Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
PIECE OF FURNITURE HAVING A SEAT BASE WITH TWO PIVOT AXES
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2021/074174
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a piece of furniture comprising a seat base (2) supported by an underframe (3) via pivot means for pivoting the seat on the underframe, the pivot means being designed to allow a movement of the seat base about at least two non-vertical axes.

Inventors:
YOUCEF-DUMEZ HALIM (FR)
Application Number:
PCT/EP2020/078817
Publication Date:
April 22, 2021
Filing Date:
October 14, 2020
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
HEALTH DESIGN CREATIONS (FR)
International Classes:
A47C3/025; A47C3/026; A47C3/12; A47C9/00
Domestic Patent References:
WO2006019241A12006-02-23
Foreign References:
KR20120119848A2012-10-31
DE20110832U12001-11-08
Attorney, Agent or Firm:
DECORCHEMONT, Audrey et al. (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Meuble comprenant une assise (2, 102) portée par un piètement (3) par l'intermédiaire de moyens d'articulation (4) de l'assise sur le piètement, le meuble étant caractérisé en ce que les moyens d'articulation sont agencés pour autoriser un déplacement de l'assise autour d'au moins deux axes non verticaux.

2. Meuble selon la revendication 1, dans lequel les deux axes sont sensiblement horizontaux.

3. Meuble selon l'une des revendications précé dentes, dans lequel les deux axes sont sensiblement ortho gonaux.

4. Meuble selon l'une des revendications précé dentes, comprenant des moyens d'actionnement de l'assise (2, 102) autour de ces deux axes, les moyens d'actionnement étant reliés à une unité de commande pour obtenir au moins un mouvement de l'assise combiné autour de ces deux axes.

5. Meuble selon la revendication 4, dans lequel le meuble est conformé de sorte que l'unité puisse commander au meuble un mouvement général combiné à des bercements et/ou des oscillations de moindre envergure.

6. Meuble selon l'une des revendications précé dentes, dans lequel les moyens d'articulation assurent un mouvement de l'assise (2, 102) dans un volume donné défini par un dôme.

7. Meuble selon la revendication 6, dans lequel le dôme présente un centre agencé au-dessus de l'assise.

8. Meuble selon l'une des revendications précé dentes, comportant au moins un capteur agencé pour détecter un état et/ou une réponse physiologique d'un utilisateur du meuble.

9. Meuble selon la revendication 8, dans lequel le capteur est un capteur de poids.

10. Meuble selon la revendication 9, dans lequel le capteur est un capteur musculaire.

11. Meuble selon l'une des revendications précé- dentes comprenant au moins un système choisi par l'un des systèmes suivants : un système de massage par vibration, un système de massage par têtes de massage, un système de chauffage, un système audio.

12. Meuble selon l'une des revendications précé- dentes, dans lequel l'angle d'assise de l'assise est com pris entre 125 et 130 degrés.

Description:
Meuble à assise à deux axes d'articulations

La présente invention concerne un meuble à assise dont l'assise est déplaçable selon deux axes d'articulation non verticaux.

ARRIERE PLAN DE L'INVENTION

De nombreux fauteuils comprennent un dossier qui peut s'incliner pour améliorer le confort de l'utilisateur. Cer tains fauteuils y associent par ailleurs des moyens de vibration pour masser l'utilisateur et lui procurer un sentiment de relaxation.

De tels fauteuils peuvent ainsi se trouver dans des lieux publics comme les aéroports ou les gares mais égale ment chez des particuliers.

OBJET DE L'INVENTION

Un but de l'invention est de proposer une alternative améliorée aux meubles à assises de l'art antérieur.

RESUME DE L'INVENTION

En vue de la réalisation de ce but, on propose un meuble comprenant une assise portée par un piètement par l'intermédiaire de moyens d'articulation de l'assise sur le piètement.

Selon l'invention les moyens d'articulation sont agencés pour autoriser un déplacement de l'assise autour de deux axes non verticaux.

De la sorte, la position relative de l'assise par rap port au piètement peut être modifiée autour de deux axes non verticaux. Un utilisateur peut ainsi être déplacé fa cilement dans différentes positions. En outre, sous l'effet de la gravité, les mouvements de l'assise assurent natu rellement un massage de l'utilisateur.

En fonction des séquences de mouvements choisies, le meuble offre de grandes possibilités de relaxation, de ressourcement, de stimulation ...à l'utilisateur. Par meuble à assise on entend un meuble dont la fonc tion principale est de permettre à un utilisateur de s'as- soir ou de s'allonger, le meuble à assise comportant en particulier un dossier (incliné ou horizontal) contre le quel l'utilisateur vient appuyer son dos.

Un meuble à assise au sens de l'invention est par exemple un berceau, un lit ou bien encore un fauteuil ...Op- tionnellement, les deux axes sont sensiblement horizon taux.

Optionnellement, les deux axes sont sensiblement or thogonaux.

Optionnellement, le meuble comprend des moyens d'ac- tionnement de l'assise autour de ces deux axes, les moyens d'actionnement étant reliés à une unité de commande pour obtenir au moins un mouvement de l'assise combiné autour de ces deux axes.

On peut ainsi procurer un mouvement orbital à l'utili sateur.

Optionnellement les moyens d'articulation assurent un mouvement de l'assise dans un volume donné défini par un dôme.

Ceci renforce l'aspect mouvement orbital.

Ce dôme peut être immatériel ou réel. Dans ce dernier cas le meuble comporte une calotte formant ledit dôme et à l'intérieur de laquelle peut être agencée au moins en par tie les moyens d'articulation. Si les moyens d'articulation comportent deux arceaux, au moins un des arceaux sera agencé dans la calotte.

Optionnellement le dôme présente un centre agencé au- dessus de l'assise.

Optionnellement le meuble comporte au moins un capteur agencé pour détecter un état et/ou une réponse physiolo gique d'un utilisateur du meuble.

Optionnellement le capteur est un capteur de poids.

Optionnellement le capteur est un capteur musculaire.

Optionnellement le meuble comporte au moins un système choisi par l'un des systèmes suivants : un système de mas sage par vibration, un système de massage par têtes de massage, un système de chauffage, un système audio.

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention ressortiront à la lecture de la description qui suit de modes de réalisation particuliers non limitatifs de l'in vention.

BREVE DESCRIPTION DES DESSINS

L'invention sera mieux comprise à la lumière de la description qui suit en référence aux figures annexées parmi lesquelles :

[Fig. 1] La figure 1 est une vue schématique d'une partie d'un meuble selon un premier mode de réalisation de 1'invention,

[Fig. 2a] La figure 2a est un schéma illustrant une première séquence pouvant être mise en œuvre par le meuble illustré à la figure 1,

[Fig. 2b] La figure 2b est un schéma illustrant une deuxième séquence pouvant être mise en œuvre par le meuble illustré à la figure 1,

[Fig. 3] La figure 3 est une vue schématique d'un meuble selon un deuxième mode de réalisation particulier de l'in vention.

DESCRIPTION DETAILLEE DE L'INVENTION

En référence à la figure 1, et selon un premier mode de réalisation de l'invention, le meuble est ici un fauteuil 1 qui comprend une assise 2 portée par un piètement 3 par l'intermédiaire de moyens d'articulation 4 de l'assise 2 sur le piètement 3. Le piétement 3 comporte au moins un pied de repos sur le sol. Ici le piétement 3 comporte deux pieds de repos 5, 6 formé chacun d'une barre reposant au sol, les deux barres étant parallèles entre elles. Une troisième barre 7 du piétement s'étend transversalement entre les deux pieds de repos 5, 6 pour les solidariser entre eux.

Le piétement 3 comporte par ailleurs un bras 8 s'étendant rectilignement à partir de la troisième barre en direction de l'assise 2. Le piétement 3 est ici conformé de sorte que le bras 8 s'étende selon un troisième axe Z sensiblement vertical.

Le piétement 3 est par exemple en métal.

L'assise 2 présente à la fois un dossier 9 et un siège

10.

Un utilisateur peut en conséquence s'assoir ou s'allonger dans le fauteuil 1, son dos étant soutenu par le dossier 9 et ses jambes soutenues, en partie au moins, par le siège 10.

De préférence, l'assise 2 est par ailleurs suffisamment large pour que l'utilisateur puisse reposer ses bras sur l'assise 2 tout en les étendant le long de son corps.

Le dossier 9 et le siège 10 sont de préférence d'une seule pièce.

L'assise 2 est ici formée d'une unique coque revêtue au moins sur la face destinée à recevoir l'utilisateur d'un matériau souple comme par exemple de la mousse.

De préférence, l'angle formé à l'intérieur de l'assise 2 entre le dossier 9 et le siège 10 (encore appelé angle d'assise) est compris entre 125 et 130 degrés et est préférentiellement de 127 degrés.

On va à présent s'attacher à décrire les moyens d'articulation 4.

Selon l'invention les moyens d'articulation 4 sont agencés pour autoriser un déplacement de l'assise 2 autour de deux axes X, Y non verticaux. Les deux axes X, Y sont orthogonaux entre eux.

De préférence, les deux axes X, Y sont sensiblement horizontaux. En réalité, les deux axes X, Y sont ici sensiblement orthogonaux au troisième axe Z.

Les moyens d'articulation 4 sont par ailleurs conformés de sorte que le premier axe X corresponde sensiblement à l'axe de tangage de l'assise 2 et le deuxième axe Y à l'axe de roulis de l'assise 2.

Optionnellement le fauteuil 1 est configuré pour assurer des mouvements de l'assise 2 d'amplitude comprise entre 0 et 90 degrés selon le premier axe X et de 0 et 90 degrés selon le deuxième axe Y.

Le fauteuil 1 est ici conformé de sorte que le deuxième axe Y soit sensiblement parallèle à l'axe selon lequel s'étendent les pieds de repos 5, 6 rectilignes du piétement 3.

Les moyens d'articulation 4 sont par ailleurs conformés pour autoriser un déplacement de l'assise 2 de manière combinée autour du premier axe X et du deuxième axe Y.

Le fauteuil 1 peut ainsi déplacer l'utilisateur selon un mouvement orbital.

Ceci s'avère relaxant, stimulant, ressourçant ... selon la séquence de mouvements choisie.

Dans le cas présent, les moyens d'articulation 4 n'autorisent pas de déplacement de l'assise 2 autour du troisième axe Z.

L'assise 2 n'est donc déplaçable que dans le plan or bital.

Optionnellement, les moyens d'articulation 4 sont agen cés de sorte à déplacer l'assise 2 uniquement dans un vo lume géométrique qui est sensiblement en forme de dôme et par exemple le long de la surface externe dudit volume géométrique.

Le dôme est centré sur le bras 8 et donc ici coaxial au troisième axe Z. La partie bombée du dôme est ici tournée vers le pié- tement 3.

Le centre C du dôme appartient dans le cas présent au troisième axe Z et se situe au-dessus de l'assise 2.

Les mouvements de l'assise 2 peuvent ainsi s'inscrire dans une surface concave.

Le dôme est ici sensiblement hémisphérique.

Dans le cas présent, les moyens d'articulation 4 sont eux-mêmes agencés dans ce volume géométrique en forme de dôme.

Optionnellement, les moyens d'articulation 4 compor tent une première gouttière qui est montée sur le bras 8 au niveau de l'extrémité libre dudit bras 8 et de manière centrée vis-à-vis dudit bras 8. La première gouttière est ici fixée sur ledit bras 8 de sorte que la première gout tière et le bras 8 soient solidaires entre eux.

Les moyens d'articulation comportent de manière cor respondante un premier chariot (non représenté ici) relié à l'assise 2 et monté coulissant dans la première gouttière de sorte qu'une translation du premier chariot dans la première gouttière entraîne une rotation de l'assise 2 au tour du premier axe X.

En effet le premier chariot comporte en partie basse un premier arceau 11 coulissant dans la première gouttière. Ladite portion est plus particulièrement conformée de sorte à présenter le même centre de courbure C que le contour du volume géométrique précité. Dans le cas présent, le premier arceau 11 s'étend de sorte qu'une projection dudit premier arceau 11 sur le sol s'étende entre les deux pieds de repos 5, 6 du piétement 3 et sensiblement parallèlement auxdits pieds de repos 5, 6.

Le premier chariot forme lui-même dans sa partie haute une deuxième gouttière.

Les moyens d'articulation comportent de manière cor respondante un deuxième chariot (dont la représentation a été simplifiée) qui est cette fois fixé à l'assise 2. Le deuxième chariot et l'assise 2 forment donc un ensemble unitaire dans le cas présent. Le deuxième chariot est monté coulissant dans la deuxième gouttière de sorte qu'une tran slation du deuxième chariot dans la deuxième gouttière en traîne une rotation de l'assise 2 autour du deuxième axe Y.

En effet, le deuxième chariot comporte dans sa partie haute un deuxième arceau 12, portion du deuxième chariot fixée à l'assise 2. Le centre C de courbure du deuxième arceau 12 est le même que celui 11 du premier chariot.

De l'extérieur, le fauteuil présente donc deux arceaux 11, 12 agencés à 90 degrés l'un de l'autre. Le bras 8 s'arrête ici au premier arceau 11.

Les deux arceaux 11, 12 sont par exemple en métal.

Les deux arceaux 11, 12 forment des arcs de cercle de sensiblement 180 degrés.

L'ensemble première gouttière - premier chariot assure la rotation de l'assise 2 selon le premier axe X c'est-à- dire le tangage de l'assise et l'ensemble deuxième gout tière - deuxième chariot la rotation de l'assise 2 selon le deuxième axe Y c'est-à-dire le roulis de l'assise 2. Les deux ensembles sont agencés sensiblement à 90 degrés l'un de l'autre, le premier ensemble sous le deuxième en semble.

Les mouvements de l'assise 2 sont donc inscrits dans le dôme hémisphérique dont le centre C est situé au-dessus de l'assise 2.

Ainsi installé dans son fauteuil 1, l'utilisateur peut ressentir des mouvements de roulis et de tangage dans une position concave. Le fauteuil 1 peut bouger l'utilisateur selon un mouvement orbital ce qui est relaxant, stimulant, ressourçant ... selon la séquence de mouvements choisie..

De préférence, le fauteuil 1 comporte des moyens d'ac- tionnement automatiques des deux ensembles. A cet effet, les moyens d'actionnement comportent un premier dispositif d'actionnement du premier ensemble et un deuxième dispositif d'actionnement du deuxième en semble.

Le premier dispositif comporte un premier moteur et un premier groupe poulie-courroie. Typiquement, une courroie est liée à une première extrémité à la poulie solidaire en rotation de l'axe de sortie du premier moteur, et à une deuxième extrémité à une poulie solidaire du premier chariot et typiquement du premier arceau 11 du premier chariot de sorte qu'une rotation du premier moteur entraine un coulissement du premier arceau 11 dans la gouttière correspondante et donc un pivotement de l'assise 2 autour du premier axe X. Le premier dispositif est par ailleurs conformé pour assurer un pivotement de l'assise 2 autour du premier axe X dans les deux sens de rotation.

Le premier moteur est ici déporté et agencé au niveau des pieds de repos 5, 6 du piétement 3.

Le deuxième dispositif comporte un deuxième moteur et un deuxième groupe poulie-courroie. Typiquement, une courroie est liée à une première extrémité à la poulie solidaire en rotation de l'axe de sortie du deuxième moteur, et à une deuxième extrémité à une poulie solidaire du deuxième chariot et typiquement du deuxième arceau 12 du deuxième chariot de sorte qu'une rotation du deuxième moteur entraine un coulissement du deuxième arceau 12 dans la gouttière correspondante et donc un pivotement de l'assise 2 autour du deuxième axe Y. Le deuxième dispositif est par ailleurs conformé pour assurer un pivotement de l'assise 2 autour du deuxième axe Y dans les deux sens de rotation.

Le deuxième moteur est ici agencé au niveau du premier arceau 11.

Le deuxième dispositif est donc entièrement agencé dans le volume géométrique en forme de dôme. Optionnellement le fauteuil 1 comporte des moyens d'alimentation du fauteuil 1 afin de le rendre autonome (par exemple les moyens d'alimentation comportent une ou plusieurs batteries agencées dans le fauteuil 1). En remplacement ou en complément, le fauteuil 1 comporte au moins un port de raccordement à une source d'alimentation externe de type alimentation secteur.

De préférence, le fauteuil 1 comporte au moins une unité de commande du fauteuil et en particulier des moyens d'actionnement. L'unité est par exemple un calculateur, un ordinateur, un microcontrôleur ... L'unité est agencée dans le fauteuil 1 ou est déportée du corps du fauteuil 1 tout en étant en communication avec ledit corps de fauteuil 1. La communication avec l'unité peut se faire de manière filaire ou non filaire (par wifi, Bluetooth ...).

L'unité est configurée pour commander les mouvements de l'assise 2 selon le premier axe X et/ou le deuxième axe Y.

L'unité peut ainsi positionner l'assise 2 selon des positions latérales différentes et/ou des positions plus ou moins inclinées. De préférence, l'assise 2 ne peut pas être inclinée plus bas qu'une position correspondant sensiblement à la position assise de l'utilisateur.

L'assise 2 peut par exemple, et de manière non limitative, être amenée dans six positions distinctes principales :

- Une première position 21 dite position neutre (l'utilisateur est sensiblement en position assise les pieds au sol et le bassin droit)

- Une deuxième position 22 dite position semi- allongée centrale (l'utilisateur est sensiblement en position semi-allongée et le bassin droit),

- Une troisième position 23 dite position de trois- quarts centrale (l'utilisateur est sensiblement en position allongée aux trois quarts et le bassin droit), - Une quatrième position 24 dite position allongée centrale (l'utilisateur est sensiblement en position allongée et le bassin droit),

- Une cinquième position 25 dite position allongée inclinée à droite (l'utilisateur est sensiblement en position allongée et le corps incliné vers sa droite), et

- Une sixième position 26 dite position allongée inclinée à gauche (l'utilisateur est sensiblement en position allongée et le corps incliné vers sa gauche).

L'unité peut également commander une séquence de mouvements de l'assise 2 : oscillations et/ou bercements et/ou trajectoires générales. On distingue ici les oscillations des bercements : les oscillations comme les bercements correspondent tous deux à des rotations autour du premier axe X ou du deuxième axe Y néanmoins les oscillations présentent une amplitude de mouvement moins importante que celle des bercements. De manière non limitative, les oscillations ont une amplitude de quelques millimètres et les bercements une amplitude d'au moins quelques centimètres.

En particulier, l'unité peut commander le fauteuil 1 de sorte que l'assise 2 suive une trajectoire globale tout en effectuant des mouvements d'oscillations et/ou de bercements au cours de la trajectoire avec des pauses éventuelles au niveau de la trajectoire et/ou des oscillations et/ou des bercements.

L'unité peut donc commander en particulier à la fois la réalisation d'un mouvement général combiné à des mouvements de moindre envergure (bercement et/ou oscillation).

L'unité peut également commander des amplitudes variées d'oscillations et/ou de bercements et/ou des trajectoires variées également.

Le fauteuil 1 assure ainsi un mouvement global de l'assise 2 inscrit ici dans une sphère avec des séquences de bercements et/ou d'oscillations et/ou des trajectoires.

Par ailleurs, l'unité est configurée pour pouvoir commander si besoin des mouvements à l'assise 2 à des fréquences différentes et/ou des vitesses différentes. L'unité peut par exemple commander un déplacement de l'assise 2 à une vitesse comprise entre 0.005 et 25 millimètres/seconde et/ou commander une oscillation et/ou bercement de l'assise 2 à une fréquence comprise entre 0.2 et 0.3 Hertz.

Dès lors, l'unité peut également commander une palette plus étendue de séquences de mouvements avec une possibilité d'accélération et/ou de décélération sur la trajectoire globale et/ou dans les bercements et/ou dans les oscillations. Chaque mouvement (trajectoire, oscillation, bercement) peut donc être continu ou discontinu avec des pauses ou non et des vitesses ou fréquences variables ou non.

L'unité peut en outre combiner des séquences de mouvements continus, de trajectoires diverses (linéaire, circulaire, spiralée ...), d'oscillations, de bercements, de pauses, de ralentissements, d'accélérations ... avec des amplitudes, des durées, des vitesses, des fréquences variables.

En référence aux figures 2a et 2b des exemples de séquences de mouvements vont être donnés à titre non limitatif.

En référence à la figure 2a, et selon une première séquence, l'unité contrôle l'assise 2 pour qu'elle suive une trajectoire générale en arc de cercle allant de la cinquième position 25 à la sixième position 26 en passant par la quatrième position 24 et inversement. Le passage entre la cinquième position 25 et la sixième position 26 est symbolisé par des points : chaque point correspond optionnellement à une ou des pause(s) et/ou oscillation (s) et/ou bercement (s). En référence à la figure 2b, et selon une deuxième séquence, l'unité contrôle l'assise 2 pour qu'elle suive une trajectoire générale en spirale passant successivement par la deuxième position 22, la troisième position 23, la première position 21, la cinquième position 25, la quatrième position 24, la sixième position 26, la première position 21, la troisième position 23 et la deuxième position 22 et ainsi de suite ou inversement. Le passage entre ces différentes positions est symbolisé par des points : chaque point correspond optionnellement à une ou des pause(s) et/ou oscillation (s) et/ou bercement (s).

De préférence, le fauteuil 1 comporte au moins un capteur relié à l'unité pour contrôler le fauteuil 1. Le capteur est par exemple un capteur apte à détecter un état et/ou une réponse physiologique de l'utilisateur.

Selon une première variante le capteur est un capteur de poids. L'unité adapte typiquement les séquences de mouvements au poids de l'utilisateur par exemple en adaptant la vitesse des mouvements. En remplacement ou en complément, l'unité verrouille l'assise 2 au piétement 3 si aucune présence n'est détectée dans l'assise 2 par le capteur de poids.

Selon une deuxième variante le capteur est un capteur musculaire pour mesurer la tension musculaire d'une zone de l'utilisateur. L'unité adapte les séquences de mouvements à cette tension par exemple en mettant l'accent sur les oscillations et/ou les bercements.

Selon un mode de réalisation préféré, le fauteuil 1 comporte au moins un système complémentaire aux moyens d'articulation 4 offrant un mouvement orbital à l'utilisateur pour augmenter l'interaction avec l'utilisateur.

De préférence, le fauteuil 1 comporte au moins un système masseur par vibration.

Ledit système comporte à cet effet au moins un et de préférence plusieurs éléments vibrants agencés dans l'assise 2. Chaque élément vibrant comporte par exemple un moteur pour générer les vibrations.

Les éléments sont situés dans une zone seulement de l'assise 2 (par exemple le dossier) ou sont répartis sur toute la surface de l'assise 2. La répartition peut alors être homogène ou irrégulière (par exemple uniquement le long de la ligne médiane longitudinale de l'assise 2 pour masser préférentiellement la colonne vertébrale de l'utilisateur) .

Dans le cas présent, les éléments vibrants sont régulièrement répartis sur toute la surface de l'assise 2.

L'unité contrôle les différents éléments vibrants de manière individuelle et/ou par blocs et/ou tous ensemble.

De préférence, l'unité est apte à contrôler les différents éléments de manière individuelle ou non afin d'autoriser un massage par vibration ciblée ou générale.

L'unité est ici configurée pour contrôler l'intensité des vibrations.

Les vibrations intensifient le massage naturellement créé par les mouvements de l'assise 2 mais facilitent également la circulation sanguine, la relaxation, la stimulation, le ressourcement ... et ce de manière générale ou sur des zones ciblées du corps de l'utilisateur.

Selon un mode de réalisation particulier, le fauteuil 1 comporte au moins un système masseur par têtes de massage.

Ceci permet de renforcer le massage naturellement créé par les mouvements de l'assise 2.

Ledit système comporte à cet effet au moins une et de préférence plusieurs têtes de massage agencées dans l'assise 2. Chaque tête de massage est par exemple conformée en une pale pouvant s'abaisser ou se relever selon les pressions exercées par le corps du patient sur l'assise. De préférence chaque pale comporte un amortisseur pour rendre le massage plus agréable. Optionnellement, les amortisseurs sont commandés par l'unité pour augmenter ou diminuer le degré d'amortissement selon la fermeté de massage visée. De préférence, chaque tête de massage est motorisée de sorte que la montée et la descente des têtes de massage soient automatisées, l'unité commandant alors la motorisation concernée. En plus d'un mouvement de descente et de montée, les pales peuvent également être conformées pour pouvoir effectuer une rotation, par exemple autour de leur axe. Ceci permet d'intensifier le massage. Cette rotation est par exemple motorisée et contrôlée par 1'unité.

Les têtes sont situées dans une zone seulement de l'assise 2 (par exemple le dossier 9) ou sont réparties sur toute la surface de l'assise 2. La répartition peut alors être homogène ou irrégulière (par exemple uniquement le long de la ligne médiane longitudinale de l'assise 2 pour masser préférentiellement la colonne vertébrale de l'utilisateur) .

Dans le cas présent, les têtes de massage sont agencées dans l'assise 2 de sorte à former deux lignes s'étendant selon la direction longitudinale de l'assise 2, les deux lignes s'étendant sensiblement au centre de l'assise 2. De la sorte, lorsque l'utilisateur est installé dans l'assise 2, les deux lignes de têtes de massage longent la colonne vertébrale de part et d'autre de celle-ci.

L'unité contrôle les différentes têtes de massage de manière individuelle et/ou par blocs et/ou toutes ensemble.

De préférence, l'unité est apte à contrôler les différentes têtes de manière individuelle ou non afin d'autoriser un massage ciblé ou général.

Dans le cas présent, l'unité contrôle les lignes de sorte que lorsque les têtes d'une des lignes sont levées, les autres sont abaissées et inversement : on assure ainsi un massage par vrilles de l'utilisateur et notamment de sa colonne vertébrale, massage particulièrement relaxant et assouplissant .

De préférence, le fauteuil 1 comporte au moins un système chauffant.

Le chauffage favorise la relaxation, la circulation sanguine, la détente musculaire et le confort de l'utilisateur.

Le chauffage est situé dans une zone seulement de l'assise 2 (par exemple le dossier 9) ou est réparti sur toute la surface de l'assise 2.

Dans le cas présent, le chauffage est réparti sur toute 1'assise 2.

L'unité contrôle le chauffage de manière individuelle et/ou par blocs.

De préférence, l'unité est apte à contrôler le chauffage par bloc comme de manière individuelle afin d'autoriser un chauffage ciblé ou général.

L'unité est ici configurée pour contrôler l'intensité du chauffage.

De préférence, le fauteuil 1 comporte au moins un système audio.

Ceci favorise la relaxation, le ressourcement ... de l'utilisateur notamment en neutralisant les sons parasites extérieurs. Le système audio peut aussi assurer une stimulation par voie auditive à l'utilisateur par exemple dans une optique d'hypnose.

Les sons diffusés par le système audio peuvent donc être variés (liste non exhaustive) : musique, bruits de la nature, sons binauraux, programme audio d'autosuggestion, programme audio d'hypnose, accompagnement verbal selon le thème et/ou le programme visé (repos, récupération, performance, bien-être, santé ...) ...

Le système audio est ici entièrement intégré dans le corps du fauteuil 1. Ledit système comporte par exemple au moins une enceinte et préférentiellement deux enceintes agencées au niveau de la tête de l'assise 2. Ainsi lorsque l'utilisateur est installé dans le fauteuil sa tête est entourée par les deux enceintes.

De préférence, l'unité est apte à actionner les différents systèmes complémentaires de manière autonome les uns des autres et de manière autonome des moyens d'articulation 4. Ainsi les différents systèmes complémentaires peuvent être actionnés sans mouvement des moyens d'articulation 4 et inversement. En outre, lors de mouvements des moyens d'articulation 4, un, plusieurs ou tous les systèmes peuvent intervenir lors de la ou des séquences de mouvements concernés.

L'unité peut ainsi compléter la ou les séquences de mouvements visés à l'aide des systèmes complémentaires précités.

Le fauteuil 1 comporte de préférence une interface entrée/sortie afin que l'utilisateur ou une tierce personne puisse communiquer avec l'unité et ainsi contrôler le fauteuil 1.

L'interface entrée/sortie est par exemple une télécommande ou bien un boitier installé sur le piétement.

L'unité peut ainsi personnaliser la ou les séquences très en profondeur en jouant sur l'un, plusieurs ou tous les paramètres suivants : mouvement, trajectoire, oscillation, bercement, pause, accélération, décélération, massage par vibration, massage par têtes de massage, chauffage, ambiance sonore ...

Cette personnalisation pourra se faire de manière manuelle via l'interface entrée/sortie ou pourra se faire de manière automatique par exemple selon le contexte et/ou le besoin et/ou les caractéristiques indiquées par l'utilisateur ou la tierce personne dans l'interface entrée/sortie .

On a ainsi décrit un fauteuil 1 offrant à l'utilisateur une grande relaxation, ressourcement, stimulation ... en particulier du fait qu'il autorise un mouvement orbital de l'assise 2 selon une combinaison de rotations en roulis et tangage inscrites dans une hémisphère.

Le fauteuil 1 permet un balancement multidirectionnel de l'utilisateur associé ici à d'autres fonctions (massage complémentaire par vibrations, par têtes de massage, chauffage, ambiance sonore...).

En référence à la figure 3 un deuxième mode de réalisation va être à présent décrit. Alors que dans le premier mode de réalisation le piétement comme les moyens d'articulation étaient visibles, dans le deuxième mode de réalisation, le fauteuil 101 comporte une coque 113 s'étendant entre le sol et l'assise 102, les moyens d'articulation et le piétement étant agencés à l'intérieur de la coque 113.

La coque 113 présente une base 114 prolongée d'une calotte 115, la base 114 et la calotte 115 étant d'une seule pièce.

La base 114 a une forme générale en sablier. La base 114 présente ainsi une portion élargie au niveau du sol et au niveau de l'assise 102.

La calotte 115 a quant à elle une forme hémisphérique de courbure similaire au premier arceau 11. Typiquement le premier arceau 11 repose sur le fond de la calotte 115.

Dans le cas présent la calotte 115 délimite ainsi physiquement le volume fermé précité.

La base 114 renferme le piétement et une partie des moyens d'articulation, et la calotte 115 le reste des moyens d'articulation et notamment les deux arceaux 11, 12.

L'invention n'est pas limitée aux modes de réalisation qui viennent d'être décrits, mais englobe au contraire toute variante reprenant, avec des moyens équivalents, les caractéristiques essentielles énoncées plus haut.

En particulier, bien qu'ici le meuble décrit soit un fauteuil, l'invention est applicable à tout autre meuble à assise et à dossier tels que par exemple un lit ou encore un berceau.

Bien qu'ici le meuble soit utilisé dans une optique de relaxation, le meuble pourra être employé dans de nombreuses autres applications comme par exemple des applications d'ostéopathie, d'hypnose, médicales, paramédicales, de psychothérapie, de coaching ou de recherche scientifique ... . Par exemple, le meuble pourra avoir une fonction anti-escarre ou de traitement d'un trouble vestibulaire ou de soin post-accident vasculaire cérébral ou de traitement de troubles cardio-vasculaires, cognitifs, mnésiques, de senescence, nerveux, respiratoires ...ou de traitement de vertiges, de prévention des troubles d'un sujet immobilisé ou à mobilité réduite ...

Le meuble pourra être utilisé de manière non limitative dans toute application visant à améliorer la santé, le bien-être, le sommeil, le ressourcement, la stimulation, la stimulation énergétique, la stimulation et la disponibilité créative, la détente, la créativité, les capacités mnésiques et cognitives, la concentration, la préparation à un discours, la motivation sportive, la gestion du stress, la relaxation, la création d'une carte des idées (plus connue sous le terme anglais de mind mapping), l'apprentissage, la récupération sportive ou médicale, l'état physique et mental, la motivation dans le sevrage, l'évasion métaphorique, la clarification relationnelle d'un utilisateur mais également à réduire la nervosité, l'anxiété, le stress, les manifestations psychosomatiques, les tensions musculaires, les troubles de l'attention, les troubles mnésiques, les douleurs, les troubles veineux, de l'équilibre, les vertiges, le stress post-traumatique d'un utilisateur mais également à prévenir le surmenage, le burnout, le brown-out ... d'un utilisateur ... Ainsi le meuble pourra ainsi être employé dans un cadre médical (liste non exhaustive : apprentissage, rééducation, traitement de la douleur, stimulation immunitaire, stimulation lymphatique, stimulation circulatoire et microcirculatoire, traitement de l'insuffisance veineuse des membres inférieurs, rééducation post accidents vasculaires, rééducation vestibulaire, traitement des crises de vertiges ...) mais également dans d'autres cadres. Le meuble pourra ainsi être utilisé en psychothérapie (liste non exhaustive : en sophrologie, en hypnose, en EMDR, en mouvements alternatifs ...). Le meuble pourra être utilisé dans un cadre de loisirs et ce même lorsque les moyens d'articulation ne sont pas employés (liste non exhaustive : pour écouter de la musique, des livres audio, visionner des films, des jeux vidéo ...) Le meuble pourra aussi être employé dans un but de bien-être. Le meuble pourra donc être utilisé (liste non exhaustive) le temps d'une pause professionnelle ou personnelle, d'une sieste, en cas d'attente (aéroport, gare, station essence ...), pour les loisirs (réalité virtuelle, cinéma Le meuble pourra être installé de manière individuel (dans un domicile, un cabinet médical, un lieu de travail ...) ou en association avec un autre meuble selon l'invention ou non pour former un parc de meubles (dans un lieu de travail, au cinéma, dans une aire de jeux ...)

Par ailleurs, le meuble pourra être différent de ce qui a été indiqué.

L'assise pourra prendre une autre forme que celle indiquée. Par exemple l'assise pourra ne pas être monocoque. Le dossier et le siège pourront être mobiles l'un par rapport à l'autre. L'assise pourra être de dimensions réduites, par exemple les jambes de l'utilisateur pourront ne pas reposer sur le siège mais seulement les cuisses de l'utilisateur (comme sur une chaise). L'angle d'assise pourra être différent de ce qui a été indiqué. Par exemple il pourra être de sensiblement 180 degrés de sorte que l'utilisateur sera alors en position allongée et non assise dans le meuble.

Ainsi bien qu'ici l'assise ne puisse être pivotée que selon deux axes uniquement, le meuble pourra être conformé pour que l'assise puisse être pivotée selon un troisième axe notamment orthogonal aux deux autres. On pourra également faire coulisser l'assise vis-à-vis du piétement. Par exemple le piétement pourra comporter un support sur lequel le bras auquel est relié le reste des moyens d'articulation peut se déplacer selon deux directions. Le bras pourra ainsi être mobile sur le support de sorte à former un système cartésien de manipulation. Le bras pourra également assurer une montée et/ou une descente du meuble le long de l'axe dudit bras.

Les au moins deux axes selon lesquels l'assise peut pivoter pourront être perpendiculaires entre eux.

Le dôme pourra avoir une autre forme que celle décrite.

Ainsi, bien qu'ici le meuble soit agencé de sorte que l'assise se déplace selon des trajectoires concaves, le meuble pourra être agencé de sorte que l'assise se déplace selon des trajectoires convexes. Le centre du volume dans lequel l'assise peut être déplacée sera en conséquence situé au-dessus ou au-dessous de l'assise.

Le meuble pourra se déplacer selon un mouvement gyroscopique.

De manière générale toute autre séquence de mouvements que celle indiquée pourra être implémentée. Ainsi le mouvement de l'assise pourra être paramétrable en vitesse, en trajectoire, en accélération, en ralentissement, en oscillations, en bercement ...Le meuble pourra être conformé pour assurer des amplitudes de mouvements et/ou de fréquences et/ou de vitesses ...plus ou moins important que ce qui a été indiqué.

Les moyens d'articulation pourront être différents de ce qui a été indiqué.

Ainsi les arceaux pourront former des arcs de cercle de moindre importance ou de plus grande importante et par exemple de 90 degrés. On pourra doubler l'un ou les deux ensembles pour améliorer la stabilité du meuble. On aura alors deux arceaux parallèles deux à deux.

Les moyens d'articulation pourront comprendre un ou des moyens amortisseurs associés à au moins un des axes d'articulation de l'assise tel qu'un vérin, un revêtement caoutchouc ou équivalent, des roulements à billes à base de téflon ou équivalent ... Dans le cas des ensembles décrits, les chariots pourront se déplacer dans les gouttières correspondantes par l'intermédiaire de galets facilitant le glissement de l'arceau dans la gouttière associée (comme par exemple un ou des galets en élastomère, en caoutchouc ...).

Les moyens d'articulation pourront comporter au moins une butée mécanique pour limiter les mouvements de l'assise vis-à-vis du piétement.

En place des ensembles précités, les moyens d'articulation pourront être conformés autrement. Par exemple, les moyens d'articulation pourront comporter une plateforme hexapode (ou tout autre système de vérins ou d'actionneurs linéaires indépendants et coordonnés) agencée entre l'assise et le piétement pour l'articulation de l'assise selon ses deux axes. Les moyens d'articulation pourront également assurer une liaison rotule entre l'assise et le piétement. Les moyens d'articulation pourront comprendre des systèmes de rails à trajectoires prédéfinies .

Les moyens d'actionnement pourront être différents de ce qui a été indiqué. Ainsi bien qu'ici chaque moteur et le groupe poulie-courroie associé soient conformés pour assurer un pivotement de l'arceau considéré dans les deux sens, le moteur et le groupe poulie-courroie pourront être conformés pour assurer un pivotement dans un seul sens, le retour en position initiale étant rendu possible par des moyens de rappel comme par exemple un ou des ressorts. Les moyens d'actionnements pourront comporter un ou des actionneurs linéaires en place des moteurs ou en complément des moteurs pour la mobilité des deux ensembles. En place d'un arceau coulissant dans une gouttière, on pourra avoir au moins un arceau télescopique.

Le meuble pourra ne pas comporter de moyens d'actionnement automatisés. L'utilisateur déplacera alors seule l'assise vis-à-vis du piétement.

Le piétement pourra être différent de ce qui a été indiqué et comporter par exemple un nombre de pieds de repos différent.

La coque pourra être différente de ce qui a été indiqué. Ainsi la coque pourra ne comporter que la base ou que la calotte. La calotte pourra être conformée pour ne contenir que le deuxième arceau et non le premier arceau.

Tous les moyens d'articulation pourront être logés dans la calotte et non déportés en partie dans le piétement. En variante tous les moteurs pourront être agencés dans le piétement.

La base et la calotte pourront être d'une seule pièce ou pourront être deux pièces distinctes fixées l'une à l'autre ou mobiles l'une par rapport à l'autre. Par exemple la calotte pourra être montée sur la base par l'intermédiaire de roulements.

La base pourra faire partie du piétement voire constituer le piétement.

La calotte et/ou la base pourront faire partie des moyens d'articulation. Ainsi la calotte pourra être montée sur la base de manière mobile (par exemple par des roulements à billes) et par exemple selon une liaison rotule. Dans ce cas les moyens d'articulation pourront ne pas comporter d'arceau. On se retrouvera alors dans un cas où les moyens d'articulation assureront un mouvement de l'assise dans un volume donné défini par la calotte.

Les différents systèmes complémentaires du meuble pourront être agencés différemment de ce qui a été indiqué. Le meuble pourra incorporer un seul, une partie seulement ou bien aucun des systèmes complémentaires décrits.

Par ailleurs chaque système pourra être différent de ce qui a été indiqué. Ainsi, chaque élément vibrant pourra être associé à un vérin afin d'ajuster la pression exercée par chaque élément sur l'assise. Le système audio pourra comporter un casque en place ou en complément des enceintes. Les têtes de massage pourront être agencées autrement que ce qui a été indiqué. Les têtes de massage pourront ne pas être motorisées. Les têtes de massage pourront être de tout type : palette, pale, à bout arrondie, en matière métallique ou plastique mais également en matière noble comme en bois ...

Le meuble pourra comporter un autre système complémentaire que ceux décrits comme un système assurant un rétrocontrôle biologique (plus connu sous le terme anglophone de bio-feedback) qu'il soit de nature neuronale, cardiaque, myocarde ... ou bien encore un système de stimulation visuelle permettant par exemple de diffuser de la lumière colorée (en ayant recours à au moins un filtre coloré et/ou au moins une lampe LED par exemple) ou bien encore un système d'électrothérapie comme un dispositif délivrant des ondes électromagnétiques pulsées ... Dans le cas d'un système d'électrothérapie celui-ci sera de préférence au moins agencé au niveau de la zone de l'assise destinée à recevoir le bassin de l'utilisateur.

L'unité de commande pourra également être différente de ce qui a été indiqué et être par exemple incorporée à un téléphone portable de l'utilisateur.

Le téléphone portable pourra ainsi comporter une application permettant l'actionnement des moyens d'articulation et/ou des différents systèmes complémentaires du meuble avec optionnellement intégration d'un suivi d'usage, indication de séances, de thèmes de séance, suivi des essais, des performances physiques et/ou physiologiques, de données de santé, programmations d'alarmes (sonores ou vibreurs), de rappels, d'association à d'autres applications (telles que des applications de santé) et/ou d'autres objets connectés (tels que des objets connectés en liaison avec la santé). Le meuble pourra ainsi comporter (par exemple au niveau de son piètement) un code- barres à deux dimensions permettant son activation par téléphone mobile (type Flashcode, marque déposée, ou code- QR)·

L'unité de commande pourra être incorporée à un autre objet connecté qu'un téléphone portable comme une montre, un bracelet, une tablette ... L'unité de commande pourra ne pas faire partie du meuble.

Le meuble pourra aussi incorporer un ou plusieurs objets connectés supplémentaires interagissant avec le meuble comme une montre, un bracelet, un téléphone portable, une tablette ... mais également un casque audio et/ou des lunettes optionnellement en liaison filaire ou sans fil avec l'unité ... On pourra ainsi avoir un casque incorporant à la fois l'aspect audio et l'aspect visuel comme par exemple un casque Kasina (marque déposée). On pourra par exemple effectuer une hypno-simulation par un tel casque. De manière générale l'objet connecté et/ou le système audio incorporé au corps du meuble pourra remplir une fonction d'apaisement ou de stimulation.

Le meuble pourra comporter un ou des ports de connexion d'objets externes au corps du meuble (port USB, port Jack ...). En particulier, le casque utilisé dans le meuble pourra être celui de l'utilisateur, le meuble incorporant des fonctions de communication avec le casque pour y fournir la séquence auditive visée (par exemple port jack, connexion sans fil ...).

Les capteurs pourront également être différents de ce qui a été indiqué. Ainsi d'autres capteurs que ceux indiqués pourront être utilisés comme par exemple au moins un capteur de rétrocontrôle biologique pour effectuer par exemple une évaluation de l'utilisateur ou bien encore un capteur de perte de vigilance, un capteur de pression, un capteur de présence, un capteur d'indice de masse corporelle, un capteur biochimique, un capteur biophysique, un capteur pour mesurer le pouls, la tension musculaire, une activité neuronale, les mouvements oculaires, les mouvements respiratoires, l'oxymétrie, la tension artérielle, l'acidité cutanée d'un utilisateur...

Le meuble pourra également fournir un retour de données à l'utilisateur comme par exemple sur les composantes neuronales et/ou cardiaques de l'utilisateur.

Le meuble pourra comporter ou plusieurs éléments supplémentaires que ce qui a été indiqué. Par exemple le meuble pourra comporter une ou des ceintures ou tout autre harnais de sécurité pour éviter le glissement de l'utilisateur sur l'assise. Le meuble pourra comporter un repose-tête réglable ou non en position, un repose-jambe réglable ou non en position ...

Le meuble pourra également comporter un support de charge d'un téléphone portable, un capteur de présence du téléphone mobile sur le support, une alarme de présence du téléphone sur le support qui se déclenche si le capteur du meuble ne détecte plus la présence de l'utilisateur sur le meuble pendant un temps prédéterminé (afin d'éviter l'oubli du téléphone portable par exemple) ... Le support de charge pourra être rétractable dans le meuble et extractible par simple appui sur un côté du support. Le support de charge pourra être agencé latéralement dans le meuble. La recharge du téléphone portable pourra être automatique par exemple si l'utilisateur l'a sélectionnée sur son portable.