Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
MORE EFFICIENT AND ECONOMICAL PARAFFIN CANDLE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2016/110634
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a paraffin candle device characterised in that it consists of a volume of paraffins associated with stearin (2) making up the body of the candle (1), as well as a wick (3) made up of one or more contiguous sheets of pure absorbent cellulose wadding from paper pulp, in which the texture is impregnated to saturation with paraffins and/or stearin, and which is arranged at the inner or outer edge of the perimeter of the volume of paraffins associated with the stearin (2) that makes up the body of the candle (1), surrounding said perimeter over the entire height of same.

More Like This:
JP3111361Auxiliary candle
Inventors:
MIRCHER, Charles (La Grande Barthète, Cadeillan, 32380, FR)
Application Number:
FR2016/000002
Publication Date:
July 14, 2016
Filing Date:
January 08, 2016
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
MIRCHER, Charles (La Grande Barthète, Cadeillan, 32380, FR)
International Classes:
C11C5/00; F23D3/08
Foreign References:
US20120202160A12012-08-09
US20050037308A12005-02-17
US20120264069A12012-10-18
US20110256492A12011-10-20
US3367758A1968-02-06
Other References:
None
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

Dispositif de bougie de paraffines caractérisé en ce sens qu'il est composé, d'une part, d'un volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1), d'autre part, d'une mèche (3) constituée d'une ou plusieurs feuilles accolées de pure ouate de cellulose absorbante issue de la pâte à papier, dont la texture est imbibée de paraffines et/ ou de stéarine jusqu'à saturation, et qui est disposée à la bordure interne ou externe du périmètre du volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1) , en enveloppant ce périmètre sur toute sa hauteur.

Description:
La présente invention concerne une bougie (1) de paraffines.

Elle est composée d'une part, d'un volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1), d'autre part, d'une mèche (3) constituée d'une ou plusieurs feuilles accolées de pure ouate de cellulose absorbante issue de la pâte à papier, dont la texture est imbibée de paraffines et/ ou de stéarine jusqu'à saturation, et qui est disposée à la bordure interne ou externe du périmètre du volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1) , en enveloppant ce périmètre sur toute sa hauteur ; ce dispositif permettant de consumer la bougie (1) plus intensément, rapidement et complètement .

Traditionnellement, une bougie de cire est composée d'un volume de paraffines associées à de la stéarine dans lequel est insérée une mèche dépassant la hauteur de ce volume. Cette mèche est constituée par un cordon souple produit à partir d'un assemblage de fils de textiles composé principalement de brins de coton, moulinés ou tissés selon les cas, sous forme de tresses plates, rondes ou carrées. Il arrive que certaines mèches soient tissées à partir de fils de lin, de chanvre, ou constituées d'étoupe. Il arrive que le tissage de certaines mèches incorpore des lamelles de papier. Il arrive que ces mèches traditionnelles soient imprégnées d'adjuvants chimiques, d'acide borique et de sulfates en particulier, destinés à favoriser la qualité et la permanence de leurs flammes alors qu'elles se consument. Il arrive que certaines mèches soient imbibées de paraffines et/ou de stéarine afin de permettre leur combustion accélérée. Il arrive également que certaines mèches soient, d'une part, armées en leurs centres d'un fil de cuivre, de zinc, ou de coton, autour duquel les fils de cotons sont tissés, d'autre part et dans certains cas, d'une embase, ces dispositifs étant destinés à assurer l'aplomb de la mèche de types particuliers de bougies de cire dénommées conteneurs ou votives. Dans tous les cas, la mèche d'un dispositif traditionnel est, d'une part, insérée à l'intérieur du volume de paraffine qu'elle doit consumer, le plus souvent au centre de celui-ci, et d'autre part, elle présente un diamètre ou une section, dans le cas des mèches en forme de tresses carrés, de dimension très inférieure au dixième du diamètre ou de la section du volume de paraffine qu'elle doit consumer.

Dans ce dispositif traditionnel, la mèche se comporte à l'égard des paraffines et stéarine qu'elle consume comme un réacteur à combustion autoalimenté . Une fois la mèche enflammée, celle-ci dégage une chaleur qui vient fondre la cire située à sa base et à son voisinage, le liquide ainsi formé remonte ensuite le long de la mèche par capillarité, puis il est vaporisé sans combustion à une température de six cents degrés Celsius environ sous forme de gaz ; ces vapeurs et gaz restant confinés autour de la mèche puisque celle-ci est chaude, ce qui a pour effet de provoquer une convection de l'air ambiant dans la zone confinée autour de la mèche, ceci induisant une réaction de combustion entre l'oxygène de l'air ambiant de cette zone et ces gaz et vapeurs de cire, qui est, par ordre et du bas vers le haut, une combustion d'abord incomplète induisant la génération d'une zone éclairante brillante accompagnée d'une production d'oxydes de carbone, qui sont ensuite portés à incandescence à une température de mille degrés Celsius environ, puis une combustion de transition à une température de plus de mille degrés Celsius entre la combustion incomplète ci-avant et la combustion presque complète ci-après, et enfin une combustion presque complète générant une zone éclairante peu brillante d'une température de moins de mille degrés Celsius ; cette réaction de combustion entretenant son processus par auto-alimentation, au fur et à mesure de la vaporisation du liquide issu du chauffage de la cire remontant le long de la mèche enflammée et de la combustion de ses vapeurs et gaz, tel que décrit ci- avant .

Dans ce dispositif traditionnel, la mèche engendre une flamme dont la lumière et la chaleur sont proportionnelles à sa perméabilité ainsi qu'à la surface de capillarité enflammée qu'elle présente alors qu'elle se consume. Plus cette surface et sa perméabilité sont importantes, plus la flamme d'une mèche est importante et produit de la chaleur et de la lumière en proportion directe.

Par ailleurs, la mèche des dispositifs traditionnels étant constituée par un cordon étroit fait d'un assemblage de fils de textiles souples, celle-ci a tendance, d'une part, a osciller lors de sa combustion, ce qui peut affecter la qualité de la flamme qu'elle engendre, et d'autre part, à liquéfier en excès les paraffines qui l'entourent, ceci pouvant provoquer leur écoulement par débordements le long de la bougie et par conséquent, induire des gaspillages de paraffines .

Dans le dispositif selon l'invention :

1) La mèche (3) est disposée à la bordure interne ou externe de la périphérie du volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1) , en enveloppant ce périmètre sur toute sa hauteur,

2) La mèche (3) est imbibée de paraffines et/ou de stéarine jusqu'à saturation de sa texture, afin de favoriser sa réaction de combustion en présence des paraffines liquéfiées de la bougie (1) ,

La mèche (3) présente pour les deux raisons ci-avant, d'une part, une surface de capillarité inflammable permanente à peu près égale à la surface externe du volume de paraffines associées à de la stéarine (2) qu'elle enveloppe, qui est très supérieure à celle que présente les dispositifs traditionnels alors qu'ils se consument, et d'autre part, cette mèche (3) est disposée de telle sorte que les écoulements de paraffines liquéfiées en excès par sa flamme ne peuvent plus se produire.

La mèche (3) étant constituée de pure ouate de cellulose absorbante issue de la pâte à papier, cela favorise la génération d'une flamme plus importante encore, lorsqu'elle est enflammée. Le matériau employé par le dispositif selon l'invention dispose en effet :

- d'une densité faible qui induit une capacité d'absorption de paraffines fondues très supérieure à celle des fibres de textiles des dispositifs traditionnels, qui sont à la fois plus denses et caractérisées par une organisation physique, macromoléculaire et moléculaire plus complexe,

- d'une tension superficielle faible, inférieure à celle des paraffines et/ou stéarines fondues, ces dernières présentant elles-mêmes une tension superficielle supérieure aux paraffines chauffées et liquéfiées qui remontent la surface de capillarité de la mèche (3) et qui, pour cette raison et moyennant l'effet de convection induit par sa flamme, peuvent remonter sa surface de capillarité en subissant peu de contraintes mécaniques,

Ce qui a pour effets, lorsque cette mèche (3) est enflammée, d'alimenter plus massivement et rapidement sa flamme, dont les dimensions sont pour ces raisons très supérieures à celles engendrées par les dispositifs traditionnels,

Le dispositif selon 1/ invention permet de :

- Disposer d'une bougie (1) supprimant les écoulements de paraffines alors que sa mèche (3) se consume, ce qui limite les gaspillages de paraffines et augmente en proportion la durée d'utilisation de cette bougie (1).

- Disposer d'une bougie (1) engendrant une flamme plus importante, et donc davantage de lumière et de chaleur, du fait de l'importance de la surface de capillarité inflammable permanente que présente sa mèche (3) ,

Il comporte à cet effet les caractéristiques distinctives suivantes, selon des modes particuliers de réalisation :

- Un volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1) ,

- Une mèche (3) disposée à la bordure interne ou externe du périmètre du volume de paraffine associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1) ,

- Une mèche (3) enveloppant le périmètre de ce volume de paraffines associées à de la stéarine (2) sur toute la hauteur de celui-ci,

- Une mèche (3) constituée d'une feuille ou plusieurs feuilles accolées de pure ouate de cellulose absorbante issue de la pâte à papier,

- Une mèche (3) imbibée de paraffines et/ ou de stéarine jusqu'à saturation de sa texture.

Le dessin annexé illustre l'invention :

- La figure.1 représente le dispositif selon l'invention, constitué par un volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1) , ainsi que d'une mèche (3) constituée d'une ou plusieurs feuilles accolées de pure ouate de cellulose absorbante issue de la pâte à papier, dont la texture est imbibée de paraffines et/ ou de stéarine jusqu'à saturation, et qui est disposée à la bordure interne ou externe du périmètre du volume de paraffines associées à de la stéarine (2) constituant le corps de la bougie (1) , en enveloppant ce périmètre sur toute sa hauteur .

À titre d'exemples non limitatifs, le dispositif selon l'invention sera réalisé sous forme d'un cylindre allongé, et affiné en cône à l'une de ses extrémités. Il comprendra un volume de paraffines associées à de la stéarine (2) présentant un virgule huit centimètre de diamètre, ainsi que seize centimètres de hauteur pour son corps et de deux centimètres pour sa pointe conique. Sa mèche (3) sera constituée par deux feuilles accolées de pure ouate de cellulose imbibée de paraffines et/ou de stéarine jusqu'à saturation de leur texture. Cette mèche (3) présentera une hauteur de dix-huit centimètres et un périmètre égal au périmètre interne ou externe du volume de paraffine auquel elle est associée. Cette mèche (3) pourra être collée à chaud sur la surface de son volume de paraffines associées à de la stéarine (2) alors qu'elle viendra de recevoir les paraffines et/ou stéarine fondues qui l'imbibent. Elle pourra être incorporée au corps du volume paraffines associées à de la stéarine (2) alors que celui-ci sera coulé et moulé. En sens inverse, cette mèche (3) pourra également d'abord être conformée sous forme d'un cylindre creux et, une fois confectionnée, recevoir un volume de paraffines associées à de la stéarine (2) proportionné au volume interne de cette mèche (3) . Celle-ci pourra être également imbibée d'adjuvants chimiques, d'acide borique et de sulfates en particulier, afin d'assurer une meilleure qualité de combustion de sa flamme.

Le dispositif selon l'invention est particulièrement destiné aux bougies de paraffines, aux allume-feux, ainsi qu'aux réchauds et poêles à paraffines.