Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
VERTICAL PHOTOVOLTAIC SYSTEM AND METHOD FOR INSTALLING SUCH A SYSTEM
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2024/052347
Kind Code:
A1
Abstract:
The vertical photovoltaic system (100), which comprises at least one photovoltaic module (105) and two posts (110, 111), comprises at least: • - for each post, a primary securing means (115) for securing a first flexible tie (120) to said post, the collaboration between the primary securing means applying longitudinal tension to the first tie, • - the first flexible tie being held taught between the two posts, and • - a fixing means (125) for fixing the module to the tie.

Inventors:
BARROVECCHIO LUC (FR)
Application Number:
PCT/EP2023/074330
Publication Date:
March 14, 2024
Filing Date:
September 05, 2023
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
ENGIE (FR)
International Classes:
H02S20/10; F24S25/10; F24S25/50
Foreign References:
EP2669596A12013-12-04
US8448390B12013-05-28
DE202020104397U12021-11-03
US11411525B22022-08-09
KR102137989B12020-08-13
US20160329858A12016-11-10
JP2018026892A2018-02-15
FR3107408A12021-08-20
DE3049331A11983-03-31
NL2009711C22014-05-01
EP2669596A12013-12-04
US8448390B12013-05-28
DE202020104397U12021-11-03
Attorney, Agent or Firm:
CORNUÉJOLS, Marine (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1 . Système photovoltaïque (100, 200, 300, 400, 600) vertical comportant au moins un module photovoltaïque (105) et deux poteaux (1 10, 1 1 1 ) verticaux, caractérisé en ce qu’il comporte au moins :

- pour chaque poteau, un moyen de solidarisation primaire (115) d’un premier lien (120, 123) flexible au dit poteau, la coopération des moyens de solidarisation primaires appliquant une tension longitudinale sur le premier lien,

- le premier lien flexible tendu entre les deux poteaux et

- un moyen de fixation (125) du module au premier lien ; qui comporte, de plus :

- pour chaque poteau (110, 11 1), un moyen de solidarisation secondaire (116) d’un deuxième lien (121 ) flexible au dit poteau, la coopération des moyens de solidarisation secondaires appliquant une tension longitudinale sur le deuxième lien et

- le deuxième lien flexible tendu entre les deux poteaux, le premier lien et le deuxième lien étant solidarisés à deux parties distinctes du module photovoltaïque (105).

2. Système photovoltaïque (100, 200, 300, 400) selon la revendication 1 , dans lequel le moyen de fixation (125) comporte un logement entourant au moins partiellement un premier lien (120).

3. Système photovoltaïque (600) selon l’une des revendications 1 ou 2, dans lequel le moyen de fixation (125) traverse au moins partiellement un premier lien (123).

4. Système (200, 300, 400) selon l’une des revendications 1 à 3, dans lequel le module (105) est rectangulaire et délimité par au moins un côté, et le lien (120) s’étend au niveau du dit côté.

5. Système (300, 400) selon l’une des revendications 1 à 4, dans lequel un moyen de fixation (125) du module photovoltaïque (105) au lien comporte un support de fixation (126) du module photovoltaïque.

6. Système selon la revendication 4, dans lequel un moyen de fixation (125) du module photovoltaïque (105) au lien (120) comporte, de plus, un élément intermédiaire de fixation (127) distinct du support de fixation (126) et lié au support de fixation par un moyen de liaison (128).

7. Système (400) l’une des revendications 5 ou 6, qui comporte :

- au moins un premier lien (120) et un deuxième lien (121 ),

- au moins deux modules photovoltaïques (105, 106) et

- pour chaque dit module, un support de fixation (126) délimitant une face du module, le support de fixation d’un module comportant, de plus, au moins une ouverture (401 ) entourant partiellement le lien et configurée pour recevoir le support de fixation de l’autre module photovoltaïque avec ce lien.

8. Système selon l’une des revendications 1 à 7, dans lequel le moyen de fixation (126) présente au moins une portion formant un biseau (132) orienté vers la face active du module photovoltaïque (105).

9. Système selon l’une des revendications 1 à 8, dans lequel le moyen de fixation (125) comporte un moyen d’ajustement (129) configuré pour éloigner ou rapprocher au moins une face active du module photovoltaïque (105) du lien (120, 121 ) tendu entre les deux poteaux (1 10, 1 1 1 ).

10. Système selon l’une des revendications 1 à 9, dans lequel au moins un moyen de fixation (125) comporte un crochet de fixation (131 ) ou une bride de fixation (137).

1 1 . Système (100) selon l’une des revendications 1 à 10, qui comporte, de plus, au moins un moyen d’ancrage (1 12) d’au moins un lien (120, 121) dans un sol d’installation (101), la coopération du dit moyen d’ancrage avec les moyens de solidarisation (115, 116) appliquant une tension longitudinale supplémentaire sur le lien.

12. Système (100) selon l’une des revendications 1 à 1 1 , dans lequel au moins un poteau (1 10, 111) comporte un dit moyen de solidarisation (115, 116) d’un lien (120, 121).

13. Système selon l’une des revendications 1 à 12, dans lequel au moins un moyen de solidarisation (115, 116) comporte une pièce intermédiaire (133, 134) de solidarisation d’un poteau (110, 1 1 1 ) à un lien (120, 121 ).

14. Procédé (500) d’installation d’un système photovoltaïque vertical câblé, caractérisé en ce qu’il comporte :

- une étape de positionnement (505) d’un premier poteau, le premier poteau étant positionné verticalement,

- une étape de fixation (510) du premier poteau à un sol d’installation,

- une étape de positionnement (515) d’un deuxième poteau, le deuxième poteau étant positionné verticalement,

- une étape de fixation (520) du deuxième poteau à un sol d’installation,

- une étape de mise en tension (525) d’au moins deux liens flexibles entre les deux poteaux, comportant :

- une étape de solidarisation (530) de chaquedit lien flexible au premier poteau et

- une étape de solidarisation (535) de chaquedit lien flexible au deuxième poteau, et Tl

- une étape de fixation (540) d’un module photovoltaïque au dit lien flexible tendu, le premier lien et le deuxième lien étant solidarisés à deux parties distinctes du module photovoltaïque.

Description:
DESCRIPTION

TITRE DE L’INVENTION : SYSTÈME PHOTOVOLTAÏQUE VERTICAL ET PROCÉDÉ D’INSTALLATION D’UN TEL SYSTÈME

Domaine technique de l’invention

La présente invention vise un système photovoltaïque vertical dans lequel un module est fixé sur un lien, tel qu’un câble, et un procédé de montage d’un tel système. Elle s’applique, notamment, au domaine de la production d’énergie issue de sources renouvelables.

État de la technique

Dans le domaine de la production d’énergie issue de sources renouvelables, l’utilisation de systèmes photovoltaïques est une solution efficace pour transformer une énergie lumineuse en une énergie électrique. Cependant, l’installation de tels systèmes doit prendre en compte certaines contraintes présentes et dépendantes du terrain d’installation. Ces contraintes peuvent être définies notamment selon la superficie, la topographie, la nature et l’utilisation du terrain d’installation.

Dans certains lieux susceptibles d’accueillir des systèmes photovoltaïques, un problème d’espace est présent, notamment en ce qui concerne les terrains agricoles. Une répartition de ces terrains entre l’agriculture et la production d’énergie est alors nécessaire. Lorsque cette répartition est effective, une coactivité est établie, correspondant à la coexistence entre une pratique agricole significative et une production d’électricité efficace par des systèmes photovoltaïques. Cette coactivité est appelée « l’agrivoltaïsme », également connue sous le sigle d’ « Agri-PV », ou d’ « APV ».

Les solutions de l’art antérieur décrivent des systèmes photovoltaïques utilisant des câbles pour soutenir les modules. Toutefois, ces systèmes présentent notamment des modules horizontaux, c’est- à-dire sensiblement parallèles à la surface d’installation, inclinés et/ou en surélévation au-dessus des cultures agricoles. Ces solutions ne prennent pas en considération la nécessité de réduire l’empreinte au sol des systèmes photovoltaïques. Ainsi, ces systèmes présentent une compatibilité limitée avec des terrains à fortes contraintes spatiales et donc avec l’agrivoltaïsme. Par ailleurs, de tels systèmes utilisant des câbles ne sont pas optimisés pour des modules bifaciaux et présentent un ombrage sur le module durant l’utilisation du système et donc une diminution de rayonnement solaire irradiant le module. Ainsi, la production d’électricité par ces systèmes n’est pas optimale.

Par ailleurs, d’autres solutions de l’art antérieur décrivent des systèmes photovoltaïques nécessitant une quantité importante de matériau, tel que l’acier ou l’aluminium. De tels systèmes présentent donc des impacts écologiques et économiques à améliorer. Par ailleurs, dans l’art antérieur, les profilés utilisés nécessitant une quantité importante de matériau provoquent notamment un ombrage sur le module durant l’utilisation du système. Un tel ombrage provoque notamment une diminution de rayonnement solaire irradiant le module et impacte ainsi négativement la production d’énergie du système.

On connait :

La demande de brevet européen EP 2 669 596 qui divulgue un système à panneaux photovoltaïques suspendus, le brevet américain US 8 448 390 qui divulgue un système de panneaux photovoltaïques inclinés pour absorber les rayons solaires et la demande de certificat d’utilité allemand DE 20 2020 104 397 qui divulgue des panneaux photovoltaïques verticaux montés sur des câbles rigides.

Exposé de l’invention

La présente invention vise à remédier à tout ou partie de ces inconvénients.

À cet effet, selon un premier aspect, la présente invention vise un système photovoltaïque vertical selon la revendication 1 .

Grâce à ces dispositions, le système permet de minimiser les coûts des matériaux et de composants nécessaires à l’installation, par exemple par suppression de certains éléments communément utilisés en raison de contraintes mécaniques. De tels éléments correspondent, par exemple à des poutres horizontales. La suppression de tels éléments permet notamment de réduire la quantité, par exemple, de métal nécessaire au système. De plus, le système est compatible avec, par exemple, l’utilisation de plusieurs modules pouvant être fixés et suspendus sur le premier lien similairement au premier module. Le nombre de poteaux initialement utilisés pour supporter ces modules est donc réduit, permettant ainsi de limiter les coûts des matériaux. En outre, une telle réduction de matériaux confère au système un bilan environnemental amélioré, notamment par réduction de l’énergie nécessaire à la fabrication des éléments nécessaires à l’installation.

De plus, ces dispositions combinées à une réduction d’éléments nécessaires à l’installation d’un système permettent de limiter les ombrages sur une ou plusieurs faces actives du module. Par exemple, lorsque le module est bifacial, les ombrages sont limités sur la face arrière du module. Une telle réduction d’ombrage permet d’augmenter la quantité d’énergie électrique produite par le module photovoltaïque à partir de l’énergie solaire. Ainsi, la production d’énergie électrique est optimisée.

Par ailleurs, le système permet également de réduire l’empreinte au sol et notamment d’augmenter la compatibilité avec une activité agricole sur le sol d’installation. Ce système est ainsi compatible avec l’agrivoltaïsme. Le système ainsi installé a également un faible impact hydrologique sur les plantations lorsqu’il est disposé sur un terrain agricole.

De plus, le système est modulaire et permet ainsi une installation simplifiée, rapide et flexible. Par exemple, la solidarisation du lien est aisée lorsque les poteaux sont installés et la fixation du module au lien est par la suite rapide et facile. Ainsi, le système peut être facilement adapté selon les contraintes inhérentes au terrain d’installation et les contraintes d’utilisation. Par exemple, un tel système est facilement installé sur un terrain en pente. De plus, le remplacement d’une pièce ou d’un module, par exemple endommagé, est facilité puisque tout ou partie du système peut être démonté et remonté facilement et rapidement. Ainsi, lorsqu’une zone de l’installation est endommagée, le remplacement spécifique de cette zone est réalisable sans que le démontage du reste de l’installation soit nécessaire.

En outre, ces dispositions permettent un démontage aisé du système. Notamment, lorsque l’exploitation énergétique du système est terminée, le démontage est réalisé en limitant la dégradation du terrain d’installation, permettant au terrain d’installation de revenir à son état initial sans installation. Ces dispositions permettent également d’utiliser des modules photovoltaïques d’une diversité importante, présentant, par exemple, des tailles différentes ou une organisation des chaînes de cellules spécifique.

Par ailleurs, l’utilisation d’un lien dans le système et l’adaptabilité du moyen de fixation permettent de positionner le bord du module à des distances variables des deux poteaux, en fonction, par exemple, de l’ombrage que les poteaux génèrent. Par exemple, si un poteau est disposé au sud du module photovoltaïque et à une première distance, un tel module peut être positionné à une deuxième distance de l’autre poteau disposé au nord du module, la deuxième distance étant inférieure à la première distance.

Enfin, le système présente une stabilité et une résistance mécanique importantes, permettant une pérennité d’exploitation durant plusieurs années.

Dans des modes de réalisation optionnels, le moyen de fixation comporte un logement entourant au moins partiellement un premier lien.

Grâce à ces dispositions, l’enserrement au moins partiel du moyen de fixation autour du premier lien permet d’augmenter la surface de contact entre ces deux éléments. Ainsi, la fixation du module au premier lien présente une stabilité et une robustesse améliorées, participant notamment au maintien de la position du module suspendu dans le système photovoltaïque.

Dans des modes de réalisation optionnels, le moyen de fixation traverse au moins partiellement un premier lien.

Grâce à ces dispositions, le moyen de fixation traverse la structure du lien permettant de renforcer la fixation du module au lien et la stabilité du module suspendu.

Dans des modes de réalisation optionnels, le module est rectangulaire et délimité par au moins un côté, et le lien s’étend au niveau du dit côté.

Grâce à ces dispositions, la verticalité du système est aisément maintenue sans imposer au module ou à un élément du système des contraintes mécaniques particulières. Par ailleurs, lorsque le module est bifacial, le lien ne s’étend pas à l’arrière du module limitant ainsi l’ombrage présent sur une face active du module. Ainsi, la production d’énergie électrique est optimisée.

Dans des modes de réalisation optionnels, le système comporte, de plus :

- pour chaque poteau, un moyen de solidarisation secondaire d’un deuxième lien flexible au dit poteau, la coopération des moyens de solidarisation secondaires appliquant une tension longitudinale sur le deuxième lien et

- le deuxième lien flexible tendu entre les deux poteaux,

Le premier lien et le deuxième lien étant solidarisés à deux parties distinctes du module photovoltaïque.

Grâce à ces dispositions, l’utilisation d’un deuxième câble permet d’améliorer la stabilité du système et également d’augmenter la compatibilité du système avec des terrains d’installation présentant des contraintes mécaniques importantes, telles que la présence de vent.

Dans des modes de réalisation optionnels, un moyen de fixation du module photovoltaïque au lien comporte un support de fixation du module photovoltaïque. Dans des modes de réalisation optionnels, un moyen de fixation du module photovoltaïque au lien comporte, de plus, un élément intermédiaire de fixation distinct du support de fixation et lié au support de fixation par un moyen de liaison.

Grâce à ces dispositions, le système permet de ne pas fixer directement le support de fixation au lien, permettant ainsi une répartition des contraintes mécaniques. Par ailleurs, un tel système permet, par exemple, d’utiliser un élément intermédiaire adaptable et aisément modifiable en fonction des modules utilisés. Notamment, un tel élément peut être lié à un support de fixation du module correspondant à un cadre standard. Ainsi, l’adaptabilité du système à des modules standards est augmentée.

Dans des modes de réalisation optionnels, le système comporte :

- au moins un premier lien et un deuxième lien, au moins deux modules photovoltaïques et

- pour chaque dit module, un support de fixation délimitant une face du module,

Le support de fixation d’un module comportant, de plus, au moins une ouverture entourant partiellement le lien et configurée pour recevoir le support de fixation de l’autre module photovoltaïque avec ce lien.

Grâce à ces dispositions, le système permet une complémentarité des deux moyens de fixation de deux modules sur un même câble. Un alignement vertical des deux modules est donc réalisé. Ainsi, l’agencement des modules, et notamment la disposition d’un module par rapport à l’autre, est optimisé sans perte d’espace au niveau du système.

Dans des modes de réalisation optionnels, le moyen de fixation présente au moins une portion formant un biseau orienté vers une face active du module photovoltaïque.

Grâce à ces dispositions, le système permet de faciliter le passage de la lumière irradiant une ou plusieurs faces actives du module photovoltaïque. Par ailleurs, un biseau disposé sur la partie inférieure du module photovoltaïque permet d’éviter l’accumulation de pluie ou de résidus pouvant notamment être responsable d’un mauvais fonctionnement et/ou d’une usure prématurée du module.

Dans des modes de réalisation optionnels, le moyen de fixation comporte un moyen d’ajustement configuré pour éloigner ou rapprocher au moins une face active du module photovoltaïque du lien tendu entre les deux poteaux.

Grâce à ces dispositions, le moyen d’ajustement permet d’adapter l’éloignement ou le rapprochement d’une face active module en fonction de certaines contraintes afin de, par exemple :

- limiter les ombrages sur la face active du module et/ou

- lorsque deux modules sont compris dans le système, faciliter le passage du vent entre ces deux modules.

Dans des modes de réalisation optionnels, au moins un moyen de fixation comporte un crochet de fixation ou une bride de fixation.

Grâce à ces dispositions, l’arrondi du crochet permet une économie de matière en comparaison avec des formes angulaires. Par ailleurs, un crochet de fixation limite le glissement et donc la désolidarisation du module au système. Une bride de fixation permet d’enserrer le lien, assurant ainsi son immobilisation. Dans des modes de réalisation optionnels, le système comporte, de plus, au moins un moyen d’ancrage d’au moins un lien dans un sol d’installation, la coopération du dit moyen d’ancrage avec les moyens de solidarisation appliquant une tension longitudinale supplémentaire sur le lien.

Grâce à ces dispositions, le lien présente, en complément d’une solidarisation avec les poteaux ancrés dans le sol d’installation, une solidarisation supplémentaire par le moyen d’ancrage, incorporée directement au sol d’installation. Ainsi, la résistance mécanique du système est augmentée.

Dans des modes de réalisation optionnels, au moins un poteau comporte un dit moyen de solidarisation d’un lien.

Grâce à ces dispositions, le système permet un positionnement facilité du lien directement au poteau, sans pièce intermédiaire. Un tel positionnement est également modifiable selon la disposition du moyen de solidarisation compris dans le poteau. Ainsi, le système présente une flexibilité d’installation et notamment lorsque le terrain d’installation comporte des contraintes topographiques spécifiques telles que des pentes importantes.

De plus, lorsque plusieurs moyens de solidarisation sont présents dans le poteau et que le système comporte plusieurs modules photovoltaïques, un même poteau peut être utilisé pour ces différents modules. Ainsi, le nombre de poteaux à utiliser dans le système est limité.

Par ailleurs, un tel moyen de solidarisation compris dans un poteau est compatible avec des profilés variés de poteaux pouvant être obtenus selon divers procédés de fabrication.

Dans des modes de réalisation optionnels, au moins un moyen de solidarisation comporte une pièce intermédiaire de solidarisation d’un poteau à un lien.

Grâce à ces dispositions, le système permet d’adapter la nature et/ou la disposition de la pièce intermédiaire lors de l’installation, notamment en fonction de la hauteur du lien souhaitée ou de la forme du lien.

Selon un deuxième aspect, la présente invention vise un procédé d’installation d’un système photovoltaïque vertical câblé, selon la revendication 14.

Les buts, avantages et caractéristiques particulières du procédé objet de la présente invention étant similaires à ceux du dispositif objet de la présente invention, ils ne sont pas rappelés ici.

Brève description des figures

D’autres avantages, buts et caractéristiques particulières de l’invention ressortiront de la description non limitative qui suit d’au moins un mode de réalisation particulier du système et du procédé objets de la présente invention, en regard des dessins annexés, dans lesquels :

- La figure 1 représente, schématiquement, en vue de face, un premier mode de réalisation particulier du système objet de la présente invention,

- La figure 2 représente, schématiquement, en vue de dessus, un deuxième mode de réalisation particulier et un troisième mode de réalisation particulier du système objet de la présente invention désignés respectivement a) et b), dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 2-a) et 2-b),

- La figure 3 représente, schématiquement, un mode de réalisation particulier d’un ensemble poteau, lien et moyen de solidarisation, en vue de face, en coupe et en vue de côté désigné respectivement a1 ), a2) et a3), dans la suite de la description, les vues de ce mode de réalisation sont référencées 3-a1 ), 3-a2) et 3-a3),

- La figure 4 représente, schématiquement, en vue de côté, un deuxième mode de réalisation particulier et un troisième mode de réalisation particulier, désignés respectivement a) et b), d’un ensemble poteau, lien et moyen de solidarisation, dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 4-a) et 4-b),

- La figure 5 représente, schématiquement, un quatrième mode de réalisation particulier d’un ensemble poteau, lien et moyen de solidarisation, en vue de face, en coupe et en vue de côté désigné respectivement a1 ), a2) et a3), dans la suite de la description, les vues de ce mode de réalisation sont référencées 5-a1 ), 5-a2) et 5-a3),

- La figure 6 représente, schématiquement, en vue de côté et en coupe, sept modes de réalisation particuliers, désignés respectivement a), b), c), d), e), f) et g), d’un élément d’un moyen de solidarisation et d’un lien, dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 6-a), 6-b), 6-c), 6- d), 6-e), 6-f) et 6-g),

- La figure 7 représente, schématiquement, un mode de réalisation particulier d’un ensemble poteau, lien et moyen de solidarisation, en vue de face désigné par a1 ) et en coupe désigné par a2), les vues de ce mode de réalisation sont référencées 7-a1 ) et 7-a2),

- La figure 8 représente, schématiquement, en vue de dessus et en coupe, quinze modes de réalisation particuliers, désignés respectivement a), b), c), d), e), f), g), h), i), j), k), I), m), n) et o), d’un ensemble poteau et lien, dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 8-a), 8-b), 8-c), 8-d), 8-e), 8-f), 8-g), 8-h), 8-i), 8-j), 8-k), 8-I), 8-m), 8-n) et 8-o),

- La figure 9 représente, schématiquement, en vue de face, un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation,

- La figure 10 représente, schématiquement, en vue de face, un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation,

- La figure 1 1 représente, schématiquement, en vue de face, un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation,

- La figure 12 représente, schématiquement, en vue de côté et en coupe, quatre modes de réalisation particuliers, désignés respectivement a), b), c) et d), d’un ensemble module, support de lien et moyen de fixation comportant un support de fixation, dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 12-a), 12-b), 12-c) et 12-d),

- La figure 13 représente, schématiquement, en vue de côté et en coupe, trois modes de réalisation particuliers, désignés respectivement a), b) et c), d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un support de fixation, dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 13-a), 13-b) et 13-c),

- La figure 14 représente, schématiquement, en vue de côté et en coupe, cinq modes de réalisation particuliers, désignés respectivement a), b), c), d) et e), d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un support de fixation, dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 14-a), 14-b), 14-c), 14-d) et 14-e), - La figure 15 représente, schématiquement, en vue de côté et en coupe, sept modes de réalisation particuliers, désignés respectivement a), b), c), d), e), f) et g), d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un élément intermédiaire de solidarisation, dans la suite de la description, ces modes de réalisation sont référencés 15-a), 15-b), 15-c), 15-d), 15-e), 15-f) et 15-g),

- La figure 16 représente, schématiquement, en vue de côté et/ou en vue de face, un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un élément intermédiaire de solidarisation, selon une séquence de solidarisation en deux temps, désignés a1 ) en amont de la solidarisation et a2) et a2’) en aval de la solidarisation, dans la suite de la description, ces séquences sont référencées 16-a1 ), 16-a2) et 16-a2’),

- La figure 17 représente, schématiquement, en vue de face et en vue de côté, un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un élément intermédiaire de solidarisation, selon une séquence de solidarisation en deux temps, désignés a1 ) et a1 ’) en amont de la solidarisation et a2) et a2’) en aval de la solidarisation, dans la suite de la description, ces séquences sont référencées 17-a1 ), 17-a1 ’), 17-a2) et 17-a2’),

- La figure 18 représente, schématiquement, en vue de face et en vue de côté, un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un élément intermédiaire de solidarisation, selon une séquence de solidarisation en deux temps, désignés a1 ) et a1 ’) en amont de la solidarisation et a2) et a2’) en aval de la solidarisation, dans la suite de la description, ces séquences sont référencées 18-a1 ), 18-a1 ’), 18-a2) et 18-a2’),

- La figure 19 représente, schématiquement, en vue de face et en vue de côté, désignées respectivement a1) et a2), un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un moyen d’ajustement, dans la suite de la description, les vues de ce mode de réalisation sont référencées sont référencés 19-a1 ) et 19-a2),

- La figure 20 représente, schématiquement, en vue de face et en vue de côté, désignées respectivement a1) et a2), un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un moyen d’ajustement, dans la suite de la description, les vues de ce mode de réalisation sont référencées sont référencés 20-a1 ) et 20-a2),

- La figure 21 représente, schématiquement, en vue de face et en vue de côté, désignées respectivement a1) et a2), un mode de réalisation particulier d’un ensemble module, lien et moyen de fixation comportant un moyen d’ajustement, dans la suite de la description, les vues de ce mode de réalisation sont référencées sont référencés 21 -a1 ) et 21 -a2),

- La figure 22 représente, schématiquement, en vue de côté et en vue de face, désignées respectivement a1) et a2), un mode de réalisation particulier d’un ensemble lien et moyen de fixation, les vues de ce mode de réalisation sont référencées sont référencés 22-a1 ) et 22-a2), et

- La figure 23 représente, schématiquement et sous forme d’un logigramme, une succession d’étapes particulière du procédé objet de la présente invention.

Description des modes de réalisation La présente description est donnée à titre non limitatif, chaque caractéristique d’un mode de réalisation pouvant être combinée à toute autre caractéristique de tout autre mode de réalisation de manière avantageuse.

Les articles indéfinis "un" et "une", tels qu'ils sont utilisés dans la description et dans les revendications, doivent être compris comme signifiant "au moins un", sauf indication claire du contraire.

L'expression "et/ou", telle qu'elle est utilisée dans le présent document et dans les revendications, doit être comprise comme signifiant "l'un ou l'autre ou les deux" des éléments ainsi conjoints, c'est-à- dire des éléments qui sont présents de manière conjonctive dans certains cas et de manière disjonctive dans d'autres cas. Les éléments multiples énumérés avec "et/ou" doivent être interprétés de la même manière, c'est-à-dire "un ou plusieurs" des éléments ainsi conjoints. D'autres éléments peuvent éventuellement être présents, autres que les éléments spécifiquement identifiés par la clause "et/ou", qu'ils soient liés ou non à ces éléments spécifiquement identifiés. Ainsi, à titre d'exemple non limitatif, une référence à "A et/ou B", lorsqu'elle est utilisée conjointement avec un langage ouvert tel que "comprenant" peut se référer, dans un mode de réalisation, à A seulement (incluant éventuellement des éléments autres que B) ; dans un autre mode de réalisation, à B seulement (incluant éventuellement des éléments autres que A) ; dans un autre mode de réalisation encore, à A et B (incluant éventuellement d'autres éléments) ; etc.

Tel qu'utilisé ici dans la description et dans les revendications, "ou" doit être compris comme ayant la même signification que "et/ou" tel que défini ci-dessus. Par exemple, lorsqu'on sépare des éléments dans une liste, "ou" ou "et/ou" doit être interprété comme étant inclusif, c'est-à-dire l'inclusion d'au moins un, mais aussi de plus d'un, d'un nombre ou d'une liste d'éléments, et, facultativement, d'éléments supplémentaires non listés. Seuls les termes indiquant clairement le contraire, tels que "un seul des" ou "exactement un des", ou, lorsqu'ils sont utilisés dans les revendications, "consistant en", font référence à l'inclusion d'un seul élément d'un nombre ou d'une liste d'éléments. En général, le terme "ou" tel qu'il est utilisé ici ne doit être interprété comme indiquant des alternatives exclusives (c'est-à- dire "l'un ou l'autre, mais pas les deux") que lorsqu'il est précédé de termes d'exclusivité, tels que "soit", "l'un de", "un seul de" ou "exactement un de".

Telle qu'elle est utilisée dans la présente description et dans les revendications, l'expression "au moins un", en référence à une liste d'un ou de plusieurs éléments, doit être comprise comme signifiant au moins un élément choisi parmi un ou plusieurs éléments de la liste d'éléments, mais n'incluant pas nécessairement au moins un de chaque élément spécifiquement énuméré dans la liste d'éléments et n'excluant pas toute combinaison d'éléments dans la liste d'éléments. Cette définition permet également la présence facultative d'éléments autres que les éléments spécifiquement identifiés dans la liste des éléments auxquels l'expression "au moins un" fait référence, qu'ils soient liés ou non à ces éléments spécifiquement identifiés. Ainsi, à titre d'exemple non limitatif, "au moins l'un de A et B" (ou, de manière équivalente, "au moins l'un de A ou B", ou, de manière équivalente, "au moins l'un de A et/ou B") peut se référer, dans un mode de réalisation, à au moins un, incluant éventuellement plus d'un, A, sans B présent (et incluant éventuellement des éléments autres que B) ; dans un autre mode de réalisation, à au moins un, comprenant éventuellement plus d'un, B, sans A présent (et comprenant éventuellement des éléments autres que A) ; dans encore un autre mode de réalisation, à au moins un, comprenant éventuellement plus d'un, A, et au moins un, comprenant éventuellement plus d'un, B (et comprenant éventuellement d'autres éléments) ; etc.

Dans les revendications, ainsi que dans la description ci-dessous, toutes les expressions transitoires telles que "comprenant", "incluant", "portant", "ayant", "contenant", "impliquant", "tenant", "composé de", et autres, doivent être comprises comme étant ouvertes, c'est-à-dire comme signifiant incluant, mais non limité à. Seules les expressions transitoires "consistant en" et "consistant essentiellement en" doivent être comprises comme des expressions transitoires fermées ou semi- fermées, respectivement.

Dans toute la description, on appelle « supérieur » ou « haut » tout ce qui est en haut en figures 1 , 3 à 5, 7 et 9 à 21 , qui correspond à la configuration normale d’utilisation du système, « inférieur » ou « bas » ce qui est en bas dans ces figures 1 , 3 à 5, 7 et 9 à 21 . On appelle « arrière » tout ce qui est à l’arrière du plan des figures 1 , 3-a1 ), 5-a1 ), 9, 10, 1 1 , 16-a2’), 17-a1 ), 17-a2), 18-a1 ), 18-a2), 19-a1 ), 20-a1 ) et 21 -a1 ), et « avant » tout ce qui est à l’avant du plan des figures. Les termes de « vertical » ou de « hauteur » découlent de ces définitions.

On rappelle ici les définitions suivantes :

Les termes « gain de production électrique » se réfèrent à une augmentation de la production électrique, par exemple, due à une plus grande quantité d’énergie solaire atteignant les cellules photovoltaïques du module.

Les termes « module bifacial » se réfèrent à un module produisant de l’énergie sur ses deux faces. Les faces d’un module correspondent à deux surfaces de dimension la plus importante. Un module bifacial laisse passer la lumière sur sa face avant et sa face arrière vers ses cellules photovoltaïques. Les cellules photovoltaïques utilisent la lumière sur leurs deux faces pour produire de l’électricité. Autrement dit, un module bifacial présente deux faces actives. Généralement, au moins une boîte de jonction est présente sur la face arrière du module, et la puissance générée par la face arrière est souvent inférieure à la puissance générée par la face avant.

Les termes « surface d’installation » se réfèrent à une surface sur laquelle un système photovoltaïque est installé. Par exemple, une telle surface se réfère à un sol d’installation. Par exemple, le sol d’installation du système photovoltaïque est un terrain agricole.

Les termes « en regard du sol » se réfèrent à une configuration d’installation dans laquelle un côté du module photovoltaïque, par exemple un côté court, est plus proche du sol que l’autre côté opposé du module photovoltaïque, par exemple l’autre côté court, lorsque le module photovoltaïque est rectangulaire.

Le terme « lien » se réfère à un élément configuré pour relier a minima deux poteaux distincts et éloignés. Une telle liaison est réalisée par mise en tension du lien lorsque le lien est solidarisé aux poteaux. Par exemple, un lien désigne tous câbles, cordes ou chaînes. Un lien peut être métallique ou non métallique. Notamment, un tel lien présente une résistance mécanique adéquate pour permettre la suspension d’un module et adaptable en fonction, par exemple, de la masse du module photo voltaïque et des contraintes mécaniques imposées par et/ou sur le système.

Le terme « flexible » désigne un élément apte à se déformer et à être mis en tension, sous l’effet d’une contrainte mécanique, sans se rompre. On note dès à présent que les figures ne sont pas à l’échelle.

On observe, sur la figure 1 , qui n’est pas à l’échelle, une vue schématique d’un mode de réalisation du système 100 objet de la présente invention. Le système 100 est vertical et comporte un module photovoltaïque 105 et deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 . Un tel système 100 comporte également au moins :

- pour chaque poteau, 1 10 et 111 , un moyen de solidarisation primaire 115 d’un premier lien 120 flexible au poteau,

- le premier lien 120 flexible tendu entre les deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 , et

- un moyen de fixation 125 du module au premier lien.

On note que le système 100 illustré dans la figure 1 présente :

- un plan vertical, perpendiculaire au plan de la figure 1 , s’étendant longitudinalement à un poteau 110 et incluant le milieu d’un poteau 110,

- un plan vertical, perpendiculaire au plan de la figure 1 , s’étendant longitudinalement à un autre poteau 1 1 1 et incluant le milieu de cet autre poteau 1 1 1 , et

- un plan vertical, perpendiculaire au plan de la figure 1 et incluant les milieux des deux côtés bas et haut d’un module photovoltaïque 105 rectangulaire.

Notamment, en figure 1 , les intersections du plan de la figure 1 et de ces plans verticaux définissent des axes Z1 , Z2 et Z3 appelés respectivement l’axe Z1 d’un poteau 110, l’axe Z3 d’un autre poteau 1 11 et l’axe Z2 d’un module photovoltaïque 105. Les axes Z1 , Z2 et Z3 sont donc verticaux, on parle donc de poteaux verticaux.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 1 , les droites représentant les axes Z1 , Z2 et Z3 sont sensiblement parallèles et coplanaires. Autrement dit, les axes Z1 , Z2 et Z3 sont sensiblement parallèles et coplanaires.

Dans ces modes de réalisation, les plans suivants sont confondus et correspondent au plan de la figure 1 :

- le plan incluant les axes Z1 et Z3 de deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 , consécutifs et

- le plan incluant l’axe Z2 et formé par la face d’au moins un module 105 entre ces deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 .

On appelle « système photovoltaïque vertical » un système dans lequel les faces de modules photovoltaïques sont sensiblement verticales et les poteaux présentent des axes sensiblement verticaux. En d’autres termes, la surface définir par l’une des faces d’un module photo voltaïque vertical comporte un axe vertical.

Dans des variantes (non représentées), les intersections du plan de la figure 1 et des deux plans verticaux des poteaux, 1 10 et 1 1 1 , ces plans verticaux étant définis similairement au mode de réalisation précédent, définissent des axes Z1 et Z3 appelés respectivement l’axe Z1 d’un poteau 110 et l’axe Z3 d’un autre poteau 1 11. Dans ces variantes, l’axe Z2 d’un module photovoltaïque 105 est défini par l’intersection entre :

- le plan vertical incluant les milieux des deux côtés courts du module photovoltaïque 105 rectangulaire, et

- le plan formé par la face d’au moins un module 105 entre ces deux poteaux, 110 et 111 . Dans ces variantes (non représentées), les plans suivants sont distincts :

- le plan incluant les axes Z1 et Z3 de deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 , consécutifs, et

- le plan incluant l’axe Z2 et formé par la face d’au moins un module entre ces deux poteaux.

Dans ces variantes (non représentées), on note que l’angle formé par ces deux plans, un plan incluant les axes Z1 et Z3 et l’autre plan incluant l’axe Z2, est nommé « angle d’inclinaison du module photovoltaïque par rapport aux poteaux ». Préférentiellement, un tel angle d’inclinaison est inférieur à 12 degrés. Encore plus préférentiellement, un tel angle est inférieur à 5 degrés.

Dans des modes de réalisation, les deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 , sont identiques, par exemple constitués d’un même matériau, présentant une même hauteur, et/ou présentant un profilé transversal identique. Dans des variantes, les deux poteaux, 1 10 et 1 11 sont différents, par exemple constitués d’un matériau différent, présentant respectivement une hauteur différente, et/ou présentant un profilé transversal différent. On note que le profilé transversal d’un poteau correspond à la forme délimitée par le poteau selon un plan perpendiculaire à l’axe du poteau Z1 . Des exemples de profilés transversaux de poteau, 8-a), 8-b), 8-c), 8-d), 8-e), 8-f), 8-g), 8-h), 8-i), 8-j), 8-k), 8-I), 8-m), 8-n) et 8-o), sont représentés en figure 8.

On note que, par exemple, lorsque le système comporte une pluralité de poteaux et de modules photovoltaïques, les poteaux présents aux extrémités du système sont préférentiellement renforcés par rapport aux autres poteaux disposés à l’intérieur du système. Un tel renforcement confère au système une résistance mécanique améliorée. Préférentiellement, tous les poteaux sont compatibles entre eux, c’est-à-dire que les poteaux peuvent comporter, par exemple, des liens en commun. Par exemple, les poteaux sur les bords de l’installation présentent des profilés de dimensions supérieures aux autres poteaux en vue d’une optimisation technico-économique et environnementale. Préférentiellement, un minimum de matière nécessaire pour assurer la durée de vie de l’installation et sa sécurité est utilisé.

On note que l’écartement et la hauteur des deux poteaux, 1 10 et 111 , sont déterminés, par exemple, en fonction de plusieurs paramètres dont les conditions climatiques, tels que la présence de vent sur le terrain d’installation, la matière et les dimensions du lien, mais également en fonction de la dimension, et de la masse et du nombre de modules photovoltaïques 105 à installer.

On note que, préférentiellement, la nature du module photovoltaïque 105 est compatible avec une utilisation en milieu extérieur. Un milieu extérieur définit, par exemple, des contraintes thermiques, mécaniques, d’humidité ou de rayonnement. Par exemple, le module photovoltaïque 105 est installé sur un terrain agricole. La nature d’un tel module photovoltaïque 105 est connue de la personne du métier.

On observe, en figures 9, 10 et 1 1 , des variantes respectives 200, 300 et 400, du système photovoltaïque 100 représenté en figure 1 . Sur ces figures, les deux poteaux et les moyens de solidarisation ne sont pas représentés.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 1 , 9, 10 et 1 1 , au moins un module photovoltaïque 105 est rectangulaire. Dans ces modes de réalisation, le module 105 rectangulaire est délimité par au moins un côté et notamment quatre côtés.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 1 , 9, 10 et 1 1 , un module photovoltaïque 105 rectangulaire présente deux côtés, dits côtés longs, de longueur supérieure à une longueur des deux autres côtés, dits côtés courts. Dans des variantes (non représentées), au moins un module photovoltaïque 105 est rectangulaire et présente des côtés égaux entre eux, formant ainsi un carré.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 1 , au moins un module photovoltaïque 105 rectangulaire est fixé par un côté court à un premier lien 120. Autrement dit, le module photovoltaïque 105 installé est en mode « portrait ».

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 9, 10 et 1 1 , au moins un module photovoltaïque 105 rectangulaire est fixé par un côté long à un premier lien 120. Autrement dit, le module photovoltaïque 105 installé est en mode « paysage ». On note que, dans ces modes de réalisation, la fixation d’un module photovoltaïque 105 par un côté long permet de fournir au module 105 des appuis et donc d’augmenter la résistance mécanique du module photovoltaïque 105. Ainsi, la durabilité du système est améliorée. Cette durabilité est d’autant plus améliorée lorsque des modules photovoltaïques 105 sont combinés à des supports de fixation correspondant à des cadres.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 9, 10 et 1 1 , un premier lien 120 s’étend au niveau d’un côté d’un module photovoltaïque 105 rectangulaire. Autrement dit :

- le premier lien 120 et le côté du module photovoltaïque 105 sont parallèles et appartiennent préférentiellement au même plan définissant la verticalité d’un système photovoltaïque, 200, 300 et 400, et

- le premier lien 120 est disposé au-dessus du côté du module photovoltaïque 105.

Dans d’autres modes de réalisation, lorsqu’un système photovoltaïque comporte une pluralité de modules photovoltaïques 105 rectangulaires, un premier lien 120 peut s’étendre au niveau d’un côté de chaque module photovoltaïque. Notamment, les côtés des modules photovoltaïques 105 sont alignés et parallèles au premier lien 120.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 1 , 9, 10 et 1 1 , au moins un module photovoltaïque 105 est bifacial.

On observe, en figure 1 , que le système 100 comporte une pluralité de modules photovoltaïques 105, chaque module photovoltaïque 105 étant fixé à un premier lien 120 tendu entre les deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 . Par ailleurs, en figure 1 , les modules photovoltaïques 105 rectangulaires sont installés en mode « portrait ».

On observe, en figure 1 , que chaque poteau, 1 10 et 1 1 1 , comporte au moins un moyen de solidarisation primaire 1 15. Chaque moyen de solidarisation primaire 1 15 permet de solidariser le lien 120 à chaque poteau, 1 10 et 1 1 1 . Notamment, la coopération des moyens de solidarisation primaires 1 15 applique une tension longitudinale sur le premier lien 120. Autrement dit, le lien 120 est soumis à une tension longitudinale générée par la solidarisation du lien 120 à chaque poteau, 1 10 et 1 1 1 , par les moyens de solidarisation primaires 1 15. On note, en figure 1 , qu’une telle tension est représentée au niveau des deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 , par deux flèches en pointillés divergentes.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 1 , un lien 120 est un câble. Dans le système photovoltaïque 100, lorsque le lien 120 est un câble, une tension continue est appliquée le long du câble tendu. Dans des variantes, le lien 120 est une chaîne correspondant à une succession d’anneaux entrelacés et solidarisés entre eux. Dans ces variantes, lorsque la chaîne est tendue entre deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 , les anneaux exercent une tension les uns sur les autres correspondant à une tension discrète le long de la chaîne. Un lien 120 est, par exemple, en métal ou en alliage métallique. Préférentiellement, le lien 120 est adapté pour résister à des contraintes environnementales imposées par le terrain d’installation, par exemple, un terrain agricole.

Dans des modes de réalisation, le moyen de fixation 125 du module photovoltaïque 105 à un lien 120 comporte un logement entourant au moins partiellement le lien 120. Autrement dit, le moyen de fixation 125 présente au moins une dimension supérieure à une dimension du lien 120. Par exemple, lorsque le moyen de fixation 125 comporte un logement en forme de crochet et que lien 120 est un câble assimilable à un tronc de cylindre, le logement délimité par la courbure du crochet présente une dimension interne supérieure au diamètre du câble. Un moyen de fixation 125 assure le maintien du module photovoltaïque 105 sur le premier lien 120 tendu, permettant notamment de suspendre le module photovoltaïque 105 sur le premier lien 120. Un tel moyen de fixation 125 est donc assimilable à un moyen de suspension.

Dans des modes de réalisation, le moyen de fixation 125 traverse au moins partiellement le premier lien 120. Par exemple :

- des passages, aptes à recevoir au moins un moyen de fixation 125, sont présents dans l’épaisseur du lien 120 et formés lors de la conception du lien 120 ; un tel lien 120 est, par exemple une chaîne ou un câble présentant des passages assimilables à des alésages ;

- lorsque le lien 120 est un câble particulier, l’écartement des filins composant un tel câble est réalisé pour former les passages du moyen de fixation 125 ;

- le lien 120 est percé lors de l’installation du moyen de fixation 125 afin de former des passages.

On observe, en figure 22, un mode de réalisation d’un système photovoltaïque 600 objet de l’invention. On note, en figure 22, que les poteaux ne sont pas représentés.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 22, le lien est, par exemple, une chaîne 123 présentant des chaînons visibles en figure 22-a2). Dans ces modes de réalisation, le moyen de fixation 125 du module photovoltaïque 105 à un lien 123 comporte, par exemple, un boulon 128 traversant l’évidement d’un chaînon et fixé au module photovoltaïque 105 comme représenté en figure 22-a1 ). Autrement dit, dans ces modes de réalisation optionnels, le moyen de fixation 125 traverse au moins partiellement le premier lien 123.

Dans des variantes (non représentées), le moyen de fixation 125 est intégré à un lien 120. Par exemple, le lien 120 comporte des attaches de fixation, les attaches étant fixées sur le lien 120 et configurées pour accrocher le module photovoltaïque 105.

Dans des modes de réalisation, tel que celui représenté en figure 1 , le système photovoltaïque 100 comporte, de plus :

- pour chaque poteau, 1 10 et 1 11 , un moyen de solidarisation secondaire 1 16 d’un deuxième lien flexible 121 aux poteaux, 1 10 et 1 1 1 ; la coopération des moyens de solidarisation secondaires 1 16 applique une tension longitudinale sur le deuxième lien 121 , et

- le deuxième lien 121 flexible tendu entre les deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 .

Dans ces modes de réalisation, le premier lien 120 et le deuxième lien 121 sont solidarisés à deux parties distinctes du module photovoltaïque 105 par, respectivement, un moyen de fixation 125 et un autre moyen de fixation. Dans ces modes de réalisation, le moyen de fixation 125 correspond à un moyen de fixation primaire 125 et l’autre moyen de fixation correspond à un moyen de fixation secondaire. Un tel moyen de fixation secondaire comporte, par exemple, un logement entourant au moins partiellement le deuxième lien 121 . Par exemple, le premier lien 120 et le deuxième lien 121 sont solidarisés respectivement en partie haute et en partie basse du module photovoltaïque 105. Autrement dit, le premier lien 120 est disposé au-dessus du deuxième lien 121 .

Les modes de réalisation, les variantes et les caractéristiques énoncés précédemment et dans la suite de la description pour le premier lien 120 sont également transposables au deuxième lien 121 . On note que le premier lien 120 et le deuxième lien 121 peuvent être similaires ou différents.

Les modes de réalisation, les variantes et les caractéristiques énoncés précédemment et dans la suite de la description pour le moyen de solidarisation primaire 1 15 sont également transposables au moyen de solidarisation secondaire 1 16. On note que le moyen de solidarisation primaire 1 15 et le moyen de solidarisation secondaire 1 16 peuvent être similaires ou différents.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figure 1 et 2, le système 100 et les deux variantes 100-a) et 100-b) comportent, de plus, au moins un moyen d’ancrage 112 d’au moins un lien, 120 et/ou 121 , dans un sol d’installation 101). Par exemple, ce moyen d’ancrage est un pieu qui comporte un moyen de solidarisation de l’extrémité du lien, 120 et/ou 121.

On note, dans ces modes de réalisation, que la coopération du dit moyen d’ancrage avec les moyens de solidarisation, 1 15 et/ou 1 16, applique une tension longitudinale supplémentaire sur le lien, 120 et/ou 121 .

Dans ces modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 1 et 2-a), lorsque le système 100 comporte un premier lien 120 et un deuxième lien 121 , les extrémités de chaque lien, 120 et 121 , sont liées deux à deux par un même moyen d’ancrage.

On observe en figure 2-a), un système 100-a) présentant des moyens d’ancrage 1 12 dits « alignés », c’est-à-dire alignés par rapport à la droite passant dans les deux poteaux, 1 10 et 1 1 1 , appelée « ligne des poteaux ».

On observe, en figure 2-b), un système 100-b) qui comporte un moyen d’ancrage pour chaque extrémité des deux liens, 120 et 121 . En figure 2-b), le système 100-b) présente des moyens d’ancrage 1 12 dits « décalés latéralement », c’est-à-dire décalés par rapport à la ligne des poteaux. Autrement dit, ces moyens d’ancrages 1 12 sont décalés latéralement de part et d’autre de la ligne de poteaux, augmentant ainsi la résistance du système 100-b) lorsque ce dernier est soumis à un vent latéral.

On note, en fonction des contraintes mécaniques appliquées au système 100, que d’autres moyens d’ancrages 1 12, avec ou sans décalage latéral de part et d’autre de la ligne de poteaux, peuvent être rajoutés.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 3 et 4, au moins un poteau, 1 10 et/ou 1 1 1 , comporte un moyen de solidarisation, 1 15 et/ou 1 16, d’un lien, 120 et/ou 121 .

On note, en figure 3, que le moyen de solidarisation primaire 1 15 est une ouverture traversante, visible en 3-a2) et 3-a3), dans laquelle le lien 120, tel qu’un câble, est inséré. Une telle ouverture 1 15 est assimilable à un alésage, c’est-à-dire une ouverture formant un tronc de cylindre dans lequel est inséré le câble. Préférentiellement, la génératrice de ce tronc de cylindre est perpendiculaire à l’axe Z1 du poteau 1 10. Un tel alésage a une fonction similaire au chas d’une aiguille. On remarque, en figure 3, que le moyen de solidarisation secondaire 1 16 est également une ouverture traversante.

On note que le moyen de solidarisation primaire 1 15 est compatible avec des profilés de poteau variés, tels que représentés en figure 8.

Par exemple, en figure 8, le poteau présente divers profilés :

- en C en 8-b), 8-e) et 8-g),

- en croix en 8-i) et 8-o),

- en H en 8-j),

- en rectangle, voire carré, en 8-k), 8-m) et 8-n), et

- en triangle en 8-I).

Notamment, en figure 8 et pour les variantes 8-a), 8-b), 8-c), 8-d), 8-e), 8-f), 8-g), 8-h), 8-k), 8-I), 8-m) et 8-n), le poteau comporte un vide longitudinal, c’est-à-dire le long de l’axe Z1 du poteau 110. Autrement dit, le poteau n’est pas considéré comme plein, mais exempt de matière le long de l’axe Z1 .

En figure 8, les poteaux représentés peuvent être obtenus par pliage, extrusion ou tout autre procédé de fabrication connu de la personne du métier.

On note, en figure 4, qu’un moyen de solidarisation primaire 1 15 comporte un logement délimité par un crochet. On remarque, en figure 4, que le poteau 1 10 présente une surface longitudinale comportant un axe préférentiellement parallèle à l’axe Z1 du poteau. Par ailleurs, en figure 4, le crochet est disposé soit :

- sur la surface longitudinale du poteau 1 10, comme représenté en 4-a), de manière à ce que le lien 120 soit en contact avec cette surface longitudinale, ou

- en retrait de la surface longitudinale du poteau, et plus proche de l’axe Z1 du poteau 1 10 comme représenté en 4-b).

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 3 et 4, un poteau 1 10 comporte plusieurs moyens de solidarisation primaires 1 15. On note que les moyens de solidarisation primaires sont disposés à des hauteurs distinctes le long d’un axe parallèle à l’axe Z1 du poteau 110 afin de pouvoir accéder à une pluralité de hauteurs du premier lien 120.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 3 et 4, lorsqu’un premier lien 120 et un deuxième lien 121 sont compris dans le système photovoltaïque, un poteau 1 10 comporte plusieurs moyens de solidarisation secondaires 1 16. On note que les moyens de solidarisation secondaires sont disposés à des hauteurs distinctes le long d’un axe parallèle à l’axe Z1 du poteau 110 afin de pouvoir accéder à une pluralité de hauteurs du deuxième lien 121 . Notamment, la hauteur de fixation du deuxième lien 121 est conditionnée par la hauteur de fixation du premier lien 120.

Préférentiellement, un poteau 1 10 comporte plusieurs moyens de solidarisation primaires 1 15 et plusieurs moyens de solidarisation secondaires 1 16.

Ainsi, la flexibilité du système photovoltaïque vis-à-vis de l’installation et de la détermination de la hauteur des liens, 120 et 121 , est améliorée puisque le positionnement des liens, 120 et 121 , est aisé et adaptable en fonction du besoin d’écartement des liens, 120 et 121 .

Par ailleurs, lorsqu’un système comporte : - deux modules l’un au-dessus, respectivement fixé à un premier lien 120 et à un deuxième lien 121 , le premier lien 120 et le deuxième lien 121 étant distincts, et

- deux poteaux 1 10 qui comportent plusieurs moyens de solidarisation primaires 1 15, un tel système permet de passer différentes pentes de terrain d’installation en maintenant un écartement sensiblement constant entre les deux modules.

On note que les moyens de solidarisation primaires 1 15 associés à chaque poteau peuvent être identiques ou différents. Par ailleurs, les moyens de solidarisation secondaires 1 16 associés à chaque poteau peuvent être identiques ou différents.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figure 5 et 7, au moins un moyen de solidarisation primaire 1 15 comporte une pièce intermédiaire, 133 ou 134, de solidarisation d’un poteau 1 10 à un premier lien 120.

On note que, lorsque le moyen de solidarisation primaire 1 15 comporte une pièce intermédiaire 133, un tel moyen de solidarisation primaire 115 comporte nécessairement un moyen d’assemblage de la pièce intermédiaire, 133 ou 134, au poteau 1 10.

On observe, en figure 5, que la pièce intermédiaire 133 du moyen de solidarisation primaire 1 15 est configurée pour :

- être solidarisée à la surface externe du poteau 1 10 et

- former un coude, un crochet ou toute autre forme définissant un logement d’insertion du premier lien 120.

Notamment, en figure 5-a3), la pièce intermédiaire 133 et le poteau comportent respectivement un alésage permettant l’assemblage de la pièce intermédiaire 133 au poteau 1 10. Par exemple, un ensemble boulon et écrou permet d’assembler la pièce intermédiaire 133 au poteau 1 10. Plus particulièrement, le corps du boulon est inséré dans l’alésage de la pièce intermédiaire et dans l’alésage du poteau afin d’assurer la solidarisation. On note que l’ensemble constitué de l’alésage du poteau 110, de l’alésage de la pièce intermédiaire 133 et du boulon forme un moyen d’assemblage de la pièce intermédiaire 133 au poteau 1 10.

On observe, en figure 6, sept modes de réalisation, 6-a), 6-b), 6-c), 6-d), 6-e), 6-f) et 6-g), d’une pièce intermédiaire 133. On note que, dans ces modes de réalisation, la pièce intermédiaire comporte un alésage. Dans les variantes 6-a), 6-b), 6-d), 6-f) et 6-g), la pièce intermédiaire de solidarisation 133 forme au moins un coude de retenue du premier lien 120. Dans les variantes 6-c), 6-e), la pièce intermédiaire de solidarisation 133 forme un crochet.

On observe, en figure 7, que la pièce intermédiaire 134 du moyen de solidarisation primaire 1 15 est configurée pour :

- être solidarisée à une surface interne du poteau 1 10 et

- enserrer le premier lien 120 comme représenté en figure 7-a1 ) et 7-a2).

Notamment, on note que la pièce intermédiaire 134 est en forme de U, telle que représentée en figure 7-a2). On observe que les deux branches du U formé par la pièce intermédiaire sont partiellement insérées dans deux alésages présents dans le poteau 1 10. Par ailleurs, ces deux branches sont préférentiellement filetées afin de permettre un boulonnage, réalisé par des écrous, à une surface interne du poteau 1 10. On note que l’ensemble constitué des alésages du poteau 110, du filetage des branches du U formé par la pièce intermédiaire 134 et des boulons forme un moyen d’assemblage de la pièce intermédiaire 134 au poteau 1 10.

Dans des modes de réalisation (non représentés), les branches du U formé par la pièce intermédiaire 134 sont de longueur différente. Par exemple, une branche est plus courte que l’autre branche afin de faciliter le positionnement et le serrage du premier lien 120 lors de l’installation du système photovoltaïque.

On note, sur la figure 5, qu’au moins un moyen de solidarisation secondaire 116 comporte une pièce de solidarisation d’un poteau 110 et/ou 1 1 1 à un deuxième lien 121 . Une telle pièce de solidarisation présente les mêmes variantes que celles énoncées pour la pièce de solidarisation 133 comprise dans le moyen de solidarisation primaire 1 15.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 9 à 21 , un moyen de fixation 125 du module photovoltaïque 105 au lien comporte un support de fixation 126 du module photovoltaïque 105. Préférentiellement, le support de fixation 126 comporte au moins partiellement un matériau réfléchissant le rayonnement lumineux.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 9, 10 et 1 1 , au moins un module photovoltaïque 105 rectangulaire est fixé par un support de fixation 126 à un premier lien 120. On note qu’un tel support est disposé sur un côté long du module photovoltaïque 105, un tel module photovoltaïque 105 est donc installé en mode « paysage ».

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 9, 10 et 1 1 , le support de fixation 126 délimite une face du module photovoltaïque 105. Notamment, lorsque le module photovoltaïque est rectangulaire, le support de fixation s’étend, par exemple, au moins partiellement sur au moins un des côtés du module photovoltaïque 105.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 9, le support de fixation 126 compris dans le moyen de fixation 125 comporte au moins deux accroches de fixation 201 au premier lien 120. Par exemple, lorsque le module photovoltaïque 105 est installé en mode « paysage » chaque accroche de fixation 201 est disposée respectivement entre l’axe Z2 et chaque côté court.

On observe, en figure 9, que le support de fixation 126 comporte, de plus, deux autres accroches 202, dites accroches secondaires de fixation 202 au deuxième lien 121 . On note que les dispositions de chaque accroche, 201 et 202, sont variables selon les besoins de l’installation du système 200. Par exemple, les accroches 201 et les accroches secondaires 202 sont décalées les unes par rapport aux autres dans le plan comportant la face du module photovoltaïque 105.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 10, le support de fixation 126 compris dans le moyen de fixation 125 comporte au moins deux accroches de fixation 301 au premier lien 120. Par exemple, au moins un côté d’une accroche 301 est aligné à un côté du support de fixation 126. On note que les accroches de fixation 301 du système 300 présentent au moins une dimension supérieure à la dimension des accroches de fixation 201 du système 200. Notamment, une accroche de fixation 301 du système 300 recouvre longitudinalement le premier lien 120 de manière plus importante comparée à une accroche de fixation 201 du système 200.

On observe, en figure 10, que le support de fixation 126 comporte, de plus, une autre accroche 302, dite accroche secondaire de fixation 302 au deuxième lien 121 . On note que les dispositions de chaque accroche, 301 et 302, sont variables selon les besoins de l’installation du système 300. Par exemple, les accroches 301 et l’accroche secondaire 302 sont décalées les unes par rapport aux autres dans le plan comportant la face du module photovoltaïque 105.

On note, en figures 9 et 10, que le nombre et la longueur des accroches, 201 , 202, 301 et 302, sont variables et adaptables selon les besoins de l’installation des systèmes 200 et 300.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 12, 13 et 14, un support de fixation 126 comporte un logement entourant au moins partiellement le premier lien 120.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figure 12, notamment en 12-a), 12- b), 12-c) et 12-d), le premier lien 120 est immobilisé dans le logement du support de fixation 126 par un ensemble boulon et deux écrous. Notamment, le support de fixation 126 comporte deux alésages externes au logement configurés pour recevoir le boulon de fixation. On note que, lorsque le premier lien 120 est présent dans le logement du support de fixation 126, un tel premier lien 120 est en butée contre une partie du corps du boulon, évitant donc le délogement du lien 120 et ainsi le maintien de la fixation du module photovoltaïque 105 au premier lien 120.

On observe, en figure 12, en 12-a), que le support de fixation comporte une ouverture axiale, notamment orientée selon l’axe Z2 lorsque le module photovoltaïque 105 est fixé au lien 120, apte à l’insertion du lien 120 dans le logement. Dans des variantes, en 12-b), 12-c) et 12-d), le support de fixation comporte une ouverture latérale, notamment orientée perpendiculairement à l’axe Z2 lorsque le module photovoltaïque 105 est fixé au lien 120, apte à l’insertion du lien 120 dans le logement.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figure 13, le premier lien 120 est immobilisé dans le logement du support de fixation 126 par un ensemble boulon et écrou. Notamment, le support de fixation 126 comporte un filetage communicant avec logement et configuré pour recevoir le boulon de fixation. On note que, lorsque le premier lien 120 est présent dans le logement du support de fixation 126, un tel premier lien 120 est pincé par l’extrémité plate du boulon, évitant donc le délogement du lien 120 et ainsi le maintien de la fixation du module photovoltaïque 105 au premier lien 120.

On observe, en figure 13, que le moyen de fixation 125, et notamment support de fixation 126, présente au moins une portion formant un biseau 132 orienté vers au moins une face du module photovoltaïque 105, par exemple une face active. On note que lorsque le module 105 est bifacial, le biseau 132 est orienté préférentiellement vers les deux faces actives du module photovoltaïque 105.

En figure 13, le rayonnement lumineux est représenté par une flèche pleine, et un flux d’eau ou de poussière est représenté par une flèche en pointillé. On observe en 13-a), 13-b) et 13-c) que le support de fixation 126 présente une portion supérieure en biseau 132, cette portion supérieure étant en partie haute du système photovoltaïque, un tel biseau étant orienté vers la face active du module photovoltaïque 105 permettant de laisser passer une quantité plus importante de rayonnement lumineux. On observe en 13-b) et 13-c) que le support de fixation 126 présente une portion inférieure en biseau, cette portion inférieure étant en partie basse du système photovoltaïque, un tel biseau étant orienté vers la face active du module photovoltaïque 105 permettant de laisser s’écouler l’eau et les saletés. Autrement dit, dans certains modes de réalisation, les portions du support 126 formant des biseaux se trouvent autour de la face active du module 105 en partie haute et/ou basse et/ou sur les côtés délimités par le support 126.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 14, le moyen de fixation 125 comporte un crochet de fixation 131 . Notamment, en figure 14, le cochet de fixation 131 délimite le logement 126 et est compris dans le support de fixation 126 du module photovoltaïque 105.

Dans ces modes de réalisation, représentés en figure 14, un deuxième lien 121 est également fixé au module photovoltaïque 105 par l’intermédiaire d’un deuxième support de fixation 136 compris dans un moyen de fixation secondaire. Autrement dit, le premier lien 120 et le deuxième lien 121 sont solidarisés à deux parties distinctes du module photovoltaïque 105 par, respectivement, un moyen de fixation primaire 125 et un moyen de fixation secondaire. Un tel moyen de fixation secondaire comporte également un logement entourant au moins partiellement le deuxième lien 121 . Notamment, le premier lien 120 et le deuxième lien 121 sont fixés verticalement et respectivement au-dessus et en dessous de la face active du module photovoltaïque 105. Autrement dit, le premier lien 120 est disposé au-dessus du deuxième lien 121 . On note qu’un tel moyen de fixation secondaire du lien 121 comporte par exemple un boulon comportant deux écrous, tel que représenté en 14-a), 14-b) et 14-c), configuré pour écraser le lien 121 dans le logement du moyen de fixation secondaire. Dans des variantes, un tel moyen de fixation secondaire du lien 121 comporte par exemple un boulon et un écrou, tel que représenté en 14- d) et 14-e), configuré pour pincer le lien 121 dans le logement du moyen de fixation secondaire. Ainsi, un tel moyen de fixation secondaire empêche le module photovoltaïque 105 de se désolidariser non seulement du deuxième lien 121 , mais également du premier lien 120 par maintien du contact entre le premier lien 120 et l’arrondi interne supérieur du crochet 131 du moyen de fixation primaire 125. Par ailleurs, le déplacement latéral du module photovoltaïque 105, tel que le glissement le long du premier lien 120, est évité.

On observe, en figure 14, en 14-a), 14-c), 14-d) et 14-e), que le deuxième support de fixation 136 comporte une ouverture apte à l’insertion du lien 121 dans le logement.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 15 à 18, un moyen de fixation 125 du module photovoltaïque 105 au premier lien 120 comporte, de plus, un élément intermédiaire de fixation 127.

On observe, en figure 15, qu’un moyen intermédiaire de fixation 127 est distinct du support de fixation 126. Notamment, le moyen intermédiaire de fixation 127 et le support de fixation 126 sont liés par un moyen de liaison 128. Par exemple, un tel moyen de liaison 128 comporte un boulon comportant deux écrous. On note, dans cet exemple, que l’ensemble constitué d’un alésage du moyen intermédiaire de fixation 127, d’un alésage du support de fixation 126 et du boulon forme le moyen de liaison 128.

En figure 15, en 15-a), 15-b), 15-c), 15-d), 15-e), 15-f) et 15-g), le support de fixation 126 correspond, par exemple, au cadre du module photovoltaïque 105. Par exemple, le cadre du module photovoltaïque 105 est un cadre standard connu de la personne du métier.

On note, en figure 15, que pour un module photovoltaïque 105 présentant un cadre standard 126, une pluralité de moyens intermédiaires de fixation 127 est utilisée. Notamment, le moyen de fixation 127 est une pièce comportant un logement entourant au moins partiellement le premier lien 120. Une telle pièce comporte une ouverture apte à l’insertion du lien 120 dans le logement. Les variantes énoncées précédemment pour immobiliser le premier lien 120 dans le logement d’un moyen de fixation 125 sont également applicables au moyen intermédiaire de fixation 127.

On observe, en figure 15, que le cadre 126 et le moyen intermédiaire de fixation 127 sont liés par un moyen de liaison 128. Notamment, le moyen de liaison 128 comporte un boulon et deux écrous. Le cadre 126 et le moyen intermédiaire de fixation 127 sont ajourés afin d’assurer le passage du corps du boulon. Lorsque le cadre 126 et le moyen intermédiaire de fixation 127 sont liés, les boulons du moyen de liaison 128 sont serrés et respectivement en contact avec le cadre 126 et le moyen intermédiaire de fixation 127.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 16, en 16-a1 ) et 16-a2), le moyen intermédiaire de fixation 127 est en deux pièces :

- une première pièce étant configurée pour être fixée au support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 et

- une deuxième pièce étant configurée pour enserrer le premier lien 120.

Dans ces modes de réalisation, le premier lien 120 immobilisé entre la première pièce et la deuxième pièce.

On note, en figure 16-a1 ) et en 16-a2) que :

- la première pièce et le support de fixation 126 sont ajourés et fixés entre eux par un moyen de liaison 128 comportant, par exemple, un premier boulon passant dans chacune des parties ajourées ; et

- la deuxième pièce est une bride 137 enserrant le premier lien 120 ; une telle bride 137 est également ajourée afin d’être solidarisée à la première pièce doublement ajourée par, par exemple, un deuxième boulon passant dans chacune des parties ajourées.

Dans d’autres modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 17, en 17-a1 ), 17-a1 ’), 17- a2) et 17-a2’), le moyen intermédiaire de fixation 127 est en deux pièces connectées par un arbre de pivotement :

- une première pièce étant configurée pour être fixée au support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 et

- une deuxième pièce étant configurée pour être solidarisée au premier lien 120.

Dans ces modes de réalisation, le premier lien 120 immobilisé entre la première pièce et la deuxième pièce. Par ailleurs, l’arbre de pivotement permet l’ouverture ou la fermeture du moyen de fixation 125 selon un axe de pivotement parallèle à l’axe longitudinal du premier lien 120 tendu.

On note, en figure 17, notamment en 17-a1 ’) et en 17-a2’) que :

- la première pièce et le support de fixation 126 sont ajourés et fixés entre eux par un moyen de liaison 128 comportant, par exemple, un boulon passant dans chacune des parties ajourées ; et

- la deuxième pièce est une bride 137 enserrant le premier lien 120 ; une telle bride 137 est connectée à la première pièce par un arbre de pivotement assurant le lien entre la première pièce et la bride 137. On note que, préférentiellement, comme visible en 17-a1 ), la bride 137 comporte une ouverture alignée au corps du boulon. Une telle ouverture est configurée pour entourer le boulon fixant la première pièce et le support de fixation 126. Préférentiellement, le boulon est maintenu dans l’ouverture de la bride 137 par un écrou serré.

Dans des variantes, telles que celle représentée en figure 18, l’ensemble boulon et écrou fixant la première pièce au support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 est décalé par rapport à l’ouverture de la bride 137 de la deuxième partie. On observe, en 18-a1 ’), que le moyen intermédiaire de fixation 127 est en trois pièces connectées :

- une première pièce connectée au support de fixation 126 par un moyen de liaison 128,

- une deuxième pièce étant une bride 137 et connectée à la première pièce par un premier arbre de pivotement, et

- une troisième pièce étant une « vis papillon » 138 et connectée à la première pièce par un deuxième arbre de pivotement.

Préférentiellement, l’axe du premier arbre de pivotement et l’axe du deuxième arbre de pivotement sont parallèles entre eux, et également parallèles à l’axe longitudinal du premier lien 120 tendu et perpendiculaire à l'axe Z2 du module 105.

Dans ces variantes, lorsque le premier lien 120 est enserré par la bride 137 du moyen intermédiaire de fixation 127, la vis papillon 138 est pivotée pour être entourée par l’ouverture de la bride 137 et serrée afin de maintenir la cohésion et la fixation de l’ensemble.

Dans des modes de réalisation, tels que ceux représentés en figures 19 à 21 , un moyen de fixation 125 du module photovoltaïque 105 au premier lien 120 comporte un moyen d’ajustement 129. Un tel moyen d’ajustement est configuré pour éloigner ou rapprocher au moins une face active du module photovoltaïque 105 du premier lien 120 tendu entre les deux poteaux. On note, lorsque le système photovoltaïque comporte un deuxième lien, qu’un tel moyen de fixation 125 peut être aussi utilisé pour éloigner ou rapprocher au moins une face active du module photovoltaïque 105 du deuxième lien 121 .

On observe, en figure 19 à 21 , que le moyen d’ajustement 129 comporte une pièce intermédiaire qui comporte une pluralité d’alésages. De tels alésages assurent le réglage de la hauteur du module photovoltaïque 105 par rapport au premier lien 120.

On note, en figure 19, que la pièce intermédiaire du moyen d’ajustement 129 est connectée :

- à un crochet ée fixation 131 du moyen de fixation 125 au premier lien 120 et

- à un module photovoltaïque présentant un cadre 126 du moyen de fixation 125, par exemple un cadre standard.

Notamment, en figure 19, moyen d’ajustement 129 est disposé au-dessus, verticalement, d’une face active du module photovoltaïque 105.

On note, en figures 20 et 21 , que la pièce intermédiaire du moyen d’ajustement 129 est connectée :

- à une bride de fixation 137 du moyen de fixation 125 au premier lien 120 et

- à un module photovoltaïque présentant un cadre 126 du moyen de fixation 125, par exemple un cadre standard. On note, en figure 20 que le moyen d’ajustement 129 est disposé à l’arrière d’une face active du module photovoltaïque 105. En figure 21 , le moyen d’ajustement 129 est disposé au-dessus, verticalement, d’une face active du module photovoltaïque 105.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 1 1 , le système 400 comporte

- un premier lien 120 et un deuxième lien 121 ,

- deux modules photovoltaïques, 105 et 106 :

- et pour chaque module, un support de fixation 126 délimitant une face du module photovoltaïque, 105 ou 106.

On observe, en figure 1 1 , que le module photovoltaïque 105 est fixé sur un premier lien 120 en partie haute et sur un deuxième lien 121 en partie basse. De plus, on observe que le module photovoltaïque 106 est fixé sur le deuxième lien 121 en partie haute et sur un troisième lien 122 en partie basse. On note que la fixation du module photovoltaïque 106 sur un troisième lien 122 en partie basse assure une stabilité et une verticalité plus importante.

On note qu’un support de fixation 126 d’un module photovoltaïque 105 comporte, de plus, une ouverture 401 entourant partiellement le deuxième lien 121 . Une telle ouverture correspond à une portion du support de fixation 126 exempte de matériaux. Par ailleurs, une telle ouverture 401 est configurée pour recevoir une portion du support de fixation 126 de l’autre module photovoltaïque 106. Un tel support de fixation 126, étant par exemple un cadre, assure la fixation du module photovoltaïque 106 au lien 121 . On note que les caractéristiques des différents modes de réalisation et variantes décrits précédemment pour le moyen de fixation 125 et le support de fixation 126 sont applicables au mode de réalisation représenté en figure 1 1 .

Autrement dit, en figure 1 1 , l’ouverture du support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 est délimitée de manière à assurer le passage de la portion du support de fixation 126 du module photovoltaïque 106. Par exemple, le support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 est fixé au deuxième lien 121 par deux portions distinctes et horizontales. On observe que ces deux portions délimitent l’ouverture 401 du support de fixation 126 du module photovoltaïque 105. Notamment, entre ces deux portions de fixation du module 105 au deuxième lien 121 est inséré une portion du support de fixation 126 de l’autre module photovoltaïque 106. Par exemple, comme représentée en figure 1 1 , une telle portion de fixation du module photovoltaïque 106 est pleine et s’étend le long du deuxième lien. Par exemple :

- les deux portions de fixation du module 105 au deuxième lien 121 comportent un crochet de fixation et

- la portion de fixation du module photovoltaïque 106 au deuxième lien 121 comporte également un crochet de fixation.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 11 , l’ouverture 401 du support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 délimite une forme complémentaire au support de fixation 126 du module photovoltaïque 106. Une telle complémentarité assure l'encastrement du support de fixation 126 du module photovoltaïque 106 dans l’ouverture 401 du support de fixation 126 du module photovoltaïque 105. On note, en figure 1 1 , que le support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 comporte une pluralité d’ouvertures : notamment deux ouvertures en partie supérieure et trois ouvertures en partie inférieure dont l’ouverture 401 . De manière générale, dans ce mode de réalisation, la forme du support de fixation 126 du module photovoltaïque 105 est configurée pour :

- permettre la fixation de ce module 105 au premier lien 120 et au deuxième lien 121 ,

- par la présence d’au moins une ouverture, assurer le partage du deuxième lien 121 avec le support de fixation 126 de l’autre module photovoltaïque 106 et

- optionnellement, le partage du premier lien 120 avec un support de fixation d’un troisième module photovoltaïque disposé au-dessus du module 105.

Dans ce mode de réalisation, le support 126 de l’autre module photovoltaïque 106 comporte un nombre d’ouvertures similaire au support 126 du module photovoltaïque 105. Un tel support présente une forme assurant une fonction similaire à celle énoncée précédemment pour le support de fixation 126 du module photovoltaïque 105.

Dans des modes de réalisation, tels que celui représenté en figure 1 1 , deux modules photovoltaïques, 105 et 106, sont disposés verticalement, un module photovoltaïque 105 étant disposé au-dessus de l’autre module photovoltaïque 106 dans la configuration d’installation du système 400. Notamment, les deux modules photovoltaïques, 105 et 106, sont installés en mode « paysage ».

Autrement dit, tout ou partie des modules photovoltaïques, 105 et 106, peut être empilable de manière modulaire. Par "empilable", on entend aligné verticalement, préférentiellement en maximisant la face utile des modules. Cet empilement est réalisé, par exemple, en partageant un même câble d’attache 121 pour deux modules photovoltaïques, 105 et 106. Ce partage suppose donc que les moyens de fixation 125 de chaque module photovoltaïque, 105 et 106, au câble 121 n’interfèrent pas les uns avec les autres. Ceci peut être réalisé de plusieurs manières.

Une telle manière consiste à prévoir que le support de fixation 126 d’un module photo voltaïque 105 soit ajouré pour révéler le câble 121 , de sorte à permettre le passage du support de fixation 126 d’un autre module photovoltaïque 106 et la fixation de cet autre module 106 au câble 121 ainsi révélé. Une telle manière de réaliser cet empilement est compatible avec une utilisation de support de fixation 126 correspondant à un cadre, le cadre 126 étant compris dans le moyen de fixation 125 et le cadre 126 étant ajouré pour permettre le passage d’un moyen de fixation 125 d’un autre module photovoltaïque 106.

Une autre manière consiste à ce qu’au moins un espace entre deux moyens de fixation 125 d’un même module photovoltaïque 105 soit prévu, ledit espace révélant le câble 121 , de manière à ce que le support de fixation 126 d’un autre module photovoltaïque 106 puisse être positionné dans cet espace.

Dans des modes de réalisation (non représentés), le système photovoltaïque comporte une pluralité de modules photovoltaïques 105 disposés verticalement les uns au-dessus des autres, le nombre de modules étant supérieur à deux.

On observe, sur la figure 23, une vue schématique d’un mode de réalisation optionnel du procédé 500 objet de la présente invention. Le procédé 500 d’installation d’un système photo voltaïque vertical câblé comporte :

- une étape de positionnement 505 d’un premier poteau, - une étape de fixation 510 du premier poteau à un sol d’installation,

- une étape de positionnement 515 d’un deuxième poteau,

- une étape de fixation 520 du deuxième poteau à un sol d’installation,

- une étape de mise en tension 525 d’au moins un lien flexible entre les deux poteaux, comportant :

- une étape de solidarisation 530 du lien flexible au premier poteau et

- une étape de solidarisation 535 du lien flexible au deuxième poteau, et

- une étape de fixation 540 d’un module photovoltaïque au lien flexible tendu.

Lors des étapes de positionnement, 505 et 515, chaque poteau est positionné de manière à permettre, en aval, la fixation d’un lien entraînant une tension.

Lors des étapes de fixation, 510 et 520, des poteaux, les fixations sont configurées pour résister à certaines contraintes mécaniques appliquées sur le système, dépendant notamment l’environnement d’installation.

On note que la combinaison des deux étapes de solidarisation, 530 et 535, du lien au premier poteau et au deuxième poteau assure la mise en tension du lien lorsque le système est installé.

Lors de l’étape de fixation 540 d’un module photovoltaïque, le contact entre le module photovoltaïque et le lien tendu est établi et immobilisé de manière à maintenir la verticalité du système.

Préférentiellement, le procédé 500 comporte, de plus :

- une étape de mise en tension d’au moins un deuxième lien flexible entre les deux poteaux, comportant :

- une étape de solidarisation du deuxième lien flexible au premier poteau et

- une étape de solidarisation du deuxième lien flexible au deuxième poteau, et

- une étape de fixation du module photovoltaïque au deuxième lien flexible tendu.

Préférentiellement, les moyens des dispositifs 100, 200, 300 et 400 sont configurés pour mettre en œuvre les étapes du procédé 500 et leurs modes de réalisation tels qu’exposés ci-dessus et le procédé 500 ainsi que ses différents modes de réalisation peuvent être mis en œuvre par les moyens des dispositifs 100, 200, 300 et 400.