Login| Sign Up| Help| Contact|

Patent Searching and Data


Title:
WATCH MOVEMENT COMPRISING A RETROGRADE DISPLAY AND A JUMP HOUR RING
Document Type and Number:
WIPO Patent Application WO/2017/158527
Kind Code:
A1
Abstract:
The invention relates to a watch movement comprising a retrograde moving part, an hour ring having an internal asymmetric toothing and driven by the retrograde moving part so as to display the current time in a jumping manner, a correction mechanism allowing the retrograde moving part to be corrected in a two-directional manner, and a driving body which is actuated by said correction mechanism and engaged with said internal asymmetric toothing such that the corrections of the retrograde moving part in the clockwise direction are transmitted to the hour ring, while the corrections in the anti-clockwise direction are not transmitted to the hour ring.

Inventors:
GERBER YVES (CH)
MOJON SÉBASTIEN (CH)
WATRELOT GUILHEM (FR)
Application Number:
IB2017/051498
Publication Date:
September 21, 2017
Filing Date:
March 15, 2017
Export Citation:
Click for automatic bibliography generation   Help
Assignee:
CHANEL SA GENÈVE (CH)
International Classes:
G04B19/08; G04B19/20; G04B27/00
Foreign References:
CN203069969U2013-07-17
EP1868048A12007-12-19
CH691833A52001-10-31
EP0788036B12002-06-05
Attorney, Agent or Firm:
P&TS SA (AG, LTD.) (CH)
Download PDF:
Claims:
Revendications

1. Mouvement de montre comprenant :

- un mobile rétrograde (20) ;

- un anneau des heures (60) portant une denture interne asymétrique (610) et entraîné grâce au mobile rétrograde (20) pour afficher l'heure courante de manière sautante ;

- un mécanisme de correction (1) permettant de corriger le mobile

rétrograde (20) de manière bidirectionnelle ;

- un organe d'entraînement (4) actionnable par ledit mécanisme de

correction (1) et en prise avec ladite denture interne asymétrique (610) de manière à ce que les corrections du mobile rétrograde (20) dans le sens horaire sont transmises à l'anneau des heures (60), et à ce que les corrections dans le sens antihoraire ne sont pas transmises à l'anneau des heures (60). 2. Mouvement selon la revendication précédente dans lequel ladite denture interne asymétrique (610) comporte une pluralité de dents avec des flancs asymétriques, ledit organe d'entraînement (4) étant agencé de manière à buter contre un flanc (6100) d'une dent de la denture interne (610) et à entraîner l'anneau des heures (60) lorsque le mobile rétrograde (20) tourne en sens antihoraire et à glisser sur un autre flanc d'une dent de la denture interne lorsque le mobile rétrograde (20) tourne en sens horaire.

3. Mouvement selon l'une des revendications 1 ou 2, ledit mobile

rétrograde (20) permettant d'afficher les minutes.

4. Mouvement selon la revendication 3, comportant une came escargot (5) et un râteau (3) en prise avec la came escargot (5) pour entraîner ledit mobile rétrograde (20).

5. Mouvement selon la revendication 4, comportant un ressort (42) monté sur ledit râteau (3) et exerçant une force pour appuyer ledit organe d'entraînement (4) sur ladite denture interne asymétrique.

6. Mouvement selon la revendication précédente dans lequel la came escargot (5) tournant dans un premier sens de rotation entraîne ledit râteau (3) et ledit mobile rétrograde (20) dans le sens de rotation opposé.

7. Mouvement selon l'une des revendications 3 à 6, agencé de manière à permettre une correction illimitée de l'affichage des heures et des minutes dans le sens horaire.

8. Mouvement selon l'une des revendications 1 à 7, dans lequel le mécanisme de correction (1) est agencé pour permettre la correction des heures dans le sens horaire, de manière sautante. 9. Mouvement de montre selon l'une des revendications 3 à 8, agencé de manière à permettre une correction de l'affichage des minutes dans le sens antihoraire .

10. Mouvement de montre selon la revendication 9, comprenant un mécanisme de blocage de correction (35) pour empêcher la correction des minutes dans le sens antihoraire dans une plage incluant l'instant de retour du mobile rétrograde, et pour permettre la correction des minutes dans le sens antihoraire hors de ladite plage.

1 1. Mouvement de montre selon l'une des revendications 4 à 10, dans lequel ledit ressort (42) monté sur ledit râteau (3) comprend une extrémité (442),par exemple une extrémité en forme de dent, arrangée pour coopérer avec ladite denture interne asymétrique de façon à contrôler la rotation en sens antihoraire de l'anneau d'entraînement (61).

12. Mouvement de montre selon la revendication précédente, comprenant un sautoir (64) ayant une forme arrangée pour bloquer toute rotation en sens horaire de l'anneau d'entraînement (61) lorsque ledit sautoir (64) est engagé dans un creux (61 1 1) d'une denture externe de l'anneau

d'entraînement (61).

13. Mouvement de montre selon la revendication précédente, dans lequel ledit sautoir (64) comprend une extrémité (642) sensiblement parallèle à des arrêts (61 1 1 1 , 61 1 10) définissant ledit creux (61 1 1) lorsque le sautoir (64) s'engage dans ledit creux (61 1 1). 14. Procédé pour la correction de l'affichage d'une donnée horaire d'un mouvement de montre selon l'une des revendications 1 à 13, dans lequel, dans un premier intervalle:

- la rotation d'une tige de mise à l'heure (10) dans un premier sens

entraine la rotation dans un premier sens d'une came escargot (5) et la rotation dans un deuxième sens d'un râteau (3),

- la rotation du râteau (3) dans un deuxième sens entraine la rotation d'un mobile rétrograde (20) et d'un organe d'entraînement (4) et

- ledit organe d'entraînement (4) se déplace le long d'un premier flanc (6101) d'une denture interne (610) d'un anneau (60) sans entraîner la rotation dudit anneau (60),

puis, à la minute 60 :

- la rotation de la came escargot (5) provoque une chute du râteau (3) et sa rotation dans le premier sens de manière quasi instantanée;

- la rotation quasi instantanée dans le premier sens du râteau (3) entraine la rotation quasi instantanée du mobile rétrograde (20),

- la rotation dudit organe d'entraînement (4) en appui contre un

deuxième flanc (6100) de la denture interne de l'anneau (610) entraîne cet anneau (60) de manière sautante et quasi instantanée.

15. Procédé de correction selon la revendication 14, dans lequel :

- la rotation de la tige de mise à l'heure (10) entraine la came escargot (5);

- la rotation de la came escargot (5) entraine la rotation en sens opposé du râteau (3),

- la rotation du râteau (3) entraine la rotation du mobile rétrograde (20), et de l'organe d'entraînement (4) .

16. Procédé de correction selon la revendication précédente, dans lequel la correction de l'affichage des minutes dans le sens antihoraire est limitée à une plage excluant l'instant de retour du mobile rétrograde.

Description:
Mouvement de montre comportant un affichage rétrograde et un anneau des heures sautant

Domaine technique

[0001] La présente invention concerne un mécanisme de correction pour mouvement de montre à affichage rétrograde et sautant.

Etat de la technique [0002] On connaît en horlogerie des affichages rétrogrades, c'est-à-dire des affichages dans lesquels une aiguille ou un disque tourne dans un sens pendant une période donnée puis revient presque instantanément en position initiale en tournant rapidement en sens opposé à la fin de cette période. On utilise par exemple ces affichages rétrogrades pour indiquer les minutes sur une graduation de 1 à 60 couvrant un arc de cercle de moins de 360°. Ces affichages rétrogrades permettent de libérer de la place sur le cadran pour d'autres indications. Par ailleurs, le retour rapide de

l'indicateur des minutes toutes les heures créé une animation sur la face de la montre. [0003] On connaît également des affichages sautants, dans lesquels un indicateur temporel saute quasi instantanément d'une valeur à une autre. Ces affichages sautants sont notamment utilisés pour l'affichage du quantième dans un guichet. On les utilise aussi parfois pour d'autres indications, y compris des indications de l'heure courante dans un guichet. Dans la présente demande, l'expression « affichage sautant » recouvre aussi bien les affichages dans lesquels le saut est quasi instantané que les affichages dit traînants dans lesquels ce saut est moins rapide, l'avance de l'affichage étant néanmoins discontinue.

[0004] On connaît également des montres combinant un affichage rétrograde et un affichage sautant. [0005] CH691833 décrit un exemple de montre comportant un affichage sautant des heures et un affichage rétrograde des minutes. Un râteau des minutes présente deux parties dentées, l'une pour transmettre le

mouvement à l'organe d'affichage des minutes et l'autre pour être entraînée par un pignon avec une dent manquante fixé sur la roue des heures et entraîné à raison d'un tour par heure. Le retour instantané du râteau correspond au déplacement de la dernière dent du râteau au niveau de la dent manquante du pignon. Ce dispositif de correction présente l'inconvénient majeur d'augmenter l'encombrement du mouvement et d'être complexe.

[0006] EP0788036B 1 concerne une montre avec un affichage rétrograde des minutes et un affichage sautant des heures sur un disque. Une bascule est soulevée progressivement une fois par heure par la rotation d'une came en colimaçon solidaire de la roue des minutes. [0007] Un but de la présente invention est de réaliser un mécanisme de correction simple pour un mouvement de montre combinant à la fois un affichage rétrograde et un affichage sautant.

Bref résumé de l'invention

[0008] Un but de la présente invention est de proposer un mécanisme de correction de l'heure pour mouvement de montre à affichage

rétrograde et sautant qui soit exempt des limitations des mécanismes de mise à l'heure connus.

[0009] Un autre but est de proposer un mécanisme de correction qui permette une correction plus rapide et moins contraignante de l'heure courante. [0010] Selon l'invention, ces buts sont atteints notamment au moyen d'un mouvement et d'un procédé selon les caractéristiques des

revendications de type correspondants.

[0011] Selon l'invention, le mouvement de montre comprend : - un mobile rétrograde ;

- un anneau des heures portant une denture interne asymétrique et entraîné grâce au mobile rétrograde pour afficher l'heure courante de manière sautante ;

- un mécanisme de correction permettant de corriger le mobile

rétrograde de manière bidirectionnelle ;

- un organe d'entraînement actionnable par le mécanisme de

correction et en prise avec la denture interne asymétrique de manière que les corrections du mobile rétrograde dans le sens horaire sont transmises à l'anneau des heures, tandis que les corrections dans le sens antihoraire ne sont pas transmises à l'anneau des heures.

[0012] Grâce à la correction bidirectionnelle de l'affichage rétrograde, il est possible de corriger sa position sans effectuer un tour complet. La mise à l'heure est ainsi plus rapide.

[0013] Par exemple, dans le cas d'un affichage rétrograde des minutes, il est possible de corriger la position de cet indicateur dans les deux sens. Si le mouvement de montre avance de quelques minutes, on peut donc le corriger vers l'arrière sans devoir faire un tour presque complet vers l'avant et sans toucher à la position de l'indicateur des heures.

[0014] Cette solution présente ainsi l'avantage par rapport à l'art antérieur de permettre une correction simple et rapide de l'indicateur rétrograde, par exemple de l'indicateur des minutes.

[0015] Les corrections de l'indicateur rétrograde dans le sens horaire sont transmises à l'anneau des heures sautant. Dans le cas d'un indicateur rétrograde des minutes, cela permet par exemple de corriger l'indicateur des heures sautant dans le sens horaire, par saut d'une heure à chaque fois que l'indicateur des minutes passe de 59 à 00. Cette correction de l'anneau sautant des heures peut être réalisée très simplement en employant le mécanisme d'entraînement de l'heure sautante utilisé lors de la marche normale de la montre. [0016] Les corrections de l'indicateur rétrograde des minutes dans le sens antihoraire (pour le retarder) ne sont en revanche de préférence pas transmises à l'anneau des heures sautant. Les mécanismes usuels

d'entraînement des heures sautantes ne permettent en effet

habituellement pas d'effectuer un saut dans le sens antihoraire ; ils sont uniquement prévus pour faire avancer l'anneau des heures sautantes dans le sens horaire, sous l'action du rouage. En d'autres mots, la correction n'est pas entraînée par la couronne dans le sens antihoraire. Par exemple, les mécanismes d'entraînement des heures sautantes comportent souvent une came avec un saut, par exemple une came escargot, qui ne peut être franchi que dans un sens. En évitant de transmettre les corrections dans le sens antihoraire à l'anneau des heures sautantes, on évite ainsi de devoir modifier le mécanisme d'entraînement de cet anneau.

[0017] En choisissant ainsi une correction illimitée dans le sens horaire, mais limitée pour la correction des minutes dans le sens antihoraire, on obtient un mouvement pratique, facile à manipuler, tout en simplifiant considérablement la construction par rapport à un mouvement permettant une correction illimitée dans les deux sens qui n'apporte qu'un gain de confort réduit pour une complexité considérablement accrue. [0018] Cette construction permet ainsi possible de réaliser un mécanisme de correction simple, permettant d'effectuer un grand nombre de corrections avec peu de manipulations de la couronne, et sans devoir modifier le mécanisme d'entraînement de l'anneau des heures sautantes.

[0019] Dans un mode de réalisation, un mécanisme de blocage de correction est prévu pour empêcher la correction du mobile rétrograde dans le sens antihoraire dans une plage autour du saut de ce mobile, et pour l'autoriser dans toutes les autres positions de ce mobile hors de la plage. Par exemple, si le mobile rétrograde affiche des minutes, le mécanisme peut empêcher la correction en sens antihoraire lorsque l'indicateur des minutes rétrograde indique une valeur dans une plage incluant la minute 60. Cela permet d'éviter le risque de déplacement accidentel de l'indicateur des heures sautantes par une correction dans le sens antihoraire du mobile des minutes dans cette plage.

[0020] Ce mécanisme de blocage de correction peut être lié au palpeur de came, qui peut être sur le râteau, et bloquer la rotation d'une came escargot dans un des deux sens de rotation, lorsque cette came escargot se trouve près de la position de saut du palpeur.

[0021] Dans le mouvement selon l'invention, la denture interne asymétrique peut comporter une pluralité de dents avec des flancs asymétriques, l'organe d'entraînement étant agencé de manière à pourvoir buter contre un flanc d'une dent de la denture interne et à pouvoir entraîner l'anneau des heures lorsque le mobile rétrograde tourne dans un sens et à pouvoir glisser sur un autre flanc d'une dent de la denture interne lorsque le mobile rétrograde tourne dans le sens opposé.

[0022] Dans un mode de réalisation, le mobile rétrograde peut afficher les minutes.

[0023] Le mouvement peut comporter une came escargot et un palpeur en prise avec la came escargot pour agir sur le râteau pour entraîner le mobile rétrograde.

[0024] Le palpeur et le râteau peuvent être intégrés en un seul composant, ou constitués de deux pièces distinctes.

[0025] Le mouvement selon l'invention peut comporter un ressort monté sur le râteau et pouvant exercer une force de rappel sur l'organe d'entraînement pour l'appuyer sur la denture interne de l'anneau des heures. [0026] Dans le mouvement selon l'invention, la came escargot tournant dans un premier sens de rotation peut entraîner le râteau et le mobile rétrograde dans le sens de rotation opposé au premier sens. [0027] Le mouvement selon l'invention est agencé de manière à permettre une correction illimitée de l'affichage des heures et des minutes dans le sens horaire.

[0028] Le mouvement selon l'invention peut être agencé pour permettre la correction des heures dans le sens horaire, de manière sautante.

[0029] Le mouvement selon l'invention peut être agencé de manière à permettre une correction de l'affichage des minutes dans le sens

antihoraire.

[0030] Le mouvement selon l'invention peut être agencé de manière à permettre une correction de l'affichage des minutes dans le sens

antihoraire uniquement lorsque l'indicateur des minutes se trouve dans une première plage, et pour empêcher toute correction de l'affichage des minutes dans le sens antihoraire lorsque l'indicateur des minutes se trouve dans une deuxième plage. [0031] Le mouvement selon l'invention peut comprendre un mécanisme de blocage de correction pour empêcher la correction des minutes dans le sens antihoraire dans une plage incluant l'instant de retour du mobile rétrograde, et pour permettre la correction des minutes dans le sens antihoraire hors de ladite plage. [0032] On évite ainsi le risque de déplacement accidentel de l'indicateur des heures sautantes par une correction du mobile rétrograde près de l'instant de retour du mobile.

[0033] Selon l'invention, le procédé pour la correction de l'affichage d'une donnée horaire d'un mouvement de montre, peut comprendre les étapes suivantes : dans un premier intervalle, par exemple dans un intervalle de 0 à 59 minutes : - la rotation d'une tige de mise à l'heure dans un premier sens entraine la rotation dans un premier sens d'une came escargot et la rotation dans un deuxième sens d'un râteau,

- la rotation du râteau dans le deuxième sens entraine la rotation du mobile rétrograde et de l'organe d'entraînement et

- l'organe d'entraînement se déplace le long d'un premier flanc d'une denture interne d'un anneau sans entraîner la rotation de l'anneau, puis, à la minute 60 :

- la rotation de la came escargot provoque une chute du râteau et sa rotation dans le premier sens de manière quasi instantanée;

- la rotation quasi instantanée du râteau dans le premier sens entraine la rotation quasi instantanée du mobile rétrograde

- la rotation de l'organe d'entraînement en appui contre un deuxième flanc de la denture interne de l'anneau entraîne cet anneau de manière sautante.

[0034] Cette solution présente l'avantage d'une correction de la minute sur la plage 0 à 59 min qui n'interfère pas avec le disque des heures, et qui peut donc être effectuée de manière bidirectionnelle.

[0035] De préférence, la rotation de l'organe d'entraînement en appui contre un deuxième flanc de la denture interne de l'anneau entraîne cet anneau de manière quasi instantanée.

[0036] Le procédé de correction selon l'invention peut présenter les étapes dans lesquelles :

- la rotation de la tige de mise à l'heure dans un deuxième sens entraine la rotation en sens horaire de la came escargot ;

- la rotation de la came escargot en sens horaire entraine la rotation en sens antihoraire du râteau, - la rotation du râteau dans le sens antihoraire entraine la rotation du mobile rétrograde et de l'organe d'entraînement dans le sens

antihoraire.

[0037] Cette solution présente l'avantage de permettre le réglage de la minute rétrograde et de l'heure sautante par la même position de correction de la tige de mise à l'heure.

[0038] Cette solution présente l'avantage de pouvoir régler les minutes dans les deux sens, horaire et antihoraire.

[0039] Dans le procédé de correction selon l'invention, la correction de l'affichage des minutes dans le sens antihoraire peut être limitée à l'intervalle 0-59 minutes.

Brève description des figures

[0040] Des exemples de mise en œuvre de l'invention sont indiqués dans la description illustrée par les figures annexées dans lesquelles :

- La figure 1 illustre une vue de dessus des principaux composants du mécanisme de correction d'un mouvement de la montre selon un premier mode de réalisation de l'invention.

- La figure 2 illustre une vue de dessus de la tige de remontage et mise à l'heure avec le pignon coulant et la bascule selon l'invention, en position de remontage. - La figure 3 illustre une vue de dessus de la tige de remontage et mise à l'heure avec le pignon coulissant et la bascule selon l'invention, en position de correction.

- La figure 4 illustre une vue de dessus du mouvement selon

l'invention à la minute 0. La figure 5 illustre une vue de dessus du dispositif selon l'invention à la minute 17.

La figure 6 illustre une vue de dessus du dispositif selon l'invention à la minute 35 (contact du doigt avec la denture 6101).

La figure 7A illustre une vue de dessus du dispositif selon l'invention à la minute 59 (crochetage du doigt 4 avec la denture 6100).

La figure 7B illustre un détail de la figure 7A, montrant en particulier l'extrémité de la butée de râteau qui s'appuie contre le rebord du saut de la came escargot.

La figure 8 illustre une vue de dessus du dispositif selon l'invention à la minute 60.

Les figures 9 à 13 illustrent plusieurs vues de dessus du dispositif selon l'invention lors du saut de la minute 60 à la minute 0.

La figure 13 illustre une vue de dessus du dispositif selon l'invention à la minute 0.

La figure 14 illustre une vue de dessus des principaux composants du mécanisme de correction d'un mouvement de la montre selon le deuxième mode de réalisation de l'invention.

La figure 15A illustre une vue de dessus d'une partie simplifiée du mécanisme de correction d'un mouvement de la montre selon le premier mode de réalisation de de l'invention.

La figure 15B illustre une vue de dessus d'une partie simplifiée du mécanisme de correction d'un mouvement de la montre selon un deuxième mode de réalisation de de l'invention. - Les figures 16 à 20 illustrent plusieurs vues de dessus du dispositif selon le deuxième mode de réalisation de l'invention.

Exemple(s) de mode de réalisation de l'invention

[0041] La figure 1 illustre les principaux composants du mécanisme de correction 1 (dit aussi mécanisme de mise à l'heure) d'un mouvement de montre selon l'invention. Ce mouvement comprend un indicateur de minutes rétrograde 2, par exemple une aiguille des minutes ou un anneau des minutes, monté sur l'axe du mobile rétrograde des minutes 20. Les heures sont affichées de manière sautante dans un guichet 8 (figure 4) au moyen d'un anneau des heures sautantes 60. L'anneau des heures sautantes 60 est immobile pendant presque toute la durée de chaque heure, puis passe de façon quasi instantanée ou glissante à l'heure suivante.

[0042] La première extrémité 31 d'un râteau 3 suit en rotation une came escargot 5 portée par une roue entraîneuse de déclenchement 52. Cette roue entraîneuse de déclenchement 52 est entraînée par la roue 7 du rouage de manière à ce que l'indicateur des minutes 2 parcoure l'échelle des minutes 9 (fig. 4 à 13) en 60 minutes (ou 60 minutes moins le temps de retour).

[0043] Le mécanisme de correction est illustré aux figures 2 et 3 dans deux positions différentes, « P0 » et « P1 », de la tige de remontage et de correction 10. La tige de mise à l'heure 10 permet le déplacement d'un pignon coulant 15 entre les deux positions « P0 » et « P1 ».

[0044] Dans la position « P0 » illustrée sur la figure 2, dite position de remontage, le pignon coulant 15 engrène le pignon de remontoir 14. Dans la position « P1 » de la figure 3, dite position de correction, le pignon coulant 15 engrène le renvoi de correction 16. Le déplacement du pignon coulant entre ces deux positions est assuré par une bascule 13, elle-même entraînée par une tirette 1 1 et un sautoir de tirette 12. [0045] Lorsque la tige de mise à l'heure 10 est amenée en position « P1 » par l'utilisateur dans la direction de la flèche A, la tirette 1 1 est retenue dans le renfoncement 121 du sautoir de tirette 12 tout en entraînant la bascule 13 et le pignon coulant 15 dans la direction de la flèche B de manière à ce que le pignon coulant 15 engrène le premier renvoi de correction 16.

[0046] Le premier renvoi de correction 16 engrène à son tour le deuxième renvoi de correction 18. En se référant à la figure 1, le deuxième renvoi de correction 18 (figures 2 et 3) est caché par le sautoir de tirette 12 et engrène la roue entraîneuse du rouage de minuterie 17 qui à son tour engrène la roue entraîneuse de déclenchement 52, liée coaxialement à une came escargot 5. La roue 17 est munie d'une friction pour empêcher la rotation de la came escargot 5 dans le sens horaire lorsque le râteau est en appui contre la chute de la came escargot, à la minute 0. Il n'est donc pas possible de forcer l'indicateur des minutes à revenir instantanément de la minute 1 à la minute 59.

[0047] Comme illustré à la figure 1, le râteau 3 présente une première extrémité 31 qui forme un palpeur pour suivre la périphérie de la came escargot 5. Le râteau et le palpeur pourraient aussi être constitués de plusieurs éléments distincts. Un ressort de râteau 33 appuie le râteau contre la came escargot 5.

[0048] La deuxième extrémité 32 du râteau 3 comporte une ouverture oblongue munie d'une denture interne 320. Le râteau 3 pivote autour d'un point de pivotement 34 sous l'action de la came escargot. Lors de ce pivotement, la denture interne 320 de la deuxième extrémité du râteau 32 engrène avec la denture externe 200 du mobile rétrograde 20 de manière à ce que l'indicateur rétrograde 2 porté par le mobile rétrograde 20 tourne dans le même sens que la deuxième extrémité du râteau 32.

[0049] Une butée de râteau 35, dont le fonctionnement sera détaillé plus bas, est liée au râteau 3 et permet d'empêcher la rotation de la came- escargot 5 dans le sens horaire, au moins dans une plage de blocage lorsque le palpeur 31 est près du saut de la came.

[0050] Le déplacement du râteau est transmis à un organe

d'entraînement, constitué ici par une dent 4 articulée sur la deuxième extrémité du râteau 32 au moyen de l'axe 41. Un ressort de rappel 42 exerce une force de rappel sur la dent 4 pour l'appuyer sur la denture 610.

[0051] Des indications d'heure 6 sont portées par l'anneau des heures 60. Cet anneau est monté sur l'anneau d'entraînement 61 de plus petit diamètre. Dans une variante non illustrée, il est aussi envisageable de placer les indications d'heure 6 directement sur l'anneau d'entraînement 61 ou sur un anneau de même diamètre.

[0052] L'anneau d'entraînement 61 comporte une denture interne 610 avec une pluralité de dents sur toute la périphérie interne. L'espacement entre les dents est régulier. Les dents ont deux flancs asymétriques 6100 et 6101. Le premier flanc 6100 est presque radial au diamètre de l'anneau 61 et permet d'entraîner l'anneau 61 au moyen de l'organe d'entraînement (dent) 4. Le deuxième flanc 6101 est incliné et forme un angle de moins de 30° avec la tangente de l'anneau 61 , de manière à ce que, lorsque la dent 4 est en contact avec le deuxième flanc 6101 , elle puisse glisser sur ce deuxième flanc 6101 sans l'entraîner, n'entraînant pas non plus l'anneau 61.

[0053] L'anneau d'entraînement 61 comporte en outre une denture externe 61 1 présentant des dents 61 10 dont le sommet est concentrique avec l'anneau d'entraînement 61 , le creux 61 1 1 entre chaque dent 61 10 étant prévu pour recevoir l'extrémité 620 d'un sautoir de positionnement 62. Le sautoir 62 coopère ainsi avec la denture externe 61 1 pour assurer le centrage des indications d'heure 6 dans un guichet (non représenté).

L'extrémité 620 de ce sautoir 62 s'oppose au déplacement de l'anneau 61 en s'engageant dans le creux 61 1 1 entre les dents 61 10 de la denture externe de l'anneau d'entraînement 61. La raideur du sautoir 62 est choisie de manière à ce qu'il maintienne en place l'anneau d'entraînement des heures 61 lorsqu'il n'est pas entraîné par la dent 4 et à permettre à l'extrémité du sautoir 620 de se dégager du creux 61 1 1 de la denture externe de l'anneau des heures 61 1 sous l'action de la dent 4 sur la denture 6100 et grâce à un ressort de râteau 33. [0054] Nous allons maintenant décrire à l'aide des figures 4 à 13 le fonctionnement du mécanisme de correction lors de corrections dans le sens horaire, c'est-à-dire pour avancer l'heure indiquée, entre les minutes 0 et 60. Le mécanisme de correction 1 n'a pas été représenté dans les figures 4 à 13 dans un souci de clarté, seule une portion de la tige de mise à l'heure 10 étant visible. Les numéros de référence correspondant au mécanisme de correction sont visibles à la figure 1.

[0055] Lorsque la tige de mise à l'heure 10, tirée axialement en position de correction « P1 », tourne dans un premier sens pour avancer la minute affichée, elle entraîne la came escargot 5 dans le sens antihoraire, provoquant ainsi la rotation par rapport au point de pivotement 34, en sens horaire, de la première extrémité 31 (palpeur) du râteau 3, de la deuxième extrémité du râteau 32, de l'indicateur rétrograde 2 et de la dent 4. Une friction sur la roue 7 (figure 1) d'entraînement de la came escargot 5 empêche que cette correction ne soit transmise au rouage du mouvement de base ce qui bloquerait ce dernier.

[0056] La figure 4 illustre le mouvement de montre à la minute 0. Dans cette position, la première extrémité du râteau 31 est en appui contre le plus petit diamètre de la came escargot 5. Le mobile rétrograde 20 est engagé dans les dents à l'extrémité de la denture interne 320 dans l'ouverture du râteau 32. Dans l'exemple illustré, la dent 4 n'est pas en contact avec la denture intérieure 610 de l'anneau des heures 60.

L'extrémité 35 de la butée de râteau 3 n'est pas en contact avec la came escargot 5, ou pourrait glisser contre la périphérie de cette came escargot.

[0057] La figure 5 correspond à une position de l'aiguille des minutes 2 à la minute 17. La came escargot 5, entraînée dans le sens antihoraire par l'action de la tige de mise à l'heure sur la roue 17 (figure 1), provoque le déplacement dans le sens horaire de la deuxième extrémité du râteau 32, pour déplacer l'aiguille des minutes 2 dans le sens horaire le long de l'échelle des minutes 9. L'organe d'entraînement 4 (dent) effleure le sommet d'une dent de la denture interne 610 de l'anneau 61 , sans avoir de prise sur elle. L'anneau reste donc immobile, sa position étant fixée par le sautoir 62 qui coopère avec les creux 61 1 1 sur la périphérie externe de l'anneau 61 (fig. 1).

[0058] La figure 6 correspond à une position de l'aiguille des minutes 2 à la minute 35, le doigt 4 étant en contact avec la denture 6101. Le mobile rétrograde 20 continue à tourner dans le sens horaire et l'aiguille des minutes 2 à se déplacer dans le sens horaire le long de l'échelle des minutes 9. L'organe d'entraînement 4 (dent) entre en contact avec un flanc oblique 6101 de la denture interne 610 de l'anneau 61 , sans avoir de prise sur elle. L'anneau 61 reste donc immobile. [0059] Au cours de l'intervalle illustré sur les figures 4 à 6, correspondant par exemple à un intervalle de 0 à 59 minutes, la dent 4 coulisse le long de la denture de l'anneau d'entraînement des heures, sans interférer avec sa position. La correction des minutes peut être effectuée dans les deux sens en tournant la tige de mise à l'heure dans un sens ou dans l'autre. Dans cette plage, la correction des minutes n'entraîne aucun déplacement de l'anneau des heures sautantes.

[0060] La figure 7 A correspond à une position de l'aiguille des minutes 2 dans une plage de blocage de rotation près de la minute 59, par exemple à la minute 57. Dans cette position, le doigt 4 n'est pas encore crocheté avec la denture 6100. La première extrémité du râteau 31 est en contact avec la came escargot 5 près de la portion 51 de diamètre maximal de cette dernière. L'organe d'entraînement 4 (dent) entre en contact avec un sommet de la denture interne 610. Une fois le doigt 4 avec la denture 6100, il peut entraîner l'anneau 61 dans le sens antihoraire, afin de provoquer un saut d'heure sautante si la came escargot 5 poursuit sa rotation dans le sens antihoraire. [0061] Comme les déplacements du râteau 3 dans le sens antihoraire sont dorénavant transmises à l'anneau des heures 60, il est important de s'assurer que les minutes ne soient pas corrigées manuellement vers l'arrière, ce qui provoquerait un déplacement des anneaux 60 et 61. Il serait alors possible de laisser le disque des heures 60 entre deux chiffres en fonction de la minute à laquelle la correction est arrêtée.

[0062] Afin d'empêcher ce risque, comme on le voit en particulier sur la figure 7B, l'extrémité 350 de la butée de râteau 35 s'appuie contre le rebord de la chute sur la périphérie de la came escargot 5, et bloque ainsi sa rotation dans le sens horaire. La butée de râteau 35 agit ainsi comme mécanisme de blocage de rotation de la came, pour empêcher la came 5 de tourner dans le sens horaire et d'entraîner le râteau dans le sens

antihoraire en déplaçant malencontreusement l'anneau 61 déjà crocheté.

[0063] La butée de râteau 35 agit uniquement dans une plage limitée lorsque le palpeur 31 se trouve juste avant la chute de la came ; la rotation de la came 5 reste possible dans les deux sens hors de cette plage. Dans un mode de réalisation, la rotation de la came escargot 5 est bloquée dans le sens horaire lorsque l'indicateur des minutes est entre 57 et 59 minutes.

[0064] La figure 8 correspond à une position de l'aiguille des minutes 2 à la minute 60. La première extrémité du râteau 31 est située au sommet de la came escargot 5. L'organe d'entraînement 4 (dent) a dépassé le sommet de la denture interne 610 et est en prise avec un premier flanc 6100 de la denture interne 610 de l'anneau 61. L'anneau est toujours maintenu en place par le sautoir de rappel 62 (figure 1). [0065] A la minute 60, la chute du râteau 3 contre la came escargot 5 provoque simultanément le retour à 0 quasi instantané de l'indicateur des minutes 2 en sens antihoraire et un saut de l'anneau des heures 61 également en sens antihoraire, de manière à afficher l'heure suivante. Ce retour est illustré sur les figures 8 à 13. [0066] Les figures 8 et 9 illustrent le début du retour à la minute 0 de l'indicateur rétrograde 2 et le début du saut de l'affichage sautant. La première extrémité du râteau 31 amorce sa chute depuis le sommet de la came escargot 5. La deuxième extrémité du râteau 32 tourne dans le sens antihoraire entraînant en rotation dans le même sens l'indicateur rétrograde 2 positionné à la minute 55 et la dent 4. L'anneau des heures 60 est alors entraîné dans le sens antihoraire par la dent 4, grâce au ressort de râteau 33 (figure 1) qui se désarme progressivement. En se désarmant, le ressort de râteau 33 (figure 1) transmet à l'anneau 60 une énergie suffisante pour faire sortir l'extrémité 620 (figure 1) du sautoir de positionnement 62 (figure 1) de l'anneau 61 du creux 61 1 1 (figure 1) de la denture externe 61 1 (figure 1). A travers le guichet 8, on peut observer le déplacement du disque des heures 60 dans le sens antihoraire, provoquant un passage de l'heure h à h+1. [0067] Les figures 10 et 1 1 illustrent la suite du retour de l'indicateur rétrograde 2. L'indicateur rétrograde 2 est positionné respectivement aux minutes 40 et 25. La dent 4 se déplace le long du premier flanc de la denture interne 610. A travers le guichet 8, on peut observer le

déplacement du disque des heures 60 dans le sens antihoraire dans une position entre deux éléments d'affichage sautant 6. L'extrémité 620 (figure 1) du sautoir 62 (figure 1) se déplace le long de la dent 61 10 (figure 1).

[0068] La figure 12 illustre la fin du retour de l'indicateur rétrograde 2. L'indicateur rétrograde 2 est positionné à la minute 17 et la dent 4 est presque au sommet de la denture interne de l'anneau des heures 610, elle n'est bientôt plus en prise avec la denture interne 610. A travers le guichet 8, on peut observer le nouvel élément d'affichage sautant 6. Le sautoir 62 (figure 1) est « retombé » dans un creux 61 1 1 (figure 1) de la denture externe 61 1 (figure 1).

[0069] La figure 13 illustre le retour de l'indicateur rétrograde 2 à la minute 0. L'indicateur rétrograde 2 est positionné à la minute 0 et la dent 4 n'est plus en contact avec la denture interne de l'anneau des heures 610. La première extrémité du râteau se situe au niveau du plus petit diamètre de la came escargot 5. A travers le guichet 8, on peut observer la nouvelle position de l'élément d'affichage sautant 6.

[0070] Le mécanisme de correction 1 permet ainsi la correction de manière sautante de l'affichage des heures dans le sens horaire. Cette correction est réalisée par l'intermédiaire du mécanisme de correction 1 des minutes, en tournant la tige de mise à l'heure 10 en position de correction « P1 ». Une correction d'amplitude illimitée peut ainsi être effectuée dans le sens horaire.

[0071] Nous allons maintenant décrire le fonctionnement du mécanisme de correction dans le sens antihoraire entre les minutes 0 et 59, c'est-à-dire en faisant tourner la tige de mise à l'heure dans un deuxième sens pour « revenir en arrière dans le temps ». La rotation de la tige de mise à l'heure dans le deuxième sens entraîne la rotation en sens horaire de la came escargot 5 et la rotation en sens antihoraire du râteau 3, de l'indicateur des minutes rétrograde 2 et de l'organe d'entraînement 4. Dans ce sens, les mouvements de correction de la tige de remontoir sont transmis à la came escargot 5 et au râteau 3. Entre les minutes 0 et 59, l'organe

d'entraînement 4 entraîné dans le sens antihoraire glisse contre le deuxième flanc 6101 de l'anneau d'entraînement 61, sans le déplacer. [0072] A partir de la minute 57, ou dès que la came escargot entre dans la plage de blocage de rotation, la butée de râteau 35 s'appuie contre le rebord de la chute de la came escargot 5 et empêche cette dernière de poursuivre sa rotation dans le sens horaire, comme expliqué plus haut. Si l'utilisateur force, la roue à friction 17 (figure 1) patine et les déplacements de la tige de mise à l'heure restent sans effet.

[0073] Après la chute, c'est-à-dire à la minute 0, la rotation de la came escargot 5 dans le sens horaire est bloquée par le râteau 3 qui ne peut pas remonter la chute de cette came escargot 5. La roue à friction 17 patine et les déplacements de la tige de mise à l'heure restent sans effet. [0074] Il n'est donc pas possible de passer directement de la minute 01 à la minute 59 ; la roue à friction 17 empêche ce déplacement. L'utilisateur peut cependant corriger l'heure par un nombre approprié de rotations dans le sens horaire. [0075] Dans le sens horaire, ce dispositif de correction permet ainsi d'effectuer une correction illimitée des heures et des minutes, avec, entre la fin de la minute 60 et la minute 0, un retour quasi instantané de l'aiguille des minutes 2 et un saut synchronisé de l'indicateur des heures 6.

[0076] Dans le sens antihoraire (pour remonter dans le temps), ce dispositif de correction permet ainsi d'effectuer une correction des minutes uniquement en dehors de la plage de blocage, par exemple entre la minute 57 (ou 59) et la minute 0.

[0077] La figure 14 illustre une vue de dessus des principaux composants du mécanisme de correction d'un mouvement de la montre selon un deuxième mode de réalisation de l'invention. Par rapport à la figure 1 , cette variante présente principalement deux différences :

- un ressort de rappel 44 ayant une forme différente du ressort de rappel 42 de la figure 1 , et

- un sautoir 64 ayant une forme différente du sautoir 62 de la figure 1. [0078] Comme il sera discuté plus loin, le ressort de rappel 44 et le sautoir 64 illustrés sur la figure 14 permettent de réaliser deux fonctions séparées, qui coopèrent entre elles. Notamment, le ressort de rappel 44 permet de contrôler la position de l'anneau 61 lors de sa rotation en sens antihoraire, grâce à sa coopération avec la denture interne de l'anneau 61 ; le sautoir 64, quant-à-lui, permet d'empêcher que l'anneau 61 , suite au rebondissement de l'anneau 61 contre le ressort de rappel 44 via une dent de la denture interne de l'anneau 61 , puisse tourner en sens horaire, ce qui causerait une erreur d'affichage.

[0079] Il est important de souligner dès maintenant qu'il n'est pas essentiel d'avoir la présence simultanée du ressort de rappel 44 et du sautoir 64. Il est possible par exemple d'envisager un mécanisme

comprenant le ressort de rappel 44 de la figure 14 et le sautoir 62 de la figure 1. Cependant, ce mécanisme pourrait souffrir de problèmes d'affichage, qui sont résolus par le sautoir 64 de la figure 14. [0080] Le ressort de rappel 44 de la variante de la figure 14 présente :

- une première extrémité 440 en forme de C, sensiblement identique à celle de la première extrémité 420 du ressort de rappel 42 de la figure 1 ,

- un corps 441 , qui est sensiblement identique au corps 421 du ressort de rappel 42 de la figure 1, et

- une deuxième extrémité 442, absente dans le ressort de rappel 42 de la figure 1. Cette deuxième extrémité 442 forme une dent qui coopère avec la denture interne de l'anneau 61.

[0081] Pour montrer la différence de forme entre le sautoir 62 de la figure 1 et le sautoir 64 de la figure 14, on décrit maintenant de façon plus détaillé le sautoir 62 en référence à la figure 15A. Le sautoir 62 présente une première extrémité (ou extrémité de sortie) 620 et une deuxième extrémité (ou extrémité d'entrée) 622. Les deux extrémités présentent une inclinaison non nulle par rapport aux arrêts 61 1 10 et 61 1 1 1 définissant les parois verticales du creux 61 1 1 de la denture extérieure 61 1 de l'anneau d'entraînement 61. Le sautoir 62 coopère avec un ressort de sautoir 63.

[0082] La figure 15B illustre de façon détaillée la nouvelle forme du sautoir 64. Il présente une première extrémité (ou extrémité de sortie) 640 et une deuxième extrémité (ou extrémité d'entrée) 642. Seulement la première extrémité 640 présente une inclinaison non nulle par rapport aux arrêts 61 1 1 1 et 61 1 10 définissant les creux 61 1 1 de la denture extérieure de l'anneau d'entraînement 61. La deuxième extrémité 642 est en effet sensiblement parallèle aux arrêts 61 1 1 1 et 61 1 10 lorsque le sautoir 64 est engagé dans le creux 61 1 1 . Cette forme particulière du sautoir 64 permet de bloquer une rotation horaire de l'anneau d'entraînement 61. En d'autres mots, la deuxième extrémité 642 du sautoir 64 est configurée de façon à bloquer une rotation horaire de l'anneau d'entraînement 61. [0083] Les figures 16 à 20 illustrent plusieurs vues de dessus du dispositif selon le deuxième mode de réalisation de l'invention. La figure 16 illustre l'anneau 61 qui est en train de tourner en sens antihoraire, comme indiqué par la flèche C, entraîné par le râteau 3. L'extrémité 442 du ressort 44 n'est pas en contact avec la denture interne de l'anneau 61. Le sautoir 64 glisse sur la partie entre deux creux 61 1 1 consécutifs de la denture externe de l'anneau 61. 442 du ressort 44 n'est pas encore en contact avec la denture interne de l'anneau 61

[0084] La figure 17 illustre l'anneau 61 qui continue sa rotation en sens antihoraire (flèche C) : le sautoir s'approche au creux 61 1 1. L'extrémité 442 du ressort 44 s'approche de la denture interne de l'anneau 61

[0085] La figure 18 illustre l'anneau 61 qui continue et termine sa rotation en sens antihoraire (flèche C) : le sautoir entre dans le creux

(référence 61 1 1 sur la figire 17). L'extrémité 442 du ressort 44 s'approche davantage à la denture interne de l'anneau 61 , en la touchant.

[0086] La figure 19 illustre l'anneau 61 qui rebondit contre le ressort 44 : notamment un dent de la denture interne de l'anneau 61 entre en contact avec l'extrémité 442 du ressort 44, en correspondance du point (ou zone) de contact D. Dans une variante, l'anneau 61 , suite à ce rebondissement, est amené à tourner dans le sens contraire, c'est-à-dire dans le sens horaire. Le rebondissement est notemment présent quand par exemple le ressort 33 (illustré sur la figure 1 par exemple) est armé au maximum via son

excentrique.

[0087] Si le sautoir 62 de la figure 1 était utilisé à la place du sautoir 64, son extrémité 622 lui permettrait de sortir du creux 61 1 1 , permettant à l'anneau 61 de continuer sa rotation dans le sens horaire. Le sautoir 62 sortirait donc du creux 61 1 1 et serait incapable de ramener le chiffre dans le guichet, ce qui amènerait à un problème d'affichage.

[0088] Par contre le sautoir 64 de la figure 14 a une forme qui l'empêche de sortir du creux 61 1 1 après le rebondissement de l'anneau 61 , en bloquant toute rotation en sens horaire de l'anneau 61 et en évitant donc toute erreur d'affichage. En effet, comme visible sur la figure 20, le sautoir 64 est en butée dans le creux 61 1 1 de la denture externe de l'anneau, ce qui permet de bloquer en position l'anneau 61 avec le chiffre des heures dans le guichet (non illustré).

[0089] La variante illustrée sur la figure 14 et dont le fonctionnement est détaillé sur les figures 16 à 20 permet donc un contrôle plus précis de la position de l'anneau 61 par rapport à la variante illustrée sur la figure 1. Le ressort de rappel 44, permet à l'anneau 61 de ne faire qu'un seul saut en sens antihoraire. Le sautoir 64 permet d'empêcher que l'anneau 61 , suite au rebondissement de l'anneau 61 contre le ressort de rappel 44 via une dent de la denture interne de l'anneau 61 , ne puisse tourner en sens horaire.

[0090] Dans la variante illustrée sur la figure 1 , il était nécessaire de régler précisément le ressort de râteau 33 et/ou le sautoir 62 pour contrôler la position de l'anneau 61. Dans la variante illustrée sur la figure 14 un tel réglage est grandement simplifié voire inexistant.

Numéros de référence employés sur les figures Mouvement de montre, en particulier mécanisme de correction Tige de mise à l'heure

Tirette

Sautoir de tirette

Premier renfoncement

Deuxième renfoncement

Bascule

Ressort de bascule

Pignon de remontoir

Pignon coulant

Premier renvoi de correction

Roue entraîneuse du rouage de minuterie

Deuxième renvoi de correction

Indicateur rétrograde

Mobile rétrograde

Denture du mobile 20

Râteau

Première extrémité du râteau

Deuxième extrémité du râteau

Denture du râteau 3

Ressort de râteau

Point de pivotement

Butée de râteau (mécanisme de blocage de correction)

Tête de la butée de râteau

Organe d'entrai ne ment/dent/doigt

Axe

Première variante du ressort de rappel

Extrémité du ressort de rappel 42

Corps du ressort de rappel 42

Deuxième variante du ressort de rappel

Première extrémité du ressort de rappel 44

Corps du ressort de rappel 44

Deuxième extrémité du ressort de rappel 44 5 Came escargot

51 Sommet de la came escargot

52 Roue entraîneuse de déclenchement

6 Elément d'affichage sautant

60 Anneau de l'élément d'affichage sautant

61 Anneau d'entraînement de l'élément d'affichage sautant

610 Denture interne de l'anneau d'entraînement 61

6100 Premier flanc de la denture 610

6101 Deuxième flanc de la denture 610

6102 Sommet de la denture 610

61 1 Denture externe de l'anneau d'entraînement 61

61 10 Dent de la denture 61 1

61 1 1 Creux de la denture 61 1

61 1 10 Premier arrêt du creux de 61 1 1

61 1 1 1 Deuxième arrêt du creux de 61 1 1

62 Premier mode de réalisation du sautoir de positionnement de l'anneau 61

620 Première extrémité du sautoir 62

622 Deuxième extrémité du sautoir 62

63 Ressort de sautoir

64 Deuxième mode de réalisation du sautoir de positionnement de l'anneau 61

640 Première extrémité du sautoir 64

642 Deuxième extrémité du sautoir 64

7 Mobile friction grande moyenne / Renvoi intermédiaire de minute rétrograde

8 Guichet des heures sautantes

9 Echelle des minutes