Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
METHOD FOR ASSISTING A PERSON EQUIPPED WITH A CELLULAR TELEPHONE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2019/215408
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a method for assisting a person equipped with a cellular telephone equipped with a client module for communicating with a server in order to occasionally make emergency interventions. Said method includes: - initial steps of recording a plurality of video or photo sequences in a memory of said telephone, and - steps of establishing communication, via a cellular transmission network, between said cellular telephone and a remote server, and of exchanging information between said cellular telephone and said remote server comprising: - transmitting, via the cellular telephone, at least one unique identifier of said cellular telephone - establishing voice communication between said cellular telephone and an operator of said remote server - sending, via said server, messages containing command notifications corresponding to one of said pre-recorded videos or photographs. Upon receiving said message, said cellular telephone recognizes said data, via said client module, in order to command viewing of the pre-recorded video sequence corresponding to the data from said server on the screen of said cellular telephone.

Inventors:
PAGES, Romain (5 cité CHANE NAM, Saint-Pierre, Saint-Pierre, 97410, FR)
Application Number:
FR2019/051029
Publication Date:
November 14, 2019
Filing Date:
May 06, 2019
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
PAGES, Romain (5 cité CHANE NAM, Saint-Pierre, Saint-Pierre, 97410, FR)
International Classes:
G16H80/00; G16H30/20; H04M3/51; H04W4/90; G08B25/01; G16H40/67; G16H70/20
Foreign References:
US20090247113A12009-10-01
US20070102527A12007-05-10
US20110136463A12011-06-09
US9877171B22018-01-23
US20090247113A12009-10-01
US20070102527A12007-05-10
US20110136463A12011-06-09
US9877171B22018-01-23
Other References:
ANONYMOUS: "WebSocket - Wikipedia", 26 April 2018 (2018-04-26), XP055541050, Retrieved from the Internet [retrieved on 20190111]
Attorney, Agent or Firm:
BREESE, Pierre (IP TRUST, 2 rue de Clichy, Paris, 75009, FR)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1 - Procédé d'assistance d'une personne équipée d'un téléphone cellulaire équipé d'un module client de communication avec un serveur, pour la réalisation occasionnelle d'interventions d'urgence caractérisé en ce qu'il comporte :

- des étapes initiales d'enregistrement dans une mémoire dudit téléphone une pluralité de séquences vidéo ou photo, et

- des étape d'établissement d'une communication par l'intermédiaire d'un réseau de transmission cellulaire entre ledit téléphone cellulaire et un serveur distant, et d'échange d'informations entre ledit téléphone cellulaire et ledit serveur distant comprenant :

- la transmission par le téléphone cellulaire d'au moins un identifiant unique dudit téléphone cellulaire

- l'établissement d'une communication vocale entre ledit téléphone cellulaire et un opérateur dudit serveur distant

- l'envoi par ledit serveur de messages incluant des notifications de commandes, correspondant à l'une desdites vidéos ou photographies préenregistrées et en ce que ledit téléphone cellulaire procède, à la réception dudit message, à la reconnaissance par ledit module client desdites données pour commander sur l'écran dudit téléphone cellulaire la visualisation de la séquence vidéo préenregistrée correspondant aux données provenant dudit serveur.

2 - Procédé d'assistance selon la revendication 1 caractérisé en ce qu'il comporte des étapes de sélection à l'aide dudit serveur de messages d'une vidéo ou photographie présente sur le terminal cellulaire connecté et de commande de la transmission audit terminal cellulaire d'un message d'activation de ladite vidéo ou photographie sélectionnée.

3 - Procédé d'assistance selon la revendication 1 caractérisé en ce que ledit téléphone cellulaire procède en outre, après ladite commande de visualisation, à la transmission vers le serveur d'un message d'accusé de réception comportant une indication d'acceptation ou de non acceptation de traitement de l'opérateur de traitement identifié en cas d'absence de la séquence vidéo considérée.

4 - Procédé d'assistance selon l'une quelconque des revendications précédentes caractérisé en ce que, en cas d'interruption d'exécution du traitement d'un objet d'un message, et à la fin de l'exécution du traitement d'un message, il comprend une étape de transmission, soit d'un message d'erreur, soit d'un message de fin de prise en charge.

5 - Procédé d'assistance selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que les informations transmises par ledit téléphone cellulaire audit serveur comportent en outre une information de géolocalisation dudit téléphone cellulaire.

6 - Procédé d'assistance selon l'une quelconque des revendications précédentes, caractérisé en ce que ce qu'il comporte des étapes d'équilibrage du niveau sonore de la séquence vidéo visualisée et du niveau sonore de l'appel en intégrant le son de la vidéo du serveur dans le microphone de l'opérateur via une table de mixage.

7 — Serveur d'assistance de personnes équipées d'un téléphone cellulaire, dans la réalisation occasionnelle d'interventions d'urgence comprenant des moyens de communication par un réseau de téléphonie cellulaire, pour la mise en œuvre du procédé conforme à la revendication 1 caractérisé en ce qu'il comporte :

- au moins une mémoire pour l'enregistrement de séquences vidéos et des moyens de téléchargements desdites séquences dans la mémoire de téléphones cellulaires,

- des moyens pour établir une communication vocale avec un téléphone cellulaire, un éditeur associé à des moyens pour la transmission de messages incluant des données provenant d'un éditeur web socket correspondant à l'une desdites vidéos préenregistrées .

8 - Procédé de commande des fonctionnalités d'un téléphone cellulaire apte à recevoir un message contenant au moins un objet d'un type donné et comportant des opérateurs de traitement de messages multimédias, pour la mise en œuvre du procédé conforme à la revendication 1, caractérisé en ce qu'il comporte une étape initiale d'accès à un serveur pour le téléchargement d'une pluralité de séquences vidéos et l'enregistrement dans une mémoire dudit téléphone, et des étapes d'assistance de l'utilisateur consistant à commander la visualisation d'une desdites séquences vidéos en fonction des données de traitement incluses dans une notification de commande, et à commander l'émission automatique d'un message d'accusé de réception contenant une indication d'acceptation ou de non acceptation de traitement.

Description:
PROCEDE D'ASSISTANCE D'UNE PERSONNE

EQUIPEE D'UN TELEPHONE CELLULAIRE

Domaine de 1 ' invention

La présente invention concerne le domaine des systèmes de télécommunication destinés à la gestion et l'assistance aux gestes de premiers secours.

Les premiers secours représentent l'ensemble des techniques d'aide apportées aux personnes victimes d'un accident, d'une catastrophe, d'un problème de santé ou d'un problème social compromettant à court terme leur état de santé. Ces techniques permettent d'apporter des réponses efficaces devant un danger vital et ont comme objectif d'en minimiser les conséquences tout en assurant la survie des personnes en leur prodiguant des premiers soins d'urgence. Les premiers secours sont le maillon initial en amont de la chaîne des secours jusqu'à la prise en charge par des services d'urgence spécialisés.

L'organisation des premiers secours s'appuie sur des acteurs professionnels et formés (pompiers, médecins ,...) , de secouristes formés ou sauveteurs secouristes mais aussi de personnes occasionnellement confrontées à une situation d'urgence, qui accèdent alors à une plateforme de gestion des premiers secours, opérée soit par une entreprise privée pour les premiers secours de ses employés, ou par un opérateur publique, accessible par un numéro largement diffusé, par exemple le « 112 » en Europe.

Dans ce cas, un opérateur apporte une assistance au secouriste occasionnel pour recueillir des informations sur la victime, sur sa localisation pour gérer l'intervention d'autres acteurs se trouvant à proximité de la victime, et pour prodiguer des conseils sur la conduite à tenir. Ces conseils peuvent être communiqués vocalement, et parfois aussi sous forme de vidéos didactiques permettant de communiquer de manière très efficace les gestes d'urgence à accomplir par le secouriste néophyte.

Même pour les personnes qui ont suivi des cours de premiers secours, la Croix-Rouge américaine a établi qu'elle ne se souviennent souvent pas de ce qu'il faut faire en situation d'urgence. Le taux de rétention des compétences de premiers secours diminue après six semaines et disparaît en six mois.

Etat de la technique

La demande de brevet américain US20090247113A1 propose une solution pour diffuser des messages d'instructions d'urgence et pour fournir des instructions à un utilisateur en cas d'urgence. Le message d'instruction peut être constitué de divers supports, y compris, sans toutefois s'y limiter, du texte, des images, de la vidéo, de l'audio et / ou des multimédias. Le message d'instruction peut être préenregistré et stocké dans un appareil mobile et / ou sur un réseau de communication. Un message d'instruction peut être fourni manuellement par un initiateur d'alerte et / ou automatiquement en fonction d'un type d'alerte. Le message d'instruction peut être initié en fonction du lancement d'une transmission du système d'alerte d'urgence (EAS), de la survenance d'un événement, d'une personne désignée ou d'une violation de la sécurité, par exemple. En outre, le message d'instruction peut être personnalisé en fonction d'un emplacement, tel que l'emplacement attendu ou déterminé du destinataire prévu ou du dispositif de communication du message d'instruction.

On connaît aussi la demande de brevet US2007102527 qui concerne un procédé et un appareil de stockage et d'affichage de données d'urgence et autres informations de référence sur un téléphone cellulaire, un téléphone électronique, un lecteur multimédia ou autre dispositif électronique. Des informations d'urgence, des procédures de premiers secours, des conseils spirituels et des informations de référence sont intégrés ou stockés d'une autre manière dans le dispositif électronique pour une récupération ultérieure. Le fait de stocker ces informations dans le dispositif électronique avant que ne se présente le besoin de les consulter permet d'assurer que ces informations seront disponibles le cas échéant, que l'utilisateur dispose ou non d'un signal de communication.

Toutefois, l'utilisateur néophyte confronté à une situation de stress, d'urgence et de surprise peut rencontrer des difficultés pour accéder rapidement et efficacement à l'information pertinente stockée sur son téléphone.

La demande de brevet US2011136463 décrit un système d'intervention d'urgence d'un site utilise un agent de sortie ou une application installée sur les dispositifs de communication mobiles des utilisateurs pour fournir des instructions d'évacuation spécifiques à l'emplacement de l'utilisateur. Les agents de sortie déterminent l'emplacement de leur appareil et peuvent déterminer un itinéraire d'évacuation à partir des plans de locaux stockés dans l'appareil ou en transmettant leur emplacement à un serveur et en recevant des instructions d'évacuation du serveur. Le suivi des dispositifs le long de la voie d'évacuation fournit des mises à jour continuelles sur la sécurité pertinente d'une voie d'évacuation.

Le brevet US9877171 décrit une autre solution connue pour guider un répartiteur d'urgence dans une réponse à des communications d'urgence et permettre au répartiteur d'utiliser un ou plusieurs procédés de communication différents pour communiquer avec une personne ayant besoin d'aide, par exemple en envoyant des messages multimédia graphiques avec des instructions de traitement. Les systèmes et procédés peuvent inclure un protocole de police d'urgence, d'incendie d'urgence et / ou de répartition médicale d'urgence configuré pour faciliter un traitement rapide, uniforme et cohérent des communications. Le protocole de répartition d'urgence propose un interrogatoire pré-programmé, comprenant des demandes préprogrammées pour qu ' un répartiteur demande à la personne ayant besoin d'assistance. Le protocole de répartition peut faciliter le déploiement rapide des intervenants. Le répartiteur d'urgence peut être en mesure d'envoyer manuellement ou automatiquement à la personne ayant besoin d'assistance des instructions préalables ou postérieures à l'expédition, au format vidéo ou vidéo, pour une orientation et / ou une instruction plus efficaces des méthodes de traitement.

On connaît enfin l'article WIKIPEDIA sur Websockets décrivant notamment les principes de ce protocole.

Inconvénients de l'art antérieur

Les solutions de l'art antérieur prévoyant l'enregistrement de vidéos présentant les gestions de premier secours sur un téléphone ne sont pas totalement satisfaisantes car l'utilisateur confronté à une situation d'urgence est généralement particulièrement stressé et préoccupé par la situation de la victime. L'utilisation de fonctions relativement élaborées et complexes pour retrouver le contenu vidéo pertinent est mal adaptée à un tel utilisateur, ne maîtrisant pas toujours les terminologies qui lui permettent de visualiser le contenu pertinent .

Ces solutions connues ne permettent pas de donner accès à un secouriste totalement néophyte d'accéder en situation d'urgence aux gestes de secours pertinents à partir de séquences d'images et vidéos élaborées, nonobstant des conditions de réception médiocres, souvent rencontrés dans des sites isolés tels que des sites de randonnées ou de montagne. Par ailleurs, le témoin d'une situation d'urgence peut se trouver dans une zone de faible couverture radio, ce qui ne lui permet pas de télécharger des contenus vidéo. Les solutions impliquant la transmission de flux vidéo pendant l'intervention d'urgence ne sont pas appropriées car le débit peut s'avérer insuffisant pour un bon fonctionnement, notamment dans des zones montagneuses, côtières ou maritimes.

Les solutions de l'art antérieur prévoit que l'interaction avec le contenu informatif est principalement sous le contrôle de l'utilisateur du terminal. Or ce dernier se trouve généralement, au moment de l'utilisation effective, en situation de stress ou de surcharge mentale, qui ne lui permet pas d'accorder de suffisamment d'attention au pilotage de l'interface fonctionnelle.

Solution apportée par l'invention

L'invention concerne une plateforme et une application pour téléphones cellulaires destinées à faciliter la prise en charge des premiers secours par des personnes formées ou non, par l'intermédiaire d'une application installée sur un téléphone cellulaire et communiquant par une liaison bas-débit avec une plateforme, pour permettre à un opérateur de commander la visualisation de séquences vidéos et photos de formation, et à la personne non formée de procéder aux premiers gestes à partir des didacticiels visualisés sur son téléphone.

Elle vise à aider l'utilisateur intervenant en situation d'urgence est soumis à un fort stress qui l'empêche souvent de naviguer de manière pertinente dans des menus complexes, et ne dispose pas toujours des connaissances suffisantes pour sélectionner l'information pertinente.

Les caractéristiques techniques concernent : • Le préchargement des vidéos sur le téléphone, pour éviter le recours à des liaisons haut-débit au moment de l'intervention, potentiellement dans une zone de couverture réseau médiocre.

• La fonctionnalité de localisation de secouristes à proximité par l'utilisation des informations réseaux transmise par le téléphone cellulaire de la personne non formée intervenant en urgence.

• de faire passer le son de la vidéo dans le microphone de l'opérateur afin de palier aux problématiques de lecture vidéo durant un appel téléphonique qui occasionnent une mise en sourdine de la vidéo.

A cet effet, l'invention concerne selon son acception la plus générale un procédé d'assistance d'une personne équipée d'un téléphone cellulaire équipé d'un module client de communication avec un serveur, pour la réalisation occasionnelle d'interventions d'urgence caractérisé en ce qu'il comporte :

- des étapes initiales d'enregistrement dans une mémoire dudit téléphone une pluralité de séquences vidéo ou photo .

- des étape d'établissement d'une communication par l'intermédiaire d'un réseau de transmission cellulaire entre ledit téléphone cellulaire et un serveur distant, et d'échange d'informations entre ledit téléphone cellulaire et ledit serveur distant comprenant :

- la transmission par le téléphone cellulaire d'au moins un identifiant unique dudit téléphone cellulaire

- l'établissement d'une communication vocale entre ledit téléphone cellulaire et un opérateur dudit serveur distant - l'envoi par ledit serveur de messages incluant des notifications de commandes, correspondant à l'une desdites vidéos ou photographies préenregistrées et en ce que ledit téléphone cellulaire procède, à la réception dudit message, à la reconnaissance par ledit module client desdites données pour commander sur l'écran dudit téléphone cellulaire la visualisation de la séquence vidéo préenregistrée correspondant aux données provenant dudit serveur.

De préférence, le procédé comporte des étapes de sélection à l'aide dudit serveur de messages d'une vidéo ou photographie présente sur le terminal cellulaire connecté et de commande de la transmission audit terminal cellulaire d'un message d'activation de ladite vidéo ou photographie sélectionnée .

Avantageusement, ledit téléphone cellulaire procède en outre, après ladite commande de visualisation, à la transmission vers le serveur d'un message d'accusé de réception comportant une indication d'acceptation ou de non acceptation de traitement de l'opérateur de traitement identifié en cas d'absence de la séquence vidéo considérée.

Selon une variante avantageuse, en cas d'interruption d'exécution du traitement d'un objet d'un message, et à la fin de l'exécution du traitement d'un message, il comprend une étape de transmission, soit d'un message d'erreur, soit d'un message de fin de prise en charge.

Selon une autre variante, les informations transmises par ledit téléphone cellulaire audit serveur comportent en outre une information de géolocalisation dudit téléphone cellulaire. Avantageusement, le procédé comporte des étapes d'équilibrage du niveau sonore de la séquence vidéo visualisée et du niveau sonore de l'appel en intégrant le son de la vidéo du serveur dans le microphone de l'opérateur via une table de mixage

L'invention concerne aussi un serveur d'assistance de personnes équipées d'un téléphone cellulaire permettant de recevoir des notifications de commande via les web sockets, dans la réalisation occasionnelle d'interventions d'urgence comprenant des moyens de communication par un réseau de téléphonie cellulaire, caractérisé en ce qu'il comporte :

- au moins une mémoire pour l'enregistrement de séquences vidéos et photos et des moyens de téléchargements desdites séquences dans la mémoire de téléphones cellulaires,

- des moyens pour établir une communication vocale avec un téléphone cellulaire,

- un éditeur de commandes web sockets permettant la commande à distance de ladite application pour la lecture correspondant à l'une desdites vidéos préenregistrées.

L'invention concerne aussi un procédé de commande des fonctionnalités d'un téléphone cellulaire apte à recevoir une notification de commande via les web sockets et des opérateurs de traitement de messages multimédias, caractérisé en ce qu'il comporte une étape initiale d'accès à un serveur web- service pour le téléchargement d'une pluralité de séquences vidéos et l'enregistrement dans une mémoire dudit téléphone, et des étapes d'assistance de l'utilisateur consistant à commander la visualisation d'une desdites séquences vidéos ou photos en fonction des données de traitement incluses dans les échanges via les web-sockets, et à commander l'émission automatique d'un message d'accusé de réception contenant une indication d'acceptation ou de non acceptation de traitement. Avantageusement, le procédé comporte en outre des moyens de détection d'objets connectés à partir de l'analyse des signaux Bluetooth.

Description détaillée d'un exemple non limitatif de

réalisation de l'invention

La présente invention sera présentée de manière plus détaillée dans ce qui suit, se référant à un exemple non limitatif illustré par les dessins annexés où :

- la figure 1 représente une vue schématique d'une solution conforme à l'invention

- la figure 2 représente le schéma fonctionnel de l'application utilisateur

- la figure 3 représente une vue de l'interface utilisateur la figure 4 représente le schéma fonctionnel du serveur.

Contexte de l'invention

Aujourd'hui, on estime que moins de 20% de la population Française est formée aux gestes de premiers secours. Ce chiffre à une incidence directe sur le taux de survie extrahospitalier en cas d'arrêt cardiaque, qui est d'environ 5% contre 38% dans d'autres pays.

Pire encore, dans 70% des cas d'arrêts cardiaques un témoin est présent, mais seulement 18% de ces témoins vont entreprendre un massage cardiaque. L'invention a pour vocation de proposer une solution pour accompagner et guider les témoins, quelle que soit la situation à laquelle ils font face afin d'améliorer sensiblement l'ensemble de ces chiffres. Par ailleurs, dans certaines zones, le délai d'intervention des secours est incompressible. Le but est d'optimiser les ressources présentes (témoins) dans l'attente des services d'urgences. De manière plus concrète, les objectifs sont :

Simplifier l'appel au secours (numéro préenregistré, appel par SMS pour les handicapés de la voix),

Simplifier la prise d'appels pour les services d'urgence : géolocalisation de l'appelant, fiche de renseignements de l'appelant, accès à la caméra du smartphone...

Optimiser la prise en charge des patients en situation de détresse : guidage, appel de secouriste à proximité, que l'appelant soit formé aux gestes de secours ou non,

Informer et former le public (notifications et offres de nos partenaires),

Permettre l'acquisition de moyens adaptés (garrot, pansements...) via nos partenaires,

Accompagner, orienter et soutenir les entreprises dans la diminution des risques professionnels.

La solution objet de la présente invention concerne différentes catégories d'utilisateurs : le grand public de 10 à 90 ans, via l'application mobile grand public, formé aux gestes de secours ou non. Suivant les cas, ce public peut-être dans une situation d'urgence ou à l'inverse en recherche d'informations (formation, achat de matériel...) les moyennes et grandes entreprises ayant à cœur de réduire et d'améliorer la prise en charge des risques professionnels via l'application entreprise. Il peut s'agir d'une utilisation en cas d'alerte suite à un accident du travail, ou l'utilisation de l'application (ou plateforme) pour la recherche d'informations, de formations... les services d'urgence (SAMU/Pompier ) via le back-office pour la prise en charge des appels et le déclenchement des vidéos à distance.

Principe général

La solution d'assistance aux premiers secours selon l'invention met en œuvre un opérateur public ou privé disposant d'un serveur commandé via un navigateur web (1) associé à une passerelle de télécommunication (2) permettant de diffuser et recevoir des messages via un réseau de téléphonie cellulaire.

Il est associé à un serveur multimédia (3) dans lequel sont enregistrées des séquences vidéo, telles que des tutoriaux brefs illustrant les gestes d'urgence de manière didactique. Chaque séquence vidéo est associée à un identifiant.

Le système comporte en outre une application téléchargeable sur des téléphones cellulaires (4) permettant à un grand nombre de personnes volontaires, même non formées, d'installer sur leur téléphone personnel l'application en la téléchargeant .

Le système fait intervenir également des secouristes professionnels (5) enregistrés sur le serveur (2). Pour ces secouristes professionnels (5), le serveur (2) récupère périodiquement les données de géolocalisation pour permettre la mise en relation avec une victime ou un secouriste occasionnel en fonction des données de géolocalisation transmises par le téléphone cellulaire (4) de ce dernier.

Schéma fonctionnel de l'application utilisateur Les figures 2 et 3 illustrent le schéma fonctionnel de l'application mobile. L'utilisateur voit : un bouton d'alerte (10) indiquant le numéro d'urgence 112 (suivant les pays). Le bouton (10) occupe une grande partie de l'écran. Son activation déclenche un appel vers le numéro préenregistré du serveur ou vers un numéro d'urgence pré-enregistré (18, ou 112). un « MENU » (11) est présent en partie basse de

1 ' écran .

Lors de la toute première connexion, il est demandé à l'utilisateur d'activer ses données de localisation, de recevoir des notifications, de remplir les éléments de son profil et l'accord d'accès à la caméra de son téléphone.

L'application permet via le menu (11) d'enregistrer un profil personnel, et d'accéder à des fonctionnalités accessoires comme se former, commander un équipement de premier secours par un formulaire de commande en ligne transmis au serveur (2) ou d'établir un contact avec un opérateur du serveur (2) via un formulaire de contact.

Une fois la zone d'alerte actionnée, le téléphone (4) réalise plusieurs actions simultanées : il propose un appel vers le numéro préenregistré par l'application. il communique de manière connue les informations de géolocalisation au serveur. La géolocalisation de l'appel permet à l'opérateur du serveur (2) de voir la position du secouriste occasionnel équipé du téléphone (4) sur une carte en temps réel afin de pouvoir corriger d'éventuelles erreurs ou un manque de précision. Une vidéo des gestes à effectuer est déclenchée à distance par les équipes de secours.

Lorsque l'utilisateur lance l'appel l'application doit rester ouverte afin de limiter au maximum les actions de l'utilisateur. En cas de sortie de l'application, l'opérateur envoie une notification sur le téléphone de l'appelant permettant ainsi un retour simple et rapide dans l'application. la lecture des vidéos et la gestion de contenus est commandée par le serveur via le protocole web sockets de manière à ne pas altérer la communication avec le secouriste.

La fonction appel ne doit en aucun cas diminuer le son de la vidéo. Les deux doivent être en permanence parfaitement audibles.

A cet effet, le son de la vidéo du serveur est directement intégré dans le microphone de l'opérateur via une table de mixage l'application commande aussi l'affichage automatique de messages d'urgence, par exemple un contenu spécifique automatiquement ex : « en cas d'arrêt cardiaque débutez immédiatement un massage cardiaque » . l'application assure aussi la détection du réseau (4G, 3G, 2G, LTE, WIFI...) ainsi que la recherche automatique de la présence d'objets connectés (cardio fréquencemètre, tensiomètre, oxymètre de pouls, ... ) . Cette fonctionnalité est assurée par l'activation de la fonction Bluetooth.

Le serveur exploite par ailleurs les informations de géolocalisation du téléphone (4) et les données de géolocalisation des téléphones (5) de secouristes expérimentés enregistrés pour prévenir un utilisateur à proximité possédant un diplôme, en cas d'incapacité d'intervention du témoin (décision de l'opérateur).

Notifications et alertes

La lecture et l'accès aux notifications doivent se faire aisément sur l'application. De plus, si le profil n'est pas complètement rempli comme par exemple les parties médicales, une alerte automatique est lancée à intervalle régulier afin d'expliquer l'intérêt de remplir l'ensemble du profil.

Lors du déclenchement d'une vidéo par les services d'urgences, le serveur (2) lance une commande via le protocole web sockets, pour sélectionner une vidéo enregistrée sur le téléphone (4) et commander son activation pour l'affichage sur l'écran du téléphone (4) de l'utilisateur, sans que ce dernier n'ait aucune intervention à faire.

En cas de besoin, l'opérateur du serveur (2) peut commander l'activation de la caméra du témoin d'un accident ayant appelé avec l'application pour visionner la scène de l'accident, prendre des photos ou une rafale de photos suivant le type de réseau présent. Cela implique l'acceptation dudit secouriste.

L ' utilisateur : voit sur son écran ce qu'il filme ne peut avoir aucune action sur son Smartphone Communication entre le serveur et les téléphones

L'application installée sur les téléphones (4) des utilisateurs permet une communication bilatérale avec le serveur via un protocole web sockets. Le protocole web sockets permet ainsi une communication en temps réel sur l'état des deux parties (type de réseau, géolocalisation par exemple). Elle permet également l'envoi de notifications et de commandes au téléphones afin de déclencher différentes actions.

Ce protocole autorise une communication bidirectionnelle entre le client et le serveur. En clair, le serveur peut envoyer directement des données au client sans que celui-ci n'ait effectué de requête et vice-versa.

Le client envoie un "Handshake" au serveur pour notifier son désir d'ouvrir une connexion WebSocket avec lui. Ce "Handshake" est une requête HTTP de type UPGRADE. Si le serveur l'accepte, une connexion est alors ouverte entre eux. Cette connexion est persistante et basée sur le protocole TCP. Elle autorise la transmission de messages bidirectionnels (client vers serveur et vice-versa) et reste ouverte jusqu'à ce qu'un membre décide de la clore.

Le protocole web sockets permet donc une interaction entre ladite application et ledit serveur en quasi temps réel, mais également de commander l'ensemble des actions à distance prévues dans l'application (prise de photo ou vidéo, déclenchement à distance, géolocalisation en temps réel, etc).

La synchronisation des fichiers vidéo et photo se fait via un système de web service permettant de faciliter la mise à jour et le changement des médias utilisés. Cette synchronisation est automatique.

Une description du langage du protocole web sockets est disponible à l'adresse suivante : https : / /openclassrooms .com/courses/des-applications-ultra- rapides-avec-node-js/socket-io-passez-au-temps-reel

Variante de mise en œuvre

Le langage SMIL permet de coder le contenu des messages dans des balises constituées d'une directive sous forme de mots clés encadrés par des signes inférieurs à (<) et supérieurs à (>) mettant en forme un texte pour indiquer les caractéristiques d'affichage d'un document.

La balise d'un fichier est indicative du type de fichier tandis que l'extension d'un fichier détermine le format de celui-ci. Par exemple, une balise notée « <vidéo/> » définit des données de type vidéo qui peuvent être enregistrées avec les extensions suivantes : ".mp4" ; " .rm" ; ".avi" ; ".asf", etc.

Les balises <audio/>, <img/>, <animation/>, <a/> définissent respectivement des fichiers de type audio par exemple d'extension ".mp3" ou ".mid", des fichiers de type image d'extension ".gif", ".png" ou ".jpg" ; des fichiers de type animation d'extension ".swf" ou ".svg" et des fichiers hyperliens d'extension ".html".

Le serveur ( 2 ) détermine la vidéo appropriée en fonction des informations transmises par l'utilisateur via son téléphone (4). Cette sélection peut être manuelle ou pilotée par un moteur d'intelligence artificiel analysant les paroles transmises par l'utilisateur, ou par un serveur vocal.

Le module client MMS du téléphone (4) analyse le message transmis par le serveur (2) et identifiant la balise ainsi que l'extension de fichier d'un objet contenu dans le message réceptionné, va commander le module de lancement de la lecture de l'une des vidéos enregistrées dans la mémoire du téléphone (4) et sa visualisation par le module de visualisation (« player » en anglais).

Le module de lancement envoie également au serveur (2) des informations pour confirmer sa capacité à traiter le lancement de la vidéo sélectionnée, ou au contraire l'impossibilité de procéder à ce lancement, par exemple parce que la séquence vidéo sélectionnée n'est pas présente sur le téléphone (4). Le module client MMS du téléphone (4) est également associé à un module de lancement de la caméra du téléphone (4), pour commander automatiquement sa mise en fonction et l'envoi d'un flux vidéo vers le serveur (2) lorsque le type de réseau détecté le permet et présente un débit et un niveau de signal suffisant .

Description des fonctionnalités du serveur

Le serveur (2) commande un ou plusieurs écrans de visualisation destinés à des opérateurs permettant de superviser les appels entrants.

Sur l'interface apparaît la liste des appels lancés via une application exécutée par un téléphone (4).

Suivant le statut de l'appel, il bénéficie d'un code couleur (rouge pour les appels terminés, orange pour les appels en cours de traitement et vert pour les appels non pris en compte .

Le serveur, après demande de l'opérateur, commande la visualisation d'une fiche individuelle d'intervention permettant en une interface unique de voir l'ensemble des éléments concernant le requérant.

Elle permet notamment aux opérateurs de voir les éléments suivants :

NOM et Prénom de l'appelant et le numéro de téléphone en fonction de l'identifiant détecté dans le signal reçu, par exemple l'identifiant IMSI de la carte SIM ou le numéro IMEI ou le MEID du téléphone mobile (4)

Date et heure d'appel

Les points GPS et leurs traductions (adresse) de géolocalisation La représentation sur une carte de ces données.

L'identification du téléphone (4) permet au serveur de rechercher dans la base de données la fiche personnelle du requérant si elle a été remplie (antécédent, traitement, allergie...) .

Par ailleurs, lorsque l'application du téléphone (4) a reconnu un objet connecté, il transmet les informations et le serveur procède à la lecture instantanée de l'objet connecté tel que tensiomètre, oxymètre de pouls, cardiofréquencemètre.

Le serveur (2) commande aussi la bibliothèque de vidéos et d'images en cas d'assistance aux gestes de secours et peut transmettre une séquence manquante sur le téléphone (4) lorsque les conditions de transmission le permettent.

L'opérateur dispose également d'un bouton « accès caméra » .

Cette partie du back-office est considérée comme la télécommande du téléphone. Elle doit permettre aux opérateurs de piloter de manière simple et intuitive le téléphone (4) du requérant .

Lorsque l'opérateur déclenche une vidéo ou la caméra du téléphone (4), il a une lecture simultanée sur son écran. La lecture de vidéo est accompagnée de touches telles que : lecture/pause activer son/désactiver.

MODE DEGRADE:

Un mode dégradé permet aux opérateurs d'envoyer via SMS un lien de la vidéo permettant au témoin d'un accident de pouvoir être guidé alors qu'il n'a pas l'application. Lorsque l'opérateur active le bouton « MODE DEGRADE » il rentre le numéro de téléphone du requérant. Une fois entré, il choisit la vidéo adaptée à la situation d'urgence. Il confirme son choix de vidéo ce qui envoie le lien via SMS. La lecture se fait alors sur un player de type HTML 5.

Mise en œuyre dans une entreprise privée

La mise en œuvre sous la forme d'une plateforme et d'un serveur (2) privé, destiné aux utilisateurs d'une entreprise prévoit, outre ses fonctions de gestions des communications d'urgence, la gestion des risques professionnels, avec des fonctions supplémentaires telles que :

- l'envoi de SMS ou notifications à un ou plusieurs collaborateurs préenregistrés afin de les informer d'un accident du travail et de sa localisation (avec un lien pour accéder à la carte)

- la personnalisation des Profils en fonction de risques particuliers ou de responsabilités particulières

- la formation, par la mise à disposition d'une bibliothèque multimédia de tutoriaux. Cette bibliothèque de formation permet d'accéder à l'ensemble des contenus vidéos spécifiques, classés par catégorie (exemple : incendie, évacuation, SST... ) . En survolant les vidéos, l'utilisateur peut savoir lesquelles ont déjà été visionnées.