Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PHARMACEUTICAL COMPOSITION FOR TOPICAL USE COMPRISING AT LEAST ONE AZOLATED LOCAL ANTIFUNGAL SUBSTANCE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/201378
Kind Code:
A1
Abstract:
A pharmaceutical composition for topical use which is in the form of a water-in-oil emulsion comprising, for 100% of the weight thereof: - from 0.3% to 5% by weight of at least one azolated local antifungal substance; - from 60% to 90% by weight of a gelled aqueous phase (A1); - from 9.7% to 35% by weight of a fatty phase (A2) comprising at least one oil and an emulsifying system comprising a combination of at least one emulsifying surfactant (S1) selected from the elements of the group consisting of alkylpolyglycoside compositions and alkylpolyglycoside and fatty alcohol compositions, and of at least one emulsifying surfactant (S2) selected from the elements of the group consisting of polyglycerol esters, alkoxylated polyglycerol esters, polyglycol polyhydroxystearates, polyglycerol polyhydroxystearates and alkoxylated polyglycerol polyhydroxystearates.

Inventors:
BULCOURT CATHERINE (FR)
DENIS ALICE (FR)
SIGURANI SÉVERINE (FR)
Application Number:
PCT/EP2020/059300
Publication Date:
October 08, 2020
Filing Date:
April 01, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SOC DEXPLOITATION DE PRODUITS POUR LES INDUSTRIES CHIMIQUES SEPPIC (FR)
International Classes:
A01N43/54; A61K31/4174; A61K8/06; A61K8/37; A61K8/49; A61K8/60; A61K8/86; A61K9/00; A61P17/00; A61P31/10
Domestic Patent References:
WO2014167200A12014-10-16
WO2007079389A22007-07-12
WO1996000719A11996-01-11
Foreign References:
AU2017283785A12019-03-28
US20160081902A12016-03-24
FR3034988A12016-10-21
US20070292355A12007-12-20
EP1961455A12008-08-27
Other References:
CHEMICAL ABSTRACTS, Columbus, Ohio, US; abstract no. 23593-75-1
Attorney, Agent or Firm:
AMANDINE, Laigneau (FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Composition pharmaceutique (El) à usage topique se présentant sous la forme d’une émulsion de type eau dans huile comprenant pour 100% de sa masse : de 0,3% à 5% massique d’au moins une substance antifongique locale azolée; de 60 à 90% massique d’une phase aqueuse gélifiée (Al) ; de 9,7 % à 35% massique d’une phase grasse (A2) comprenant au moins une huile et un système émulsionnant comprenant une combinaison d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (SI) sélectionné parmi les éléments du groupe constitué par les compositions d’alkylpolyglycosides, les compositions d’alkylpolyglycosides et d’alcools gras, et d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (S2) sélectionné parmi les éléments du groupe constitué par les esters de polyglycérols, les esters de polyglycérols alcoxylés, les polyhydroxystéarates de polyglycols, les

polyhydroxystéarates de polyglycérols, les polyhydroxystéarates de polyglycérols alcoxylés.

2. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon la revendication 1,

caractérisée en ce que la phase aqueuse gélifiée comprend pour 100% de sa masse : de 0,5% à 10% massique d’un poly électrolyte anionique réticulé (PA), de 90% à 99,5% massique d’eau.

3. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon la revendication 2,

caractérisée en ce que le polyélectrolyte anionique réticulé (PA) comprend une proportion supérieure ou égale à 25% molaire d’unités monomériques issues de l’acide 2-methy 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1-propanesulfonique sous forme acide libre ou partiellement ou totalement salifiée.

4. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 3, caractérisée en ce que la substance antifongique locale azolée est choisie parmi les éléments, se présentant sous forme neutre ou de sels, du groupe constitué par le (RS)- l-[phényl(4-phénylphényl)méthyl]-lH-imidazole ou bifonazole, sous forme d’énantiomère R de formule (lai) (Numéro CAS = 91487-85-3) ou d’énantiomère S de formule (Ia2) (Numéro CAS = 91487-86-4) :

le (RS)-l-{2-[(4-chlorophényl)méthoxy]-2-(2,4-dichlorophényl)éthyl}-lH-imidazole (numéro CAS = 27220-47-9) ou éconazole, sous forme d’énantiomère R de formule (Ibi) ou d’énantiomère S de formule (Ib2) :

le (R,S)-l-[2-(2,4-dichlorophényl)-2-{[4-(phénylsulfanyl)phényl]méthoxy}éthyl]-lH- imidazole ou fenticonazole (numéro CAS = 72479-26-6) de formule (le) :

le (R,S)-l-{2-[(2,6-dichlorobénzyl)oxy]-2-(2,4-dichlorophényl)éthyl}-lH-imidazole ou isoconazole (numéro CAS = 27523-40-6) sous forme d’énantiomère R de formule (ldi) ou sous forme d’énantiomère S de formule (Id2) :

le 1 -[4-(4-{ [(2R,4S)-2-(2,4-dichlorophényl)-2-(lH-imidazol- 1 -ylméthyl)- 1 ,3-dioxolan-4- yl]méthoxy}phényl)pipérazin-l-yl]éthan-l-one ou kétoconazole (numéro CAS = 65277-42-1) sous forme d’énantiomère R de formule (Iei) ou sous forme d’énantiomère S de formule (Ie2) :

le (R,S)-l-{2-[(2,4-dichlorobenzyl)oxy]-2-(2,4-dichlorophenyl)ethyl}-lH-imidazole ou miconazole (numéro CAS = 22916-47-8) sous forme d’énantiomère R de formule (Ifi) ou sous forme d’énantiomère S de formule (If?) :

le l-[(Z)-2-[2-(4-Chlorophenoxy)ethoxy]-2-(2,4-dichlorophenyl)-l-methylvinyl]-lH- imidazole (numéro CAS = 74512-12-2) ou omoconazole de formule (Ig) :

Le (lZ)-N-[(2,4-dichlorobenzyl)oxy]-l-(2,4-dichlorophényl)-2-(lH-imidazol-l-yl)éthanimine ou oxiconazole (numéro CAS = 64211-45-6) de formule (Ih) :

Le (RS)- 1 - (2-[(7-Chloro- 1 -benzothiophen-3 -yl)methoxy]-2-(2,4-dichlorophenyl)ethyl } - 1H- imidazole ou sertaconazole (numéro CAS = 99592-32-2) de formule (Ii) :

Le (RS)-l-{2-[(2-chlorothiophén-3-yl)méthoxy]-2-(2,4-dichlorophényl)éthyl}-lH-imidazole ou tioconazole (numéro CAS = 65899-73-2) sous forme d’énantiomère R de formule (Iji) ou sous forme d’énantiomère S de formule (Ij ) :

Le l-[(2-chlorophényl)(diphényl)méthyl]-lH-imidazole ou clotrimazole (numéro CAS = 23593-75-1) de formule (Ik)

5. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que la substance antifongique locale azolée est choisie parmi les éléments du groupe constitué par les sels de chlorhydrate, de phosphate, de nitrate, de proprionate et de citrates des composés de formule (lai), (¾), (Ibi), (Ib2), (le), (ldi),

6. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 5, caractérisée en ce que l’agent tensioactif émulsionnant (Si) consiste en au moins une composition (Ci) d’alkylpolyglycosides représentée par la formule (VIII) :

Ri-0-(G)x-H (VIII) dans laquelle x représente un nombre décimal compris entre 1,05 et 2,5, G représente le radical glucosyl ou a,b-D-glucopyranosyl, obtenu à partir de la suppression du groupe hydroxyl hémiacétal du a,b-D-glucopyranose, et Ri représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n- octadécyle, n-eicosyle et n-béhényle, ladite composition (Ci) consistant en un mélange de composés représentés par les formules (VIIIi), (VUE), (VUE), (VUE) et (VIII5) :

Ri-0-(G)i-H (VIII 1)

RI-0-(G)2-H (VIII2)

RI-0-(G) -H (VUE)

RI-0-(G)4-H (VUE)

Ri-0-(G)s-H (VUE),

dans les proportions molaires respectives ai, a2, a3, a4 et as, telles que :

- La somme ai+ a2 + a3 + a4 + as est égale à 1 et que

La somme ai + 2a2 + 3a3 + 4a4 + 5as est égale à x.

7. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 6, caractérisée en ce que l’agent tensioactif émulsionnant (Si) consiste en au moins une composition (C2) comprenant pour 100% de sa masse : - De 10 % à 50 % massique d’au moins une composition d’alkylpolyglycosides (Ci) représentée par la formule (VIII) :

Ri-0-(G)x-H (VIII), dans laquelle x représente un nombre décimal compris entre 1,05 et 2,5, G représente le radical glucosyl ou a,b-D-glucopyranosyl, obtenu à partir de la suppression du groupe hydroxyl hémiacétal du a,b-D-glucopyranose, et Ri représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n- octadécyle, n-eicosyle et nbéhényle, ladite composition consistant en un mélange de composés représentés par les formules (VUE), (VIII2), (VUE), (VUE) et (VIII5) :

Rl-0-(G)l-H (VIII1)

Rl-0-(G)2-H (VIII2)

Rl-0-(G)3-H (VIII3)

Rl-0-(G)4-H (VIII4)

Rl-0-(G)5-H (VIII5)

dans les proportions molaires respectives ai, a2, a3, a4 et as, telles que : - La somme ai+ a2 + a3 + a4 + as est égale à 1 et que

- La somme ai + 2a2 + 3a3 + 4a4 + 5as est égale à x ; et

- De 90% à 50% massique d’au moins un alcool gras de formule (IX) :

R”i-OH (IX),

dans laquelle R”i représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n-octadécyle, n- eicosyle et n-béhényle, et avec R’i identique ou différent de Ri.

8. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 7, caractérisée en ce que l’agent tensioactif émulsionnant (S2) consiste en au moins un polyhydroxystéarate de polyglycols représenté par la formule (XII) :

dans laquelle y 2 représente un nombre entier supérieur ou égal à 2 et inférieur ou égal à 50, R.4 représente l’atome d’hydrogène, le radical méthyle ou le radical éthyle, Z2 représente un radical de formule (XIII) :

dans laquelle y’2 représente un nombre entier supérieur ou égal à 0 et inférieur ou égal à 10, plus particulièrement supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal à 10, Z’2 représente un radical de formule (XIII) telle que définie ci-dessus, avec Z’2 identique ou différent de Z2, ou l’atome d’hydrogène.

9. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 8, caractérisée en ce que le rapport massique entre l’agent tensioactif émulsionnant (Si) et l’agent tensioactif émulsionnant (S2) est supérieur ou égal à 1/4 et inférieur ou égal à 1.

10. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 9, caractérisée en ce que ladite composition est destinée à être utilisée en thérapie chez le mammifère humain ou animal.

11. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à 9, pour une utilisation pour traiter les mycoses de la peau, du cuir chevelu, de la bouche et/ou de l’appareil gynécologique chez le mammifère humain ou animal.

12. Composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’une des revendications 1 à

11, caractérisée en ce qu’elle comprend en outre au moins un ou plusieurs composés auxiliaires choisi parmi les tensioactifs moussants et/ou détergents, les tensioactifs épaississants et/ou gélifiants, les agents épaississants et/ou gélifiants, les agents stabilisants, les composés filmogènes, les solvants et co-solvants, les agents hydrotropes, les agents plastifiants, les agents opacificants, les agents nacrants, les agents surgraissants, les séquestrants, les agents chélatants, les agents antioxydants, les parfums, les huiles essentielles, les agents conservateurs, les agents conditionneurs, les agents déodorants, les charges minérales ou les pigments.

Description:
COMPOSITION PHARMACEUTIQUE A USAGE TOPIQUE COMPRENANT AU MOINS UNE SUBSTANCE ANTIFONGIQUE LOCALE AZOLEE

La présente invention est relative à une composition pharmaceutique se présentant sous la forme d’une émulsion de type eau dans huile comprenant au moins une substance antifongique azolée, et destinée à être mise en œuvre par administration topique sur la peau, les muqueuses et/ou le cuir chevelu du corps humain ou animal.

Les compositions dermo-pharmaceutiques et pharmaceutiques peuvent se présenter sous forme de solutions aqueuses, d’émulsions, de poudres. Les émulsions sont particulièrement des formes privilégiées car elles permettent de véhiculer à la fois les substances hydrosolubles et des substances liposolubles qui sont couramment utilisées dans ces applications. On distingue les émulsions huile-dans-eau (H/E) dont la phase continue est constituée par une phase hydrophile, généralement une phase aqueuse, et la phase dispersée par une phase grasse lipophile, et les émulsions eau-dans-huile (E/H) dont la phase continue est constituée par une phase grasse lipophile et la phase dispersée par une phase hydrophile, généralement une phase aqueuse.

Les émulsions huile-dans-eau sont intrinsèquement plus stables que les émulsions eau- dans-huile ; les émulsions eau-dans-huile présentent néanmoins de nombreux avantages. En effet, la séparation entre les gouttelettes d'eau réduit la possibilité de prolifération de micro organismes. De plus, l'utilisation d’agents conservateurs, qui est essentielle lorsque la phase continue est aqueuse, peut être évitée, ou amoindrie, lorsque la phase continue est grasse. Les émulsions eau-dans-huile sont bien moins sensibles à une température basse que les émulsions huile-dans-eau. Enfin, pour des applications topiques à usage cosmétique, la demande de brevet Européen publiée sous le numéro EP 1961455 Al divulgue qu’une phase continue huileuse permet de recouvrir la peau après application de l’émulsion eau-dans-huile, ce qui la protège de la déshydratation et contre des substances externes, en formant un film huileux persistant permettant ainsi de traiter les peaux sèches.

Les solutions proposées dans l’art antérieur pour préparer des émulsions

dermatologiques se présentant sous la forme eau-dans-huile ne sont pas satisfaisantes car soit les dérivés siliconés employés sont volatils et peuvent présenter des effets néfastes envers l’environnement et les utilisateurs, soit les dérivés siliconés employés sont peu volatils et ils confèrent alors des propriétés sensorielles déplaisantes après application topique, comme par exemple des sensations de collant sur la peau. De plus, lorsqu’elles comprennent des substances thérapeutiques particulières, comme par exemple des substances antifongiques locales comme les substances antifongiques locales azolées, ces émulsions de type eau-dans- huile démontrent des problèmes de stabilité lors du stockage voire d’impossibilité d’atteindre une émulsion sous forme eau-dans-huile stable.

Partant de là, un problème qui se pose est de développer une nouvelle composition à usage topique se présentant sous la forme d’une émulsion de type eau dans huile qui ne présente pas les inconvénients exposés ci-dessus, qui reste homogène à température ambiante (supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 25°C) et à 45°C après un stockage d’au minimum trois mois, et qui comprenne une substance antifongique locale.

Une solution de la présente invention est une composition pharmaceutique (El) à usage topique se présentant sous la forme d’une émulsion de type eau dans huile comprenant : de 0,3% à 5% massique d’au moins une substance antifongique locale azolée;

de 60 à 90% massique d’une phase aqueuse gélifiée (Al)

de 9,7 % à 35% massique d’une phase grasse (A2) comprenant au moins une huile et un système émulsionnant comprenant une combinaison d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (SI) sélectionné parmi les éléments du groupe constitué par les compositions d’alkylpolyglycosides, les compositions d’alkylpolyglycosides et d’alcools gras, et d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (S2) sélectionné parmi les éléments du groupe constitué par les esters de polyglycérols, les esters de polyglycérols alcoxylés, les polyhydroxystéarates de polyglycols, les

polyhydroxystéarates de polyglycérols, les polyhydroxystéarates de polyglycérols alcoxylés.

Par « substance antifongique », on entend au sens de la présente invention une substance ou une composition chimique qui permet, une fois administrée au sujet humain ou animal, de traiter les mycoses, c’est-à-dire les infections provoquées par l’action de champignons microscopiques localisés sur une partie spécifique du corps d’un mammifère humain ou animal.

Une substance antifongique agit soit en s'attaquant directement à la paroi fongique, provoquant ainsi la mort de la cellule (action fongicide) ; soit en bloquant la division cellulaire, arrêtant ainsi la reproduction des champignons (action fongi statique).

Par « substance antifongique locale », on désigne au sens de la présente invention une « substance antifungique » telle que définie précédemment et destinée à traiter les mycoses superficielles, peu étendues et peu profondes, et localisées au niveau de la peau de toutes les parties du corps, du cuir chevelu et des muqueuses.

Par « muqueuse », on désigne au sens de la présente invention les parties du corps du mammifère humain ou animal constituées d’un épithélium et de tissu conjonctif sous-jacent (le chorion), séparés par une lame basale.

Parmi les substances antifongiques, on peut distinguer cinq classes de substances différentes : les polyènes, les echinocandines, les azolés, les fluoro-pyrimidines, les allylamines.

Par « substance antifongique locale azolée», on désigne au sens de la présente invention une « substance antifongique locale telle que définie précédemment qui comprend dans sa structure moléculaire soit un groupement imidazolyl de formule (A) soit un groupement triazolyl de formule (B) :

[Chem 1]

Lesdits groupements imidazolyl de formule (A) ou groupements triazolyl de formule

(B) étant reliés à un carbone asymétrique.

L'expression "à usage topique" utilisée dans la définition de la composition pharmaceutique (El) selon l’invention se présentant sous la forme d’une émulsion de type eau dans huile et telle que définie ci-dessus, signifie que ladite composition pharmaceutique (El) est mise en œuvre par application sur la peau, les cheveux, le cuir chevelu ou les muqueuses, qu'il s'agisse d'une application directe dans le cas d'une composition dermopharmaceutique ou pharmaceutique ou d'une application indirecte par exemple dans le cas d'un produit d'hygiène corporelle sous forme de lingette en textile ou en papier ou de produits sanitaires destinés à être en contact avec la peau ou les muqueuses.

Selon le cas, la composition pharmaceutique (El) à usage topique selon l’invention peut comprendre une ou plusieurs des caractéristiques suivantes :

la phase aqueuse gélifiée comprend pour 100% de sa masse de 0,5% à 10% massique d’un polyélectrolyte anionique réticulé (PA), de 90% à 99,5% massique d’eau ; Notons que de préférence ladite composition comprend de 61,5% à 90% massique, et encore plus particulièrement de 63% massique à 90% massique de la phase aqueuse gélifiée comprenant pour 100% de sa masse : de 0,5% à 8,5% massique, et encore plus particulièrement de 0,5% à 7% massique d’un polyélectrolyte anionique réticulé (PA), et de 91,5% à 99,5% massique, et encore plus particulièrement de 93% à 99,5% massique d’eau ;

le polyélectrolyte anionique réticulé (PA) comprend une proportion supérieure ou égale à 25% molaire d’unités monomériques issues de l’acide 2-methy 2-[(l-oxo 2- propènyl) amino] 1-propanesulfonique sous forme acide libre ou partiellement ou totalement salifiée,

la substance antifongique locale azolée est choisie parmi les éléments, se présentant sous forme neutre ou de sels, du groupe constitué par : le (RS)-l-[phényl(4- phénylphényl)méthyl]-lH-imidazole ou bifonazole, sous forme d’énantiomère R de formule (lai) (Numéro CAS = 91487-85-3) ou d’énantiomère S de formule (¾) (numéro CAS = 91487-86-4) :

[Chem 2]

le (RS)-l-{2-[(4-chlorophényl)méthoxy]-2-(2,4-dichlorophényl )éthyl}-lH-imidazole (numéro CAS = 27220-47-9) ou éconazole, sous forme d’énantiomère R de formule (Ibi) ou d’énantiomère S de formule (Ib2) : [Chem 3]

le (R,S)-l-[2-(2,4-dichlorophényl)-2-{[4-(phénylsulfanyl)phé nyl]méthoxy}éthyl]-lH- imidazole ou fenticonazole (numéro CAS = 72479-26-6) de formule (le) :

[Chem 4]

le (R,S)-l-{2-[(2,6-dichlorobénzyl)oxy]-2-(2,4-dichlorophényl )éthyl}-lH-imidazole ou isoconazole (numéro CAS = 27523-40-6) sous forme d’énantiomère R de formule (ldi) ou sous forme d’énantiomère S de formule (ld ) :

[Chem 5]

le 1 -[4-(4-{ [(2R,4S)-2-(2,4-dichlorophényl)-2-(lH-imidazol- 1 -ylméthyl)- 1 ,3-dioxolan-4- yl]méthoxy}phényl)pipérazin-l-yl]éthan-l-one ou kétoconazole (numéro CAS = 65277-42-1) sous forme d’énantiomère R de formule (Iei) ou sous forme d’énantiomère S de formule (Ie 2 ) : [Chem 6]

[Chem 7]

le (R,S)-l-{2-[(2,4-dichlorobenzyl)oxy]-2-(2,4-dichlorophenyl)e thyl}-lH-imidazole ou miconazole (numéro CAS = 22916-47-8) sous forme d’énantiomère R de formule (Ifi) ou sous forme d’énantiomère S de formule (If ? ) :

[Chem 8]

[Chem 9]

le l-[(Z)-2-[2-(4-Chlorophenoxy)ethoxy]-2-(2,4-dichlorophenyl)- l-methylvinyl]-lH- imidazole (numéro CAS = 74512-12-2) ou omoconazole de formule (Ig) :

[Chem 10]

le (lZ)-N-[(2,4-dichlorobenzyl)oxy]-l-(2,4-dichlorophényl)-2-( lH-imidazol-l-yl)éthanimine ou oxiconazole (numéro CAS = 64211-45-6) de formule (Ih) :

[Chem 11]

le (RS)- 1 -{2-[(7-Chloro- 1 -benzothiophen-3-yl)methoxy]-2-(2,4-dichlorophenyl)ethyl }- 1H- imidazole ou sertaconazole (numéro CAS = 99592-32-2) de formule (Ii) : [Chem 12]

le (RS)-l-{2-[(2-chlorothiophén-3-yl)méthoxy]-2-(2,4-dichloro phényl)éthyl}-lH-imidazole ou tioconazole (numéro CAS = 65899-73-2) sous forme d’énantiomère R de formule (Iji) ou sous forme d’énantiomère S de formule (Ij ) : [Chem 13]

le l-[(2-chlorophényl)(diphényl)méthyl]-lH-imidazole ou clotrimazole (numéro CAS = 23593-75-1) de formule (Ik)

[Chem 15]

la substance antifongique locale azolée est choisie parmi les éléments du groupe constitué par les sels de chlorhydrate, de phosphate, de nitrate, de proprionate et de citrates des composés de formule (la), (Ib), (Ici), (Ic2), (Id), (le), (If), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (IJ2) et (Ik) ; de préférence la substance antifongique locale azolée est le sel de chlorhydrate ou de nitrate d’un élément du groupe constitué par le (RS)-l-{2-[(4- chlorophényl)méthoxy]-2-(2,4-dichlorophényl)éthyl}-lH-im idazole (numéro CAS = 27220-47-9) ou éconazole, sous forme d’énantiomère R de formule (Ibi) ou d’énantiomère S de formule (Ib 2 ), le l-[4-(4-{[(2R,4S)-2-(2,4-dichlorophényl)-2-(lH- imidazol- 1 -ylméthyl)- 1 ,3 -dioxolan-4-yl]méthoxy }phényl)pipérazin- 1 -yljéthan- 1 -one ou kétoconazole (numéro CAS = 65277-42-1) sous forme d’énantiomère R de formule (Iei) ou sous forme d’énantiomère S de formule (Ie 2 ), et le l-[(2- chlorophényl)(diphényl)méthyl]-lH-imidazole ou clotrimazole (numéro CAS = 23593-75-1) de formule (Ik). l’agent tensioactif émulsionnant (SI) consiste en au moins une composition (Cl) d’alkylpolyglycosides représentée par la formule (VIII) :

Rl-0-(G)x-H (VIII)

dans laquelle x représente un nombre décimal compris entre 1,05 et 2,5, G représente le radical glucosyl ou a,b-D-glucopyranosyl, obtenu à partir de la suppression du groupe hydroxyl hémiacétal du a,b-D-glucopyranose, et RI représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n-octadécyle, n-eicosyle et n-béhényle, ladite composition (Cl) consistant en un mélange de composés représentés par les formules (VIIIi), (VIII 2 ), (VIII3), (VIIR) et (VIII5) :

Rl-0-(G)i-H (VIIIi)

Rl-0-(G) 2 -H (VIII 2 )

Rl-0-(G) 3 -H (VIII 3 )

Rl-0-(G) 4 -H (VIII 4 )

Rl-0-(G) 5 -H (VIII 5 ) dans les proportions molaires respectives ai, a 2 , a 3 , a 4 et as, telles que :

- La somme ai+ a 2 + a 3 + a 4 + as est égale à 1 et que

- La somme ai + 2a 2 + 3a 3 + 4a 4 + 5as est égale à x. l’agent tensioactif émulsionnant (SI) consiste en au moins une composition (C2) comprenant pour 100% de sa masse : de 10 % à 50 % massique d’au moins une composition d’alkylpolyglycosides (Cl) représentée par la formule (VIII) :

Rl-0-(G)x-H (VIII) dans laquelle x représente un nombre décimal compris entre 1,05 et 2,5, G représente le radical glucosyl ou a,b-D-glucopyranosyl, obtenu à partir de la suppression du groupe hydroxyl hémiacétal du a,b-D-glucopyranose, et RI représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n- octadécyle, n-eicosyle et n-béhényle, ladite composition (Cl) consistant en un mélange de composés représentés par les formules (VIIIi), (VIIL), (VIII3), (VIII4) et (VIII5) :

Rl-0-(G)i-H (VIIIi)

Rl-0-(G) 2 -H (VIII2)

Rl-0-(G) -H (VIII3)

Rl-0-(G) 4 -H (VIII4)

Rl-0-(G)s-H (VIIIs)

dans les proportions molaires respectives ai, a2, a 3 , a 4 et as, telles que :

- La somme ai+ a2 + a 3 + a4 + as est égale à 1 et que

- La somme ai + 2a2 + 3a 3 + 4a4 + 5as est égale à x ; et

de 90% à 50% massique d’au moins un alcool gras de formule (IX) :

R”l-OH (IX),

dans laquelle R” 1 représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n-octadécyle, n-eicosyle et n-béhényle, et avec R’ 1 identique ou différent de RI .

l'agent tensioactif émulsionnant (S2) consiste en au moins un polyhydroxystéarate de polyglycols représenté par la formule (XII) :

[Chem 16]

dans laquelle y2 représente un nombre entier supérieur ou égal à 2 et inférieur ou égal à 50, R4 représente l'atome d'hydrogène, le radical méthyle ou le radical éthyle, Z2 représente un radical de formule (XIII) :

[Chem 17]

dans laquelle y’ 2 représente un nombre entier supérieur ou égal à 0 et inférieur ou égal à 10, plus particulièrement supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal à 10, Z’2 représente un radical de formule (XIII) telle que définie ci-dessus, avec Z2’ identique ou différent de Z2, ou l’atome d’hydrogène ; le rapport massique entre l’agent tensioactif émulsionnant (SI) et l’agent tensioactif émulsionnant (S2) est supérieur ou égal à 1/4 et supérieur ou égal à 1, plus

préférentiellement supérieur ou égal à 1/3 et inférieur ou égal à 1, encore plus préférentiellement supérieur ou égal à 1/3 et inférieur ou égal à 1/2. ladite composition est destinée à être utilisée en thérapie chez le mammifère humain ou animal.

ladite composition est pour une utilisation pour traiter les mycoses de la peau, du cuir chevelu, de la bouche et/ou de l’appareil gynécologique chez le mammifère humain ou animal.

Plus particulièrement, ladite composition est pour une utilisation pour traiter les mycoses de la peau comme par exemple les candidoses cutanées, les dermatophyties (Trichophyton, Epidermophyton, Microsporum), le Pityria sis versicolor, l’érythrasma, le « pied d’athlète » ou intertrigo inter-orteils ; les mycoses vulvo-vaginales surinfectées ou non par des bactéries Gram + ; la vaginite candidosique. ladite composition comprend en outre au moins un ou plusieurs composés auxiliaires choisi parmi les tensioactifs moussants et/ou détergents, les tensioactifs épaississants et/ou gélifiants, les agents épaississants et/ou gélifiants, les agents stabilisants, les composés filmogènes, les solvants et co-solvants, les agents hydrotropes, les agents plastifiants, les agents opacificants, les agents nacrants, les agents surgraissants, les séquestrants, les agents chélatants, les agents antioxydants, les parfums, les huiles essentielles, les agents conservateurs, les agents conditionneurs, les agents déodorants, les charges minérales ou les pigments.

De manière générale, la composition selon l’invention peut comprendre des excipients et/ou des principes actifs habituellement mis en œuvre dans le domaine des formulations à usage topique, en particulier pharmaceutique ou dermopharmaceutique.

De préférence, la phase grasse (A2) comprend pour 100% de sa masse :

de 1,25% à 25% massique, plus particulièrement de 1,25% à 20% massique d’un système émulsionnant (S) comprenant pour 100% massique dudit système émulsionnant (S) :

de 12% à 88% massique, plus particulièrement de 15% à 85% massique, et encore plus particulièrement de 20% massique à 85% massique d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (SI) , et

de 12% à 88% massique, plus particulièrement de 15% à 85% massique, et encore plus particulièrement de 20% massique à 85% massique d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (S2);

de 75% à 98,75% massique, plus particulièrement de 80% à 98,75% massique, et encore plus particulièrement de 82% à 98,75% massique d’au moins une huile et optionnellement d’au moins une cire.

Par « sels des éléments composés du groupe constitué par les composés de formule (lai),

(Ia 2 ), (Ibi), (Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik) », on entend au sens de la présente invention les substances obtenues par addition d’acides acceptables pour un usage pharmaceutique sur lesdits composés de formule (lai), (Ia 2 ), (Ibi), (Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik).

Comme acides acceptables pour un usage pharmaceutique, on peut citer les acides halogénohydriques, comme par exemple l'acide chlorhydrique et l'acide bromhydrique et plus particulièrement l'acide chlorhydrique ; l'acide sulfurique, l'acide phosphorique, l'acide nitrique, l'acide perchlorique ; des acides carboxyliques ou sulfoniques aliphatiques, alicycliques, aromatiques ou hétérocycliques, comme par exemple les acides formique, acétique, propionique, succinique, glycolique, lactique, malonique, tartrique, citrique, ascorbique, maléique, hydroxymaléique, pyruvique, phényl acétique, benzoïque, p- aminobenzoique, anthranilique, p-hydroxybenzoîque, salicylique ou encore p- aminosalicylique, méthane- et éthane- sulfonique, hydroxyéthane-sulfonique, éthylène- sulfonique, halogénobenzène-sulfoniques, toluène-sulfonique, 1,5-naphtalène-disulfonique ou sulfanilique, la méthionine, le tryptophane, la lysine ou encore l'arginine.

Selon un aspect particulier, ces acides acceptables pour un usage pharmaceutique pouvant être additionnés aux composés de formule (lai), (Ia 2 ), (Ibi), (Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik) de façon à en obtenir les sels résultants sont choisis parmi les éléments du groupe constitué par l’acide chlorhydrique, l'acide phosphorique, l'acide nitrique, l’acide propionique, l’acide citrique.

L’addition de l’acide chlorhydrique sur les composés de formule (lai), (Ia 2 ), (Ibi),

(Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik) permet d’obtenir des sels nommés chlorhydrates desdits composés.

L’addition de l’acide phosphorique sur les composés de formule (lai), (Ia 2 ), (Ibi),

(Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik) permet d’obtenir des sels nommés phosphates desdits composés.

L’addition de l’acide nitrique sur les composés de formule ((lai), (Ia 2 ), (Ibi), (Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik) permet d’obtenir des sels nommés nitrates desdits composés.

L’addition de l’acide propionique sur les composés de formule ((lai), (Ia 2 ), (Ibi), (Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik) permet d’obtenir des sels nommés propionates desdits composés.

L’addition de l’acide citrique sur les composés de formule (lai), (Ia 2 ), (Ibi), (Ib 2 ), (le), (ldi), (Id 2 ), (Iei), (Ie 2 ), (Ifi), (If 2 ), (Ig), (Ih), (Ii), (Iji), (Ij 2 ) et (Ik) permet d’obtenir des sels nommés citrates desdits composés.

Par huile, on désigne un composé et/ou un mélange de composés insoluble dans l’eau, et liquide à 25°C, et plus particulièrement :

- Les alcanes linéaires comportant de onze à dix-neuf atomes de carbone ;

- Les alcanes ramifiés, comportant de sept à quarante atomes de carbone, comme l’isododécane, l’isopentadécane, l’isohexadécane, l’isoheptadécane, l’isooctadécane, l’isononadécane ou l’isoeicosane), ou des mélanges de certains d’entre eux comme ceux cités ci-après et identifiés par leur nom INCI : C 7-8 isoparaffin, Cx-g isoparaffin, C 9-11 isoparaffin, C Î >- I2 isoparaffin, C 9-13 isoparaffin, C 9-14 isoparaffin, C 9-16 isoparaffin, C 10-11 isoparaffm, C10-12 isoparaffm, C10-13 isoparaffm, Ci 1-12 isoparaffm, Ci 1-13 isoparaffin, Ci 1-14 isoparaffm, C12-14 isoparaffin, C12-20 isoparaffin, C13-14 isoparaffin, C13-16 isoparaffin ;

- Les cyclo-alcanes optionnellement substitués par un ou plusieurs radicaux alkyles linéaires ou ramifiés ;

- Les huiles blanches minérales, comme celles commercialisées sous les noms suivants :

Marcol™52, Marcol™82, Drakeol™6VR, Eolane™130, Eolane™150 ;

- L’hémisqualane (ou 2,6,10-trimethyl- dodécane ; numéro CAS : 3891-98-3), le squalane (ou 2,6,10,15,19,23-hexamethyltetracosane), le polyisobutène hydrogéné ou le polydécène hydrogéné ;

- Les mélanges d’ alcanes comportant de 15 à 19 atomes de carbone, lesdits alcanes étant des alcanes linéaires, des alcanes ramifiés et des cyclo-alcanes, et plus particulièrement le mélange (Mi) qui comprend pour 100% de sa masse, une proportion massique en alcanes ramifiés supérieure ou égale à 90% et inférieure ou égale à 100% ; une proportion massique en alcanes linéaires supérieure ou égale à 0% et inférieure ou égale à 9%, et plus particulièrement inférieure à 5% et une proportion massique en cyclo- alcanes supérieure ou égale à 0% et inférieure ou égale à 1%, par exemple les mélanges commercialisés sous les noms Emogreen™L15 ou Emogreen™L19 ;

- Les éthers d’alcool gras de formule (II) :

Z1-O-Z2 (II),

dans laquelle Zi et Z2 identiques ou différents, représentent un radical alkyle linéaire ou ramifié comportant de cinq à dix-huit atomes de carbone, par exemple les dioctyl éther, didécyl éther, didodécyl éther, dodécyl octyl éther, dihexadécyl éther, (1,3-diméthyl butyl) tétradécyl éther, (1,3-diméthyl butyl) hexadécyl éther, le bis(l,3-diméthyl butyl) éther ou le dihexyl éther.

- Les mono-esters d’acides gras et d’alcools de formule (III) :

R’I-(C=0)-0-R’ 2 (III),

dans laquelle R’i-(C=0) représente un radical acyle, saturé ou insaturé, linéaire ou ramifié, comportant de huit à vingt-quatre atomes de carbone, et R’ 2 représente, indépendamment de R’i, une chaîne hydrocarbonée saturée ou insaturée, linéaire ou ramifiée comportant de un à vingt-quatre atomes de carbone, par exemple les laurate de méthyle, laurate d’éthyle, laurate de propyle, laurate d’isopropyle, laurate de butyle, laurate de 2-butyle, laurate d’hexyle, cocoate de méthyle, cocoate d’éthyle, cocoate de propyle, cocoate d’isopropyle, cocoate de butyle, cocoate de 2-butyle, cocoate d’hexyle, myristate de méthyle, myristate d’éthyle, myristate de propyle, le myristate d’isopropyle, le myristate de butyle, le myristate de 2- butyle, le myristate d’hexyle, le myristate d’octyle, le palmitate de méthyle, le palmitate d’éthyle, le palmitate de propyle, le palmitate d’isopropyle, le palmitate de butyle, le palmitate de 2-butyle, le palmitate d’hexyle, le palmitate d’octyle , l’oléate de méthyle, G oléate d’éthyle, l’oléate de propyle, l’oléate d’isopropyle, l’oléate de butyle, l’oléate de 2- butyle, G oléate d’hexyle, G oléate d’octyle, le stéarate de méthyle, le stéarate d’éthyle, le stéarate de propyle, le stéarate d’isopropyle, le stéarate de butyle, le stéarate de 2-butyle, le stéarate d’hexyle, le stéarate d’octyle, l’isostéarate de méthyle, l’isostéarate d’éthyle, l’isostéarate de propyle, l’isostéarate d’isopropyle, l’isostéarate de butyle, l’isostéarate de 2- butyle, l’isostéarate d’hexyle, l’isostéarate d’isostéaryle ;

- Les di-esters d’acides gras et de glycérol de formule (IV) et de formule (V) :

R’3-(C=0)-0-CH 2 -CH(0H)-CH 2 -0-(C=0)-R’4 (IV)

R’ 5 -(C=0)-0-CH 2 -CH[0-(C=0)-R’ 6 ]-CH 2 -0H (V),

formules (IV) (V) dans lesquelles RV(C=0), R’ 4 -(C=0), R’s-(C=0), RV(C=0), identiques ou différents, représentent un groupement acyle, saturé ou insaturé, linéaire ou ramifié, comportant de huit à vingt-quatre atomes de carbone ;

- Les tri-esters d’acides gras et de glycérol de formule (VI) :

R’7-(C=0)-0-CH 2 -CH[0-(C=0)-R” 8 ]-CH 2 -0-(C=0)-R” 9 (VI),

dans laquelle R’ 7 -(C=0), RV(C=0) et RV(C=0), identiques ou différents, représentent un groupement acyle, saturé ou insaturé, linéaire ou ramifié, comportant de huit à vingt-quatre atomes de carbone.

- Les huiles végétales, telles que le phytosqualane, l'huile d'amandes douces, l'huile de coprah, l'huile de ricin, l'huile de jojoba, l'huile d'olive, l'huile de colza, l'huile d'arachide, l'huile de tournesol, l'huile de germes de blé, l'huile de germes de maïs, l'huile de soja, l'huile de coton, l'huile de luzerne, l'huile de pavot, l'huile de potiron, l'huile d'onagre, l'huile de millet, l'huile d'orge, l'huile de seigle, l'huile de carthame, l'huile de bancoulier, l'huile de passiflore, l'huile de noisette, l'huile de palme, le beurre de karité, l'huile de noyau d'abricot, l'huile de calophyllum, l'huile de sysymbrium, l'huile d'avocat, l'huile de calendula, les huiles issues de fleurs ou de légumes ;

- Les huiles végétales éthoxylées. De préférence, la composition selon l’invention comprend au moins une huile choisie parmi les éléments du groupe constitué par l’huile de ricin, les huiles de paraffine, le cocoyl caprylate/caprate, le myristate d’isopropyle, le capric caprylic triglycéride.

La phase grasse (A2) comprend optionnellement de la cire. Cette dernière est plus particulièrement choisie parmi la cire d’abeille, la cire de camauba, la cire de candelilla, la cire d’ouricoury, la cire du Japon, la cire de fibre de liège, la cire de canne à sucre, les cires de paraffines, les cires de lignite, les cires microcristallines, la cire de lanoline; l'ozokérite; la cire de polyéthylène; les cires de silicone ; les cires végétales ; les alcools gras et les acides gras solides à température ambiante; les glycérides solides à température ambiante.

Par polyélectrolyte anionique réticulé (PA), on désigne, dans la définition de la composition (El) à usage topique objet de la présente invention, un polyélectrolyte anionique réticulé non linéaire, se présentant à l’état de réseau tridimensionnel insoluble dans l’eau, mais gonflable à l’eau et conduisant à l’obtention d’un gel chimique.

De préférence le polyélectrolyte anionique réticulé (PA) comprend pour 100% molaire : (al) - une proportion supérieure ou égale à 25% molaire et inférieure ou égale à 100% molaire, d'unités monomériques issues de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1- propanesulfonique sous forme acide libre ou partiellement ou totalement salifiée ;

(a2) - optionnellement, une proportion supérieure à 0% molaire et inférieure ou égale à 75% molaire, d'unités monomériques issues d'au moins un monomère choisi parmi les éléments du groupe constitué par l’acrylamide, le N,N-diméthyl acrylamide ; le méthacrylamide ou le N- isopropyl acrylamide ;

(a3) - optionnellement une proportion supérieure à 0% molaire et inférieure ou égale à 20% molaire, plus particulièrement supérieure à 0% molaire et inférieure ou égale à 15% molaire, encore plus particulièrement supérieure ou égale 0% molaire et inférieure ou égale à 10% molaire d’unités monomériques issues d’au moins un monomère choisi parmi les éléments du groupe constitué par l’acrylate de (2-hydroxy éthyle), l’acrylate de (2,3-dihydroxy propyle), le méthacrylate de (2-hydroxy éthyle), le méthacrylate de (2,3-dihydroxypropyle), et le vinyl pyrrolidone

(a4) - optionnellement une proportion supérieure à 0% molaire et inférieure ou égale à 75% molaire, d'unités monomériques issues d'au moins un monomère choisi parmi les éléments du groupe constitué par l’acide acrylique, l’acide méthacrylique, l’acide 2-carboxyéthyl acrylique, l’acide itaconique, l’acide maléique, l’acide 3-méthyl 3- [(1-oxo 2-propènyl) amino] butanoïque, la fonction carboxylique desdits monomères étant sous forme acide libre, partiellement salifiée ou totalement salifiée ; (a5) optionnellement une proportion supérieure à 0% molaire et inférieure ou égale à 5% molaire d’au moins un monomère de formule (VII) :

[Chem 18]

dans laquelle R représente un radical alkyle linéaire ou ramifié comportant de huit à vingt atomes de carbone et n représente un nombre entier supérieur ou égal à zéro et inférieur ou égal à vingt ;

(a6) - d'une proportion supérieure à 0% molaire et inférieure ou égale à 1% molaire d'unités monomériques issues d'au moins un monomère de réticulation (AR) diéthylénique ou polyéthylénique ; la somme des dites proportions molaires en unités monomériques selon al), a2), a3), a4), a5) et a6) étant égale à 100% molaire.

Au sens de la présente invention, le terme «salifié» indique que la fonction acide présente dans un monomère se trouve sous une forme anionique associée sous forme de sel à un cation, notamment les sels de métaux alcalins, tels que les cations du sodium ou du potassium, ou comme les cations de base azotés tels que le sel d’ammonium, le sel de lysine ou le sel de monoéthanolamine (ElOCEE-CEE-NEL^). Il s’agit de préférence des sels de sodium ou d’ammonium.

Par au moins un monomère de réticulation (AR) diéthylénique ou polyéthylénique, on désigne, dans la définition dudit polyélectrolyte anionique réticulé (PA), on désigne notamment un monomère choisi parmi les éléments du groupe constitué par le méthylène-bis(acrylamide), le diméthacrylate d’éthylèneglycol, le diacrylate de diéthylèneglycol, le diacrylate d’éthylèneglycol, le diallyl urée, le triallylamine, le triméthylol propanetriacrylate, l’acide diallyoxyacétique ou un de ses sels comme le diallyloxyacétate de sodium, ou un mélange de ces composés ; et plus particulièrement un monomère choisi parmi le diméthacrylate d’éthylèneglycol, le triallylamine, le triméthylol propanetriacrylate ou le méthylène- bis(acrylamide) ou un mélange ces composés.

Selon un autre aspect particulier de la présente invention, la composition (Ei) à usage topique est caractérisée en ce que ledit monomère de réticulation (AR) tel que défini précédemment, est mis en œuvre dans une proportion molaire inférieure ou égale à 0,5%, plus particulièrement inférieure ou égale à 0,25% et tout particulièrement inférieure ou égales à 0, 1% ; elle est plus particulièrement supérieure ou égales à 0,005% molaire.

Le polyélectrolyte anionique réticulé (PA) mis en œuvre dans la composition (Ei) à usage topique objet de la présente invention peut également comprendre divers additifs, tels que des agents complexants, des agents de transfert ou des agents limiteurs de chaîne.

Le polyélectrolyte anionique réticulé (PA) mis en œuvre dans la composition (Ei) à usage topique obj et de la présente invention peut être préparé par la mise en œuvre d’un procédé de polymérisation radicalaire connu de l’homme du métier, comme par exemple les procédés de polymérisation en solution, de polymérisation en suspension, de polymérisation en suspension inverse, de polymérisation en émulsion, de polymérisation en émulsion inverse, de polymérisation en milieu solvant suivie d’une étape de précipitation du polymère formé.

Selon un aspect plus particulier, le polyélectrolyte anionique réticulé (PA) mis en œuvre dans la composition (Ei) à usage topique objet de la présente invention peut être préparé par la mise en oeuvre d’un procédé de polymérisation en milieu solvant suivie d’une étape de précipitation du polymère formé, ou de polymérisation en émulsion inverse optionnellement suivi d’une étape de concentration et/ou d’atomisation.

Selon un aspect plus particulier, le polyélectrolyte anionique réticulé (PA) mis en œuvre dans la composition (Ei) à usage topique objet de la présente invention peut être préparé selon un des procédés décrits ci-dessus et impliquer l’utilisation d’agents de transfert ou limiteurs de chaîne. Les agents de transfert ou limiteurs de chaîne sont plus particulièrement choisi parmi le groupe constitué par l’hypophosphite de sodium, des alcools de faibles poids moléculaires par exemple le méthanol, l’éthanol, le propanol-1, l’isopropanol, le butanol, des thiols, par exemple le 2-mercapto éthanol, des agents de transfert comprenant une fonction sulfate, par exemple le methallylsulfonate de sodium, ou des mélanges desdits agents de transfert. Les agents de transfert ou limiteurs de chaînes sont plus particulièrement utilisés dans des proportions molaires, exprimées par rapport au nombre total de moles de monomères mis en œuvre, de 0,001% à 1% molaire, plus particulièrement de 0,001% à 0,5% molaire, et tout particulièrement de 0,001% à 0, 1% molaire.

Selon un autre aspect particulier de la présente invention, ledit polyélectrolyte anionique réticulé (PA) est un élément du groupe constitué par un homopolymère de l’acide 2-méthyl 2- [(1-oxo 2-propènyl) amino] 1-propanesulfonique partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium, réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène- bis(acrylamide) ; un copolymère de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1- propanesulfonique partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium et de l’acide acrylique partiellement ou totalement salifiés sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium, réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide) ; un copolymère de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1 -propanesulfonique (g) partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium et d’acide acrylique (d) partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium dans un rapport molaire (g)/(d) supérieur ou égal à 30/70 et inférieur ou égal à 90/10, réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide) ; un copolymère de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1 -propanesulfonique (g) partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium, et de l’acide acrylique (ô)partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium dans un rapport molaire (y)/(ô)supérieur ou égal à 40/60 et inférieur ou égal à 90/10, réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide) ; un copolymère de l’acide 2- méthyl 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1 -propanesulfonique (g) partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium, et de l’acrylamide (e) dans un rapport molaire (g)/(e) supérieur ou égal à 30/70 et inférieur ou égal à 90/10, réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide) ; un copolymère de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino]

1 -propanesulfonique (g) partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium, et de l’hydroxyéthylacrylate (z) dans un rapport molaire (g)/(z) supérieur ou égal à 30/70 et inférieur ou égal à 90/10, réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide) ; un terpolymère réticulé par le triallylamine et/ou le méthylènebis(acrylamide), de l’acide 2-méthyl

2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1 -propanesulfonique partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium, de l’acrylamide et de l’acide acrylique partiellement ou totalement salifiés sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium ; un terpolymère réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide), de l’acide 2- méthyl 2-[(l-oxo 2-propènyl) amino] 1- propanesulfonique partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium dans une proportion molaire supérieure ou égale à 30% et inférieure ou égale à 45%, de l’acrylamide dans une proportion molaire supérieure ou égale à 45% et inférieure ou égale à 68% et de l’acide acrylique partiellement ou totalement salifiés sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium dans une proportion molaire supérieure ou égale à 2% et inférieure ou égale à 10%, un terpolymère réticulé par le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide), de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2- propènyl) amino] 1 -propanesulfonique partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium dans une proportion molaire supérieure ou égale à 30% et inférieure ou égale à 45%, de l’acrylamide dans une proportion molaire supérieure ou égale à 47% et inférieure ou égale à 68% et de l’acide acrylique partiellement ou totalement salifiés sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium dans une proportion molaire supérieure ou égale à 2% et inférieure ou égale à 8% ; un terpolymère réticulé par le trimethylolpropanetriacrylate et/ou le triallylamine et/ou le méthylène-bis(acrylamide), de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2- propènyl) amino] 1-propanesulfonique partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium dans une proportion molaire supérieure ou égale à 60% et inférieure ou égale à 80%, du N, N diméthylacrylamide dans une proportion molaire supérieure ou égale à 15% et inférieure ou égale à 39,5% et du méthacrylate de lauryle tétraéthoxylé dans une proportion molaire supérieure ou égale à 0,5% et inférieure ou égale à 5% ; un tétrapolymère réticulé par le trimethylolpropanetriacrylate et/ou le triallylamine et/ou le méthylène- bis(acrylamide), de l’acide 2-méthyl 2-[(l-oxo 2- propènyl) amino] 1-propanesulfonique partiellement ou totalement salifié sous forme de sel de sodium ou de sel d’ammonium dans une proportion molaire supérieure ou égale à 60% et inférieure ou égale à 80%, du N, N diméthylacrylamide dans une proportion molaire supérieure ou égale à 15% et inférieure ou égale à 39 %, du méthacrylate de lauroyle dans une proportion molaire supérieure ou égale à 0,5% et inférieure ou égale à 2 ,5%, et du méthacrylate de stéaroyle dans une proportion molaire supérieure ou égale à 0,5% et inférieure ou égale à 2 ,5%.

Concernant l’agent tensioactif émulsionnant, dans la formule (VIII) telle que définie ci- dessus, le groupe RI -O- est lié à G par le carbone anomérique du reste saccharide, de manière à former une fonction acétal.

Selon un aspect particulier, dans la définition de la formule (VIII) x, ou degré moyen de polymérisation, représente un nombre décimal supérieur ou égal à 1,05 et inférieur ou égal à 2,5, plus particulièrement supérieur ou égal à 1,05 et inférieur ou égal à 2,0, et encore plus particulièrement supérieur ou égal à 1,25 et inférieur ou égal à 2,0.

Selon un autre aspect particulier la combinaison d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (S I) et d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (S2) comprend pour 100% de sa masse :

De 12 % à 88 % massique d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (Si) qui consiste en au moins une composition (C2) comprenant pour 100% de sa masse :

De 10 % à 50 % massique d’au moins une composition d’alkylpolyglycosides (Ci) représentée par la formule (VIII) :

Ri-0-(G) x -H (VIII)

dans laquelle x représente un nombre décimal compris entre 1,05 et 2,5, G représente le radical glucosyl ou a,b-D-glucopyranosyl, obtenu à partir de la suppression du groupe hydroxyl hémiacétal du a,b-D-glucopyranose, et Ri représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n-octadécyle, n-eicosyle et n-béhényle, ladite composition consistant en un mélange de composés représentés par les formules (VIIIi), (VIH 2 ), (VIII3), (VIII 4 ) et (VIII5) :

Ri-0-(G)i-H (VIIIi)

R I -0-(G) 2 -H (VIII 2 )

RI-0-(G) -H (VIII3)

R I -0-(G) 4 -H (VIII4)

R I -0-(G) 5 -H (VIII5)

dans les proportions molaires respectives ai, a 2 , a 3 , a 4 et as, telles que :

- La somme ai+ a 2 + a3 + a 4 + as est égale à 1 et que

- La somme ai + 2a 2 + 3a 3 + 4a 4 + 5as est égale à x ; et

De 90% à 50% massique d’au moins un alcool gras de formule (IX) :

R”i-OH (IX),

dans laquelle R”i représente un radical choisi parmi les éléments du groupe constitué par le radical n-dodécyle, n-tétradécyle, n-hexadécyle, n-octadécyle, n-eicosyle et n- béhényle, et avec R’i identique ou différent de Ri

- De 12 % à 88 % massique d’au moins un agent tensioactif émulsionnant (S 2 ) qui consiste en au moins un polyhydroxystéarates de polyglycols représenté par la formule (XII) :

[Chem 19]

dans laquelle y 2 représente un nombre entier supérieur ou égal à 2 et inférieur ou égal à 50, R 4 représente l’atome d’hydrogène, le radical méthyle ou le radical éthyle, Z 2 représente un radical de formule (XIII) :

[Chem 20]

dans laquelle y’2 représente un nombre entier supérieur ou égal à 0 et inférieur ou égal à 10, plus particulièrement supérieur ou égal à 1 et inférieur ou égal à 10, Z’ 2 représente un radical de formule (XIII) telle que définie ci-dessus, avec Z2’ identique ou différent de Z2, ou l’atome d’hydrogène.

Selon un autre aspect particulier, la composition selon l’invention présente une viscosité dynamique mesurée à une température de 20°C et à l’aide d’un viscosimètre Brookfield de type LVT à une vitesse de 6 tours/minute, est supérieure ou égale à 500 mPa.s et inférieure ou égale à 40 000 mPa.s.

Concernant les composés auxiliaires, parmi les tensioactifs anioniques moussants et/ou détergents que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer les sels de métaux alcalins, les sels de métaux alcalino-terreux, les sels d’ammonium, les sels d’amines, les sels d’amino alcools d’alkyléthers sulfates, d’alkyl sulfates, d’alkylamidoéther sulfates, d’alkylarylpolyéther sulfates, de monoglycérides sulfates, d’alpha-oléfinesulfonates, de paraffines sulfonates, d’alkyl phosphates, d’alkyléther phosphates, d’alkyl sulfonates, d’alkylamide sulfonates, d’alkylaryl sulfonates, d’alkyl carboxylates, d’alkylsulfosuccinates, d’alkyléther sulfosuccinates, d’alkylamide sulfosuccinates, d’alkyl sulfo-acétates, d’alkyl sarcosinates, d’acyliséthionates, de N-acyl taurates, d’acyl lactylates, de dérivés N-acylés d’acides aminés, de dérivés N-acylés de peptides, de dérivés N-acylés de protéines, d’acides gras.

Parmi les tensioactifs amphotères moussants et/ou détergents éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer les alkylbétaines, les alkylamidobétaines, les sultaines, les alkylamidoalkylsulfobétaines, les dérivés d’imidazolines, les phosphobétaïnes, les amphopolyacétates et les amphopropionates. Parmi les tensioactifs cationiques moussants et/ou détergents éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer particulièrement les dérivés d’ammoniums quaternaires.

Parmi les tensioactifs non ioniques moussants et/ou détergents éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer plus particulièrement les alkylpolyglycosides comportant un radical aliphatique, linéaire ou ramifié, saturé ou insaturé, et comportant de 8 à 12 atomes de carbone ; les dérivés d’huile de ricin, les polysorbates, les amides de coprah, les N-alkylamines.

Comme exemples de tensioactifs épaississants et/ou gélifiants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer :

les esters gras d’ alkylpolyglycosides éventuellement alcoxylés, et tout particulièrement les esters de méthylpolyglucoside éthoxylés tels que le PEG 120 méthyl glucose trioléate et le PEG 120 méthyl glucose dioléate commercialisés respectivement sous les appellations GLUCAMATE™ LT et GLUMATE™ DOE120 ;

les esters gras alcoxylés tels que le PEG 150 pentaérythrytyl tétrastéarate commercialisé sous l’appellation CROTHIX™ DS53, le PEG 55 propylene glycol oléate commercialisé sous l’appellation ANTIL™ 141 ;

les carbamates de polyalkylène glycols à chaînes grasses tels que le PPG 14 laureth isophoryl dicarbamate commercialisé sous l’appellation ELFACOS™ T211, le PPG 14 palmeth 60 hexyl dicarbamate commercialisé sous l’appellation ELFACOS™ GT2125. Comme exemples de tensioactifs émulsionnants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer des tensioactifs non ioniques, des tensioactifs anioniques, des tensioactifs cationiques.

Comme exemples de tensioactifs non ioniques émulsionnants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, l'huile de ricin éthoxylée et l'huile de ricin hydrogénée éthoxylée, par exemple le produit commercialisé sous la dénomination SIMULSOL™ 989; les compositions comprenant du stéarate de glycérol et de d’acide stéarique poly(éthoxylé) avec entre 5 moles et 150 moles d’oxyde d’éthylène, par exemple la composition comprenant de l’acide stéarique (éthoxylé) à 135 moles d’oxyde d’éthylène et du stéarate de glycérol commercialisée sous l’appellation SIMFJLSOL™ 165 ; les esters de sorbitan éthoxylés, par exemple les produits commercialisés sous la dénomination MONTANOX™ ; les esters de mannitan éthoxylés ; les esters de sucrose ; les esters de méthylglucoside.

Comme exemples de tensioactifs anioniques émulsionnants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer le décylphosphate, le cétylphosphate commercialisé sous l’appellation AMPHISOL™, le glycéryl stéarate citrate ; le cétéaryl sulfate ; la composition arachidyl/béhényl phosphates et arachidyl/béhényl alcools commercialisée sous l’appellation SENSANOV™WR; les savons par exemple le stéarate de sodium ou le stéarate de triéthanolammonium, les dérivés N-acylés d’acides aminés salifiés comme par exemple le stéaroyl glutamate.

Comme exemples de tensioactifs cationiques émulsionnants éventuellement présents dans la composition selon invention, on peut citer les aminoxydes, le quaternium-82, le cétyl triméthyl ammonium chloride, l’hexadécyl triméthyl ammonium bromide, le cétyl pyridinium chloride, benzalkonium chloride, le benzéthonium chloride, et les tensioactifs décrits dans le document W096/00719 et principalement ceux dont la chaîne grasse comprend au moins 16 atomes de carbone.

Comme exemples d’agents opacifiants et/ou nacrants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer le palmitate de sodium, le stéarate de sodium, l’hydroxy stéarate de sodium, le palmitate de magnésium, le stéarate de magnésium, l’hydroxy stéarate de magnésium, le monostéarate d’éthylène glycol, le distéarate d’éthylène glycol, le monostéarate de polyéthylène glycol, le distéarate de polyéthylène glycol, les alcools gras comportant de 12 à 22 atomes de carbone.

Comme exemples d’agents de texture éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer des dérivés N-acylés d’acides aminés, par exemple la lauroyl lysine commercialisée sous l’appellation AMINOHOPE™LL, l’octenyl starch succinate commercialisé sous l’appellation DRYFLO™, le myristyl polyglucoside commercialisé sous l’appellation MONTANOV 14, les fibres de cellulose, les fibres de coton, les fibres de chitosane, le talc, la séricite, le mica.

Comme exemples de solvants et de co-solvants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer l’eau, les solvants organiques par exemple le glycérol, le diglycérol, les oligomères du glycérol, l’éthylène glycol, le propylène glycol, le butylène glycol, l’hexylène glycol, le diéthylène glycol, le xylitol, l’érythritol, le sorbitol, les alcools hydrosolubles tels que l’éthanol, l’isopropanol ou le butanol, les mélanges d’eau et desdits solvants organiques, le propylène carbonate, l’acétate d’éthyle, l’alcool benzylique, le diméthyl sulfoxyde (DMSO).

Comme exemples d’agents d’amélioration de la pénétration cutanée éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer les glycolséthers comme par exemple l'éthylène glycol monométhyl éther, l’éthylène glycol monoéthyl éther, l’éthylène glycol monopropyl éther, l’éthylène glycol monoisopropyl éther, l’éthylène glycol monobutyl éther, l’éthylene glycol monophényl éther, l’éthylène glycol monobenzyl éther, le di éthylène glycol monométhyl éther, le diéthylène glycol monoéthyl éther et le diéthylène glycol mono-n-butyl éther, le diéthylène glycol monoéthyl éther (ou Transcutol-P), les acides gras comme l’acide oléique, les esters de glycérol d’acide gras comme par exemple le béhénate de glycérol, le palmitostéarate de glycérol, le béhénoyl macroglycérides, le polyoxyéthylène-2-stéaryl éther, le polyoxyéthylène-2-oléyl éthers, des terpènes comme par exemple le D-Limonène, des huiles essentielles comme par exemple l’huile essentielle d’eucalyptus.

Comme exemples d’agents épaississants et/ou gélifiants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer les polysaccharides constitués uniquement d’oses, comme les glucanes ou homopolymères du glucose, les glucomannoglucanes, les xyloglycanes, les galactomannanes dont le degré de substitution (DS) des unités de D-galactose sur la chaîne principale de D-mannose est compris entre 0 et 1, et plus particulièrement entre 1 et 0,25, comme les galactomannanes provenant de la gomme de cassia (DS = 1/5), de la gomme de caroube (DS = 1/4), de la gomme de tara (DS = 1/3), de la gomme de guar (DS = 1/2), de la gomme de fenugrec (DS = 1 ).

Comme exemples d’agents épaississants et/ou gélifiants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer les polysaccharides constitués de dérivés d’oses, comme les galactanes sulfatés et plus particulièrement les carraghénanes et l’agar, les uronanes et plus particulièrement les algines, les alginates et les pectines, les hétéropolymères d’oses et d’acides uroniques et plus particulièrement la gomme xanthane, la gomme gellane, les exsudais de gomme de arabique et de gomme de karaya, les glucosaminogly canes.

Comme exemples d’agents épaississants et/ou gélifiants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer la cellulose, les dérivés de cellulose comme la méthyl-cellulose, l’éthyl-cellulose, l’hydroxypropyl cellulose, les silicates, l’amidon, les dérivés hydrophiles de l’amidon, les polyuréthanes.

Comme exemples d’agents stabilisants éventuellement présents dans la composition selon l’invention, on peut citer les cires microcristallines, et plus particulièrement l’ozokérite, les sels minéraux tels que le chlorure de sodium ou le chlorure de magnésium.

Comme exemples d’eaux thermales ou minérales que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer les eaux thermales ou minérales ayant une minéralisation d'au moins 300 mg/I, en particulier l'eau d'Avene, l'eau de Vittel, les eaux du bassin de Vichy, l'eau d'Uriage, l'eau de la Roche Posay, l'eau de la Bourboule, l'eau d'Enghien-les-bains, l'eau de Saint-Gervais-les bains, l'eau de Néris-les-bains, l'eau d'Allevard-les-bains, l'eau de Digne, l'eau des Maizieres, l'eau de Neyrac-les-bains, l'eau de Lons le Saunier, l'eau de Rochefort, l'eau de Saint Christau, l'eau des Fumades et l'eau de Tercis-les-bains.

Comme exemples d’agents actifs que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer les substances ou compositions qui apportent un effet bénéfique au sujet humain ou animal.

Ces agents actifs peuvent être par exemple des anticorps, des analgésiques, des anti inflammatoires, des cytokines, des cytoxines, des facteurs de croissances, des hormones, des lipides, des oligonucléotides, des polymères, des polysaccharides, des polypeptides, des inhibiteurs de protéase, des vitamines, des repellents d’insecte, des antibiotiques, des agents anti-inflammatoires.

Comme exemples d’agents analgésiques et anti-inflammatoire que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer l'acétaminophène, l’aspirine, l’acide salicylique, le méthyl salicylate, la choline salicylate, le glycol salicylate, le 1 -menthol, le camphre, l’acide méfénamique, 1‘acide fluphénamique, l’indométhacine, l’acide protizidique, le fentiazac, le tolmetin, l’acide tiaprofenique, le phénylbutazone, l’oxyphenbutazone, le clofezone, le pentazocine, le mepirizole, G hydrocortisone, la cortisone, la dexamethasone, la fluocinolone, la triamcinolone, la medrysone, la prednisolone, la flurandrenolide, le prednisone, l’halcinonide, le méthylprédnisolone, le fludrocortisone, la corticosterone, la paramethasone, la betamethasone.

Comme exemples d’agents anti-inflammatoires non stéroïdiens (ou AINS) que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer plus particulièrement les dérivés arylacétiques (ou arylalkanoïques) et les acides 2-arylpropioniques (ou profènes), et en core plus particulièrement le diclofénac, l’acide tiaprofénique, l’alminoprofène, l’étodolac, le flurbiprofène, l’ibuprofène, le kétoprofène , le naproxène.

Comme exemples d’agents antiseptiques que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer la cetrimide, la povidone-iodine, la chlorhexidine, l’iodine, le benzalkonium chloride, l’acide benzoïque, le nitrofurazone, le péroxyde de benzoyle, l’hydrogène péroxyde, l’hexachlorophène, le phénol, le résorcinol et le cétylpyridinium chloride.

Comme exemples d’agents antisectides que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer le trichlorfone, le triflumerone, le fenthion, le bendiocarbe, la cyromazine, le dislubenzurone, le dicyclanile, le fluazurone, l’amitraze, la deltamethrine, la cypermethrine, le chlorfenbinphose, la flumethrine, la ivermectine, l’abermectine, l’avermectine, la doramectine, la moxidectine, la zeti-cypermethrine, la diazinone, la spinosade, imidaclopride, le nitenpyrane, le pyriproxysene, le sipronil, le cythioate, la lufenurone, la selamectine, la milbemycine oxime, le chlorpyrifose, le coumaphose, le propetamphose, ralpha-cypermethrine, rhighciscypermethrine, rivermectine, la diflubenzurone, le cyclodiene, le carbamate and benzoyl urée.

Comme exemples d’agents anti-microbiens que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer les sulfonamides, les aminoglycosides comme par exemple le neomycine, le tobramycine, le gentamycine, l’amikacine, le kanamycine, le spectinomycine, le paromomycine, le netilmicin, les polypeptides, les céphalosporines, les oxazolidinones comme par exemple la ciprofloxacine, la levofloxacine, l’ofloxacine.

Comme exemples d’agents actifs que l’on peut associer à la composition selon l’invention, on peut citer la vitamine E, le Coenzyme Q10, la L-carnitine, la choline, l’acide folique, le magnésium et ses sels, l’acide caprylique, l’acide linoléique, l’acide laurique, la taurine, la vitamine C, la vitamine A, les vitamines du groupe B.

La composition selon l’invention et telle que définie précédemment, est obtenue par la mise en œuvre du procédé de préparation comprenant les étapes suivantes

Une étape a) de préparation de la phase grasse (A2) en mélangeant l'ensemble des éléments la constituant dans les proportions souhaitées. Cette étape de mélange est généralement conduite à une température supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 80°C, plus particulièrement supérieure ou égale à 25°C et inférieure ou égale à 80°C, et encore plus particulièrement supérieure ou égale à 30°C et inférieure ou égale à 80°C ; elle est réalisée sous agitation mécanique à une vitesse modérée supérieure ou égale à 50 tours/minute et inférieure ou égale à 100 tours/minute ;

Une étape b) de préparation de la phase aqueuse (Ai) de l'ensemble des éléments la constituant dans les proportions souhaitées. Cette étape de mélange est généralement conduite à une température supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 80°C, plus particulièrement supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 60°C, et encore plus particulièrement supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 40°C ; elle est réalisée sous agitation mécanique à une vitesse modérée supérieure ou égale à 500 tours/minute et inférieure ou égale à 3 000 tours/minute. De façon particulière, la phase aqueuse (Ai) obtenue à l’issue de l’étape b) présente une viscosité dynamique, mesurée à 20°C par l’intermédiaire d’un viscosimètre de type Brookfield LV à une vitesse de 6 tours/minute, supérieure ou égale à 200 mPa.s et inférieure ou égale à 40 000 mPa.s, plus particulièrement supérieure ou égale à 1 000 mPa.s et inférieure ou égale à 40 000 mPa.s, et encore plus particulièrement supérieure ou égale à 2 000 mPa.s et inférieure ou égale à 40 000 mPa.s ;

Une étape c) au cours de laquelle la phase grasse (A2) est ajoutée sur la phase aqueuse (Ai) à une température supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 80°C, plus particulièrement supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 60°C, et encore plus particulièrement supérieure ou égale à 20°C et inférieure ou égale à 40°C, sous agitation mécanique à une vitesse modérée supérieure ou égale à 50 tours/minute et inférieure ou égale à 400 tours/minute, de façon à obtenir la composition selon l’invention.

Les exemples suivants illustrent l'invention, sans toutefois la limiter.

Préparation et évaluation d’émulsions eau-dans-huile selon l’invention et d’émulsions eau-dans-huile comparatives.

1) Préparation des émulsions eau-dans-huile

On prépare trois émulsions eau-dans-huile selon l’invention, notées (Fi) à (Fs), et trois émulsions eau-dans-huile selon l’état de la technique, notées (F’i) à (F’4), dont les proportions massiques en leurs constituants sont consignées dans le tableau 1 ci-dessous les teneurs massiques des polyélectrolytes étant indiquées en pourcentage de matière sèche polymérique, en mettant en œuvre le procédé ci-après.

Les constituants de la phase grasse sont introduits successivement dans un bêcher, mélangés et amenés à une température de 20°C après une étape de chauffage de 80°C ; le mélange est réalisé à l’aide d’un agitateur mécanique muni d’un mobile d’agitation de type hélice, à une vitesse de 100 tours/minute. La glycérine et l’eau sont mélangées à température ambiante dans un bêcher à l’aide d’un agitateur mécanique à une vitesse de 2 000 tours/minute et l’agent épaississant est alors ajouté progressivement. L’agitation est maintenue pendant une durée permettant d’atteindre une phase aqueuse se présentant sous la forme d’un gel homogène. La phase grasse est ajoutée en une seule fois sur le gel aqueux, à température ambiante et à une vitesse d’agitation modérée (75 à 300 tours/minute) avec un agitateur équipé d’un mobile de type ancre. Cette agitation est alors maintenue pendant dix minutes et aucune étape de refroidissement n’est nécessaire.

[Table 1]

(1) : Lanol™ 2681, ou Coco-Caprylate/Caprate.

(2) : Sepineo™ SE 68 est un mélange comprenant pour 100% de sa masse, de 78% à 85% massique d’un mélange de n-hexadécanol et de n-octadécanol, et de 15% à 22% massique d’un mélange de n-hexadécylglucoside de degré de polymérisation moyen de 1,20 et de n- octadécylglucoside de degré de polymérisation moyen de 1,20, utilisé comme agent émulsionnant.

(3) : Sepicide™HB est un mélange de phénoxyéthanol, de méthylparaben, d’éthylparaben, de butylparaben, de n-propylparaben, utilisé comme agent conservateur.

(4) : Simaline™WO, ou PEG 30 Dipolyhydroxystearate, est un agent tensioactif émulsionnant.

(5) : Sepineo™P600 est un latex inverse auto-inversible comprenant pour 100% de sa masse entre 30% et 40% massique d’un copolymère réticulé de l’acrylamide et de l’acryloyldiméthyl taurate de sodium, utilisé comme agent épaississant.

(6) : Montane™80 est une composition comprenant du mono-oléate de sorbitan, utilisée comme agent émulsionnant de type eau-dans-huile.

(7) : PEG-400 est un polyéthylène glycol de poids moléculaire d’environ 400 g. mol 1 .

2 Mise en évidence des propriétés des émulsions eau-dans-huile (Fi) à (F3) selon l’invention et des émulsions eau-dans-huile (F’i) à (F’3) selon l’état de la technique.

2.1 Caractérisation de l’aspect et de la viscosité des émulsions eau-dans-huile (Fi) à (F 3 ) selon l’invention et des émulsions eau-dans-huile (F’i) à (F’ 3 ) selon l’état de la technique.

Les émulsions (Fi) à (F3), et (F’i) à (F’3) obtenues selon le procédé précédemment décrit, sont ensuite conservées dans une enceinte climatique isolée et régulée à une température de 25°C pendant 3 mois. A l’issue de cette période de trois mois, l’aspect (ASP) de chaque émulsion préparée est observé et la viscosité dynamique (m) de chaque émulsion est mesurée (en mPas), au moyen d'un viscosimètre à 25°C (Brookfield LVT, vitesse 6).

Une aliquote des mêmes émulsions (Fi) à (F3), et (F’i) à (F’3) obtenues selon le procédé précédemment décrit, sont aussi conservées dans une enceinte climatique isolée et régulée à une température de 45°C pendant trois mois. A l’issue de cette période de trois mois, l’aspect (ASP) de chaque émulsion préparée est observé et la viscosité dynamique (m) de chaque émulsion est mesurée (en mPas) , au moyen d'un viscosimètre à 25°C (Brookfield LVT, vitesse 6).

2.2 Caractérisation du sens des émulsions (Fi) à (F 3 ) selon l’invention et des émulsions (F’i) à (F’ 3 ) selon l’état de la technique.

La conductivité (s) des émulsions (Fi) à (F3) selon l’invention et des émulsions (F’i) à (F’3) est mesurée à 25°C, après une durée de stockage desdites émulsions d’un jour dans une enceinte climatique isolée et régulée à une température de 25°C, au moyen d’un

conductimètre de marque LF 196™ de la société WTW muni d’une électrode Tétracon™ 96.

Si pour une émulsion donnée, (s) < 0,5 pS.cm 1 , on considère que l’émulsion n’est pas conductrice et que par conséquent la phase externe n’est pas la phase aqueuse mais la phase huileuse. Si pour une émulsion donnée, (s) >0,5 pS.cm 1 , on considère que l’émulsion est conductrice et que par conséquent la phase externe n’est pas la phase huileuse mais la phase aqueuse.

Cette même mesure de la conductivité des émulsions (Fi) à (F 3 ) selon l’invention et des émulsions (F’i) à (F’ 3 ) est mesurée à 25°C après trois mois à 25°C, et après trois mois à 45°C. 2.3 Résultats obtenus pour les émulsions eau-dans-huile (Fi) à (F 3 ) selon l’invention et pour les émulsions eau-dans-huile (F’i) à (F’ 3 ) selon l’état de la technique.

Les méthodes d’évaluations décrites aux paragraphes 2.1 et 2.2 ont été appliquées aux émulsions eau-dans-huile (Fi) à (F3) selon l’invention et aux émulsions eau-dans-huile (F’i) à (F’3) selon l’état de la technique. Les résultats obtenus sont consignés dans la tableau 2 ci- dessous.

[Table 2]

2.4 Analyse des résultats

Les émulsions eau-dans-huile (Fi) à (F3) selon l’invention, se caractérisent donc par :

- une stabilité de leur forme eau-dans-huile après 3 mois de stockage à une température de 25°C ; l’aspect observé après cette période de stockage est toujours homogène ;

- une stabilité de leur forme eau-dans-huile après 3 mois de stockage à une température de 45°C ; l’aspect observé après cette période de stockage est toujours homogène ;

Par des valeurs de viscosités dynamiques mesurées après 3 mois de stockage à 25°C, au moyen d’un viscosimètre de modèle Brookfield LV à 25°C et à une vitesse de 6 tours/minute, comprises entre 27 000 mPa.s (pour (F2)) et 65 000 mPa.s (pour (Fi)).

La formulation (F’i) se distingue de (F’ 2) par l’absence de nitrate d’éconazole en son sein ; (F’i) se présente sous la forme d’une émulsion de type eau-dans-huile alors que la formulation de (F’ 2) ne permet pas d’obtenir une émulsion de type eau-dans-huile mais de type eau-dans-huile.

Lorsque la teneur massique en huile (Lanol™ 2681) dans la formulation est portée à 15% dans la formulation (Fi), l’émulsion obtenue est de type eau-dans-huile_alors que l’émulsion obtenue est de type huile-dans-eau pour la formulation (F’2) contenant 8% de Lanol™2681.

La formulation (F’ 3), ne diffère de la formulation (Fi) que par la nature du tensioactif, à savoir oléate de sorbitan (Montane™80) pour la formulation (F’ 3) contre cétéaryl polyglucoside/cétéaryl alcool pour la formulation (F’3), ne permet pas d’obtenir une émulsion de type eau-dans-huile après stockage à 25°C et à 45°C pendant trois mois.

La formulation (F’4) ne contient qu’un seul tensioactif de type eau-dans-huile, le PEG 30 Dipolyhydroxystearate (commercialisé sous le nom de marque SImaline™WO) qui est un tensioactif de type eau-dans-huile, et ne permet pas d’obtenir une émulsion de type eau-dans- huile stable après stockage à 45°C pendant trois mois car un déphasage et un aspect hétérogène sont observés dès la fin du premier mois de stockage.