La gamme de concentration testée pour chacune des molécules est comprise entre 500 et 0,5 g/mL. La concentration bactérienne finale est de 10 5 UFC/puit. La CMI est déterminée après 36h d'incubation à 30°C par une lecture de densité optique à 600 nm. La CMB est déterminée par étalement de 100 μL· de milieu issu de la culture précédente sur un milieu TY gélosé. La concentration la plus faible pour laquelle aucune colonie ne pousse sur la boîte est la CMB.

Deux expériences sont répétées en parallèle pour chaque échantillon.

Le 4-nitropyridine-N-oxide (4-NPO), produit commercial Sigma (CAS number : 1124- 33-0) est utilisé comme molécule bactériostatique de référence avec une CMI de 125 μβ/ιηί avec Agrobacterium tumefaciens et Pectobacterium atrosepticum, et de 16 μ /ιηί avec Dickeya dianthicola.

Les résultats présentés dans le Tableau 1 ci-après correspondent aux valeurs des CMI (en μ /πΛ) de certains dérivés N-alkyI-glycosyl(di)amine de formule (I) et de certains dérivés N-alkyl-glycamine de formule (III) vis-à-vis des bactéries Agrobacterium tumefaciens, Pectobacterium atrosepticum et Dickeya dianthicola.

Tableau 1 : CMI de dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et de dérivés N-alkyl- glycamine de formule (III) (en μg.mL "1 )

n.d. : valeurs non déterminées Une inhibition de la croissance des bactéries a été observée pour les composés le, Id, le, ïf, Ig, Ih, Ii, Ij, Ik, Illa, Illb, IIIc et IHd et comparée au 4-ΝΡΟ qui est la molécule bactériostatique de référence, après 36h d'incubation à 30°C.

Les résultats rassemblés dans le Tableau 2 ci -après correspondent aux valeurs des

CMB (en μg/mL) de dérivés N-alkyl-glycosyl(di) aminé de formule (I) et de dérivés N-alkyl- glycamine de formule (III) vis-à-vis des bactéries Agrobacterium tumefaciens,

Pectobacterium atrosepticum et Dickeya dianthicola. Tableau 2 : CMB de dérivés jV-alkyl-glycosyI(di)amine de formule (I) et de dérivés N-alkyl- glycamine de formule (III) (en μ ,mL "1 )

n.d. : valeurs non déterminées

Les dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et les dérivés N-alkyl-glycamine de formule (III) synthétisées ont montré une activité bactéricide vis-à-vis des bactéries Agrobacterium tumefaeiens, Pectobacterium atrosepticum et Dickeya dianthicola, préférentiellement les composés Id, le, ïg, Ih, Ii, Ij, Ik, IIIa, IHb, IIIc et Hld.

L'impact des dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) a été mesuré via les

CMI et CMB des mélanges de composés Ie/Ih, le/Id, Ih/Id (ratios 50/50 en g/g). Le même protocole d'évaluation antibactérienne que celui décrit précédemment avec les dérivés N- alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) a été appliqué pour ces mélanges.

Les Tableaux 3 et 4 suivants rassemblent les résultats CMI et CMB obtenus après évaluation anti-bactérienne des mélanges de composés Ie/Ih, le/Id, Ih/Id

Tableau 3 : CMI des mélanges de composés Ie/Ih, le/Id, Ih/Id (en μg. L "l )

Ie/Ih le/Id Ih/Id

Pectobacterium atrosepticum 16 32 62,5

Agrobacterium tumefaeiens 8 8 125 Tableau 4 : CMB des mélanges de composés le/Ih, le/Id, Ih/Id (en μg.mL "I )

Ces résultats montrent que les molécules obtenues ont des activités antibactériennes qui pourraient être exploitées pour protéger différentes plantes comme la pomme de terre contre des bactéries phytopathogènes. Par ailleurs, les associations de dérivés N-alkyl- glycosyl(di)amine de formule (I) montrent également un effet de synergie.

11} Activité antifongique L'activité antifongique des dérivés N-alkyl-glycosyI(di)arnine de formule (I) et des dérivés N-alkyl-glycamine de formule (III) synthétisés selon le procédé de l'invention a été évaluée sur deux champignons : Fusarium roseum et Fusarium sambucinum.

Pour cela, 500 \xL de solution comprenant le dérivé à tester, solubilisé dans du DMSO ou du méthanol, sont mélangés à 19,5 mL de milieu gélosé malt (Sigma aldrich) permettant la croissance de ces deux isoîats de Fusarium. Le dérivé à tester est préparé dans 2 mL de méthanol, puis mélangé à 18 mL de milieu gélosé malt (Sigma aldrich). Un spot de 10 \x de culture de chaque Fusarium est ensuite déposé au centre de chaque boîte de Pétri. Après 10 jours d'incubation à 20°C, les diamètres de croissance sont mesurés.

La gamme de concentrations en dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) testée varie de 0,1 à 25 μπιοΙ/mL.

La croissance des Fusarium sur milieux contenant les différentes molécules est comparée à celle obtenue uniquement avec le DMSO ou le méthanol.

Les premiers essais ont été réalisés avec le composé Ij à des concentrations variant de 1 à 25 μιηοΙ/mL. 500 μL d'une solution comprenant le composé Ij dans du DMSO est mélangé à 19,5 mL de milieu gélosé malt (Sigma aldrich). Les résultats obtenus sont exprimés en pourcentage d'inhibition de croissance mycélienrie et sont rassemblés dans le Tableau 5. Tableau 5 : Inhibition de la croissance des champignons Fusarium roseum et Fusarium samhucinum en présence de composé Ij à différentes concentrations (1 à 25 \xmo\JmL) (en %)

Le même protocole d'évaluation antifongique que celui décrit précédemment avec le composé Ij a été appliqué pour d'autres dérivés N-aîkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et dérivés N-alkyl-glycamine de formule (III) à des concentrations variant de 1 à 20 μιηοΙ/mL. Les résultats obtenus sont regroupés dans les Tableaux 6 et 7.

2 mL de solution comprenant le composé à tester solubilisé dans du méthanol est mélangé à 18 mL de milieu gélosé malt (Sigma aldrich) permettant la croissance de ces deux isolais de Fusarium, Un spot de 10 μL de culture de chaque Fusarium est ensuite déposé au centre de chaque boîte de Pétri. Après plus de 10 jours d'incubation à 20°C, les diamètres de croissance sont mesurés. Les pourcentages d'inhibition sont ensuite déterminés après comparaison avec la croissance mycélienne observée avec le témoin négatif (avec le méthanol et sans composé actif).

Tableau 6 : Inhibition de la croissance des champignons Fusarium roseum en présence de dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et de dérivés N-alkyl-glycamine de formule

(III) à différentes concentrations (1 à 20 μηιοΙ/mL)

1 2,5 5 10 20

Ib 0 0 0 70 88 le 0 18 99 99 100

le 94 96 100 100 100

Ih 0 28 90 93 93

Ii 0 34 93 93 100

Ik 96 96 96 n.d. n.d.

Hla 100 100 100 n.d n.d. Illb 100 100 100 n.d n.d

IIIc 100 100 100 n.d n.d

n.d. : valeurs non déterminées

Tableau 7: Inhibition de la croissance des champignons Fusarium sambucinum en présence de dérivés N-alkyl-glycosyl(di) aminé de formule (I) et de dérivés N-alkyl-glycamine de formule (III) à différentes concentrations (1 à 20 μιηοΙ/mL)

n.d. : valeurs non déterminées

Ces résultats montrent que les dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et de dérivés N-alkyl~glycamine de formule (III) ont une forte activité inhibitrice contre Fusarium roseum et Fusarium sambucinum.

Certains dérivés N- alkyl-glycosyl(di) aminé de formule (I) et de dérivés N-alkyl- glycamine de formule (III) ont également fait l'objet d'essais biologiques contre Phytophthora infestans afin de déterminer leur activité antifongique contre cet Oomycète responsable du mildiou chez les plantes telles que la pomme de terre. Des essais consistant à mesurer leur effet inhibiteur in vitro, ont été menés. Dans cette approche, les diamètres d'inhibition sont déterminées selon le protocole suivant : 20 mg de dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) ou de dérivé N-alkyî- glycamine de formule (III) est mélangée à 200 μL· d'eau distillée, jusqu'à obtention d'un mélange visqueux. Quatre spots de 10 i de ce mélange, sont déposés aux quatre extrémités de boîtes de Pétri ayant un milieu V8 agar gélosé, puis un carré de gélose contenant du mycélium de Phytophthora infestans est déposé au centre de la boîte. Le témoin négatif a été fait avec de l'eau distillée (sans dérivé N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) ou N-alkyl- glycamine de formule (III)) et le témoin positif avec le Ranman Top (fongicide commercial couramment utilisé pour lutter contre le mildiou). Les diamètres d'inhibition des dérivés N- alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et des dérivés N-alkyl-glycamine de formule (III), et des témoins positifs et négatifs, ont été mesurés après 6 jours, et sont rassemblés dans le Tableau 8.

Tableau 8 : Diamètres d^nhibition des dérivés N-alkyl-glycosyl(di)amine de formule (I) et des dérivés jV-alkyl-gîycamine de formule (III) vis-à-vis de Phytophthora infestans au bout de

6 jours

Diamètres moyens de zone

d'inhibition (mm)

le 21 ïj 24

Ik 24

IIIa 24

Illb 20

Hic 18

HId 0

Témoin négatif

0

(eau distillée)

Témoin positif

35

(Ranman Top) Les résultats obtenus au bout de 6 jours montrent que les dérivés N-alkyl- glycosyI(di)amine de formule (I) et les dérivés N-alkyl-glycarnine de formule (III) obtenus selon l'invention, ont de bonnes activités antifongiques contre l'Oomycète Phytophîhora infestans.




 
Previous Patent: INKJET PRINTING METHOD

Next Patent: INORGANIC RED PIGMENT