Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
DEVICE FOR AIDING IN THE CUTTING OF CLADDING IN THE FORM OF A REEL, AND VEHICLE COMPRISING SUCH A DEVICE
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2022/034000
Kind Code:
A1
Abstract:
A device (10) for aiding in the cutting of a reel of cladding (105), along a cutting axis (100), which comprises: - a flat bed (101) for receiving at least one reel of cladding and provided with: - wheels (106, 107) by means of which a reel can move along a direction parallel to the cutting axis; - means (108) for inclining the wheels, by means of which a wheel (106) can be inclined in order to make it easier for the reel of cladding to pass over said wheel; and - means (109) for locking the inclination of the wheels; - a drawer (110) that is able to move in translation relative to the flat bed, comprising at least two rollers (112, 113) that are arranged so as to receive the reel of cladding after it has moved over each pair of wheels.

Inventors:
BARBIER LUC (FR)
BARBIER THIERRY (FR)
Application Number:
PCT/EP2021/072116
Publication Date:
February 17, 2022
Filing Date:
August 09, 2021
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
BARBIER LUC (FR)
BARBIER THIERRY (FR)
International Classes:
B65H16/02; B65H16/00; B65H35/00; E04H4/14
Foreign References:
EP1705145A12006-09-27
FR2890063A12007-03-02
EP1294990A12003-03-26
Attorney, Agent or Firm:
CORNUEJOLS, Marine (FR)
Download PDF:
Claims:
REVENDICATIONS

1. Dispositif (10, 20, 30) d’aide à la découpe de revêtement sous forme de bobine (103, 104, 105), le dispositif présentant un axe de découpe (100) et étant caractérisé en ce qu’il comporte :

- un plateau (101) présentant un plan de réception (102) d’au moins une bobine de revêtement dont l’axe (127) est parallèle à l’axe de découpe, le plateau étant muni :

- d’au moins une paire de roulettes (106, 107), permettant à une bobine de se déplacer selon une direction parallèle à l’axe de découpe, d’axe de rotation (130, 131 , 132) mobile perpendiculaire à l’axe de découpe lorsque les roulettes sont en position verrouillée,

- des moyens d’inclinaison (108) de chaque paire de roulettes, les moyens d’inclinaison présentant un axe de rotation (126) parallèle à l’axe de découpe permettant d’incliner une roulette (106) de chaque paire de roulettes pour faciliter le franchissement de ladite roulette par la bobine de revêtement et

- des moyens de verrouillage (109) de l’inclinaison de l’ensemble des roulettes en position verrouillé ; et

- un tiroir (110) en translation par rapport au plateau selon un axe parallèle à l’axe de découpe, comportant au moins deux rouleaux (112, 113) de déroulement d’axes (114, 115) parallèles à l’axe de découpe disposés pour recevoir la bobine de revêtement après son déplacement sur chaque paire de roulettes, de sorte que le revêtement peut se dérouler en étant maintenu latéralement par les rouleaux pour être découpé parallèlement à l’axe de découpe.

2. Dispositif (10, 20, 30) selon la revendication 1 , qui comporte, de plus, une fente (121) selon l’axe de découpe (100) pour guider une lame lors de la découpe.

3. Dispositif (30) selon la revendication 2, qui comporte, de plus, un moyen d’enroulement (302, 304, 314) du revêtement déroulé (301) disposé sur le tiroir (110), le moyen d’enroulement et les au moins deux rouleaux de déroulement (112 et 113) étant disposés de part et d’autre de la fente (121).

4. Dispositif (30) selon la revendication 3, qui comporte, de plus, un bras commutable (303) entre une position d’entraînement du moyen d’enroulement (302, 304, 314) et une position d’entraînement de la bobine de revêtement positionnée sur les rouleaux de déroulement (112 et 113).

5. Dispositif (30) selon la revendication 4, dans lequel le moyen d’enroulement (302, 304) et le bras (303) présentent des reliefs d’entraînement (40, 41 , 42) en correspondance mécanique.

6. Dispositif (30) selon l’une des revendications 3 à 5, dans lequel le moyen d’enroulement (314) comporte un moteur (304) de mise en rotation d’un bobineau (302) et une pédale d’actionnement (306) du moteur configurée pour être actionnée par le pied d’un opérateur.

7. Dispositif (30) selon l’une des revendications 1 à 6, dans lequel le tiroir (110) comporte un odomètre (307, 308) en rotation selon un axe parallèle à l’axe de découpe (100) pour mesurer une distance de revêtement déroulé.

8. Dispositif (30) selon l’une des revendications 1 à 7, dans lequel le tiroir (110) comporte un niveau

(312) et un moyen de réglage (310, 311) de l’horizontalité du tiroir.

9. Dispositif (10, 20) selon l’une des revendications 1 à 8, qui comporte un moyen d’attache (122, 123) d’au moins une sangle (125) pour maintenir en place une bobine (103, 104, 105) de revêtement sur le plateau.

10. Dispositif (10, 20) selon l’une des revendications 1 à 9, qui comporte une poignée amovible (124) d’actionnement des moyens d’inclinaison (108).

11 . Dispositif (30) selon l’une des revendications 1 à 10, qui comporte, de plus, un pistolet à air chaud

(313) en regard d’un bord du revêtement déroulé (301) pour souder une bandelette au revêtement déroulé.

12. Dispositif (30) selon l’une des revendications 1 à 11 , qui comporte un dispositif de pose d’une bandelette (402) sur un bord (504) d’un revêtement (501), dispositif de pose qui comporte :

- un support (400) d’une bobine (401) de bandelette,

- une fixation mécanique (416) avec un pistolet à air chaud (405, 406) de soudure de bandelette au revêtement,

- un guide (403) de la bandelette pour positionner la bandelette d’abord en regard du pistolet à air chaud puis en appui sur le bord du revêtement et

- une butée (410) de positionnement du guide de la bandelette par rapport au bord du revêtement pour superposer la bandelette avec le revêtement, la bandelette soudée au revêtement présentant un profilé en L.

13. Dispositif (30) selon la revendication 12, dans lequel le dispositif de pose comporte, de plus, un moyen d’écrasement (416, 417) de la bandelette (402) contre le revêtement pour fendre et dérouler la bandelette (402).

14. Dispositif (30) selon la revendication 13, dans lequel le moyen d’écrasement (416, 417) comporte un moyen de réglage (413) de la tension de la bandelette (402).

15. Dispositif (30) selon l’une des revendications 13 ou 14, dans lequel le moyen d’écrasement (416, 417) comporte deux surfaces planes (416, 417) en regard l’une de l’autre entre lesquels sont positionnés la bandelette (402, 502) et revêtement (501) superposés.

16. Dispositif (30) selon l’une des revendications 12 à 15, dans lequel le dispositif de pose comporte un moyen de réglage (412) de la position de la butée (410) de positionnement par rapport au guide (403).

17. Dispositif (30) selon l’une des revendications 12 à 16, dans lequel le dispositif de pose comporte un moyen de commande (414) de la température de chauffage de la bandelette (402).

18. Dispositif (30) selon la revendication 17, dans lequel le dispositif de pose comporte un moyen d’asservissement (415) de la température de chauffage à la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif de pose et le revêtement (501).

19. Dispositif (30) selon l’une des revendications 17 ou 18, dans lequel le dispositif de pose comporte un moyen d’asservissement (405) de la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif de pose et le revêtement (501) à la température de chauffage.

20. Véhicule (60) comportant un dispositif (10, 30) selon l’une des revendications 1 à 19, par exemple dans une remorque ou dans un coffre (61).

Description:
TITRE : DISPOSITIF D’AIDE À LA DÉCOUPE DE REVÊTEMENT SOUS FORME DE BOBINE ET VÉHICULE COMPORTANT UN TEL DISPOSITIF

Domaine technique de l’invention

La présente invention vise un dispositif d’aide à la découpe de revêtement sous forme de bobine et un véhicule comportant un tel dispositif. Elle s’applique, notamment, à la découpe de revêtement de piscines tels que du liner ou du polychlorure de vinyle (d’acronyme « PVC ») qui peut être armé. La présente invention vise également un dispositif de pose d’une bandelette sur un revêtement, un dispositif d’enroulement motorisé d’un revêtement comportant un tel dispositif et un kit comportant un tel dispositif de pose. Elle s’applique, notamment, à la pose de bandelettes sur des revêtements de piscines tels que du liner ou du polychlorure de vinyle (d’acronyme « PVC ») qui peut être armé. La présente invention vise aussi un dispositif de déroulement d’un revêtement sous forme de bobine contre une paroi périphérique d’une piscine. Elle s’applique, notamment, à la manutention, la mise en position et la pose de revêtement, par exemple du liner ou du polychlorure de vinyle (d’acronyme « PVC ») qui peut être armé, sur des parois périphériques de piscines.

État de la technique

Les revêtements de piscine, par exemple du liner ou du polychlorure de vinyle, sont présentés sous forme de bobines. Ces bobines peuvent peser plusieurs dizaines de kilogrammes et représenter une longueur entre les deux extrémités de la bobine comprise entre un et deux mètres. Cet encombrement rend la bobine difficile à manipuler, notamment lorsqu’il faut découper le revêtement aux dimensions de la piscine à revêtir ou lorsqu’il faut positionner le revêtement dans un véhicule. De plus, pour découper le revêtement, les piscinistes doivent dérouler le revêtement sur le sol, des grains, cailloux et impuretés s’y accrochant alors. La découpe étant alors effectuée à même le sol se posent des problèmes pour découper le revêtement perpendiculairement aux bords de la bobine. Le liner ne présente alors pas les bonnes dimensions et doit être redécoupé au moment de la pose. Ce travail fastidieux représente une perte de temps pour les piscinistes.

Par ailleurs, les bandelettes de liners sont nécessaires pour créer une accroche entre le liner et la paroi d’une piscine. Actuellement, un liner est déroulé à même le sol, la bandelette est positionnée contre le bord du liner, puis un opérateur passe avec un pistolet à air chaud pour souder la bandelette au liner. Le travail effectué est donc imparfait, notamment parce que des impuretés peuvent s’être introduites entre la bandelette et le revêtement ou encore parce que l’opérateur s’éloigne plus ou moins de la bandelette ou reste plus ou moins longtemps à un endroit de la bandelette, créant des soudures de résistance variable. De plus, la bandelette peut ne pas être en position contre le bord du revêtement créant ensuite des plis ou aspérités se voyant sur le revêtement une fois posé.

Enfin, les revêtements de piscine, par exemple du liner ou du polychlorure de vinyle, sont présentés sous forme de bobines. Ces bobines peuvent peser plusieurs dizaines de kilogrammes et représenter une longueur entre les deux extrémités de la bobine entre un et deux mètres. Cet encombrement rend la bobine difficile à manipuler, notamment lorsqu’il faut dérouler le revêtement pour le poser contre une paroi périphérique de la piscine à revêtir. De plus, le revêtement est muni d’une bandelette soudée au revêtement qui doit être inséré dans une rainure sur la paroi de la piscine. Il est donc difficile de manipuler la bobine de revêtement pour simultanément dérouler le revêtement et introduire la bandelette dans la rainure.

Présentation de l’invention

La présente invention vise à remédier à tout ou partie de ces inconvénients. Notamment, la présente invention permet de découper des revêtements sans que des impuretés s’y accrochent et en limitant les efforts des opérateurs.

À cet effet, selon un premier aspect, la présente invention vise un dispositif d’aide à la découpe de revêtement sous forme de bobine, dispositif qui présente un axe de découpe et comporte :

- un plateau présentant un plan de réception d’au moins une bobine de revêtement dont l’axe est parallèle à l’axe de découpe, le plateau étant muni :

- d’au moins une paire de roulettes, permettant à une bobine de se déplacer selon une direction parallèle à l’axe de découpe, d’axe de rotation mobile perpendiculaire à l’axe de découpe lorsque les roulettes sont en position verrouillée,

- des moyens d’inclinaison de chaque paire de roulettes, les moyens d’inclinaison présentant un axe de rotation parallèle à l’axe de découpe permettant d’incliner une roulette de chaque paire de roulettes pour faciliter le franchissement de ladite roulette par la bobine de revêtement et

- des moyens de verrouillage de l’inclinaison de l’ensemble de roulettes en position verrouillée ; et

- un tiroir en translation par rapport au plateau selon un axe parallèle à l’axe de découpe, comportant au moins deux rouleaux de déroulement d’axes parallèles à l’axe de découpe disposés pour recevoir la bobine de revêtement après son déplacement sur chaque paire de roulettes, de sorte que le revêtement peut se dérouler en étant maintenu latéralement par les rouleaux pour être découpé parallèlement à l’axe de découpe.

Grâce à ces dispositions, plusieurs revêtements peuvent être stockés sur le plateau. Le déplacement des revêtements est facilité pour l’opérateur grâce aux roulettes et aux rouleaux. Finalement, le déroulement de la bobine de revêtement est facilité grâce aux rouleaux de déroulement et la découpe peut être effectuée sur le tiroir ne présentant pas d’impuretés.

Dans des modes de réalisation, le dispositif d’aide à la découpe comporte, de plus, une fente selon l’axe de découpe pour guider une lame lors de la découpe. Ces modes de réalisation permettent de guider la lame selon un axe perpendiculaire aux bords du revêtement déroulé dont la position est maitrisée grâce aux rouleaux de déroulement.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet d’aide à la découpe comporte, de plus, un moyen d’enroulement du revêtement déroulé disposé sur le tiroir, le moyen d’enroulement et les au moins deux rouleaux de déroulement étant disposés de part et d’autre de la fente.

De tels moyens d’enroulement permettent de faciliter le déroulement du revêtement avant sa découpe, puis d’enrouler le revêtement découpé pour son déplacement ultérieur.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet d’aide à la découpe comporte, de plus, un bras commutable entre une position d’entraînement du moyen d’enroulement et une position d’entraînement de la bobine positionnée sur les rouleaux de déroulement. Grâce à ces dispositions, la bobine de revêtement découpé peut être aisément redécoupée, mesurée ou subir un traitement particulier comme l’application d’une bandelette.

Dans des modes de réalisation, le moyen d’enroulement et le bras présentent des reliefs d’entraînement en correspondance mécanique. Ces modes de réalisation permettent de s’assurer de la mise en rotation du moyen d’enroulement par le bras.

Dans des modes de réalisation, le moyen d’enroulement comporte un moteur de mise en rotation d’un bobineau et une pédale d’actionnement du moteur configurée pour être actionnée par le pied d’un opérateur. Ces modes de réalisation permettent à l’opérateur d’avoir les mains libres lorsque l’enroulement est effectué, pour appliquer un traitement au revêtement, telle l’application d’une bandelette.

Dans des modes de réalisation, le tiroir comporte un odomètre en rotation selon un axe parallèle à l’axe de découpe pour mesurer une distance de revêtement déroulé.

L’avantage d’un odomètre est de mesurer précisément la distance de revêtement déroulée pour pouvoir découper le revêtement avec précision selon les mesures de la piscine.

Dans des modes de réalisation, le tiroir comporte un niveau et un moyen de réglage de l’horizontalité du tiroir. Ces modes de réalisation permettent de découper le revêtement horizontalement pour garantir l’angle de découpe par rapport aux bords du revêtement.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet d’aide à la découpe comporte un moyen d’attache d’au moins une sangle pour maintenir en place une bobine de revêtement sur le plateau. Grâce à des dispositions, le déplacement des bobines de revêtement sur le plateau pendant le transport est évité.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet d’aide à la découpe comporte, de plus, une poignée amovible d’actionnement des moyens d’inclinaison. Ces modes de réalisation permettent de créer un bras de levier pour incliner les roulettes en limitant les efforts pour l’opérateur.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet d’aide à la découpe comporte, de plus, un pistolet à air chaud en regard d’un bord du revêtement déroulé pour souder une bandelette au revêtement déroulé. Grâce à ces dispositions, le revêtement présente déjà la bandelette avant d’être enroulé sur les moyens d’enroulement. La pose du revêtement contre une paroi verticale d’une piscine est ensuite facilitée pour l’opérateur.

Selon un deuxième aspect, la présente invention vise un véhicule comportant un dispositif d’aide à la découpe, par exemple dans une remorque ou dans un coffre.

Les buts, avantages et caractéristiques particulières du véhicule objet de l’invention étant similaires à ceux du dispositif objet de l’invention, ils ne sont pas rappelés ici.

Selon un troisième aspect, la présente invention vise l’utilisation d’un dispositif d’aide à la découpe pour découper un revêtement sous forme de bobine. Les buts, avantages et caractéristiques particulières de ce procédé d’utilisation étant similaires à ceux du dispositif d’aide à la découpe objet de l’invention, ils ne sont pas rappelés ici.

Selon un quatrième aspect, la présente invention vise un dispositif de pose d’une bandelette sur un bord d’un revêtement, qui comporte :

- un support d’une bobine de bandelette, - une fixation mécanique avec un pistolet à air chaud de soudure de bandelette au revêtement,

- un guide de la bandelette pour positionner la bandelette d’abord en regard du pistolet à air chaud puis en appui sur le bord du revêtement et

- une butée de positionnement du guide de bandelette par rapport au bord du revêtement pour superposer la bandelette avec le revêtement, la bandelette soudée au revêtement présentant un profilé en L. Grâce à ces dispositions, remplacement de la bandelette contre le bord du revêtement est maitrisée grâce à la butée de positionnement. De plus, la bandelette est déroulée et mise en place automatiquement. Finalement, le pistolet à air chaud est à une distance constante de la bandelette pour un chauffage uniforme de la bandelette lors de la soudure. Plus particulièrement, on vise à faciliter la pose d’une bandelette sur un revêtement de piscine et à rendre la soudure entre la bandelette et le revêtement homogène sur toute la longueur de la soudure.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet de pose comporte, de plus, un moyen d’écrasement de la bandelette contre le revêtement pour tendre et dérouler la bandelette. Ces modes de réalisation permettent de tendre la bandelette contre le revêtement pour une meilleure homogénéité de soudure. Dans des modes de réalisation, le moyen d’écrasement comporte un moyen de réglage de la tension de la bandelette. Grâce à ces dispositions, la bandelette posée est tendue à la juste valeur sans créer de plis ni d’aspérités dans le revêtement.

Dans des modes de réalisation, le moyen d’écrasement comporte deux surfaces planes en regard l’une de l’autre entre lesquels sont positionnés la bandelette et le revêtement superposés. Ces modes de réalisation permettent de bien aligner la bandelette contre le bord du revêtement.

Dans des modes de réalisation, le dispositif de pose comporte un moyen de réglage de la position de la butée de positionnement par rapport au guide. Ces modes de réalisation permettent d’adapter l’emplacement de la butée aux dimensions de la bandelette.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet de pose comporte un moyen de commande de la température de chauffage de la bandelette.

L’avantage d’un tel moyen de commande est d’adapter la température de chauffage à l’épaisseur et au matériau de la bandelette.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet de pose comporte un moyen de mise en correspondance de la température de chauffage et de la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet de pose comporte un moyen d’asservissement de la température de chauffage à la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet de pose comporte un moyen d’asservissement de la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement à la température de chauffage. Ces moyens d’asservissement constituent deux exemples de moyen de mise en correspondance de la température de chauffage et de la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement.

Grâce à chacune de ces dispositions, la bandelette est chauffée de manière homogène, quelle que soit la vitesse de déplacement du dispositif par rapport au revêtement.

Selon un cinquième aspect, la présente invention vise un dispositif d’enroulement motorisé d’un revêtement comportant un dispositif de pose d’une bandelette objet de l’invention. Les buts, avantages et caractéristiques particulières de ce dispositif d’enroulement motorisé étant similaires à ceux du dispositif de pose objet de l’invention, ils ne sont pas rappelés ici.

Selon un sixième aspect, la présente invention vise un kit comportant un dispositif de pose d’une bandelette sur un bord d’un revêtement et un pistolet à air chaud. Les buts, avantages et caractéristiques particulières de ce kit étant similaires à ceux du dispositif de pose objet de l’invention, ils ne sont pas rappelés ici.

Selon un septième aspect, la présente invention vise un dispositif de déroulement d’un revêtement sous forme de bobine contre une paroi périphérique d’une piscine, qui comporte :

- un bâti muni d’un support d’une bobine de revêtement, le support étant libre en rotation par rapport au bâti selon un axe dit « axe de déroulement » parallèle à une face latérale de la paroi,

- un premier jeu d’au moins deux roulettes d’axes de rotation parallèles à l’axe de déroulement pour faire rouler le bâti contre la face latérale de la paroi et

- un deuxième jeu d’au moins deux roulettes d’axes de rotation perpendiculaires à la face latérale de la paroi pour faire rouler le bâti sur une face supérieure de la paroi.

Grâce à ces dispositions, la bobine est mise en place sur le bâti qui est appuyé contre et sur la paroi périphérique. Le poids de la bobine et du dispositif maintient les jeux de roulettes appuyés contre et sur la paroi. Le dispositif peut rouler contre la face latérale de la paroi pour déplacer la bobine de revêtement à l’endroit où le revêtement doit être déroulé et posé.

Notamment, on vise à faciliter le déplacement et le déroulement d’une bobine de revêtement contre une paroi périphérique de piscine.

Dans des modes de réalisation, le deuxième jeu d’au moins deux roulettes est monté sur une armature mobile en translation par rapport au bâti selon un axe parallèle à l’axe de déroulement. Ces modes de réalisation permettent de régler la position du deuxième jeu de roulettes pour l’adapter aux dimensions de la paroi périphérique.

Dans des modes de réalisation, l’armature mobile comporte un moyen de verrouillage de la position de l’armature mobile par rapport au bâti. L’avantage du moyen de verrouillage est de pouvoir fixer la position de l’armature mobile par rapport au bâti une fois le réglage effectué.

Dans des modes de réalisation, le support de la bobine comporte un premier relief autour duquel est positionnée une extrémité de la bobine et un deuxième relief déplaçable par rapport au bâti et s’emboitant avec une autre extrémité de la bobine. Ces modes de réalisation permettent d’adapter la dimension entre les deux reliefs du support de la bobine aux dimensions de la bobine.

Dans des modes de réalisation, le deuxième relief comporte un moyen de visualisation de la position du deuxième relief par rapport à ladite autre extrémité de la bobine.

L’avantage de ces modes de réalisation est de faciliter la visualisation de l’emplacement de ladite autre extrémité par rapport au support pour mettre en place le deuxième relief.

Dans des modes de réalisation, le dispositif objet de déroulement comporte un moyen d’adaptation à une dimension entre les extrémités de la bobine, de l’écart entre le premier relief et le deuxième relief. Grâce à ces dispositions, le dispositif est adaptable aux différentes bobines connues de l’homme du métier. Dans des modes de réalisation, le bâti comporte au moins une poignée de déplacement du bâti par rapport à la paroi. Ces modes de réalisation permettent de faciliter la manutention du dispositif.

Dans des modes de réalisation, le dispositif de déroulement comporte, de plus, au moins un troisième jeu d’au moins deux roulettes, d’axes de rotation parallèles à l’axe de déroulement, d’appui de la bobine pour faciliter la mise en rotation de la bobine selon l’axe de déroulement. Grâce à ces dispositions, la bobine est positionnée en appui contre le jeu de roulettes et le revêtement se déroule plus facilement.

Dans des modes de réalisation, au moins deux roulettes du troisième jeu de roulettes sont montées sur des arbres d’axes parallèles, les arbres étant reliés par un ressort en compression. Ces modes réalisation permettent de maintenir les roulettes en appui contre la bobine malgré la diminution en diamètre due au déroulement du revêtement.

Brève description des figures

D’autres avantages, buts et caractéristiques particulières de l’invention ressortiront de la description non limitative qui suit d’au moins un mode de réalisation particulier du dispositif, du véhicule et du procédé objets de la présente invention, en regard des dessins annexés, dans lesquels :

Figure 1 représente, schématiquement et en vue arrière, un premier mode de réalisation particulier du dispositif d’aide à la découpe objet de l’invention dans une première position dans laquelle une bobine de revêtement est placée sur l’au moins une paire de roulettes,

Figure 2 représente, schématiquement et en vue arrière, le dispositif illustré en figure 1 dans une deuxième position dans laquelle chaque paire de roulettes est inclinée pour recevoir une bobine de revêtement,

Figure 3 représente, schématiquement et en vue arrière, un mode de réalisation particulier du tiroir du dispositif d’aide à la découpe,

Figure 4 représente, schématiquement et en vue de face, de côté et montés sur un moyen d’entraînement, un mode de réalisation particulier de reliefs d’entraînements du bras et d’un bobineau du dispositif d’aide à la découpe,

Figure 5 représente, schématiquement et sous forme d’un logigramme, une succession d’étapes particulières d’un procédé d’utilisation du dispositif d’aide objet de l’invention,

Figure 6 représente, schématiquement et en vue de côté, un mode de réalisation d’un véhicule objet de l’invention comportant un dispositif d’aide à la découpe objet de l’invention,

Figure 7 représente, schématiquement en vue de dessus, le dispositif illustré en figures 1 et 2, avant déploiement du tiroir,

Figure 8 représente, schématiquement en vue de dessus, le dispositif illustré en figures 1 , 2 et 7, après déploiement du tiroir et en cours de transfert d’une bobine depuis un plateau supérieur vers le tiroir inférieur,

Figure 9 représente, schématiquement en vue de côté, le dispositif illustré en figures 1 , 2, 7 et 8, après déploiement du tiroir et avant transfert d’une bobine depuis un plateau supérieur vers le tiroir inférieur, Figure 10 représente, schématiquement, un premier mode de réalisation particulier du dispositif de pose objet de l’invention,

Figure 11 représente, schématiquement, le dispositif de pose illustré en figure 10 en cours d’utilisation, Figure 12 représente, schématiquement, un premier mode de réalisation particulier du dispositif d’aide à la découpe de revêtement objet de l’invention muni d’un dispositif de pose objet de l’invention,

Figure 13 représente, schématiquement et sous forme d’un logigramme, une succession d’étapes particulière d’un procédé de pose objet de l’invention,

Figure 14 représente, schématiquement en vue de côté, un mode de réalisation particulier du dispositif de déroulement objet de l’invention,

Figure 15 représente, schématiquement en vue de face, le dispositif illustré en figure 14 et

Figure 16 représente, schématiquement en vue de côté, le dispositif de déroulement objet de l’invention muni d’une bobine et mis en place contre une paroi périphérique de piscine.

Description des modes de réalisation

La présente description est donnée à titre non limitatif, chaque caractéristique d’un mode de réalisation pouvant être combinée à toute autre caractéristique de tout autre mode de réalisation de manière avantageuse. On note dès à présent que les figures ne sont pas à l’échelle.

Dans toute la description, on appelle « haut », « dessus » ou « supérieur » ce qui se trouve en haut sur les figures 1 à 3, 6 et 9. On appelle « bas », « dessous » ou « inférieur » ce qui se trouve en bas sur ces figures. On appelle « avant » ce qui se trouve à gauche en figures 6 et 9 et en haut en figures 7 et 8 et « arrière » ce qui se trouve à droite en figures 6 et 9 et en bas en figures 7 et 8. On appelle « droite », ce qui se trouve à droite dans les figures 1 à 3, 7 et 8, « gauche », ce qui se trouve à gauche dans les figures 1 à 3, 7 et 8 et « de côté », une vue depuis la droite ou la gauche du dispositif. Ces diverses orientations correspondent aux orientations physiques d’un véhicule ou d’une remorque quand le dispositif objet de l’invention est en position normale d’utilisation à l’arrière d’un véhicule ou sur une remorque reliée à un véhicule, par exemple. On observe, sur les figures 1 , 7, 8 et 9, une vue schématique d’un mode de réalisation du dispositif 10 d’aide à la découpe objet de l’invention.

Le dispositif 10 d’aide à la découpe de revêtement sous forme de bobine 105 présente un axe de découpe 100 et comporte un plateau 101 présentant un plan de réception 102 d’au moins une bobine de revêtement, 103, 104 ou 105, dont l’axe ; 127, 128 ou 129, est parallèle à l’axe de découpe 100.

Le plateau 101 est muni :

- d’au moins une paire de roulettes, 106 et 107, permettant à une bobine 105 de se déplacer selon une direction parallèle à l’axe de découpe 100, d’axe de rotation mobile, 130, 131 , 132, perpendiculaire à l’axe de découpe 100 lorsque les roulettes sont en position verrouillée,

- des moyens d’inclinaison 108 de chaque paire de roulettes, 106 et 107, les moyens d’inclinaison 108 présentant un axe de rotation 126 parallèle à l’axe de découpe 100 permettant d’incliner une roulette 106 de chaque paire de roulettes, 106 et 107, pour faciliter le franchissement de ladite roulette 106 par la bobine 105 de revêtement et

- des moyens de verrouillage 109 de l’inclinaison de l’ensemble des roulettes, 106 et 107, en position verrouillée.

Un tiroir 110, mis en translation par rapport au plateau 101 selon un axe parallèle à l’axe de découpe 100, comporte au moins deux rouleaux, 112 et 113, de déroulement d’axes, 114 et 115, parallèles à l’axe de découpe 100. Ces rouleaux 112 et 113 sont disposés pour recevoir la bobine 105 de revêtement après son déplacement sur chaque paire de roulettes, 106 et 107, de sorte que le revêtement 105 peut être déroulé en étant maintenu latéralement par les rouleaux, 112 et 113, pour être découpé parallèlement à l’axe de découpe 100.

On note que, en dehors des axes de rotation mobiles, 130, 131 et 132, qui sont orientables, les autres axes cités dans la description sont tous horizontaux. Par ailleurs, en position verrouillée, les axes de rotation mobiles, 130, 131 et 132, sont aussi horizontaux.

Le dispositif 10 objet de l’invention représenté en figure 1 présente ainsi préférentiellement un châssis en deux parties sensiblement parallélépipédiques superposées. La partie supérieure comporte le plateau 101 et des parois latérales sur trois côtés, droite, gauche et avant. La partie inférieure présente la forme d’un compartiment sous le plateau 101. Le compartiment est fermable au moyen d’une porte (non représentée) montée sur des charnières (non représentées). La porte est montée du côté arrière du tiroir. Le côté arrière, sans paroi latérale, de la partie supérieure est perpendiculaire à l’axe de découpe 100. Le compartiment abrite le tiroir 110 monté sur des coulisseaux 111 pour coulisser à l’intérieur du compartiment, parallèlement à l’axe de découpe 100. Le tiroir 110 est ainsi intégralement rétractable à l’intérieur du compartiment. Ceci permet de limiter l’encombrement du dispositif 10 pour le positionner sur une remorque ou dans un coffre 61 d’un véhicule utilitaire 60, par exemple.

La figure 1 représente une coupe du dispositif 10, une seule paire de roulettes, 106 et 107, est donc représentée. Chaque paire de roulettes, 106 et 107, présente des axes de rotation, 130, 131 , 132 parallèles entre eux et perpendiculaires à l’axe de découpe 100. Préférentiellement, le dispositif 10 comporte au moins trois paires de roulettes, 106 et 107, alignées selon un axe 126 parallèle à l’axe de découpe 100 et réparties de telle sorte qu’une première paire de roulettes est positionnée proche du côté arrière du plateau sans paroi latérale, une deuxième paire de roulettes est positionnée proche du côté avant, la troisième paire de roulettes étant positionnée entre la première et la deuxième paire de roulettes. « Proche » signifie que la distance entre la paire de roulettes et le côté de la partie supérieure du châssis, dans l’axe d’alignement 126 des paires de roulettes, est inférieure à dix pour cent de la distance entre les deux côtés opposés de la partie supérieure du châssis dans l’axe d’alignement 126 des paires de roulettes. Préférentiellement, les roulettes, 106 et 107, d’une paire de roulettes, 106 et 107, sont montées sur un même arbre pour que l’axe de rotation 126 des roulettes, 106 et 107, soit sensiblement dans le plan 102 du plateau 101 et perpendiculaire à un axe parallèle à l’axe de découpe 100 dans le plan 102 du plateau 101 .

Préférentiellement, les arbres supportant les paires de roulettes, 106 et 107, sont montés les mêmes moyens d’inclinaison 108. Les moyens d’inclinaison 108 sont un même arbre d’inclinaison, d’axe de rotation 126, par rapport au châssis, parallèle à l’axe de découpe 100. Ainsi, toutes les paires de roulettes, 106 et 107, sont inclinées simultanément par actionnement des moyens d’inclinaison 108 et un unique moyen de verrouillage 109 est nécessaire.

Les moyens d’inclinaison 108 peuvent présenter une poignée amovible d’actionnement 124 du moyen d’inclinaison 108. L’emboitement amovible de la poignée d’actionnement 124 du moyen d’inclinaison 108 est connu de l’homme du métier et peut être réalisé par vissage ou par clé de section non circulaire, par exemple. Le moyen de verrouillage 109 peut être constitué de tout loquet connu de l’homme du métier empêchant la rotation des moyens d’inclinaison 108 par rapport au châssis. La position verrouillée, représentée en figure 1 , est la position dans laquelle l’axe de rotation 126 des roulettes est dans un plan parallèle au plan 102 du plateau 101 .

Sur la figure 2, les roulettes, 106 et 107, la bobine 105 de revêtement, la poignée 124 et les moyens d’inclinaison 108 sont représentés en pointillés dans une position inclinée. On voit sur la figure 2, qu’une roulette 106 de la paire de roulettes représentée dans le mode d’utilisation du dispositif 20, est inclinée pour entrer dans la partie inférieure du châssis de sorte que la roulette ne dépasse pas, ou peu, de la surface 102 du plateau 101 accueillant la bobine 105 de revêtement. On peut alors faire rouler la bobine 105 de revêtement sur la surface 102 du plateau 101 , et franchir la roulette 106 sans effort conséquent avant de redresser la paire de roulettes, 106 et 107, selon la position représentée en figure 1 et verrouiller cette position avec le moyen de verrouillage 109.

Dans des modes de réalisation, le dispositif 10 comporte un moyen d’attache, 122 et 123, d’au moins une sangle 125 (voir figure 7) pour maintenir en place au moins une bobine, 103, 104 et 105, de revêtement. Le moyen d’attache, 122 et 123, est composé d’au moins deux ouvertures en regard l’une de l’autre et positionnées sur deux parois latérales droite et gauche de la partie supérieure du châssis. Le tiroir représenté en figure 1 et 2 est détaillé en figure 3. Dans la figure 3, le tiroir est sorti de la partie inférieure du châssis par coulissement sur les coulisseaux 111. Pour plus de stabilité, le tiroir est appuyé sur au moins deux pieds, 310 et 311 , réglables. Sur la figure 3, le châssis et le plateau 101 ne sont pas représentés. Préférentiellement, le tiroir 110 comporte un niveau 312 et un moyen de réglage, 310 et 311 , de l’horizontalité du tiroir. En effet, les pieds, 310 et 311 étant réglables en hauteur, l’ajustement de la hauteur des pieds permet d’ajuster l’horizontalité du tiroir 110.

Sur le mode de réalisation représenté en figure 3, la bobine 105 de revêtement a été transférée sur le tiroir 110, par déplacement manuel en translation dans une direction parallèle à l’axe de découpe 100 par roulement de chaque paire de roulettes, 106 et 107. La bobine 105 est alors positionnée sur au moins deux rouleaux, 112 et 1 13, de déroulement de la bobine 105. Les rouleaux de déroulement, 112 et 113, créent deux appuis linéaires parallèles avec l’axe 127 de la bobine 105. Le poids de la bobine 105 maintient la bobine en appui contre les deux rouleaux de déroulement, 112 et 113.

Les rouleaux de déroulement, 112 et 113, présentent des axes, 114 et 115, parallèles à l’axe de découpe 100 et à l’axe 127 de la bobine 105 positionnée en appui sur les rouleaux de déroulement, 112 et 1 13. Les rouleaux de déroulement, 1 12 et 113, permettent à la bobine 105 de se dérouler facilement en créant un appui mis en rotation lorsque la bobine 105 est déroulée. Les efforts de l’opérateur pour dérouler la bobine 105 sont donc minimisés.

Préférentiellement, les rouleaux de déroulement, 112 et 113, peuvent être positionnés symétriquement par rapport à un plan de symétrie comportant l’axe 126 autour duquel est effectuée l’inclinaison des roulettes, 106 et 107, et perpendiculaire au plan 102 du plateau 101.

Dans des modes de réalisations (non représentés), le dispositif 10 comporte un patin amovible positionné dans prolongement de l’axe de rotation 126 de l’ensemble des roulettes et des axes de rotation, 114 et 115, des rouleaux de déroulement, 112 et 113. Lorsque le patin est mis en position, il est en appui les rouleaux de déroulement, 112 et 113, et sur les moyens d’inclinaison 108 pour aider à faire glisser l’extrémité de la bobine 105 lors de son transfert sur les rouleaux de déroulement, 112 et On observe, sur la figure 3, un plan 120 d’aide à la découpe du revêtement déroulé 301 . Le poids du revêtement déroulé 301 plaque le revêtement déroulé 301 contre le plan 120. Le plan 120 comporte une fente 121 selon l’axe de découpe 100 pour guider une lame lors de la découpe. Le plan 120 est préférentiellement parallèle au plan 102 du plateau 101.

Dans des modes de réalisation, le dispositif comporte, de plus, un moyen d’enroulement 314 du revêtement déroulé 301 disposé sur le tiroir 110, le moyen d’enroulement 314 et les au moins deux rouleaux, 112 et 113, de déroulement étant disposés de part et d’autre de la fente 121. Le moyen d’enroulement 314 comporte préférentiellement un bobineau cylindrique 302 et un moteur 304 d’entraînement du bobineau 302. Le bobineau 302 présente un axe parallèle à l’axe de découpe 100. Sur la surface cylindrique du bobineau 302 peut être fixé le bord d’amorce du revêtement déroulé. On définit par « bord d’amorce », un bord du revêtement, sensiblement parallèle à l’axe 127 de la bobine 100. En manipulant le bord d’amorce autour de l’axe 127 de la bobine 100, on peut dérouler le revêtement. Dans des modes de réalisation, le bobineau 302 est en appui sur deux rouleaux, 116 et 117, de maintien en position. Les rouleaux de maintien, 116 et 117, créent deux appuis linéaires parallèles avec l’axe du bobineau 302. Le poids du bobineau 302 et du revêtement enroulé sur le bobineau 302 maintient la bobine en appui contre les deux rouleaux de maintien, 116 et 117. Les rouleaux de maintien, 1 16 et 117, présentent des axes, 1 18 et 1 19, parallèles à l’axe de découpe 100 et à l’axe du bobineau 302. Les rouleaux de maintien, 116 et 117, permettent au revêtement de s’enrouler facilement autour du bobineau 302. Les efforts de l’opérateur pour enrouler le revêtement 301 sont donc minimisés.

Lorsque le bord d’amorce est fixé au bobineau 302, en actionnant le moteur 304, l’opérateur déroule le revêtement de la bobine 105. Préférentiellement, les rouleaux de maintien, 116 et 117, sont positionnés symétriquement aux rouleaux de déroulement, 112 et 113, par rapport à un plan de symétrie comportant l’axe de découpe 100 et perpendiculaire au plan 120.

Le dispositif 10 comporte le moteur 304 de mise en rotation du bobineau 302 et une pédale 306 d’actionnement du moteur 304 configurée pour être actionnée par le pied d’un opérateur. La pédale 306 peut être connectée à une alimentation électrique 305 et commander l’alimentation du moteur 304 en énergie électrique. Préférentiellement, plus l’opérateur applique de pression sur la pédale 306, plus la vitesse de rotation du moteur 304 est élevée. Préférentiellement, le moteur 304, la pédale 306 et l’alimentation électrique 305 sont amovibles pour permettre plus de compacité du tiroir.

Dans d’autres modes de réalisation, la mise en rotation du bobineau 302 est effectuée à la main ou au moyen d’une manivelle amovible.

Sur la figure 3, le dispositif 30 comporte, de plus, un bras extensible 303 commutable entre une position d’entraînement du bobineau 302 et une position d’entraînement de la bobine 105 de revêtement positionnée sur les rouleaux de déroulement, 112 et 113.

L’extension du bras commutable 303 peut être effectuée par tout moyen connu de l’homme du métier, par exemple au moyen d’une coulisse et d’un coulisseau.

Le bras commutable 303 comporte deux extrémités, l’une étant fixée de manière amovible au tiroir 1 10 et l’autre au moyen d’enroulement 314. Dans les modes de réalisation dans lesquels le moyen d’enroulement 314 comporte un moteur 304, le moteur 304 peut être fixé en intermédiaire entre le bobineau 302 et le bras commutable 303 à une extrémité du bras commutable 303.

Préférentiellement, l’extrémité du bras commutable fixée au tiroir 110 est fixée dans un plan comportant l’axe de découpe 100 et perpendiculaire au plan 120. Ainsi, lorsque le bras commute entre les deux positions, il entraîne soit la bobine de revêtement qui se trouve en appui sur les rouleaux de déroulement, 112 et 113, soit le bobineau 302 qui se trouve en appui sur les rouleaux de maintien, 116 et 117, disposés symétriquement par rapport au plan comportant l’axe de découpe 100 et perpendiculaire au plan 120.

Préférentiellement, le bobineau 302 et le bras 303 présentent des reliefs d’entraînement, 40 et 42, correspondants. Lorsque le moteur 304 est fixé au bras 303 en intermédiaire entre l’extrémité du bras 303 et le bobineau 302, le moteur présente le relief d’entraînement, 40 ou 42, correspondant à celui du bobineau 302. Les reliefs d’entraînement, 40 et 42, sont représentés en figure 4. Un premier relief d’entraînement, 40 et 41 , est représenté en vue de face 40 et en vue de côté 41 en figure 4.

Le premier relief d’entraînement, 40 et 41 , présente un tronc de cône 401 droit à base circulaire. La face circulaire de diamètre le plus petit est munie de deux tiges 402 et 403 de section circulaire. Une des tiges 402 présente une gorge 404.

Le deuxième relief d’entraînement 42 est une plaque 420 munie d’orifices, 421 et 422, disposés similairement aux tiges, 402 et 403, pour que les tiges, 402 et 403, pénètrent à travers les orifices 421 et 422. Étant donné le poids du bobineau 302, la périphérie de l’orifice, 421 ou 422, accueillant la tige 402 munie de la gorge 404, se pose dans la gorge ce qui permet d’éviter que les reliefs se détachent alors que le bobineau 302 est en rotation.

Par ailleurs, puisque le relief, 40 et 41 , présente deux tiges, 402 et 403, insérés dans les orifices, 421 et 422, du relief 42 correspondant, la rotation d’un relief, 40 et41 ou 42, entraîne la rotation de l’autre relief, 40 et 41 ou 42.

Préférentiellement, le bobineau 302 présente le relief d’entraînement 42 et le moteur 304 ou le bras 303 présente le relief d’entraînement, 40 et 41.

Dans des modes de réalisation, le tiroir 110 comporte un odomètre, 307 et 308, en rotation selon un axe parallèle à l’axe de découpe 100 pour mesurer une distance de revêtement déroulé 301. Un odomètre est un dispositif muni d’une roulette 308, qui lorsqu’elle est entraînée en rotation active un compteur 307 permettant de mesurer une distance parcourue sur le périmètre de la roulette. On aurait également pu utiliser les termes « compteur à roulette ». Dans le mode de réalisation représenté en figure 3, l’odomètre, 307 et 308, est monté sur un bras positionnable 309 amovible par rapport au tiroir 110. Le bras positionnable 309 peut avoir toute configuration connue de l’homme du métier.

Préférentiellement, l’odomètre, 307 et 308, est positionné en regard de la fente 121.

Dans des modes de réalisation, le dispositif 30 comporte, de plus, un pistolet à air chaud 313 en regard d’un bord du revêtement déroulé 301 pour souder une bandelette au revêtement déroulé. Le pistolet à air chaud peut être positionné sur un bras positionnable 309 et être muni d’une bobine de bandelette se déroulant automatiquement contre le bord du revêtement. Le chauffage de la bandelette entraînement son adhésion au revêtement. On observe, sur la figure 5, un procédé d’utilisation d’un dispositif 10 objet de l’invention. La situation initiale est une situation dans laquelle une ou plusieurs bobines, 103, 104 ,105, de revêtement sont placées sur le plan de réception 102 du plateau 101 . Pour utiliser le dispositif objet de l’invention, on incline 51 , dans un premier sens, au moins une roulette 106 de chaque paire de roulettes, 106 et 107, en actionnant la poignée 124 reliée aux moyens d’inclinaison 108. Puis, on fait rouler 52 la bobine 105 de revêtement que l’on souhaite découper pour franchir la roulette 106 inclinée. On incline 53 alors, dans le sens opposé, chaque paire de roulettes, 106 et 107, pour positionner les roulettes dans une position sensiblement horizontale représentée en figure 1. On verrouille 53 cette position.

On translate 54 la bobine 105 en tirant dessus, les roulettes, 106 et 107, commencent donc à rouler pour faciliter la translation de la bobine 105. À la fin de la translation, la bobine 105 est positionnée sur les rouleaux, 112 et 1 13, de déroulement.

On déroule partiellement la bobine 105 pour accrocher le bord d’amorce au bobineau 302. Puis, on actionne le moyen d’enroulement 314 pour dérouler la bobine 105 et enrouler le revêtement autour du bobineau 302 en mesurant 56 la distance déroulée. L’actionnement du moyen d’enroulement 314 peut être effectué en appliquant une pression sur une pédale 306 pour mettre en fonctionnement un moteur 304. Enfin, quand la distance déroulée correspond à la distance souhaitée, on découpe le revêtement 301 , par exemple en glissant un cutter dans une fente 121. Ces étapes peuvent être précédées par des étapes de mise en place du dispositif 10. Pour la mise en place du dispositif 10, on tire le tiroir 110 qui coulisse sur les coulisseaux 111. On fixe les pieds amovibles 310 et 311 et on règle chaque pied en fonction de l’indication du niveau 312 pour que le tiroir 110 soit sensiblement horizontal. Puis, on met en place l’alimentation électrique 305, le bras commutable 303, la pédale 306, le moteur 304 qui sont amovibles.

On observe, sur la figure 6, un véhicule 60 objet de l’invention, présentant un coffre 61 comportant un dispositif 10 objet de l’invention selon les modes de réalisation décrits ci-dessus. Dans des modes de réalisation, le véhicule 60 comporte une remorque dans laquelle est positionné le dispositif 10 objet de l’invention. Le véhicule 60 est, par exemple, un véhicule utilitaire, telle une camionnette.

On rappelle les définitions suivantes :

- un « bord » est une limite d’une surface, notamment le plus petit côté d’un profilé rectangulaire communément connu sous le nom d’« épaisseur », et

- un « profilé » est la section d’un volume droit, c’est-à-dire généré par des droites.

Dans la suite de la description, on considère que le revêtement et la bandelette se déroulent chacun d’une bobine ou d’un rouleau, le profilé du revêtement ou de la bandelette est une section dans un plan comportant l’axe de la bobine ou du rouleau. Le profilé du revêtement ou de la bandelette est rectangulaire en tout point de la bandelette ou du revêtement.

On observe, sur la figure 10, une vue schématique d’un mode de réalisation du dispositif 400 de pose objet de l’invention. Le dispositif 400 de pose d’une bandelette 402 sur un bord 404 d’un revêtement 401 comporte :

- un support 420 d’une bobine 401 de bandelette 402,

- une fixation mécanique 416 avec un pistolet à air chaud, 405 et 406, de soudure de bandelette 402 au revêtement 501 , - un guide de la bandelette 403 pour positionner la bandelette 402 d’abord en regard du pistolet à air chaud, 405 et 406, puis en appui sur le bord 504 du revêtement 501 et

- une butée 410 de positionnement du guide 403 de bandelette 402 par rapport au bord 504 du revêtement 401 pour superposer la bandelette 402 avec le revêtement 501 , la bandelette soudée au revêtement présentant un profilé en L.

Le support 420 de bobine 401 est un arbre de diamètre correspondant aux diamètres des bobines 401 de bandelette 402 connus de l’homme du métier. L’arbre peut comporter une butée et un moyen de maintien de la bobine 401 , tel un écrou vissé sur un filetage de l’arbre, par exemple. Le moyen de maintien est préférentiellement amovible pour pouvoir remplacer la bobine. La bobine 401 est placée autour de l’arbre jusqu’à atteindre la butée, puis le moyen de maintien de la bobine 401 est mis en place. La butée et le moyen de maintien permettent à la bobine 401 d’être en rotation par rapport au support 420 autour de l’axe de l’arbre tout en étant maintenu en position pour éviter un déplacement latéral de la bobine 401 . Préférentiellement, le support 420 de bobine 401 est fixé à la fixation mécanique 416, par un bras positionnable 404. Le bras positionnable 404 peut présenter au moins un axe de rotation parallèle à l’axe de déroulement pour régler l’espacement entre le support 420 de la bobine 401 en fonction des dimensions de la bobine 401 et notamment du diamètre de la bobine 401 .

Le pistolet à air chaud, 405 et 406, est préférentiellement un pistolet à air chaud présentant un châssis 406 et une buse 405. La fixation mécanique 416, est, par exemple, une bride, positionnée autour du châssis du pistolet à air chaud 406 et serrée contre le châssis du pistolet à air chaud 406. Le pistolet à air chaud, 405 et 406, comporte un moyen d’alimentation électrique 407, préférentiellement, une prise électrique à brancher sur une prise de courant. Dans des modes de réalisation, le moyen d’alimentation électrique est une source d’alimentation électrique autonome, telle une batterie, par exemple.

Le pistolet à air chaud, 405 et 406, comporte également un moyen de mise en fonctionnement 408 du pistolet à air chaud, par exemple un bouton poussoir commandant l’alimentation électrique du pistolet à air chaud. La buse 405 du pistolet à air chaud 406 comporte le guide 403 de la bandelette 402 pour positionner la bandelette 402, au cours de son mouvement, d’abord en regard du pistolet à air chaud, 405 et 406, qui chauffe la bandelette, puis en appui sur le bord 504 du revêtement 501 où la bandelette 402 se soude sur le bord 504 du revêtement 501 . Le guide 403 est un tube aux dimensions correspondantes aux dimensions des bandelettes connues de l’homme du métier. Les dimensions du tube peuvent être de dix pour cent supérieures aux dimensions des bandelettes connues de l’homme du métier. Le tube 403 est fixé à l’extrémité de la buse 405 de sorte que la bandelette 402, insérée dans le tube 403, sort du tube 403 en regard de la buse 405 pour être chauffée et positionnée sur le bord 504 du revêtement 501 . Préférentiellement, le guide 403 de la bandelette et la buse 405 sont une seule pièce mécanique. On peut définir un axe de déroulement de la bandelette comme étant l’axe du tube 403. Le dispositif 400 comporte également une butée 410 de positionnement du guide 403 de bandelette 402 par rapport au bord 504 du revêtement 501 pour superposer la bandelette 402 avec le revêtement 501. La bandelette 402 soudée au bord 504 du revêtement 501 présente un profilé en L. La butée 410 comporte préférentiellement une plaque normale au revêtement 501 et parallèle à l’axe de déroulement. Lors du déroulement de la bandelette, le bord de la bandelette entre en contact avec la plaque qui est positionnée contre le bord 504 du revêtement 501 . Ainsi, les bords, 503 et 504, de la bandelette 502 et du revêtement 504 coïncident pour former le profilé en L.

Dans des modes de réalisation, le dispositif 400 comporte un moyen d’écrasement, 416 et 417, de la bandelette 402 contre le revêtement 501 pour tendre et dérouler la bandelette 402. Le moyen d’écrasement, 416 et 417, présente préférentiellement deux surfaces planes, 416 et 417, parallèles entre elles et perpendiculaires à la butée 410. Les surfaces planes, 416 et 417, sont en regard l’une de l’autre. Une surface plane 416 peut être fixée à la buse 405 en aval du tube 403 pour guider la bandelette 402 une fois chauffée. L’autre surface plane 417 peut être fixée à la butée 410. Un chanfrein ou un arrondi peut être présent à la jonction entre chaque surface plane, 416 et 417, et la buse 405 ou la butée 410 respectivement.

La distance entre les surfaces planes, 416 et 417, correspond à la somme des épaisseurs de la bandelette 402 et du revêtement 501 . La bandelette 402 est déroulée par friction entre la bandelette 402 et le revêtement 501 d’une part, et la bandelette 402 et la surface plane 416, d’autre part. Dans des modes de réalisation, le moyen d’écrasement, 416 et 417, comporte un moyen de réglage 413 de la tension de la bandelette 402. Le moyen de réglage 413 de la tension de la bandelette 402 est un moyen de réglage de l’écartement entre les surfaces planes 416 et 417.

Dans le mode de réalisation représenté, la butée 410 et la surface plane 417 sont fixées à un patin 409. Le patin 409 vise à glisser contre le revêtement 501 pour guider le dispositif 400. Le patin 409 est fixé au pistolet à air chaud 406. Le patin 409 comporte une molette de réglage 413 de la distance entre le pistolet à air chaud 406 et le patin 409 réglant ainsi la distance entre les surfaces planes 416 et 417. La molette de réglage 413 peut être toute molette connue de l’homme du métier.

Dans des modes de réalisation, le dispositif 400 comporte un moyen de réglage 41 1 de la position de la butée 410 de positionnement par rapport au guide 403. Le patin 409 est, par exemple, monté autour d’une vis à tige filetée d’axe normal à la butée 410. La vis est insérée dans un orifice correspondant fixé au pistolet à air chaud 406. En serrant ou en desserrant la vis, on déplace latéralement la butée 410. « Latéralement », signifie selon l’axe de la vis qui est parallèle à l’axe du support de bobine 401 et normal au plan de la butée 410.

Le moyen de réglage 411 peut être tout moyen de réglage connu de l’homme du métier pour régler la position relative de deux objets en translation selon un axe.

Dans des modes de réalisation, le dispositif 400 comporte un amortisseur 412 pour maintenir en contact le patin 409 contre le revêtement 501. L’amortisseur 412 peut être un ressort en compression, par exemple. Ces modes de réalisation permettent d’éviter que le dispositif 400 se déplace par rapport au revêtement et de maintenir un soudage homogène de la bandelette 402. Dans des modes de réalisation, le dispositif 400 comporte un moyen de commande 414 de la température de chauffage de la bandelette 402. Le moyen de commande 414 peut être une molette régler la température de chauffe.

Préférentiellement, le dispositif 400 comporte un moyen de mise en correspondance 415 de la température de chauffage et de la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement. Par exemple, ce moyen de mise en correspondance 415 peut comporter : - un moyen de mesure de la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement et

- un moyen d’asservissement de la température de chauffage en fonction de la vitesse de déplacement relatif mesurée.

Le moyen de mesure de la vitesse relative peut être tout moyen de connu de l’homme du métier, par exemple :

- un capteur de la vitesse de rotation de la bobine 401 pour en déduire la longueur de bandelette 402 déroulée et donc la vitesse relative entre le dispositif 400 et le revêtement,

- si le dispositif est en mouvement et le revêtement est fixe, un gyroscope ou

- un odomètre, aussi connu sous le nom de compteur à roulette, l’odomètre est muni d’un minuteur pour calculer une vitesse et peut par exemple être fixé au patin et configuré pour que la roulette, roule sur le revêtement 501 .

Dans d’autres modes de réalisation, le moyen de mise en correspondance 515 comporte :

- un moyen de mesure de la température de chauffage et

- un moyen d’asservissement de la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement en fonction de la température de chauffage mesurée.

Le moyen d’asservissement peut être incorporé au moyen de commande et être un programme de commande dans lequel, plus la vitesse de déplacement relative est importante, plus la température de chauffe est élevée, et inversement.

Dans d’autres modes de réalisation, le moyen de mise en correspondance 515 comporte un détecteur de fumée et si de la fumée est détectée, la température de chauffage est stabilisée. Dans d’autres modes de réalisation, le moyen de mise en correspondance 515 comporte un détecteur de fumée et si lorsque la densité de la fumée est supérieure à une valeur prédéterminée, la température de chauffage est réduite et/ou la vitesse de déplacement relatif entre le dispositif et le revêtement est augmentée.

Lorsque le dispositif 400 est monté sur un dispositif 30 d’enroulement motorisé d’un revêtement, la vitesse du moteur, entraînant le revêtement, peut être asservie à la température de chauffage. Ou, dans d’autres modes de réalisation, la vitesse du moteur est mesurée et la température de chauffage est asservie à la vitesse mesurée.

Pour résumer, le dispositif 400 comporte deux parties fixées l’une à l’autre :

- un patin 409 de position réglable par rapport au pistolet à air chaud, muni d’une butée 410 et d’une surface plane 417 perpendiculaire à cette butée, sur laquelle repose le revêtement 501 , la butée étant en contact avec le bord 504 du revêtement 501 et

- un pistolet à air chaud 406 muni d’un support 420 de bobine 401 et d’une buse 405 sur laquelle on trouve un tube 403 traversé par la bandelette 402 qui se retrouve pincée en une surface plane 416, fixée à la buse 405, et le revêtement 501 , lui-même positionné sur la surface plane 417.

On observe sur la figure 11 que la bandelette 402 traverse le tube 403, est chauffée au moyen de la buse 405. Puis la bandelette chauffée 502 est écrasée contre le revêtement 501 par les surfaces planes, 416 et 417. Par ailleurs, les réglages du dispositif 400 mettent en contact la butée 410 avec le bord 504 du revêtement 501 et le bord 503 de la bandelette 502. Le pistolet à air chaud, 405 et 406, et le dispositif 400 peuvent être présentés sous forme de kit. On observe, sur la figure 12, un mode de réalisation particulier d’un dispositif 30 d’enroulement motorisé d’un revêtement comportant un dispositif de pose 400 d’une bandelette 402 objet de l’invention. Le dispositif 30 comporte, un pistolet à air chaud 400 en regard d’un bord du revêtement déroulé 301 pour souder une bandelette au revêtement déroulé.

On observe, sur la figure 12, un plan 315 d’aide à la découpe du revêtement déroulé 301 . Le poids du revêtement déroulé 301 plaque le revêtement déroulé 301 contre le plan 315. Le plan 315 comporte une fente 314 selon un axe de découpe pour guider une lame lors de la découpe.

On observe, sur la figure 13, un procédé 70 d’utilisation d’un dispositif 400 objet de l’invention. On considère que les réglages concernant la position de la butée 410 et de la tension de la bandelette 402 ont été effectués au préalable.

Pour manipuler le dispositif 400, on met 71 la butée 410 en position contre le bord 504 du revêtement 501 . On déroule 72 une partie de la bandelette et on positionne 73 l’extrémité déroulée de la bandelette 402 entre les surfaces planes 416 et 417 du moyen d’écrasement. Puis on commence le chauffage 73 de la bandelette et le déplacement du dispositif 74. En déplaçant le dispositif la bandelette se déroule 72 continuellement, la partie déroulée étant chauffée 73. En déplaçant 74 le dispositif 400, on calcule 75 la vitesse de déplacement relatif du dispositif 400 par rapport au revêtement 501 et on asservi 76 la température de chauffage en fonction de la vitesse calculée.

On appelle « paroi périphérique » de piscine, une paroi latérale d’une piscine, autrement dit, une paroi latérale de la piscine correspondant aux bords, généralement verticaux, de la piscine, par opposition au fond de la piscine. Une paroi périphérique est munie d’une « face latérale » et d’une « face supérieure ». La face latérale est la face contenant l’eau lorsque la piscine est remplie, contre laquelle le revêtement est posé. La face supérieure est la face sur laquelle sont posées des margelles, ou une plage de piscine. Dans toute la description, on appelle « haut », « dessus » ou « supérieur » ce qui se trouve en haut sur les figures 14 à 16. On appelle « bas », « dessous » ou « inférieur » ce qui se trouve en bas sur ces figures. On appelle « avant » ce qui se trouve à gauche en figures 14 et 16 et « arrière » ce qui se trouve à droite en figures 14 et 16. On appelle « droite », ce qui se trouve à droite dans la figure 15 et « gauche », ce qui se trouve à gauche dans la figure 15 et « de côté », une vue depuis la droite ou la gauche du dispositif.

On observe, sur les figures 14 et 15, des vues schématiques, de côté et de face d’un mode de réalisation particulier du dispositif 600 de déroulement objet de l’invention. Le dispositif 600 de déroulement d’un revêtement sous forme de bobine 701 contre une paroi 702 périphérique d’une piscine, comporte un bâti 601 muni d’un support 633 d’une bobine 701 de revêtement. Le support 633 est libre en rotation par rapport au bâti selon un axe 650 dit « axe de déroulement » parallèle à une face latérale 703 de la paroi 702. Le dispositif 600 comporte également, un premier jeu d’au moins deux roulettes 605 d’axes de rotation 630 parallèles à l’axe de déroulement 650 pour faire rouler le bâti 601 contre la face latérale 703 de la paroi 702 et un deuxième jeu d’au moins deux roulettes 602 d’axes de rotation 629 perpendiculaires à la face latérale de la paroi pour faire rouler le bâti 601 sur une face supérieure 704 de la paroi 702.

Le bâti 601 présente deux cadres assemblés : - un cadre inférieur présentant deux armatures dites « latérales », 612 et 613, en tronc de cylindre droit à courbe directrice rectangulaire et de courbe génératrice parallèles à l’axe de déroulement 650, et deux armatures dites « transversales », 615 et 618, en tronc de cylindre droit à courbe directrice rectangulaire et de courbe génératrice perpendiculaire à l’axe de déroulement 650 et à l’axe de rotation 629 du deuxième jeu de roulettes 602 et

- un cadre supérieur présentant deux armatures dites « latérales », 620 et 621 , en tronc de cylindre droit à courbe directrice rectangulaire et de courbe génératrice parallèles à l’axe de déroulement 650, et deux armatures dites « transversales », 610 et 617, en tronc de cylindre droit à courbe directrice rectangulaire et de courbe génératrice perpendiculaire à l’axe de déroulement 650 et à l’axe de rotation 629 du deuxième jeu de roulettes 602.

Préférentiellement, l’armature transversale 618 est disposée aux extrémités supérieures des armatures latérales, 612 et 613. Et l’armature transversale 617 est disposée aux extrémités inférieures des armatures latérales, 620 et 621. Lorsque les cadres inférieurs et supérieurs sont assemblés, les armatures transversales, 617 et 618, sont appuyées l’une sur l’autre et assemblées par tout moyen d’assemblage 619 connu de l’homme du métier, tels des vis et des écrous, par exemple. Les armatures de gauche, 613 et 621 , sont alignées, et les armatures de droite, 612 et 620, sont alignées. La mise en œuvre de deux cadres dés-assemblables permet de démonter le dispositif 600 et de limiter son encombrement. Préférentiellement, une première partie 607 du support 633 de bobine 701 est fixée au cadre inférieur au moyen d’un socle inférieur 614. Le socle inférieur 614 présente une forme en deux troncs de cylindre droit à courbe directrice rectangulaire. Le premier tronc de cylindre présente une courbe génératrice perpendiculaire à l’axe de déroulement 650 et perpendiculaire à l’axe de rotation 629 du deuxième jeu de roulettes 602. Le deuxième tronc de cylindre présente une courbe génératrice parallèle à l’axe de rotation 629 du deuxième jeu de roulettes 602. Le deuxième tronc de cylindre est assemblé, par une extrémité, au premier tronc de cylindre, sensiblement au milieu du premier tronc de cylindre.

Le support 633 de bobine 701 comporte un plateau circulaire 607 dont le centre est confondu à l’axe de déroulement 650. Le plateau 607 de bobine 701 présente un relief dit « premier relief » en tronc de cône droit 606 à directrice circulaire dont le centre est confondu à l’axe de déroulement 650, le sommet du cône étant également confondu à l’axe de déroulement 650. La base de plus grand diamètre du tronc de cône 106 est positionnée sur le plateau 607. Un tel relief 606 permet un emboîtement avec des bobines de revêtement 701 de diamètres différents. L’extrémité inférieure de la bobine 701 est positionnée autour du premier relief 606.

Le cadre supérieur comporte un deuxième relief 608 déplaçable par rapport au bâti et s’emboîtant avec l’extrémité supérieure de la bobine 701 . Le deuxième relief 608 est, par exemple, une tige s’insérant dans la bobine 701 de revêtement.

Dans des modes de réalisation, le deuxième relief 608 présente un tronc de cône droit à base circulaire. La face circulaire de diamètre le plus petit est munie de deux tiges de section circulaire reparties à même distance du centre de la face circulaire. Une des tiges présente une gorge. Le deuxième relief 608 s’insère dans un relief correspondant sur l’extrémité de la bobine 701 . Ce relief correspondant sur la bobine 701 est muni d’orifices disposés similairement aux tiges pour que les tiges pénètrent à travers les orifices.

Dans des modes de réalisation, le deuxième relief 608 comporte un moyen d’adaptation 633 de l’écart entre le premier relief 607 et le deuxième relief 608, cette adaptation s’effectuant à une dimension entre les extrémités de la bobine.

Par exemple, le deuxième relief 608 peut être monté sur un socle supérieur 634 similaire au socle inférieur 614. La différence entre le socle supérieur 634 et le socle inférieur 614 réside dans le fait le socle supérieur 634 comporte l’armature transversale supérieure 610, qui est mobile en translation par rapport aux armatures latérales, 620 et 621 . Le socle supérieur 634 peut comporter un moyen de blocage 611 de sa position par rapport aux armatures latérales, 620 et 621 . Le moyen de blocage 61 1 peut être tout moyen connu de l’homme du métier.

Dans des modes de réalisation non représentés, le socle inférieur 614 est également mobile en translation par rapport aux armatures latérales, 612 et 613, et présente des moyens de blocage de sa position par rapport aux armatures latérales, 612 et 613.

Préférentiellement, le deuxième relief 608 comporte un moyen de visualisation 609 de la position du deuxième relief 608 par rapport à cette autre extrémité de la bobine 701 . Le moyen de visualisation 609 est, par exemple, un miroir aligné avec la ou les tiges du deuxième relief 608. L’opérateur peut donc regarder dans le miroir pour voir si le deuxième relief 608 et l’extrémité de la bobine 701 sont alignés, avant d’abaisser le deuxième relief 608 pour bloquer la bobine 701 entre le premier 607 et le deuxième relief 608 et de verrouiller sa position.

Le premier jeu d’au moins deux roulettes 605 est préférentiellement fixé au cadre inférieur. Les roulettes 605 sont positionnées sur l’armature transversale 615 symétriquement par rapport à l’axe de déroulement 650. Les premier et deuxième reliefs, 607 et 608, sont disposés à l’avant des armatures latérales, 612 et 620, et le jeu de roulettes 605 est disposé à l’arrière des armatures latérales, 612 et 620. Ainsi, seules les roulettes 605 entrent en contact avec la face latérale 703 de la paroi 702.

Le deuxième jeu d’au moins deux roulettes 602 est préférentiellement fixé au cadre supérieur. Dans le mode de réalisation représenté, le deuxième jeu de roulettes 602 comporte quatre roulettes 602. Les roulettes 602 sont positionnées sur une armature mobile 616 symétriquement par rapport à l’axe de déroulement 650. Les premier et deuxième reliefs, 607 et 608, sont disposés à l’avant des armatures latérales, 612 et 620, et le jeu de roulettes 602 est disposé à l’arrière des armatures latérales, 612 et 620.

L’armature 616 est mobile en translation par rapport au bâti 601 selon un axe parallèle à l’axe de déroulement 650. L’armature 616 est un tronc de cylindre droit à courbe directrice rectangulaire et de courbe génératrice perpendiculaire à l’axe de déroulement 650 et à l’axe de rotation 629 du deuxième jeu de roulettes 602. L’armature 616 peut présenter deux orifices de forme correspondant à la section des armatures latérales, 620 et 621 , pour coulisser sur les armatures latérales, 620 et 621. Préférentiellement, l’armature mobile 616 comporte un moyen de verrouillage 604 de la position de l’armature mobile 616 par rapport au bâti 601. Le moyen de verrouillage 604, peut comporter une manivelle qui actionne le déplacement d’éléments s’écartant et entrant en contact avec les armatures latérales, 620 et 621 pour verrouiller la position de l’armature mobile 616. Les éléments peuvent être des plaques munies d’un revêtement adhérant, par exemple.

Dans des modes de réalisation, le bâti 601 comporte au moins une poignée 603 de déplacement du bâti 601 par rapport à la paroi 702. Préférentiellement, le bâti 601 comporte deux poignées 603, de part et d’autre de l’axe de déroulement 650. Dans le mode de réalisation représenté, les poignées 603 sont positionnées sur l’armature mobile 616, respectivement à gauche et à droite du deuxième jeu de roulettes 602.

Dans des modes de réalisation (non représentés), une poignée 603 est positionnée sur l’armature gauche 621 et une autre poignée est positionnée sur l’armature droite 620.

Le dispositif 600 comporte, de plus, au moins un troisième jeu d’au moins deux roulettes, 623, 624, 626 et 627, d’axe de rotation, 631 ou 632, parallèle à l’axe de déroulement 650, d’appui de la bobine 701 pour faciliter la mise en rotation de la bobine 701 selon l’axe de déroulement 650. Préférentiellement, le troisième jeu de roulettes présente quatre roulettes, 623, 624, 626 et 627, réparties par paires de part et d’autre de l’axe de déroulement 650.

Une paire de roulettes, 623 et 624, est fixée, d’une part, à un arbre 622 d’axe 631 parallèle à l’axe de déroulement et, d’autre part, à l’armature droite 612 du cadre inférieur. L’autre paire de roulettes, 626 et 627, est fixée, d’une part, à un arbre 625 d’axe 632 parallèle à l’axe de déroulement et, d’autre part, à l’armature gauche 613 du cadre inférieur.

Dans d’autres modes de réalisation (non représentés), les tiges, 622 et 625, sont fixées aux armatures latérales, 620 et 621 , du cadre supérieur.

Les paires de roulettes, 623 et 624, et 626 et 627, forment des appuis linéaires, d’axes parallèles à l’axe de déroulement 650, contre la bobine 701 . Ces appuis permettent de bien appuyer contre la bobine 701 pour dérouler le revêtement.

Préférentiellement, les arbres, 622 et 625, sont reliés par un ressort 628 en compression. Le ressort 628 a donc tendance à pousser les arbres, 622 et 625, et donc à maintenir les roulettes, 623, 624, 626 et 627 en contact avec la bobine 701 .

On observe, sur la figure 16, un dispositif 600 objet de l’invention en utilisation contre une paroi latérale

702 d’une piscine. On observe que le premier jeu de roulettes 605 est en appui contre la face latérale

703 de la paroi 702 et que le deuxième jeu de roulettes 602 est en appui sur une face supérieure 704 de la paroi 702. La bobine 701 est positionnée sur le dispositif 400 entre le premier relief 607 et le deuxième relief 608. Les réglages de position des roulettes 602 et du deuxième relief 608 ont été effectués pour correspondre à la paroi 702 et à la bobine 701 .

Le procédé de réalisation d’une piscine objet de l’invention comporte au moins une de l’utilisation du dispositif d’aide à la découpe objet de l’invention, l’utilisation du dispositif de pose objet de l’invention et l’utilisation du dispositif de déroulement objet de l’invention. Préférentiellement, ce procédé de réalisation d’une piscine comporte au moins deux de ces utilisations et, encore plus préférentiellement, ces trois utilisations. Préférentiellement, le véhicule objet de l’invention comporte au moins deux de ces dispositifs objet de l’invention et, encore plus préférentiellement, ces trois dispositifs.