Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MECHANICAL GEARBOX FOR MACHINE FARMING MACHINE, AND CORRESPONDING ASSEMBLY METHOD
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/192789
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a mechanical gearbox for a machine farming machine, comprising transmission means which are at least partially enclosed inside a housing consisting of two half-shells (3a, 3b), said two half-shells (3a, 3b) being provided with respective peripheral edges (30a, 30b) which are applied to one another and are held in tight contact by a bead (1) that covers said peripheral edges (30a, 30b). According to the invention, the bead (1) is provided with a through-hole (11a, 11b) on each of the free ends (13a, 13b) thereof, said free ends (13a, 13b) of the bead (1) being held close together by means of a deformable hooking means (2) having ends (23a, 23b) that respectively cooperate with one of said slots (11a, 11b).

Inventors:
GERBAUD, Nicolas (8 La Buratière, MONSIREIGNE, MONSIREIGNE, 85110, FR)
VION, Peter (61 La Coculière, POUZAUGES, POUZAUGES, 85700, FR)
Application Number:
EP2019/055337
Publication Date:
October 10, 2019
Filing Date:
March 04, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PUBERT HENRI SAS (Route de Pouzauges ZI de Pierre Brune, CHANTONNAY, 85110, FR)
International Classes:
F16H57/02; B62J13/04; F16H57/029; F16H57/035; F16H57/031; F16H57/032
Foreign References:
FR2684165A11993-05-28
FR2339790A11977-08-26
GB396505A1933-08-10
FR2684165A11993-05-28
Attorney, Agent or Firm:
VIDON BREVETS & STRATÉGIE (P. O. Box 90333, Technopôle Atalante 16B rue de Jouanet, Rennes Cedex 7, 35703, FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Boîte de transmission mécanique pour équipement de motoculture, comprenant des moyens de transmission au moins en partie enfermés à l'intérieur d'un carter constitué de deux demi-coques (3a, 3b), lesdites deux demi-coques (3a, 3b) étant munies de rebords périphériques (30a, 30b) respectifs venant s'appliquer l'un sur l'autre et étant maintenus en contact étanche par un jonc (1), le jonc (1) coiffant lesdits rebords périphériques (30a, 30b),

caractérisée en ce que le jonc (1) est pourvu, à chacune de ses extrémités (13a, 13b) libres, d'un perçage (lia, 11b) traversant, lesdites extrémités (13a, 13b) libres du jonc (1) étant maintenues rapprochées par le biais d'un moyen d'accroche (2) déformable dont les extrémités coopèrent chacune avec un desdits perçages (lia, 11b).

2. Boîte de transmission selon la revendication 1, caractérisée en ce que le moyen d'accroche (2) comprend une portion centrale (21) et deux portions d'extrémité (23a,

23b), lesdites portions d'extrémité (23a, 23b) étant respectivement séparées de la portion centrale (21) par une portion de contact (22a, 22b), lesdites portions de contact (22a, 22b) et lesdites portions d'extrémité (23a, 23b) formant deux crochets de retenue des extrémités (13a, 13b) libres du jonc (1).

3. Boîte de transmission selon la revendication 2, caractérisée en ce que le moyen d'accroche (2) présente au moins une portion d'extrémité (23b) mobile entre une position de libération, dans laquelle elle est redressée par rapport à ladite portion centrale (21) de façon à faciliter l'assemblage du moyen d'accroche (2) avec le perçage (lia, 11b) correspondant du jonc (1) et une position de retenue du jonc (1) dans laquelle elle est sensiblement parallèle à la portion centrale (21).

4. Boîte de transmission selon la revendication 3, caractérisée en ce que ladite portion d'extrémité (23b) mobile forme un angle compris entre 0 et 120° avec ladite portion centrale (21).

5. Boîte de transmission selon l'une des revendications 1 à 4, caractérisée en ce que ledit moyen d'accroche (2) présente un profil sensiblement circulaire de diamètre compris entre 1 et 3 mm, préférentiellement 2mm.

6. Boîte de transmission selon l'une des revendications 1 à 5, caractérisée en ce que ledit moyen d'accroche (2) est au moins partiellement en acier.

7. Boîte de transmission selon l'une des revendications 1 à 6, caractérisée en ce que le jonc (1) présente une section transversale en U formant une gorge intérieure, la portion centrale (21) dudit moyen d'accroche (2) étant située dans la gorge intérieure.

8. Boîte de transmission selon l'une des revendications 1 à 7, caractérisée en ce que lesdits perçages (lia, 11b) présentent un diamètre compris entre 2 et 3mm, préférentiellement 2,5 mm.

9. Boîte de transmission selon l'une des revendications 1 à 8, caractérisée en ce que lesdits perçages (lia, 11b) du jonc (1) sont ménagés à distance inégale de ladite extrémité (13a, 13b) libre correspondante du jonc (1).

10. Procédé d'assemblage d'une boîte de transmission selon l'une des revendications 1 à 9, comprenant des moyens de transmission au moins en partie enfermés à l'intérieur d'un carter constitué de deux demi-coques (3a, 3b), lesdites deux demi-coques (3a, 3b) étant munies de rebords périphériques (30a, 30b), ledit procédé comprenant les étapes suivantes :

- application desdits rebords périphériques (30a, 30b) desdites demi-coques (3a, 3b) l'un contre l'autre,

- insertion de ladite portion d'extrémité (23a) dudit moyen d'accroche (2) à travers un desdits perçages (lia, 11b) dudit jonc (1) du côté de ladite gorge interne de ce dernier,

- mise en place dudit jonc (1) de sorte qu'il coiffe les rebords périphériques (30a, 30b) appliqués l'un contre l'autre, - insertion de la deuxième portion d'extrémité (23b) dudit moyen d'accroche (2), à travers le deuxième desdits perçages (lia, 11b), du côté du côté de la gorge interne dudit jonc (1),

- déformation de ladite portion d'extrémité (23b) dudit moyen d'accroche (2) de sorte à rapprocher et retenir lesdites extrémités (13a, 13b) libres du jonc (1) par le biais desdites deux portions de contact (22a, 22b).

11. Equipement de motoculture (1) caractérisé en ce qu'il comprend une boîte de transmission mécanique selon l'une des revendications 1 à 9.

Description:
Boite de transmission mécanique pour équipement de motoculture, et procédé d'assemblage correspondant.

1. Domaine de l'invention

L'invention concerne le domaine des équipements de motoculture.

Notamment, l'invention concerne les équipements tels que les motobineuses, les motoculteurs, ou tout autre équipement, notamment ceux à conducteur marchant, équipé d'outils de travail du sol et/ou de roues, présentant un moteur et une boîte de vitesse.

Plus précisément, l'invention se rapporte à une boîte de transmission mécanique pour équipement de motoculture, et à un procédé d'assemblage correspondant.

2. Art antérieur Une boîte de vitesses, ou boîte de transmission mécanique, pour équipements de motoculture est destinée à interconnecter des moyens moteurs d'un équipement de motoculture à des organes d'entrainement de l'équipement.

Un tel équipement de motoculture est, par exemple, une motobineuse, un motoculteur, une débrousailleuse, ou tout équipement équivalent.

Ces équipements peuvent comprendre des boîtes de vitesses comprenant une ou plusieurs vitesses de marche avant.

Certaines boîtes de vitesses disposent en outre d'une marche arrière pour faciliter les manœuvres, par exemple au voisinage d'un obstacle, telle qu'une racine, une pierre, etc., et d'un mécanisme de débrayage pour faciliter le changement d'allure et le passage de la marche avant à la marche arrière.

Il est connu que de telles boîtes de vitesses comprennent : un arbre d'entrée adapté pour être entraîné en rotation par des moyens moteurs, un arbre de sortie adapté pour entraîner des organes d'entraînement de l'équipement,

un sélecteur de vitesse adapté pour coopérer avec un pignon monté mobile sur l'arbre d'entrée pour permettre par son déplacement une modification des rapports de transmission entre l'arbre d'entrée et l'arbre de sortie.

Ces boîtes de vitesses mettent en œuvre un grand nombre de pièces mécaniques complexes, ce qui en fait des boîtes onéreuses, lourdes et encombrantes.

En outre, les carters de ces boîtes de vitesses sont alimentés en huile pour assurer un graissage de l'ensemble des organes logés dans le carter, notamment les arbres et pignons.

Il est, par conséquent, souhaitable que l'étanchéité de ces carters soit optimale.

Pour assurer l'étanchéité de ces carters, les deux demi-coques ou flasques constituant le carter sont classiquement assemblées par collage ou boulonnage, ce qui rend le démontage du carter du boîtier de vitesses fastidieux lors d'opérations de maintenance ou de réparation.

La Déposante a proposé dans la demande FR 2 684 165 de relier et maintenir les flasques l'un à l'autre, de façon étanche, au moyen d'un jonc à profil interne en forme générale de U qui coiffe les bords accolés des flasques.

Le jonc est équipé d'un dispositif de serrage par exemple du type vis-écrou passant au travers d'entretoises soudées sur le jonc.

Afin notamment de réduire les coûts de fabrication, il existe un besoin d'optimiser encore la conception des boîtes de vitesses pour les équipements de motoculture, et plus spécifiquement les boîtes de vitesses pour les motobineuses.

3. Objectifs de l'invention

Dès lors, l'invention vise à pallier au moins certains des inconvénients des boîtes de vitesses de l'état de la technique.

Notamment, l'invention vise à fournir, dans au moins un mode de réalisation, une boîte de vitesses dont la maintenance est aisée et peu fréquente, qui présente une étanchéité optimale et une durée de vie supérieure aux boîtes de vitesses de l'état de la technique.

L'invention vise aussi à fournir, dans au moins un mode de réalisation, une boîte de vitesses économique à fabriquer et comportant un nombre réduit d'éléments mécaniques, de sorte à permettre un assemblage aisé.

4. Exposé de l'invention

Ces objectifs, ainsi que d'autres qui apparaîtront dans la suite de la présente description, sont atteints à l'aide d'une boîte de transmission mécanique pour équipement de motoculture, comprenant des moyens de transmission au moins en partie enfermés à l'intérieur d'un carter constitué de deux demi-coques, lesdites deux demi-coques étant munies de rebords périphériques respectifs venant s'appliquer l'un sur l'autre et étant maintenus en contact étanche par un jonc coiffant lesdits rebords périphériques.

Selon l'invention, le jonc est pourvu, à chacune de ses extrémités libres, d'un perçage traversant, lesdites extrémités libres du jonc étant maintenues rapprochées par le biais d'un moyen d'accroche déformable dont les extrémités coopèrent chacune avec un desdits perçages.

Ainsi, l'invention propose une approche nouvelle et inventive permettant de résoudre au moins en partie les inconvénients de l'art antérieur.

Il est ainsi proposé de relier et maintenir les flasques d'une boîte de transmission l'un contre l'autre, de façon étanche, au moyen d'un jonc à profil interne en forme générale de U qui coiffe les bords accolés des flasques.

Le jonc est équipé d'un dispositif de serrage comprenant un moyen d'accroche déformable, du type agrafe, dont les extrémités viennent coopérer avec des perçages ménagés aux deux extrémités libres du jonc.

En déformant ce moyen d'accroche, on vient rapprocher les extrémités libres du jonc et assurer le maintien de ce dernier autour des flasques.

Cette approche permet de réduire le nombre d'éléments mécaniques par rapport à l'art antérieur, et donc d'optimiser le poids de l'équipement de motoculture et les coûts de fabrication. En outre, cela permet un assemblage aisé des différents éléments constituant la boîte de transmission.

Le démontage pour réparation et le remontage du carter sont, de plus, facilités du fait que les deux demi-coques du carter sont maintenues par un simple jonc accroché par un moyen d'accroche monobloc.

Selon un mode de réalisation particulier de l'invention, le moyen d'accroche comprend une portion centrale et deux portions d'extrémité, lesdites deux portions d'extrémité étant respectivement séparées de la portion centrale par une portion de contact, lesdites portions de contact et lesdites portions d'extrémité formant deux crochets de retenue des extrémités libres du jonc.

La structure d'un tel moyen d'accroche est simple.

Selon un aspect particulier de l'invention, le moyen d'accroche présente au moins une portion d'extrémité mobile entre une position de libération, dans laquelle elle est redressée par rapport à ladite portion centrale de façon à faciliter l'assemblage du moyen d'accroche avec le perçage correspondant du jonc et une position de retenue du jonc dans laquelle elle est sensiblement parallèle à la portion centrale.

Le fait de pouvoir rabattre une extrémité de l'agrafe permet de simplifier le montage de l'agrafe sur le jonc et d'ajuster de façon relativement précise le serrage des flasques entre eux.

Selon un aspect particulier de l'invention, la portion d'extrémité mobile forme un angle compris entre 0 et 120° avec ladite portion centrale.

Selon un aspect particulier de l'invention, le moyen d'accroche présente un profil sensiblement circulaire de diamètre compris entre 1 et 3mm, préférentiellement 2mm.

Selon un aspect particulier de l'invention, le moyen d'accroche est au moins partiellement en acier.

Selon un aspect particulier de l'invention, le jonc présente une section transversale en U formant une gorge intérieure, la portion centrale du moyen d'accroche étant située dans la gorge intérieure.

Selon un aspect particulier de l'invention, lesdits perçages présentent un diamètre compris entre 2 et 3mm, préférentiellement 2,5mm. Selon un aspect particulier de l'invention, lesdits perçages sont ménagés à distance inégale de ladite extrémité libre correspondante du jonc.

L'invention concerne également un procédé d'assemblage d'une boîte de transmission comprenant des moyens de transmission au moins en partie enfermés à l'intérieur d'un carter constitué de deux demi-coques, lesdites deux demi-coques étant munies de rebords périphériques selon l'un des modes de réalisation précités, comprenant les étapes suivantes :

- application desdits rebords périphériques desdites demi-coques l'un contre l'autre,

- insertion de ladite portion d'extrémité du moyen d'accroche à travers un desdits perçages dudit jonc du côté de ladite gorge interne de ce dernier,

- mise en place dudit jonc de sorte que ladite gorge interne de ce dernier coiffe les rebords périphériques,

- insertion de la deuxième portion d'extrémité du moyen d'accroche, à travers le deuxième desdits perçages, du côté du côté de la gorge interne dudit jonc,

- déformation de ladite portion d'extrémité du moyen d'accroche de sorte à rapprocher et retenir lesdites extrémités dudit jonc par le biais desdites deux portions de contact dudit jonc.

Ainsi, le procédé d'assemblage selon l'invention va à l'encontre des préjugés de l'homme du métier.

En effet, une mise en œuvre classique consisterait à placer le moyen d'accroche sur la face extérieure du jonc, c'est-à-dire sur la face qui n'est pas en contact avec les deux demi-coques du carter.

Ici, au contraire, on vient placer le moyen d'accroche du côté des faces convergentes du jonc coiffant les rebords des demi-coques, c'est-à-dire du côté de la rainure intérieure en U du jonc.

Cette approche permet de sécuriser la fixation du jonc sur le carter de la boîte de vitesses en minimisant les risques d'arrachement accidentel du moyen d'accroche (agrafe).

L'invention concerne enfin un équipement de motoculture comprenant une boîte de transmission telle que décrite précédemment. 5. Liste des Figures

L'invention, ainsi que les différents avantages qu'elle présente, seront plus facilement compris, à la lumière de la description qui va suivre d'un mode de réalisation illustratif et non limitatif de celle-ci, et des dessins annexés parmi lesquels : - la figure 1 est une vue de côté d'un équipement de motoculture comprenant une boîte de transmission mécanique conforme à l'invention ;

la figure 2 est une vue éclatée de l'équipement de motoculture de la figure 1 ; la figure 3A est une vue rapprochée, en perspective, de l'équipement de motoculture des figures 1 et 2 montrant le montage de la béquille ;

- la figure 3B est une vue rapprochée, en coupe, de l'équipement de motoculture des figures 1 et 2 montrant le montage de la béquille ;

la figure 4 est une vue éclatée d'une boîte de transmission mécanique conforme à l'invention ;

la figure 5 est une vue de côté d'un jonc mis en œuvre dans une boîte de transmission mécanique conforme à l'invention;

les figures 6A et 6B sont des vues de détail des extrémités libres du jonc de la figure 5 ;

la figure 7 est une vue en perspective d'un moyen d'accroche d'un jonc sur une boîte de transmission mécanique conforme à l'invention ;

- les figures 8 et 9 sont des vues de côté du moyen d'accroche de la figure 7, avant et après montage sur le jonc, et

la figure 10 est une vue en coupe du montage du jonc et de l'agrafe sur une boîte de transmission mécanique conforme à l'invention.

6. Description détaillée d'un mode de réalisation de l'invention

Une boîte de vitesses, ou de transmission mécanique, selon l'invention est destinée à être montée sur un équipement de motoculture, tel une motobineuse.

Dans toute la description détaillée qui suit en référence aux figures, sauf indication contraire, chaque pièce de la boîte de vitesses est décrite telle qu'elle est agencée lorsque les arbres d'entrée et de sortie de la boîte de vitesses s'étendent parallèlement au sol.

Cet agencement est représenté notamment sur la figure 2 qui est une vue éclatée d'une motobineuse selon un mode de réalisation de l'invention.

Comme illustré sur les figures 1 à 3, la motobineuse 9 comprend de préférence, un châssis 92 supportant une boîte de transmission 3 conforme à l'invention, une roue de transport 95 et un ou plusieurs outils de travail du sol 93 montés en rotation sous le châssis 92 autour d'un arbre transversal mû par une chaîne 31.

Le châssis 92 est, dans ce mode de réalisation, réalisé sans soudure. En d'autres termes, l'assemblage du châssis est effectué sans apport de matière supplémentaire.

Ce châssis 92 est, dans ce mode de réalisation, assemblé par vissage, par le biais de plusieurs ensembles vis/écrous disposés de manière sensiblement uniforme et à des points opportuns du châssis.

On pourrait également prévoir d'autres techniques d'assemblage du châssis sans apport de matière, par exemple : par assemblage mécanique, les pièces venant s'emboîter selon des spécifications données de sorte que l'assemblage final du châssis présente une tenue suffisante pour l'utilisation ;

un assemblage par brasage, certaines des pièces présentant une couche supérieure de matériau apte à fondre à une température donnée de sorte à ce que les différentes pièces du châssis puissent être fixées ensemble.

Du fait que le châssis n'est pas assemblé par soudure et qu'il soit fabriqué en tôle prétraitée galvanisée ou électro-zinguée, la fabrication de la motobineuse 9 ne met pas en œuvre les phases classiques d'habillage de la tôle, telles que la phase de peinture. Le fait de ne pas mettre en œuvre d'étape de peinture assure une épaisseur constante de la tôle.

Ce type de tôle permet notamment de rendre l'équipement de motoculture plus résistant à la corrosion et aux divers éléments nocifs de l'environnement qui pourraient altérer le bon fonctionnement de l'équipement ou réduire sa durée de vie. Les caractéristiques esthétiques de l'équipement de motoculture sont par ailleurs conservées. L'utilisation de ce type de tôle n'est rendue possible que par un montage du châssis sans soudure, car une telle étape de soudure pourrait altérer les caractéristiques physiques du matériau qui ne remplirait alors plus, ou à tout le moins de manière dégradée, son rôle.

Comme illustré sur les figures 1 et 2, le châssis 92 comprend en outre une béquille 91 permettant de stabiliser l'équipement de motoculture lorsque l'utilisateur souhaite le poser au sol sans le tenir, l'équipement 9 tenant alors en équilibre sur les outils 93 et sur la béquille 91.

Dans le mode de réalisation illustré, notamment sur les figures 1 et 2, la béquille 91 est maintenue par serrage entre deux potences 95 sensiblement plates et parallèles, ces potences 95 étant elles-mêmes maintenues en place, ou en d'autres termes prises « en sandwich », entre deux joues 94 du châssis 92.

Cette béquille 91 est vissée auxdites potences 95 par l'intermédiaire de deux moyens de fixation supérieur 96s et inférieur 96i.

Dans ce mode de réalisation, les moyens de fixation supérieur et inférieur sont des ensembles vis-écrou. Ces moyens de fixation sont simples et peu coûteux à mettre en œuvre.

Le maintien de la béquille 91 est donc assuré par serrage direct, sans mise en œuvre de moyens coûteux de l'art antérieur, tel qu'un maintien à l'intérieur d'un fût cylindrique, carré ou rectangulaire.

Dans le mode de réalisation ici illustré, la béquille 91 présente un profil en courbe de sorte que, selon le réglage de la fixation supérieure 96s, son angle d'attaque peut évoluer et donc sa hauteur également.

Plus particulièrement, cette béquille 91 présente une pluralité de trous répartis sur sa longueur. Ainsi, selon le trou dans lequel est placé le moyen de fixation supérieur 96s de la béquille 91 sur les potences 95, un utilisateur peut faire varier l'angle d'attaque de la béquille 91 et donc régler la hauteur de cette dernière.

De cette manière, la béquille 91 peut pivoter autour du trou de fixation inférieur 96i, et la hauteur de la béquille 91 par rapport au sol varie, du fait que selon les trous dans lesquels le moyen de fixation supérieur 96s est placé, l'angle d'attaque est différent. Avantageusement, les joues 94 du châssis 92 présentent des bossages emboutis, visibles sur la figure 3B, en périphérie de chacun des trous de fixation qui les traversent, en vis-à-vis des trous formés sur la béquille 91 et les potences 95.

De cette manière, on évite d'utiliser des rondelles de calage, ce qui permet de réduire davantage le nombre d'éléments mécaniques mis en œuvre de l'équipement de motoculture et ainsi réduire les coûts.

En outre, cela permet de faciliter les manipulations de la béquille 91 car il n'y a plus de risque de perte d'une rondelle de calage lors du dévissage du moyen de fixation supérieur 96s par l'utilisateur.

Comme déjà explicité ci-dessus, la motobineuse 9 comprend en outre une boîte de transmission 3, autrement appelée boîte de transmission mécanique.

Cette boîte de transmission comprend des moyens de transmission en partie enfermés à l'intérieur d'un carter constitué de deux demi-coques 3a, 3b, à savoir une demi-coque 3a gauche et une demi-coque 3b droite.

Dans ce mode de réalisation, les deux demi-coques gauche 3a et droite 3b sont en forme pseudo-elliptiques.

Les demi-coques 3a, 3b du carter sont réalisées en acier embouti.

Le carter de la boîte de transmission est, par conséquent, peu coûteux à fabriquer, et néanmoins suffisamment robuste.

Toutefois, on pourrait considérer un mode de réalisation dans lequel les demi- coques sont en plastique injecté, tel que du polyamide ou du polyamide renforcé de fibres de verre.

On pourrait également prévoir un mode de réalisation dans lequel le carter est, fabriqué en aluminium, par exemple.

Ces deux demi-coques 3a, 3b sont munies de rebords périphériques 30a, 30b respectifs venant s'appliquer l'un sur l'autre de sorte à ce que le carter forme une boîte fermée de manière étanche.

De sorte à ce que les rebords périphériques 30a, 30b soient maintenus appliqués l'un contre l'autre de façon étanche, la boîte de transmission 3 comprend un jonc 1 périphérique. Ce jonc 1 est une pièce creuse qui présente un profil interne en forme de U dont les faces 12 convergentes coiffent les rebords périphériques 30a, 30b. En d'autres termes, les rebords périphériques 30a, 30b sont mis en contact avec la gorge interne du jonc 1 en forme de U, chaque jambe du U coiffant un des rebords périphériques. De cette manière, les rebords périphériques 30a, 30b sont maintenus en place l'un contre l'autre de façon étanche.

Dans un mode de réalisation de l'invention, le jonc 1 présente une épaisseur comprise entre 1 et 2 mm. Dans un mode de réalisation préférentiel, le jonc 1 présente une épaisseur sensiblement constante et environ égale à 1,5 mm.

Le jonc 1 (visible sur les figures 5, 6A et 6B) présente une forme correspondant à la forme des demi-coques 3a, 3b du carter et vient se placer sur le pourtour de ces dernières une fois qu'elles sont appliquées l'une contre l'autre.

Le jonc 1 n'est pas pleinement périphérique et présente deux extrémités 13a, 13b libres qui, lorsqu'elles sont placée en vis-à-vis, sont séparées d'un espace 10 prédéterminé (visible sur les figures 5 et 6).

En d'autres termes, le jonc 1 seul ne fait pas le tour complet des rebords périphériques 30a, 30b, des demi-coques 3a, 3b et, sans moyen d'accroche, le jonc 1 ne peut pas assurer pleinement sa fonction de maintien de ces des demi-coques 3a, 3b.

Habituellement, comme souligné dans la description de l'art antérieur, ce type jonc est équipé d'un dispositif de serrage par exemple du type vis-écrou.

Selon l'invention, le jonc 1 est pourvu, à chacune de ses extrémités 13a, 13b d'un perçage, ou lumière, lia, 11b traversant la paroi du jonc 1. Ces perçages lia, 11b sont situés à distance inégale de l'extrémité 13a, 13b libre correspondante du jonc 1.

Les extrémités 13a, 13b du jonc 1 sont rapprochées par le biais d'un moyen d'accroche monobloc déformable qui prend la forme d'une agrafe 2 dans le mode de réalisation des figures 7 à 9.

Préférentiellement, l'agrafe 2 est en acier de sorte à fournir un moyen d'accroche relativement robuste, simple à mettre en œuvre, léger et peu coûteux.

Cette agrafe 2 présente une section transversale cylindrique et comprend une portion centrale 21 rectiligne prolongée à ses deux extrémités par deux portions de contact 22a, 22b courbes et deux portions d'extrémité 23a, 23b respectivement.

Les deux portions d'extrémité 23a, 23b sont respectivement séparées de la portion centrale 21 par les portions de contact 22a, 22b. Les portions de contact 22a, 22b sont déformables de sorte à ce que les portions d'extrémité 23a, 23b puissent se replier et venir se placer en vis-à-vis de la portion centrale 21, de façon sensiblement parallèle à cette dernière.

Les portions de contact 22a, 22b et les portions d'extrémité 23a, 23b forment des moyens de retenue desdites extrémités 13a, 13b dudit jonc 1.

Sur les figures 7 et 8 qui illustrent l'agrafe 2 avant son montage, cette dernière présente une portion de contact 22a repliée de sorte que la portion d'extrémité 23a se situe en vis-à-vis de la portion centrale 21 formant ainsi un crochet en U.

La portion de contact 22b n'est pas repliée totalement de sorte que la portion d'extrémité 23b s'étend de façon inclinée d'un angle supérieur à 90°, ici égal à 100°, par rapport à l'axe longitudinal de la portion centrale 21.

Les perçages lia, 11b situés aux extrémités 13a, 13b du jonc 1 sont dimensionnés pour coopérer avec les portions de contact 22a, 22b respectives de l'agrafe 2.

Pour ce faire, l'agrafe 2 est introduite par l'intérieur du jonc 1, c'est-à-dire du côté de la gorge en U du jonc 1.

,La portion d'extrémité 23a de l'agrafe 2 est d'abord insérée dans le perçage lia, puis c'est la portion d'extrémité 23b qui est inclinée qui est insérée dans le perçage 11b.

Une fois les extrémités 23a, 23b de l'agrafe 2 insérées, les portions de contact 22a, 22b coopèrent avec les perçages lia, 11b et retiennent les extrémités libres du jonc 1 en vis-à-vis.

Par la suite, la portion d'extrémité 23b de l'agrafe 2 est repliée davantage vers portion centrale 21 de sorte à rapprocher (ou resserrer) encore les extrémités 13a, 13b du jonc 1 et retenir ces dernières en place.

De cette manière, les rebords périphériques des deux demi-coques sont maintenus appliqués l'un contre l'autre de façon étanche.

L'assemblage de la boîte de transmission 3 se déroule, selon l'invention, de la façon suivante :

- application des rebords périphériques 30a, 30b des demi-coques 3a, 3b l'un contre l'autre, - insertion de la portion d'extrémité 23a de l'agrafe 2 à travers un des perçages lia, 11b, du jonc 1 du côté de la gorge interne en forme de U de ce dernier,

- mise en place du jonc 1 de sorte que la gorge interne en forme de U de ce dernier coiffe les rebords périphériques 30a, 30b,

- insertion de la deuxième portion d'extrémité 23b de l'agrafe 2, à travers le deuxième desdits perçages lia, 11b, du côté de la gorge interne en forme de U de ce dernier,

- déformation de la portion d'extrémité 23b de l'agrafe 2 de sorte à rapprocher et retenir lesdites extrémités 13a, 13b du jonc 1 par le biais des deux portions de contact 22a, 22b.

L'agrafe 2 est illustrée en figure 9 dans une configuration d'accroche et de maintien du jonc 1.

La portion d'extrémité 23b de l'agrafe 2 est repliée et est en vis-à-vis de la portion centrale 21. Elle peut s'étendre de façon parallèle à cette dernière ou former un angle compris entre 5 et 20°, par exemple, avec la portion centrale 21.

La portion de contact 22b et la portion d'extrémité 23b de l'agrafe 2 forment un crochet de retenue du jonc 1.

On note que l'agrafe 2 vient se placer du côté de la gorge intérieure du jonc 1, et non pas sur l'extérieur, sa portion centrale 21 étant donc logée à l'intérieur de la gorge U formé par les parois du jonc 1. Les portions d'extrémité 23a, 23b s'étendent sur le dessus du jonc 1 (figure 10).

Ainsi, l'invention fournit un système de fixation du jonc fiable et aisé à mettre en place, économique à fabriquer, et qui minimise le risque de démontage du système de fixation sous l'effet des vibrations.

Dans le mode de réalisation décrit précédemment, l'agrafe 2 présente une section transversale circulaire de diamètre constant et égal à 2mm.

Bien évidemment, on pourrait prévoir d'autres modes de réalisation dans lesquels l'agrafe 2 présente un diamètre compris entre 1 et 3mm, par exemple.

On pourrait également prévoir des modes de réalisation dans lesquels l'agrafe 2 présente un profil de forme différente, tel qu'un profil semi-circulaire, un profil carré ou un profil ovale. De sorte à ce que l'agrafe puisse s'insérer relativement facilement au niveau des perçages lia, 11b du jonc, ces perçages présentent, dans ce mode de réalisation, un diamètre sensiblement constant et égal à 2,5 mm.

Bien évidemment, on pourrait prévoir d'autres modes de réalisation dans lesquels les perçages présenteraient un diamètre compris entre 2 et 3mm.

L'agrafe, formant moyen d'accroche, peut présenter d'autres formes que celle illustrée en relation avec les figures 7 à 9.