Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
THERAPEUTIC VITAMIN-CALCIUM COMBINATION IN UNITARY GALENIC TABLET FORM, METHOD FOR PREPARING SAME AND USE THEREOF
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/1996/009036
Kind Code:
A1
Abstract:
A therapeutical combination including elemental calcium and at least one vitamin D as the combined active principles, and further containing at least one dry and wet binder combined in a synergistic amount with at least one diluent, at least one binder and at least one lubricant, at least one of said diluent and said binder being a sweetener. The ratio of elemental calcium to vitamin D, expressed in mg of elemental Ca per IU of vitamin D, is advantageously 1-1.5, preferably 1.2-1.3.

Inventors:
MEIGNANT CATHERINE (FR)
STENGER ERIC (FR)
Application Number:
PCT/FR1995/001053
Publication Date:
March 28, 1996
Filing Date:
August 04, 1995
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
INNOTHERA LAB SA (FR)
MEIGNANT CATHERINE (FR)
STENGER ERIC (FR)
International Classes:
A61K9/20; A61K9/00; A61K9/22; A61K31/59; A61K33/06; A61K33/10; A61P3/02; A61P3/14; A61P19/10; A61P43/00; (IPC1-7): A61K9/00
Foreign References:
EP0413828A11991-02-27
Other References:
See also references of EP 0785769A1
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS
1. Association thérapeutique vitaminocalcique sous forme galéni¬ que unitaire de comprimés, comprenant comme principes actifs asso ciés du calcium sous forme élémentaire et au moins une vitamine D, caractérisée en ce qu'elle renferme, en outre, au moins un liant à sec et en milieu humide combiné en quantité synergique avec au moins un di¬ luant, au moins un liant et au moins un lubrifiant, l'un au moins dudit diluant et dudit liant étant un édulcorant.
2. Association selon la revendication 1, où le rapport du calcium sous forme élémentaire à la vitamine D, exprimé en mg de Ca élément par UI de vitamine D, est compris entre 1 et 1,5.
3. Association selon la revendication 2, où le rapport du calcium sous forme élémentaire à la vitamine D, exprimé en mg de Ca élément par UI de vitamine D, est compris entre 1,2 et 1,3.
4. Association selon la revendication 1 , où le calcium sous forme élémentaire provient d'un sel de calcium choisi parmi le carbonate de calcium, le pidolate de calcium, le lactate de calcium, le citrate de cal¬ cium, le gluconate de calcium, le chlorure de calcium, le glucoheptonate de calcium, le glycérophosphate de calcium et le phosphate de calcium.
5. Association selon la revendication 1 , où la vitamine D est choisie parmi la vitamine D2 ou ergocalciférol, la vitamine D3 ou cholécalci¬ férol ou un mélange de cellesci.
6. Association selon la revendication 1, où le comprimé appartient au groupe comprenant les comprimés à croquer, les comprimés séca bles, les comprimés à sucer, les comprimés à mâcher, les comprimés dispersibles et les comprimés pour suspension buvable.
7. Association selon la revendication 1 , où l'un au moins dudit di luant édulcorant et dudit liant édulcorant est un agent de saveur pro pre à améliorer les caractéristiques gustatives de l'association.
8. Association selon la revendication 7, où l'un au moins dudit di¬ luant édulcorant et dudit liant édulcorant est un polyol.
9. Association selon la revendication 8, où le polyol est choisi parmi le mannitol, le sorbitol, le xylitol et le maltitol.
10. Association selon la revendication 1, où le liant à sec et en mi lieu humide est choisi parmi une cellulose, la maltodextrine et la poly¬ vinylpyrrolidone .
11. Association selon la revendication 1, où le lubrifiant est choisi parmi le stéarate de magnésium, l'acide stéarique, l'huile de ricin hy drogénée, l'huile de coton hydrogénée et le béhénate de glycérol.
12. Association selon la revendication 1, renfermant en outre un agent aromatisant.
13. 3 Association selon la revendication 1, renfermant en outre un acidifiant.
14. Association selon la revendication 1, renfermant en outre un édulcorant supplémentaire choisi parmi le saccharinate de sodium, le cyclamate de sodium et l'aspartame.
15. Association selon la revendication 3, de formule générale : Calcium (carbonate de) 1 250 mg (Quantité correspondant à calcium élément 500 mg) Cholécalciférol 4 mg * Xylitol 661 mg Sorbitol 500 mg Polyvinylpyrrolidone 45 mg Arôme (citron, orange, etc.) 20 mg Stéarate de magnésium 20 mg (* Vitamine D3 dosée à 100 000 UI/g), ladite formule correspondant à un comprimé terminé à 2 500 mg.
16. Procédé d'obtention d'une association thérapeutique vitamino calcique sous forme galénique unitaire de comprimés comprenant com¬ me principes actifs associés du calcium sous forme élémentaire et au moins une vitamine D, caractérisé en ce qu'il consiste : (a) à granuler le calcium sous forme élémentaire avec un liant à sec et en milieu humide ; (b) à prémélanger la vitamine D avec un liant édulcorant dans une étape séparée ; (c) à mélanger dans une autre étape séparée un diluant édulcorant, un liant édulcorant supplémentaire et un arôme avec les produits des étapes (a) et (b) tout en ajoutant un lubrifiant ; (d) à comprimer éventuellement le mélange sur presse rotative.
17. L'utilisation de l'association thérapeutique vitaminocalcique de l'une des revendications 1 à 15 pour combattre l'ostéoporose.
Description:
Association thérapeutique vitamino-calcique sous forme galénique unitaire de comprimés, son procédé d'obtention et son utilisation

La présente invention concerne une nouvelle association thérapeu- tique vitamino-calcique, son procédé d'obtention et son utilisation.

On connaît de nombreuses associations vitamino-calciques pour combattre diverses maladies.

Les effets thérapeutiques liés à l'administration conjointe de cal¬ cium et de vitamine D sont bien connus, comme cela est relaté par exemple dans les articles de Marie C. Chapuy et coll. — Effect of Cal¬ cium and Cholecalciferol Treatment for Three Years on Hip Fractures in Elderly Women, British Médical Journal, 308. 1081-1082 (23 avril 1994), de Marie C. Chapuy et coll. — Vitamin D3 and Calcium to Prevent Hip Fractures in Elderly Women, New England Journal of Medicine, __2Z, 1637-1642 (3 décembre 1992) et dans l'article intitulé Supplementation with Vitamin D3 and Calcium Prevents Hip Fract¬ ures in Elderly Women, Nutrition Reυiews, Vol. 51, £, pp. 183-185.

Ces articles montrent également la variabilité des effets thérapeu¬ tiques de l'association en fonction du dosage de calcium et de la vita- mine D, avec une dose journalière optimale se situant, pour une indi¬ cation dans la prévention et le traitement de l'ostéoporose, aux alen¬ tours de 1000 à 1200 mg de calcium élément et 800 UI de vitamine D3.

Le calcium et la vitamine D sont généralement administrés au patient simultanément, mais sous des formes distinctes, par exemple des comprimés d'un sel de calcium et des gouttes de vitamine D.

En effet, les sels de calcium acceptables du point de vue pharma- ceutique et la vitamine D présentent, chacun en ce qui les concerne, des caractéristiques très spécifiques du point de vue de la galénique (voir notamment le EP-A-0 413 828 qui concerne une préparation stabilisée de vitamine D3 destinée à potentialiser la stabilité du principe actif), ce qui conduit à un conditionnement sous des formes séparées. Mais ceci rend difficile le respect des doses absolues et relatives de calcium et de vitamine D, et donc l'observance correcte du traitement, en particulier sur une longue période.

Il a été déjà proposé des associations calcium et vitamine D sous une même forme, par exemple par le WO-A-94 06435 (procédé de trai- tement gynécologique utilisant notamment une combinaison de vita¬ mine D et de calcium), le WO-A-92 19251 (association de vitamine D avec du calcium pour combattre l'ostéoporose, plus particulièrement sous forme buvable), le EP-A-0 197 514 (composition pharmaceutique comprenant une hormone parathyroïde ou un fragment physiolo- giquement actif de celle-ci en combinaison avec de la vitamine D hydro- xylée ou un sel de calcium non toxique pour augmenter la masse os¬ seuse) ou encore le DE-A-42 12 122 (élément basse calorie à base de protéines, d'un sel de calcium et de vitamine D).

Mais dans ces formes connues les proportions entre calcium et vitamine D sont généralement assez éloignées des proportions opti¬ males souhaitables indiquées notamment dans la littérature précitée.

Ces formes connues correspondent d'ailleurs souvent plus à des suppléments vitamino-calciques (suppléments alimentaires ou spécia¬ lités "OTC" vendues sans prescription médicale) qu'à de véritables spé- cialités pharmaceutiques à visée thérapeutique destinées à prévenir ou traiter des affections telles que l'ostéoporose avec une posologie précise. H existe ainsi à l'heure actuelle un besoin de pouvoir disposer d'une association vitamino-calcique comportant, sous une seule et même for¬ me, un dosage relatif optimal entre calcium et vitamine D, tout parti- culièrement pour la prévention et le traitement de l'ostéoporose.

Mais du fait de la nature des sels de calcium disponibles accepta¬ bles du point de vue pharmaceutique, il est relativement difficile d'as¬ socier du calcium sous forme élémentaire avec de la vitamine D dans certains dosages spécifiques. Ceci est particulièrement vrai si l'on dé- sire obtenir des comprimés par un procédé de fabrication par compres¬ sion directe. Les contraintes des principes actifs, à savoir le calcium sous forme élémentaire et la forme de vitamine D, ne permettent alors pas une mise en oeuvre directe.

La présente invention résout les problèmes mentionnés ci-dessus en proposant une association thérapeutique vitamino-calcique sous for¬ me galénique unitaire de comprimés, comprenant comme principes ac¬ tifs associés du calcium sous forme élémentaire et au moins une vita¬ mine D, caractérisée en ce qu'elle renferme, en outre, au moins un liant à sec et en milieu humide combiné en quantité synergique avec au moins un diluant, au moins un liant et au moins un lubrifiant, l'un au moins dudit diluant et dudit liant étant un édulcorant.

La présente invention a également pour objet un procédé d'obten¬ tion d'une association thérapeutique vitamino-calcique comprenant du calcium sous forme élémentaire et au moins une vitamine D, qui est caractérisé en ce qu'il consiste : (a) à granuler le calcium sous forme élémentaire avec un liant à sec et en milieu humide ; (b) à prémélanger la vitamine D avec un liant édulcorant dans une étape séparée ; (c) à mélanger dans une autre étape séparée un diluant édulcorant, un liant édulcorant supplémentaire et un arôme avec les produits des étapes (a) et (b) tout en ajoutant un lubrifiant ; (d) à comprimer éventuellement le mélange sur presse rotative.

L'invention se rapporte aussi à l'utilisation de la nouvelle associa¬ tion thérapeutique vitamino-calcique pour combattre l'ostéoporose. L'invention est également relative aux caractéristiques ci-après : — le rapport du calcium sous forme élémentaire à la vitamine D, exprimé en mg de Ca élément par UI de vitamine D, est compris entre 1 et 1,5, de préférence entre 1,2 et 1,3 ; — le calcium sous forme élémentaire provient d'un sel de calcium choisi parmi le carbonate de calcium, le pidolate de calcium, le lac- tate de calcium, le citrate de calcium, le gluconate de calcium, le

chlorure de calcium, le glucoheptonate de calcium, le glycérophos- phate de calcium et le phosphate de calcium ;

— la vitamine D est choisie parmi la vitamine D2 ou ergocalciférol, la vitamine D3 ou cholécalciférol ou un mélange de celles-ci ; — le comprimé appartient au groupe comprenant les comprimés à croquer, les comprimés sécables, les comprimés à sucer, les compri¬ més à mâcher, les comprimés dispersibles et les comprimés pour suspension buvable ;

— l'un au moins dudit diluant édulcorant et dudit liant édulcorant est un agent de saveur propre à améliorer les caractéristiques gustati- ves de l'association, avantageusement un polyol, notamment choisi parmi le mannitol, le sorbitol, le xylitol et le maltitol ;

— le liant à sec et en milieu humide est choisi parmi une cellulose, la maltode trine et la polyvinylpyrrolidone ; — le lubrifiant est choisi parmi le stéarate de magnésium, l'acide stéarique, l'huile de ricin hydrogénée, l'huile de coton hydrogénée et le béhénate de glycérol ;

— l'association renferme en outre un agent aromatisant et/ou un aci¬ difiant et/ou un édulcorant supplémentaire. choisi parmi le saccha- rinate de sodium, le cyclamate de sodium et l'aspartame ;

— l'association vitamino-calcique répond à la formule générale :

Calcium (carbonate de) 1 250 mg

(Quantité correspondant à calcium élément 500 mg)

Cholécalciférol 4 mg * Xylitol 661 mg

Sorbitol 500 mg

Polyvinylpyrrolidone 45 mg

Arôme (citron, orange, etc.) 20 mg

Stéarate de magnésium 20 mg (* Vitamine D3 dosée à 100 000 UI/g), ladite formule correspondant à un comprimé terminé à 2 500 mg.

Divers avantages et caractéristiques de la présente invention res-

sortiront d'un exemple de réalisation ci-après.

Dans cet exemple, l'association de l'invention se présente sous for¬ me d'un comprimé à croquer de formule suivante (pour un comprimé terminé à 2500 mg) :

Calcium (carbonate de) 1 250 mg

(Quantité correspondant à calcium élément 500 mg)

Cholécalciférol 4 mg*

Xylitol 661 mg Sorbitol 500 mg

Polyvinylpyrrolidone 45 mg

Arôme (citron, orange, etc.) 20 mg

Stéarate de magnésium 20 mg

(* Vitamine D3 dosée à 100 000 Ul/g)

Le carbonate de calcium est du type SCORALITE 1B®, SCORA ; il s'agit d'une poudre blanche de granulométrie très fine d'un diamètre moyen de 12 micromètres environ, de densité élevée (d = 1 ,3 g/cm 3 environ) présentant un mauvais écoulement et une mauvaise aptitude à la compression.

La vitamine D est du cholécalciférol (type 100 CWS®, ROCHE) ; il s'agit d'une poudre granuleuse, de diamètre moyen de 200 micromètres environ, de couleur jaunâtre, dosée à 100 000 UI par gramme.

La présence de DL-α-tocophérol (environ 0,2 % m/m de vitamine E) lui confère une grande stabilité et empêche son oxydation.

Le diluant-édulcorant utilisé dans l'invention est de préférence du xylitol de type XYLITAB 300®, FINNSUGAR. Ce xylitol est un polyol de sa¬ veur sucrée (équivalente à celle du saccharose), procurant une agréable sensation de fraîcheur dans la bouche, il est acariogène et très peu ca- lorique (2,4 Kcal/g contre 4 Kcal/g pour le saccharose). Cette sensation agréable permet une meilleure observance du traitement par le pa¬ tient. Ce xylitol utilisé possède des propriétés de comprimabilité supé¬ rieures à celles du xylitol standard.

Ce composé se présente sous la forme d'une poudre granuleuse, cristalline blanche, d'un diamètre moyen de 250 micromètres.

Le liant-édulcorant utilisé dans la présente invention est en parti¬ culier du sorbitol (de type NEOSORB P 60 W®, ROQUETTE). Ce polyol se présente sous la forme d'une poudre granuleuse blanche, d'un diamètre moyen de 200 micromètres et possède d'excellentes propriétés liantes en compression. Le sorbitol est de saveur sucrée (70 % de celle du sac¬ charose), acariogène et peu calorique (2,4 Kcal/g).

Le liant de la présente invention est, de préférence, de la polyvinyl¬ pyrrolidone (de type KOL IDON K 30®, BASF) ; il se présente sous la for¬ me d'une poudre blanchâtre granuleuse et possède de très grandes pro- priétés liantes en granulation humide. La valeur de la constante K caractérise les polyvinylpyrrolidones solubles et dépend de leur solubi¬ lité relative.

L'aromatisant est particulièrement un arôme citron (SBI) ; il se présente sous forme d'une poudre fine, jaunâtre, composée d'huiles es- sentielles atomisées sur de la maltodextrine. De nombreux essais réa¬ lisés durant la mise en oeuvre de la présente invention qui ont comparé différents arômes ont montré que l'arôme citron convenait parfaite¬ ment bien au masquage du goût crayeux du carbonate de calcium et qu'il s'associait agréablement à la sensation de fraîcheur apportée par le xylitol.

Le lubrifiant est généralement du stéarate de magnésium se pré¬ sentant sous forme d'une poudre fine, blanchâtre, permettant d'éviter le phénomène de grippage au niveau des matrices des presses à com¬ primer quand l'association vitamino-calcique de la présente invention est sous forme de comprimés.

La quantité de calcium élémentaire par prise sera, de préférence, de 500 mg, ce qui correspond à 1250 mg de carbonate de calcium.

La quantité de cholécalciférol est de 4 mg par prise, ce qui corres¬ pond à 400 UI d'une vitamine D3 dosée à 100 000 Ul/g. En pratique, la quantité de cholécalciférol par comprimé dépend du dosage de la ma¬ tière première utilisée.

Ces doses correspondent notamment à la posologie optimale indi¬ quée par les publications mentionnées plus haut, tant en valeur abso¬ lue (doses journalières de calcium et de vitamine D3, respectivement) que relative (ratio calcium/vitamine de l'ordre de 1 ,25 mg de Ca élé-

ment par UI de vitamine D).

Les nombreux essais des formules de cet exemple ont permis d'op¬ timiser les quantités des différents excipients.

Pour obtenir un comprimé à croquer au goût le plus agréable, l'ap- port en liant à sec et en milieu humide combiné en quantité synergique avec au moins le diluant édulcorant, au moins le liant édulcorant et au moins le lubrifiant doit être important. Dans le cas d'un comprimé, celui-ci aura généralement une masse de 2500 mg.

Dans certaines formes de mise en oeuvre de la présente invention, on utilise une quantité de xylitol d'environ 661 mg, qui correspond à la quantité nécessaire à incorporer pour obtenir le meilleur masquage de goût du carbonate de calcium sans pour autant diminuer la compri- mabilité du mélange, les propriétés du xylitol en compression étant moyennes. Le sorbitol est utilisé à raison d'environ 500 mg car il s'agit de la quantité nécessaire à incorporer pour obtenir une parfaite reproducti- bilité de la fourchette de résistance à la rupture, paramètre critique dans le cas des comprimés à croquer. Une quantité supérieure, au dé¬ triment du xylitol, diminuerait les qualités gustatives du comprimé. La polyvinylpyrrolidone est utilisée à raison d'environ 45 mg, lors de la granulation humide du carbonate de calcium, une partie (20 mg) est mélangée à sec avec le carbonate de calcium, la partie restante (25 mg) est utilisée en solution à 10 % dans de l'eau déminéralisée à froid. Une teneur en polyvinylpyrrolidone inférieure à 40 mg entraîne une trop grande friabilité des grains de carbonate de calcium. Une quantité plus importante n'apporte pas de réels bénéfices.

La quantité d'arôme citron est d'environ 20 mg, il s'agit de la quan¬ tité nécessaire pour aromatiser de façon satisfaisante le comprimé. Une faible variation de cette quantité (± 3 mg) ne modifie pratiquement pas le goût final.

La quantité de stéarate de magnésium est d'environ 20 mg. Il s'agit de la quantité nécessaire pour obtenir une lubrification satisfaisante lors de la compression. Une quantité plus faible, environ 15 mg, entraî¬ ne un phénomène de grippage, alors qu'une quantité supérieure, 25 mg tend à diminuer la dureté du comprimé et risque de modifier son goût.

Les caractéristiques physiques des éléments de l'association vita¬ mino-calcique de la présente invention vont être indiquées ci-après.

Le carbonate de calcium a un écoulement nul et une densité appa¬ rente (g/cm 3 ) d'environ 1 ,28 à 1,35 et une humidité résiduelle en pour- cent de 0,1. La vitεtmine D3 cholécalciférol sous forme d'un concentrât de forme pulvérulente a un écoulement de 6 secondes pour 100 g de poudre, une densité apparente en g/cm 3 de 0,73, une humidité rési¬ duelle en pour-cent de 6,4 et un dosage en Ul/g de 100 000.

Le xylitol a un écoulement nul, une densité apparente en g/cm 3 d'environ 0,68-0,69, une humidité résiduelle en pour-cent de 0,2 à 0,3.

Le sorbitol a des écoulements dans la gamme de 4 à 5 secondes pour 100 g de poudre, une densité apparente en g/cm 3 de 0,71 à 0,73 et une humidité résiduelle en pour-cent de 0,5 à 0,8.

Les étapes de mise en oeuvre préférées du procédé d'obtention de l'association vitamino-calcique de la présente invention vont mainte¬ nant être exposées.

Une granulation humide du carbonate de calcium est tout d'abord effectuée.

Dans cette mise en oeuvre, le carbonate de calcium et la polyvinyl- pyrrolidone sont tamisés sur un tamiseur vibrant pourvu d'une grille d'ouverture de maille appropriée ; ces poudres sont introduites dans un mélangeur et mélangées peu de temps à une vitesse appropriée. De la solution de polyvinylpyrrolidone est ajoutée par étapes successives. Une granulation est effectuée jusqu'à l'obtention d'une masse humide, permettant une étape de précalibrage suivante.

Une précalibration est effectuée sur un granulateur muni d'une grille d'ouverture de maille appropriée.

Le produit résultant est séché sur un lit d'air fluidisé et laissé à refroidir. La perte de masse à la dessiccation est déterminée et une calibra- tion sur une grille d'ouverture de maille appropriée est effectuée.

Parallèlement, la vitamine D3 est prémélangée et, après un tami¬ sage, elle est mélangée avec du sorbitol dans un mélangeur pendant une durée appropriée et à une vitesse de rotation convenable. On réalise ensuite le mélange avec les autres constituants en tami-

sant du xylitol, du sorbitol et l'arôme sur un tamis vibrant équipé d'une grille à ouverture de mailles appropriée. On mélange ces trois cons¬ tituants avec le prémélange de vitamine D3-sorbitol dans un mélan¬ geur à une vitesse appropriée. On introduit ensuite le carbonate de cal- cium granulé et on le mélange pendant la durée requise à la vitesse appropriée.

Le stéarate de magnésium est tamisé sur un tamis vibrant muni d'une grille d'ouverture de maille appropriée puis l'ensemble est mé¬ langé dans un mélangeur. L'ensemble ci-dessus peut être ensuite comprimé sur une presse à comprimer en contrôlant régulièrement runiformité de la masse et la résistance à la rupture. Les durées de mélange, les vitesses de rotation et les dimensions des tamis sont classiques et sont bien connues de l'homme du métier. Ainsi, la présente invention permet d'obtenir une association vita¬ mino-calcique contenant 500 mg de calcium élémentaire et 4 mg de vitamine D3 par prise, association qui est notamment sous la forme d'un comprimé à croquer qui est d'un goût agréable et d'une dureté adaptée aux patients. Plus particulièrement, à titre d'exemple non limitatif, les doses qui seront généralement utilisées se situeront dans les gammes suivantes : calcium sous forme élémentaire, environ 500 mg à environ 1500 mg ; vitamine D ou mélange de vitamines D, environ 3,5 mg à environ 12 mg. Une telle association vitamino-calcique, notamment sous forme de comprimés, ne contient ni sucre ni sodium.

Cependant, d'autres formes galéniques sont possibles. On peut ainsi réaliser un comprimé sécable (à avaler) de formule suivante, pour un comprimé de 1,60 g :

Carbonate de calcium 1 ,250 g

Vitamine D3 0,004 g

Cellulose microcristalline 0,236 g

Polyvinylpyrrolidone 0,040 g

Stéarate de magnésium 0,020 g

De façon générale, pour la mise en oeuvre de comprimés du type à croquer ou à sucer on utilisera du carbonate de calcium. D'autres sels tels que le triphosphate de calcium peuvent être utilisés, mais leur ab¬ sorption par l'organisme est moindre, ce qui conduit à adapter les quantités en conséquence (pour une même quantité de calcium élémen¬ taire absorbé, il faut environ 1 ,2 g de triphosphate de calcium pour 1 g de carbonate de calcium).