Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
STABILIZED SAFETY GYROPLANE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2011/018559
Kind Code:
A2
Abstract:
The present application takes various known processes and assembles the latter in a particular manner, said application relating to the integration of a double rotating wing which is in turn coupled to a launching engine, which dispenses with a counter-torque propeller, which can be dangerous. The device is arranged such that the time for the natural effect of self-containment is sufficient. A specific compilation introduces novel technologies brought together for the first time with the principle of gyroplane technology, which is the eCRT technology providing additional safety. An aircraft with a rotating wing is assisted by "radio controlled" eCRT performed by eCRT sensors which impede the effects of fluctuating electromagnetic incompatibilities generated by the mechanical parts under stress, thus increasing flight performances, and freeing the available power from stresses, parasites or fluctuating counterforces.

Inventors:
PERRICHON CLAUDE ANNIE (FR)
GIRY FRANCOIS (FR)
PICCALUGA PIERRE (CH)
BUENDIA JOSE (FR)
Application Number:
PCT/FR2009/001017
Publication Date:
February 17, 2011
Filing Date:
August 20, 2009
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PERRICHON CLAUDE ANNIE (FR)
GIRY FRANCOIS (FR)
PICCALUGA PIERRE (CH)
BUENDIA JOSE (FR)
International Classes:
B64C27/02
Domestic Patent References:
WO2007147640A12007-12-27
WO2007141395A12007-12-13
WO2009019326A12009-02-12
Foreign References:
CH666664A51988-08-15
EP0378302A21990-07-18
FR2869754A12005-11-04
EP1724192A12006-11-22
FR1339650A1963-10-11
Attorney, Agent or Firm:
DELPRAT, Olivier et al. (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

.."-Procédé qui sécurise et stabilise un autogyre par une intégration mécanique d'une double voilure tournante en sens inverse couplée à un moteur de lancement, le temps que l'auto-sustentation naturelle prenne le relais, ce qui dispense d'une hélice de contre couple, et permet un décollage vertical par vent faible.

2° Procédé selon la première revendication additionné d'une hélice de poussée qui permet l'avancement de l'autogyre et l'auto portance par translation de l'autogyre suivant l'axe horizontal.

3° Appareil de vol à voilure tournante suivant le principe de l'autogyre, qui est constitué d'une double voilure tournante en sens inverse couplée à un convertisseur de puissance qui transfert la puissance du moteur de l'autogyre pour le lancement, par un convertisseur mécanique qui assure l'énergie de sustentation, et qui transpose par la commande de la cellule, la puissance à l'hélice de poussée horizontale, l'aéronef par la vitesse de translation se met en auto sustentation naturelle, principe de fonctionnement qui assure le décollage à faible vent et ne pouvant pas se mettre en auto rotation, exemple non limitatif de réalisation..

4° Appareil de vol à voilure tournante suivant la revendication 3 est assisté de « radio régulation » eCRT réalisé par des palpeurs eCRT qui gomment les effets d'incompatibilités électromagnétiques générées par les pièces mécaniques en contraintes, augmentant ainsi les performances de vol, et laissant libres les puissances disponibles sans effort, sans parasite et de contre force.

Description:
- AUTOGYRE SECURISE STABILISE -

Le modèle de transport de demain est une énigme, tant sur le problème de la consommation, de la pollution et de la sécurité, pour tout le monde qui voyage. Nous avons longuement réfléchi et regardé les différentes solutions, qui avec les restrictions de circulation, nous ont porté vers une solution plus rapide, efficace et qui demande une plus grande attention envers la sécurité. En effet, le déplacement est une obligation pour les gens actifs qui ne vendent pas que du virtuel mais aussi des prestations concrètes, ce qui demande une certaine réactivité, qui par les restrictions de vitesse allonge les opérations et les prises de décisions. L'autogyre est un aéronef particulier qui demande à être développé, de façon générale vers une sécurité de vol, et un respect de l'environnement. Plusieurs facteurs de bruits et de pollutions nous ont ouvert à une translation sur la terre, à un transport à un faible coût. La sécurité avant tout nous oblige à prendre en compte le problème des avions qui atterrissent avec une vitesse élevée et en des endroits spécifiques. L'hélicoptère est très onéreux mais aussi fait du bruit et un indice de sécurité nous inquiète, de par les pâles du rotor qui subissent par un jeu de bielles, des inclinaisons différentes à chaque tour.

La présente demande prend différents processus connus que nous assemblons de façon particulière et qui dans cette demande est l'intégration d'une double voilure tournante qui elle-même est couplée à un moteur de lancement, ce qui nous dispense d'une hélice de contre couple qui présente de nombreux dangers. Ce dispositif est mis en place, le temps que l'effet naturel de l'auto-portance soit suffisant. Une compilation spécifique introduit de nouvelles technologies assemblées pour la première fois au principe d'une technologie d'autogyre, que représente la technologie eCRT qui apporte un complément de sécurité.

Nous illustrons un autogyre Fig.l, constitué de deux hélices (1, 2), voilures tournantes dont les pâles tournent en sens inverse l'une de l'autre afin d'obtenir un équilibre des forces de sustentation ne nécessitant pas d'hélice active de contre couple. En effet, pour le lancement de l'aéronef nous utilisons le moteur (5) afin de lancer les pâles hélices (1, 2) avant que l'auto-sustentation prenne effet, ce qui sécurise fortement le décollage. Ce dispositif permet aussi avec un vent faible, moins de 20 nœuds, de décoller pratiquement en verticale sans dommage et perte d'équilibre, ou de roulage trop long. Le convertisseur de couple commandé depuis la cellule du pilote, active en inverse de rotation mécanique (6) les hélices (1.2) jusqu'à ce que l'autorotation sustente l'aéronef. Ce convertisseur permet de transmettre l'énergie minimum utile du moteur (5) pour assurer la sustentation. Le moteur (5) translate sa puissance à l'hélice (4) de poussée horizontale, ce qui donne la vitesse de translation et permet de faire avancer l'autogyre qui prend sa sustentation sans avoir besoin d'apport d'énergie sur ses pâles qui sous- tendent naturellement l'aéronef (1, 2). Les pâles sont à pas constant, ce qui tend à créer une traînée diminuant la vitesse de vol, mais apporte une sécurité importante. Le pas pourrait être variable mais identique pour les deux pâles constituant la voilure dynamique, comme les hélices d'avion à voilure fixe, avec hélice à pas variable. Evidemment les deux hélices (1,2) sont concernées. Depuis la cellule (3) les commandes permettent les actions pour le bon vol avec une grande visibilité. Cette stabilité par apport d'intégration de deux hélices constituant la voilure tournante constitue une stabilité importante et avec la liaison moteur en vitesse relativement faible d'avancement assure une sustentation sans mettre en autorotation l'aéronef.

Ce dispositif est une assurance de sécurité par une auto stabilisation de l'aéronef sur place de son vol. Cette caractéristique n'est pas le régime ni la fonction mais une solution transitoire momentanée de sécurité de vol, que les autogyres n'ont pas pour l'instant, et qui nécessite certes de l'énergie.

Par ailleurs, les bruits mécaniques et des hélices sont diminués par l'apport de la technologie eCRT qui est une des applications revendiquées sur les pièces mécaniques, constituant un organe mécanique, de vol, liant le moteur, la structure de la cellule, les axes des hélices de la voilure dynamique et le convertisseur de puissances aux pâles qui sont régulées au lancement de l'aéronef. Le gain de bruit est d'au moins 5 décibels et la puissance utile avec un moteur à pistons traditionnel ou de type Wanckel ou turbine, exemple non limitatif de possibilités sera très efficace avec 110 chevaux afin de lancer l'ensemble des hélices sans effort. En effet, les frottements mécaniques sont extrêmement réduits, ce qui apporte une fiabilité et un gain de puissance disponible très important compte tenu de cette organisation mécanique multi-axes assistés par la technologie eCRT intelligente qui régule les tensions, les contraintes des pièces mécaniques. Nous revendiquons l'antériorité du brevet PCT/FR 2009/ 001006 du 14 Août 2009. Ce PCT de par sa technologie apporte un silence de fonctionnement ainsi qu'une fiabilité déconcertante, tout en libérant du couple moteur, nous supprimons également 15 à 20% de consommation de carburant et plus de 35 à 40% de NOX en moins. Les palpeurs eCRT sont placés sur les axes et sur la cellule (3) de l'autogyre, eCRT (7 ; 8 ; 9 ) par exemple, palpeurs de radio autorégulation collés, ce qui donne toutes les positions relatives auto gérées par « radio autorégulation » des mouvements des pièces mécaniques en contraintes contribuant aux mouvements de l'aéronef. L'activité aérienne des machines est d'une sensibilité extrême et la voilure dynamique devient « plus portante » par la réalisation eCRT qui ordonne les polarités et les flux électromagnétiques gérés voire annulés, ce qui supprime les inconvénients des incompatibilités électromagnétiques générées par les effets de contraintes mécaniques, venant influer sur les caractéristiques de vol, augmentant les performances de vol et laissant libres les puissances mécaniques sans effort. Ainsi, les palpeurs eCRT viennent gommer ces incidences de charges électromagnétiques fluctuantes contraires aux conditions idéales stables pour le vol d'un aéronef, sans parasite et sans contre force fluctuante, muni au moins d'une voilure tournante dynamique, dans ce cas d'exemple de réalisation non exhaustif.