Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
RAINWATER FILTRATION SYSTEM
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2022/008819
Kind Code:
A9
Abstract:
The present invention relates to a rainwater filtration system comprising at least one rigid frame delimiting a volume having at least one downstream face (7), one upper face (5), one lower face (6) and two side faces (8), said at least one frame being capable of being placed on and attached to said bottom (12) and supporting at least one filter (2) which comprises on its upper face (5) an opening (3) capable of receiving said rainwater (10) loaded with waste (13), and said at least one frame being arranged and dimensioned in such a way that, in the event of a high flow rate, the part of the rainwater that does not pass through said opening (3) flows over this frame; according to the invention, all the faces (5, 6, 7 and 8) of this at least one rigid frame are closed by plates, which are themselves rigid, thus constituting a cage (1) and leaving an open part on the upper face (5) thereof, and at least the plate (27) closing the downstream face (7) of the cage (1) is perforated and forms a filter capable of retaining the waste (13) and through which the rainwater entering through said opening (3) can flow.

More Like This:
JP2003039064DIRT REMOVER
JP4656414Storage hopper
Inventors:
GARCIN ROMAIN (FR)
BLANCHARD BENJAMIN (FR)
Application Number:
PCT/FR2021/051201
Publication Date:
March 31, 2022
Filing Date:
June 30, 2021
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
VERTUOSO (FR)
International Classes:
E03F5/14; B01D29/00; E02B5/08; E03F5/10; E03F7/00
Attorney, Agent or Firm:
NOVAGRAAF TECHNOLOGIES (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Système de filtration des eaux pluviales comprenant au moins un cadre rigide délimitant, en considérant le dit cadre positionné en situation sur le fond (12) du lit d'écoulement des dites eaux pluviales (10), un volume ayant au moins une face aval (7), une face supérieure (5), une face inférieure (6) située au-dessous du cadre et qui est la plus proche du fond, et deux faces latérales (8), lequel au moins cadre étant apte à être posé et fixé sur le dit fond (12) et supportant au moins un filtre (2) qui comporte sur sa face supérieure (5) une ouverture (3) apte à recevoir lesdites eaux pluviales (10) chargée de déchets (13), et lequel au moins cadre étant disposé et dimensionné de telle façon qu’en cas de fort débit la partie des eaux pluviales ne passant par ladite ouverture (3) s’écoule par-dessus ce cadre caractérisé en ce que toutes les faces (5,6,7 et 8) de ce au moins cadre rigide sont fermées par des plaques, elles-mêmes rigides, constituant ainsi une cage (1 ), apte à être posée et fixée sur le fond (12) du lit des eaux pluviales, et laissant sur la face supérieure (5) de celle-ci une partie ouverte, constituant la dite ouverture (3), et au moins la plaque (2?) fermant la face aval (7) de la cage (1 ) est ajourée et forme un filtre apte à retenir les déchets (13) et à travers lequel les eaux pluviales rentrant par la dite ouverture (3) peuvent s’écouler.

2. Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 1 caractérisé en ce que les orifices qui ajourent au moins la plaque (2?) fermant la face aval (7) de la cage (1 ) sont de diamètres compris entre 3mm et 30 mm.

3. Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 1 caractérisé en ce que la plaque (2?) ajourée fermant la face aval (7) de la cage (1 ) est une grille à maille dont les orifices du maillage sont de dimensions comprises entre 3 et 30 mm. Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 1 caractérisé en ce que la plaque (2?) ajourée fermant la face aval (7) de la cage (1 ) est une grille à mailles larges supportant un filtre intérieur dont les dimensions des orifices de filtration sont comprises entre 2 et 5 mm. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 4 caractérisé en ce que au moins l’ouverture (3) de la face supérieure (5) de la cage (1 ) est équipée d’un barreaudage (15) dont les barreaux sont espacés de 100 et 300 mm les uns des autres. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 5 caractérisé en ce que la plaque fermant, en dehors de l’ouverture (3), la face supérieure (5) de la cage (1 ) est aussi constituée d’au moins une plaque ajourée (24) formant filtre suivant des caractéristiques équivalentes à celle de la plaque (2?) fermant la face aval (7) de la cage (1 ). Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 6 caractérisé en ce que au moins une (4) des plaques ajourées formant la face supérieure (5) de la cage (1 ) est amovible, articulée (9) et apte à donner accès à l’intérieur de la cage (1 ). Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 7 caractérisé en ce que le volume délimité par la cage (1 ) a la forme d’un quasi prisme droit à bases triangulaires, dont les trois faces rectangulaires sont constitués par la face aval (7), la face supérieure (5) et la face inférieure (6) de la cage (1 ) et les deux bases triangulaires sont les faces latérales (8) de la cage (1 ), dont l’un des sommets des triangles est posé sur le fond (12) en pente du lit d'écoulement des dites eaux pluviales (10) vers l’amont face à l’arrivée de celles-ci, de telle sorte que la cage (1 ) ne dépasse pas au-dessus de ce sommet . 14 . Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 7 caractérisé en ce que la face inférieure (6) et au moins la partie inférieure des deux faces latérales (8) de la cage (1 ) sont incurvées et forment une partie de cylindre. 0. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 9 caractérisé en ce que la partie ouverte de la face supérieure (5) de la cage (1 ), constituant ladite ouverture (3) de celle- ci, est inclinée d’un angle (a) d’au plus 45° versl’amont face à l’arrivée des eaux pluviales (10) alors que le reste de la face supérieure (5), en aval de cette ouverture (3), est quasi horizontale. 1. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 6 caractérisé en ce que le volume délimité par la cage (1 ) a la forme d’un parallélépipède dont toutes les faces sont rectangulaires. 2. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 11 caractérisé en ce qu’il est constitué de plusieurs cages (1 ) aptes à être disposées côte à côte, posées et fixées sur le fond (12) du lit d'écoulement des dites eaux pluviales (10) et à couvrir toute la largeur de celui-ci. 3. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 12 caractérisé en ce que toutes les plaques (2) fermant les faces supérieure (5) où une partie (3) est laissée ouverte, inférieure (6) et latérales (8) de la cage (1 ) sont ajourées comme la plaque fermant la face aval (7), et forment des filtres aptes à retenir les déchets (13) et à travers lesquels les eaux pluviales rentrant par ladite ouverture (3) peuvent s’écouler.

REVENDICATIONS MODIFIÉES reçues par le Bureau international le 27 décembre 2021 (27.12.2021) Système de filtration des eaux pluviales comprenant au moins un cadre rigide délimitant, en considérant le dit cadre positionné en situation sur le fond (12) du lit d'écoulement des dites eaux pluviales (10), un volume et ayant au moins une face aval (7), une face supérieure (5), une face inférieure (6) située au-dessous du cadre et qui est la plus proche du fond, et deux faces latérales (8), lequel au moins cadre étant apte à être posé et fixé sur le dit fond (12) , supportant au moins un filtre (2) et comportant sur sa face supérieure (5) une ouverture (3) apte à recevoir lesdites eaux pluviales (10) chargée de déchets (13), et lequel au moins cadre étant disposé et dimensionné de telle façon qu’en cas de fort débit la partie des eaux pluviales ne passant par ladite ouverture (3) s’écoule par-dessus ce cadre caractérisé en ce que toutes les faces (5,6,7 et 8) de ce au moins cadre rigide sont fermées par des plaques, elles-mêmes rigides, constituant ainsi une cage (1 ) qui délimite ainsi le dit volume et qui estapte à être posée et fixée sur le fond (12) du lit des eaux pluviales, et laissant sur la face supérieure (5) de celle-ci une partie ouverte, constituant la dite ouverture (3), et au moins la plaque (2?) fermant la face aval (7) de la cage (1 ) est ajourée et forme un filtre apte à retenir les déchets (13) et à travers lequel les eaux pluviales rentrant par la dite ouverture (3) peuvent s’écouler. Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 1 caractérisé en ce que les orifices qui ajourent au moins la plaque (2?) fermant la face aval (7) de la cage (1 ) sont de diamètres compris entre 3mm et 30 mm. Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 1 caractérisé en ce que la plaque (2?) ajourée fermant la face aval (7) de la cage (1 ) est une grille à maille dont les orifices du maillage sont de dimensions comprises entre 3 et 30 mm.

FEUILLE MODIFIEE (ARTICLE 19) Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 1 caractérisé en ce que la plaque (2?) ajourée fermant la face aval (7) de la cage (1 ) est une grille à mailles larges, telles que de dimensions entre 10 à 100mm, supportant un filtre intérieur dont les dimensions des orifices de filtration sont comprises entre 2 et 5 mm. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 4 caractérisé en ce que au moins l’ouverture (3) de la face supérieure (5) de la cage (1 ) est équipée d’un barreaudage (15) dont les barreaux sont espacés de 100 et 300 mm les uns des autres. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 5 caractérisé en ce que la plaque fermant, en dehors de l’ouverture (3), la face supérieure (5) de la cage (1 ) est aussi constituée d’au moins une plaque ajourée (24) formant filtre suivant des caractéristiques équivalentes à celle de la plaque (2?) fermant la face aval (7) de la cage (1 ). Système de filtration des eaux pluviales suivant la revendication 6 caractérisé en ce que au moins une (4) des plaques ajourées formant la face supérieure (5) de la cage (1 ) est amovible, articulée (9) et apte à donner accès à l’intérieur de la cage (1 ). Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 7 caractérisé en ce que le volume délimité par la cage (1 ) a la forme d’un quasi prisme droit à bases triangulaires, dont les trois faces rectangulaires sont constitués par la face aval (7), la face supérieure (5) et la face inférieure (6) de la cage (1 ) et les deux bases triangulaires sont les faces latérales (8) de la cage (1 ), dont l’un des sommets des triangles est posé sur le fond (12) en pente du lit d'écoulement des dites eaux pluviales (10) vers l’amont face à l’arrivée de celles-ci, de telle sorte que la cage (1 ) ne dépasse pas au- dessus de ce sommet . Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 7 caractérisé en ce que la face inférieure (6) et au moins la

FEUILLE MODIFIEE (ARTICLE 19) 17 partie inférieure des deux faces latérales (8) de la cage (1 ) sont incurvées et forment une partie de cylindre. 0. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 9 caractérisé en ce que la partie ouverte de la face supérieure (5) de la cage (1 ), constituant ladite ouverture (3) de celle-ci, est inclinée d’un angle (a) d’au plus 45° vers l’amont face à l’arrivée des eaux pluviales (10) alors que le reste de la face supérieure (5), en aval de cette ouverture (3), est quasi horizontale. 1 . Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 6 caractérisé en ce que le volume délimité par la cage (1 ) a la forme d’un parallélépipède dont toutes les faces sont rectangulaires. 2. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 1 1 caractérisé en ce qu’il est constitué de plusieurs cages (1 ) aptes à être disposées côte à côte, posées et fixées sur le fond (12) du lit d'écoulement des dites eaux pluviales (10) et à couvrir toute la largeur de celui- ci. 3. Système de filtration des eaux pluviales suivant l’une quelconque des revendications 1 à 12 caractérisé en ce que toutes les plaques (2) fermant les faces supérieure (5) où une partie est laissée ouverte et forme l’ouverture (3), inférieure (6) et latérales (8) de la cage (1 ) sont ajourées comme la plaque fermant la face aval (7), et forment des filtres aptes à retenir les déchets (13) et à travers lesquels les eaux pluviales rentrant par ladite ouverture (3) peuvent s’écouler.

FEUILLE MODIFIEE (ARTICLE 19)

Description:
DESCRIPTION

TITRE : SYSTEME DE FILTRATION DES EAUX PLUVIALES

Domaine technique de l’invention

La présente invention concerne un nouveau système de filtration des eaux pluviales pour limiter les déchets car celles-ci entraînent à chaque pluie divers polluants (mégots/filtres de cigarettes, sacs, bouteilles, canettes ...), et autres matières plastiques et organiques tombées dans les caniveaux, et qu’il faut récupérer avant qu'ils n’aillent se déverser dans les rivières, puis la mer.

En effet il est reconnu que l’ensemble des mers et océans recouvrant notre globe terrestre (71 % de la surface de notre planète) est pollué chaque année par, entre autres, un apport de 8 à 13 millions de tonnes de déchets plastiques. En particulier, selon un rapport de WWF publié le vendredi 3/7/2020 pour la journée mondiale de l'océan, la mer Méditerranée deviendrait une "mer plastique » : l'association alerte sur les "niveaux records de pollution" mettant en danger le monde marin et l'homme. La mer Méditerranée devient en effet la mer la plus polluée du monde, avec 500 000 tonnes de déchets en plastique échouant chaque année dans la Grande Bleue : un record dont la France est en partie responsable.

Ainsi si en 2017 il y avait dans nos mers et océans 1 tonne de plastique pour 5 tonnes de poissons pêchés, il y en aura, si rien n’est fait pour arrêter cette pollution, 1 tonne pour 3 tonnes de poisson en 2025 et même en 2050 il y aurait plus de quantité de plastiques que de poissons !

Or 80% de ces déchets marins proviennent des activités terrestres et sont transportés par les cours d’eaux vers les mers et les océans où les déchets plastiques mettent plus de 1000 ans pour se dégrader ! Une prise de conscience individuelle et collective est nécessaire, et une directive européenne vise qu’en 2027, 100 % des cours d’eau soient en bon état, c’est- à-dire débarrassés des déchets qu’ils peuvent transportés : ainsi en particulier en France, diverses municipalités ont commencé, et d’autres s’en préoccupent, à équiper leur réseau d’eaux pluviales de systèmes de filtration de ces eaux et de récupération des déchets plastiques qu’elles entraînent. Arrière-plan technique

Il a été ainsi développé divers systèmes dans ce domaine dont certains ont fait l’objet de demandes de brevet : on peut citer par exemple la demande de brevet internationale WO2012040517 qui propose une solution dont certains aspects s’approchent de la solution de la présente invention ; en effet ce document enseigne une structure comprenant des cadres rigides supports, constitués de traverses et dont toutes les faces sont ainsi ouvertes, posés et fixés sur le radier en sortie des buses d’arrivée des eaux pluviales et supportant des paniers filtres amovibles disposés verticalement dans ces cadres supports et qui peuvent s’emboiter les uns dans les autres avec des maillages de dimensions progressivement plus petite; l’ouverture supérieure de ces paniers filtres occupe la totalité de la face correspondante du cadre qui la supporte et est inclinée à moins de 90° pour êtie dirigée vers la sortie des buses d’arrivée de l’eau pluviale et recevoir ainsi cette eau chargée de déchets qui sont alors arrêtés dans les paniers filtres ; et en cas de fort débit, qui ne peut pas passer dans l’ouverture supérieure, l’eau passe par-dessus ces paniers et n’est bien sûr alors pas filtrée et débarrassée de ses déchets.

De telles structures ne sont cependant pas satisfaisantes car d’une part les déchets arrêtés dans les paniers filtres peuvent en ressortir en cas de fort débit de ces eaux pluviales passant par-dessus et être entraînés par celles-ci, et d’autre part il faut retirer l’ensemble de ces paniers filtres par levage pour en vider les déchets qu’ils ont arrêtés et cela doit être fait assez souvent car ces paniers filtres soit ne peuvent pas être de grandes dimensions surtout en hauteur soit, s’ils le sont, leur hauteur les fait obstruer une partie des sorties des buses d’arrivée des eaux pluviales (et cela d’autant plus si le radier sur lequel sont posés les cadres supports est dans le quasi prolongement de la partie basse de ces buses d’arrivée sans laisser de hauteur significative entre eux pour y disposer ces cadres supports qui n’obstruent pas la partie inférieure des buses d’arrivée), ce qui crée alors un embâcle et augmente alors le fait que les déchets qui ont été arrêtés dans les paniers filtres en ressortent lors de fortes pluies, s’ils n’ont pas été vidés avant.

On pourrait également citer la demande de brevet WO 2007/056028 qui enseigne un système de retenue (« rack >>) de déchets pour des circuits (canaux, conduits...) de refroidissement de centrale nucléaire qui comprend essentiellement deux panneaux en treillis métallique, l’un en face aval fixé perpendiculairement sur le fond du canal de refroidissement et l’autre en face supérieure fixé au bord supérieur du premier, perpendiculairement à celui-ci et parallèlement au fond : ces deux seuls panneaux sont fixés et s’appuient ainsi sur les parois des côtés et du fond du canal pour constituer un volume entièrement ouvert sur la totalité de sa seule face amont par laquelle entrent les déchets qui s’y trouvent alors retenus, une partie de l’eau de refroidissement pouvant passer au-dessus du panneau supérieur. Un tel système, nécessitant de se fixer sur des parois latérales d’un canal, ne constitue donc pas un système autonome et n’est pas adapté pour être utilisé et installé sur le fond du lit d’écoulement d’eaux pluviales qui n’a pas de telles parois latérales.

Résumé de l’invention

Les problèmes posés et solutionnés par la présente invention sont alors d’arrêter bien sûr les déchets en filtrant les eaux pluviales lors de pluies petites et moyennes tout en évitant tout blocage du débit en cas de fortes pluies (et tant pis dans ce cas si les déchets ne sont pas arrêtés), comme dans le premier document ci-dessus, mais également d’une part d’empêcher que les déchets arrêtés dans le système de filtration lors de petites et moyennes pluies puissent en ressortir et être entraînés en cas de fortes pluies provoquant un fort débit des eaux pluviales, et d’autre part de réaliser des systèmes de filtration suffisamment grands pour arrêter et stocker d’assez grands volumes de déchets et éviter d’avoir à les vider souvent, et enfin de pouvoir évacuer ces déchets et vider le système de filtration sans avoir à le retirer totalement ou en partie, de tels systèmes devant être autonomes, aptes à être réalisés entièrement avant d’être posés sur le fond du lit d’écoulement des eaux pluviales et n’utilisant aucune paroi du dit lit d’écoulement pour constituer son volume de stockage de déchets comme dans le deuxième document cité ci- dessus.

L’invention propose pour cela un système de filtration des eaux pluviales comprenant, comme dans le premier document cité précédemment, au moins un cadre rigide délimitant, en considérant le dit cadre positionné en situation sur le fond du lit d'écoulement des dites eaux pluviales, un volume ayant au moins une face aval, une face supérieure, une face inférieure située au- dessous du cadre et qui est la plus proche du fond, et deux faces latérales, lequel au moins cadre étant apte à être posé et fixé sur le dit fond et supportant au moins un filtre qui comporte sur sa face supérieure une ouverture apte à recevoir lesdites eaux pluviales chargée de déchets , et lequel au moins cadre étant disposé et dimensionné de telle façon qu’en cas de fort débit la partie des eaux pluviales ne passant par ladite ouverture s’écoule par-dessus ce cadre ; et selon l’invention toutes les faces de ce au moins cadre rigide sont fermées par des plaques, elles-mêmes rigides, constituant ainsi une cage, apte à être posée et fixée sur le fond du lite des eaux pluviales, et laissant sur la face supérieure de celle-ci seulement une partie ouverte, constituant la dite ouverture, et au moins la plaque fermant la face aval de la cage est ajourée et forme un filtre apte à retenir les déchets et à travers lequel les eaux pluviales rentrant par la dite ouverture peuvent s’écouler ; et le reste de la face supérieure qui n’est pas ouverte retient alors les déchets dans la cage en cas de fort débit des eaux pluviales dont une grande partie s’écoule par-dessus la cage.

Celle-ci peut être de toute forme adaptée à la configuration du lit d’écoulement des eaux pluviales et permettant de réaliser d’assez grands volumes pour stocker de grands volumes de déchets et ne pas avoir à les vider souvent, tel que, par exemple et selon un mode de réalisation de l’invention, un quasi prisme droit à bases triangulaires, dont les trois faces rectangulaires sont constitués par la face aval, la face supérieur et la face inférieure de la cage et les deux bases triangulaires sont les faces latérales de la cage, dont l’un des sommets des triangles est posé sur le fond en pente du lit d'écoulement des dites eaux pluviales vers l’amont face à l’arrivée de celles-ci, ce qui permet de disposer de cages d’assez grand volume même quand le fond du lit d’écoulement des eaux pluviales sur lequel sont posés les cages est dans le prolongement de la partie inférieure des buses d’arrivée des eaux pluviales sans laisser de hauteur significative, et cela sans que ces cages ne dépassent au-dessus de cette partie inférieure, permettant ainsi, en cas de fortes pluies, aux eaux pluviales de passer par-dessus les cages sans rencontrer d’obstacles. .

Selon d’autres caractéristiques de l’invention les plaques ajourées qui ferment les faces de la structure/cage rigide sont des grilles (soit dont les orifices du maillage sont de dimensions comprises entre 3 et 30 mm, soit dont le maillage est plus large et qui supportent alors un filtre intérieur dont les dimensions des orifices de filtration sont comprises entre 3 et 5 mm) et au moins la partie restant ouverte de la face supérieure de la cage est équipée d’un barreaudage dont les barreaux sont espacés de 100 et 300 mm les uns des autres afin de laisser passer les déchets que l’on veut arrêter dans la cage filtre mais d’empêcher de gros débris (comme un tronc d’arbre) de passer par cette ouverture de la face supérieure.

De plus au moins une des plaques ajourées formant cette face supérieure de la cage est amovible, éventuellement articulée, et apte à donner accès à l’intérieur de la cage, ce qui permet d’en évacuer des déchets sur place à l’aide par exemple d’un système d’aspiration mobile indépendant et utilisable pour d’autres opérations, et cela sans avoir à enlever tout ou partie des cages.

Ainsi les problèmes posés précédemment sont bien résolus par la présente invention dont les avantages évoqués ci-dessus et les solutions apportées en prouvent l’intérêt, suivant des caractéristiques spécifiques, telles que décrites plus en détail ci-après suivant deux exemples de modes de réalisation. La description et les figures ci-jointes en donnent en effet deux exemples de réalisation mais d’autres modes de réalisation sont possibles dans le cadre de la portée de la présente invention.

Brève description des figures

D'autres caractéristiques et avantages de l'invention apparaitront au cours de la lecture de la description détaillée qui va suivre pour la compréhension de laquelle on se reportera aux dessins annexés dans lesquels :

[Fig. 1 ] - la figure 1 est une vue en coupe (dans un plan vertical déterminé par les directions V et L définies ci-après) de la figure 3, d’un premier exemple de réalisation représenté en situation avec des eaux pluviales coulant normalement par pluies faibles ou moyennes; [Fig.2] - la figure 2 est une vue en coupe (dans un plan vertical déterminé par les directions V et L définies ci-après) de la figure 4, d’un deuxième exemple de réalisation représenté également en situation avec des eaux pluviales coulant normalement par pluies faibles ou moyennes;

[Fig.3] - la figure 3 est une vue en perspective du 1 er exemple de réalisation de la Figure 1 sans écoulement des eaux pluviales;

[Fig.4] - la figure 4 est une vue en perspective du 2eme exemple de réalisation de la Figure 2 sans écoulement des eaux pluviales.

Description détaillée de l'invention

Pour la description de l'invention et la compréhension des revendications, et en considérant le système de filtration comprenant au moins un cadre rigide 1 , en situation de position opérationnelle, posé sur le fond 1 2 d’un lit d’écoulement d’eaux pluviales 1 0 et en sortie d’un exutoire 1 1 tel que des buses de section rectangulaire ou arrondie, on adoptera à titre non limitatif les orientations verticale, longitudinale et transversale selon le repère V, L, T indiqué sur la figure 3 et dont les axes longitudinal L et transversal T s’étendent dans un plan horizontal, l’axe L longitudinal étant orienté de l’amont vers l’aval dans le sens d’écoulement des eaux pluviales, tel que représenté par des flèches sur les figures 1 et 2.

De même les termes respectivement :

- « face supérieure » fait référence à la face 5 du cadre 1 située sur le dessus de celui-ci suivant l’axe V,

- « face inférieure » fait référence à la face 6 du cadre 1 située au- dessous de celui-ci suivant le même axe V et qui est la plus proche du fond 1 2 du lit d’écoulement des eaux pluviales 1 0, lequel lit d’écoulement ayant une pente de l’ordre d’au moins 1 cm/m (et qui a donc aussi une composante suivant l’axe V) au moins en certains endroits pour permettre cet écoulement, et

- « faces latérales » fait référence aux faces 81 et 82 du cadre 1 situées latéralement sur les côtés de celui-ci considérés transversalement selon l’axe T, - « face aval » fait référence à la face 7 du cadre située à l’avant de celui-ci dans le sens de l’axe L,

- « face amont » fait référence à la face 9 du cadre située à l’arrière de celui-ci (quand la forme du cadre en comprend une comme dans les figures 2 et 4) soit dans le sens opposé de l’axe L.

Dans la description qui va suivre, des éléments identiques, similaires ou analogues seront désignés par les mêmes chiffres de référence.

Exemples de réalisation

Les figures illustrent deux exemples de systèmes de filtration des eaux pluviales suivant l’invention dont les cages rigides 1 , qu’ils comprennent, délimitent des volumes ayant chacune au moins une face aval 7, une face supérieure 5, une face inférieure 6 et deux faces latérales 81 ,82, lesquelles faces inférieure 6 et latérales 8 pouvant être en continuité les unes des autres et incurvées pour former une partie inférieure de cylindre adaptée à celle de la forme de l’exutoire 1 1 (qui peut en effet être une buse de section circulaire) d’où s’écoulent les eaux pluviales que l’on veut filtrer, et lesquelles cages étant aptes à être posées, soit directement soit sur des pieds 16 ou même des pilotis, et fixées sur le fond 1 2 du lit d’écoulement d’eaux pluviales 10, à la sortie de l’exutoire 1 1 , lequel fond 12 étant souvent un radier en béton.

Dans l’exemple du mode de réalisation représenté sur les figures 2 et 4 le volume délimité par la cage 1 a la forme d’un parallélépipède dont toutes les faces sont rectangulaires et qui comprend alors aussi un face amont 9.

Toutes les faces 5, 6, 7, 8 et 9 des cages 1 sont fermées par des plaques 25,26,27,28,2g rigides et pouvant soit couvrir la totalité de chaque face (sauf celle supérieure 5 : voir ci-après) soit être de longueur égale à la largeur de ces cages et nécessitant d’en mettre alors plusieurs cote à cote pour couvrir la totalité de chaque face : ces plaques (supportées ou non par un véritable cadre support constitués de traverses, car sinon les plaques peuvent aussi être assemblées directement entre elles) constituent ainsi des cages 1 et laissent sur la face supérieure 5 de celles-ci une partie ouverte, constituant une ouverture 3 apte à recevoir lesdites eaux pluviales 10 chargée de déchets 1 3, et lesquelles cages étant disposées et dimensionnées de telle façon qu’en cas de fort débit la partie des eaux pluviales ne passant par ladite ouverture 3 s’écoule pardessus cette cage 1 : pour cela ces cages 1 ne dépassent pas au- dessus du point bas 1 8 de la partie inférieure de l’exutoire 1 1 , permettant ainsi, en cas de fortes pluies, aux eaux pluviales de passer par-dessus les cages 1 sans rencontrer d’obstacles.

De préférence pour permettre d’accéder à l’intérieur de la cage 1 , en particulier pour en évacuer les déchets 1 32 sur place (à l’aide par exemple d’un système d’aspiration mobile indépendant, non représenté sur les figures car de toute type connu, et utilisable pour d’autres opérations) au moins une 4 des plaques ajourées formant la face supérieure 5 de la cage 1 est amovible et pouvant être articulée suivant une charnière 9 pour s’ouvrir vers l’extérieur.

Suivant un mode particulier de réalisation, non représenté, la face supérieure 5 de la cage 1 peut comprendre aussi une partie en forme d’entonnoir dont la bouche inférieure constitue l’ouverture 3 et/ou celle-ci peut comporter un système de clapet anti-retour.

Au moins la plaque 2? fermant la face aval 7 de la cage 1 est ajourée et forme un filtre apte à retenir les déchets 13 et à travers lequel les eaux pluviales rentrant par la dite ouverture 3 peuvent s’écouler, et même de préférence toutes les plaques 2 fermant les faces supérieure 5 (en dehors bien sûr de la partie 3 restant ouverte pour constituer l’ouverture 3), inférieure 6 et latérales 8 de la cage 1 sont constituées chacune d’au moins une plaque ajourée formant également filtre (apte à retenir les déchets 13 et à travers lequel les eaux pluviales rentrant par la dite ouverture 3 peuvent encore mieux s’écouler) suivant des caractéristiques équivalentes à celle de la plaque 2? fermant la face aval 7 de la cage 1 . . Il existe plusieurs façons d’ajourer une plaque comme la plaque 2? fermant la face aval 7, et donc même toutes les plaques 2, tel que par exemple :

- ce peut être ainsi des orifices percées dans la plaque 2 et qui suivant l’invention, pour pouvoir arrêter jusqu’à des mégots et filtres de cigarettes, sont de diamètres compris entre 3mm et 30 mm, même si cette dernière dimension est sans doute un peu trop grande pour tous les mégots et filtres de cigarettes,

- la plaque 2 peut être aussi une grille à maille dont les orifices du maillage, pour le même objectif que précédemment, sont de dimensions comprises entre 3 et 30 mm

- la plaque 2 peut être aussi une grille mais à mailles larges (telles que de dimensions entre 10 à 100mm) supportant un filtre intérieur, qui peut-être un filet métallique, en tissu ou en plastique et qui peut être souple, dont les dimensions des orifices de filtration peuvent être comprises entre 2 et 5 mm, ce qui permet alors dans ce cas d’arrêter même tous les mégots et filtres de cigarettes.

Par ailleurs afin de laisser passer par l’ouverture 3 les déchets 1 32 que l’on veut arrêter dans la cage filtre 1 tout en empêchant de gros débris (comme un tronc d’arbre) de passer par cette ouverture 3, au moins cette partie 3 restant ouverte de la face supérieure 5 de la cage 1 est équipée d’un barreaudage 1 5 dont les barreaux sont espacés de 1 00 et 300 mm les uns des autres.

De plus pour faciliter l’entrée des eaux pluviales 1 0 dans la cage 1 , cette partie ouverte de la face supérieure 5 de la cage 1 , constituant ladite ouverture 3 de celle-ci, est inclinée d’un angle « a » d’au plus 45 ° vers l’amont face à l’arrivée des eaux pluviales 10 alors que le reste de la face supérieure 5, en aval de cette ouverture 3, est quasi horizontal, c’est à dire situé dans un plan qui peut être certes horizontal mais également incliné de quelques degrés par rapport à l’horizontale. Et dans le mode de réalisation des figures 2 et 4, quand l’exutoire 1 1 débouche dans ou au-dessus d’un mur 12i constituant une partie de lit d’écoulement des eaux pluviales 10 verticale au-dessus d’une partie consécutive 1 22 quasi horizontale, la cage 1 ayant alors la forme d’un parallélépipède (dont toutes les faces sont rectangulaires) pour s’adapter à cette configuration, l’arête 1 0 supérieure amont de la cage 1 est

- d’une part en dessous du point bas 1 8 de la partie inférieure de l’exutoire 1 1 permettant ainsi, en cas de fortes pluies, aux eaux pluviales de passer par-dessus la cagel sans rencontrer d’obstacles et,

- d’autre part et de préférence reliée à l’arête 1 8 inférieure de la sortie de l’exutoire 1 1 par une plaque pleine 1 7 pour assurer la continuité de l’écoulement des eaux pluviales afin qu’une partie de celles-ci ne risque pas de passer entre la face amont 9 de la cage et la partie verticale 12i du lit d’écoulement.

Et cette face amont 9 peut-être aussi pleine ou ajourée comme la face aval 7.

De plus dans cette configuration, si la hauteur H du mur 12i , constituant une partie de lit d’écoulement des eaux pluviales 1 0 verticale, est importante et qu’il n’est pas utile que la cage 1 soit aussi haute, celle-ci peut être posée sur pilotis qui sont au moins quatre grands pieds 1 61 , 162, 163, 164 (représentés cependant assez bas sur les figures car la hauteur H considérée ne nécessite pas de grands pieds) qui compensent la différence de hauteurs entre celle du mur 12i et celle de la cage 1 .

Par contre ni de tels grands pieds ni la plaque pleine 1 7 définie précédemment ne sont utiles ni nécessaires dans le mode de réalisation suivant les figures 1 et 3 quand l’exutoire 1 1 débouche directement et en continuité depuis son arête 18 inférieure sur un lit incliné 12s d’écoulement des eaux pluviales 1 0 : en ce cas le volume délimité par la cage 1 a la forme d’un quasi prisme droit (on utilise le terme quasi pour indiquer que la géométrie d’ensemble est un prisme droit mais pouvant avoir des faces non rectilignes) à bases triangulaires, dont les trois faces rectangulaires sont constitués par la face aval 7, la face supérieure 5 et la face inférieure 6 de la cage 1 et les deux bases triangulaires sont les faces latérales 8 de la cage 1 .

L’un 19 des sommets des triangles est ainsi posé sur le fond 1 2s en pente du lit d'écoulement des dites eaux pluviales 10 vers l’amont face à l’arrivée de celles-ci de telle sorte que la cage 1 ne dépasse pas au-dessus de ce sommet 1 9, et au plus près de l’arête 18 inférieure de sortie de l’exutoire 1 1 de telle façon que la cage 1 ne dépasse donc pas non plus de ce point bas 1 8 de la partie inférieure de l’exutoire 1 1 , permettant ainsi, en cas de fortes pluies, aux eaux pluviales de passer par-dessus la cagel sans rencontrer d’obstacles. Et dans ce mode de réalisation deux pieds aval 161 et 162 suffisent.

Le système de filtration des eaux pluviales suivant l’invention est constitué de plusieurs cages 1 telles que définies ci-dessus et aptes à être disposées côte à côte, posées et fixées sur le fond 1 2 du lit d'écoulement des dites eaux pluviales 1 0 et à couvrir toute la largeur de celui-ci : ainsi si l’exutoire 1 1 est composé de plusieurs buses disposées côte à côte, le système peut comprendre autant de cages 1 qu’il y a de buses et chaque cage aura la largeur de chaque buse, mais également il peut y avoir aussi plusieurs cages pour chaque buse si la configuration des lieux, le dimensionnement et la fabrication le nécessitent.

Et la forme de ces cages, dont deux exemples de réalisation, non limitatifs donc, sont décrits ci-dessus et représentés dans les figures jointes, peut s’adapter, dans le cadre de la présente invention, à toute configuration des exécutoires 1 1 et des lits 12 d’écoulement des eaux pluviales 10.