Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
TANK FOR A BASE FOR A STEAM APPLIANCE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2020/127600
Kind Code:
A1
Abstract:
The present invention relates to a fluid tank (3) intended to be detachably mounted on a base (1) for a steam producing appliance, said tank (3) comprising an opening (4) for filling the tank (3) with a fluid and a lid mounted on said opening (4) so as to pivot between a closed position, where the opening (4) is obstructed, and an open position allowing the tank (3) to be filled, characterised in that it further comprises a peripheral rib (9) projecting towards the outside of the tank (3) and formed over the entire periphery of the opening (4), and a groove (12) formed by a recess between the peripheral rib (9) and an outer wall of the tank (3), and in that the lid comprises an inner wall, in which a peripheral groove (10) is formed that is intended to rest on the peripheral rib (9) at the opening (4) when the lid is in the closed position, the lid further comprising at least one guide means projecting relative to the inner wall of the lid, the guide means being at least partially arranged along the peripheral groove so as to come against the peripheral rib (9) in the closed position.

Inventors:
NORMAND FABIEN (FR)
MAISONNEUVE MARTIAL (FR)
PERROT CHRISTOPHE (FR)
Application Number:
PCT/EP2019/086118
Publication Date:
June 25, 2020
Filing Date:
December 18, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
SEB SA (FR)
International Classes:
A45D1/04; A45D1/00; A45D44/00
Foreign References:
FR3052029A12017-12-08
EP1612320A12006-01-04
EP2449912A12012-05-09
FR3052029A12017-12-08
Attorney, Agent or Firm:
BOURRIERES, Patrice (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Réservoir de fluide (3) destiné à être monté de manière amovible sur une base (1) pour appareil produisant de la vapeur, ledit réservoir (3) comprenant une ouverture (4) pour remplir le réservoir (3) avec un fluide et un couvercle (5) monté de manière pivotante au niveau de ladite ouverture (4) entre une position fermée où l’ouverture (4) est obstruée et une position ouverte permettant le remplissage du réservoir (3),

caractérisé en ce qu’il comprend en outre une nervure périphérique (9) faisant saillie vers l’extérieur du réservoir (3) et formée sur la totalité de la périphérie de l’ouverture (4), et une gorge (12) formée par un évidement entre la nervure

périphérique (9) et une paroi externe du réservoir (3),

et en ce que le couvercle (5) comprend une paroi intérieure dans laquelle est formée une rainure périphérique (10) destinée à reposer sur la nervure périphérique (9) au niveau de l’ouverture (4) lorsque le couvercle (5) est en position fermée, le couvercle (5) comprenant en outre au moins un moyen de guidage (11) faisant saillie par rapport à la paroi intérieure du couvercle (5), le moyen de guidage (11) étant agencé au moins partiellement le long de la rainure périphérique (10) de manière à venir contre la nervure périphérique (9) en position fermée.

2. Réservoir (3) selon la revendication 1 , dans lequel le moyen de guidage (11) est formé pour coopérer par friction avec une paroi latérale de la nervure périphérique (9) afin de maintenir le couvercle (5) en position fermée. 3. Réservoir (3) selon la revendication 1 , dans lequel le moyen de guidage (11) comprend une languette, configurée pour venir en contact avec la paroi latérale de la nervure périphérique (9).

4. Réservoir (3) selon l’une quelconque des revendications 1 à 3, dans lequel le moyen de guidage (11) comprend au moins un ergot, configuré pour venir en contact avec un logement correspondant dans la paroi latérale de la nervure périphérique (9).

5. Réservoir (3) selon l'une quelconque des revendications 1 à 4, dans lequel le couvercle (5) a une forme s’étendant entre une zone arrière et une zone avant, la zone arrière comprenant des éléments de couplage pour monter le couvercle (5) sur le réservoir (3) selon une liaison pivot, et la zone avant comprenant un élément de verrouillage destiné à coopérer avec une portion de verrouillage complémentaire de la nervure périphérique (9) afin de maintenir le couvercle (5) en position fermée.

6. Réservoir (3) selon la revendication 5, dans lequel l’élément de verrouillage est configuré pour coopérer avec la portion de verrouillage complémentaire par clipsage ou friction.

7. Réservoir (3) selon l'une quelconque des revendications 5 ou 6, dans lequel le couvercle (5) comprend en outre deux languettes de guidage (1 1) latérales s’étendant entre la zone avant et la zone arrière.

8. Réservoir (3) selon l'une quelconque des revendications 1 à 7, comprenant en outre une nervure additionnelle agencée au niveau de l’ouverture (4) de manière à faire saillie depuis au moins une portion de la nervure périphérique (9) en direction du couvercle (5), la nervure périphérique (9) ayant une hauteur constante et la nervure additionnelle ayant une hauteur variable selon une forme arquée.

9. Réservoir (3) selon la revendication 8, dans lequel la nervure additionnelle est agencée en zone arrière.

10. Réservoir (3) selon l'une quelconque des revendications 1 à 9, dans lequel la nervure périphérique (9) comprend deux portions droites reliées par deux portions courbées.

1 1. Réservoir (3) selon la revendication 10, dans lequel les deux portions droites de la nervure périphérique (9) sont respectivement agencées en zone avant et en zone arrière.

12. Réservoir (3) selon l’une quelconque des revendications 10 ou 1 1 , dans lequel les deux portions courbées de la nervure périphérique (9) sont dépourvues d’éléments formant, en position fermée, une obstruction entre ladite nervure périphérique (9) et la rainure périphérique (10) du couvercle (5).

13. Réservoir (3) selon l'une quelconque des revendications 1 à 12, dans lequel, en position fermée, le couvercle (5) est configuré pour coopérer avec l’ouverture (4) de manière à rester perméable à l’air.

14. Appareil de coiffure comprenant :

une base (1) équipée d’un réservoir (3) amovible selon l'une quelconque des revendications précédentes ;

une unité portable déportée de la base (1) ;

un cordon reliant fluidiquement la base (1) et l'unité portable.

15. Appareil de coiffure selon la revendication 14, dans lequel l'unité portable comprend deux bras mobiles l'un par rapport à l'autre, entre une configuration rapprochée de traitement de cheveux et une configuration écartée d'engagement de cheveux à traiter.

16. Appareil de coiffure selon la revendication 15, dans lequel les deux bras mobiles sont reliés par une charnière, de sorte à pouvoir pivoter comme une pince entre la configuration rapprochée et la configuration écartée.

Description:
RESERVOIR POUR BASE POUR APPAREIL A VAPEUR

DOMAINE DE L'INVENTION

La présente invention concerne le domaine des appareils à vapeur utilisant une base comprenant un réservoir de liquide déporté, et plus précisément concerne les systèmes d’obturation de tels réservoirs.

ETAT DE LA TECHNIQUE

On connaît de l’état de la technique de nombreux appareils portables produisant de la vapeur, reliés à une base comprenant un réservoir de liquide, typiquement d’eau. Cette configuration, dans laquelle l’appareil comprend une unité portable et une base destinée à être fixe en cours d’utilisation, permet d’améliorer la praticité d’un appareil à vapeur, en autorisant une unité portable plus légère et moins encombrante, le liquide étant stocké dans la base comprenant le réservoir. Cela permet en outre de stocker une plus grande quantité de liquide et d’augmenter la capacité de vaporisation de l’appareil.

L’appareil à vapeur portable peut être tout type d’appareil électroménager comprenant une base avec un réservoir de liquide, comme par exemple des appareils de type fer à repasser ou vaporisateur pour visage.

Un autre type d’appareil à vapeur portable peut être notamment un appareil de coiffure utilisant de la vapeur, comme par exemple décrit dans le document EP2449912. Dans un tel dispositif, une base comprend un réservoir de fluide, et une unité portable déportée de la base et reliée au réservoir par un cordon comprend des moyens de vaporisation du fluide contenu dans le réservoir et des moyens de distribution de la vapeur produite à destination de cheveux. La base comporte un couvercle ayant une partie fixe et une partie mobile en pivotement pour remplir le réservoir avec un fluide. Le couvercle peut être totalement amovible pour permettre de remplacer des moyens de déminéralisation, par exemple des cartouches. Cependant, aucun moyen ne permet de bloquer l’ouverture du couvercle, et lors d’une utilisation, notamment lorsque le réservoir est rempli, il est possible qu’un débordement du réservoir ou des projections de liquide aient lieu, lors du transport du réservoir ou lors d’un mouvement brusque de la base.

Dans le cadre des appareils de coiffure, un autre dispositif est décrit par le document FR3052029. La base comprend ici un support et un réservoir amovible configuré pour occuper une position déconnectée dans laquelle le réservoir est à distance du support et une position de fonctionnement dans laquelle le réservoir coopère fluidiquement avec le support. L’amovibilité du réservoir facilite un remplissage du réservoir avec le liquide. De plus, le réservoir comprend un élément de fermeture comprenant un couvercle mobile en rotation par rapport é une ouverture de remplissage du liquide, entre une position de remplissage de fluide dans laquelle le couvercle ménage un accès à l'ouverture de remplissage et une position de fermeture dans laquelle le couvercle obstrue l'ouverture de remplissage. Cependant, aucun élément ne bloque la position de fermeture, de sorte que, lors d’une manutention de la base ou du réservoir rempli, des projections de liquide peuvent avoir lieu en dehors du réservoir. En outre, lors d’une utilisation, et notamment dans un cas où le réservoir est trop rempli et que l’utilisateur tire trop sur le cordon au cours d’une utilisation, des débordements d’eau peuvent avoir lieu lors d’un lissage si la base n’est pas disposée sur un plan de travail horizontal, ces débordements pouvant notamment être dus aux mouvements de la base par rapport au support.

Il résulte donc un risque de débordement du fluide contenu dans le réservoir pouvant engendrer différents désagréments pour l’utilisateur voire un risque de disfonctionnement de l’appareil.

EXPOSE DE L'INVENTION

Un but de l’invention est de remédier aux problèmes exposés ci-dessus, et notamment d’améliorer l’étanchéité de la zone de fermeture du réservoir d’eau, pour limiter les projections d’eau lors de la manipulation de la base déportée de l’appareil électroménager, sur laquelle est montée le réservoir d’eau.

Ces buts sont atteints avec un réservoir de fluide destiné à être monté de manière amovible sur une base pour appareil produisant de la vapeur, ledit réservoir comprenant une ouverture pour remplir le réservoir avec un fluide et un couvercle monté de manière pivotante au niveau de ladite ouverture entre une position fermée où l’ouverture est obstruée et une position ouverte permettant le remplissage du réservoir, caractérisé en ce qu’il comprend en outre une nervure périphérique faisant saillie vers l’extérieur du réservoir et formée sur la totalité de la périphérie de l’ouverture, et une gorge formée par un évidement entre la nervure périphérique et une paroi externe du réservoir, et en ce que le couvercle comprend une paroi intérieure dans laquelle est formée une rainure périphérique destinée à reposer sur la nervure périphérique au niveau de l’ouverture lorsque le couvercle est en position fermée, le couvercle comprenant en outre au moins un moyen de guidage faisant saillie par rapport à la paroi intérieure du couvercle, le moyen de guidage étant agencé au moins partiellement le long de la rainure périphérique de manière à venir contre la nervure périphérique en position fermée.

Le réservoir de fluide peut comprendre les caractéristiques suivantes, prises seules ou en combinaison :

le moyen de guidage est formé pour coopérer par friction avec une paroi latérale de la nervure périphérique afin de maintenir le couvercle en position fermée ; le moyen de guidage comprend une languette, configurée pour venir en contact avec la paroi latérale de la nervure périphérique ;

le moyen de guidage comprend au moins un ergot, configuré pour venir en contact avec un logement correspondant dans la paroi latérale de la nervure périphérique ;

le couvercle a une forme s’étendant entre une zone arrière et une zone avant, la zone arrière comprenant des éléments de couplage pour monter le couvercle sur le réservoir selon une liaison pivot, et la zone avant comprenant un élément de verrouillage destiné à coopérer avec une portion de verrouillage complémentaire de la nervure périphérique afin de maintenir le couvercle en position fermée ;

l’élément de verrouillage est configuré pour coopérer avec la portion de verrouillage complémentaire par clipsage ou friction ;

le couvercle comprend en outre deux languettes de guidage latérales s’étendant entre la zone avant et la zone arrière ;

le réservoir comprend en outre une nervure additionnelle agencée au niveau de l’ouverture de manière à faire saillie depuis au moins une portion de la nervure périphérique en direction du couvercle, la nervure périphérique ayant une hauteur constante et la nervure additionnelle ayant une hauteur variable selon une forme arquée ;

la nervure additionnelle est agencée en zone arrière ;

la nervure périphérique comprend deux portions droites reliées par deux portions courbées ;

les deux portions droites de la nervure périphérique sont respectivement agencées en zone avant et en zone arrière ;

les deux portions courbées de la nervure périphérique sont dépourvues d’éléments formant, en position fermée, une obstruction entre ladite nervure périphérique et la rainure périphérique du couvercle ;

en position fermée, le couvercle est configuré pour coopérer avec l’ouverture de manière à rester perméable à l’air ; Selon un autre aspect, il est proposé un appareil de coiffure comprenant une base équipée d’un réservoir amovible telle que décrite précédemment, une unité portable déportée de la base, un cordon reliant fluidiquement la base et l'unité portable.

L’appareil de coiffure peut comprendre les caractéristiques suivantes, prises seules ou en combinaison :

l'unité portable comprend deux bras mobiles l'un par rapport à l'autre, entre une configuration rapprochée de traitement de cheveux et une configuration écartée d'engagement de cheveux à traiter ;

les deux bras mobiles sont reliés par une charnière, de sorte à pouvoir pivoter comme une pince entre la configuration rapprochée et la configuration écartée.

DESCRIPTION DES FIGURES

D’autres caractéristiques, buts et avantages de l’invention ressortiront de la description qui suit, qui est purement illustrative et non limitative, et qui doit être lue en regard des dessins annexés sur lesquels :

La figure 1 illustre une vue en perspective d’une base proposée pour appareil électroménager produisant de la vapeur.

La figure 2 illustre une vue en perspective du réservoir de fluide selon un mode de réalisation de la présente invention.

La figure 3 illustre une vue en perspective de la paroi intérieure du couvercle destiné à fermer le réservoir de fluide selon le mode de réalisation de la figure 2.

Seuls les éléments nécessaires à la compréhension de l'invention ont été représentés. Pour faciliter la lecture des dessins, les éléments similaires portent des références identiques sur l’ensemble des figures.

DESCRIPTION DETAILLEE DE L'INVENTION

La figure 1 est une vue en perspective d’une base 1 pour appareil électroménager produisant de la vapeur destinée à être reliée à une unité portable (non illustrée) déportée de la base 1 par un cordon 7, reliant fluidiquement la base 1 et l’unité portable, voire également électriquement. La base 1 peut également être reliée à une source d’alimentation, telle qu’une prise de courant, par l’intermédiaire d’un câble 8.

La base comprend un support 2 et un réservoir de fluide 3 agencé pour être rapporté sur le support 2, de préférence de manière amovible. Le support 2 comprend une paroi d’appui sensiblement plane permettant à la base 1 d’être posée sur un plan de travail, pour que la base 1 vienne en appui sur le plan de travail. De préférence, la paroi d’appui comprend une pluralité de ventouses de fixation permettant de fixer le support sur le plan de travail de manière amovible. Ces ventouses sont donc destinées à être mises en contact avec le plan de travail pour assurer une fixation de la base sur le plan de travail.

La figure 2 illustre une vue en perspective de la base au niveau du réservoir 3. Le réservoir 2 est prévu pour occuper une position de fonctionnement, dans laquelle il coopère fluidiquement avec le support 2. Lorsque le réservoir 3 est amovible, il peut être découplé du support 3, afin d’occuper une position déconnectée dans laquelle il est à distance du support 3 facilitant ainsi son remplissage et son transport.

Le réservoir 3 comprend une ouverture permettant de remplir ledit réservoir 3 avec un fluide.

On entend par fluide tous types de fluides adaptés pour l’usage de l’appareil électroménager produisant de la vapeur. De manière générale, il peut s’agir d’un liquide, tel que de l’eau ou de l’eau additionnée d’un agent d’entretien de l’appareil électroménager, par exemple un produit contre la formation de calcaire. Dans un mode d’utilisation où l’unité portable est un appareil pour mise en forme de cheveux, typiquement un lisseur, le fluide peut être de l'eau liquide ou un mélange d'eau et de produit de soin pour cheveux.

Comme cela est illustré sur la figure 1 , l’ouverture 4 est typiquement agencée sur une partie supérieure du réservoir 3, à proximité d’une extrémité de la base 1 , opposée à l’extrémité de la base 1 présentant le cordon 7 et le moyen d’alimentation en électricité 8.

La figure 3 illustre un couvercle 5 destiné à être monté de manière pivotante au niveau de l’ouverture 4. Le couvercle 5 peut pivoter entre une position fermée où l’ouverture 4 est obstruée, et une position ouverte permettant le remplissage du réservoir 3.

Pour réaliser la liaison pivot, appelée charnière, entre le couvercle 5 et le réservoir 3, le couvercle 5 comprend par exemple deux organes femelles de charnière (6,6’) destiné à coopérer avec deux organes males de charnière (13, 13’) formés sur le réservoir 3.

En position de fonctionnement, le réservoir 3 est configuré pour coopérer fluidiquement avec le support 2 c’est-à-dire que le réservoir 3 est en communication fluidique avec le support 2 de la base 1 par une ouverture de sortie. L'ouverture de sortie peut comprendre au niveau de sa périphérie un élément d'étanchéité. Ainsi, lorsque le réservoir 3 occupe la position de fonctionnement, la connexion fluidique avec le support 2 est réalisée de façon étanche. L'élément d'étanchéité comprend un joint ou une paroi souple par exemple en silicone. Une pompe, par exemple une pompe péristaltique, peut être disposée dans le support et configurée pour pincer un tube flexible contenu dans le cordon 7 de sorte à aspirer ou refouler du liquide entre le réservoir 3 de fluide et l’unité portable. Ainsi, afin que la pompe puisse fonctionner correctement, il est préférable que le réservoir 3 ne forme pas un ensemble étanche à l’air lorsque le couvercle 5 est en position fermée.

Afin de maintenir le couvercle 5 en position fermée et de limiter des projections de liquide lors d’une manutention du réservoir 3 ou de la base 1 , lorsque le réservoir 3 est rempli de liquide, par exemple d’eau, mais aussi lors d’éventuels mouvements brusques de la base 1 , plusieurs éléments structurels sont mis en place au niveau du couvercle 5 et du réservoir 3. Le réservoir comprend notamment au niveau de l’ouverture une nervure périphérique 9 faisant saillie vers l’extérieur du réservoir 3 et formée sur la totalité de la périphérie de l’ouverture 4, tandis qu’une rainure périphérique 10 est formée dans une paroi intérieure du couvercle 5, et est destinée à reposer sur la nervure périphérique 9 lorsque le couvercle 5 est en position fermée. De préférence, la rainure 10 est également formée sur toute la périphérie de l’ouverture 4, limitant le risque de débordement en particulier en face avant. Ainsi, cette nervure périphérique 9, formant un relief, combinée à la rainure périphérique 10, formant un creux, forment ensemble une sorte de chicane s’opposant au passage du liquide contenu dans le réservoir, améliorant donc l’étanchéité de ce dernier.

Le couvercle 5 comprend en outre au moins un moyen de guidage 11 faisant saillie par rapport à la paroi intérieure du couvercle. Le moyen de guidage 11 est agencé au moins partiellement le long de la rainure périphérique 10 de manière à venir contre la nervure périphérique 9 lorsque le couvercle 5 est en position fermée, et à maintenir une position fermée lors d’une manutention de la base 1 , principalement lorsque le réservoir 3 est rempli de liquide. En particulier, le moyen de guidage 1 1 peut venir contre la paroi latérale interne de la nervure périphérique. Le moyen de guidage 11 peut alors, par frottement, venir s’opposer à une ouverture intempestive du couvercle du réservoir. En outre, le moyen de guidage 11 permet de guider le couvercle 5 par rapport au réservoir 3 lors de la fermeture du couvercle 5, garantissant ainsi le bon positionnement du couvercle 5 vis-à-vis de l’ouverture 4 et donc une étanchéité optimale.

On entend par manutention une manipulation du réservoir 3 par un utilisateur. Typiquement, lors d’une utilisation de l’appareil électroménager, le fluide est progressivement consommé. Dans un exemple de réalisation, lorsque le réservoir 3 est vide, un utilisateur peut retirer le réservoir 3 du support 2 afin de le remplir de fluide. Le réservoir 3 est alors en position déconnectée. Suite au remplissage du réservoir 3, l’utilisateur peut avoir besoin de déplacer le réservoir 3 rempli avant de le positionner en position de fonctionnement sur le support 2 de la base 1. Au cours du déplacement, le liquide peut osciller dans le réservoir 3, et éventuellement déborder et projeter du liquide à l’extérieur si le réservoir 3 est plein. Le moyen de guidage 11 et l’agencement de la rainure 10 du couvercle 5 dans la nervure 9 du réservoir 3 permettent d’éviter ces désagréments.

Selon un mode de réalisation possible et préféré, la rainure périphérique 10 du couvercle 5 a sensiblement les mêmes dimensions sur toute la périphérie de l’ouverture. De préférence, la rainure 10 s’étend sur une largeur comprise entre 1 mm et 2 mm, typiquement 1.8 mm, et a une profondeur d’environ 1 mm.

Le réservoir 3 comprend également une gorge 12 formée par un évidement entre la nervure périphérique 9 et la paroi du réservoir 3, de préférence la paroi externe du réservoir 3. La gorge 12 peut avoir des dimensions permettant de récupérer le liquide lors d’un éventuel débordement de fluide du réservoir 3, de sorte à éviter des projections de liquide ou des éclaboussures. L’ensemble de la nervure 9 et de la gorge 12 définit une chicane avant un bord du réservoir 3. L’évidement est de préférence configuré pour former une zone de stockage de sorte à recueillir le liquide qui pourrait déborder du réservoir 3 et éviter que le liquide ne coule sur le plan de travail.

Une portion de la gorge 12 peut notamment s’étendre au niveau des organes males de charnière (13, 13’) destinés à être assemblés respectivement aux organes femelles de charnière (6,6’) du couvercle 5, afin de former la liaison pivot, sur une zone arrière, de sorte à recevoir du liquide lors d’une projection de liquide lorsque le couvercle 5 est en position ouverte, et au niveau d’une zone avant, permettant un léger débordement lors d’un basculement de la base, sans projections de liquide à l’extérieur du réservoir 3.

Dans un exemple de réalisation, le moyen de guidage 11 du couvercle est formé pour coopérer par friction et avantageusement par déformation élastique avec la paroi latérale de la nervure périphérique 9 afin de maintenir le couvercle 5 en position fermée. Typiquement, le moyen de guidage 11 du couvercle délimite une forme semblable à celle délimitée par la paroi latérale de la nervure 9 du réservoir, avec des dimensions légèrement supérieures, de sorte qu’une légère déformation du moyen de guidage 11 du couvercle est nécessaire pour obtenir la position fermée. Le moyen de guidage 1 1 est ainsi agencé pour exercer une pression sur une portion de la paroi latérale interne de la nervure périphérique 9, de sorte à maintenir par des forces de frottement une position fermée du couvercle 5 sur le réservoir 3, en ce même si un couple est exercé par le liquide contenu dans le réservoir 3, et tend à ouvrir le réservoir. On peut alors éviter des projections du liquide lors d’une manutention de la base 1 par exemple.

Le moyen de guidage 11 comprend par exemple une languette, c’est-à-dire une protubérance sensiblement plane et allongée, dont une paroi est configurée pour venir au contact avec une portion de la paroi latérale de la nervure périphérique 9, en se déformant élastiquement de préférence lors d’une fermeture du couvercle 5, de sorte à exercer une pression sur la portion de la paroi latérale de la nervure 9, permettant de maintenir une position fermée par des forces de frottement.

De manière alternative ou complémentaire, le moyen de guidage 11 comprend un pion ou un ergot, faisant saillie en direction de la paroi latérale de la nervure 9, de sorte à accentuer une friction entre le couvercle 5 et le réservoir 3, afin de maintenir une position fermée du couvercle 5. Typiquement, un logement correspondant est formé dans la paroi latérale de la nervure périphérique 9, de sorte que le pion ou l’ergot peut être configuré pour venir en contact avec un logement correspondant dans la paroi latérale de la nervure périphérique 9.

Dans l’exemple de réalisation de la figure 1 , la base 1 est de forme sensiblement longitudinale selon une direction longitudinale et ovoïdale, et pourrait être sensiblement arrondie. En position de fonctionnement, la partie supérieure du support 2 et le réservoir 3 sont configurés pour s'assembler de façon à ce que leurs surfaces externes forment une surface externe de la base 1 lisse, sans discontinuité. Par forme sensiblement longitudinale, on entend une forme sensiblement allongée, c'est-à-dire ayant une dimension plus grande que les autres. Une telle forme sensiblement longitudinale peut par exemple être une forme sensiblement rectangulaire, sensiblement triangulaire, ou sensiblement ovale comme cela est illustré sur la figure 1.

Dans un mode de réalisation, le couvercle 5 a une forme sensiblement longitudinale selon la direction longitudinale de la base 1 , ou de manière alternative selon la direction orthogonale à la direction longitudinale de la base 1. Une telle forme sensiblement longitudinale peut par exemple être une forme sensiblement triangulaire comme cela est illustré sur la figure 3.

Le couvercle 5 s’étend entre une première zone du réservoir 3, dite zone arrière, et une deuxième zone du réservoir 3, dite zone avant. On entend par zone « avant » une zone agencée à proximité d’une première extrémité de la base 1 opposée à une deuxième extrémité de la base 1 et définissant la zone « arrière ». Dans l’exemple de la figure 1 la zone « arrière » qui désigne la zone agencée dans la partie centrale de la base 1 , plus proche de l’extrémité de la base 1 comprenant le cordon 7. De préférence, la zone arrière comprend des éléments de couplage permettant de monter le couvercle 5 sur le réservoir 3 selon une liaison pivot. Les éléments de couplage sont typiquement deux tiges ou cylindres fixés sur le réservoir 3 à proximité de l’ouverture 4 et formant les organes males de charnière (13, 13’) destinés à être respectivement insérés dans deux portions sensiblement cylindriques creuses du couvercle 5 formant des éléments femelles de charnières (6,6’).

De préférence, le couvercle comprend au niveau de la zone avant un élément de verrouillage 14, destiné à coopérer avec une portion de verrouillage complémentaire 15 de la nervure périphérique 9 afin de maintenir le couvercle 5 en position verrouillée.

Par exemple, l’élément de verrouillage 14 coopère avec la portion de verrouillage complémentaire 15 par clipsage ou friction. Typiquement, une déformation élastique de l’élément de verrouillage 14 du couvercle 5 est alors nécessaire pour passer d’une position ouverte à une position fermée et verrouillée.

Dans un autre exemple, l’élément de verrouillage 14 peut comprendre une portion cylindrique creuse, sur laquelle sont formés au moins un ergot en saillie vers l’intérieur du cylindre. La portion de verrouillage complémentaire 15 de la nervure périphérique 9 a alors une surface externe sensiblement cylindrique, de dimensions légèrement inférieures au cylindre défini par la surface interne de l’élément de verrouillage 14 du couvercle, et présente des cavités borgnes configurées pour recevoir les ergots en saillie de la portion cylindrique creuse du couvercle 5. Lors d’une fermeture du couvercle 5, un utilisateur peut exercer une pression sur le couvercle de sorte que les ergots en saillie du couvercle sont amenés à se déformer élastiquement pour s’insérer dans les cavités borgnes correspondantes de la nervure périphérique 9. La position de fermeture est alors maintenue, tant qu’une force suffisante n’est pas exercée sur le couvercle 5 pour forcer une ouverture. Typiquement, l’élasticité du matériau, la dimension et le nombre d’ergots sont calibrés pour que la force suffisante à l’ouverture soit supérieure à une pression pouvant être exercée sur une surface interne du couvercle 5 par des projections de liquide, empêchant ainsi une ouverture non souhaitée du couvercle 5. Les ergots permettent en outre de limiter un éventuel débattement latéral.

Dans un autre exemple de réalisation, l’élément de verrouillage 14 est configuré pour venir en contact avec la portion de verrouillage complémentaire 15, de sorte à exercer des frottements empêchant une ouverture de la trappe.

Un tel système de verrouillage permet que le couvercle 5 reste en position fermée même dans l’éventualité où le réservoir serait renversé. Un débordement du liquide contenu dans le réservoir 3 est donc limité. De préférence, le réservoir 3 comprend au niveau de la zone avant un évidement 16 configuré pour faciliter l’ouverture du couvercle 5 par un utilisateur.

De préférence, et dans le mode de réalisation illustré sur la figure 3, le couvercle 5 comprend deux languettes de guidage (17, 17’) latérales formées de manière à s’étendre entre la première zone avant et la deuxième zone arrière. Chaque languette de guidage (17, 17’) forme par exemple une protubérance sensiblement allongée selon un côté du couvercle 5, dont une paroi latérale est configurée pour venir au contact avec une portion en vis-à-vis de la paroi latérale de la nervure 9.

De préférence, chaque languette de guidage (17, 17’) se déforme élastiquement lors d’une fermeture du couvercle 5, de sorte à exercer une pression sur la portion de la paroi latérale de la nervure 9, permettant de maintenir une position fermée par des forces de frottement.

Typiquement, les languettes (17, 17’) sont légèrement inclinées vers l’extérieur. Les deux languettes (17, 17’) sont sensiblement agencées symétriquement par rapport à un axe de symétrie de la base 1 selon la direction longitudinale. Chaque languette (17,17’) s’étend entre la zone avant et la zone arrière de préférence sur une longueur comprise entre 10 mm et 30 mm, typiquement 18 mm. Elles ont de préférence une largeur de l’ordre de 1 mm.

La largeur des languettes (17, 17’) ne doit pas être trop élevée de sorte à pouvoir se déformer élastiquement lors d’une fermeture du couvercle 5 et ne pas opposer trop de friction. Les languettes (17,17’) font saillie par rapport à la paroi intérieure du couvercle 5 d’une hauteur comprise entre 1 mm et 3 mm, typiquement 1.8 mm, de préférence supérieure à la profondeur de la rainure périphérique 10.

Les deux languettes (17, 17’) sont en outre destinées à créer un obstacle au liquide en cas de débordement. Elles peuvent également améliorer la tenue du couvercle 5 en position fermée, notamment en cas d’usure du système de verrouillage. Elles peuvent enfin contribuer au bon guidage du couvercle 5 lors de la fermeture en garantissant le bon positionnement du couvercle 5 vis-à-vis de l’ouverture 4, y compris en cas d’usure importante de la charnière.

Le réservoir 3 et le couvercle 5 peuvent être réalisés séparément en deux pièces distinctes par moulage, par exemple par un procédé d’injection thermoplastique, de sorte que la rainure 10 et la nervure 9 font partie intégrante de la structure du couvercle 5 et du réservoir 3, respectivement. Typiquement, le réservoir 3 et le couvercle 5 peuvent être formés d’un matériau polymère adapté à cette utilisation, par exemple de l’ABS. Cela permet d’obtenir un réservoir 3 et un couvercle 5 formant un ensemble présentant une bonne tenue au choc, léger et relativement rigide. Selon un mode de réalisation, le réservoir 3 comprend en outre une nervure additionnelle agencée au niveau de l’ouverture 4 de manière à faire saillie depuis au moins une portion de la nervure périphérique 9 en direction du couvercle 5. Typiquement, la nervure additionnelle est agencée au niveau de l’ouverture 4, et fait saillie en direction du couvercle 5 depuis la paroi interne du réservoir 3. Elle peut s’étendre à proximité de la nervure périphérique 9, typiquement le long d’une portion de la nervure périphérique 9.

Selon un exemple de réalisation, la nervure périphérique 9 a une hauteur constante tandis que la nervure additionnelle éventuelle a une hauteur variable selon une forme arquée. De préférence, la nervure additionnelle est située en zone arrière. La nervure additionnelle permet alors d’éviter un débordement du liquide par l’arrière, tout en garantissant une bonne rotation du couvercle 5 au niveau des éléments de liaison avec le réservoir 3, notamment au niveau de la liaison pivot.

De préférence, la nervure additionnelle s’étend sur toute la zone arrière, sur une longueur d’environ 32 mm. La nervure additionnelle a une épaisseur comprise entre 0.5 mm et 1 mm de large, typiquement 0.55 mm, de sorte à garantir une flexibilité suffisante.

La présence de la nervure additionnelle et des languettes latérales (17, 17’) permet d’empêcher le liquide de sortir du dispositif même en cas de forte inclinaison du réservoir 3 (lors d’un transport par exemple), ou d’une oscillation du liquide dans le réservoir 3 (lors de l’insertion du réservoir sur la base 1 par exemple).

De manière avantageuse, la nervure périphérique 9 peut comprendre deux portions droites reliées par deux portions courbées. De préférence, les portions droites sont alors respectivement agencées en zone avant et en zone arrière, c’est-à-dire qu’elles s’étendent respectivement dans la zone avant et dans la zone arrière, sensiblement orthogonalement à la direction longitudinale.

Dans un exemple de réalisation, les zones d’angles de la nervure périphérique 9 sont dépourvues d’éléments formant, en position fermée, une obstruction entre la nervure périphérique 9 et la rainure périphérique 10 du couvercle. Cela permet de garantir une bonne ouverture du couvercle 5, typiquement une bonne rotation autour de la liaison pivot.

De préférence, quel que soit le mode de réalisation, le couvercle 5 coopère avec l’ouverture 4 de manière à rester perméable à l’air en position fermée, de sorte que le réservoir 3 est maintenu à pression atmosphérique. Cela garantit un bon fonctionnement de moyens d’aspiration ou de refoulement du liquide entre le réservoir et l’unité portable. En pratique, il est donc préférable qu’aucun joint d’étanchéité ne soit présent entre le couvercle 5 et l’ouverture 4 du réservoir 3, ou tout du moins aucun joint d’étanchéité totale.

La base 1 décrite ci-dessus pourra par exemple être utilisée dans un appareil de coiffure. Un tel appareil de coiffure comprend alors de préférence la base 1 telle que décrite précédemment, une unité portable déportée de la base 1 et un cordon 7 reliant fluidiquement la base et l'unité portable.

De préférence, l’unité portable comprend des moyens de vaporisation, permettant de transformer le liquide contenu dans le réservoir de la base (typiquement de l’eau, un produit cosmétique, un fixateur... ) en vapeur, et d’appliquer la vapeur produite sur des cheveux, afin d’améliorer leur mise en forme. L’utilisation d’une base 1 telle que décrite précédemment augmente la capacité de vaporisation de l’appareil de coiffure, puisqu’il n’y a pas de perte de liquide du réservoir, et garantit une unité portable de traitement des cheveux relativement légère et maniable. La base peut en outre comprendre des moyens de réglage du débit de fluide.

Un tel appareil de coiffure peut typiquement être un lisseur ou un fer pour une mise en forme quelconque de cheveux, dans lequel l'unité portable comprend deux bras mobiles l'un par rapport à l'autre, entre une configuration rapprochée de traitement de cheveux, pendant laquelle de la vapeur est projetée sur des cheveux à traiter, et une configuration écartée d'engagement des cheveux à traiter entre les deux bras.

Dans un mode de réalisation, les deux bras mobiles sont des bras pivotant articulés au niveau d’une charnière, de sorte que les deux bras forment une pince. Chaque bras peut comprendre une surface de traitement, les deux surfaces de traitement portées chacune par un bras de l’appareil de coiffure étant en regard l’une de l’autre, de sorte qu’une mèche de cheveux peut être pincée entre les deux surfaces de traitement dans la configuration rapprochée.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

EP2449912, FR3052029